:: Entre les murs :: Les Couloirs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'enfer ne sera pas complet avant que vous n'y soyez [Scénario :: Ouvert à tous]

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant
avatar
PNJ
~+ SCÉNARISTE +~
Nombre de messages : 1541
Date d'inscription : 26/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 20 Nov - 20:17
10 octobre 2001

Ce sujet concerne l'attaque des Deux Grands sur Poudlard, attaque qui fut inférée mais non jouée. Voici le moment de vivre l'horreur

Personne ne veut mourir. Même les gens qui veulent aller au paradis ne veulent pas mourir plus vite pour y aller. Et pourtant, la Mort est notre destin à tous. Personne n'y a jamais échappé. Et c'est ainsi que cela doit être, parce que la Mort est sans nul doute la meilleure invention de la Vie. C'est ce qui la rend si importante. Il efface l'ancien pour faire place au nouveau. En ce moment, le nouveau, c'est vous, mais un jour, pas si éloigné, vous allez devenir progressivement l'ancien et être effacé. Désolé d'être aussi dramatique, mais c'est assez vrai.

Ils étaient parvenus à traverser la forêt interdite. Non sans pertes. La magie ancienne encerclant Poudlard était puissante. Les chiens qui gardaient les portes de l'enceinte avaient visiblement mit les bouchées doubles pour tenter d'arrêter les Deux Grands. Cependant, rien ne pouvait être fait devant les démons, lorsqu'ils avaient décidés de vous mettre la main dessus. Rien. Nul sortilège ne pouvait vous sauver. Nulle prière était efficace. Vos actions seraient aussi vaines que les tentatives d'un noyé pour faire entrer quelques filets d'oxygène dans ses poumons enflammés. La mort marchait et elle allait suivre son cours; comme toute chose.

Les dévots marchaient de leur pas cadencés. Ils étaient des millier à obéir aux Deux Grands maintenant et rien ne semblait vouloir arrêter le gonflement de leurs rangs. Ils marchaient, leurs visages camouflés sous leur capuches noires, cachant leurs yeux où perlait l'obéissance folle. Tout ce qui leur serait dicté serait fait. Tuer des enfants pour le salut du mal leur importais peu. Cela valait mieux que leur propre damnation.

Les sombres sorciers s'arrêtèrent devant les hautes portes de Poudlard. Ils attendaient que les Deux Grands les ouvrent. Il n'y avait qu'eux qui pouvait lever les sortilèges inévitables qui devaient sévir à l'entrée du château. Après les évènements de la forêt interdite, il faudrait être fous pour ne pas croire que les ennemis n'avaient pas mit des maléfices de protection. Peu importais. Les Deux Grands étaient puissants. Les Deux Grands allaient leur ouvrir le chemin. Rien ne pouvait arrêter les élus des Enfers. Pas même vous. Non, pas même vous.


Lorsque commencera l'An Mille qui vient après l'An Mille
Des hommes en multitude seront exclus de la vie humaine
Ils n'auront ni droits ni toit ni pain
Ils seront nus et n'auront que leurs corps à vendre
On les rejettera loin des tours de Babel de l'opulence

Ils grouilleront comme un remords et une menace
Ils occuperont des contrées entières et prolifèreront
Ils écouteront les prédications de la vengeance
Et ils se lanceront à l'assaut des tours orgueilleuses
Le temps sera revenu des invasions barbares


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julianne VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
Nombre de messages : 2077
Age : 41
Age du perso : 28 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Guérisseur itinérante
Patronus : Serpent
Date d'inscription : 22/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 27 Nov - 18:40
Julianne la Grande en aurait rit tellement la situation était absolument pathétique. S'ils pensaient pouvoir la retenir avec ces petits sorts de magie ancienne, ils étaient vraiment plus stupides qu'elle ne l'avait imaginé. Certes, elle avait perdu quelques membres. Certes, il y avait eu quelques difficultés avec les ensorcellements de protection qu'ils avaient tenté d'installer pour protéger leur insignifiant château. Cependant, jamais ces sortilèges n'auraient put être assez puissants pour l'empêcher d'avancer sur Poudlard. Elle était Julianne la Grande, l'envoyée des ténèbres, la plus puissante de toutes les sorcières envoyées avant elle. Sa force était incommensurable. De vulgaires enchantements anciens, lancés par des apprentis idiots n'allaient quand même pas l'arrêter.

Debout devant les portes de Poudlard, la démone souriait. Elle souriait devant les souvenirs de "l'autre", des souvenirs de ces lieux qui lui était si cher. Le détruire n'allait en être que plus jouissif. La sorcière des ténèbres laissa le vent jouer dans ses cheveux sombres, ses yeux mauves parcourant le bois massif devant elle. Ils n'auraient pas lancé de sorts sur les portes. Ces imbéciles étaient trop imbus d'eux-même pour avoir crut, ne serait-ce qu'une seule seconde, qu'ils pouvaient parvenir jusqu'ici. Entrer dans le château allait être un jeu d'enfant. Julianne la Grande leva simplement la main et, dans ce geste minime, les dites portes s'ouvrirent laissant une bourrasque vive de vent pénétrer dans les lieux. D'une voix remplis de cruauté, elle dit :


" Que la fête commence. Tuez tout ceux que vous voyez ... cherchez particulièrement le père de "l'autre" et massacrez-le. "

Tant qu'à s'amuser ! Aussi bien ajouter un plaisir de plus. Détruire ceux que "l'autre" avait chérit, ceux pour qui elle avait osée la défier serait son but le plus intime. Julianne la Grande releva la tête, son sourire mauvais toujours affiché sur ses lèvres pleines. Elle tourna les yeux vers Lucius et lui fit un signe de la tête. Il était mieux de ne pas le décevoir, sinon elle se ferait un plaisir de le renvoyer d'où il venait; c'est-à-dire dans son trou. Elle ne pouvait pas croire que les Enfers avaient décidé de lui envoyer un sbire. Comme si elle était incapable d'agir seule ! En tout les cas. La sorcière des ombres avança, marchant dans l'enceinte de Poudlard. Elle s'arrêta brièvement dans le hall avant de poursuivre son chemin, marchant directement vers la statue du Griffon d'or. Elle allait attendre le père de "l'autre" et le tuer elle-même. Le plaisir n'en serait que plus profond. Sous ses pieds, la vibration des pas de ses dévots la fit frémir. Au summum de la folie, la femme se figea devant la statue et attendit, ses iris mauves fixés sur la couleur or de la bête ailée. La mort attendait son heure.


Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
~+ SCÉNARISTE +~
Nombre de messages : 1541
Date d'inscription : 26/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 2 Déc - 13:19

Sasha Lander

La soirée avançait et Sasha Lander songea qu'elle n'avait plus rien à faire dans les couloirs. Après être sortie de l'étude où elle venait de terminer laborieusement un devoir de botanique consacré au chou mordeur de Chine, la première année se dirigea vers les toilettes des filles du rez-de-chaussée. L'heure du couvre-feu approchait, mais personne ne lui reprocherait d'être passée aux toilettes, n'est-ce pas ? Puisqu'elle était toute seule, elle déposa son sac à côté d'un lavabo. Ca n'était pas ici que l'on le lui volerait de toute manière. Elle entra dans une cabine et en ressorti quelques minutes plus tard, se dirigeant de nouveau vers le lavabo afin de se laver les mains cette fois-ci. Sasha était une "fille de la campagne" et avoir les mains couvertes de terre lui était parfaitement égal, mais les microbes…

Une fois les mains sèches, elle balança son sac sur son épaule et se dirigea vers les escaliers est. D'habitude, elle prenait ceux ouest, mais le week-end approchait et elle venait de travailler dur sur son croquis de chou malgré ses piètres talents en dessin alors, elle pouvait bien se permettre de perdre une demi-heure à se balader un peu dans Poudlard. Fatiguée par sa journée d'étude, elle laissa les escaliers la porter lorsqu'en se penchant par-dessus la rambarde, elle aperçu un groupe de silhouettes en noir au-dessous d'elle. Qui c'était ? Apparemment, il portaient des capuchons. La jeune fille renifla, pensant que c'était des étudiants qui se seraient déguisés, un déguisement franchement nul quand on connaissait la nouvelle signification des hommes encagoulés. A moins que… Et si ça n'était pas un déguisement ? Certains prenaient déjà l'escalier juste en-dessous d'elle ?

Envahie par une terreur qu'elle avait encore du mal à comprendre, Sasha lança son sac de toutes ses forces sur la silhouette qui essayait d'atteindre son escalier avant de prendre ses jambes à son cou sans regarder le résultat [Lancé de dés : échec] et sans réfléchir sans réfléchir, remerciant mentalement son père qui l'avait entrainé à courir contre ses frères. Tant pis pour son croquis ! Luttant contre la peur immense qui menaçait de la submerger, la fillette atteint le haut de l'escalier et força ses jambes à courir le plus vite possible pendant qu'elle tentait de trouver une solution à cette situation intenable. Elle était au deuxième étage. Où pouvait-elle bien se réfugier ? Elle connaissait mal cette partie du château (changer d'escalier, quelle riche idée !) et se contenta donc de sortir sa baguette de sa poche (même si un mois après la rentrée, elle ne connaissait encore quasi aucun sort) et de courir toujours comme si elle avait le diable aux trousses. D'ailleurs, si les rumeurs étaient vraies, il la pourchassait peut-être vraiment en personne. Courir !


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 712
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Déc - 16:04
Je marchais dans le couloir, plusieurs livres dans les bras. Je me rendait à la bibliothèque, afin de rendre ces merveilleux volumes à Mme Pince. Hey oui, même si j'étais maintenant professeur en ces murs, je n'en fréquentais pas moins la bibliothèque pour autant. La lecture était un merveilleux moyen d'apprendre, de parfaire des connaissances déjà bien étoffées. Puis, j'adorais apprendre. Pour moi, il n'y avait que ça dans la vie. Tout sourire, je me rendais donc dans mon antre de joie en chantonnant doucement. Tout ce passait très bien. Mes élèves apprenaient comme un charme, même si certains avaient tendance à paresser, mes enfants étaient des anges, mes petits-enfants des merveilles et mon époux le plus attentionné qui soit. Mon existence était tout simplement tel que je l'avais imaginé alors que, en exil en Australie, je rêvais de pouvoir retrouver mon Remus.

Mes pas me rendaient donc allégrement en direction de la bibliothèque, lorsqu'une étudiante passa devant moi. Elle courait, baguette en main et semblait foncièrement terrorisée. Je fit de grands yeux et couru à mon tour dans le couloir, les livres collées contre mon torse. Pourquoi est-ce que cet élève semblait si paniquée ? Han ? Dites ? Une fois parvenu au bout du couloir, je regardai la jeune enfant courir, de dos. C'était Miss Lander ? Oui, oui, je la reconnaissait.


" Miss Lander ? Qu'est-ce qui se passe ? Han ? Dites ? "

Je me retournai pour regarder derrière moi. Je ne voyais personne. Pour le moment. Ceux qui tentait de nuire à Miss Lander s'étaient sauvés ? Oui, parce que pourquoi est-ce que la jeune fille s'enfuyait si quelqu'un ne lui cherchais pas des Noises ? Han ? Je reportai mon attention sur l'étudiante et j'ajoutai :

" Des Serpentard vous ennuient ? Han ? "

Ce ne pouvait qu'être ça, vous savez ? Était-ce des bruits sourds de pas qui me parvenaient dans mon dos ? Han ? Dites ? Je regardai à nouveau derrière moi en fronçant les sourcils. J'entendais des murmures ... et des cris. Des cris ? Mais, qu'est-ce qui se passait ?




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
~+ SCÉNARISTE +~
Nombre de messages : 1541
Date d'inscription : 26/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Déc - 12:38

Sasha Lander

Sasha courait à perdre haleine. Au fond, elle n'était même pas vraiment sûre de ce qu'elle avait vu. Peut-être que des septième année avaient vraiment voulu faire une mauvaise farce. Alors pourquoi est-ce qu'elle ne contrôlait plus ses jambes ? Celles-ci couraient toutes seules et elle avait l'impression que rien n'aurait pu l'arrêter. Oui, quelque chose en elle avait une peur terrible et elle ne pouvait pas en faire abstraction. Serrant sa baguette comme s'il s'était s'agit de la clé de son salut, la première année sprintait dans les couloir avec une belle endurance lorsqu'elle croisa le professeur A. Lupin qui se mit à lui courir après.

Sur le coup, Sasha ne pensa pas à s'arrêter. Puisque le professeur courait avec elle, à quoi bon ? De toute manière, ses jambes ne lui obéissaient plus. En fait, elle était incapable de réfléchir. Maintenant qu'il y avait un professeur avec elle, les choses allaient forcément mieux se passer, mais elle devait continuer à courir. Toutefois, elle dérapa lors d'un tournant et se rattrapa au mur, se retournant un bref instant. Le professeur ne la suivait plus. Des Serpentards ? Mais qu'est-ce qu'ils venaient faire là ? La jeune fille dévisagea son professeur quelques secondes, totalement hors d'haleine, avant de reprendre ses esprits. Elle devait donner l'alerte.


"Au premier… Des gens… Noir… Cagoules… Peut-être… Les Deux Grands !"

Elle l'avait dit. C'était vrai. Plus aucun doute dans son esprit. Ils étaient vraiment là ! Encore très jeune, elle n'avait pas trop l'habitude de lire les journaux, mais c'était difficile d'ignorer les massacres qui avaient eu lieu un peu partout. Toujours à bout de souffle, elle se rapprocha un peu de son professeur, même si c'était aussi se rapprocher de leurs poursuivants, et la regarda avec de la panique au fond des yeux mais l'esprit encore un peu censé. Elle ne pouvait pas rester là, elle ne savait pas se défendre. Non, elle allait faire ce que le professeur lui dirait. Elle devait forcément lui dire quelque chose, n'est-ce pas ? Sinon… elle courait jusqu'au bout du monde et ensuite elle verrait. Elle ne voulait pas mourir ! Est-ce que des gens allaient mourir ? Ses frères ! Où étaient-ils en ce moment ?


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Remus Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 538
Localisation : Avec ma louve
Age du perso : 46 ans
Fonction : Professeur de Défenses contre les Forces du Mal
Vice-Directeur de Poudlard
Directeur de Griffondor
Patronus : Loup
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 7 Déc - 12:46
Le vent commençait à prendre une petite touche de froid. L'été s'en était définitivement allé en Angleterre. Les mains dans les poches de mon manteau, je marchais dans le parc de Poudlard, les yeux rivés sur le sol. Je revenais de la maison où mon père s'occupait des enfants. Effectivement, mon paternel habitais avec nous depuis le décès de ma mère. J'aimais mieux que les choses soient ainsi, mon père ayant tendance à se laisser considérablement aller depuis la mort tragique de maman. Nous pouvions ainsi garder un oeil sur lui. Pas qu'il ne pouvait pas s'occuper de lui-même, loin de là, mais vous saviez, les personnes d'un certain âge avait parfois besoin de soutien particulier. Je revenais donc de la maison, mon père m'ayant envoyé un hibou m'informant que Gabrielle s'était coincée la tête entre les barreaux de l'escalier et qu'il n'arrivait pas à la décoincer, compte tenue que ma fille se débattait dans tous les sens pendant que sa jumelle tirait du mauvais côté pour la sortir de ce mauvais pas. Une fois sur place, il nous avait fallut dix minutes pour décoincer Gabrielle et au moins dix de plus pour la calmer. Quelle idée elles avaient eu ! Oui, elles. Parce que Ely-Jade était aussi dans le coup. Les jumelles étaient vraiment des Griffondor nées.

Sur cette pensée, j'affichai un sourire amusé avant de relever la tête. J'étais rendue à destination. Mon sourire s'effaça et je m'arrêtai, regardant les portes d'un air perplexe. Elles étaient ouvertes. J'étais pourtant certain de les avoir refermé en sortant. Ce devait être un élève qui les avaient laissé ainsi ... Je m'avançai donc vers l'entrée et entrai dans le château, refermant les portes. Toujours perplexe, je fit quelques pas dans le hall avant de me figer. Devant moi se trouvais Julianne, de dos. Elle fixait la statue du Griffon d'Or sans ciller. Mon coeur avait cessé de battre et je fit un bond de côté, me cachant derrière un des murs de pierres. C'était impossible ! Julianne la Grande ne pouvait pas être ici. Nous avions mit des sorts de protection ... est-ce que cela pourrait être la vraie Julianne ? Nazélie nous avait informée qu'elle était à quelque part, dans une autre dimension. Était-ce le fantôme de la jeune femme que je voyais ? Était-elle venue voir son père, désespérée ? Jetant un bref regard en direction de la femme, je vit des êtres de noir vêtus ... cagoulés. Ils empruntaient les escaliers magiques alors que d'autres descendaient dans les cachots. D'autres encore empruntaient les couloirs. Non, ce n'était pas un fantôme. Les dévots étaient entrés dans le château. Comme le Choixpeau Magique l'avait annoncé. Merlin ! Je me re-cachai et plongeai le main dans mon manteau. Je touchai ma baguette du bout des doigts et la prit. Je devais combattre et mettre les étudiants en sécurité. Néanmoins, je ne pouvais pas passer par les escaliers. Ils étaient trop nombreux. Je tournai donc les talons et, délicatement, j'ouvris les portes de la Grande Salle. Je vérifiai si aucun dévot ne s'y trouvais et, le champs étant libre, j'y entrai, courant vers les portes du fond. J'allais profiter de mes connaissances des passages secrets pour arriver à mes fins. Avoir été un Maraudeur avait ses avantages !




__________
Époux de Amélia Potter
Père de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-père de Isac & Sarah
Co-propriétaire de la boutique Les Maraudeurs
Professeur de Défenses contre les forces du mal 
Directeur de Griffondor & Vice-directeur de Poudlard
Loup-Garou de son état
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severus Rogue
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 551
Age du perso : 46 ans
Fonction : Directeur de Poudlard
Patronus : Biche
Date d'inscription : 28/08/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Déc - 20:38
Il était dans son bureau. Évidemment, où donc pouvait-il se trouver ? Certainement pas en train de piquer une jasette dans la salle des professeurs ! Rolling Eyes Loin de lui l'idée de parlementer avec ces imbéciles qui parsemaient cette salle joliment ensoleillée. Puis, il avait d'autres choses à faire. Comme trouver une solution pour vaincre la malédiction Ternac. Il y avait bien un moyen pour sortir son impulsive fille du pétrin dans lequel elle s'était mise. Bon d'accord, ce n'était pas vraiment de sa faute ... mais en même temps, il ne pouvait pas croire que Julianne s'était mise en tête de faire front seule. Enfin, à bien y penser, cela ne le surprenait pas !

Severus se trouvais donc dans son bureau, à faire comme son prédécesseur le faisait avant lui : tourner en rond. Il n'y avait pas grand chose à faire d'autre, remarquez ! Tourner en rond et discuter avec les tableaux. Sauf que Rogue, lui, ne discutait pas. Pas son genre. Ho, le tableau de Dumbledore discutais, lui. Seul. Comme d'habitude. Dumbledore discutais toujours seul du temps de son vivant, alors pourquoi en serait-il autrement aujourd'hui ? Hum ? Dumbledore discutais donc, tentant de lui donner son point de vue sur la malédiction Ternac -- hey oui, il était au courant puisqu'il avait un tableau jumeau dans la Maison Black -- et d'y aller de conseils qui se voulaient judicieux pendant que Severus répondait par des "hum hum" bien sentie. Hum hum. Hum hum. Peut-être. Ou peut-être pas.

Rogue cessa de tourner en rond et se dirigea en direction des portes de son bureau. Il en avait un peu marre d'entendre Dumbledore faire son condescendant. Parce que oui, Severus voyait ça ainsi. C'était sa fille. Son problème. Il allait le régler à sa manière et que l'on ne vienne pas lui dire de tenter ci ou ça. Non. Il ferait ce qu'il devait faire. Si cela impliquait un sacrifice ultime, il le ferait. Pour le moment, il avait besoin de prendre l'air.

Le Directeur de Poudlard s'engagea donc dans l'escalier camouflé derrière la statue du Griffon d'or. L'escalier se mit alors en mouvement et descendit lentement, très lentement, vers l'étage inférieur. Bientôt, le Griffon allait se déplacer pour lui laisser le passage libre vers ... la mort. Probablement. Ou peut-être pas. Qui savait ce dont le destin était fait ? Vous ? En tout les cas, pas moi.


Severus Tobias Rogue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 712
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 17 Déc - 16:18
Je ne m'attendais certainement pas à ça. Comment est-ce que je pouvais m'y attendre quand ma froide logique m'avait convaincu du contraire pendant plusieurs semaines ? Oui, la chanson du Choixpeau Magique était claire sur le sujet : les Deux Grands allaient donner l'assaut sur Poudlard, mais ... les enchantements que nous avions lancés étaient puissants ! Il s'agissait d'une magie ancienne étoffée, puissante et surtout très peu contournable. Comment est-ce que c'était possible ? Han ? Dites ? Julianne la Grande avait sûrement utilisé son don de souhaits, han. Bon sang !

Je regardai miss Lander avec de grands yeux, totalement immobile et cherchant dans un coin de mon esprit la meilleure manière d'agir. Soit je considérais que c'était des plaisantins qui voulaient faire peur aux plus jeunes -- et qui seraient renvoyés sur le champs, on ne riait pas avec ce genre de choses, han -- soit les Deux Grands avaient réussit à contourner les sortilèges anciens et étaient en train de se balader dans Poudlard, tuant toutes les personnes qu'ils croisaient. Est-ce que je pouvais prendre la chance que ce soit des plaisantins ? Non. Je n'avais donc pas le choix, han. Je devais vérifier. Approcher des escaliers magiques ou ...

Je n'aimais pas faire ça. Pas du tout. Depuis que la mère de Severus avait dut me mordre pour me sauver la vie dans le Nulle Part, je n'avait pas prit mon apparence vampirique. Pas une seule fois. Pourquoi ? Parce que je n'y tenais pas, tout simplement. Pas que ma condition de vampire me gênait, han, loin de là. Je n'étais pas du genre à me morfondre avec ce que j'étais. Non, c'était simplement parce que cela ne me représentais pas. J'étais moi et moi était ... humaine. Je ne prenais donc jamais mes traits vampiriques, n'utilisait jamais les disciplines, était allé à une seule réunion de vampires à Westmacott. Bref, je ne touchais que très peu au monde auquel j'avais été projeté de force. Je ne pensais même pas au fait que j'étais devenu; aussi dans le Nulle Part; une lycanthrope incomplète. Oui, j'avais été mordu par Greyback alors qu'il n'était pas transformé ... comme Bill Weasley avant moi. Je ne me transformait pas les soirs de Pleine Lune, mais j'étais aussi lycanthrope que Remus et notre fille Léa-Lily pouvait l'être. Enfin. Je n'avais pas le choix en ce moment, je devais utiliser les disciplines. C'était ce qu'il y avait de plus logique à faire, vous savez ? Dites ?


" N'ayez pas peur, han ... restez bien derrière moi, d'accord ? Vous avez appris le sort d'immobilité dans votre cours de sorts et enchantements ? Dites ? C'est le sort Imobilis, han ... coup sec avec la baguette vers le sol, han. Si vous voyez une de ces personnes cagoulées, han, lancez lui immédiatement le sort, d'accord ? Tout ira bien, han ... restez bien derrière moi "

Les consignes données, je fermai les yeux, me "relâchai" en esprit et ... ouvrit les yeux. Ma vision était différente. Je sentais les choses différemment aussi. Mes yeux rougis par l'apparition de mes traits vampiriques survolèrent le couloir et je me concentrai alors pour utiliser la discipline d'augure. J'allais tenter de me projeter pour voir qui était ces personnes cagoulées et ce sans bouger d'un seul pouce.



Pour une femme qui n'utilisait que peu souvent ses pouvoirs de disciplines, c'était pas mal. Je voyais maintenant les intentions de ceux qui se baladaient dans le château. Il s'agissait d'intentions malsaines ... très malsaines. Des intentions mortelles. Je percevais aussi des intentions de combattre, de survie ... qui provenait de la Grande Salle. Une personne allait emprunter le passage secret qui s'y trouvais. Une personne alliée. Une autre personne alliée avait une intention neutre ... elle ne se doutais pas que, juste en face d'elle se trouvais une personne avec une intention démoniaque, une intention de meurtre pur. La personne aux intentions neutres était dans l'escalier du Griffon d'or ... Severus.

* Severus ! Les Deux Grands sont dans Poudlard, han ... il y en a un devant l'accès de ton bureau, remontes vite, han ! Vite ! *

Plus de doute. Miss Lander avait raison, les Deux Grands étaient ici. Je plongeai la main dans ma poche pour prendre ma baguette magique que je tendit devant moi. Je fit un large cercle englobant tout l'ensemble du couloir devant nous. Il fallait les empêcher de passer, han !

* Protego *

Une onde vibrante fit bouger l'air avant de disparaitre. Cela devrait les ralentir un peu. Je me retournai ensuite vers Miss Lander, la regardant de mes yeux rougis. J'allais garder mon apparence vampirique pour le moment; cela pourrait m'être encore utile, vous savez ? Dites ? Je n'allais pas me gêner pour utiliser les disciplines si nécessaires, han. Il fallait combattre et protéger les élèves.

" Venez, han "

Je me dirigeai rapidement vers le bout du couloir. Je devais mettre Miss Lander en sécurité, vous savez ? Dites ? Nous devions atteindre le tableau de Adalbert Waffling. Derrière se trouvais un passage secret qui menait près de la salle commune des Griffondor, han. Il fallait passer par deux ou trois passages secrets, han, mais nous pouvions y arriver.




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severus Rogue
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 551
Age du perso : 46 ans
Fonction : Directeur de Poudlard
Patronus : Biche
Date d'inscription : 28/08/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Déc - 12:09
Severus était presque arrivé derrière la statue du Griffon d'or lorsque la voix de Amélia entra dans son esprit. Une voix cinglante et remplie d'urgence. Le vampire se figea. Est-ce que son amie plaisantais ? Assurément que non. Ce n'était pas le genre de Amélia de plaisanter sur quelque chose d'aussi grave. Les Deux Grands avaient donc réussit à entrer dans le château malgré les sorts puissants de protection qu'ils avaient mit en place. Était-ce vraiment surprenant, dans le fond ? Amélia disait qu'il y avait un des Deux Grands debout devant l'accès menant à son bureau. Il lui était inutile de se demander qui cela pourrait être. C'était évident qu'il s'agissait de Julianne. Elle était venue pour le tuer, question de faire encore plus de mal à Julianne; la vraie Julianne.

Le vampire tourna les talons et remonta au pas de course l'escalier, qui tournait toujours pour le faire descendre. Il en serait quitte pour son cardio du jour ! Severus était presque parvenu au haut de l'escalier quand il entendit distinctement le Griffon d'or glisser sur le côté. La voie était ouverte pour celle qui avait prit possession du corps de son enfant. L'homme sauta sur le palier et, ce faisant, il prit son apparence vampirique. Il valait mieux utiliser toutes les forces qu'il pouvait posséder. Rogue plongea la main dans la poche de sa toge et en retira sa baguette, tout en continuant de courir en direction de la bibliothèque se trouvant au fond de son bureau. S'il demeurait ici, à attendre, il était cuit. Non, il allait passer par derrière et surprendre Julianne la Grande. Enfin, il allait essayer ! Parvenu devant la bibliothèque, le vampire poussa la première tablette et fit pivoter l'immense meuble, révélant un passage sombre et étroit. Heureusement que Julianne ne connaissait pas ce passage, sinon la démone qui la possédait aurait très bien put en bloquer l'accès. Prenons toutes les chances que nous avons ! L'homme s'engouffra dans le passage secret et l'immense bibliothèque reprit sa place initiale. Il ne lui restait plus qu'à se frayer un chemin et surprendre Julianne la Grande. Prions pour que son plan fonctionne.


Severus Tobias Rogue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
~+ SCÉNARISTE +~
Nombre de messages : 1541
Date d'inscription : 26/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Déc - 16:36

Sasha Lander

Maintenant qu'elle ne courait plus, la seule chance qu'il lui restait était le professeur A. Lupin. Alors pourquoi est-ce que celle-ci la fixait comme ça sans réagir ? Sasha se pencha avec angoisse en avant, mais n'aperçut pas de silhouette noire. Pas encore. S'il vous plait, que le professeur ne se soit pas changée en statue maintenant ! Juste comme la jeune fille s'apprêtait à repartir en panique et prendre de nouveau les jambes à son coup, le professeur Lupin sembla revenir à la vie.

D'accord, elle pouvait rester calme. Elle pouvait parfaitement, il suffisait… De respirer, elle allait juste respirer calmement. La première année s'efforça de mettre en pratique ces auto-conseils, tout en secouant légèrement la tête. Elle n'avait pas encore vu le sort Imobilis, il lui semblait qu'il s'agissait du sujet de la semaine prochaine. Pourquoi est-ce qu'elle ne prenait jamais la peine de lire els chapitres à l'avance ? Elle se fit la promesse de devenir plus studieuse si elle sortait vivante de cet enfer. Oh oui, s'en était un. Peut-être qu'elle ne voyait personne pour l'instant, mais le sang battait encore à ses oreilles et elle savait ce qu'elle avait vu. Elle ferma les yeux un bref instant en se répétant la formule et lorsqu'elle les rouvrit, elle faillit hurler. Son premier réflexe fut cependant de lever sa baguette et elle n'était pas loin d'essayer de lancer ce fameux sort d'immobilisation lorsque l'air vibra et la chose qui se tenait à la place du professeur se mit à lui parler.


Oui, la chose. Le professeur avait des yeux rouges, la peau crayeuse, des… dents bizarrement longues, et elle était presque plus effrayante que les dévots qu'elle avait aperçu. Imaginez-vous, en pleine terreur, voir votre seul allié se transformer en vampire sans que vous en compreniez la signification ! Sasha mit plusieurs précieuses secondes à se ressaisir, hésitant à suivre le Professeur. Était-ce le professeur d'ailleurs ? Cependant, un regard aux escaliers derrière elle et la rumeur qui enflait à l'étage inférieur la convinrent et elle courut pour rattraper la directrice de Serdaigle. Si le professeur s'était transformé en vampire ou quelque chose du genre, elle aurait déjà eu le temps de lui faire du mal. Tout en marchant à grand pas derrière elle, elle prit quand même le temps de lui demander à voix basse, comme si ses poursuivants pouvaient l'entendre :

"Professeur, vous… vous allez bien ?"

Ben oui, c'était toujours plus poli que de demander "Professeur, vous êtes sur que vous êtes vous ?". La peur lui faisait un peu perdre la tête mais il lui restait assez de sens pour ne pas risquer de se mettre à dos la seule personne alliée qu'elle voyait. Serrant sa baguette, Sasha avança en prenant soin de rester dans le sillage d'Amélia. Cette soirée était la pire de sa vie.



= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eloi Morisson
~+ CRÉATURE MAGIQUE +~
Nombre de messages : 86
Age du perso : 23 ans
Fonction : Poursuiveur des Flèches d'Appleby
Patronus : Addax
Date d'inscription : 23/07/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Déc - 14:43
Il revenait d'un entrainement de Quidditch et, par Merlin, cela faisait un bien fou ! Le jeune homme ne voyait rien de mieux pour dépenser son énergie que de voler sur un balai, pratiquant un magnifique sport rapide, intense et stratégique. Puis, les essais professionnels arrivaient plus vite qu'il ne l'aurait crut, il fallait vraiment mettre les bouchées doubles. C'était bien d'avoir un joueur professionnel comme directeur de maison, mais il ne fallait pas juste se fier à sa lettre de recommandations pour obtenir un poste. Non, il faudrait qu'il donne le meilleur de lui-même, afin de ne pas faire mentir le professeur Barrière. Pour ce faire, il devait prendre tout ses temps libres pour s'entrainer. Ce n'était plus le moment de s'amuser.

Le Poufsouffle, balai sur l'épaule et sourire aux lèvres, revenait d'un bon pas du terrain de Quidditch. Il en profitais pour respirer le grand air et pour sentir encore quelques instants, le froid sur ses joues. Oui, comme tous Loups-Garous, Eloi Morisson adorait la nature. Il y était bien. Il s'y sentais libre. Le Poufsouffle prit donc une dernière bouffée d'air frais avant de pousser la porte du château. Il entra au moment où une femme, de noir vêtu, entrait dans le passage menant au bureau du Directeur Rogue. Il l'avait vu du coin de l'oeil, furtivement, qu'une fraction de seconde ... mais il avait ressentie une terreur immonde. Quelque chose n'allait pas. Il le sentais. Ses sens de Lycan étaient sensibles à l'urgence et il pouvait la ressentir dans toutes les pores de sa chair. Lentement, Eloi posa son balai contre le mur et prit sa baguette magique, qui se trouvais toujours dans la poche de sa cape. Il se trompais peut-être ... mais il valait mieux ne pas prendre de chance. Il n'avait pas oublié la chanson du Choixpeau Magique et bien que les professeurs leur avaient assurés la sécurité, le jeune individu était quand même demeuré pensif.

Eloi avança avec précaution en direction des escaliers magiques, jetant des regards furtifs en direction de la statue du Griffon D'or, qui se refermait maintenant derrière la femme. Il espérait que le Professeur Rogue parvienne à la confronter, mais il n'était pas inquiet pour lui. Non, il s'inquiétait plus pour les jeunes étudiants pour qui les sorts de défenses étaient moins intégrés. Le Poufsouffle marcha lentement et ... il les vit. Plusieurs hommes cagoulés qui véhiculaient dans les escaliers magiques, sautant sur divers paliers, près à donner la mort. Merde ! Eloi tendit sa baguette vers un des inconnus -- les dévots, ils étaient ici ! -- et pensa :


* Stupefix ! *



L'éclair de lumière qui sortie de sa baguette fila droit vers le dévot ... mais malheureusement, les escaliers bougèrent à la dernière seconde et son sort frappa de plein fouet la pierre, qui éclata sous le choc. Le Poufsouffle émit un juron avant de bondir sur le côté, se cachant ainsi derrière un des murs. Il avait attiré l'attention. Il allait assurément se faire courir après par ces types.

" Merde ... mais merde ! "

Le Préfet serra sa baguette dans sa paume, ferma les yeux une seconde, les ouvrit et prit une profonde respiration. Il prit tout son courage et jeta un regard furtif à l'escalier. Il devait les ralentir !

* Explosio ! *



Eloi se recacha vivement derrière le mur, son sort allant directement frapper un des tableaux, qui explosa en lançant des morceaux de bois un peu partout. Au même moment, un jet de lumière verte frappa le mur où il s'était caché, le faisant s'accroupir de peur. Merde ! Il l'avait échappé belle ! Hey oui, un des dévots lui avait lancé un sort de mort. Ils ne plaisantait pas ! Alors, il ne devait pas rester ici ! La seule issue : la porte de sortie. Eloi allait sortir à l'extérieur, faire le tour par la crête et entrer par une des portes connexes. Il devait défendre les plus jeunes !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
~+ SCÉNARISTE +~
Nombre de messages : 1541
Date d'inscription : 26/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 31 Déc - 15:24

Les Dévots

Ils étaient entrés. Finalement. Rien ni personne ne pouvait les arrêter. Les Dévots pénétrèrent dans Poudlard, marchant sur les dalles dures installées ici par les fondateurs. Ils foulèrent ce sol si chéri, sans aucune considération. Ils n’avaient qu’une idée en tête : tuer. Ils devaient obéir aux ordres et ceux-ci étaient clairs. Ils feraient tout ce qu’allait ordonner les Deux Grands. Sans se poser aucune question.

Un groupe d’une trentaine de Dévots se dirigèrent vers les escaliers magiques. Le premier d’entres eux tendit sa baguette vers les marches mouvantes et décocha un sortilège destruction tonitruant, se résultant par une réussite ( http://moav.forums-actifs.com/t507p60-personnage-non-joue#9891 ) tout aussi tonitruante. Un éclat lumineux frappa les escaliers qui cessèrent immédiatement leurs mouvements. Cette folie avait cessée ! Les Dévots marchèrent, sans émettrent un seul son hormis celui de leur pas sur le sol, et grimpèrent les marches devenus totalement immobiles. La mort avançait inexorablement. Ils furent surpris – oui, ils devaient le dire – par quelques tirs qui biffurquèrent heureusement. Aussitôt, trois Dévots se retournèrent pour faire face à celui qui osait les défier. Des sorts mortels furent lancés mais ils manquèrent leur cible. Peu importais. Les trois Dévots descendirent, partant à la trace de Eloi Morisson. Les autres continuèrent leur route, montant et s’engageant sur les divers paliers menant aux étages de l’immense château. C’est ainsi que dix Dévots débarquèrent sur l’étage où se trouvaient Amélia Lupin et la jeune Sasha Lander. Les envoyés des Enfers marchèrent, lançant des Incendio sur les divers tableaux ornant les murs. Les personnages hurlaient de terreur alors que les Dévots avançaient vers les deux pauvres êtres qui couraient devant eux. Elles pensaient pouvoir s’en sauver ? Idiotes ! Un des hommes des Deux Grands lança un Explosio vers les proies, espérant ainsi faire tomber une immense partie du mur sur elles.


:: Echec ::

Le sort frappa durement le dôme de protection mit en place par le Professeur A.Lupin et il fut retourné vivement vers le mur le plus près des Dévots. Le mur explosa et il tomba sur le groupe de Dévots, les tuant sur le coup. La poussière envahie les lieux, plongeant le couloir dans une demie ténèbre.

Pendant ce temps, un autre groupe d’une quinzaine de Dévots étaient descendus dans les cachots. Ils marchaient parmi les ombres, leurs visages camouflés derrière de sombres cagoules immondes. Ici, ils pouvaient se cacher et apparaitre tels des démons devant les êtres imprudents qui allaient oser pointer le bout de leur nez, sous le vacarme de plus en plus évident produit par leur attaque.




= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julianne VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
Nombre de messages : 2077
Age : 41
Age du perso : 28 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Guérisseur itinérante
Patronus : Serpent
Date d'inscription : 22/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 5 Jan - 19:24
Le Griffon d’Or tourna lentement, laissant progressivement libre le passage donnant accès au bureau du père de « l’autre ». Le sourire de Julianne la Grande s’élargie. Elle allait tuer sauvagement ce type crasseux. Alors que derrière elle le bruit de pierres qui éclataient empllissait l’air, son sourire se fit de plus en plus crispé. Personne. Il n’y avait personne. Où était-il ? Ce sale poiseux se sauvait ? Pas surprenant. Il n’était qu’un incapable. Un imbécile qui avait été à peine apte à se faire nommer père. La démone afficha une moue froide et s’avança en direction des escaliers camouflés. Elle posa le pied sur la première marche et; aussitôt; le Griffon d’Or reprit sa position, faisant tournoyer les marches de marbre.

« Papa ... j’arrives. Attends, moi voyons ! Viens me raconter une histoire ... »

Le rire de la sorcière de ténèbres percuta les murs pierreux et elle se laissa lentement élever jusqu’au palier donnant au bureau du fameux directeur de Poudlard. Nul besoin de se presser. Parfois, l’attente rendait les extases encore plus romanesque, tout le monde savait ça ! La femme noire prit même la peine de replacer les pans de sa cape, qui trainaient allégrement au sol. Comme si elle devait faire bonne figure devant un quelconque prétendant. Avec un sourire des plus cruel, elle releva la tête, plongeant ses iris mauves en direction de la porte du bureau, qu’elle pouvait maintenant entrevoir au haut du long serpentin formé par les marches anciennes. Sans détacher ses prunelles de la dite porte ouverte à pleine grandeur, Julianne la Grande posa le pied sur le palier, se dirigeant lentement vers le bureau.

Lorsqu’elle y entra, elle émit un rire cristallin, un rire aigu se rapprochant un peu de celui d’une hyène en chasse. Ses yeux parcoururent les conffins de la pièce. Aucun mouvement n’était perceptible. Aucun signe visible du père de « l’autre », ce qui fit dire à la démone :


« Ho ! On fait une partie de cache-cache, Papa ? Qui perdra mourra ... »

Charmant ! Absolument divin. L’envoyée des Enfers renifla l’air tel une Gorgone et elle s’avança, utilisant la discipline vampirique de l’augure afin de repérer sa proie. Tous les moyens étaient bon pour remporter la victoire, n’est-ce pas ?



Le contact de l’esprit. Percevoir les intentions de toutes personnes présentes dans la pièce. Tel était le pouvoir accordé par la discipline de l’augure. Julianne la Grande plissa légèrement les yeux, son visage prenant un air dur et particulièrement mauvais. Il n’y avait personne dans la pièce. Personne d’autre qu’elle-même. Rogue s’était envolé. Cet imbécile avait osé lui faire un coup pareil ! Se soustraire à ses mains meurtrières ?! Un pleutre, voilà ce qu’il était !

La démone sera les poigts et, pinçant les lèvres, elle se dirigea vers le grand bureau de bois sclupté. Elle le contourna et alla s’asseoir sur l’immense chaise du Directeur de Poudlard. Elle règnait. Elle était la Reine des damnés. Elle possédait Poudlard. Oui, elle l’avait envahit. Le château lui appartenait donc. Julianne la Grande s’adossa au dossier de la chaise, leva les jambes et posa ensuite les pieds sur le bureau, portant ses bras derrière sa nuque. Qu’il était bon d’être la régante du monde ! La dame des Enfers tourna les yeux en direction des tableaux représentant les anciens directeurs de Poudlard. La plupart avait prit la fuite, ce qui la fit pousser à nouveau un rire de hyène carnassière. De tous les tableaux, seuls demeuraient Albus Dumbledore; que « l’autre » avait particulièrement affectionné et les fondateurs mêmes de Poudlard. Ces derniers la regardaient avec une fermeté intense; alors que Dumbledore; lui, affichait un regard quelque peu attristé. La démone afficha un sourire des plus mielleux et s’adressa aux tableaux :


« Bien le bonsoir. Quel honneur vous me faites par votre gracieuse compagnie. Vous n’allez pas voir le spectacle ? Vous manquez quelque chose ! Ho et ... désolée pour l’escalier magique. C’était une idiotie, de toute façon ! « L’autre » n’a jamais apprécié ces délais inutiles, ho elle était si occupée à tenter de freiner mon ascension. La pauvre. Encore une fois, bien des délais inutiles. Hum ... un thé ne serait pas de refus ! Vous en voulez ? Toujours agréable en temps de réjouissances, n’est-ce pas ? »

Adoptant toujours une attitude possessive, Julianne la Grande regarda autour d’elle d’un air presque affairé. Voyons, voyons ... où était passé cette théière ?


Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Remus Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 538
Localisation : Avec ma louve
Age du perso : 46 ans
Fonction : Professeur de Défenses contre les Forces du Mal
Vice-Directeur de Poudlard
Directeur de Griffondor
Patronus : Loup
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 8 Jan - 16:41
J’étais parvenu à atteindre les portes situées dans le fond de la grande Salle sans grands encombres. Derrière moi, des bruits caractéristiques de pierres qui explosent m’étaient venu aux oreilles. J’espèrais que personne ne soit blessée mais pour le moment, je ne pouvais pas leur venir en aide. Je devais faire preuve de stratégie. Oui, j’étais peut-être un ancien Griffondor, mais ce n’était pas pour cela que je me lançais dans l’aventure sans réfléchir. Je pourrais même dire que j’étais un peu trop posé et réfléchi, pour un véritable Griffondor. J’avais toujours dit que le Choixpeau s’était certainement trompé en m’envoyant chez les Rouges et Or. Mes amis l’avaient aussi souvent dit, d’ailleurs, alors qu’ils me trouvaient presque systématiquement plongé le nez dans mes livres. Ma répartition avait certainement plus à voir avec ma condition de lycanthrope et mon courage qu’il me fallait pour traverser l’épreuve; qu’à une pure et essentielle bravoure.

Entouré des divers trophées et décorations protocolaires, je courrais dans la salle des trésors, contournant les socles contenant les diverses récompenses offertes aux étudiants de Poudlard. Parmi ces plaques et médailles se trouvait mon nom : j’avais gagné quelques médailles pour mes notes et ma tenue exemplaire. Je courrai, décidé à atteindre un des passages secrets qui allaient me mener aux escaliers magiques. En passant discrètement par en haut, je pourrais mieux me placer pour les empêcher d’aller plus loin. En tout les cas, pour empêcher quelques-uns d’entres eux d’aller plus loin.

Courrant ainsi rapidement, je parvint au bout de la salle des trésors et arrivai à un mur ... je donnai le mot de passe et la tableau glissa devant moi. Je me cachai derrière le mur et je jetai un léger regard dans le couloir, baguette en main. Ce fut alors que je les vit : ma louve et miss Lander. Je me montrai à elle et leur criai :


« ICI !!! »

Je vit alors des hommes cagoulés atteindre le pallier et un nouveau cri sortie de ma bouche. Cette fois, ce fut un « ATTENTION » qui sortie de ma gorge, alors que je tendais ma baguette en direction des dévots. J’allais lancé un sortiège quand ils le firent ... faisant s’écrouler le mur sur eux. Visiblement, Amélia avait lancé un sort de protection. Bonne idée ! Je baissai légèrement ma baguette magique et me poussai un peu sur le côté, afin de leur laisser une place pour se camoufler dans l’espace menant dans la salle des trophées.

« Julianne la Grande est devant le Griffon d’Or. Ne passez pas par la Grande Salle. Prenez plutôt le chemin menant aux grèves »

En sortant vers l’extérieur, elles pourraient atteindre un passage se trouvant derrière une statue de sanglier. Ce passage menait directement à l’étage de la salle commune des Griffondor. Ce serait plus sécuritaire. Je sortie ensuite dans le couloir et me dirigeai en direction des immenses blocs de pierre, tombés sur les dévots. Ceux-ci étaient morts ... mais d’autres montaient. Je devais les empêcher d’aller plus loin !




__________
Époux de Amélia Potter
Père de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-père de Isac & Sarah
Co-propriétaire de la boutique Les Maraudeurs
Professeur de Défenses contre les forces du mal 
Directeur de Griffondor & Vice-directeur de Poudlard
Loup-Garou de son état
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Donovan Lasher
~+ POUFSOUFFLE +~
Nombre de messages : 158
Age : 36
Age du perso : 14 ans
Fonction : Quatrième année à Poudlard
Réincarnation de Salazar Serpentard
Date d'inscription : 14/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 18 Jan - 11:50
La réincarnation de Serpentard se trouvais actuellement dans son bureau secret, situé dans les cachots, bien dissimulé derrière la statue représentant le fondateur des verts et argents. Qu'y faisait-il ? Il pensait, tout simplement. Depuis le rituel exécuté par les Professeur Barrière et Warzul, Donovan sentais une force gronder en lui, une force qui lui donnait confiance et assurance. Il se sentais complet, comme s'il lui avait manqué une part de lui-même depuis sa naissance et que, maintenant, il pouvait enfin se considérer comme normalement constitué. Cela était difficile à expliquer et le rituel n'avait eu lieu que depuis deux jours ... mais le Poufsouffle se sentais ... libre. Étrange quand on pensait à ce que son destin lui réservait.

Le jeune garçon était assied derrière le bureau massif, occupé à lire un livre à la lueur d'une chandelle. Il cherchait des informations sur les fondateurs, sur leur vie, afin de comprendre un peu mieux l'étrange rêve qu'il avait fait. Il savait que cela avait à voir avec ce qu'il y avait d'écrit dans les étoiles, mais il leur manquait encore tellement d'informations ! Cela faisait des heures qu'il buchait sur ces grimoires. Sa vision devenant trouble, Do avait relevé la tête avant de s'étirer en soupirant. Il était temps d'aller prendre un petit encas. Puis, il avait des devoirs à faire. Il ne fallait surtout pas se faire remarquer en ne les remettant pas. Disons qu'il avait assez de problèmes comme ça sur les bras sans en rajouter.

Donovan se leva et, d'un geste de la main, il secoua légèrement son familier, qui dormait paisiblement sur le bureau. Immédiatement, le diablotin se réveilla en se secouant de partout avant de voler pour venir se poser sur l'épaule de son maître. Le Poufsouffle prit le temps de lui tapoter la tête avant de se diriger en direction de la sortie secrète du bureau de Salazar. Il ouvrit la porte et ...

il les vit. Des ombres futiles. De grandes ombres. Des cris lui parvint et le frisson qui lui parcouru l'échine lui suffit pour comprendre que quelque chose n'allait pas. Vraiment pas. Donovan plongea la main dans sa poche et saisit sa baguette magique, sentant immédiatement une onde d'énergie le parcourir. Il était entier. Rapidement, le Poufsouffle referma la porte secrète et, le coeur battant rapidement au même rythme que les pulsions qui provenaient de sa baguette. C'était les dévots. Les Deux Grands attaquaient comme l'avait prédit le Choixpeau Magique. Merde !

Que faire ? La première idée qu'il eu fut d'inonder les cachots. Lancer un gros flots d'eau en plein sur les dévots et les noyer. Le problème, c'était que la salle commune des Serpentard se trouvait tout près. Et à l'intérieur de cette salle se trouvais Maryna. Et Maryna était son amie. Et ils avaient besoin de Maryna. Alors, que faire ? Ha ... Maryna allait se débrouiller !


* Maryna ! Les Deux Grands attaquent ! Il y a des dévots dans les cachots ! Je ne sais pas où tu est, mais je suis dans le bureau secret et ... je vais inonder le couloir *

Donovan ouvrit à nouveau la porte secrète, tenant Diablo d'une main -- le petit être magique voulait s'envoler à l'extérieur de la salle et commençait sérieusement à s'énerver -- et sa baguette de l'autre. Il pouvait voir les personnes cagoulées qui se baladaient dans les cachots, balançant des sorts affreux sur tout ce qui bougeait. Certains dévots tentaient d'entrer dans la salle commune de Serpentard. Ho, ils n'allaient pas entrer chez lui, ces rustres ! Le jeune garçon plissa les yeux et aussitôt une immense vague déferla droit vers les dévots. La puissance de l'eau était-elle que plusieurs dalles de pierres furent arrachées et que la vibration se fit sentir dans les murs ambiants. Le raz-de-marée gronda et percuta de plein fouet le dévots, les projetant contre les murs. L'eau continua de monter. Donovan, qui affichait un léger sourire, laissa son corps devenir aqueux et; lentement; il avança dans l'eau de plus en plus grondante qui inondait les cachots. Il n'avait aucun mal à respirer sous l'eau .. il était l'eau. Les dévots allaient se noyer ... ils étaient probablement déjà morts et vous savez quoi ? Donovan s'en balançait. Ils devaient les vaincre, non ? Ils étaient ici pour les tuer ? Alors, pourquoi se priver ? Ils n'avaient qu'à ne pas s'en prendre à Poudlard.

* Guenièvre, Quentin ! Les Deux Grands attaquent. Ils sont dans Poudlard. J'ai eu quelques dévots dans les cachots. Ne venez pas, c'est complètement inondé ! Je vais chercher Maryna et on se retrouve dans la tour d'astronomie. On va botter des derrière en série ! *

Héhé ! Content de se battre ? Salazar l'était en tout les cas ! Pour ce qui était de Donovan, il avança dans l'eau bouillonnante jusqu'à la porte de la salle commune de Serpentard. Il s'arrêta devant le mur vide, jetant un bref regard à un corps inerte appartenant à un des dévots. Le Poufsouffle reporta ensuite son attention sur le mur bloquant le passage à la salle commune et il lui dit :

" Shhhhaaaaoiiii iiiiisssiiiissss rssssss sshhhiiiisssss "

(traduction : C'est moi ... ouvres immédiatement ")

Le mur humide vibra et, au moment où il allait ouvrir, Donovan fit un geste vertical de la main, figeant ainsi l'eau et la coupant tel Moise dans la bible. Oui, oui ! Le mur d'eau ainsi crée, le liquide demeura figé et aucune goutte ne déferla dans la salle commune hormis le corps aqueux de Donovan Lasher. Voilà ! Avec un sourire, le jeune garçon attendit que la porte secrète se referme et il laissa son corps redevenir normal. Comment allait-il expliquer qu'il se trouvais dans la salle commune de Serpentard ? Il allait bien trouver quelque chose à dire ! Ignorant royalement les quelques élèves de Serpentard qui se trouvaient dans la salle commune, Do s'avança en disant :

" Maryna !? Maryna, où tu est ? "
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Guenièvre Lakers
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 573
Age : 22
Age du perso : 18 ans.
Fonction : Institut de formation des Aurors - 1ère année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Membre de l'Ordre du Phénix.
Patronus : Lion
Date d'inscription : 08/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 20 Jan - 11:48
Au quatrième étage, le plus haut avant les tours, Guenièvre était en chemin pour sa salle commune après avoir été posté une lettre à la volière. Comme à son habitude, elle avait prit un chemin tortueux rempli de couloirs oubliés, de passages à ciel ouvert et de petits raccourcis. C'était quelque chose de tout à fait naturel chez elle, elle bien que même elle ne puisse pas se vanter de connaître tous les passages secrets du château, certains ayant été crées après sa construction, il y en avait beaucoup qu'elle empruntait régulièrement bien qu'ils soient tombés dans l'oubli au fil des siècles. La plupart n'étaient que des petits passages, des alcôves dissimulées dans la pierre dissimulant des passerelles reliant différents couloirs plus fréquentés, ce genre de chose… Mais elle adorait malgré tout les utiliser. Maintenant que Godric et elle avaient été complètement réunis par le rituel des professeurs d'Astronomie, elle appréciait les emprunter, non pas tant pour leurs intérêts pratiques que parce qu'ils lui donnaient encore plus l'impression d'être complète, d'être un élément reliant ses deux vies. C'était quand elle se baladait dans les dédales de pierre qu'elle se sentait le plus capable d'affronter son destin et d'en sortir victorieuse. Résultat, à force d'aller de raccourci en raccourci, elle perdait presque du temps ! Ca lui était bien égal.

La quatrième étage était calme, et comme il n'y avait malheureusement pas de passage secret permettant d'échapper aux escaliers de la tour de Serdaigle, la jeune fille prenait son temps pour arriver à ceux-ci. Elle avait presque fini de traverser le petit couloir permettant de rejoindre les escaliers de la tour à partir du quatrième lorsque la voix de Donovan retentit dans sa tête et elle pila net. Les Deux Grands à Poudlard ? Elle tendit l'oreille. Etouffée par la muraille, une rumeur semblait venir des étages inférieurs. Crotte de … Crotte ! Depuis quand ceux-là s'en prenaient à SON école ? D'un geste vif, elle attrapa sa baguette dans sa poche. Heureusement, elles deux formaient une bonne équipe, et depuis l'avant-veille, leurs pouvoirs réunis devaient largement dépasser ceux des dévots. Elle allait nettoyer son école plus vite que ça, et s'ils osaient toucher aux élèves comme ils avaient toucher aux Parker… Tout en se mettant à courir en sens inverse (il était temps de mettre sa connaissance des raccourcis au service d'une cause utile), elle bloqua son esprit et envoya un message aux trois autres :


*Suis au quatrième, ils y sont pas encore mais ça devrait pas tarder. Ok, on protège notre école, mais pas de témoin ok ? Neutralisez les dévots et si quelqu'un de chez nous vous voit en train d'agir de manière anormale, balancez un sortilège d'amnésie. Si notre présence revenait aux oreilles des Deux Grands pendant qu'on était séparés, tout serait fichu. Personne ne doit nous voir, ou on est mort, ok ? A tout de suite!*

Comme Donovan, une partie d'elle ne pouvait s'empêcher de se réjouir à l'idée qu'ils allaient enfin agir. C'était leur mission, non ? Cependant, elle était consciente que pour s'en sortir, ils allaient devoir montrer un peu plus que les pouvoirs habituels des deuxièmes année, et si la moindre rumeur de quatre enfants se servant des éléments pour éliminer des Dévots arrivait au oreilles des Deux Grands, ils mourraient. La prophétie était marqué en énorme dans le ciel, et il était parfaitement stupide de penser que leurs ennemis n'en avaient pas connaissance. Seul l'anonymat les protégerait jusqu'à ce qu'ils soient parfaitement sûrs de pouvoir les vaincre.

La Serdaigle arrêta son sprint devant un escalier juste à temps pour ne pas glisser. En face d'elle, des dévots montaient les marches au pas de courses, prêts à investir l'étage. Elle ne réfléchit pas, balançant ses mains devant elle. Un énorme jet de feu envahit la cage d'escalier, grillant littéralement les dévots sur place en même temps qu'un tableau qui heureusement, lui avait paru vide. Cette fois-ci, elle avait fait du vrai feu, pas quelque chose qui ne blessait pas, et elle recula dans le couloir, frappée par l'onde de chaleur et les cris déchirants des hommes et femmes carbonisés sur place. Wow. Respirant un grand coup pour chasser la panique, la jeune fille referma les poings et les flammes disparurent, ne laissant que des corps affreusement carbonisés sur les marches noircies.

Guenièvre dut déglutir pour les enjamber mais pressa malgré tout le pas. Ces gens avaient tendus leurs baguettes vers elle. C'était eux ou elle. Elle les avait tué, oui, mais elle y repenserait plus tard. Pour l'instant, tout ce qui comptait était qu'aucun ne blesserait un élève, aucun n'irait rapporter ce qui lui était arrivé à Julianne la Grande. Se concentrer.

Arrivée en bas des escaliers, elle découvrit une Serdaigle de cinquième année, Greta Simmons, affalée contre les premières marches. Guenièvre se précipita vers elle, la secoua, prit son pouls. Greta n'avait aucune trace de blessure, mais elle était morte. Greta, qui jouait aux Bavboules tous les jeudis soirs dans la salle commune et qui l'avait maintes fois aidée à faire sa botanique. Guenièvre ôta doucement sa baguette des mains de sa camarade et la fourra dans sa poche intérieure avant de se relever et de se remettre à courir. Aucun dévot ne volerait la baguette de Greta pour faire du mal avec. Cette baguette était une sécurité, un bouclier au cas où… et une preuve tangible du fait que sa camarade avait été vivante.


*Je dois passer par le troisième et apparemment, c'est plein de dévots. Il y a déjà des morts.*

Elle n'avait pas pu prononcer le nom de Greta. Elle devait oublier son visage, oublier ses doutes et se peurs, et se concentrer sur la rage que lui inspirait le meurtre de sa camarade. Se concentrer. Il y avait encore beaucoup de couloirs à découvert malgré les passages avant d'arriver à la tour d'astronomie, et elle devait rejoindre les autres s'ils voulaient être plus efficaces et arrêter ce cauchemar. Personne ne touchait à leur école !




Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Quentin Waldon
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 151
Age : 36
Age du perso : 17 ans
Fonction : 7e année dans une école de magie en Australie
réincarnation de Helga Poufsouffle
Date d'inscription : 30/07/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 20 Jan - 17:40
Le jeune homme était à l'extérieur... près du lac caché afin qu'aucun élève ou personne ne le voit près d'un gros arbre... il était en train de méditer... de se calmer de s'apaiser l'esprit... oui Quentin s'était mit à la méditation. Il avait fait son Taï-chi pour se défouler... oui ses parents lui avait fait prendre des cours de Taï Chi avant d'entrer à l'école des sorciers et il adorait toujours cet art martial. Donc en bref entre ses cours il faisait une séance de Taï-Chi et maintenant il faisait en plus un bon moment de méditation.... depuis cela il ressentait encore plus la puissance de mère nature... de Gaïa.

Quentin était donc en train de médité quand Donovan envoya un premier message disant que le château était attaqué par les deux grand........................ Disons que ça vous réveille d'une méditation solide... Quentin sentit son coeur... en fait son corps au complèt se serrer en un coup... il ouvrit les yeux et sortit de sa cachette... doucement il était clair que Quentin ne voulait pas se faire voir...

Puis se fut le tour de Guenièvre qui parla dans sa tête disant ou plutôt dictant les choses à faire et ne pas faire... du vrai Guenièvre quoi... Elle se trouvait au quatrième et Donovan dans les Cachots. Maryna elle...elle était à quelque part mais certainement pas près de lui Quentin qui était dans le parc... Il fallait qu'ils se regroupe et c'est dans la tour d'astronomie qu'ils s'était donner rendez-vous... c'est drôle c'était toujours à cet endroit qu'ils se passait quelque choses... ou qu'il se réunnissait...

Quentin ne voulait pas se battre et ne voulait surtout pas tuer quelqu'un il en était tout simplement pas question... Quentin préferrait passer le plus possible innaperçu.... cependant il ne pouvait pas laisser les élèves se faire tuer et il ne pouvait pas laissé non plus les dévots faire du grabuge et envahir l'école...

regarda vers le château et des personnes cagoulées se dirigeait vers le château... Quentin ne voulait pas qu'ils entrent dans le château... mais comment faire pour ne pas se faire remarqué comme un de quatre... Il fallait qu'il fasse quelque chose... mais quoi????????

Il n'avait pas vraiment le choix... le jeune Griffondor se devait de courrir plus vite il devait dépasser les Devôts tout en restant discret.... Quentin se lança donc à la course... le blaireau avançait à la course... il courrait le plus vite que ces quatres petites pattes pouvaient aller tout en restant discret... Il les dépaça et se cacha dans un buisson. Le blaireau leva ainsi pattes de devant et les laissa tomber directement sur le sol. Il le refit une autre fois puis une autre et une autre. Un mur de terre se dressa devant les dévôts les renverssant, puis passa par dessus la tête de ceux-ci et se referma en arrière d'eux et sur les côtés les hommes et femmes restèrent dans la cage de terre... pour combien de temps? il en savait rien mais il les avait ralentis.

Le blaireau continua vers l'entré du château... il ne s'était toujours pas décidé à parler aux autres par légilimencie ... mais il les écoutaient... il monta donc les escaliers de l'entrée du château pour aller vers la tour d'astronomie.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
~+ SCÉNARISTE +~
Nombre de messages : 1541
Date d'inscription : 26/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 21 Jan - 17:20

Tableaux des fondateurs

Ils étaient calmes, chacun dans leur tableaux respectifs, occupés à vaquer à des occupations depuis longtemps terminées. "Vivre" dans un tableau enchanté était un peu comme de l'énergie résiduelle. Pas une hantise en tant que telle, mais de l'énergie renfermant de nombreux souvenirs. Bien entendu, en tant que tableaux magiques, ils avaient une certaine conscience, mais ils n'étaient pas ce qu'ils étaient jadis. Une parcelle d'âme, voilà ce qu'ils étaient. Pendant des siècles, la tableau de Godric et celui de Salazar s'étaient ignorés, sauf pour s'insulter à tout vents. Pendant des siècles, le tableau de Helga avait tenté de tempérer les choses pendant que celui de Rowena n'en terminait pas de râler sur l'entêtement des deux hommes. Mais maintenant, tout était revenu dans l'ordre. Depuis deux jours, en fait. Depuis le rituel d'union. Les deux hommes étaient redevenus amis et, lorsque le bureau était vide, ils se retrouvaient ensembles à boire comme des trous, ce qui faisait encore plus râler Rowena. Comme s'ils avaient le temps et le loisir de s'enivrer !!!! Il fallait aider les petits à atteindre leur destin ! Ce à quoi Godric rétorquait d'une voix pompette "hey, pas de souciance !!!". Mais oui, pas de souciance ! Salazar pouffait et ajoutait en titubant "Nous estre unition !" Mais oui ! Rha là là, les hommes je vous jures !

En ce moment, le tableau de Godric et celui de Salazar "s'ignorait", chacun dans leur coin à dégriser. Pendant ce temps, celui de Helga était en train de tricoter et celui de Rowena de lire. Tout allait bien. Ils faisaient comme si tout était normal. Jusqu'à ce que Severus Rogue quitte le bureau. Hey oui. Cela ne prit pas deux secondes que Salazar avait passé dans celui de Godric, fiole à la main et beuglant "ho mon amy !" alors que Rowena roulait les yeux. Ils n'allaient pas recommencer !? Elle voulait bien croire qu'ils avaient des siècles à rattraper, mais tout de même !


" Mais cessez votre ivrognisme ! "
" Notre ivrognisme ! Mais, nous ne estre point ivrognistes ! N'est-il pas, mon amy ?"
" Non, nous estre unition !"
" Il montement "

Salazar, sur les mots de Helga, fit volte-face, s'accrocha les pieds dans la souche d'arbre du tableau de Godric et revint, chambranlant, dans son propre tableau. Il fallait faire semblant d'être encore en rognes contre Godric. Sinon, cela paraitrait étrange. Serpentard, une fois dans son tableau, allait envoyer promener Griffondor quand ... Rogue entra en vitesse dans son bureau pour en ressortir vite fait par un des passages secrets. Bha voyons ! Qu'est-ce qu'il avait, celui-là ? Le fondateur de Serpentard allait émettre un commentaire fort peu élogieux sur le descendant de Rowena, quand ... elle entra. Julianne la Grande.

Honnêtement, Salazar en demeura figé. De même que Helga. Pour ce qui était de Godric, il venait de bondir dans son tableau, brandissant son épée et la balançant de toutes parts en hurlant un haaaaaaarrrggggghhhhhhh de guerre. Un vraie chevalier combattant toutes voiles dehors. Comme s'il pouvait sortir de son tableau pour trancher la tête de Julianne la Grande ! Pour ce qui était de Rowena, elle venait de se lever, fixant le corps de sa descendante sans mot dire. Sa fillotte était aux prises avec une malédiction et foi de Rowena, elle allait la sortir de là. Ce fut avec un pincement de lèvres et les cheveux soulevés par le vent qui rageait maintenant dans son tableau, que la fondatrice de Poudlard s'adressa à Julianne la Grande en ces mots :


" Comment osse tu vesnir ici ? Comment osse tu posseir le corps de ma petitele fillaude ? Hors de mon escole, démoniacle !"
" AARRGGHHHHHAAAAAAFGHHHHHHHHHHHH !"
" Je vais te ficher gore pissouse !"
" Nous avions desjà vainc, Ternac ... pourquoi ne laysse tu pas cette petiote transquille ?"

---

Pendant ce temps, dans les couloirs, cela n'allait pas trop bien pour les dévots. Ceux s'apprêtant à atteindre le couloir où se trouvaient le Professeur A.Lupin et la jeune Lander furent écrasés par le mur, brisé violemment par le sortilège de protection. Ceux se trouvant dans les cachots furent noyés, amenés parles flots agressifs et violents lancés sur eux par Donovan Lasher. Ils ne virent rien venir, pour être parfaitement honnête. Ils n'entendirent et ne sentirent que le grondement sourd de l'eau et, eurent à peine le temps de se retourner pour apercevoir le courant mortel qui emporta leurs âmes. Ceux qui se trouvaient au quatrième étage furent encerclés par les flammes et leurs cris se répercutèrent contre les murs de pierre du château, leurs corps se carbonisant en dégageant une odeur des plus répugnantes. Oui, les choses allaient mal ... pour le moment, il semblait que les gens du château étaient prêts à se défendre. Toutefois, il restait encore bien des dévots dans le château ... et les Deux Grands n'avaient certainement pas dit leur dernier mot. Pas encore.


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julianne VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
Nombre de messages : 2077
Age : 41
Age du perso : 28 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Guérisseur itinérante
Patronus : Serpent
Date d'inscription : 22/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 22 Jan - 9:58
Les pieds toujours confortablement installés sur le bureau du Directeur de Poudlard, Julianne la Grande avait abandonné l'idée de se préparer un thé. Elle n'allait quand même pas perdre son précieux temps à chercher une foutue théière ! Elle avait d'autres Gnomes à fouetter. Comme ces petites larves qui s'agitaient dans leurs tableaux, l'insultant ou criant comme des charretiers. Quelle manque de classe ! Elle s'était montré aimable avec eux, non ? Certes, certes ! Les gens avaient un tel manque de savoir-vivre ! Par les bourses de Satan, les temps avaient bien changé ! Le respect se perdait. Désolant.

La sorcière des ténèbres tourna ses iris mauves en direction du tableau de Rowena, qui la mandatait de quitter les lieux, non sans lui avoir souligné le fait que le corps qu'elle possédait était celui de sa descendante. Non ?! Comme si Julianne la Grande ne le savait pas ! C'était même cela le plus marrant dans toute l'histoire ! Ignorant totalement les tableaux des hommes; qui n'étaient que de vils porcins soit dit en passant; la démone se leva et laissa ses pas la diriger vers la représentation de Rowena Serdaigle. Elles étaient identiques. Julianne la Grande pourrait même dire qu'elle était en train de se regarder dans un miroir. Encore plus marrant. La femme des ombres se plaça devant le tableau de la fondatrice de Serdaigle et plongea ses yeux dans les siens sans mot dire, un léger sourire au coin des lèvres. Elle contempla ainsi la femme pendant quelques secondes, laissant Poufsouffle lui rappeler qu'ils avaient jadis gagné sur elle. Mais oui, mais oui !


" Gagner ? Tu le crois vraiment Poufsouffle ? Je suis là ... en vie ... puissante et poursuivant mon dessein. Et vous ? Vous êtes morts. Tous autant que vous êtes. Tu crois toujours que vous avez gagné ? Ma pauvre vieille, tu passes trop de temps sous le soleil, il t'a tapé sur le crane "

Julianne la Grande; ignorant toujours les prédictions des étoiles -- elle n'était comme pas du genre à regarder les astres, honnêtement ... pourquoi tourner les yeux en direction du ciel, là où se trouvais le bien ? --; continuait de fixer le tableau de Rowena, son sourire volant sur ses lèvres. Elle finit par lever la main afin de caresser légèrement le visage de Rowena à qui elle dit :

" Quel effet cela te fait-il de te voir massacrer tous ces gens, Rowena ? N'est-il pas un drôle de hasard de voir à quel point notre descendante te ressemble tant ? La vie peut parfois être charmante "

La démone tourna le dos au tableau, ignorant toujours ceux des hommes médiévaux. Les hommes. Ils n'étaient rien. La puissance était réservée aux femmes. Les hommes n'étaient que des plaies. Rien de plus. Ils ne servaient qu'à permettre l'engendrement de la prochaine puissance. Rien de plus. Pourquoi s'attarder sur de minables personnages ? La sorcière des ténèbres marcha dans le bureau, légèrement lasse. Elle était venue pour tuer Rogue et voilà que ce filou lui avait glissé entre les doigts. Qu'à cela ne tienne, elle finirait par le retrouver. Elle trouvais toujours ses proies. En attendant, elle allait s'amuser un peu.

" Bien le bonsoir, très chers. Le travail, vous comprenez ... "

Julianne la Grande se dirigea en direction de la porte du bureau. Son air était devenu plus machiavélique, plus sombre et alors qu'elle posait un de ses pieds divins hors de la pièce, elle souhaita :

* Je veux que les tableaux des fondateurs brulent *

Immédiatement, les flammes envahies les tableaux. Ils allaient disparaitre. À jamais. Qui avait gagné, Poufsouffle ? Qui ?!


Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Justin Emmerson
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 80
Age du perso : 20 ans
Fonction : Élève à l'Institut d'Enseignement
3ème année
Patronus : Béluga
Date d'inscription : 23/07/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 29 Jan - 21:16
Il avait un mal de chien. Voilà ce qui pouvait le mieux décrire à quel point la douleur lui vrillait la jambe gauche. Et, comment souffrait un chien, vous dites-vous ? Bonne question ! Une question dont nous ne pourrions guère répondre, hormis d’être soit même un chien ou encore d’avoir une imagination dépassant les espèces. Et, pauvres lecteurs fidèles, il s’avérait malheureux pour vous de savoir que Justin Emmerson n’était point un chien. Pour ce qui était de l’imagination du jeune homme, disons simplement qu’elle était reléguée aux oubliettes depuis de nombreuses minutes déjà. Pas besoin d’imagination quand l’horreur se produisait sous nos yeux et; surtout; quand une douleur sourde prenait notre jambe en otage.

Le Griffondor se trouvais tout près de sa salle commune quand il avait été attaqué. Une bande cagoulée, qu’il avait d’abord crut pour des idiots en mal de sensations fortes, avait foncée sur lui comme des dégénérés. Il n’avait eu que très peu de temps de réagir. En fait, il en avait eu aucun. La douleur lui avait enserré la jambe sans qu’il ne puisse réagir et c’était alors qu’il souffrait le marthyr qu’il avait compris : ils étaient attaqués. Les Deux Grands attaquaient. Cette idée complètement dingue avait fait son chemin dans son esprit et le jeune homme avait eu tout juste le réflexe de bondir; allez savoir comment il avait put le faire avec sa jambe estropiée; dans le confin d’un couloir situé tout près. Puis, le reste était encore obscur dans son esprit. Plusieurs éclats verts avaient percutés le mur, il avait poussé un cri de terreur (même les Griffondor pouvaient avoir peur, détrompez-vous) avant de prendre sa baguette magique de sa main ensanglantée, sa main qui tenait jusque là sa jambe qui ne ressemblait plus trop à une jambe. Puis, il s’était dit « Justin, mon p’tit père ... il faut réagir, sinon tu est mort ! ». Simple pensée pas réconfortante du tout ! Et, par la force du désespoir et l’adrénaline aidant, le rouge et or était parvenu à se trainer dans le couloir, laissant une trace de sang fraiche derrière lui, jetant des regards anxieux et préoccupés en direction du bout du couloir. Ils allaient certainement le suivre et alors, il devrait se battre. Coûte que coûte. Ce n’était pas le moment de baisser les bras. Il fallait agir en Griffondor et pas autrement. En attendant, comment faire pour les ralentir ? Justin pointa sa baguette vers les arcs de pierre et murmura :


« Explosio »

:: Échec ::

La douleur était trop atroce ... il ne pouvait se concentrer sur aucun sort. Justin poussa un gémissement de douleur et il poursuivit sa route, espérant rejoindre le bout du couloir avant que les dévots n’arrivent ... espérant ne pas tomber nez à nez avec une autre bande de ces dingues ... espérant survivre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Quentin Waldon
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 151
Age : 36
Age du perso : 17 ans
Fonction : 7e année dans une école de magie en Australie
réincarnation de Helga Poufsouffle
Date d'inscription : 30/07/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 3 Fév - 15:01
Quentin montait les escalier en blaireau le plus vite possible, non il ne fuyait pas... il se rendait le plus vite possible à la tour d'astronomie. Il ne pouvait cependant pas tout faire dans sa forme d'animagus donc en montant rapidement il reprit sa forme humaine. Quentin courrait dans les couloirs.... il fallait qu'il se dépèche. Il était à quelque couloir de la salle commune des griffondors... quand il ressentit un chauffement dans sa tête comme si celle-ci était en train de brûler .... de chauffer... de calciner.... Helga!!!

"Helga? sa va... ?"

"..."

"Helga???"

"Nous sommes en train de bruler"

"quoi????"

"Julianne vient de mettre nos portraits en feu..."

"Je peu vous aider?"

"peut-être puisque nous sommes lié concentre toi sur moi sur ce que tu veux faire pour m'aider..."

"ok... j'essaye"

Quentin entra dans la première porte qu'il apperçu et se cacha et entra en méditation et se concentra sur Helga....Il voulait que la terre étouffe le feu.

Dans le bureau du directeur, toute la poussière qui était dans le bureau du directeur, et dieux sait qu'il y en avait..., se jetta sur le cadre de Helga afin d'éteindre les flames qui étaient en train de bruler le cadre de poufsouffle.

"Merci Quentin... concentre toi sur les autres"

"ok... euhhh attend"

Quentin venait d'entendre un gémissement de douleur en arrière de la porte... l'incarnation de Poufsouffle ne pu se retenir d'aller aider la personne qui était en train de souffrir l'autre côté de la porte... Quentin se précipita vers la porte et l'entrouvrit pour regarder qui avait des problèmes... bien sûr il reconnu tout suite Justin...

-Psssst pssst Justin par ici .... itch tu es blessé.... entre ici je vais t'aider.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Justin Emmerson
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 80
Age du perso : 20 ans
Fonction : Élève à l'Institut d'Enseignement
3ème année
Patronus : Béluga
Date d'inscription : 23/07/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 4 Fév - 16:07
Il se sentais faible et sa vision devenait floue. Il allait tomber. Tomber et ne plus jamais se relever. Dans un coin de son esprit enflammé, Justin avait peur. La mort était une inconnue à laquelle il n'avait jamais encore songé. Normal, lorsque nous avions quinze ans ! Néanmoins, son cerveau était si emprisonné par la brume de la douleur, que cette peur sourde ne parvenait pas à l'envahir. Non, il la sentais à peine, trop aux prises avec une impression diffuse de perte de conscience. Le bruit des pas des Dévots derrière lui le firent à peine réagir alors qu'il poussait une porte, afin de pénétrer dans une petite alcôve, alcôve qu'il avait à peine conscience de connaître. Ses sens étaient sur un automatisme pure.

Justin, enfermé dans le petit enclos, gémissait de douleur. Les yeux fermés, il se sentais de plus en plus défaillir. Ses jambes n'allaient plus le porter. Ses oreilles bourdonnaient. Sa tête tournait. Dangereusement. Même la douleur provenant de sa jambe massacrée par le sort ne parvenait presque plus à son cerveau. Il perdait beaucoup trop de sang. Beaucoup trop.

Une voix. Comme dans une brume. Quelqu'un l'appelait. Était-ce un ange ? Un envoyé des cieux venu le chercher ? Justin ne le savait pas. Il avait à peine entendu la voix qui lui disait d'entrer. Oui, il allait entrer. Il était si faible. Le Griffondor poussa un dernier gémissement et perdit connaissance. Son corps mou chuta au sol, à demi entré dans la pièce où se trouvais Quentin Waldon. Justin Emmerson n'avait plus de force. Il partais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Frank Gillis
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 86
Age du perso : 18 ans
Fonction : Étudiant à l'institut supérieure de laboramagie
Patronus : Bison
Date d'inscription : 23/07/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 4 Fév - 17:04
Frank Gillis était confortablement assied dans la salle commune de Serpentard. Le jeune homme, enfin parvenu à sa dernière année à Poudlard, était en train d'étudier pour son admission à l'Institut de Laboramagie. Il savait qu'ils étaient très sélectif dans les admissions et tout le monde savait à quel point le jeune individu tenait à atteindre un poste de choix au sein de Sainte-Mangouste. Il devait faire des Gallions pour permettre à sa mère de se sortir de l'embarras dans lequel son géniteur l'avait mit. Six mois de salaire allait payer l'ensemble de ses dettes ... et ensuite, elle pourrait respirer. Frank ne demandait rien de plus.

Le Serpentard, quelques livres ouverts devant lui, était en train de lire un manuel sur les Potions avancées quand le mur donnant accès à sa salle commune glissa. Par réflexe, Frank leva les yeux et ... resta figé quelques secondes. Un Poufsouffle venait d'entrer dans leur salle commune ! En tant que Préfet en Chef, il devait faire quelque chose !


" Hey ! Hey toi ! Qu'est-ce que tu fous ici ?! " dit-il en se levant

Affichant un air froid et sévère, Frank jeta son livre sur le divan. Ce petit Poufsouffle allait le payer cher ! Il n'avait aucun droit d'entrer ici et voulez-vous bien lui dire qui lui avait dit comment faire pour entrer ? Les mots de passe étaient secrets et ce n'était pas pour rien. En plus, le Poufsouffle l'ignorait et ne lui répondait même pas ! Insulté, Gillis émit un son sifflant signifiant assurément sa frustration. Il fit quelques pas vers Donovan, prêt à le jeter dehors après l'avoir rudoyé un bon coup. Ça allait lui apprendre !

" Hey, je te parle ! Laisse faire ta gonzesse et sort d'ici ! "

Je vous jure ! Frank, suivit par trois autres Serpentard, se dirigea vers Donovan Lasher. Il allait voir ce qu'il allait voir ! Les stupides Poufsouffle commençaient à avoir pas mal de front ! Oser venir dans les cachots; de un; entrer dans leur salle commune en plus de ça ! Ça allait saigner !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Quentin Waldon
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 151
Age : 36
Age du perso : 17 ans
Fonction : 7e année dans une école de magie en Australie
réincarnation de Helga Poufsouffle
Date d'inscription : 30/07/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 4 Fév - 21:03
Nom d'un scrout à pétard... Justin était en train de perdre conscience il n'allait vraiment pas bien... le Griffondor s'était dirigé vers Quentin en titubant mais n'avait pas été capable de se rendre dans la salle, en fait il avait tombé dans le cadrage de la porte... il était ensanglanté il n'y avait plus un grand souffle de vie dans le jeune homme.

Quentin couru vers le jeune homme poussé par son élan de bonté naturel. Il ne pouvait pas laisser Emmerson là en train de mourrir.. et de toute façon entre griffondor il fallait se tenir... quoique Quentin ne faisait pas vraiment la différence entre un étudiant venant de quelconque maison... Il prit le bras du griffondor et le leva le plus qu'il fut capable avant de le tirer à l'intérieur de la salle. Il ne fallait pas le laisser là à la vu de tout ces monstres qui rôdait près de eux... En tirant le jeune Justin la porte se referma en claquant. Le coeur de Quentin s'arrêta quelque dixième de secondes. il espérait que les Dévôts n'avait pas entendu le claquement.

Sans perdre plus de temps, il se rappela de la blessure de Guenièvre lors du rituel à la tour d'astronomie avec les professeur Barrière et Warzul. il avait été capable de la soignée très facilement ... peut-etre qu'il allait être capable encore cette fois si avec Emmerson. L'incarnation de Poufsouffle prit sa baguette magique dans sa main et la passa au-dessus de Justin... il fallait qu'il réussisse à faire les soins afin que celui-ci survive... il se concentra avec beaucoup de difficulté à cause du bruit qui venait de partout. Une lueur rose sorti de sa baguette après plusieurs essaie et celle-ci entourra Justin. Une sensation de soins et de douceur entra dans le corps du rouge et or à l'agonie

Waldon regarda la réaction de Emmerson tout en guettant la prote du local où il se trouvait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Guenièvre Lakers
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 573
Age : 22
Age du perso : 18 ans.
Fonction : Institut de formation des Aurors - 1ère année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Membre de l'Ordre du Phénix.
Patronus : Lion
Date d'inscription : 08/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Fév - 9:06
Au troisième étage, Guenièvre courait à corps perdu, sa baguette tendue devant elle. Pour l'instant, le couloir était vide, mais elle savait que d'ici quelques minutes, elle serait obligée de passer devant l'escalier principal avant d'emprunter une série de petits passages qui lui feraient littéralement traverser le château en biais. Mieux valait ne pas prendre de risques.

"Protego !" [Lancé de dés, Echec]

Son bouclier magique sorti de sa baguette, mais s'éteignit dans un chuintement avant même d'avoir eu le temps de se déployer devant elle. Guenièvre s'en rendit à peine compte et s'arrêta de courir, pliée en deux au milieu du couloir. Est-ce qu'elle aussi avait prit feu et qu'elle venait seulement de s'en rendre compte ? Sa tête la brûlait atrocement, comme si ses cheveux étaient réellement en flamme. Pourtant, c'était une idée stupide, jamais son propre élément ne lui aurait fait mal ainsi. D'ailleurs, elle avait l'impression que c'était de l'intérieur qu'elle se consumait, comme si quelque avait enflammé son cerveau et que celui-ci commençait à lentement diffuser la brûlure dans tous ses membres. Se cramponnant à sa baguette, elle se retourna en chancelant, mais il n'y avait personne derrière elle susceptible de lui avoir jeté un mauvais sort. Qu'est-ce qui lui arrivait ? La jeune fille essayait vainement de réfléchir malgré la douleur de plus en plus vive lorsque sa vision floutée de larmes de douleur du couloir disparut pour laisser place à celle du bureau directorial, obstrué par un rideau de flammes.

*Mon tableau brûle, éteins-le vite !*

Quoi ?! La jeune Serdaigle lutta une seconde pour donner un sens cohérent à ce qu'elle vivait avant de s'imaginer littéralement enlever le feu du tableau, qu'elle rassembla en une boule bien nette devant la peinture. La vision que lui communiquait Godric du bureau parut alors beaucoup plus claire : Julianne la Grande s'apprêtait à sortir de la pièce. Sur une impulsion, la réincarnation de Gryffondor utilisa aussitôt toutes ses forces mentales pour envoyer la boule de feu sur son ennemie. [Lancé de Dés, Réussite]. Le dos de sa robe s'enflamma aussitôt. Retour à l'envoyeur ! En espérant que cela la freinerait. Dans tous les cas, elle ne s'était pas exposée directement et elle avait évité à une petite partie de l'âme de Godric (donc la sienne) de finir en cendres. Les tableaux n'étaient pas à proprement dit des horcruxes, puisque ceux qu'ils représentaient étaient morts, mais, on ne pouvait pas niés qu'ils semblaient avoir une âme, non ? D'ailleurs, elle avait souffert, non ?

Sans plus attendre, Godric décala sa vision d'une Julianne goûtant à sa propre médecine pour lui faire voir les cadres voisins de Salazar et Rowena, toujours frangés de flammes. Elle devait aussi s'en occuper ! Elle se concentra de nouveau pour détacher le feu du tableau lorsque un bruit étrange retenti. Sa vision bascula violemment et disparut. Elle était à genoux dans le couloir du troisième, avec aucune idée de comment elle s'était retrouvée dans cette position, et le bruit venait de derrière elle, dans la direction des escaliers principaux. Un peu sonnée de ce changement de décor brutal, la jeune fille se releva le plus vite possible, vacilla, se rétablit et se retourna. Le bruit qu'elle avait entendu était-il ami ou ennemi ?




Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 4Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant
Sujets similaires
-
» ARISTIDE SERA DE RETOUR AVANT LES ÉLECTIONS SELON IRA KURZBAN
» Plus rien ne sera jamais comme avant. {Leah}
» Avant de vous connecter
» Des questions avant de vous rejoindre (peut-être)
» « Plus rien ne sera comme avant » • Morgan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~+ Poudlard : La Magie s'ouvre à vous +~ :: Entre les murs :: Les Couloirs-
Sauter vers: