:: En dehors des murs :: Londres :: Hôpital Saint-Mangouste :: Psychiatrie Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

En quête de pourquois...

avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 422
Age : 22
Localisation : Square Grimmaurd
Age du perso : 15 ans
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 2 Aoû - 6:05
2 août 2001


La boucle de sa sandale gauche était défaite, et depuis plusieurs minutes, Malka la fixait sans songer à la refaire, absorbée par la contemplation de ses pieds. C'était toujours plus joyeux que de regarder les gens dans la salle d'attente. Ils n'avaient pas l'air vraiment dans leur assiette, les gens. Il y avait une madame en face d'eux qui s'obstinait à compter les dalles du carrelage. Un monsieur qui faisait des chants d'oiseaux sans discontinuer venait d'aller aux toilettes, laissant enfin le silence retomber dans la pièce.

La fillette releva les yeux vers son père assit à côté d'elle. Il avait mit du temps à la convaincre. Parler de ce qu'elle avait sur le cœur avec un inconnu, elle n'était pas si sûre que ça lui fasse du bien, mais à un mois du deuxième anniversaire, elle ne se sentait pas tellement plus heureuse que l'année précédente. Pas moins de cauchemars. Plus certaines semaines. Penser aux choses, ça n'était pas que les ressasser, c'était aussi les voir sous des angles nouveaux, pas forcément moins douloureux. C'était toujours la même question, déclinée à l'infini. Pourquoi ? Pourquoi Maman l'avait sauvée, seulement elle ? Pourquoi pas un Silencio sur Erin, ou transplaner loin toutes ensemble ? Pourquoi Papa ne s'était pas défendu ? Pourquoi après tant de morts et de souffrance fallait-il qu'il y ait de nouveau des massacres au-dehors ? Pourquoi les affiches de Julianne placardées partout, pourquoi les amis devenaient méchants ?

Les pourquois venaient dans sa tête sans qu'elle les ait conviés, alors il était inutile de ne pas vouloir en parler sous prétexte qu'elle ne voulait pas y penser. Elle était joyeuse ou tranquille, normale, et puis pour un rien, tout revenait. Elle s'était donc laissée convaincre, sans enthousiasme mais sans rejet non plus. Si ça pouvait rendre le prochain 1er septembre moins douloureux... Si elle pouvait trouver des réponses à ses questions, ou juste oublier un peu... Avec un petit soupir, elle se pencha pour finalement refaire sa boucle de chaussure puis prit la main de son père. Il faisait trop chaud dans cette salle d'attente. Plus vite elle en sortirait, mieux ça serait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nombre de messages : 40
Age : 22
Localisation : Londres
Age du perso : 8 ans
Date d'inscription : 09/08/2011
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 30 Aoû - 3:14
Martin se trouvait à Sainte Mangouste. Sa maman lui en avait déjà parlé. C'était un endroit où on soignait les gens malades mais le petit garçon n'était pas malade ! Il ne comprenait donc pas trop ce qu'il venait faire ici. Il avait posé des questions à Greta, l'éducatrice qui l'accompagnait mais elle ne lui avait répondu que vaguement. La seule chose que le blondinet avait retenu du flot de paroles c'était qu'il allait voir un monsieur ou une dame de l'hôpital avec qui il devrait parler de la mort de sa famille. Mais il y avait un problème dans la tête du petit garçon. "Il ne faut pas parler aux inconnus" avait dis sa maman, donc, comme Martin ne les connaissait pas il ne pouvait pas leur parler, (CQFD) logique non? Tout cela semblait donc un peu trop compliqué pour un petit garçon de 3 ans. Et puis, à quoi ça allait servir de parler de tout ça d'abord? Et puis pourquoi Maryna n'était pas avec lui? Parce qu'elle est grande lui avait on répondu, elle n'en avais pas besoin. Martin n'était pas convaincu mais bon.

Depuis quand c'était les petits garçons qui décidaient? Jamais, c'est pour cela qu'il était là. À contre cœur mais présent tout de même. Il était venu contraint et forcé et en traînant les pieds.
Il n'aimait vraiment pas cet endroit. C'était aussi moche que l'orphelinat, tout était peint en blanc et ça puait le truc qu'on met sur les bobos, qu'est tout rouge et qui pique! En plus, y avait plein de gens bizarres et pleins d'autres qui faisaient peur! Martin entra dans la petite salle où l'avait mené Greta et s'assit docilement sur une des chaises, à côté d'une fille blonde qui elle au moins ne faisait rien d'étrange! D'ailleurs, sa tête lui disait quelque chose. Il lui semblait l'avoir déjà vu... Ce n'était pas à l'orphelinat... Non. Où alors? Le blondinet s'interrogeait. Tout à coup ça lui revient! Mais oui! C'était dans la boutique avec plein de choses toutes colorées et les messieurs qui faisaient des bêtises! Beh, tiens, c'en était pas un assis à côté de Malka? Il se pencha pour mieux voir. Si si, c'était eux, Martin en était sûr maintenant. Un grand sourire apparut sur la bouille du petit garçon.


*Chouette alors!* pensa-t-il, voilà quelqu'un qu'il connaissait! Il allait pouvoir discuter avec elle et peut-être pourrait elle lui expliquer se qu'ils faisaient là!
Il se leva avec enthousiasme et, se plantant devant Malka, il lui fit son plus beau sourire. Le bon petit avait remarqué qu'elle semblait un peu triste, pourquoi donc? Est ce que quelqu'un l'avait grondé? Il lui prit instinctivement les mains.


"Coucou Malka! Dis, tu sais pourquoi on est là? Je suis pas malade moi! Et toi? Est ce que tu es ici parce que tu es malade? Pourquoi t'es toute triste? T'a été punie? Toi aussi on voulait te faire manger des petits pois? Faut pas être triste Malka! Sourit!"

Il était content de la voir, cela faisait longtemps qu'il ne l'avait pas vu. Elle avait été très gentille avec lui dans le magasin!
Le petit garçon regarda de nouveau autour de lui. Qu'est ce qu'il faisait chaud ici! Il n'y avait pas à boire?
Parce que Martin avait vraiment très soif! En plus, la longue phrase qu'il venait de dire lui avait asséché la gorge.


"Malka, tu as pas à boire? J'ai soif!"

L'éducatrice l'avait laissé dans la salle d'attente le temps d'aller aux toilettes.

"Qu'est ce qu'on attend? demanda encore le petit garçon. J'ai chaud moi! On peux pas aller ailleurs?"

Martin ne tenait déjà plus en place! Surtout par cette chaleur! On était vraiment en plein mois d'août!
Il se tourna de nouveau vers Malka, en attendant qu'elle réponde à sa multitude de questions ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 422
Age : 22
Localisation : Square Grimmaurd
Age du perso : 15 ans
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 31 Aoû - 16:39
Perdue dans ses pensées pas très joyeuses, Malka fit un bond sur sa chaise lorsqu'un petit garçon se planta devant elle et lui saisit les mains sans cérémonie. Mais ?! Sa bouche s'ouvrit toute grande, mais le cri instinctif qui s'apprêtait à en sortir lui resta dans la gorge et elle respira doucement. Ca n'était pas parce que des souvenirs cauchemardesques cherchaient frénétiquement à se frayer un chemin dans sa tête que l'horreur allait recommencer à l'instant. En face d'elle, il n'y avait rien d'autre qu'un petit garçon plus jeune que Procyon, et la fillette reprit son souffle, profondément soulagée. Maintenant que sa frayeur était passée, elle s'aperçu que le petit garçon qui lui parlait avec tant d'enthousiasme lui était connu. Martin, le frère de la fille de la boutique ! Déconcertée de le trouver là, elle essaya tant bien que mal de répondre à son flot incessant de questions.

"Heu, coucou. Ici c'est pour les gens qui ont des bobos qui se voient. C'est pour les gens qui ont des bobos au cœur, des gens tristes. C'est pour ça que je suis ici, pour devenir moins triste. Personne m'a punie et… et j'aime bien les petits pois. Je suis triste parce que…"

Pourquoi était-elle triste exactement ? Pourquoi après deux ans, ressentir toujours la souffrance de manière aussi vive, la peur aussi forte, l'incompréhension aussi totale ?

"Je suis triste et j'ai mal parce que ça va faire deux ans que ma famille est morte. J'ai été à l'orphelinat exactement comme toi."

Elle se força à le dire d'un ton complice, presque léger, et à sourire. Et elle souffrait parce qu'elle les avait vu mourir, être assassinés pour être exactes. Elle souffrait d'avoir vu sa mère s'être relevée, d'avoir espérer pour finalement voir cette Maman tellement aimée lancer sa sœur contre le mur, délibérément. Comment Maman… ? Elle avait beau savoir que ça n'était déjà plus vraiment sa mère, elle l'avait vu et c'était terrible. Elle l'avait vu et elle n'avait rien fait pour l'empêcher. La peur, l'impuissance face à son sort, la culpabilité inavouée… Ca faisait mal et la douleur rendait triste. Voilà. Mais tout ça, elle ne pouvait pas le raconter. Elle ne connaissait pas l'histoire de Martin, mais c'était certain que ça n'était pas gai s'il était à l'orphelinat. Et elle n'allait pas rajouter à sa propre peine, n'est-ce pas ? N'allait pas rajouter à ses propres cauchemars en lui déballant les siens ? Déjà qu'elle n'était pas trop à l'aise de devoir les partager avec un adulte qui, Papa lui avait promis, ne prendrait pas peur alors…

Sans un mot, elle se leva lentement et traversa la salle d'attente pour atteindre la fontaine. Elle y remplit un gobelet qu'elle donna au petit garçon et retourna s'asseoir à côté de son père adoptif, dont elle reprit la main.

"On attend le Psymage. C'est le monsieur à qui tu peux parler pour être moins triste. Tu peux pas partir sans l'avoir vu."

C'était bizarre que personne n'ait expliqué ça à Martin. Mais bon au moins, le personnel de l'orphelinat l'avait emmené ici. De son temps, ils ne s'étaient pas donné cette peine. Elle ne parlait, restait toute seule, faisait des cauchemars ? Dommage pour elle ! Mais elle se doutait que depuis l'épisode de la boutique, fin juin, Papa était allé fourrer son nez dans les affaires de l'orphelinat. Et puisque la dernière fois qu'il y était allé, il l'avait ramenée, elle ne doutait pas que cette fois aussi, il avait fait des miracles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nombre de messages : 40
Age : 22
Localisation : Londres
Age du perso : 8 ans
Date d'inscription : 09/08/2011
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Sep - 2:10
Martin écoutait attentivement tout ce que lui racontait Malka. Ce n'est pas parce qu'il était petit qu'il ne savait pas écouter! Au contraire! Il prit le gobelet avec un grand sourire et but en faisant bien attention à ne pas renverser.

"Merci Malka. Z'avais très soif."

Il lui tendit le gobelet et devint tout triste en l'entendant dire qu'elle aussi avait été à l'orphelinat et avait perdu sa famille.

"Toi aussi tu n'as plus de papa et de maman? C'est pour ça que t'es triste, pasque tu peux pu les voir? Maryna elle m'a dis que maman et Leah et beh elles étaient avec les anges et papa, très haut dans le ciel mais z'arrive pas à les voir. Elles sont trop haut qu'elle m'a dis Maryna. Mais elle dit qu'il faut pas être triste pasque sinon maman elle va être triste. Mais c'est difficile d'être content quand ya pu maman pour me raconter des histoires ou me faire des câlins. Elle me manque ma maman... Elle était tout le temps zentille avec moi. Même quand ze lui faisait des blagues."

Au fur et à mesure qu'il parlait, Martin s'était mis à renifler, puis les larmes avaient coulé. D'abord une puis deux, et puis tout à coup il s'était transformé en fontaine. Les gros sanglots avaient remplacé les petites larmes. Et il ne s'arrétait plus.

"Et puis d'abord, il renifla, la psy machin, il sert à rien,... pasque.... pasque moi... ma maman... et beh elle m'a dis de pas parler, snif, snif, aux gens... snif, que je connais pas. Snif, ouuuiiinnnn!!! Et puis,... moi... ze veux pas,... désobéir à ma maman. Snif snif. Pasque de la haut elle me regarde,.... et si ze suis pas saze... snif, et beh,... snif snif,... elle sera pas contente, snif,... et moi, snif,... ze veux pas qu'elle soit triste maman!!! Ooouuuiiinnn!!!!!"

Martin avait assorti sa phrase de pleurs et de reniflements ce qui la rendait difficilement compréhensible. Il voulu s'essuyer avec sa manche mais celle ci était trop courte! Il utilisa donc son bras pour tenter d'enriguer le flot de larmes mais cela ne servit à rien. Il avait à peine essuyer ses yeux et ses joues que les larmes avaient de nouveau tracé des sillons mouillés sur celles ci. En plus, le petit garçon s'en voulait de pleurer! Maryna avait beau lui avoir dit qu'il n'y avait aucune honte à avoir, il craignait que sa maman adorée soit triste de le voir ainsi. Il avait le coeur gros. Et d'autant plus que personne à part sa soeur ne le consolait. Mais elle n'était pas là quand il se réveillai en sursaut la nuit, après un cauchemar, et qu'il n'arrivait pas à se rendormir. Et le matin quand il lui racontait sa nuit cela allait déjà mieux. Même s'il gardait encore ce gros bobo au coeur avec le souvenir de sa maman et Leah, brûlant, criant, collées au mur par la méchante madame aux yeux violet. Il n'avait rien oublié. Chaque détail était encore très frais à son esprit. L'odeur affreuse de la chair brûlé qui rendait minime celles des poubelles derrière lesquelles il était caché, la luminosité causée par l'incendie de la boutique se détachant dans le ciel clair. Tout. Il se souvenait de tout. Ce qui rendait le cauchemar d'autant plus réaliste. Et là, debout, au milieu d'une salle d'attente remplie de gens qu'il ne connaissait pas, Martin pleurait. Il pleurait toutes les larmes de son corps. Il hoquetait, suffoquait sous le poids des souvenirs. Perdu dans ses émotions trop complexes, il pleurait la mort de sa mère, de sa sœur, de sa liberté, de son insouciance, de sa jeunesse... Il n'en était pas vraiment conscient lui même, il était bien trop petit, mais, nous qui lisons le savons bien. Et il se sentait seul le petit Martin. Tout seul... Et perdu dans un monde trop dur pour lui. Il en avait oublié où il était, ce qu'il faisait là et avec qui il discutait. Ne restait que la douleur et la tristesse des souvenirs.

[Méchante Julianne! N'a pas honte donc? Pff, vilaine va Wink]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Luka Petrov
~+ SAINTE-MANGOUSTE +~
Nombre de messages : 66
Age du perso : 32 ans
Fonction : Psymage
Patronus : Aucun
Date d'inscription : 01/07/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Sep - 10:53
En tant que Psymage en Chef, Luka devait s'assurer de la répartition des divers dossiers. Il devait aussi gérer l'équipe et prendre charge de quelques dossiers, question d'alléger le service. Puis, honnêtement, Luka n'aurait jamais abandonné la pratique pour perdre la tête dans une multitude de dossiers. Il était un homme d'honneur et son travail lui importait beaucoup. C'était pour cette raison qu'il se trouvais ici malgré ce qui se passait dans sa belle-famille. En effet, sa belle-soeur Julianne semblait aux prises avec une puissante psychose, qui lui faisait faire toutes sortes de crimes sanglants. Luka avait, évidemment, interprété les choses de manière psychologique, expliquant à qui voulait bien l'entendre que Julianne avait craquée sous la pression et qu'elle souffrait d'une sorte de trouble dissociatif. Le jeune homme devait bien donner cette explication une centaine de fois par jour; puisque Julianne était la Directrice de cet hôpital. Tout le personnel savait; donc; qu'il était le fiancé de la soeur de la meurtrière de l'heure, meurtrière qui était par la même occasion, leur directrice. Inutile de dire que cela parlait fort dans les couloirs !

Après discussion avec Eavan, Luka était toujours en poste. Des gens avaient besoin de lui. Ce n'était pas le moment de se terrer comme des coupables. Il fallait faire face à la musique. Luka empilait par conséquent les divers dossiers, déléguant les patients à "ses" Psymages. Il donna le dossier du jeune Martin Parker à Léa-Lily Lupin; qui était à la fin de son stage; et garda celui de Malka Covey Black. Cela aurait été non professionnel de laisser ce dossier au Psymage Lupin, puisqu'elle connaissait la jeune Covey Black. Il fallait demeurer professionnel.

Les dossiers ainsi répartis, Luka sortie de la salle d'équipe pour emprunter le couloir menant à la salle d'attente. Il avait le dossier de la jeune Malka en main et il le lisait un peu tout en marchant. La fillette avait perdu sa famille lors d'une attaque des morts-vivants et avait assistée à la scène. C'était ce que son père adoptif; Sirius Black; avait révélé lors de la prise de rendez-vous. Un dossier particulièrement émotif. Deuil, choc psycho-traumatique. Luka referma le dossier et entra dans la salle d'attente, un sourire bienveillant aux lèvres. Une femme; Mme Vimy; le reconnu et se mit à lui geindre que les scroutts étaient à ses trousses. Luka la regardant en hochant la tête et lui dit simplement :


" Oui, Madame Vimy. Vous pourrez tout raconter au Psymage Hollay. C'est elle qui s'occupe de vous aujourd'hui "

La patiente émit un petit croassement et se balança d'avant en arrière. Tout était sous contrôle. Luka reporta son attention sur la salle et nomma :

" Malka Covey Black ? "
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
~+ SCÉNARISTE +~
Nombre de messages : 1483
Date d'inscription : 26/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Sep - 11:19

Léa-Lily Lupin

Léa-Lily avait presque terminé sa formation de Guérisseuse. Elle était, il va s'en dire, très fière d'elle. Elle ne pensait jamais pouvoir terminer ses études; longues, difficiles et laborieuses. Toutefois, elle s'amusait à dire qu'elle devait retenir un peu de sa mère, pour parvenir à retenir des termes complexes et à les synthétiser ! Oui, elle était bien la fille de Amélia Potter Lupin ! Jusque là, elle trouvais qu'elle ressemblait plus à son père, mais maintenant elle pouvait affirmer qu'elle était un joli mélange entre les deux. Son stage presque terminé, elle allait bientôt pouvoir être Psymage à part entière. Bien, à part entière ... elle allait aussi poursuivre sa carrière de mannequin à temps partiel.

Ce matin là, comme tout les matins, Léa-Lily se trouvais dans la salle d'équipe et écoutais les recommandations de son Chef de service. Oui, à Sainte-Mangouste, Luka était son Chef de service et rien d'autre. En dehors, il était son futur beau-frère. La jeune femme s'attacha les cheveux en une queue de cheval lâche avant de prendre le dossier qui lui était attitré ce matin. Le cas d'un enfant de trois ans nommé Martin Parker. Aussitôt, son coeur se serra un peu. Elle pensait à son propre fils Isac qui avait le même âge à quelques mois près. Un enfant en difficulté, c'était toujours touchant. Léa-Lily ouvrit le dossier pour le lire un peu avant de se figer légèrement. Comment ? Ce garçon avait vu sa mère et sa soeur mourir lors de l'attaque des Deux Grands ? Han ? Il avait vu sa famille se faire enflammer, que l'orphelinat avait rapporté. La jeune fille fit de grands yeux et releva subitement la tête vers Luka, question de lui demander s'il était sérieux. Oui, parce que la responsable de l'attaque était Julianne ! Julianne, han ! Sa future belle-soeur ! Luka était tombé sur la tête ou quoi ? Il avait probablement oublié que ... Mais trop tard. Luka était déjà sortie de la salle et tout le monde s'en allait au travail. Léa-Lily devrait s'occuper du dossier jusqu'à la fin du processus thérapeutique. Ce devait être une épreuve. Une épreuve de détachement émotionnel. Oui, la jeune femme, ultra sensible aux autres, devrait faire la part des choses et ne pas se laisser aller dans l'émotion. Oui, c'était une épreuve ! Soudainement, elle fut certaine que Luka y avait pensé en lui donnant le dossier. La future psymage souffla un bon coup et se leva, dossier en main. Quand il fallait y aller ... il fallait y aller !

Léa-Lily sortie de la salle d'équipe pour se rendre dans la salle d'attente. Luka se trouvais devant elle et elle ne put s'empêcher de lui décocher un regard morne. Il se pensait certainement drôle ! La jeune fille entra à son tour dans la salle d'attente et se fit apostropher par une patiente, qui lui disait que des scroutts lui couraient après. Ha oui, Mme Vimy ! Léa-Lily lui sourit et lui dit :


" Votre Psymage arrive, Madame Vimy ! "

La femme aux scroutts se tue à nouveau, se balançant sur sa chaise. Dans le fond, elle était contente de ne pas avoir ce dossier ! Léa-Lily regarda dans la salle et; comme elle ne vit qu'un seul petit garçon; elle s'approcha lentement de lui, le sourire aux lèvres. Le garçon se trouvais avec Sirius et Malka ?! Surprise, Léa-Lily regarda le meilleur ami de ses parents, lui sourit et leur dit :

" Bonjour Sirius, bonjour Malka. Vous allez bien ? "

Léa-Lily s'accroupit devant Martin et le regarda dans les yeux. Elle affichait toujours un sourire sur ses lèvres et elle lui dit doucement :

" Bonjour ! Je suis Léa-Lily. Sirius est mon oncle, tu sais ? Tu le connais ? Dit ? Alors, ça nous fait quelque chose en commun ! Ça te dirait de venir avec moi, dans mon bureau ? J'ai tout pleins de jouets, de toutous, de feuilles pour faire du dessin ... on pourrait jouer ensembles, han ! "


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 422
Age : 22
Localisation : Square Grimmaurd
Age du perso : 15 ans
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Sep - 2:26
Malka sourit gentiment au petit garçon lorsqu'il rendit son gobelet en la remerciant et de nouveau, lâcha la main de son père pour se lever. Cette fois-ci, elle se rendit à la poubelle, y jeta le verre et retourna cette fois encore s'asseoir à sa place. Martin lui demanda si elle n'avait plus de papa et de maman, et elle secoua la tête en signe de dénégation. La conversation commençait vraiment à devenir déplaisante. Peut-être que c'était tout simplement l'endroit. Un endroit fait pours les gens tristes ne pouvait pas être joyeux. Martin parlait maintenant des anges. Evidemment qu'il ne pouvait pas les voir, puisque seuls leurs âmes étaient là-bas. Malka bne savait pas trop au juste à quoi ressemblait une âme, ni même si c'était visible mais dans tous les cas, ça ne pouvait pas être comme le corps. Parce que les corps… Trop tard. Les images de moitié-morts envahir son esprit et elle els chassa désespérément en se concentrant sur le petit en face d'elle. Il pleurait vraiment fort, et elle n'avait aucune idée de ce qu'elle pourrait bien dire pour le réconforter. "T'inquiète pas, tu seras peut-être aussi triste dans quelques années ?" Ca n'était pas facile d'apaiser quelqu'un dont la douleur était si proche de la sienne. Avec ses frères et sœurs, elle pouvait presque tout faire. Elle était leur grande sœur, c'était facile. Là… On serait toujours petit quand on avait perdu sa famille. Elle resta donc silencieuse et posa juste une main sur l'épaule de Martin. Elle aurait voulu faire plus, mais elle ne pouvait pas sa rouvrir la brèche de son propre cœur, et c'était trop douloureux.

A sa grande surprise, sa cousine Léa-Lily se dirigea devant eux et les salua. C'était vrai qu'elle travaillait ici aussi, mais elle l'avait oublié. Malka lui fit la bise et haussa les épaules à sa question. Si elle allait parfaitement bien, elle ne serait probablement pas là. Prenant sur elle, la fillette dit au petit Martin :


"Tu vois, c'est pas une inconnue, c'est ma cousine Léa-Lily, alors tu peux lui parler."

Elle avait prit son ton de grande sœur pour le dire, et avait l'impression que ça avait usé toutes ses forces. Elle se rassit, se préparant à replonger dans la morne attente qui était la sienne avant que le petit garçon ne débarque, quand elle entendit son nom. Ah. Il y avait un homme en blouse devant la porte de la salle qui avait l'air de chercher quelqu'un du regard. Elle regarda Sirius avec appréhension, détacha sa main de celle de son père avec lenteur, et sur ses encouragements, se dirigea de manière hésitante vers l'homme. Elle allait être courageuse comme Papa voulait. Elle avait attendu longtemps, mais maintenant qu'elle était là, elle n'avait plus le droit de reculer. Se mordant la lèvre, elle leva la tête vers le Monsieur et dit timidement

"Bonjour."

Avant de replonger la tête dans la contemplation de ses sandales.A première vue, il avait l'air gentil mais elle non plus n'était pas à l'aise avec les inconnues, fussent-ils des docteurs. Mais Sirius avait été un inconnu lui aussi, et le laisser lui parler ne lui avait apporté que du bien, alors, il fallait lui faire confiance. Peut-être qu'après tout il aurait les réponses à ses questions ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nombre de messages : 40
Age : 22
Localisation : Londres
Age du perso : 8 ans
Date d'inscription : 09/08/2011
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 14 Sep - 9:54
Martin qui pleurait toujours ne fit pas réellement attention à la jeune fille qui était venue les rejoindre. Jusqu'à ce que celle ci s'adresse à lui. Il lui fit une moue dubitative tout en écoutant ce qu'elle lui disait et en la détaillant à travers ses yeux mouillés de larmes. Apparemment la madame s'appelait Léa-Lily, c'était un joli nom ça, connaissait le monsieur qui faisait les farces, enfin il pensait parce qu'elle lui avait dis bonjour mais lui ne connaissait pas son prénom, et lui proposait de venir jouer dans son bureau.

"Maman,... Maman elle m'a dis qu'il fallait pas parler aux zens qu'on connait pas... Même z'il sont l'air gentil... Alors ze peux pas te parler, dit le petit garçon en reniflant."

Il voulait pas désobéir à Maman! C'est alors que Malka lui dis que c'était pas une inconnue vue que c'était sa cousine et qu'il pouvait donc lui parler. Ah... Dans ce cas. Martin releva bravement la tête et essuya les larmes qui lui coulaient encore sur les joues. Il fallait être gentil et courageux lui avait Maryna. Et puis, la madame avait parlé de jouer, pas de parler. Peut être qu'elle aurait un petit train! Martin adorait jouer au petit train! Il en avait un grand avant à la maison mais il n'y en avait pas à l'orphelinat! Pas de circuit, pas de rails, pas de wagon ni de locomotives qui faisaient tchou tchou comme à la maison! Il senti les larmes mouillés de nouveau ses yeux et ses joues. La madame avait un beau sourire et des yeux gentils (il s'était approché pour vérifier!). Il lui tendit donc timidement la main et lui demanda


"Dis madame Léa-Lily, esque tu as un petit train dans ont bureau auzzi? Pasque moi zaime beaucoup les petits trains... Et pis, yen a pas là bas dans la grande maison avec les zautres zenfants..."

Il la regarda avec un petit air interrogatifs. Tout à la pensée des petits trains qu'il y aurai peut-être dans le bureau de madame Léa-Lily il n'avait pas remarqué que ses larmes avaient cessées. Il la regardait d'un air interrogatif et plein d'espoir. Il était presque impatient maintenant de découvrir les jouets! Ça allait changer des tout abimés de l'orphelinat!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
~+ SCÉNARISTE +~
Nombre de messages : 1483
Date d'inscription : 26/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Oct - 10:27

Ce qu'il y avait de bien avec les enfants, c'était que nous pouvions créer rapidement un lien avec eux. Comme preuve, après que le mignon bambin ait hésité à lui parler parce qu'elle était une inconnue, il ne lui avait fallut que le fait qu'elle soit la cousine d'une personne connue, pour qu'il se mette à réagir comme un ami. Léa-Lily eu un sourire avant de se relever et de tendre la main à son petit patient. Il avait déjà prononcé le mot "maman", cela était bon signe. Effectivement, plusieurs enfants en deuil n'arrivaient plus à nommer le nom de la personne perdue ou de parler d'elle. Cela ne semblait pas être le cas du jeune Martin, ce qui augurait très bien. Il n'était pas dans le déni; ou en tout les cas; pas de manière pathologique.

" Je pourrai bien trouver un train. Tu auras juste à me dire comment tu le veux et j'en ferai apparaître un! Allez viens, on va bien s'amuser "

Avec la métamorphose, tout était possible ! Heureusement qu'elle était assez douée dans la matière. De toute manière, pour devenir guérisseure, nous n'avions guère le choix d'exceller dans la matière du Professeur McGonagall. La jeune femme attendit que Martin lui prenne la main et, après un sourire en direction de Sirius, elle se dirigea en direction de la porte de la salle d'attente. En passant près de Malka, elle tendit sa main libre et la passa délicatement dans ses cheveux blonds. Tout irait bien. Elle devait avoir confiance en Luka. Léa-Lily fit un sourire à la fillette avant de sortir de la salle d'attente, se dirigeant vers son bureau.

" Alors, Martin. Tu as quel âge, dit-moi ? "

Y aller lentement en créant un lien efficace. Aujourd'hui, elle n'irait pas dans le vif du sujet, sauf si Martin en décidait autrement. Léa-Lily savait qu'il ne fallait surtout pas brusquer les personnes en choc post-traumatique et l'enfant en vivait certainement un. Il avait vu des horreurs immondes ! Les portes devaient d'ouvrir lentement, très lentement. Parlant de porte, la jeune femme ouvrit celle de son bureau en ajoutant :

" Voilà, tu peux entrer ! Ici, c'est notre bureau à toi et à moi. Personne n'aura le droit d'y entrer et de voir à quoi on joue pendant qu'on y est ensemble. C'est juste pour toi et moi "

Manière de dire que tout ce qui se passait dans le bureau était confidentiel.


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Luka Petrov
~+ SAINTE-MANGOUSTE +~
Nombre de messages : 66
Age du perso : 32 ans
Fonction : Psymage
Patronus : Aucun
Date d'inscription : 01/07/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 4 Oct - 12:21
Luka avait salué brièvement Monsieur Black de la tête à son entrée dans la salle d'attente. Ce ne fut que lorsqu'il vit Léa-Lily entrer à son tour qu'il eu un flash. Merde. Ce qu'il avait été con sur ce dossier ! Léa-Lily était sa belle-soeur et, donc, la belle-soeur de Julianne ! Comme quoi le jeune homme savait faire la part des choses entre les relations familiales et professionnelles. Il avait "oublié" que la jeune interne était sa belle-soeur. Bha, il était un peu trop tard pour lui retirer le dossier Parker. Avec des enfants aussi jeunes, ils ne pouvaient pas se permettre de transférer les dossiers. La jeune femme allait devoir assurer. L'erreur était là et il allait s'en excuser en tant et lieu. Pour le moment, il avait du travail à faire.

Le psymage en chef pencha la tête pour regarder la fillette qui s'était avancée vers lui. Elle semblait renfermée et timide, ce qui était tout à fait normal. Luka allait devoir y aller doucement et ne rien brusquer. C'était toujours le mot d'ordre avec les enfants. Ils n'avaient pas les mêmes manières de comprendre les choses et de les intégrer. Le jeune homme lui fit un sourire et lui dit gentiment :


" Bonjour Malka ... je suis Luka Petrov "

Le Russe regarda sa belle-soeur venir passer la main dans les cheveux de la jeune enfant, lui sourit puis reporta son attention sur Malka à qui il dit :

" Léa-Lily est ta cousine, c'est ça ? Tu sais, c'est ma belle-soeur. Je suis fiancé avec la soeur de son amoureux ... c'est un peu comme si nous étions cousins par alliance non ? Je suis certain que nous allons bien nous entendre tous les deux "

Luka fit un signe de tête en direction de monsieur Black avant de tourner les talons pour sortir de la salle d'attente.

" Viens avoir moi, Malka. Je vais un peu t'expliquer ce qu'on va faire ensemble "

Le psymage sortie de la salle d'attente, marchant dans le long couloir blanc et aseptisé. L'étage de psychiatrie était la plus "vide" des départements de Sainte-Mangouste. Il n'y avait ici aucun cadre, aucune décoration ... que des murs blancs. Aucun objet ne trainait nulle part. C'était un peu déprimant mais c'était essentiel. Si un patient décompensait, il ne devait avoir aucun objet à porté de main pour se blesser ou blesser les autres. D'accord, l'aile dans laquelle ils se trouvaient était somme toute sécuritaire; les patients les plus malades se trouvant derrière une porte close et magiquement verrouillée. Ils ne prendraient pas le risque de faire se croiser les patients très malades à ceux ayant besoin de simples suivis.

Le jeune homme ouvrit la porte de son bureau, sourit à l'enfant et l'invita à entrer d'un geste de la main. Il allait d'abord commencer par lui expliquer en quoi consistait son travail, ce qu'étais la confidentialité, comment il travaillais avec les enfants ... avant de passer aux sujets "badins" pour créer le lien. Le gros du travail allait se faire de manière progressive. Il ne fallait pas brusquer les choc post-traumatique, sinon on risquait de les perdre. C'était un accompagnement, se laisser voguer sur les flots en changeant tout doucement le trajet.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 422
Age : 22
Localisation : Square Grimmaurd
Age du perso : 15 ans
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 4 Oct - 16:13
Debout devant le Psymage, Malka contemplait toujours ses chaussures. Elles étaient jolies ses sandales. En cuir marron avec des petites fleurs blanches et roses fixées dessus. Très… intéressantes à admirer. Elle était courageuse. Papa lui avait déjà dit. Elle avait réussi à aller chercher son petit frère malgré une tornade, et elle n'allait pas oser regarder le monsieur ? Cessant donc de compter les fleurs qui décoraient ses chaussures, elle se força à relever la tête lorsqu'il se présenta. Encore un petit effort et… elle lui rendit un semblant de sourire. Oui, il avait vraiment l'air gentil. Peut-être qu'elle n'aurait pas du être autant gênée d'être là ? Elle avait l'impression qu'il n'y était que pour penser à des choses désagréables, ce qui forcément ne facilitait pas les choses, mais d'un autre côté, elle penserait à ces choses sans forcément être là alors…

Elle se retourna sur le passage de sa cousine, qui venait de lui passer la main dans les cheveux, et la suivit du regard. Elle aurait bien voulu rester avec elle. Ou avec Sirius. Ou avec n'importe qui de connu qui lui éviterait de penser à des trucs pas sympas. Mais non. Elle lâcha un petit hum d'approbation à M. Petrov et en profita pour le regarder. Depuis que Sirius l'avait adoptée, elle n'avait jamais eut une aussi grande famille. Des fois, elle avait l'impression d'être apparentée à la Terre entière. Même M. Petrov qui quelque secondes auparavant était un parfait inconnu avait un lien quelconque avec les Black. Elle essaya de réfléchir pour identifier exactement le lien. Léa-Lily était avec… Marcus, qu'elle ne voyait pas souvent mais qui était… le fils de M. Rogue, celui que Sirius n'aimait pas. Donc si M. Petrov était fiancé avec la sœur de Marcus, c'était le fiancé de… Elle prit son courage à deux mains pour le lui demander.


"J'ai une famille immense maintenant. Vous êtes le fiancé de Eve-Ann ? Ou… l'autre, celle des affiches ?"

Celle qui attaquait les gens, Julianne ? Elle se recula un peu en affichant un air effrayé. Oh non, elle n'avait vraiment pas besoin de ça ! Les adultes disaient que Julianne était une psychopathe, mot dont elle ne comprenait toujours pas le sens. Nazélie lui avait un peu expliqué que ça n'était pas la vraie Julianne, mais une méchante qui se servait seulement de son corps, comme le marionnettiste avec les corps des gens morts mais… Mais en attendant, elle faisait des attaques et elle tuait des gens.

Elle suivit néanmoins M. Petrov à travers le couloir après s'être retournée pour regarder Sirius une dernière fois. Inspirant profondément, elle traversa le long corridor sans personnalité qui lui rappelait un peu ceux de l'orphelinat et s'arrêta derrière M. Petrov. Malgré son malaise, elle était assez curieuse de ce qu'il entendait par "faire ensemble" et entra dans son bureau, y restant debout sans trop savoir où se mettre. Sirius lui avait dit que les Psymages servaient à avoir mal à deux plutôt que tout seul. Peut-être que M. Petrov aurait quand même un programme un peu plus réjouissant ? Elle examina la pièce. Il y avait un meuble plutôt haut avec des tas et des tas de tiroirs, mais pas d'armoire. C'était déjà ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nombre de messages : 40
Age : 22
Localisation : Londres
Age du perso : 8 ans
Date d'inscription : 09/08/2011
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 5 Oct - 14:58
Martin suivit madame Léa Lily les yeux écarquillés. Elle pouvait faire apparaître un train! Waou! Ça, ça plaisait bien au petit garçon. Vous imaginez? Un beau train tout rouge rien que pour lui! Et qui faisait tchou tchou! Ça c'était très important! Il la suivit donc et entra timidement dans son bureau. C'était une grande pièce avec des murs tout blancs et quelques décorations, beaucoup de jouets et un grand bureau. Il se retourna vers la madame. Le bureau était rien que pour eux? Personne n'allait entrer ou lui prendre les jouets pendant qu'il jouait avec? Il la regarda d'un air interrogatif.

"Pesonne? Pesonne peut venir? Même pas la directrice? Elle va pas entrer et me confisquer les jouets?"

C'est que Martin avait très très peur de la directrice et ses yeux méchants! Quand elle le regardait il avait l'impression que ses yeux lançaient des éclairs!!! Mais si la madame lui disait qu'elle ne viendrait pas, il la croyait. Il se détendit et s'approcha des jouets par terre. Oh! Des petits soldats! Et des tutures! Chouette! Un garage, est ce qu'il y avait un garage?...Il regarda bien... Non, pas de garage. Pas grave. Madame Léa Lily allait en faire apparaître un aussi hein!

"Dis madame Léa Lily... Tu peux faire apparaître un petit train? Ze veux qu'il soit tout rouze! Et qu'il fasse tchou tchou! Avec de la fumée! Z'il te plait! dit il en la regardant avec un sourire d'ange."

Le blondinet se sentait à l'aise avec la brune. Elle souriait tout le temps et était gentille. Il se rappela alors qu'elle lui avait demandé son âge.

"Z'ai 2 ans, comme za, ajouta-t-il en montrant deux doigts devant lui.Même que zai bientôt 3 zans. Comme ça. Zest Maryna qui me l'a dis! Elle est très zintellizente ma zoeur tu sais! Zest la meilleure zoeur du monde! Elle est très très très zentille avec moi! Et pis, et pis, il vérifia que personne ne pouvait l'entendre et s'approcha pour lui chuchoter dans l'oreille, même qu'elle manse mes petits pois pacque moi, beh zaime pas za! C'est beurk les petits pois! Mais zhut!!!! Faut pas le dire! C'est un secret! Paseque sinon beh la directrice elle va se fâcher tout rouge! Et moi zaime pas la directrice, elle fait peur! Et elle est mésange! elle veut que ze manze tout mes petits pois!"

Il tira la langue en faisant la grimace! Petits pois égale beurk! Compris?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
~+ SCÉNARISTE +~
Nombre de messages : 1483
Date d'inscription : 26/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 21 Avr - 18:16

Léa-Lily Lupin

La jeune sorcière était entrée dans son bureau et en avait délicatement refermé la porte. Elle avait ensuite fait un sourire tout maternel au petit Parker avant de lui faire doucement non de la tête. C’était bien connu, Léa-Lily ressemblait beaucoup à son père de part sa personnalité. Elle était calme, douce et rassurante. Rien à voir avec l’excitation maladive de sa mère ! Ho, elle aurait fait une bien mauvaise psymage, sa mère ! Juste à y penser et c’était drôle. La jeune femme fit donc signe que non avant de dire avec assurance :

« La directrice ne viendra pas. C’est interdit aux directrices, ici ! Si une directrice entre, elle va se changer aussitôt en crapeau »

Léa-Lily alla s’installer sur le sol. Elle s’y assied en indien et regarda avec amusement le petit garçon faire le tour des jouets. Il semblait aimer ce qu’il voyait. Normal, tous les enfants adoraient venir jouer dans son bureau. C’était aussi ça le but. Elle ne voulait pas les embêter. Non, il fallait qu’ils aiment venir la voir, qu’ils jouent librement, sans crainte. Il fallait créer le lien de confiance et ensuite, les confidences viendraient d’elles-mêmes. Dans ce genre de traumatisme, il ne fallait surtout rien brusquer. La sorcière prit sa baguette, un sourire aux lèvres, et elle l’agita doucement en disant :

« Trein Apparicio »

Un joli train d’un rouge éclatant fit son apparition sur des rails d’un jaune vif. Il émit immédiatement un tchou tchou sonore avant de se mettre à rouler lentement, envoyant une douce fumée dans l’air. Léa-Lily sourit avant de reporter son attention sur Martin. Ainsi, il avait bientôt trois ans. Il avait une soeur très intelligente – probablement chez les Serdaigle – et il n’aimait vraiment pas la directrice, qu’il disait méchante parce qu’elle l’obligeait à manger des petits pois. Déjà quelques confidences. Infimes, mais quand même ! La psymage fit un sourire complice avant d’avouer à l’enfant :

« Moi aussi je n’aime pas les petits pois ! Je trouve que ça ressemble à des crottes de nains de jardin, tu trouves pas ? Tu sais ce que je faisais quand j’étais petite et que ma Maman voulait me faire manger des petits pois ? Je les donnais à son écureuil, han ! Il les mangeaient pour moi, les petits pois »

Si sa mère savait ça, elle était morte ! Nourir Pikpik aux petits pois ! Mais bon, c’était quand même pas ça qui avait fait mourir l’animal de sa mère. Quand même pas ! Il était mort bien des années après, d’ailleurs. Un peu après leur retour en Angleterre, alors ça n’avait rien à voir !

« Tu sais quoi ? Je vais te faire un papier pour la directrice. On va écrire que tu est allergique aux petits pois et que tu peux pas en manger »

Un petit mensonge, han ! Ça ne fera pas de mal !


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Luka Petrov
~+ SAINTE-MANGOUSTE +~
Nombre de messages : 66
Age du perso : 32 ans
Fonction : Psymage
Patronus : Aucun
Date d'inscription : 01/07/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 24 Avr - 22:03
Juste avant qu'il invite Malka à le suivre dans le couloir, l'enfant lui avait demandé avec qui il était en couple. Il avait remarqué son geste apeuré de recul à l'idée que ce soit Julianne. C'était parfaitement normal d'avoir peur. Honnêtement, Luka lui-même n'était pas vraiment à l'aise avec les comportements de sa belle-soeur. Eavan avait beau lui avoir expliqué qu'il s'agissait des effets d'une malédiction datant de plusieurs siècles, que Julianne était sous emprise et qu'il fallait l'aider, Luka n'aurait certainement pas voulu la rencontrer dans une ruelle. Parce qu'il n'aurait pas sut comment réagir. Il ne se voyait pas trop dire à celle qui avait prit possession de Jul "okay mec ... calmos ... calmos ... un joint ?" pour tenter de l'aider ! Et il ne se voyait pas non plus blesser ou tuer sa belle-soeur parce que Eavan risquait de le tuer, lui ! Quoi faire ? Bha, il n'en avait aucune idée ! La question de Malka l'avait par conséquent laissé quelque peu pensif jusqu'à ce qu'il entre dans son bureau.

" Je suis avec Eavan, oui "dit-il en fermant la porte derrière lui

Il n'y avait pas grand chose à ajouter. Disons que le sorcier n'avait pas très envie de s'étaler sur la situation de sa belle-soeur. Premièrement, Malka était une enfant. Deuxièmement, parce qu'il n'aurait pas sut quoi dire. Le sujet de sa belle-soeur n'était effectivement pas un secteur où les gens se plaisaient de discuter.

Le psymage se dirigea en direction de gros poufs colorés posés sur le sol et il se laissa tomber dans l'un d'eux, s'assoyant en indien. Jambes croisées il regarda Malka en souriant et lui dit simplement :


" Tu viens t'asseoir ? J'aimerais discuter un peu avec toi, faire ta connaissance. J'ai une boite à discussion ... on pourrait un peut jouer avec elle, qu'en pense tu ? Tiens ... "

Luka prit une boite en plastique, joliment décorées de diverses images comme des licornes, des dragons et autres créatures magiques. Il retira le couvercle et pigea un carton tout aussi coloré qu'il lu avec intérêt (comme s'il ne savait pas ce qui était écrit sur le carton) :

" Haaaaa ... quelle est ton équipe de Quidditch préférée ? D'accord, bien mon équipe préférée c'est les Gargouilles de Gorodok. Ils sont géniaux ! Toi, tu as une équipe que tu préfères ? "

La question pouvait sembler anodine, mais elle servait à créer un certain lien. Il fallait bien débuter quelque part ! Personne, dès qu'il avait atteint un certain âge, de se confiait comme ça à un inconnu. Et heureusement !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 422
Age : 22
Localisation : Square Grimmaurd
Age du perso : 15 ans
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 25 Avr - 16:52
Eavan et non Eve-Ann. Peut importait du moment que ça n'était pas Julianne ! Malka se détendit très légèrement, ou disons qu'elle retourna à son état initial. Ça aurait difficile de parler à quelqu'un de marié à une meurtrière, même juste au corps d'une meurtrière. Bon, elle supposait que l'époux de Julianne ne devait pas trop avoir de contacts avec sa femme en ce moment vue qu'elle était recherchée, mais ça aurait quand même été effrayant. Et même si ça ne l'avait pas été, comment parlé de combien c'était bizarre que le corps de votre maman puisse faire des choses horribles sans que ça soit vraiment votre maman avec quelqu'un qui vivait la même situation ? Ça l'aurait forcément rendue triste et confus et alors, où était l'intérêt d'essayer d'aller mieux si c'était pour que quelqu'un d'autre aille plus mal ? C'était aussi pour ça qu'elle gardait souvent tout pour elle, parce que le malheur, c'était comme le rhume, contagieux, alors ça n'aurait pas été la peine de venir ici si le médicomage Petrov avait été marié à Julianne VanHolsen.

Commençant à perdre un peu le fil de ses pensées, la blondinette suivit du regard la porte du bureau que M. Petrov venait de refermer et s'efforça de rassembler son courage. Après tout, si tout cela s'avérait être horrible, elle était sûre que Sirius ne la forcerait pas revenir. Elle ne savait pas trop où se mettre et fut donc soulagée quand M. Petrov lui demanda de s'asseoir. Elle acquiesça. S'empressant d'obéir et ravie d'avoir quelque chose à faire, elle s'assit délicatement sur un pouf en face du guérisseur puis se remit à contempler ses chaussures. Elle ne savait pas trop où regarder en fait, mais bon, elle n'avait jamais observé autant ses sandales et cela commençait à perdre son intérêt. Elle suivit donc du regard la "boîte à discussion". C'était bizarre comme idée. Comment on pouvait faire tenir un dialogue dans une boîte ? Sa curiosité piquée, elle releva un peu la tête et observa ce que faisait M. Petrov. Ah, c'était une boîte à sujets de discussion ! Les dessins dessus avaient l'air assez innocents. Des bêtes magiques dessinées comme dans les contes, c'était bon signe, non ? En terrain inconnu et mal à l'aise, Malka cherchait à se rassurer, mais peut-être qu'elle n'en aurait pas besoin. Peut-être qu'effectivement, M. Petrov avait un programme plus réjouissant que de parler de moitié-morts.

En entendant la question sur les équipes de Quidditch, elle se relaxa un peu dans son pouf et sourit même légèrement. Ca, ça allait.


"Les Flèches d'Appleby."

Elle n'était pas à proprement dit une fervente supportrice comme Oncle James par exemple, qui était toujours à fond derrière ses équipes préférées et se mettait de mauvaise humeur lorsque celles-ci perdaient. Les Flèches d'Appleby avaient simplement été l'équipe préférée de son père et chaque fois qu'ils gagnaient, elle s'imaginait qu'il était content et le revoyait lui faire un clin d'œil. Avec son poste au Ministère des Transports Magiques, Alexander Covey les avait même rencontrés.

"Mon père avait même eut des autographes un jour, en inspectant leurs balais."

Qu'étaient devenus ces autographes ? Peut-être qu'un Oubliator du Ministère les avait pris, ou peut-être qu'ils étaient simplement perdus et détruits, comme tout le reste. Elle se disait parfois qu'elle aurait voulu que l'on lui garde des choses, qu'on les mette de côté à Gringotts, mais elle n'avait pas pensé à le demander dès le début donc… Peut-être que l'orphelinat s'était servit, vu les économies drastiques que la Directrice essayait tout le temps de faire et son incompréhension totale de la valeur sentimentale des objets, c'était possible. L'important était qu'elle ait pu garder son album photo et Poupette.

Elle leva les yeux et osa enfin regarder M. Petrov en face. Il fallait avouer que c'était plus pratique pour parler. Tant qu'on en restait à des choses comme le Quidditch, ça irait et elle pouvait se détendre un peu. Quand on y réfléchissait, c'était peu probable que le guérisseur la mange.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Une invitation que,malheureusement je ne peux refuser(PV HC)
» Bilbo le hobbit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~+ Poudlard : La Magie s'ouvre à vous +~ :: En dehors des murs :: Londres :: Hôpital Saint-Mangouste :: Psychiatrie-
Sauter vers: