Harry Potter à notre saveur !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un Matin de Noël...

Aller en bas 
AuteurMessage
Tamarah Jedusor
~+ GRYFFONDOR +~
~+ GRYFFONDOR +~
avatar

Nombre de messages : 85
Age du perso : 12 ans
Fonction : + Deuxième année; Gryffondor +

Feuille de personnage
Points de Sang (Vampires):
100/100  (100/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Inventaire:

MessageSujet: Un Matin de Noël...   Mer 28 Déc - 7:41

Citation :
25 Décembre 2001

Noël, oh joyeux Noël ! Il était 6h30 du matin et le calme régnait encore tranquillement dans Westmacott, le village des Vampires Camaristes. Bien sûr, le dit calme se verrait bientôt interrompu, pour laisser place à des cris émerveillés d'enfants découvrant leur sapin entouré de paquets aux couleurs exagérées. Mais pour le moment, la neige tombait silencieusement sur le sol, le recouvrant d'une épaisse couche blanche monochrome et régulière.

Tamarah n'était pas une de ces enfants qui se levaient, en général, très tôt. A vrai dire, elle se levait très tard, et tout ses frères et sœur étaient déjà debout lorsqu'elle daignait montrer le bout de son nez.
Allongée tranquillement dans son lit, les yeux fixés sur le plafond, Tam écoutait les petits bruit incongrus qui émanaient de la chambre voisine, et les chuchotements très peu discrets de Kevin, Artamir, Emrys, Ilmarë et Jana. La fillette savait pertinemment le sujet de leur conversation: les paquets qui se trouvaient actuellement sous le sapin. Oh, bien sûr, Tamarah avait vraiment envie de voir ses nouveaux jeux, et de rigoler avec les autres, mais elle n'avait pas vraiment le cœur a ça.
Les visions qu'elle avait de sa mère étaient étranges, et pour le moins horribles. Papa avait dit que Maman était en voyage, mais Tam savait que ce n'était pas vrai, qu'il se passait des choses bien plus graves. Évidemment, Jana et Ilmarë le savaient aussi, en tant que filles Koric, mais Tamarah ne savait pas comment leurs visions a elles se traduisaient et se sentait particulièrement touchée, peut-être plus que les autres.

La fillette n'avait pas très bien dormi, cette nuit là. La journée de la veille avait été agréable, elle l'avait passée avec sa famille, et tous étaient très excités à l'idée du passage du Père Noël... Le repas du soir avait été très drôle. Grand-père Severus, Grand-mère Gwendoline et Papa étaient assis a un bout de la table, pendant les enfants étaient attablés a l'autre. Les adultes ne s'étaient même plus entendu parler. Tamarah avait beaucoup rigolé, surtout avec Emrys, son oncle qu'elle adorait. Emrys était trop gentil, et très intelligent. Kevin s'était disputé avec Jana quant a l'utilité des filles et des garçons. Artamir avait rejoint son frère pour défendre sa cause, alors qu'Ilmarë avait beaucoup argumenté en compagnie Jana. ça avait été rigolo, bien que ça aurait pu dégénérer si les adultes ne s'en étaient pas mêlés.
Le repas avait délicieux, même si les enfants avaient râlé lorsqu'ils avaient vu arriver le plat de légumes. Pour une fois, Jana et Kevin étaient d'accord - a noter dans les anales ! - et Ilmarë, Artamir et Emrys aussi. Tamarah aussi devait bien avouer qu'elle avait fait une affreuse grimace. Grand-père Severus avait ensuite râlé, leur disant - que dis-je ! ORDONNANT - de manger, ce qu'ils avaient fait a contre-coeur. Bah oui, les légumes, c'était pas très bon.

La suite, Tamarah n'avait pas trop envie de s'en souvenir. Papa avait regroupé ses affaires, avait embrassé ses enfants, remercié Grand-père et Grand-mère, et Tamarah savait qu'il allait partir - non, non NON ! - alors elle avait éclaté en sanglots sans préavis, suppliant a qui-voulez-bien-l'entendre de ramener sa Maman. Elle voulait vraiment voir sa maman, et plus ces horribles visions avec du sang de partout.

La fillette décida finalement de se lever. Après tout, ça ne lui servirait a rien de se morfondre dans son lit. Lentement, elle tira de son sac un ensemble de vêtements qui avait été soigneusement préparé. Elle retira rapidement son pyjama rose qu'elle jeta sur son lit, et enfila son pantalon blanc - quoi qu'un peu gris au niveau des genoux - et un pull bleu et sortit dans le couloir.
Dès qu'elle fut dehors, elle fut accueillit par des regards indignés des autres enfants, qui dirent ne pas avoir pu ouvrir leurs cadeaux plus tôt par sa faute, parce qu'ils devaient attendre que tout le monde soit levé. Tamarah rigola un peu. Rhooo ils éxagéraient quand même ! Il était 6h45 du matin !! Se précipitant finalement avec eux, ils allèrent contempler les cadeaux au pied du sapin. Tam repéra rapidement ceux qui portaient son prénom, et remarqua qu'un des paquet ne semblait " pas content " et ... IL BOUGEAIT ! La fillette échangea un regard complice avec ses frères et sœur. Oui, ils savaient ce que c'était. C'était Papa et Maman qui avaient commandé un chat au Père Noël pour Jana. Mais Papa avait préciser de ne surtout pas en parler a Grand-père Severus ! Que c'était une surprise - plus ou moins mauvaise - et qu'il ne devait pas être au courant avant que le chat ne sorte de la boite dans laquelle il se trouvait actuellement
Ce fut Kevin qui craqua le premier, demandant a leurs grand-parents l'autorisation de les ouvrir.

- Oh oui ! On peut les ouvrir ?

Alors tous les enfants se retournèrent vers Grand-père Severus, avec un sourire angélique - comme si ça allait marcher ! -, attendant le feu vert.

( Mouahaha ]


Dernière édition par Tamarah Jedusor le Jeu 29 Déc - 10:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Severus Rogue
~+ DIRECTEUR +~
~+ DIRECTEUR +~
avatar

Nombre de messages : 624
Age du perso : 48 ans
Patronus : Biche

Feuille de personnage
Points de Sang (Vampires):
90/100  (90/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Un Matin de Noël...   Mer 28 Déc - 22:34

Noël. S'il y avait une fête que Severus Rogue détestait par dessus tout, c'était bien Noël. Toutes ces lumières qui scintillaient partout, les décorations dans les maisons, les cantiques insignifiants et; surtout; foncièrement énervants le rendait malade. Ces temps d'hypocrisie le rendait non seulement nostalgique mais morose. Oui, d'hypocrisie, vous aviez bien lu. C'était les temps des sourires sournois, des valorisations surfaites, des "je te trouves tellement gentil" et des "ho, la décoration de ta maison est fort jolie !" alors que la plupart de ces gens passaient le reste de l'année soit à vous ignorer, soit à se moquer de vous dans votre dos. Ou pas. En toute honnêteté, s’il avait été célibataire et sans enfants, Rogue aurait passé le temps des fêtes seul, enfermé chez lui comme un hermite à boire comme un ivrogne éperdu de désespoir. Oui, il détestais Noël. Malheureusement pour lui – encore une fois, il se faisait ce genre de commentaires intérieurs – il avait eu des enfants. Et des enfants, ça aimait Noël. Évidemment. Ils ne pouvaient jamais être comme tout le monde ! Il avait donc été dans l’obligation de fêter cette fête insipide qu’était Noël. Ho, il croyait pouvoir s’en tirer quand ses enfants seraient grands, mais voilà ... ses enfants avaient eu des enfants ! Et, il était encore obligé de fêter Noël. Et le pire dans toute cette histoire, c’était que ses petits-enfants allaient avoir des enfants et ainsi de suite ... et que cela allait se répéter à jamais. Fêter Noël pour l’éternité quand on détestais ça, c’était une raison d’espérer recevoir une balle d’argent en plein coeur ! Croyez-moi !

Severus avait donc acceuillit avec une « joie » (haha) non désimulé l’idée de Gwendoline d’inviter Ludwig pour la veille de Noël. Il pourrait amener les enfants et ils pourraient alors ouvrir les cadeaux le matin de Noël. Les pauvres enfants avaient besoin de s’amuser, de rêver, de penser à autre chose. Severus était d’accord, mais quand même ! Pas pour fêter DEUX fois Noël. Mais bon ... les choses étant comme elles étaient, Gwendoline avait remporté la partie – Severus ne voulait pas passer pour celui qui brisait les rêves de ses propres petits-enfants quand même ! -- et Ludwig et les enfants étaient venus. La soirée avait été ... turbulante ! Les enfants avaient passé leur temps à chahuter, courir partout, crier et se prendre la tête. Normal, quoi. Rien de bien méchant, mais le vampire en était presque devenu dingue. Le pire c’était quand ils avaient refusés de manger leurs légumes ! Ha bien là, bâtard ! Il leur avait lancé un de ses regards, je vous jure ... ils avaient mangé. Non mais. C’était quoi ces caprices ?! Enfin. Pendant ce temps, les adultes avaient discutés tout bas de Julianne. Ludwig s’inquiétait, évidemment. Il était perturbé, il ne comprenait pas trop et tentait tant bien que mal d’expliquer les comportements de son épouse aux autres Princes vampires. C’était quand même une situation assez honteuse et, en toute honnêteté, Ludwig pouvait même en perdre son trône. Bref, la soirée avait été atroce. Point.

Et maintenant, c’était le matin de Noël. Et il était obligé de se lever aux aurores, parce que les murmures excités de ses enfants et petits-enfants l’avait réveillé. Comment ne pas les entendre ? Ils piallaient comme des geais bleus ! Pit pit pit, les cadeaux, les cadeaux, je veux mon balai magique, pit pit pit, moi des crayons, pit pit pit, moi un chat !!! Un chat, hors de question ! Pit pit pit, ma poupée elle va s’appeller Élodie, pit pit pit je veux un toutou kangourou, pit pit pit ... Comment dormir dans cette situation ? De toute manière, s’il ne se levait pas, ils allaient entrer dans sa chambre, sauter dans son lit comme des furies en criant qu’ils voulaient leurs cadeaux.

Severus s’était levé, habillé et était descendu au salon. Gwendoline l’avait rejoint, souriante et sereine. Elle était belle. Il ne pouvait pas dire le contraire. Gentille, douce, aimable ... comme déterminée, forte, solide et ambitieuse. Une bonne femme. Il avait eu de la chance, au fond. Même si ce n’était pas Lily. Même s’il n’était pas amoureux fou de sa femme ... pour ne pas dire amoureux du tout. Oui, il aurait put tomber sur pire. Il aurait put passer la journée à boire comme le pauvre homme qu’il était mais au lieu de ça, il allait faire l’hypocrite. Comme tout le monde. Il se détestais.

Sans dire un mot – hormis un bon matin – il avait prit son journal pour lire les dernières nouvelles. Évidemment, la Gazette du Sorcier faisait grands états des attaques des Deux Grands. Ont y parlait de Julianne. Il y avait même des photos. Les Deux Grands avaient attaqués des vieilles personnes magasinant pour les fêtes avant d’égorger une femme enceinte en pleine rue. Seigneur. Rogue avait refermé le journal au moment où des bruits de petits pas lui était parvenu. Il avait rangé le journal sous le coussin du fauteuil où il était assied. Il ne voulait pas que les gamins voient ça. Puis, le directeur de Poudlard avait offert un léger sourire à ses enfants et petits-enfants avant de leur répéter au moins trente fois de se calmer; devant le fait que Tamarah n’était pas encore debout. Les nerfs. Qu’il se calme, sinon ils n’auraient pas leurs cadeaux avant d’avoir terminé le déjeuner. Point.

Il allait appliquer la menace ultime quand Tamarah daigna enfin les rejoindre. Enfin. Ils auraient la paix ! Le vampire se leva pour se rendre devant le sapin de Noël – un arbre dans le salon du ténébreux personnage, quelle honte --. Oui, oui, ils ... mais un des cadeaux bougeaient ! Bon sang, voulez-vous bien lui dire ce qu’il y avait là-dedans ! Oui, bien des jouets magiques étaient dotés de mouvements ... mais ... était-ce un miaulement qui provenait de la dite boite ? Un miaulement !? Severus plissa les yeux avant de tourner la tête vers Gwen, qu’il regarda fixement d’un air passablement intense. Elle n’aurait pas osé faire ... ÇA ?! Il afficha un léger plissement des yeux avant de reporter son attention sur les enfants, qui le regardait avec des sourires d’angelots, attendant son approbation pour ouvrir les cadeaux. Mais oui,mais oui ... et après, il tuerait ce chat ! Peuh !

« Moui, on ouvres les cadeaux ... mais pas de chahut, pas de bousculades, de disputes ou d’obstination, sinon on arrêtes tout. Je veux du calme, compris ? »

[i]Mais oui, il pouvait toujours rêver ! Bon commençons par le foutu chat ... avant qu’il ne fasse pipi partout et que ça empeste dans toute la maison. Severus pinça les lèvres et ramassa la boite infernale, qui bougea encore plus. Il pouvait clairement entendre que le minet était pas du tout de bonne humeur. En plus, le foutu chat avait mauvais caractère ! Re-peuh ! Le vampire baissa les yeux sur l’étiquette, fit une moue froide (évidemment, qui d’autre aurait put avoir cette idée de débile et aller contre sa volonté ? Dites moi ?) et dit d’un ton lent :


« Pour Jana de Julianne et Ludwig, qui t’aiment beaucoup »

Quand Julianne serait saine et sauve ... il allait la tuer !


Severus Tobias Rogue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jana Rogue
~+ CRÉATURE MAGIQUE +~
~+ CRÉATURE MAGIQUE +~
avatar

Nombre de messages : 100
Age du perso : 9 ans
Patronus : Un Crocodile

Feuille de personnage
Points de Sang (Vampires):
100/100  (100/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Un Matin de Noël...   Jeu 29 Déc - 8:48

Noël, ben c'était la fête la plus géniale qui existait ! Toutes les maisons étaient bien décorées avec plein de couleurs scintillantes, on chantait de belles chansons rigolotes et on voyait sa famille ! Oh oui, vraiment, c'était trop bien !
Jana avait été enchantée par la soirée de la veille. Ludwig était venu avec Tamarah, Kevin, Ilmare et Artamir. Ça, c'était vraiment trop bien ! Le repas était bon et rigolo, même si Jana trouvait énervant que les adultes marmonnent comme ça, pour éviter que les enfants entendent. Bah de toutes façons, le filles en savaient presque aussi long qu'eux. Mais ils pensaient quand même qu'ils devaient pas en parler devant eux... pfff... ils les prenaient vraiment pour des bébés !
Jana s'était assise a côté d'Ilmare, sa nièce préférée et s'était disputée avec Kevin. Nous mais c'était quoi ça ? Non, Jana n'aimait pas trop Kevin. Il était bête parce qu'il était un garçon. Et les garçons étaient stupides, c'était bien connu !

A la fin de la soirée, Ludwig était parti, et Papa avait grommelé qu'ils devaient aller se coucher sinon le père Noël n'allait pas passer... Jana avait été indignée de devoir se coucher si tôt et avait vivement protesté... Même si on ne protestait jamais très longtemps avec Papa dans les parages. Elle était persuadée qu'il s'agissait là d'une vicieuse tactique pour avoir la paix. Dans un sens, elle n'avais pas tord !
Jana s'était endormi très rapidement malgré son excitation. Bah oui, elle était quand même un peu fatiguée ! Mais il fallait pas le dire a Papa !

4h45. Jana fusilla son réveil du regard. Pfff. Généralement, elle n'avait pas le droit de se lever avant que l’aiguille n'atteigne le 6. Mais là, elle était presque sur le 5, et Jana ne tenait plus en place dans son lit. Elle se leva alors à pas de loup - enfin, bon, un loup aurait surement été plus discret - et alla dans le salon, regarder le sapin. Oh oui, le père Noël était passé !
Jana s'approcha du sapin et regarda les paquets. Il y en avait beaucoup beaucoup, et sur certains, il y avait marqué son prénom ! Oh oui, c'était vraiment trop cool ça !! Jana savait ce qu'elle allait faire. Oh que oui ! Elle allait monter et faire tomber un objet. Quelque chose du genre, bien lourd, qui fasse, du genre bien du bruit sur le sol. Puis elle retournerait vite dans sa chambre et ferait mine de sortir en même temps que les autres - qu'èce-quisse-passeuh ? - Mouaahaha. Mais arrivée devant les portes des chambres, elle aperçu Ilmare et Artamir, qui faisait apparemment la même chose qu'elle, a savoir, vouloir regarder les cadeaux. S'en suivit le réveil de Maman, puis de Kevin et Emrys, puis de Papa. Les enfants attendaient donc Tamarah.
Ils descendirent au salon, où ils trouvèrent Papa en train de lire un journal. Ils se mirent alors a jouer en attendant, criant, rigolant, et surtout ignorant les rappels à l'ordre de Papa.

Tamarah se leva enfin. Ah bah oui ! Enfin quand même !!! Et Papa dit qu'ils pouvaient ouvrir les cadeaux ! Kevin s'était précipité sur une énorme boite qui portait son nom, les autres suivant de près. Papa s'agenouilla est attrapa une grosse boite qui bougeait, et lut que c'était son cadeaux de la part de Julianne et Ludwig ! Oh, Jana était vraiment contente d'avoir un cadeau de Julianne ! Elle lui avait fait un dessin pour Noël, qu'elle lui donnerait quand Papa l'aurait retrouvée.
Jana s'assit par terre a côté de Papa et déballa le papier. Papa déballait avec elle... C'était étrange ! Soit il était pressé d'en finir, soit il voulait vraiment vraiment voir ce qu'il y avait a l’intérieur. Le papier enlevé dévoila une boite en carton simple avec des trous dedans. Pourquoi il y avait des trous dans une boite ? Jana ouvrit alors et poussa une exclama de joie. UN CHAT ! Il y avait un chat dans la boite !! Sans plus attendre elle attrapa le chat et le sortit du carton, contemplant son énorme tête noire. UN CHAT TOUT NOIR !! Jana était vraiment trop trop contente !

- Julianne est vraiment trop forte, elle savait que je voulais un chat alors elle l'a commandé au père Noël pour moi ! Elle est géniale, c'est la meilleure grande-sœur, hein papa ?

Le chat, qui s'était sauvagement débattu fut posé délicatement au sol. Il avait mit les oreilles en arrière et faisait un bruit bizarre et rigolo avec la bouche, montrant les dents. Jana éclata de rire. Maman demanda alors à Jana comment elle voulait l'appeler.

- JE SAIS ! Il s’appellera Cassoulet !

Oh oui ! Cassoulet était vraiment un nom parfait pour son tout nouveau chat ! Il était vraiment trop trop beau en plus !

- Tu sais Papa, je trouve qu'il te ressemble, Cassoulet. Il est tout noir, et il grogne tout le temps.

Kevin, Ilmare, Tamarah, Artamir et Emrys éclatèrent de rire. Et Jana les suivit.


Cassoulet le chat.
( je pique temporairement la fonction du PNJ je sais... mais j'ai pas pu résister XD )

Cassoulet n'était pas content. OH que non, pas DU TOUT content. D'abord, on demandait à une de ces sales bonnes-femmes du château de l'attraper, mais ensuite il avait été fourré sans ménagement dans une affreuse boite en carton toute moche. Mais c'était quoi cette connerie encore ? Cassoulet, n'étant pas du genre à se laisser faire, avait mordu, griffé, craché... Mais rien n'y avait fait, ces saletés avaient des bâtons de bois qu'elles brandissaient sur lui pour le calmer. Non mais par les co... castagnettes du chat du Cheshire !

Cassoulet avait alors une affreuse envie de se venger. Comment ? Faire pipi partout... Mais il s'était rendu compte qu'il ne... POUVAIT PAS !! Une des sales bonnes-femmes lui avait jeté un sort ! ARGH ! Il était en colère, oh oui, très très TRES TRES en colère. Comme si son irritation n'était as déjà a son comble, la boite fut ballotée, et il entendait les bruit agaçant autour de lui de papier qu'il aurait bien voulu déchiqueter, et de morceaux de scotch qui étaient collés sur la boite. Il avait ensuite était transporté il-ne-savais-trop-où, et avait été déposé sur le sol. La soirée avait été longue pour Cassoulet. Confiné dans cette affreuse petit boite, il avait passé son temps à se lécher furieusement les poils. Non mais ! Il était dans une boite dégoutante et son divin postérieur était assis dessus... pas qu'il avait le choix !
De bonne odeurs se dégageaient de l’extérieur, et les bruits étaient fort agaçants. Il entendait distinctement les " gros humains " parler tandis que les irritantes créatures qu'il s'affairait a détester depuis sa naissance que les humains appelaient enfants - ENFANTS ! N'importe quoi ! - parlaient et criaient comme des sauvages ! Peu à peu, les bruits cessèrent, et Cassoulet en fut content. Bordel, il allait passer la nuit dans cette affreuse boite ! ARgh non mais c'était pas vrai !

Si certains des enfants furent levés à 5H, Cassoulet, lui, avait bien été le premier réveillé. Il se rendit comte avec agacement qu'il n'avait ni faim ni soif. Alors en plus de lui interdire de faire ses besoins, elles avaient osé OSE lui couper la faim ? Les salo.... Enfin bref. Son irritation était alors remontée - si toutefois elle était descendue - lorsque les sales mômes avaient déboulé en courant et criant. Il y avait des voix qui venaient de partout, et la boite fut saisie. Cassoulet cracha a nouveau.

- MEOOOOWWWW !!!

Non mais ! Il allait leur montrer, ce que c'était un VRAI miaulement. Et oui, lui n'était pas un de ses petits chats tout mignon - non, sans blagues ! - à qui on faisait des papouilles et ces infâmes bisous mouillés dégoutants sur son crâne. Hors de question !

Le Papier fut arraché, et la boite ouverte. Les pupilles de Cassoulet se dilatèrent et avant qu'il n'ait eu l'occasion de faire le moindre mouvement, il fut saisit par des petites mains. C'était une fille. Une des sales Mômes. Elle le serra "amoureusement" contre elle - oui, ben lui, il n'était pas amoureux DU TOUT - et le posa au sol. Le chat s'éloigna vivement, crachant d'un air furieux, les oreilles plaquées sur son crâne. Et la gamine rigola. Elle avait osé ! La Saligote !!
Il n'était PAS drôle !! Il était méchant, vile et fourbe. Tout mais PAS drôle. Extrêmement vexé, il regagna ensuite sa dignité, leva la tête d'un air supérieur et regarda les autres enfants. Tiens, il y avait les clones ! Les clones étaient agaçants !! Cassoulet fusilla d'ailleurs le clone mâle pour lui montrer qu'il n'avait pas oublié que celui-ci lui avait tiré la queue. Le clone femelle était agaçante, parce qu'elle hurlait toujours de sa petite voix perçante " KEVIIIIIIN LAISSE LE CHAT TRANQUILLE ! " comme s'il avait besoin de son aide. Pfff !! Il y avait les deux plus jeunes aussi, mais Cassoulet s'estima trop important pour leur prêter attention. Il jeta un regard de travers au garçon qu'il ne connaissait pas. Toi, tu m'touche, t'es mort !
Il porta ensuite son attention sur la grande humaine femelle. Elle était un peu plus acceptable, sans vraiment l'être. S'avançant lentement, il renifla légèrement son pantalon, avant de s'éloigner, jetant a la femme un regard torve, signifiant qu'elle avait intérêt de le nourrir. Et en abondance ! Non mais ! Il méritait de la bouffe à profusion, pas de la boustifaille dégueulasse servie dans une gamelle de clébard !
Cassoulet leva alors la tête, quand IL le vit. L'homme !! Oh mon dieu ! Il était merveilleux ! Cassoulet était tombé dans une maison de fous, mais il y avait un être qui lui était semblable !! ALLÉLUIA !
Le chat ignora dédaigneusement les autres, et se dirigea vers l'homme, les yeux brillants d'admiration. Lui aussi, avait un pelage noir de la plus haute qualité, comme Cassoulet ! Il l'observa quelques instant avant de se frotter à ses jambes. Oh oui, son nouveau maitre lui plaisait beaucoup. Sans préavis, Cassoulet sauta sur l'homme, qui l'attrapa seulement par réflexe. le chat monta sur ses épaules et s'installa. Ses pattes arrières dépassant de l'épaule gauche de l'homme, ses pattes avant gentiment repliées sous son buste, étaient appuyées sur son épaule droite. Le chat ferma les yeux de contentement l'espace de quelques secondes. Il les rouvrit, jaugeant tout le monde du regard. C'était bien, il les dominait de là où il était. C'est ainsi que, battant légèrement la mesure avec sa queue dans le visage de l'homme, Cassoulet se mit a ronronner fortement.
Tout le monde éclata de rire. Décidément, le chat ne comprendrait jamais rien aux hommes !!


( XDDD )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tamarah Jedusor
~+ GRYFFONDOR +~
~+ GRYFFONDOR +~
avatar

Nombre de messages : 85
Age du perso : 12 ans
Fonction : + Deuxième année; Gryffondor +

Feuille de personnage
Points de Sang (Vampires):
100/100  (100/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Un Matin de Noël...   Jeu 29 Déc - 11:33

Lorsque Grand-père Severus accepta qu'ils ouvrent leurs cadeaux, tous les enfants se précipitèrent vers leurs paquets. Tamarah avait repéré une belle boite portant son prénom. Elle était emballée dans du papier jaune. Elle posa ses yeux sur l'étiquette, et demanda à sa grand-mère ce qu'il y avait écrit. Bah oui ! contrairement a ses frères qui avaient déjà déchiqueté les paquets, elle aimait savoir de la part de qui c'était ! Sa mamie - qui n'en était pas une - lui répondit alors, et Tamarah ouvrit joyeusement le paquet. Il contenait une belle boite de maquillage pour enfants. C'était vraiment joli, il y avait beaucoup de vernis a ongle ! Tam adorait le vernis, surtout lorsqu'il était transparent mais avec plein de paillettes ! Elle ouvrit un deuxième paquet qui contenait une peluche de licorne. Elle était vraiment trop trop belle ! C'était de la part de ses grand-parents !! Tamarah se leva et sauta dans les bras de sa grand-mère, la remerciant. Elle alla ensuite faire un câlin a son grand-père, disant que son cadeaux lui plaisait beaucoup. La fillette allait ouvrir une troisième boite lorsqu'un petit cri retentit. Tout le monde se tourna vivement vers Jana, qui venait de sortir un affreux minet de la boite. Sur le moment, Tamarah ne le reconnu pas de suite, même si elle savait que c'était un des bébés de Minou - et Minou en avait plein, des bébés qui se baladaient dans le château.
Le chat était de mauvaise humeur. Mais... Mais ??? Mais c'était CE chat là ??!! Tamarah se retient d'éclater de rire. Elle avait longtemps essayé de le caresser, mais elle n'avait pas réussit a l'approcher de très près. Le plus drôle dans tout ça était en fait la fait de son Grand-père.

- Tu vas bien Papi ? Tu n'as as l'air très content !

Tamarah était certaine que son grand-père allait encore lui servir une de ces réponses qui lui étaient propres du genre " Mais si Tamarah, Papi est en extase, ça ne ce voit pas ? "... Vraiment parfois, Tam avait beaucoup de mal a saisir l'humour de son grand-père. Maman disait toujours de ne pas faire attention a ce genre de phrases ironiques, mais la fillette n'allait certainement pas le répéter à Grand-père Severus ! Son instinct lui disait qu'il ne serait as très content.

- C'est un des bébés de Minou, expliqua-t-elle a Jana. C'est le plus gros !

Le chat s'arrêta devant eux et les fusilla du regard, s'attardant quelques secondes de lus sur Kevin. Jana déclara que Julianne était la meilleure grande-sœur. C'était aussi la meilleure Maman !

- T'as vu, il se souviens de toi ! pouffa Tamarah, plaquant vivement sa main sur sa bouche. Décidément, la situation était trop drôle !
Jana déclara ensuite que son no serait Cassoulet... Beuuuh... C'était as un prénom, ça ! C'était le nom d'un plat pas bon avec une sorte de flageolet blancs ! Mais c'était pas très beau pour un chat... Enfin après tout, eux avaient bien un chat qui était en fait une chatte qui s'appelait Minou ! C'était pas très recherché quand même !

Le chat alla sentir le pantalon de Grand-mère Gwendoline avant de reculer la tête, comme s'il avait senti quelque chose de malpropre et dégoutant. Tamarah éclata de rire, tout comme les autres enfants. Décidément, ce chat avait peut-être un nom ridicule, mais il était drôle !
Cassoulet regarda grand-père Severus. Tamarah suivit l'échange avec intérêt, avant que le chat ne saute sur son grand-père.
ça, c'était trop drôle !

- on dirait qu'il t'aime vraiment vraiment beaucoup !! C'est étrange, en général, il aime pas les gens ! il préfère être tout seul, et même les autres chats ne l'aiment pas et.... Si tu voyais ta tête Papi !!!

Tous les autres étaient morts de rire... Oh oui, c'était le genre de Noël trop trop bien ça !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julianne VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
~+ CAMARISTE +~
avatar

Nombre de messages : 2213
Age du perso : 29 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Guérisseur itinérante
Patronus : Serpent

Feuille de personnage
Points de Sang (Vampires):
97/100  (97/100)
Points de vie:
100/100  (100/100)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Un Matin de Noël...   Sam 31 Déc - 14:00

Noël. Fête que j'appréciais habituellement. Habituellement. Parce que cette année était une année de désespoir. J'avais échoué. J'avais laissé le mal l'emporter. J'avais laissé la malédiction Ternac prendre le dessus. Malgré tout mes efforts, toutes mes luttes, toutes mes tentatives que mon père voyait comme des étourderies, la malédiction avait eu le dessus. J'avais traversé le temps pour l'emporter, empêchant la mort de ma propre mère et provoquant la survie de mon frère Augustus et la naissance de ma fratrie. Même mon défunt mari, avec le sort de division cellulaire qu'il avait lancé sur moi pour engendrer des jumeaux, avait contribué sans le savoir à ma lutte silencieuse contre les Enfers. J'avais crut que cette grossesse; indésirée certes mais bénie; serait le clou dans le cercueil de cette malédiction immonde. Toutefois, j'avais continué de sentir en moi cette force sombre, ce poison qui coulait dans mes veines et qui bougeait, doté d'une vie propre, me poussant de plus en plus dans les ombres. J'avais alors trouvé la lampe Djinnique. Et, j'avais fait mes trois voeux : que Voldemort abandonne l'idée de posséder le don de voyance Koric; que ceux que j'aime ne manque de rien et ... c'était là que la glas avait sonné. Ce troisième voeu. Ce n'était pas moi qui l'avait prononcé. "Que tous mes souhaits se réalisent" avait dit la bête. Je l'avais sentie vibrer en moi, s'exciter comme si elle venait de trouver la clé de Pandore. Et, c'était le cas. Que tous mes souhaits se réalisent. Elle venait d'ajouter à sa puissance, elle venait de m'empêcher de la renvoyer dans le néant à jamais. J'avais ensuite tenté de prononcer "que la malédiction Ternac n'ait jamais existé" ou "que Sarkasius Ternac n'ait jamais fait ce rituel satanique", mais mes mots étaient demeurés bloqués dans ma gorge. Pire, dès que je pensais les premiers mots de ce souhaits, ils s'envolaient. La bête empêchait toutes choses. J'avais alors engendré une fille. Et un fils. Cela aurait dut briser la malédiction, cela aurait dut ! Pourquoi est-ce que rien n'avait fonctionné ? Pourquoi ? Pourquoi est-ce que le simple fait que Arthur se soit incliné ait été suffisant pour réduire à zéro tous mes efforts ? Pourquoi, merde !? Et, le combles était que cette garce avait porté MON fils. Un fils, bon sang ! La malédiction se moquait de moi ou quoi ? Cela m'enrageais à un point, vous ne pouvez même pas l'imaginer !

Noël. Une fête que j'appréciais jadis. Maintenant, elle engendrait en moi une sensation de vide et de tristesse sourde. La malédiction m'avait enlevé ceux que j'aimais. Enfin, elle m'avait enlevé à eux, mais cela revenait au même. Ils ne pouvaient plus me voir. Je n'était qu'esprit. Seule Talisman Malefoy pouvait me voir, ce qui était pour moi à la fois un calvaire et un amusement notoire. Mon destin tenais entre les mains de mon ennemie ! Comme c'était drôle !

Je n'allais pas baisser les bras. Non, je n'avais pas encore perdue. Non. Jamais. J'allais me battre jusqu'à ce que l'essence de mon âme quitte cette Terre. J'allais me battre et vaincre cette foutue malédiction ! Les Enfers ne savaient pas à qui ils avaient affaire. Jamais il n'aurait eu de furie aussi déterminée que moi. Jamais. J'allais tout faire pour sauvegarder Tamarah de cette merde. Non, elle n'allait pas subir les mêmes tourments que les miens. J'allais me battre !

Pour le moment, c'était Noël. Et je errais dans Westmacott, invisible pour tous. J'étais passé au château. Ludwig s'y trouvais avec Mardil. Mardil. Ce joli petit garçon que je n'avais même pas eu la chance de tenir dans mes bras. Mardil, ce fils qui n'était peut-être pas celui de Ludwig. Comment savoir quand la démone avait couché avec mon époux et l'homme qui en pinçait pour moi depuis l'adolescence ? En fait, je savais. Mardil était le fils de Arthur Ryans. Je le savais. Pourquoi est-ce que cela serait autrement ? Quand la poise vous tombais dessus ... J'avais passé quelques minutes avec Ludwig, qui se trouvais dans la salle du Trône. Il passait son Noël à me chercher. À trouver un moyen pour me ramener. J'avais délicatement caressé ses cheveux -- il avait dut penser qu'une brise l'effleurait -- avant de partir. Je ne pouvais pas rester à le regarder. Cela me brisait le coeur.

Je marchais dans le village, les larmes coulant sur mes joues translucide. Le temps était long quand nous étions seule. Très long. J'essuyai une larme de ma joue avant de tourner la tête vers la gauche. La maison de mes parents. Drôle comment des pas diffus pouvaient nous amener vers un endroit aimé lorsque nous en avions le plus besoin. Je fixai la maison parentale plusieurs minutes avant de m'y diriger.

Je traversai la porte, tel un fantôme entrant dans une demeure pour venir l'y hanter. Ils étaient là. Mes enfants. En train d'ouvrir leurs cadeaux de Noël avec mon père et ma mère. Cette vision m'arracha un frêle sourire. La nostalgie m'envahissait doucement. Mon frère et ma soeur semblait en extase, heureux et libres. J'espérais que cela demeure toujours ainsi. Je m'approchai doucement d'eux, regardant mon père prendre la boite destinée à Jana. C'était évident avec les mouvements qu'elle faisait ! Mon sourire devint plus amusé et je regardai ma soeur cadette découvrir son merveilleux cadeau. Un chat. Je savais que mon père allait en hurler de colère, mais que voulez-vous ? Jana voulais un chat et je me foutais pas mal de faire fâcher mon père ! De toute manière, il ne pouvait rien y changer. Le cadeau provenait du Prince et de la Princesse de l’Elyséum. De SON Prince et de SA Princesse. En tant que vampire, il se devait d’accepter le cadeau sans émettre le moindre commentaire. Comment ça, j’avais piégé mon père ? Mais non ! J’avais tout simplement offert un chat à ma soeur adorée. Rien de plus. Un cadeau était un cadeau ! Je regardai donc ma soeur avec attendrissement quand elle sortie le chat de ... comment ?

CE chat ?! Ludwig n’avait pas choisit de lui offrir CE chat ?! Il était dingue ou quoi ? Mon absence lui avait embrouillé le cerveau ? Parce que, de tous les chatons qu’avait eu Minou, celui-ci était le plus rêche, le plus malcommode, le plus agressif, le plus snob, le plus ... Je pouffai légèrement quand Jana affirma que le chat ressemblait à notre père. Elle avait raison ! De tous les chatons de Minou, Cassoulet était celui qui ressemblait le plus à notre père. C’était peut-être pour cela que Ludwig avait choisit ce minet pour Jana ... mais j’étais quand même encore en désaccord avec son choix. Quand même ! Le chat gris et beige était mieux. Plus doux, plus calme, plus patient ... Jana allait se faire arracher un oeil ! Je lançai un nouveau rire quand Cassoulet alla se nicher sur les épaules de mon père, lui battant le visage d’un air froid et vif. On aurait presque dit que mon père venait de se transformer en Animagus ! Les enfants trouvaient aussi cela très drôle, ce qui allait certainement déplaire à mon père, mais ... qui s’en fichait ? Moi !

Je reportai mon attention sur mes enfants, qui rigolaient comme des ânes, devant des boites de cadeaux à moitié ouvertes. Kevin avait découvert son nouvel ensemble de Potions. Ilmarë avait découvert sa jolie poupée. Artamir avait découvert son ensemble de Quidditch magique. Tamrah tenais sa licorne dans ses mains. Ils étaient si merveilleux et ils me manquaient tant ! Oubliant mon père et sa situation « chatonnique », je m’agenouillai au centre de mes enfants, les regardant avec un amour absolu. Ils ne pouvaient me voir mais j’espérais que, à quelque part au fond de leur être, ils pouvaient me sentir.


« Je vous aimes, mes chéris ... Maman vous aimes tant ! Joyeux Noël ... je serai bientôt là ... bientôt, mes trésors »

Bientôt. J'allais vaincre. La guerre était loin d'être terminée !


Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://http:/coachingcoccinelles.com
PNJ
~+ SCÉNARIUM +~
~+ SCÉNARIUM +~
avatar

Nombre de messages : 1893
Age du perso : Intemporel
Fonction : Prendre charge les personnages non joués dont vous avez besoin.

MessageSujet: Re: Un Matin de Noël...   Dim 1 Jan - 22:27


Emrys Rogue

Kevin Jedusor, Ilmarë VanHolsen, Artamir VanHolsen

C'était Noel !!!!! Oui, oui !!!! Ho, fête merveilleuse et sublime, ho fête de joie, de rires et de pur bonheur ! Était-il nécessaire d'ajouter plus de mots à la joie manifeste des enfants de la famille Rogue devant cette somptueuse fête ? Non ! La soirée avait été remplie d'excitation, de rires, de gentilles disputes et d'appréhensions. Est-ce qu'ils auraient les cadeaux désirés ? Avaient-ils été assez sages ? Emrys avait énoncé à grands cris le fait que, oui, il avait été assez sage. Jana lui avait dit le contraire, alors il s'était obstiné avec elle, lui assurant que c'était elle qui avait été pas gentille, y allant d'exemples évidents. Kevin avait prit sa part ! Artamir aussi. Et c'était ensuivie une dispute garçons/filles sur qui étaient les plus sages; les filles ou les garçons et pourquoi. Évidemment, Severus Rogue n'avait pas apprécié et les avaient obligés de manger leurs légumes, pour les punir. Emrys était sûr et certain que c'était pour ça ! Il l'avait dit à ses neveux et nièces, qui avaient été d'accord. Même Jana et Kevin l'avaient été, ce qui était assez sublime merci.

Et la nuit avait été courte. Les enfants s'étaient endormis très très tard, murmurant dans leurs lits. Puis, ils s'étaient levés super tôt, finissant par se lever pour aller espionner les cadeaux et faire du bruit pour réveiller les plus grands. Jana avait eu la même idée et Kevin avait passé la moitié du temps d'attente -- il fallait attendre sa jumelle -- à dire que c'était LUI qui avait eu l'idée en premier et pas Jana ! Papie lui avait dit, à un moment donné, de se taire ce qu'il avait fait non sans avoir lancé un regard de défi à sa tante Jana. C'était LUI qui avait eu l'idée ! L'autre moitié du temps d'attente, Kevin l'avait passé à penser fort fort à Tamarah, afin qu'elle se réveille et descende. Parfois, ça fonctionnais. Ils étaient liés, hein ! Et, la preuve, Tam avait finit par descendre et Kevin lui avait fait un immense sourire content. Voilà, hein ! Enfin ! Ilmare et Artamir avaient gratiffiés leur grande soeur d'un gros câlin et ... la grande ouverture des cadeaux avait débuté !

Kevin avait trouvé un nouvel ensemble de potions, qui lui avait fait pousser un petit cri de joie. Le gamin adorait les potions ! Il allait remercier son Papie et sa Mamie quand ... Papie annonça un cadeau de la part de Maman et Papa pour Jana. Maman ! Le garçonnet fit une moue froide et caractéristique annonçant des pleurs et il se laissa tomber sur les fesses, alors que Jana découvrait le chat de Minou. Rien à faire du chat ! Il voulait SA Maman ! Tout le monde riait du fait que Cassoulet -- quel nom dégueulasse -- allait sur les épaules de Papie, mais lui ... lui il voulait SA Maman ! Kevin dit donc d'un ton colérique et remplie de défi; à l'endroit de Jana évidemment :


" C'est un nom de cornichon, Cassoulet puis il est même pas beau ! "

Kevin prit une des boites de cadeaux et le lança zouuuuuu droit dans le sapin de Noel. Il VOULAIT Maman ! Ilmare, qui se trouvais tout prêt de son frère, afficha un air digne de petite Princesse en devenir et dit à Kevin; du même ton royal que son Papa :

" Kevin ! C'est pas gentil ! "

Ce à quoi Artamir; voulant protéger Kevin qu'il idôlatrait, répliqua à Ilmare :

" Les filles, c'est des navets ! "

Ce à quoi Kevin éclata de rire. Ce à quoi Ilmare répliqua par un pleure tonitruant. Ce à quoi Kevin en rajouta en pleurant aussi -- maintenant qu'une personne avait débutée, il pouvait se laisser aller -- et se mit à dire :

" Maaaaammmaaaaannnnn ! VEUX MAAAAMMAAANNNNNN ! OUUUAUAAANNNNNNN ! "

+++


Gwendoline Rogue était nostalgique. Nostalgique des Noel d'antan, où Severus lui "appartenais" plus entièrement, où Julianne était petite et innocente, où la malédiction Ternac ... ne l'impliquait qu'elle. Oui, qu'elle. Maintenant, sa fille était aux prises avec ce mal et elle ne pouvait rien faire pour lui venir en aide. Rien. Par peur. Oui, parce qu'elle pourrait bien faire face à la démone pour leur crier "je suis là, toujours en vie, prenez moi !" ou effectuer un rituel de magie noire en ce sens. Mais, elle avait peur. Elle était terrorisée. Jamais Gwen ne se serait battue comme Julianne l'avait fait. Jamais. Elle n'était pas brave. Elle n'avait rien à voir avec les Griffondor. Non. Non, elle s'était laissé entrainer dans le mal sans presque se battre et voilà ... elle avait disparue. Tout était devenue noir et sombre, froid. Plus aucun souvenirs n'avaient envahis son esprit jusqu'à ce qu'une lumière vive ne vienne la frapper et qu'elle revienne à la vie, des souvenirs la fouettant de partout à la fois. Ce moment avait été le plus éprouvant de son existence. Revivre. Julianne avait changé le cours du temps; cherchant à vaincre la malédiction Ternac. Julianne ... son aînée qui luttait maintenant contre le mal qui l'avait jadis torturé. Et, elle n'y pouvait rien.

La femme, nostalgique, avait passé une soirée morose malgré les rires des enfants. Parler de Julianne lui faisait tordre son coeur de mère par l'inquiétude et la culpabilité. Oui, elle s'inquiétait, sachant très bien par quoi son enfant passait. Et elle se culpabilisait pour les raisons nommées ci-haut. Une soirée intense à gérer les disputes enfantines et à murmurer des mots qui, pour elle ne faisait aucun sens, sur l'aide à apporter à Julianne. L'aide ? Gwen avait bien peur qu'ils ne puissent plus rien faire. Julianne était perdue. Même s'ils parvenaient à la sortir du néant; ce qu'ils feraient elle le voyait dans ses visions; Jul ne serait plus jamais la même. Son essence même changerait. Personne ne pouvait s'en sortir sans cicatrices.

Gwendoline avait passé une nuit blanche. Loin de l'excitation des cadeaux, elle était aux prises avec ses craintes et ses visions sourdes. Elle voyait quatre jeunes. Dans un brouillard. Des ombres noires. Un cercle. Elle entendait des cris de souffrance. Des cris qu'elle avait si souvent provoqués elle-même. Elle voyait du sang. Elle sentais la peur et la douleur. Elle voyait Julianne, diffuse comme un fantôme, elle voyait des enfants ... elle voyait le mal plonger ses griffes dans les entrailles des êtres, elle voyait un socle ... Et elle avait peur. Jamais elle n'avait eu aussi peur. Couchée dans le lit conjugal, un lit froid et vide d'amour, couchée près d'un homme immobile, un homme endormi pour qui l'amour n'était plus qu'un vague souvenir, Gwendoline pensait. Elle savait depuis longtemps que son mariage irait à l'abandon. Elle le savait depuis son retour parmi les vivants. Elle devait mettre un terme à cette mascarade, mais en même temps, cela viendrait à dire que son existence n'avait pas lieu d'être. C'était ainsi. Elle aurait dut mourir. Julianne avait changé les choses, pensant agir pour le mieux, certes, mais elle n'avait fait qu'empirer les choses.

Ce fut donc une femme cernée qui s'était levé au petit matin de Noel. Comme elle ne dormait pas, elle avait entendu les enfants se lever et s'était empressée d'aller leur faire un petit déjeuner, pendant que Severus lisait dans un fauteuil. Il se cachait derrière les pages de son journal. Comme tous les matins. La femme avait l'habitude et elle se contenta de poser une main délicate sur son épaule avant d'aller faire les pancakes. Que pouvait-elle faire de plus ? Les voix excitées des enfants l'avaient tiré de sa nostalgie et, avec un sourire attendri, elle était venue les rejoindre au salon, laissant le mélange à pancake sur le comptoir. Les rires des enfants lui faisaient chaud au coeur et elle oublia momentanément ses tourments.

Comme il se devait, Gwendoline attendit que Severus donne le mot d'ordre pour les cadeaux, souriant à ses enfants et petits-enfants avec une douceur maternelle. Bien des présents se cachaient dans les boites et Merlin seul savait à quel point un d'entre eux la rendait anxieuse. Julianne lui avait dit, affichant un léger sourire en coin, de ne pas se faire du sang d'encre avec ça, qu'il allait s'y faire à la longue. Oui, s'y faire ! À la longue ! C'était bien ça le problème ! La sorcière eu donc un sourire légèrement crispé quand son époux attrapa d'un air suspicieux, la boite contenant le chat destiné à Jana. Severus allait piquer une crise ! Ça lui arrivait que très rarement -- faire des crises lui rappelait trop son père -- mais quand il se mettait en colère, il valait mieux se tenir loin.

Jana ouvrit la boite ... et le chat fut sortie. Un chat noir, immense et visiblement outré. C'était compréhensible. Voir si on enfermait un chat dans une boite ! Ludwig avait eu une de ces idées ! Toutefois, il apparu rapidement que le fit Cassoulet était plus que outré. Il était ... boudeur et avait un fort méchant caractère. Gwen était incertaine que ce soit le chat idéal pour sa fille, en fait. La femme eu un mouvement en direction du chat, quand il sauta sur Severus, puis elle se figea. Le chat s'installait sur Sevy et ... regardait tout le monde de haut en lui fouettant le visage. Le rire amusé des enfants la fit pouffer à son tour; bien qu'elle savait qu'elle n'aurait pas dut le faire; et elle mit une main devant sa bouche pour camoufler son sourire plus qu'amusé. Inutile, mais quand même.

Heureusement, elle n'eut pas bien longtemps à cacher son amusement. Les enfants commençaient à chahuter et Kevin s'était mit à pleurer à la suite de Ilmare, demandant sa mère à hauts cris. Merlin ! La grand-mère s'accroupit devant ses petits-enfants et blottie son petit-fils et sa petite-fille dans ses bras. Les pauvres.


" Là, là ... Maman reviendra bientôt ... ça ira, ne pleurez plus, chut ... "

Tout en tendant les bras à Artamir et Tamarah, Gwendoline lança un regard en direction de Severus. Que dire ? Julianne ne reviendrait pas. Enfin, oui. Elle le croyait. C'était ce que ses visions lui montraient ... enfin, elle le croyait, c'était encore si diffus, mais si elle ne revenait pas ? Qu'allaient-ils leur dire ? Que Julianne avait eu un accident en voyage et qu'elle était partie au ciel ? Un jour, ils sauraient la vérité ... et les filles la savaient probablement déjà. Pourquoi leur mentir ?


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tamarah Jedusor
~+ GRYFFONDOR +~
~+ GRYFFONDOR +~
avatar

Nombre de messages : 85
Age du perso : 12 ans
Fonction : + Deuxième année; Gryffondor +

Feuille de personnage
Points de Sang (Vampires):
100/100  (100/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Un Matin de Noël...   Lun 2 Jan - 17:10

Tamarah rigolait beaucoup avec les autres enfants. Qu'est-ce que c'était bien de passer Noël chez Papi et Mamie ! Mais Tam aurait tellement voulu que sa Maman soit là ! Noël, c'était vraiment une fête géniale, mais ce qu'elle aurait aimé la passer avec ses grand-parents, sont oncle et sa tante, son Papa mais surtout sa Maman. Oh bien sûr, Tam savait très bien que ce n'était pas possible. Maman faisait des choses pas bien en ce moment, mais elle ne le faisait pas exprès. Non. Sur ce point là, Tamarah était catégorique. Sa Maman, sa douce et gentille Maman qui leur lisait des histoires, qui jouait avec eux, qui leur faisait des câlins et qui les gattaient toujours ne ferait pas ces vilaines choses affreuses a des pauvres gens ! Non, c'était forcément quelqu'un d'autre. Mais c'était quand même affreux de voir sa maman faire des choses si horribles ! Tamarah aurait tellement voulu en parler avec Ilmarë ou sa Mamie... Ou même sa tante Jana ! Mais voilà, a chaque fois qu'elle avait l'occasion de le faire - comme la veille au soir.. Oui oui elle savait très bien de quoi les grands avaient discuté - Kevin était présent. Et Artamir aussi. Oh, pas qu'elle ne veuille leur cacher quoi que ce soit, non... Mais il ne se passait pas une journée sans que Kevin ne pleurniche parce que sa Maman lui manquait. Tamarah pensait que c'était de son devoir de protéger ses frères, et sa petite soeur, même si elle se doutait bien qu'Ilmarë en savait aussi long qu'elle.
Son frère cracha alors d'un ton venimeux quelque chose de très méchant sur le chat de Jana. Oh ! Il n'avait pas le droit ! Il était pas a lui, le chat ! Alors Tamarah ne put s'en empêcher, après qu'Ilmarë lui ait dit que ce n'était pas gentil, d'ajouter:

- Non, c'est pas gentil du tout !! T'es méchant, Maman serait pas fière de toi !!

Oh bien sûr, ça non plus, ce n'était pas gentil. Tam savait que son frère était bien plus sensible qu'elle et dépendant de leur mère. Aussi, dès que ces mots eurent franchis ses lêvres, la fillette les regretta amèrement. Kevin n'avait pas dit ça par véritable méchanceté. C'était juste qu'il allait mal. Oh oui. Très, très mal ! Tout le monde s'en était apperçut, qu'il n'allait pas bien, mais Tamarah s'en rendait bien plus compte que les autres ! Elle, elle le sentait !
Artamir - cet idiot d'Artamir - déclara que les filles étaient des navets ! Non mais c'était pas vrai ! Il se rendait pas compte que son grand-frère allait mal !? Non bien sûr ! Elle le savait bien, mais lui, qu'en savait-il ? Il n'avait pas de frère ou soeur Jumeau/jumelle ! Ilmarë répondit d'un ton tranchant, suivie de Jana. Tam décida de ne pas prendre part. Elle ressentait le mal-être de Kevin, et ça la rendait malade.
La fillette remercia alors Merlin d'avoir fait que seules les filles étaient touchées par la malédiction ! Parce que Kevin ne l'aurait pas supporté ! Oh non, assurément pas !! Si il avait vu sa maman adorée commettre maintes attrocités, répandre la terreur, il aurait passé ses journées a pleurer. Puis il se serait cogné la tête contre le mur pour enlever les vision, et se serait tué !! Ou alors, on aurait dû l'attacher pour éviter qu'il ne se blèsse, et même s'il y avait survécu, il aurait gardé bien plus de séquelles qu'elle-même. La vision de son frère dans un tel état fit monter les larmes aux yeux de Tamarah.
Kevin se mit alors a hurler qu'il voulait sa maman, et éclata en sanglots. Les larmes débordèrent des yeux de Tamarah, qui ne chercha même pas a les essuyer, contemplant son frère se jeter dans les bras de leur grand-mère, pleurant a fendre l'âme, qu'il voulait sa Maman. Oh oui, Tamarah aussi, voulait sa Maman ! Ilmarë se mit a pleurer aussi et Tamarah regretta deux fois plus ses paroles. Non, elle n'aurait définitivement pas dû dire ça !

- Pardon, pardon, pardon Kevin, c'est pas vrai elle serait fière de toi Maman, c'était pas vrai, c'était pas vrai !!

C'était bon, maintenant Tamarah pleurait aussi librement, observant de loin son frère et sa soeur en larmes dans les bras de leur grand-mère. C'était assez ironique, n'est-ce pas, de ce dire que le matin de Noël, le salon de Severus Tobias Rogue était remplis d'un chat très mal lêché, une gentille grand-mère essayant de consoller ses petits enfants, mais surtout de 4 enfants sanglotant a tue-tête qu'ils voulaient leur Maman, pendant que les deux autres - Jana et Emrys - regardaient médusés, ne sachant pas trop quoi faire, s'il devaient pleurer eux aussi ou juste attendre là.
Mais ne saisissant pas l'ironie de la chose - oh non, pas du tout - Tamarah était a présent désespérée. Elle aurait tant voulu que sa maman soit avec eux ! Tout serait alors si simple !! Mamie tendit ses bras -déjà remplis de Kevin et Ilmarë - vers Artamir et elle-même, et Tamarah ne put faire autrement que de s'y jeter immédiatement, a la fois collée contre son jumeau et sa grand-mère. Maman ! Elle voulait sa maman ! Oh oui, et aussi...

- Papa.. Je veux Papa !!!! Mamie, il vient quand Papa ? Il faut qu'il vienne ici avec nous ! Maaaaaaaaaaaaamaaaaaaaaaaaan !! Paaaaaaaaaaaaaaaaapaaaaaaaaaaaaa !! Maaaamaaaan !!

Voilà. ça y était. Elle pleurait autant que les autres. Par dessus l'épaule de sa Mamie, Tamarah ne pouvait plus rien distinguer clairement. Ses larmes brouillant sa vision, il lui semblait que tout était beaucoup plus sombre dans la maison. Bien sûr, la saison n'arrangeait rien car râres étaient les minutes où le soleil perçait les carreaux de la fenêtres, mais la blancheur lumineuse de la neige donnait un sentiment de clarté a l'extérieur et rendait les ombres plus étranges - ou peut-être était-ce parce qu'elle voyait flou avec toutes ses larmes..
Tamarah se souveint de l'attaque de Poudlard, environs 3 mois plus tôt. Maman était accompagnée par plein de gens avec des cagoules, et elle disait qu'ils devaient tuer tout le monde, surtout grand-père Severus !!! Non, Maman n'aurait jamais dit ça !! Maman aimait papi !! c'était impossible !! Pourtant, dans la vision, c'était bel et bien ce qu'elle avait dit. Tamarah jouait avec ses frères et soeurs lorsqu'elle avait eut cette vision, et a en croire les sourires d'Ilmarë, elle avait bien été la seule a le voir. Evidemment, il était tout a fait possible, voir probable que sa soeur ait vu la même chose le soir même, dans son lit, le don Koric venant troubler a la fois son sommeil et son innoncence enfantine. C'était injuste tout ça ! Tout a fait injuste ! Gwendoline, Julianne, Eavan, Jana, Ilmarë, elle-même n'avaient rien demandé ! pas plus que toutes les filles de leur lignée ! Tout était la faute de Ternac ! Mais bien sûr, ça, Tamarah l'ignorait ! Elle avait vu Ternac dans ses vision. Elle l'avait vu accomplir des rituels dégoutants, mais Tmarah n'avait pas imaginé une seule seconde qu'il puisse être la raison de leur malheur présent. Elle croyait qu'il s'agissait d'un rituel affreux, comme ceux que faisaient Maman - NON ! Comme le faisait la personne qui ce faisait paaser pour maman - avec un autel et autres... Tamarah devait le dire ! Sinon, elle ne tiendrait plus ! Non, elle ne tiendrait vraiment plus !! Elle allait se noyer dans les visions, se morfondre dans les sombres pensées qui en résultaient et qui n'étaient absolument pas appropriées a son jeune âge.

- Mamie, les rêves !! Ils me le disent, les rêves ! Je sais, mais je ne veux plus savoir !! Mamie fait les partit, fait revenir Maaaaaaaaaamaaaaaaaaaan !!!

Admettez qu'elle était douée ! Elle avait fait comprendre a sa grand-mère ce qu'elle savait, ce qui était la raison de ses larmes - encore plus que d'être privée de la présence de sa maman un jour de Noël - sans pour autant que Kevin ne soit au courant de rien. Ni Artamir. Bien sûr, ses frères lui demanderaient certainement de quoi elle parlait le lendemain, lorsqu'ils ne pleureraient plus, mais Tamarah refuserait de leur dire. Non, il était hors de question que leurs nuits soient hantées de visions comme l'étaient les siennes. Ils avaient été épargnés par le dons, par la malédiction, ce n'était donc pas pour qu'ils s'imaginent ce que les filles, elles, voyaient !! Non, il ne le fallait pas.
Tamarah appuya sa tête contre sa grand-mère, profitant de la chaleur du corps de celle-ci. Et puis il y avait un petit quelque chose, dans l'odeur de leur grand-mère, qui rappellait leur Maman. Et c'était vraiment, vraiment rassurant, quand on était désespérée !!


[ HJ: y'a t-il une date de prévue pour la fin de ce scénario, ou il risque de durer encore super longtems ? ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
~+ SCÉNARIUM +~
~+ SCÉNARIUM +~
avatar

Nombre de messages : 1893
Age du perso : Intemporel
Fonction : Prendre charge les personnages non joués dont vous avez besoin.

MessageSujet: Re: Un Matin de Noël...   Sam 21 Avr - 19:31

(Réponse à Tam : Le scénario va durer encore quelques années au rythme où les choses se déroulent Wink Il faut que les réincarnations prennent de la puissance. Pour cette raison, nous allons repousser les naissances des autres enfants de Julianne, pour y aller avec la logique. Selon moi, encore au moins un an et demi certain ... peut-être un peu moins).


Gwendoline Rogue

La sorcière avait le Coeur brisé par tant de souffrance. Elle serait ses petits-enfants contre son coeur, les yeux fermés et retenant ses propres larmes. La situation venait atteindre son sentiment de culpabilité au plus haut point. Si elle avait été assez forte elle-même, ses petits-enfants auraient été épargnés. Mais, par sa faute, ils souffraient maintenant de l’absence de leur mère. Malgré sa culpabilité, elle ne savait pas quoi faire ! Gwendoline avait peur. Une peur atroce. C’était peut-être parfaitement égoiste, mais elle avait la paix maintenant. La malédiction Ternac l’avait oublié. Elle pouvait vivre une existence quasi normale malgré le manque d’amour de son mariage. Certes, elle devrait divorcer. Il le fallait. Elle ne pouvait pas vivre bien longtemps dans ce mariage sans amour. Ho, Severus l’avait aimé. Elle l’avait sentie. Pas comme Lily, mais il l’avait aimé. Toutefois, il y avait bien longtemps que l’amour était partie. Peut-être qu’il aurait survécu si elle n’était pas morte ... mais elle ne pouvait pas changer les choses. Contrairement à son ainée, elle le savait. Le destin ne pouvait être modifié. Gwendoline l’avait toujours sut. Malheureusement, cela impliquait pas mal de choses, incluant l’entrainement de Tamarah dans la malédiction Ternac. Malheureusement. Mais, il en était ainsi ! Julianne, malgré son courage, n’avait fait que empirer la situation et Gwen ne savait pas comment réagir. Elle se sentais parfaitement impuissante à aider son enfant. À aider des enfants. À aider ses petites-filles. Elle ne savait pas !

La grand-mère serra un peu plus ses petits-enfants contre elle avant d’ouvrir les yeux pour regarder Severus d’un air désespéré. Le voir ainsi avec un chaton récalcitrant sur les épaules ne la faisait plus du tout rire. Elle avait besoin d’aide ! Elle ne savait plus ... Tamarah parla alors de ses visions, ce qui fit légèrement tressaillir Gwendoline. Encore. Elle se souvenait trop bien du jour où Julianne lui avait parlé de « ses rêves » la toute première fois. Et elle se souvenais encore de la réponse qu’elle lui avait faite. Il s’agissait d’une réponse teintée par la démone qui l’avait déjà emportée sur elle. Mais, maintenant, il en était autrement. Elle allait donner la réponse qu’elle aurait dut donner à son enfant. Si elle pouvait simplement aider de cette façon, elle le ferait. Ça, elle s’en sentais capable.


« Severus, amènes les garçons ailleurs »

Cela ne les concernaient pas. Cela ne les avaient jamais concernés. Il s’agissait d’une histoire de filles. Cela avait toujours été ainsi. Il était temps d’expliquer les choses. Gwendoline allait le faire avec ses petites-filles et sa fille cadette, puis elle irait discuter avec Eavan. Elle aussi devait connaitre la vérité. Son seul remords était de ne pas pouvoir le faire avec Julianne. Elle n’en aurait peut-être jamais l’occassion.

« Votre Papa arrive bientôt ... allez avec Papie, les garçons. Il va vous montrer comment faire des tours de magie »

Il avait intérêt !

+++


Kevin, Ilmare et Artamir VanHolsen

Kevin était désespéré. Sa Maman lui manquait cruellement. Il voulait sa Maman, sa Maman à lui ! Il avait si mal dans son petit coeur qu’il le sentais se briser en mille miettes. Oui, il était sensible et alors ? Il était tendre, un petit gars à sa Maman ... peut-être bien qu’il était braillard, oui et après ? Plus tard, Kevin allait cacher cette sensibilité derrière une froideur et une cruauté passagère digne de son grand-père Jedusor, mais pour le moment le garçonnet laissait libre cours à sa peine. Sa peine qui lui faisait si mal ! Les paroles de sa jumelle le rendit encore plus malheureux. Maman ne serait pas fière de lui ! Mais, mais ... Maaaaammaaaaannnn ! Il voulait que Maman soit fière de lui, il voulait qu’elle l’aime fort fort fort et pour toujours ! Évidemment, Kevin se mit à pleurer plus fort et, quand Tamarah vint se blottir contre sa Mamie et contre lui, il la poussa un peu mais ne résista pas bien longtemps pour se lancer sur elle. Sa jumelle comptait énormément pour lui. C’était SA jumelle, hein ! Sa soeur à lui, son autre partie, hein ! Même si elle lui avait fait de la grosse peine, Kevin l’aimait plus que tout et il allait la protéger des méchants, hein ! Elle aussi avait de la peine. Il le savait. Il le sentais. Même si Tamarah faisait sa forte, Kev savait qu’elle avait peur et qu’elle pleurait dans son lit quand il faisait noir. L’enfant dit donc à sa jumelle entre deux gros sanglots :

« Taaaaammmmm-aaaaammm ! Maaaammaaannn, où est Mammaaaannnn ! Veux Maaammaaann, Tam, fait revenir Mammaaannnn ! »

Tamarah savait où se trouvais Maman. Kevin en était certain. Parce que ... parce que ... Tamarah était la plus forte des jumelles et na ! Puis là, Mamie disait à Papie de les amener pour leur montrer des trucs de magie, mais Kevin ne voulait pas; lui ! Il se serra un peu plus contre Mamie en beuglant comme un veau sans queue :

« Veux pas, veux pas ! Veux rester avec toi, veux Maman, veux ... veux Paaapapaaaaaaa ! Veux ... veux pas voir des trucs de magie ! »

Évidemment, Artamir enjoignit les propos de son grand frère. Il suivait toujours Kevin partout et affirmait les mêmes choses que lui. Le petit garçon, qui pleurait aussi, affirma qu’il ne voulait pas voir les trucs lui non plus et ce malgré son envie très très intense de les voir, les fameux trucs ! Il jeta un regard en direction de Papie, qui avait toujours le chat sur ses épaules, hésita un peu ... puis dit :

« Tu peux faire apparaitre un lapin, Papie ? »

Ce serait trop bien ! Puis, il était certain que Kevin voudrait voir ça, hein !


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Severus Rogue
~+ DIRECTEUR +~
~+ DIRECTEUR +~
avatar

Nombre de messages : 624
Age du perso : 48 ans
Patronus : Biche

Feuille de personnage
Points de Sang (Vampires):
90/100  (90/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Un Matin de Noël...   Dim 22 Avr - 20:45

(Hahaha ! Suspect )

Severus avait déballé la boite cadeau avec Jana, signe que la situation du chat le dérangeais énormément. Énormément n'était même pas le mot, d'ailleurs. Cela l'horripilait au plus haut point. Il ne pouvait pas croire que Julianne avait osée faire ça, utiliser son pouvoir pour lui faire un coup pareil, c'était injuste ! Oui, injuste ! Pourquoi est-ce que ses filles ne respectaient-elles pas son autorité ? Rogue n'avait jamais eu la main avec les enfants et encore moins avec les petites filles ! Elles le dérangeait, le mettait mal-à-l'aise quand elles le regardaient avec leurs petits yeux de bichonnes ! Grrrrr ! Il allait tuer ce chat ... le noyer dans les cuvettes de la toilettes et après, il allait donner une bonne fessée à Julianne ! S'il pouvait lui mettre la main dessus et la ramener des enfers, évidemment. Ho, elle ne payait rien pour attendre !

Le papier ne tarda pas à être entièrement retiré de la boite et, la bête fut enfin extirpée de son supplice. Oui, la bête. C'était un horrible chat noir puant, crachant et grondant. Manifestement un chat avec un sale caractère, une peau de vache de première qui risquait d'arracher le nez à Jana à la moindre occasion. Dans le mieux des situations, le minet allait s'écraser dans son visage et l'étouffer durant son sommeil. Vous voyez bien pourquoi il détestait les chats et pourquoi il avait toujours absolument refusé qu'un de ses enfants en possède un ? Et voilà que Julianne offrait effrontément un chat à Jana pour Noel ! Si ce n'était que de lui, ses enfants n'auraient eu que des crapauds comme animaux magiques. Parce que des hiboux, c'était pas mieux ! Avec leurs becs acérés et leurs serres coupantes, bonjour les blessures ! Malheureusement, il n'était pas parvenu à faire valoir son point. Quand Julianne l'avait regardé avec ses yeux de bichonne, il avait dit oui pour lui acheter un hibou pour son entrée à Poudlard et ... le reste s'en était ensuivi : tous le monde avait voulu des hiboux ! Bha oui ! Comme s'il avait une volière comme maison ! Décidément les enfants allaient le rendre fou. Mais revenons-en au chat atroce et malsain.

Severus s'était levé dès qu'il était sortie de la boite. L'homme avait immédiatement prit sa baguette magique et la pointais résolument en direction de la bestiole, qui démontrait visiblement des signes d'agressivité plus que manifeste. S'il osait griffer Jana ou un des petits, il allait se ramasser un Avada par la tête ! Non, il ne faisait pas confiance à cet animal. Il avait une tête qui ne lui revenait pas. Il avait l'air de ... comment ? Lui ?!!!! Le vampire tourna son regard en direction de sa petite-fille Tamarah, qui avait prononcé cette ... cette ... hérésie que visiblement tout le monde trouvais drôle ! Mais pas lui. Nan ! Pas lui. C'était pas drôle du tout, même ! Il ... ce chat était une sale bestiole ! Ils ne se ressemblaient quand même pas ! Non ? Sérieux ?

Comme pour se faire pardonner, Tamarah était venue lui faire un gros câlin pour lui avoir offert sa licorne. Mais oui, va, va ... c'était un plaisir, oui. Severus avait maladroitement "tapoté" le dos de sa petite-fille non sans lui avoir remis aussi maladroitement son câlin, ce qui lui avait momentanément fait oublier le chat maudit des enfers. Il le perdit donc de vue et, c'est ainsi qu'il se retrouva avec ... un chat bondissant dans sa direction. Réflexe. Pur. Il attrapa le choix -- il avait quand même été attrapeur dans sa jeunesse -- qui alla immédiatement se jucher sur ses épaules, tel un pâcha prenant position sur son trône !

Alors là. La tête qui faisait, les amis ! Imaginez la scène. Le sombre Severus Tobias Rogue, un chat noir sur les épaules et lui fouettant le visage de sa queue poilue, debout dans un salon contenant un sapin décoré avec soins aux lumières scintillantes et joyeuse, devant une bande de gamins qui riaient de bon coeur en le regardant de leurs yeux lumineux. Et, voilà ce qui provoquait une tête idiote et; surtout; rigolote, qui lui donnait pour votre amusement le plus total environ ça :



Chic, n'est-ce pas ? Évidemment, tout le monde remarqua qu'il affichait une tête de Troll et; encore une fois; sa merveilleuse petite-fille Tamarah crut bon de lui faire remarquer qu'il avait une drôle de tête. Nian nian ! Comme s'il ne le savait pas ! Tamarah ressemblait décidément à Julianne et ce de plus en plus ! Severus regarda donc sa petite-fille d'un air du genre "haha, mais oui ... attends que Papie te pendes par les jupes après les tours de Poudlard, on va voir la tête que tu auras !", quand ... bien oui. Ça devait arriver. C'était une journée déjà si parfaite ! Rolling Eyes Kevin se mit à brailler .. suivit de Tamarah, de Ilmare et de Artamir. À trois, tous le monde chiale ! Seigneur !

Rogue pinça les lèvres. Il n'avait jamais été capable d'entendre les pleurs des gamins. Cela l'énervais à un point ! Il manquait cruellement de patience dans ces moments. Pour sa défense, il fallait dire qu'il n'avait jamais eu un père qui avait toléré et accepté les pleurnichements. Quand il pleurait, il était bon pour recevoir une raclée et pas juste un peu ! Vous vous imaginez bien à quel point les pleurs et les gémissements enfantins, doublés des petits nez qui coulaient le rendait plus que mal-à-l'aise. Non, Severus était beaucoup plus à l'aise avec ses enfants, quand ils prenaient de l'âge. Pour lui, vers 15 ans, c'était le moment de créer des liens solides. Bon, il avait conscience que cela se créait avant, mais il n'était vraiment à l'aise que lorsque ses enfants étaient grands, même si cela engendrait d'autres problèmes. En effet, le sorcier avait la fâcheuse habitude de voir ses enfants adultes comme encore petits ... paradoxe ? Oui. Mais, il était un homme remplis de paradoxe ! Comme le fait qu'il avait encore ce foutu chat qu'il détestait déjà sur les épaules; signe évident qu'il allait éventuellement apprendre à l'apprécier. Ouais, bon !

Severus leva les bras pour attraper le chat, qu'il déposa au sol non sans lui avoir lancé un regard des plus noirs. Le chat; le dit Cassoulet; le regarda d'un air éperdument admiratif, ce qui acheva de mettre l'ancien Mangemort dans un état des plus moroses. Mais, il ne voulait pas que Cassoulet le regarde comme ça ! Il allait lui botter les fesses, à ce tas de poils ! Et non, ils ne se ressemblaient pas ! Et les enfants qui continuaient de brailler en appelant leur mère ! Bha, leur mère était une écervelée, voilà ! Une écervelée qui avait crut bon de vaincre une malédiction infernale à elle toute seule, comme si elle était la sainte sorcière de Nazareth ! Une écervelée qui n'en avait fait qu'à sa tête sans penser deux secondes à demander l'aide de son père; un expert en magie noire soit dit en passant; avant qu'il ne soit trop tard ! Oui, oui, cette écervelée là ! Rhhhaaaaa, ce que les pleurs d'enfants pouvaient le rendre tête de veau !

Le sorcier accueillit donc avec un "soulagement" mitigé la demande de sa femme d'amener les garçons ailleurs. Mitigé, parce que Tamarah venait de parler de ses "rêves" et qu'il savait ce que cela représentait comme conséquences. Mitigé, parce qu'il devait montrer des trucs de magie aux garçons ! Non mais, il avait l'air d'un magicien de centres d'achats !? Il allait faire quoi, des ballons en forme de chien ? Ha. Faire apparaitre un lapin ! Génial. Rogue fit une sorte de grimace/sourire à son petit fils Artamir (il vous l'avait dit que cela le faisait ressembler à un leprechaun) avant de lui dire d'un ton lent :


" Moui, un lapin ... bien sûr "

Et quoi encore ? Un singe ? Rolling Eyes Severus lança un regard noir en direction de Gwendoline avant d'ajouter simplement :

" Venez les garçons. Et arrêtez de chialer, sinon pas de lapin "

La grosse menace ! Méchant Papie qu'il était !


Severus Tobias Rogue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un Matin de Noël...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un Matin de Noël...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» bonjour [pv Petit Matin]
» Editorial Le Matin: Pourquoi l'haitien s'autoflagelle-t-il autant?
» Yosei, l'étoile du matin
» Matin de printemps...
» La blague du soir, matin, quand vous voulez, j'm'en branle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~+ Poudlard : La Magie s'ouvre à vous +~ :: En dehors des murs :: Londres :: Le Village de Westmacott :: Le village-
Sauter vers: