Harry Potter à notre saveur !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Septembre 2001 : Le Sabbat dans la magie

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
~+ POUDLARD +~
avatar

Nombre de messages : 736
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
84/100  (84/100)
Gallions: 12 493
Inventaire:

MessageSujet: Re: Septembre 2001 : Le Sabbat dans la magie   Dim 4 Déc - 17:30

Je regardais Monsieur Waldon avec attention. Le pauvre semblait perdu et dans tous ses états. Manifestement, il ne s'attendait pas du tout à ce que je le questionne, han. Il était si à l'écart des autres, si silencieux que cela en était presque triste. Maintenant, il semblait sur le point de s'enfuir en courant et je lui fit un sourire remplit d'encouragements. J'étais certaine que sa réponse allait être parfaite. Il fallait se faire un peu confiance, han ! L'important, ce n'était pas d'avoir raison en entier, han, mais de faire des efforts pour parfaire ses connaissances. Mon regard se fit plus attentif quand mon élève se risqua à répondre. Il me donnait une explication Moldue du Sabbat, ce qui était super intéressant, vous savez ? Han ? Mon sourire augmenta donc et je lui dit :

" Excellent, Monsieur Waldon, han ! Vous donnez une réponse fort intéressante, vous savez ? Effectivement, pour les Moldus, le Sabbat est la septième journée de la semaine, soit le dimanche. Pour les juifs, il s'agit du jour du Seigneur, le jour du repos. C'est pour cette raison que les Moldus ne travaillent pas le dimanche, en tout les cas qu'ils ne travaillaient pas pour la plupart à l'époque. De nos jours, la religion à beaucoup moins d'impacts dans nos vies, que ce soit chez les Moldus ou chez les Sorciers. J'accorde donc trois points à Griffondor pour cette réponse intéressante, Monsieur Waldon "

C'était un parfait exemple de connaissances. Oui, il fallait aussi en savoir plus sur les Moldus, non ? Ils nous cotoyaient vous savez et ils faisaient partie du monde, comme nous. Nous étions tous semblables, en somme. Apprendre des choses sur l'autre monde était aussi intéressante qu'enrichissante. Je fit un sourire à Monsieur Waldon avant de marcher dans la classe en disant :

" Pour notre monde, on dénomme Sabbat les assemblées nocturnes de sorcières, lesquelles donnent lieu à des banquets, des cérémonies païennes, voire des orgies, selon les Moldus ce qui n'est pas le cas, évidemment. Il faut distinguer le sabbat des sorcières du Chabbat hébraïque. Au Moyen Âge, certains textes chrétiens de démonologie vont jusqu'à qualifier le sabbat des sorcières de « synagogue des sorcières » ou de « synagogue du diable », sans doute à cause de l'analogie entre les deux termes, mais aussi parce que les rites et usages juifs étaient alors méconnus et mal considérés. Certains voient dans le mot sabbat un dérivé de Dionisio sabazius, d'autres de sabae; qui signifie chèvre, d'autres encore, comme Margaret Murray, du verbe esbattre, dont la racine est commune aux langues romanes. Dans certains textes, le sabbat est effectivement appelé esba. Pourtant, on sait par la Bible qu'il vient du mot hébreu Shabbat dérivé probablement étymologiquement du chiffre 7. Celui-ci a une grande importance dans la Bible et les mythologies égyptienne et babylonienne, liées aux observations des astres. Sabbat serait la déformation de ce terme ; il conviendrait davantage de parler d'esba que de Sabbat. "

Je prit ma respiration et m'arrêtai au fond de la classe avant de me retourner pour regarder mes étudiants. Ils écrivaient tous avec fébrilité. En tout les cas, ceux que je regardais. Je fit un sourire attendrie devant tant d'assiduité et ajoutai :

" Vous savez, vous pouvez enchanter vos plumes, han. Elles écrirons d'elles-mêmes pendant que vous écouterez le cours. Le sort est peann uathoibríoch "

J'agitai ma baguette dans l'air et fit apparaitre le nom du sortilège en lettres bleues scintillantes. La prononciation n'était pas évidente, han, mais ils allaient y arriver. J'ajoutai simplement :

" Il faut tapoter votre plume trois fois han, et la dernière fois, vous devez faire un petit cercle avec votre poignet, en direction de la droite et exactement au moment de prononcer "bríoch" "

J'attendis que mes élèves s'exécutent, un sourire aux lèvres. Je ne donnais pas le cours de Sorts et Enchantements, et après ? Han ? Quelle importance ? Dites ? Ils apprenaient et c'était l'essentiel. Après quelques secondes, je dit :

" Comment s'installe le Sabbat sorcier au travers l'histoire ? Han ? Déjà l'Inquisition, commencée en 1229, répand les idées d'hérésie et de sorcellerie. Le procès des Templiers, en 1307, donne reconnaissance à l'idée que certains adorent une idole à tête animale et le corps couvert de la graisse d'un nouveau-né. Ou alors ces sacrilèges adoreraient un chat noir. En 1324-1325, en Irlande, à Kilkenny, l'évêque de Ledreda intente un procès à Lady Kyteler, qu'il accuse de posséder un démon privé avec lequel elle a des relations sexuelles et qui lui permet d'ensorceler ses ennemis. La bulle Super illius specula en 1326 du pape Jean XXI assimile la magie rituelle à une hérésie. Le Pape dit alors : "A la fin du XIV° s., deux femmes de Milan sont accusées de chevaucher des animaux, la nuit, de les dévorer, puis de les ressusciter. Elles sont aussi accusées d'entretenir des relations sexuelles avec un démon. C'est le premier cas avéré d'une collision entre plusieurs de ces croyances : celles des dames de la nuit et celle de la sorcière cannibale" Mais comment le stéréotype du Sabbat se forme t-il et à quelle époque ? Han ?"

Encore une fois, je repris mon souffle. Je parlais vraiment trop, vous savez ? Ha, vous le savez ? Comment ça ? Han ?




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Septembre 2001 : Le Sabbat dans la magie   Sam 24 Déc - 12:13

Le Poufsouffle soupira légèrement. Il ne trouvais pas grand chose dans son livre et pour être honnête, il ne cherchais pas bien fort non plus ! Eloi abandonna donc l'idée de trouver une réponse et tourna la tête pour regarder par la fenêtre, se perdant dans quelques pensées sommaires. En dernière année à Poudlard, il pourrait bientôt faire les essais pour entrer dans une équipe professionnelle de Quidditch et c'était considérablement stressant ! Ça prenait pas mal de son temps de réflexion, en fait. Les essais auraient lieu en février prochain et il se devait de donner les bouchées doubles sur le terrain. Il lui faudrait s'entraîner presque sans arrêt, prendre chacun de ses moments libres pour perfaire ses mouvements. Oui, pour Eloi, il y avait d'intérêt que pour le sport.

Le jeune homme tourna la tête vers le Professeur A.Lupin, qui s'était mise à leur donner des informations de manière rapide et énergique. Il avait presque oublié qu'il se trouvais dans le cours le plus intensif de Poudlard ! Bon, alors il était aussi bien de se hâter de noter et de mettre ses rêveries de côté. Eloi prit sa plume et nota du mieux qu'il le pouvais, les données offertes par son Professeur et il constata vite qu'il finirait avec une tendinite s'il n'exécutais pas le sort d'enchantement des plumes; comme venait de leur souligner la directrice de Serdaigle. Le préfet de Poufsouffle prit sa plume et enchanta sa plume d'une main habile. Ce sort était génial ... il pourrait ainsi se concentrer sur ... non, pas sur ses rêves éveillés, mais sur ce que disais le professeur ! C'était le négatif du sort peann uathoibríoch, cela facilitait trop l'égarement de l'esprit.

Eloi posa les coudes sur son pupitre et regarda son Professeur, tentant de se concentrer sur ses paroles. Évidemment, plusieurs évènements dans l'histoire étaient liés à la possession démoniaque ou aux liens avec les forces des ombres. La peur engendrait toujours ce genre de perceptions. Si une personne avait des facultés spéciales, on y voyait aussitôt un pacte avec Satan ... mais pourquoi est-ce que Dieu ne donnerait pas les mêmes dons ? Pourquoi est-ce que la magie était considérée automatiquement comme un effet du Diable ? Stupide. En plus, y ajouter des ébats sexuels en plus ... les Moldus adoraient se faire des peurs, c'était un fait indéniable ! Le Poufsouffle tira son livre à lui, prêt à trouver une réponse à la nouvelle question de son Professeur. Il commençais à trouver un petit intérêt au cours .. et les mauvaises langues, taisez-vous ! Ce n'était pas parce qu'il y avait des éléments charnels d'impliqués ! Vraiment pas ! Franchement ! Le Lycan tourna les pages du volume et finit par lever la main. Il tenait quelque chose qui lui semblait approprié.
Revenir en haut Aller en bas
Donovan Lasher
~+ MINISTÈRE +~
~+ MINISTÈRE +~
avatar

Nombre de messages : 175
Age du perso : 18 ans
Fonction : Ministère de la Magie, Département de la Justice Magique, Bureau des usages abusifs de la magie
Réincarnation de Salazar Serpentard

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
100/100  (100/100)
Gallions:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Septembre 2001 : Le Sabbat dans la magie   Lun 23 Jan - 18:48

Le jeune garçon avait écouté la réponse de Quentin avec un léger sourire aux lèvres. Le pauvre petit chou donnait une réponse très imprécise et cela l’amusait beaucoup. Et, en même temps, il sentais Salazar en lui qui s’évertuais à lui dire de ne pas rire de sa Helga, alors que sa Helga bha ... Donovan s’en foutais pas mal ! Qu’il le laisse tranquille, merde ! Maintenant, il ne pouvais même plus se payer la tête de Waldon. Que lui restait-il d’autre dans la vie, s’il ne pouvais plus rire de personne ? Ses Gallions ! Bha, heureusement que ses parents en avait plein !

Le Poufsouffle n’eut pas trop le loisir de s’amuser, parce que le Professeur A.Lupin s’était mise à parler comme une perdue. Mon Dieu, ce qu’elle pouvait en sortir des mots en peu de temps ! Comment un être humain pouvait faire ça ? C’était presque impossible. Donovan prit donc sa plume; s’il ne voulait pas passer à côté du terrain de Quidditch en oubliant de noter des choses importantes; et se mit à écrire ce que racontais le Professeur. Le problème, c’était qu’elle en disait tellement que le pauvre enfant n’arrivait pas à suivre. Il écrivait et écrivait en oubliant le trois quart des mots précédent et en s’embourbant la plume avec ceux qui restaient. C’était Dionisio Sabazius qui avait inventé le Sabbat, c’était bien ça ? Ça devait être ça ...

La réincarnation de Serpentard allait se frotter la main quand le Professeur A.Lupin se décida à leur dire qu’ils pouvaient enchanter leur plume. Bravo ! Non mais, elle n’aurait pas put leur dire ça avant ? Il lui semblait que cela aurait été utile, non ? Donovan prit sa baguette avant de faire une drôle de tête. Le sort se prononçait comment ? Peann Uathoibríoch ?! Ça allait encore pour le peann mais le uathorabrioche là ... Pourquoi est-ce que les sorts étaient-ils si complexes pour l’amour ? Lentement, Do reposa sa baguette, abandonnant par le fait même l’idée d’enchanter sa plume, et il se remit à écrire en maugréant un peu ... Merlin, pourquoi elle parlait tant ? Il était certain que le trois quart de ce qu’elle racontais n’avait que peu d’importance. De toute manière, cela parlait de Moldus qui les avaient tués en pensant qu’ils mangaient les petits enfants et couchaient avec le Diable ! Les Moldus ... tous des idiots ! Juste pour les rendre encore plus dingues, Salazar avait courru après leurs enfants, une fois, dans les rues, avec un grand sac pour faire mine de vouloir les enlever pour les faire bouillir ! Ce qu’il s’était amusé ce jour là ! Godric lui avait dit que cela n’avait eu aucun sens de faire ça et Helga lui avait fait la gueule deux jours mais bon ... c’était quand même des Moldus insipides et sans intérêts. On allait quand même pas lui en vouloir pour si peu ! Franchement !

Donovan leva la main. En fait, c’était plus Salazar qui l’avait fait. Le Professeur A. Lupin voulait savoir comment le stéréotype du Sabbat s’était mit en place ? Bha, il allait lui répondre que c’était à cause de la stupidité des Moldus et qu’ils devraient tous être pendus. Voilà !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guenièvre Lakers
~+ INSTITUT +~
~+ INSTITUT +~
avatar

Nombre de messages : 647
Age du perso : 18 ans.
Fonction : Institut de formation des Aurors - 1ère année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Membre de l'Ordre du Phénix.
Patronus : Lion

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
100/100  (100/100)
Gallions:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Septembre 2001 : Le Sabbat dans la magie   Sam 28 Jan - 6:31

Le cours avait définitivement commencé, et le débit du professeur Lupin le prouvait bien. Sa conversation avec Donovan allait vite devenir difficile voire impossible à tenir. Se concentrer sur deux choses à la fois, surtout sur deux choses exigeant autant de précision et d'attention, ça n'était pas possible. Un coup à formuler ses pensées à voix haute et à donner des précisions sur le sabbat à Donovan ! Non, mieux valait mettre fin temporairement à la conversation. Temporairement, parce que bien sûr, ils en reparleraient. Elle n'allait pas lâcher l'affaire comme ça juste parque Môsieur Salazar faisait mumuse avec leurs nerfs. D'ailleurs, avec un peu de chance, cette histoire allait titiller l'ego de Godric, et il lui enverrait un rêve un peu plus révélateur, juste pour qu'elle ait le plaisir de donner des infos avant Serpentard. Nah ! Bon, c'était un peu utopique comme scénario, et il aurait été puéril pour Griffondor d'agir comme ça, mais quand il s'agissait de Salazar, il oubliait bien souvent sa dignité en voulant trop la sauver, alors, elle avait une petite chance.

Quentin venait d'être interrogé, et Guenièvre chassa ces pensées de son esprit pour écouter sa réponse, qu'elle jugea excellente. Trop de sorciers négligeaient d'étudier les Moldus et les considéraient comme une sorte de race inférieure plus ou moins invisible, mais c'était oublier que leurs histoires étaient intimement liées. La jeune Serdaigle regarda d'un air affligé et méprisant les Serpentards occupés à se moquer de Quentin et adressa ensuite un sourire à ce dernier. C'était intéressant de s'interroger sur tous les sens d'un mot, pas stupide. Elle-même était à moitié moldue par sa mère après tout.

Heureusement, le professeur Lupin ne laissait jamais de temps mort dans son cours, et les arrogants de Serpentard furent bientôt trop occupés à gratter sur leurs parchemins pour avoir encore le temps de se moquer des gens plus intelligents qu'eux. Guenièvre aussi écrivait à toute allure, tant et si bien que ses notes seraient illisibles dès qu'elle aurait oublié les détails du cours, ce qui signifiait qu'elle devrait les recopier dans la soirée plutôt que d'aller faire un tour en balais comme elle l'avait prévu au départ. Réjouissante perspective. Sortant sa baguette qui n'était jamais bien loin, elle la tendit vers sa plume et tenta de l'ensorceler avec avoir répéter le sortilège trois fois dans sa tête dans sa tête. Bingo ! Sa plume se mit docilement à prendre des notes d'une écriture qui ressemblait à la sienne très améliorée. Voilà, elle avait limité les dégâts. Ses notes seraient prises et elle ne s'était pas rendue ridicule en ratant un sortilège en public. Ne restait plus qu'à lever la main pour répondre à la question, ce qu'elle fit. Oui, elle pouvait bien se moquer de l'ego de Godric, parce que le sien (le leur ?)était tout aussi présent.


Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Septembre 2001 : Le Sabbat dans la magie   Dim 29 Jan - 21:39

Justin baissa la main. Son compagnon de classe avait été interrogé et, de ce fait, il n’avait plus besoin de garder la main levée. Pourquoi le faire alors que Griffondor aurait déjà des points ? Si nécessaire, il allait la relever pour ajouter des informations, mais ce serait surprenant qu’il le fasse; sa réponse n’étant pas si complète que cela de toute façon. Le jeune homme, plume en main, prit quelques notes sur ce que disait Quentin concernant le Sabbat du point de vue des Moldus. Il trouvais cela très intéressant ! Effectivement, même s’il était né de parents Moldus, il ne connaissait pas du tout cette version de l’histoire. Disons que ses parents; Benjamin et Cecilia Emmerson; n’étaient pas des plus porté sur l’ésotérisme et la magie. Ils étaient terre à terre et pas trop enclin à discuter du Sabbat ou des Sorcières. Bref, Justin n’avait entendu de la magie que les contes pour enfants dans lesquels les sorcières mangaient les gamins et n’avait pas trop appris sur le Sabbat ou de quelconques rituels. Le Griffondor était donc étonné et à la fois intéressé d’apprendre à quel point les deux mondes étaient liés, malgré tout ce que les sang purs pouvaient dire.

Le rouge et or perdit néanmoins rapidement le fil de son écriture, puisque le Professeur A.Lupin venait de se mettre à parler comme si sa vie en dépendait. Comment c’était possible de parler ainsi sans mourir étouffée ? En tout les cas ... Justin fit ce qu’il put pour écrire le plus possible, mais il allait certainement manquer pas mal d’informations. Tant pis ! Il n’allait pas s’en faire pour si peu ! Ce fut donc d’une main molle qu’il tenta le sort au nom imprononçable, afin d’enchanter sa plume dans l’espoir de se sauver du travail.


:: Réussite ::

Pas si compliqué que ça ! Justin sourit fièrement avant de s’adosser au dossier de sa chaise. Il pouvait maintenant relaxer et ne plus trop sans faire avec ses notes. Il allait devoir se rapeller de cet enchantement ! Le Griffondor tourna les yeux vers le Professeur A.Lupin et tenta de se concentrer sur ce qu’elle racontais. Tenter oui. Ce n’était pas parce qu’il ne prenait plus de notes de manière incessante qu’il parvenait à demeurer concentrer ... quand on lui parlais trop, c’était comme si on ne lui parlais pas assez ! Bon ... elle parlait de démons et de rituels sexuels sataniques. Ouh ! Gênant et surtout un peu ... perturbant. Voir si les Moldus avaient vraiment crut ça ?! C’était un peu honteux. À savoir comment le stéréotype s’était produit ... heu ... aucune idée. Sauf peut-être ... Le jeune homme leva la main, une idée confuse dans sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Septembre 2001 : Le Sabbat dans la magie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Septembre 2001 : Le Sabbat dans la magie
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» a propos du 11 septembre 2001
» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion
» Pratiquant la magie au clair de lune...
» ? Groupe 1 - Grand Central Terminal.
» Formulaire d'inscription au cours de magie des éléments

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~+ Poudlard : La Magie s'ouvre à vous +~ :: La ruée des Moldus :: Le tombeau :: La crypte contemporaine-
Sauter vers: