:: Entre les murs :: Les Salles de Cours :: Les Cours Obligatoires :: DCFDM Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cours 2 :: Novembre 2001 Les Vampires ::

avatar
Remus Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 524
Localisation : Avec ma louve
Age du perso : 46 ans
Fonction : Professeur de Défenses contre les Forces du Mal
Vice-Directeur de Poudlard
Directeur de Griffondor
Patronus : Loup
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 1 Nov - 22:46
1 novembre 2001

Novembre se levait lentement et avec lui, plusieurs inquiétudes. Effectivement, suite à l'attaque sanglante des Deux Grands sur Poudlard, nous avions songé à annuler l'ensemble des cours et à renvoyer les étudiants chez eux. Disons que ce qui c'était passé était un immense choc. Nous avions tout fait pour protéger le château, nous avions mit de puissants sortilèges en place pour assurer la sécurité de tous, mais malgré tout plusieurs élèves en avaient payés le prix de leur vie. Les Deux Grands et leur horde étaient entrés ici comme dans un moulin à eau. Nous avions tout tenté pour les repousser, pour sauver les élèves en les envoyant le plus efficacement dans leurs salles communes, mais trop tard pour quinze d'entre eux. Après l'attaque des morts-vivants de Cigodan Dumbledore, cette nouvelle situation catastrophique nous remplissait de désespoir et de culpabilité. Severus se trouvais dans son bureau depuis un mois. Il n'osait plus en sortir tellement la pression pesait sur lui. J'avais tenté de lui parler, mais rien à faire. La seule chose qui permettais de m'assurer qu'il était encore en vie, était les mouvements perceptibles sur la carte des Maraudeurs. Il passait son temps -- ou presque -- à marcher de la fenêtre de son bureau à sa chaise. Pour ce qui était de Amélia, elle était presque hystérique. Elle ne pouvait pas croire que les sortilèges qu'elle avait trouvé et elle-même mit en place avaient échoués. Pour elle, ce qui se passait avec les Deux Grands était anti-scientifique. Les démons, les possessions, l'Enfer, les malédictions ... c'étaient pas scientifiquement prouvable, qu'elle disait. Si seulement c'était une histoire de possession djinnique, qu'elle radotais sans cesse. Pour ma part, j'étais inquiet et perplexe. Je ne dormais que peu et j'avais maigri de plusieurs livres. À me voir, on aurait juré que j'avais cessé de prendre ma potion anti-lycanthrope et que j'étais encore sous l'effet de mes transformations.

Bref, nous avions d'un commun accord décidé d'annuler les cours du mois d'octobre. Personne n'avait la tête à ça et nous voulions prendre le temps nécessaire pour déterminer un nouveau plan d'action. Finalement, nous avions décidé de poursuivre les cours, ajoutant quelques sortilèges -- cette fois de magie noire -- sur Poudlard. Je n'étais pas trop d'accord pour utiliser ce genre de magie, mais nous n'avions maintenant guère le choix. J'espérais simplement que tout irait bien.

Perturbé par les souvenirs des agissements de Julianne -- enfin, de celle qui avait prit son corps -- et de Malefoy, je me dirigeais en direction de ma salle de classe. Je savais que je devais redoubler d'effort pour obtenir la collaboration, l'attention et la motivation de mes jeunes élèves. Je devrais aussi oeuvrer doublement pour ma propre motivation. Peut-être aurions nous mieux fait d'annuler l'année ... même si cela aurait donné du pouvoir aux Deux Grands.

J'entrai dans la salle de défenses contre les forces du mal, jetant un regard en direction de l'immense squelette de dragon qui trônais au plafond. J'allais devoir le nettoyer un peu. Je me rendit jusqu'à mon bureau, posait ma mallette dessus puis me retournai en direction du squelette vers lequel je tendis ma baguette magique. Machinalement, je lançai un sort de dépoussiérage avant d'aller m'asseoir. Plume en main, je notai quelques mots sur mes parchemins. Je devais rassembler mes idées, trouver une solution active pour parvenir à contrer cette puissante malédiction. Il devait bien y avoir quelque chose à faire pour contrer ce don de souhaits ! Dire que Julianne n'avait eu qu'à souhaiter que nos protections se lèvent pour entrer ... comment pouvions nous nous défendre contre une puissance aussi grande ?




__________
Époux de Amélia Potter
Père de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-père de Isac & Sarah
Co-propriétaire de la boutique Les Maraudeurs
Professeur de Défenses contre les forces du mal 
Directeur de Griffondor & Vice-directeur de Poudlard
Loup-Garou de son état
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Donovan Lasher
~+ POUFSOUFFLE +~
Nombre de messages : 158
Age : 36
Age du perso : 14 ans
Fonction : Quatrième année à Poudlard
Réincarnation de Salazar Serpentard
Date d'inscription : 14/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 5 Nov - 17:45
Un fantôme. Voilà comment nous aurions put décrire le jeune Donovan Lasher. Depuis l’attaque de Poudlard, le Poufsouffle ne dormait presque plus. Terrorisé, il voyais sans cesse les scènes d’horreur derrière ses paupières closes. Le manque de sommeil se faisait clairement sentir par la pâleur de sa peau et les cernes sous ses yeux. D’ailleurs, ces derniers s’étaient un peu enfonçés dans leurs orbites tellement il était épuisé. Il lui faudrait bien dormir paisiblement à un moment où à un autre. Le jeune garçon devrait certainement passé à l’infirmerie. Mme Pomfresh allait nécessairement lui donner quelque chose pour dormir. Elle ne pouvait pas le laisser ainsi ! Puis, il pourrait peut-être aller discuter sérieusement avec Serpentard dans ses rêves, s’il pouvait dormir profondément quelques heures. Donovan voulait savoir. Après ce qu’il avait vu comme horreurs, il voulait des réponses et considérait que c’était son droit. Le fondateur aurait beau lui affirmer qu’il ne pouvait rien dire, Lasher allait tout faire pour lui tirer les vers du nez ... quitte à lui dire qu’il allait embrasser Lakers ! Oui, vous avez bien lu ! Donovan était prêt à embrasser Lakers et à en faire sa petite amie si c’était pour délier la langue de Serpentard ! Jamais l’hériter Lasher ne croirait que Salazar allait le laisser faire sans lui cracher tout ce qu’il savait ! Héhé !

Sur ces projets plus ou moins plaisants – Guenièvre n’était pas laide quand même – Donovan se traina les pieds jusqu’à la salle de classe de Défenses contre les forces du mal. Quelle idée de reprendre les cours avec le plus « affreux » d’entre eux ! Parce que, il fallait l’avouer, en défenses contre les forces du mal on apprenait à se battre contre ... les forces du mal, hein. C’était ironique ou pas ? Probablement. Le Poufsouffle entra donc dans la classe décorée avec des squelettes et des têtes réduites. Bonjour l’ambiance. Tant qu’à y être, aussi bien accrocher des tripes au mur ! Non, Do n’était pas d’humeur joyeuse joyeuse. Le jeune garçon salua son Professeur d’un signe de tête avant de s’asseoir. Il était seul pour le moment. Il aurait aimé que ce soit le contraire. Le garçon ferma les yeux mais les ré-ouvrit rapidement. Ne pas fermer les yeux. Plus jamais. Il ne voulait plus voir ces corps ensanglantés, il ne voulait plus entendre les cris de terreur. Jamais.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tetsuko Alween
~+ POUFSOUFFLE +~
Nombre de messages : 39
Age : 21
Age du perso : 12 ans
Fonction : 2eme année
Date d'inscription : 28/10/2011
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 6 Nov - 11:35
Les yeux mis clos, Tetsuko avançait dans les couloirs. Les cours ! Comme si cela allait lui changer les idées ? Ses nuits étaient horribles, d'ailleurs elle ne dormait plus. Elle voyait encore du sang partout, des monstres, ... Arriverait-elle a oublier ?
Peut être qu'aller en cours de défense contre le mal l'aiderais à "mieux se défendre". Mais comment pourrait elle se défendre ? Elle n'avait que onze ans et se sentait impuissante. Les lettres que lui envoyait son père essayait de la rassurer, mais elle savait elle même que lui aussi avait peur. D'ailleurs, qu'est-ce qui le retenait de la reprendre chez elle ?
La jeune fille avançait, lentement, vers la salle. La fatigue qui était si forte finirait bien par laisser ses peurs partir et la laisser dormir ? Si seulement ! Elle n'avait pas envie d'avoir recours à l'infirmerie. Mais si cela continuait, elle devra y aller.
Elle entra dans la salle et vit Donovan. Il n'avait pas l'aire mieux qu'elle au niveau sommeil.
La salle rempli de squelettes lui donna une drôle d'impression. Ca n'en finira donc jamais ? La mort lui monta à la tête. Son visage se rempli de terreur. Elle vit encore une atroce image. Elle essaya se calmer légèrement pour saluer le professeur. Mais n'y arriva pas.


" Bonjour Monsieur "

Elle s'assit non loin de Donovan. La jeune fille n'était pas d'humeur à parler et elle se dit que lui non plus. Elle sortit ses affaires. Mais, au contraire de son habitude, ne les rangea pas correctement sur la table.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Garett Ambertis
~+ CIVIL(E) +~
Nombre de messages : 82
Age du perso : 21 ans
Fonction :
* Ex Batteur pour les Catapultes de Caerphilly
* Vendeur chez Jouville l'Apothicaire

Patronus : Âne
Date d'inscription : 23/07/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 6 Nov - 20:21
Une sensation de nausée était encore perceptible au fond de son être. Garett ne savait pas si cette impression allait un jour le quitter, comme il ne savait pas s'il pourrait rêver d'autre chose que de jets sanglants éclaboussant les murs de pierre de Poudlard. Il avait tenté de se battre, mais cela n'avait pas servit à grand chose. Ho, il avait bien réussit à contenir quelques dévôts, mais les Deux Grands étaient quand même parvenus à tuer plusieurs personnes dont deux de ses meilleurs amis. Le Serdaigle avait vu leur têtes éclater comme des grains de pop corn sans qu'aucun sort ne fut lancé. En tout les cas, pas à ce qu'il se souvenais et croyez-moi, il se souvenait de beaucoup de détails morbides. Non, il ne pourrait jamais oublier ça.

Le mois d'octobre était passé comme dans un rêve éveillé, un rêve qui ne se terminerait jamais. Garett ne pouvait que se dire une chose : il était vivant et il allait en profiter. Oui, il savait maintenant que la vie était trop courte pour perdre son temps dans des choses futiles, pour trainer de vieilles rancunes. Il fallait vivre, vivre et profiter de la vie autant que l'on pouvait. C'était une leçon que l'on apprenait plus tard dans la vie ... oui, il était bien jeune pour faire cette prise de conscience mais souvent on ne choisissait pas nos apprentissages.

Le Serdaigle, sac sur l'épaule, se rendait d'un pas déterminé en direction de la salle de Défenses contre les forces du mal. Il voulait apprendre à se défendre encore plus, à combattre le mal, à les combattre. Il voulait venger la mort de ses copains. Si c'était quelque chose de possible, parce que les Deux Grands semblaient surhumains. Honnêtement, le sorcier n'avait jamais rien vu de tel et il avait remarqué la totale impuissance de ses professeurs à repousser l'ennemi. Pourtant, il devait bien y avoir quelque chose à faire.

Garett, une fois parvenu devant la salle du Professeur Lupin, y entra sans plus attendre. Se trouver dans les couloirs le rendait encore mal-à-l'aise. Au moins, rien ne s'était passé dans les classes ... peut-être que cela allait aider à oublier les sordides images qui tournaient dans son esprit. Le jeune homme posa son sac sur un des bureaux et s'assied, saluant le Professeur Lupin d'un signe grave de la tête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Guenièvre Lakers
~+ SERDAIGLE +~
Nombre de messages : 553
Age : 22
Age du perso : 17 ans.
Fonction : Poudlard/7ème année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Date d'inscription : 08/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 12 Nov - 15:12
Austère. Guenièvre Lakers avait l'impression de devenir austère, comme si quelque chose se desséchait au fond d'elle-même. Elle ne faisait pas de cauchemars, n'avait pas peur des ombres et n'était pas non plus écrasée par le désespoir. Elle était triste pour ceux qui étaient morts bien sûre, mais les images de l'attaque qui la hantaient semblaient la rendre plus forte et plus… dure. Elle avait beaucoup fait abstraction de ce qui s'était passé, se réfugiant comme à l'accoutumée dans les livres et la recherche et dans l'ensemble, elle réussissait assez bien à faire illusion. Son calme avait convaincu son père de la laisser demeurer à Poudlard, et elle arrivait même à se montrer réconfortante pour les première année ou pour Maryna. La sensation qu'elle devait absolument être forte était écrasante. Etre là, solide, pour Maryna, pour le monde entier. Si elle faiblissait, les trois autres ne seraient plus que trois et ils n'arrêteraient jamais les Deux Grands. Tout ce qui importait était donc de ne pas flancher la première afin d'être à la hauteur de la tâche, et la jeune fille s'y employait de son mieux. Elle s'efforçait de trouver cette force toute seule, et même si elle sentait Godric beaucoup plus présent en elle qu'auparavant, il restait silencieux et cela l'arrangeait bien. Cette présence discrète était presque réconfortante.

Aujourd'hui, puisqu'il fallait bien reprendre les cours et reprendre sa vie comme si personne ne lui avait dit que c'était à elle qu'incombait la tâche d'arrêter ces massacres, la jeune Serdaigle avait préparé son sac avec une méthode digne de sa maison, attaché ses longs cheveux fous en chignon strict discipliné par un bandeau noir (austère) afin de pouvoir se concentrer sans être distraite et était partie dans le labyrinthe de couloirs, trouvant son chemin jusqu'à la salle du Professeur Lupin sans difficulté. Elle entra dans la salle à moitié vide, ne jugeant pas utile de de dire "bonjour" (aujourd'hui n'avait rien d'une bonne journée) sans un mot, alla s'asseoir à côté de Donovan. C'était la toute première fois qu'elle s'asseyait directement à côté de lui et lui donna une impression bizarre. Depuis la rentrée, elle s'étais plus rapprochée de Donovan que tout ce qu'elle aurait imaginé. Ils continuaient à s'énerver l'un contre l'autre, à avoir certaines conceptions des choses radicalement différentes et à s'envoyer des piques, mais c'était différent d'auparavant. Comme… des chamailleries de surface sur ce qui ressemblait à ressembler à une véritable amitié. Elle était fière qu'ils soient passés par-dessus le ressentiment des fondateurs pour construire leurs propres relations. Bien loin d'imaginer que Donovan pensait à elle comme à une petite amie potentielle, elle le dévisagea d'un air grave. Il avait une sale tronche. Ben quoi, c'était vrai ! Il avait des cernes de partout et son teint pâle naturellement était quasi-cadavérique. Toutefois, elle ne fit aucun commentaire, ni en paroles ni en pensées, se contentant de sourire un peu tristement mais avec empathie avant de sortir ses affaires.




Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eloi Morisson
~+ CRÉATURE MAGIQUE +~
Nombre de messages : 86
Age du perso : 23 ans
Fonction : Poursuiveur des Flèches d'Appleby
Patronus : Addax
Date d'inscription : 23/07/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Déc - 13:22
Eloi réalisait à peine ce qui s'était produit le mois dernier. Une attaque des Deux Grands. En plein coeur du château. C'était choquant et cruellement intolérable. Le Préfet de Poufsouffle avait fait ce qu'il devait faire ce jour là. Il avait combattu les dévots avec les professeurs et les étudiants de dernière année. Ils étaient parvenus à faire reculer l'ennemi mais le lycan gardait l'acide sensation qu'ils n'y étaient pour rien dans cette pseudo victoire. Effectivement, le jeune homme avait l'impression que les Deux Grands avaient décidés de se retirer. Tout simplement. S'ils avaient décidés du contraire, jamais ils n'auraient connu la "victoire". Ils seraient tous morts. Tous. Eloi en était convaincu et les cauchemars qui l'envahissaient n'arrangeaient en rien son sentiment de terreur et d'impuissance.

Ce fut d'un pas lent et malheureux que le lycanthrope se dirigeait en direction de la salle de Défenses contre les forces du mal. Il n'avait pas vraiment envie de se rendre en cours. Vraiment pas. Il se demandait sincèrement si cela valait la peine de poursuivre ses études. À quoi bon lorsqu'on ne pouvait utiliser nos connaissances pour se défendre ? À quoi bon quand l'ennemi serait toujours plus puissant que nous ? Oui, Eloi se posait actuellement beaucoup de questions et il irait voir son directeur de maison dans les plus brefs délais. Il voulait son avis, des conseils ... parce qu'en ce moment, il était perdu.

Le Poufsouffle entra dans la classe du Professeur Lupin et lui fit un petit signe de tête. Il ne remarqua même pas que, contrairement à d'habitude, les maisons étaient moins divisées ... effectivement, les élèves semblaient tous se centrer comme si se regrouper était leur seule chance de survie. C'était peut-être un peu le cas, d'ailleurs. Eloi s'assied non loin des autres, entrant dans le cercle et se prépara pour le cours, le coeur pas du tout présent.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Justin Emmerson
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 80
Age du perso : 20 ans
Fonction : Élève à l'Institut d'Enseignement
3ème année
Patronus : Béluga
Date d'inscription : 23/07/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 30 Jan - 21:01
Justin n'allait vraiment pas bien. Sa jambe le faisait atrocement souffrir. Le jeune homme avait beau prendre les potions que lui donnait Mme Pomfresh, la douleur n'en demeurait pas moins intense. Foutus Dévots ! Une chance que Justin ne désirait pas faire un sport Moldu quelconque, sinon il pourrait oublier ses rêves ! Mme Pomfresh lui avait dit qu'il allait boiter assurément pour le reste de ses jours. Sa jambe gauche avait prit un très sale coup. Il l'avait presque perdu, en fait. Sans les soins de l'infirmière de Poudlard et de la prévenance de la personne inconnue qui l'avait amené à l'infirmerie; Justin Emmerson serait probablement mort à l'heure qu'il était. Alors boiter ... ce n'était rien.

Le rouge et or avait but le contenu de sa fiole anti-douleur depuis environ quinze minutes et rien n'y faisait. C'était comme si des milliers d'aiguilles lui perforaient la peau. Aujourd'hui était un fort mauvais jour. Mais, qu'à cela ne tienne ... il devait se rendre en classe. Il n'y avait pas d'excuse. Les Deux Grands n'allaient pas lui faire rater son année scolaire. Non, s'il avait survécu, c'était pour réussir et non pas pour se plaindre comme un Serpentard !

Justin avançait donc dans le couloir, appuyé sur ses béquilles et "marchant" lentement. Très lentement. Il grimaçait à toutes les cinq minutes, mais au moins il avançait. C'était déjà ça. La dos en sueur sous la douleur, le Griffondor finit par entrer dans la salle de classe du Professeur Lupin. Autant vous dire que l'ascension des escaliers avait été ... infernale. Il n'y avait aucun autre mot pour l'exprimer. Mais il était arrivé sans trop d'encombres.

Le jeune homme prit le temps de reprendre son souffle, appuyé contre le cadre de la porte. De là, il salua sommairement son directeur de maison de la tête avant de se rendre à la place libre la plus proche de la porte. Honnêtement, il ne savait pas s'il aurait la force de se rendre plus loin sans s'évanouir. Ce fut avec un soulagement manifeste qu'il déposa son sac sur le pupitre, soupirant à s'assoyant enfin. Sa jambe élançait. C'était complètement dingue.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Frank Gillis
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 86
Age du perso : 18 ans
Fonction : Étudiant à l'institut supérieure de laboramagie
Patronus : Bison
Date d'inscription : 23/07/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 4 Fév - 17:39
Les Deux Grands avaient attaqué. Frank n'avait pas put faire grand chose, confiné qu'il avait été dans la salle commune des Serpentard. Effectivement, une inondation monstre et inexpliquée avait envahit les lieux, les bloquant tous dans la salle commune. Si ce n'était que cela ... un sort d'amnésie l'avait aussi frappé. Le Serpentard ne se souvenait donc pas du tout que Donovan était entré illégalement dans leur lieu de rencontre. Tout ce qu'il savait, c'était qu'il voulait rejoindre les Deux Grands. Ils avaient fait un véritable massacre ! Avec eux, il serait riche ... et sa mère serait vraiment à l'abri des dangers financiers pour le reste de ses jours. Avec eux, Frank allait pouvoir retrouver son géniteur et le faire souffrir comme eux; ils avaient souffert. Oui. Le Serpentard n'avait qu'un but : trouver à entrer chez les Dévots.

En marchant dans les couloirs, il affichait un sourire presque amusé en voyant les pierres du château encore renversées au sol. De la poussière recouvrait encore les lieux, malgré les efforts de nettoyage de Rusard. Plusieurs escaliers avaient été condamnés et on était encore en train de les réparer. Pour ce qui était des tableaux, inutile de dire que la plupart avaient été massacré. Tout pour réjouir. En tout les cas, les personnes comme Gillis.

Le vert et argent entra dans la salle de défenses contre les forces du mal, affichant un air de circonstances. Loin de lui l'idée d'afficher une mine plus ou moins réjouie en public. Cela aurait ruiné ses chances d'entrer chez les Dévots. Comment ferait-il pour les trouver avec l'interdiction de sortie pesant sur les élèves ? Ho, il allait trouver ! Ils ne pouvaient pas les retenir ici tout l'été, quand même ! L'été venu, il deviendrait Dévot ... et il retrouverais son père qu'il tuerais de ses mains. Il allait regretter de les avoir traité comme des chiens ! Bien fait pour lui.

Frank salua son Professeur de la tête avant d'aller s'asseoir. Il posa son sac sur son pupitre et en sortie ses effets personnels. Il devait trouver un moyen de s'évader d'ici ! Il voulait aider les Deux Grands dans leur quête et; surtout; se servir d'eux pour arriver à ses fins.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Gérard Gourgues l'homme par qui le cours de l'histoire aurait pu changer
» 29 novembre 1987 : 19 ans déjà !
» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion
» 18 novembre, fête de l’Armée d’Haïti.
» cours de latin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~+ Poudlard : La Magie s'ouvre à vous +~ :: Entre les murs :: Les Salles de Cours :: Les Cours Obligatoires :: DCFDM-
Sauter vers: