:: Entre les murs :: Les Salles de Cours :: Les Cours Obligatoires :: DCFDM Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Janvier 2002 :: Les Ondins

avatar
Remus Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 538
Localisation : Avec ma louve
Age du perso : 46 ans
Fonction : Professeur de Défenses contre les Forces du Mal
Vice-Directeur de Poudlard
Directeur de Griffondor
Patronus : Loup
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 8 Jan - 17:00
9 janvier 2002

Nous avions prit un peu de retard sur le programme, évènements malheureux obligeait. Toutefois, ce n’étais pas parce que l’année avait été chamboulée par les Deux Grands que les élèves de l’école allaient manquer des informations essentielles pour leur développement. Par conséquent, l’horaire avait été décallée mais l’important était que toute la matière soit vue. Cela allait certainement impliquer des compromis pour tous, mais je considérais que cela en valait somme toute la peine.

C’est pourquoi, aujourd’hui, je me trouvais dans ma salle de classe, entouré des mutiples squelettes et têtes rétrécies que j’avais ramené de diverses expéditions au travers le monde. Oui, dans une autre époque j’avais voyagé .. cherchant ma louve à tous les pôles de la planète. Je l’avais même apperçu en Australie mais en voyant Léa-Lily; si heureuse et épanouie; j’avais bêtement imaginé que Amélia avait refait sa vie et j’étais parti, la mort dans l’âme. Bête. J’avais été stupide ! J’avais perdu tant de temps avec l’amour de ma vie ! Cependant, je ne devais pas regretter mes erreurs du passé. Cela n’allait que m’empêcher d’évoluer.

Assied derrière mon bureau, je notai quelques indications pour le cours d’aujourd’hui : les ondins. La matière aurait dut être vu en novembre ... mais comme dit précédemment, nous avions quelques retards malencontreux sur le programme. Rien de bien grave. Pas encore. Je terminai de noter quelques éléments préparatoires avant de relever la tête pour regarder à l’extérieur. Mon regard se perdit quelques instants dans mes souvenirs avant qu’un vague sourire ne marque mes lèvres. D’ici, je pouvais voir le terrain de Quidditch. Considérant les récents évènements, aucune partie n’avait encore eu lieu cette année ... il faudrait sincèrement y rémédier. Sur cette pensée, je me laissai transporter délicatement vers une autre époque, une époque de plaisir loin des tourments apportés par les Deux Grands.


--Flash Back—

Les cris de la foule se faisaient déjà entendre derrière les portes closes du vestiaire de Griffondor. Les matchs de Quidditch avaient toujours attirés l'attention des élèves et membres du personnel, mais cette fois, on aurait dit que les cris se faisaient plus enjoués. Manifestement, la première rencontre Potter VS Potter enchantait la gallerie. James, assied sur un banc, affichait un air inquiet. Il n'avait réalisé l'impact de la première victoire de Pupuce que plusieurs semaines après, mais dès lors il avait angoissé au plus au point. Et, maintenant, le jour était arrivé où il devrait affronter sa petite soeur dans un domaine où il lui était grandement supérieur. Il allait la décevoir, c'était certain. Merlin, même ses parents étaient venus voir la partie pour cette occasion toute spéciale. James poussa un immense soupire et se leva. Étant le Capitaine de son équipe, il se devait d'encourager les troupes, ce qu'il entreprit de faire. Il regarda les Maraudeurs d'un air grave.

- Ne vous laissez pas déconcentrer par la présence de Pupuce, han .... c'est un joueur comme un autre, vous savez ? Ne vous occupez pas d'elle
- Facile à dire ... marmonne Sirius
- Harness, si tu lui envoie un Cognard dessus ... avertie David
- Mais ... s'il le faut ? demande Harness
- Envoie à côté, han ... juste la frôler, répond James

Pendant ce temps, dans le vestiaire des Serdaigles, Amélia tournait en rond au centre de la pièce. Elle était très nerveuse, surtout que ses parents étaient venus la voir. Elle désirait leur montrer qu'elle pouvait étaler son génie partout, mais en même temps elle ne voulait pas décevoir James. Son frère se croyait tellement bon, il serait déçu de s'apperçevoir du contraire. Enfin, bon ...

- Potter ? dit Chang
- Han ?
- Ne te laisse pas déconcentrer par la présence de ton frère et des autres ... ce sont des joueurs comme tout le monde
- Oui, oui, han ... répond Amélia

Le cor se fit entendre et les joueurs des deux équipes se dirigèrent vers le terrain. Ils enfourchèrent leur balai et dès que le cor se fit entendre une deuxième fois, ils s'envolèrent par la porte ouverte. Amélia survola le terrain et s'approcha des Maraudeurs en souriant. Elle leur envoya un tata enjoué, ce qui les firent sourire, et elle continua son échauffement avec les autres. Assied dans les gradins, David et Jane Potter affichaient des airs anxieux. C'était la première fois que leurs enfants s'affrontaient dans un match de Quidditch et, connaissant leurs orgeuils cela n'augurait rien de bon. Jane Potter savait qu'aucun de ses enfants n'allaient lâcher le morceau. David avait beau lui dire que James et Amélia n'irait pas jusqu'à se blesser, Jane n'en était pas aussi certaine. Le coup de sifflet se fit alors entendre et Jane serra fortement la main de son époux, regardant ses enfants avec crainte. Ça y était ...

Le Souffle fut immédiatement en possession de Serdaigle et leurs Poursuiveurs se dirigèrent rapidement vers les buts. Un d'entre eux tenta un lancé vers Peter, qui fit l'arrêt. Il relança le Souaffle à Sirius, qui s'élança à son tour vers les anneaux adverses. Il fit la passe à Remus, qui fit une vrille et passa à David. David lança dans l'anneau de droite et marqua.

- Yiiiiiiiiii, han ! crie Amélia

Elle fit de grands yeux et porta une main à sa bouche. Non, han, pas yiiii. Voyons donc, han ! Elle était contre Griffondor, cette fois ... contre son frère. Amélia se mordit alors la lèvre, pendant que le commentateur annonçait que Griffondor menait 10 à 0. La petite fille se remit à survoler le terrain, à la recherche du Vif d'Or. Malheureusement, malgré le vent qui soufflait du nord-est, elle n'avait pas pût l'attraper dans un temps record. Un Cognard lui avait effleuré la tête, alors ... Tant pis, elle devrait chercher plus longtemps. C'est ce qu'elle entreprit de faire, jetant des regards vers James, qui cherchait lui aussi. Le commentateur annonça alors un but de Serdaigle, ce qui mettais le score à 10 à 10. James jeta un regard vers sa soeur et biffurqua dans la même direction qu'elle. Ayant vu son geste, Amélia lui envoya la main en souriant et vola jusqu'à lui.

- Salut, han ... lui dit-elle
- Pupuce, on joue là, han, répond James
- Je sait, tu sait ? Dit, tu trouves pas ça excitant ? Han ? Dit ? Moi, je suis toute énervée, tu sait ? David, il a fait un beau but, han, et ...
- Oui, oui, han ... répond James

Merlin, Pupuce était en train de le déconcentrer. C'était ça son plan ? Han ? Venir cacasser à côté de lui, pour lui faire perdre la raison pendant qu'elle allait voir le Vif et l'attraper ? James marmonna et s'éloigna rapidement de sa soeur. Amélia fit de grands yeux et le suivit tout aussi rapidement. Pourquoi il se sauvait ? Han ? Elle lui parlait !

- James ? James, han ...
- Lâche moi, han ! s'exclame James
- Mais, je te parles, tu sait ? dit Amélia

James fouita et se remit à voler un peu plus vite, toujours suivie par Amélia. Jane, qui regardait ses enfants avec ahurissement, tourna le regard vers son époux, qui regardait le manège de son fils et de sa fille avec de grands yeux. Mais, à quoi ils jouaient ? Pourquoi Amélia pistait James comme ça ? Han ?

- David ? dit Jane
- Han ?
- Pourquoi Amélia suit James comme ça ?
- Je sait pas, han ... répond David

Sur le terrain, Serdaigle venait de marquer, portant le score à 20-10. James lâcha alors un juron en frappant sur son balai. Amélia, qui était revenu tout près de lui, fit de grands yeux.

- Hey, han ... tu as dit un gros mot ! C'est pas bien tu sait ?
- Pupuce, han !

James revola encore un peu plus loin, complètement déconcentré. Merlin, comment il pouvait chercher le Vif d'Or, si sa soeur le dérangeait tout le temps. C'était rendue qu'il la surveillait plus qu'il cherchait le Vif. Du coin de l'oeil, il la vit s'éloigner et soupira. Enfin ! Malgré tout, il la surveilla quelques instants, question de voir si elle avait vu le Vif, mais cela ne semblait pas être le cas. Son vol n'était pas assez rapide. Non, elle se dirigeait ... vers leurs parents ! James fit de grands yeux et vola rapidement vers sa soeur. Ho non ! Amélia s'arrêta devant ses parents, qui la regardèrent tout deux avec de grands yeux.

- James, il a dit bordel de merde, vous savez ? Han ?
- Amélia ... qu'est ce que tu fait ? Han ? Dit David
- Je te parles, han ... répond t-elle
- Cherche le Vif, han ! Tu joues au Quidditch, han ... dit son père
- Je sait ... dit Amélia en roulant les yeux
- James Potter ! dit Jane en se levant

James, qui venait d'arriver près de sa soeur, regarda sa mère d'un air innocent. Ho ho ... il lui fit alors un sourire charmant, tout en jetant un regard vers sa soeur, qui venait de s'envoler plus loin.

- Pas le temps, han ... dit James en s'éloignant
- Ne jure pas ! lui crie sa mère

James marmonna entre ses dents. Sa soeur allait lui payer .. petite rapporteuse, han ! Il vola rapidement vers elle, question de lui faire la morale, lorsque le commentateur annonça un but de Remus. Parfait, le compte était maintenant de 20-20. Il était presque parvenu aux côtés de sa soeur, lorsque celle-ci biffurqua subitement vers la droite, volant comme une Furie, penchée en avant sur son balai. James tourna le regard et vit alors ce qu'elle avait vu. Le Vif d'Or était là, tout près des gradins est. Aussitôt, il se mit à la poursuite de sa soeur, volant rapidement vers elle. Il parvint à ses côtés et lui jeta un regard de biais. Un coup d'oeil vers le Vif lui permit de constater qu'il venait de se déplacer, fonçant vers le sol. James fit de grands yeux en voyant sa soeur faire un piqué. Merlin, pour une fille qui avait peur de voler ... Il plongea alors à son tour, toujours côte à côte avec Pupuce. James regarda encore sa soeur et se risqua à la bousculer un peu. Amélia le regarda avec de grands yeux.

- Hey han ! Pousse pas ... dit-elle

Elle le poussa à son tour avant de reporter son attention sur le Vif. Celui-ci plongeait toujours vers le sol à une vitesse fulgurante. James regardait successivement sa soeur et le Vif, de plus en plus inquiet.

- Pupuce, han ... abandonne, c'est trop dangereux, dit-il
- Non, han ... dit-elle

Ils étaient maintenant qu'à quelques mètres du sol qui se rapprochait dangereusement. Dans les gradins, Jane et David Potter étaient maintenant debout, Jane portant les deux mains à sa bouche. Ils allaient se tuer tout les deux ! David Potter était livide et regardait ses enfants avec un air terrorisé. Merlin, Jane avait eu raison. Ils n'allaient pas lâcher le morceau ni un ni l'autre. Des entêtés orgueilleux voilà ce qu'étais ses enfants. Il vit sa fille tendre la main vers le Vif, imité par James. Ils étaient maintenant tout près du sol. James regarda à nouveau vers sa soeur, qui affichait un air concentré. On aurait presque dit qu'elle lisait un livre compliqué.

- Pupuce ... Pupuce on va s'écraser, han ... remonte, remonte ! dit James
- Tu dit ça juste parce que tu veux gagner, han ... je le sait, tu sait ? Han ? réplique Amélia

La jeune fille se pencha un peu plus sur son balai et tendit un peu plus la main vers le Vif. James fit de même, le regard fixé sur le Vif d'Or et la main de sa soeur. Alors que le sol n'était plus qu'à un mètre d'eux, les enfants Potter refermèrent la main en même temps sur le vif et ... s'écrasèrent tout deux au sol. Jane Potter poussa alors un cri à réveiller les morts et se précipita vers les escaliers des gradins. Ses bébés, ses bébés étaient morts ! L'arbitre siffla la fin de la rencontre et un silence de mort se fit entendre dans le stade. Tout les yeux étaient rivés sur James et Amélia Potter, étendus au sol main dans la main et parfaitement immobiles. Les quatre autres Maraudeurs atterrirent et se précipitèrent vers eux, pendant que Lily descendait des gradins en trombe.

- Cornedrue, Pupuce ! Ho non ! dit David en s'agenouillant près d'eux
- Princesse ... Princesse, réponds moi ! dit Remus
- C'est pas vrai, c'est pas vrai ... dit Sirius
- Jaaaammmeessss ! hurle Lily en courant vers eux
- Mes bébés, mes bébés ! hurle Jane en courant aussi sur le terrain

Toujours immobiles, James et Amélia étaient livides. Toutefois, ils respiraient toujours, leurs visages couverts de sable. Dumbledore arriva enfin, accompagné de Mme Pomfresh qui observa aussitôt les blessés. Le vieux mage se pencha sur les enfants Potter et, délicatement, ouvrit leurs mains réunies. Au milieu d'elles se trouvaient le Vif d'Or. Dumbledore le prit et se redressa, regardant l'arbitre.

- Égalité ... ils ont attrapés le Vif ensemble

Pendant que James et Amélia étaient installés sur des brancards, leurs mains encore à demie réunies, le commentateur annonça :

- Les Potter ont attrapés le Vif d'Or ... égalité 170-170. Du jamais vu, mes amis !

La foule se mit alors à applaudir dans un même mouvement. Sur les brancards qui les portaient hors du stade, Amélia et James ouvrirent les yeux. Ils gémirent et se regardèrent tendrement. James serra la main de sa soeur, qui lui sourit, les larmes aux yeux. Le jeune homme lui rendit son sourire et referma les yeux. Il avait maintenant un tout nouveau respect pour sa petite soeur et un lien encore plus indestructible venait de se créer entre eux, établissant les bases d'un sort futur ... un sort qui allait relier leurs destinées à jamais.

--Fin du Fash Back—

Toujours perdu dans mes pensées, je m’adossai au dossier de mon fauteuil, le regard toujours rivé sur le terrain de Quidditch.




__________
Époux de Amélia Potter
Père de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-père de Isac & Sarah
Co-propriétaire de la boutique Les Maraudeurs
Professeur de Défenses contre les forces du mal 
Directeur de Griffondor & Vice-directeur de Poudlard
Loup-Garou de son état
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Guenièvre Lakers
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 572
Age : 22
Age du perso : 18 ans.
Fonction : Institut de formation des Aurors - 1ère année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Membre de l'Ordre du Phénix.
Patronus : Lion
Date d'inscription : 08/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 18 Jan - 9:12
Aujourd'hui était un lundi calme. Une journée tranquille pour recommencer la semaine… version Guenièvre. Car quoi de mieux qu'un cours de Défenses contre les Forces du Mal pour commencer sa semaine ? Elle était totalement dans son élément. La DCFM était une matière qui lui semblait naturelle, facile. Après tout, c'était elle qui avait en quelque sorte posé les bases de la discipline mille ans plus tôt. Oui, les matières enseignées à Poudlard ne s'étaient pas crées toutes seules, il avait fallu les définir, créer les premiers programmes en ignorant tout des niveaux de leurs premiers élèves… Ca avait été un défi excitant mais délicat, nécessitant un immense travail. Depuis le rituel des baguettes, Guenièvre était bien mieux à même d'apprécier tout ça. Bien que Godric soit toujours discret en elle, ça n'était plus de la même manière : il n'avait plus besoin de se caché, parce qu'elle savait qu'il était là, qu'il était elle. Quand on était conscient de former un tout, il était beaucoup plus facile de s'entendre ! Peut-être lui cachait-il encore des choses relatives aux Deux Grands, mais tout en restant curieuse et en désirant ardemment connaitre la vérité, elle lui faisait confiance. Pour tout le reste, ce qu'elle savait, il le savait et inversement. Se servir de ses connaissances pendant les cours ne lui semblait plus tricher, et de fait, tout ce qui était scolaire était devenu beaucoup plus facile.

Elle était venue en cours en marchant tranquillement dans le château, passant par des couloirs délaissés, appréciant sa solitude d'une manière beaucoup plus positive qu'à son habitude. Le soleil de janvier étincelait dans l'air particulièrement vif, et par le passage bordé d'immenses arches de pierres ouvertes sur le parc qu'elle empruntait, le froid mordant faisait apparaitre son haleine en un petit nuage devant elle. Mais le froid ne la dérangeait pas pourvu que sa promenade de couloirs soit belle et quand elle arriva dans la salle de cours, elle avait les mains gelées mais l'esprit tranquille.


"Bonjour Professeur."

Elle n'avait pas parlé trop fort. Elle était toute seule et puis, le professeur Lupin avait l'air perdu dans une rêverie, lui aussi. Les petits matins que l'on pouvait apprécier en oubliant quelques instants les drames extérieurs se faisaient trop rares et précieux pour qu'on les dérange. Elle s'assit donc en silence au milieu de la salle et sortit ses affaires, un léger sourire aux lèvres, avant de regarder elle aussi par la fenêtre. Etre rêveuse comme ça ne lui ressemblait pas, mais ça n'était pas une expérience désagréable.




Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Donovan Lasher
~+ POUFSOUFFLE +~
Nombre de messages : 158
Age : 36
Age du perso : 14 ans
Fonction : Quatrième année à Poudlard
Réincarnation de Salazar Serpentard
Date d'inscription : 14/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 18 Jan - 12:14
Une belle matinée. Donovan ne pouvait pas dire le contraire. Il y avait du soleil et le froid était relativement supportable. De toute manière, ce n'était pas le froid qui rabrouait Donovan Lasher ! Pas quand nous avions été Salazar Serpentard et que nous avions choisit de faire notre salle commune dans des cachots froids, humides et sombres ! Voyons ! Serpentard aurait été bien mal s'il avait été frileux ! Bref, c'était une belle journée qui s'annonçait. Il en fallait bien quelques-unes.

Le Poufsouffle s'était préparé en silence et sans trop se presser. Il se savait légèrement en avance. Ce fut donc dans des gestes lents mais précis qu'il avait fait son sac, y rangeant ses livres de défenses contre les forces du mal, ses plumes, ses parchemins et ses encriers. Do avait ensuite recommandé à Diablo de se tenir tranquille -- le jeune garçon trouvais toujours bien malheureux de le laisser enfermer -- avant de sortir de la salle commune. Au passage, il avait prit le temps de passer par les cuisines. Il avait un petit creux et, de toute manière, il devait bien manger ! Un cours le ventre vide, ce n'était pas bien malin. Voilà qu'il pensait comme Helga maintenant ! Un sourire était venu marqué ses lèvres alors qu'il avait prit quatre muffins, quelques morceaux de fromages et du pain, qu'il avait aussi rangé dans son sac.

Par la suite, Donovan était ressortie des cuisines, marchant dans les couloirs en direction de la salle du Professeur Lupin. Contrairement à Guenièvre, il demeura bien au chaud à l'intérieur. Pas question de sortir. Do était pas trop touché par le froid mais il ne fallait pas exagérer ! Le jeune garçon marcha de longues minutes, son sac sur les épaules, avant d'atteindre son but. Le cours de défenses contre les forces du mal allait s'annoncer plus intéressant que d'habitude. Depuis le rituel, il désirait encore plus apprendre à se défendre contre le mal. Il le fallait bien ! S'il n'apprenait pas et vite, il pourrait bientôt se retrouver six pieds sous terre !

Donovan entra dans la classe. Il n'y avait que le Professeur Lupin et Guenièvre. Ha bien tiens ! Le Poufsouffle se dirigea droit vers la Serdaigle et s'assied à côté (oui, oui !), avant de lui sourire et de poser son sac sur le bureau. Hum hum ... voyons, voyons ... ha !


" Tiens ! " dit-il en posant un muffin devant la jeune fille

" J'ai du fromage et du pain aussi "

Do sortie ses effets personnels ainsi que le reste de son petit déjeuner improvisé. Il y avait un muffin pour chacun d'eux, hein ! Il était loyal, non ? Oui, il apprenait vite ! Et le rituel avait beaucoup aidé ... en tout les cas. Le jeune garçon salua son Professeur de la main avant d'entreprendre de manger son propre muffin. Il avait faim !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Justin Emmerson
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 80
Age du perso : 20 ans
Fonction : Élève à l'Institut d'Enseignement
3ème année
Patronus : Béluga
Date d'inscription : 23/07/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 31 Jan - 20:51
Sa jambe guérissait peu à peu. Ce n'était pas le Paradis; certes; mais ce n'était pas l'Enfer non plus. Il ressentais encore de gros élancements -- surtout la nuit -- qui le faisait se réveiller en hurlant, mais ses nuits étaient relativement calmes comparativement à celles des derniers mois. Heureusement que Mme Pomfresh le fournissait en potion contre-douleur ! Ses béquilles avaient même été reléguées aux oubliettes au profit d'une cane, ce qui était somme toute appréciable compte tenue des circonstances. Le Griffondor devait trouver le positif dans sa situation, non ?

Justin, qui s'était préparé dans son dortoir, avait posé son sac sur son dos avant d'attraper sa canne. Le jeune homme avait ensuite descendu laborieusement les escaliers menant à sa salle commune avant de prendre possession de son nouveau encrier qu'il avait laissé négligemment sur une petite table basse. C'était un cadeau de Noel reçu de sa tante Kathleen et, en toute honnêteté, il aurait bien voulu se le faire voler ! Disons que sa tante était une Moldue légèrement envahissante et pas du tout à la fine pointe de la mode ! Ces faits doublés de la fierté fraiche de sa tante d'avoir un neveu sorcier avait fait du cadeau un calvaire. Imaginez un encrier grotesque, gris avec de petites fleurs bleues, tenant sur un petit pied de style "verre de champagne" et vous aurez le portrait. C'était un encrier de fille ! Sa tante le prenait pour une princesse à tutu ! Enfin. Il avait remercié la soeur de son père d'un ton poli et ... avait espéré qu'une fille lui vole l'encrier; mais non. Les filles de Griffondor n'étaient pas des voleuses !

Le jeune homme parcouru les couloirs, son encrier dans sa main libre, clopinant en s'appuyant sur sa canne. Il allait faire mine de rien et malencontreusement échappé son encrier en bas des escaliers magiques ... hooooonnnn ! Mais, le problème, c'était que cela allait salir le plancher de pierre. Un sort récurvite pouvait-il en venir à bout ? Hum. Peut-être pas de chance à prendre ! Justin était encore à se demander quoi faire pour se débarrasser de cette bidule quand il entra dans la classe de défenses contre les forces du mal. Il salua son Professeur de la tête avant d'aller s'asseoir non loin de Guenièvre et Donovan. Tiens, ils étaient assied ensembles ... et Donovan partageait même un goûté avec la jeune fille ! Surprenant ! Le rouge et or ne les connaissaient pas trop, mais il avait remarqué qu'ils étaient souvent en rivalité ... c'était super évident, même ! Pourquoi ce revirement de situation ? Évidemment. Justin eu un petit sourire amusé. Pour lui, c'était clair. Une rivalité brulante entre un gars et une fille ... cachait souvent un sentiment amoureux inavouable. Surtout au début de l'adolescence, alors ... ce rapprochement surprenant ne signifiait qu'une chose : Guenièvre et Donovan s'étaient avoué leur flamme et était en couple. Mignon.

Le Griffondor ne se posa donc pas plus de question et il posa doucement sa canne contre son bureau; et non pas doucement son foutu encrier dessus. Il sortie ensuite ses effets personnels de son sac avant de se perdre dans ses pensées. Comment se débarrasser de cet encrier ???? Bon sang ce que sa Tante Kathleen pouvait être vieux jeu !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Guenièvre Lakers
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 572
Age : 22
Age du perso : 18 ans.
Fonction : Institut de formation des Aurors - 1ère année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Membre de l'Ordre du Phénix.
Patronus : Lion
Date d'inscription : 08/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 3 Fév - 7:38
Le regard perdu dans le terrain de Quidditch, Guenièvre s'imaginait en train de voler. Le plaisir de sentir le vent dans ses cheveux, et d'oublier les soucis qui l'attendaient sur la terre ferme. Elle sourit à la fenêtre. C'était facile de comprendre pourquoi Maryna volait quand elle n'allait pas bien. Même si elle-même avait besoin de son balais, la sensation de liberté ne devait pas être si éloignée. Regarder les gens en bas, les voir plus petits et se sentir enfin seul avec soi-même. Oui, c'était de bonnes choses auxquelles rêver, bien au chaud dans la salle de classe.

Elle sortit néanmoins de ses pensées lorsqu'elle se rendit compte que Donovan s'installait à côté d'elle. Elle était ravie qu'il vienne spontanément vers elle, c'était la première fois. Vraiment, depuis la rentrée, leurs relations s'étaient améliorées d'une manière qu'elle n'aurait même pas osé imaginer ! Leurs confidences, le rituel… Il fallait dire que elles circonstances avaient contribué à les rapprocher. Ceci dit, la jeune fille était aussi touchée qu'il semble se développer une amitié sincère et pas juste de circonstances entre eux. Elle lui adressa un sourire éblouissant et dégagea un de ses rouleaux de parchemin pour lui faire de la place. Il lui avait apporté un muffin ! C'était très inattendu… et très gentil.


"Merci !"

Elle lui adressa un nouveau sourire avant de croquer dans son gâteau. Framboise ! Inutile de lui demander comment il avait su, ni comment les elfes de maison de Poudlard avaient réussi à trouver des fruits rouges à cette période de l'année. Elle avait déjà déjeuné, mais c'était tout simplement délicieux.

"C'est vraiment sympa. Ce muffin est délicieux !"

Décidément, cette rentrée s'annonçait dix fois meilleure que celle de l'année dernière ! Sans s'arrêter de sourire ou de manger, la jeune fille demanda à son camarade :

"Tu as passé de bonnes vacances ?"




Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Frank Gillis
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 86
Age du perso : 18 ans
Fonction : Étudiant à l'institut supérieure de laboramagie
Patronus : Bison
Date d'inscription : 23/07/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 4 Fév - 22:31
Les métamorphoses du vampire


La femme cependant, de sa bouche de fraise,
En se tordant ainsi qu'un serpent sur la braise,
Et pétrissant ses seins sur le fer de son busc,
Laissait couler ces mots tout imprégnés de musc :
" Moi, j'ai la lèvre humide, et je sais la science
De perdre au fond d'un lit l'antique conscience.
Je sèche tous les pleurs sur mes seins triomphants,
Et fais rire les vieux du rire des enfants.
Je remplace, pour qui me voit nue et sans voiles,
La lune, le soleil, le ciel et les étoiles !
Je suis, mon cher savant, si docte aux Voluptés,
Lorsque j'étouffe un homme en mes bras redoutés,
Ou lorsque j'abandonne aux morsures mon buste,
Timide et libertine, et fragile et robuste,
Que sur ces matelas qui se pâment d'émoi,
Les anges impuissants se damneraient pour moi ! "

Quand elle eut de mes os sucé toute la moelle,
Et que languissamment je me tournai vers elle
Pour lui rendre un baiser d'amour, je ne vis plus
Qu'une outre aux flancs gluants, toute pleine de pus !
Je fermai les deux yeux, dans ma froide épouvante,
Et quand je les rouvris à la clarté vivante,
A mes côtés, au lieu du mannequin puissant
Qui semblait avoir fait provision de sang,
Tremblaient confusément des débris de squelette,
Qui d'eux-mêmes rendaient le cri d'une girouette
Ou d'une enseigne, au bout d'une tringle de fer,
Que balance le vent pendant les nuits d'hiver.

Charles Baudelaire

Le Damphyr marchait dans les couloirs de Poudlard, souriant légèrement à la vue des réparations en cours au sein de l'école de sorcellerie. Les Deux Grands avaient passé comme une tempête, laissant la mort derrière eux comme l'hiver une neige diffuse. Honnêtement, Frank ne croyait pas qu'une foutue Carmaliste, qu'elle soit Princesse ou non, puisse s'adonner à tant de tortures et de terreur. Et vous savez quoi ? Cela lui avait plut. À un point tel qu'il avait décidé de rejoindre les rangs des Deux Grands. Oui, il allait se servir d'eux pour retrouver son géniteur et lui faire payer la honte placée sur sa famille. Quel homme était-il pour trainer ainsi son épouse dans la boue, pour répudier ses enfants en les laissant mourir de faim ? Un pleutre. Voilà ce qu'il était. Le Serpentard allait le retrouver et le lui faire payer. Tant pis si le Régent était en colère contre lui pour s'être "allié" à l'ennemi. Pour Frank, il n'y avait ennemi que ceux qui se mettais au travers de son chemin et pour le moment Julianne la Grande allait bien lui servir. Dans le pire des cas, rien ne l'empêchait de quitter la secte et de devenir indépendant. Après tout, qui allait se soucier d'un Damphyr comme lui ? Chez les Sabbats, les Damphyrs étaient un peu comme les Sang-Mêlé chez les Sorciers ... c'est-à-dire des tares. Frank ne serait certainement pas peiné de suivre sa propre route.

Le jeune homme avait, par conséquent, passé la plupart de son temps alloué à son congé des fêtes à chercher traces des Deux Grands. Il avait finit par trouver des indices dans l'allée des embrumes, dans la bouche d'une vieille bique à moitié dingue. Apparemment, les dévots se tenaient dans l'auberge du Sombral, située au fond d'une ruelle crasseuse. Frank y était allé. Que de la racaille. Mais, il avait trouvé ce qu'il cherchait. Des sorciers plus fiers, plus propres et visiblement plus en moyen de penser que les autres. Il avait été les trouver et ... il avait vu les Deux Grands. Comment exprimer la terreur qu'il avait ressenti en plongeant les yeux dans ceux de Julianne la Grande et de son acolyte des enfers; Lucius Malefoy ? Aucun mot ne pouvait décrire cette sensation de froideur intense, cette impression que notre âme perdait sa propre essence. On baissait rapidement les yeux devant ces êtres immondes et c'était ce qu'il avait fait. Avant de souffrir. Terriblement. L'initiation des Deux Grands était non seulement atroce mais c'était la pire épreuve qu'il avait subit dans sa vie. Enfin, il l'avait crut .... jusqu'à ce qu'ils lui commande de trancher la gorge d'un bébé naissant, avant de lui arracher le coeur et de le manger. Il ne devait pas mourir, sinon la mort l'attendais. Même s'il était un Sabbat, il avait trouvé l'épreuve très ... inhumaine. Toutefois, il s'était exécuté. Sans vomir. Et il avait put partir, se demandant dans quel bourbier il avait mit les pieds.

Depuis, cependant, Frank se sentais puissant. Il avait l'impression de connaitre le fondement même de la vie et cela lui donnait la sensation de pouvoir tout accomplir. Il allait retrouver son géniteur et lui faire regretter ses actions. Après ... après il verrait. Le vert et argent entra dans la salle de classe du Professeur Lupin, exprimant une mine dégoutée. Ce type puait. Sale Loup-Garou ! Une race à éliminer ... définitivement. Le jeune individu s'assied à une place libre, la plus loin possible du lycanthrope, avant de se préparer pour le cours. Ho, il aurait put narguer Lasher s'il n'avait pas reçu un sortilège d'amnésie et avait totalement oublié le fait qu'il était illégalement entré dans la salle commune de Serpentard. Heureusement pour le Poufsouffle, Frank ne se souvenait de rien. Le sarcasme serait pour la prochaine fois.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Donovan Lasher
~+ POUFSOUFFLE +~
Nombre de messages : 158
Age : 36
Age du perso : 14 ans
Fonction : Quatrième année à Poudlard
Réincarnation de Salazar Serpentard
Date d'inscription : 14/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 2 Mar - 15:58
Donovan dégustait son muffin avec appétit pendant que Guenièvre faisait de même. Il fit un sourire heureux à sa "nouvelle" amie avant d'avaler sa propre bouchée. Il était content que ce petit déjeuner improvisé lui plaise. De toute manière, cela ne pouvait en être autrement. Les framboises étaient le péché mignon de Godric ... et celui de Guenièvre, c'était une évidence même. Le Poufsouffle haussa les épaules avant de dire :

" Fait plaisir ... je savais que tu allais aimer "

Do goûta à un petit morceau de fromage avant de hausser à nouveau les épaules. Les vacances auraient été plus agréables sans toute cette histoire de prophétie dans les étoiles. Donovan avait passé presque tout son temps angoissé, caché dans sa chambre pour regarder en secret les étoiles qu'il ne savait pas du tout lire ... et dont il n'avait pratiquement rien à faire. Cela avait été pire quand sa mère avait commencé à parler des Deux Grands avec les dames de la haute et qu'elles s'étaient mise à pousser des cris effrayés. Le jeune garçon n'avait put s'empêcher de frissonner un peu, ce à quoi son paternel avait répondu de ne pas s'en faire, que leur famille était sous haute protection. L'air qu'il avait eu ... Merlin. Le Poufsouffle en avait eu des cauchemars.

" Bof ... tu sais, la haute société. C'est pas toujours des plus agréables. Ma mère a passé la moitié des vacances à parler des Deux Grands avec ses supposées amies. Elles n'arrêtaient pas de pousser des cris d'horreur. Pour ce qui est de mon père, je crois qu'il a mit les pieds là où il ne faut pas ... vraiment là où il ne faut pas, si tu vois ce que je veux dire "

Il commençait à croire que son père avait rejoint les Deux Grands et qu'il aurait à le combattre, peut-être même à tuer son propre père. Ou bien il avait rejoint les rangs de Voldemort, ce qui était pas bien mieux. Donovan ne voulait pas y penser. Pas tout de suite. Il prit un peu de pain et le brisa en deux. Il en tendit un bout à Guenièvre avant d'ajouter :

" Et toi ? C'était pas trop ennuyant ? "
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eloi Morisson
~+ CRÉATURE MAGIQUE +~
Nombre de messages : 86
Age du perso : 23 ans
Fonction : Poursuiveur des Flèches d'Appleby
Patronus : Addax
Date d'inscription : 23/07/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Mar - 20:00
Les vacances des fêtes avaient fait du bien. Surtout après l'attaque des Deux Grands et l'interdiction formelle de quitter l'enceinte de Poudlard qui prévalait depuis le début de cette morbide année. Eloi en avait profité pour aller skier avec sa famille, pour faire la fête avec ses nombreux cousins et; surtout; pour sortir dans les pubs afin de draguer quelques filles. Oui, même si le Loup-Garou n'était pas d'un naturel charmeur, il ne pouvait pas nier que la gent féminine était assez jolie merci. Il avait 17 ans quand même ... il avait l'âge de regarder les filles et d'espérer pouvoir établir une relation des plus intéressantes. Enfin, le jeune homme était revenu "bredouille" mais heureux. C'était ce qui importais.

Le préfet de Poufsouffle se trouvais dans sa salle commune, occupé à écrire une lettre à son cousin. Oui, les plaisanteries se poursuivaient, que voulez-vous ! Avec un petit rire, Eloi avait enfoncé sa lettre dans son sac -- il allait terminer ce qu'il avait à dire à la fin des cours -- avant d'y ajouter ses livres de Défenses contre les Forces du Mal. Il adorait ce cours et ne voulait surtout pas le manquer ! Arriver en retard était hors de question. Ce n'était pas respectueux et Eloi respectais trop le Professeur Lupin pour arriver en retard dans son cours. Pour lui, il était un exemple à suivre. En tant que lycanthrope, en voir un autre se démarquer et réussir était toujours plaisant. Habituellement, les gens comme eux étaient contraints à vivre aux crochets de la société, dans une pauvreté des plus pathétiques. Alors, avoir un enseignant lycanthrope était génial.

Eloi sortie de sa salle commune, un sourire aux lèvres. Il prit le temps d'arrêter par les cuisines; après tout elles n'étaient pas à côté pour rien !; afin de prendre une pomme et il prit ensuite le chemin le plus rapide menant au cours de Défenses. Évidemment, même si le chemin était rapide, il lui fallut un bon dix minutes pour se rendre. Le château était si grand ! Il se demandait encore comment il avait fait pour ne pas se perdre à jamais dans les nombreux couloirs. Il se souvenait très bien que c'était sa plus grande peur quand il était arrivé pour la première fois : se perdre et ne plus jamais être retrouvé. Sauf son corps tout momifié dans un coin, évidemment. Heureusement, cela n'était jamais arrivé. Ça ne devait jamais être arrivé dans toute l'histoire de Poudlard, d'ailleurs.

Le Poufsouffle entra dans la salle de classe. Il salua le Professeur Lupin avec un geste de la main et un sourire, avant d'aller s'asseoir derrière Justin et très loin de Gillis. Ce type ne lui plaisait pas du tout. Normal, c'était un vampire. Le jeune homme se prépara ensuite pour le cours, croquant dans sa pomme avec un appétit certain. Rien de mieux pour bien entamer la journée !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Guenièvre Lakers
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 572
Age : 22
Age du perso : 18 ans.
Fonction : Institut de formation des Aurors - 1ère année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Membre de l'Ordre du Phénix.
Patronus : Lion
Date d'inscription : 08/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Mar - 8:22
Guenièvre sourit encore à Donovan, la bouche pleine de muffin à la framboise. Inutile de demander comment Do avait deviné. Il y avait une chose dont on ne se laissait pas d'une vie à l'autre, et Godric Gryffondor avait passé sa jeunesse vagabonde à dévaliser tous les framboisiers sauvages qu'il croisait.

Elle écouta le récit des vacances de son ami, et son sourire s'effaça un peu. Si cela continuait, elle demanderait à rester à Poudlard pendant les vacances. Ici, c'était le lieu qu'elle avait crée et où elle se sentait chez elle. Ici, elle était comme une reine secrète du domaine et n'avait pas besoin de se faire passer pour ce qu'elle n'était pas. Bien sûr, elle ne se montrait pas totalement en criant "Je suis la réincarnation de Godric Gryffondor, faites place !", mais il y avait comme une affinité entre les murs de pierre et elle. Pas de rose bonbon et d'espaces étriqués au château, et des gens, même s'ils n'étaient que trois, à qui elle pouvait se révéler totalement et sans compromis. Oui, si ça n'avait pas été pour son père, elle serait restée ici pour Noël.


"Mon père parle peu, et en tout cas pas pour faire des théories ou se lamenter. Il n'a jamais eu autant de travail de toute manière, même pendant les fêtes. Et ma mère… Hum, j'ai passé un Noël rose et moldu quoi. Suis contente d'être de retour."

Elle ne s'attarda pas sur le sujet. Rose était un mot qui exprimait suffisamment sa répulsion, non ? Non, de toute manière, elle n'aimait pas se plaindre ou s'attarder sur elle-même, et elle chercha plutôt à comprendre ce que Donovan entendait en disant que son père avait mis les pieds dans le plat. Elle était vive d'esprit et saisit immédiatement l'allusion. Tout ce qu'il manquait pour rendre leurs vies encore plus parfaitement compliquées ! La famille était une vraie plaie dans leur situation. Maryna n'avait plus la sienne, sa propre mère était étouffante, les Lasher se retrouvaient peut-être du mauvais côté de la barrière et quand aux parents qui étaient potables, à savoir ceux de Quentin et son père, ils ne savaient de toute manière pas la vérité.

"Et dans quel plat a-t-il mis les pieds, si je peux me permettre ?"

Elle prit le morceau de pain qu'il lui tendit et lui offrit un dernier sourire, plus sérieux. Heureusement qu'ils avaient encore leur amitié, ou ils auraient été dans de beaux draps.




Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Garett Ambertis
~+ CIVIL(E) +~
Nombre de messages : 82
Age du perso : 21 ans
Fonction :
* Ex Batteur pour les Catapultes de Caerphilly
* Vendeur chez Jouville l'Apothicaire

Patronus : Âne
Date d'inscription : 23/07/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 20 Avr - 21:09
Il était en retard ! Bon, ce n'était pas la première fois ! Ce n'était pas pour cela qu'il ne se pressait pas, par contre. Effectivement, c'était un Garett Ambertis qui courait dans les couloirs que nous pouvions tous apercevoir en ce moment. Pourquoi est-ce que le Serdaigle était-il en retard à son cours; lui qui faisait partie de la digne maison de Rowena ? Bien, il n'avait aucune excuse. Voilà la véritable raison. Celle qu'il allait donner au Professeur Lupin, par contre, serait tout autre. Il fallait dire quelque chose ! Il ne pouvait quand même pas dire la vérité. Parce que la vérité était qu'il avait stupidement oublié son cours et ça .... pour un Serdaigle c'était un peu idiot. En plus de ça, il était Préfet ! Non, il ne fallait quand même pas donner cette raison là.

Ainsi, Garett courait en se disant des excuses qui lui semblaient toutes aussi bidons les unes que les autres. La meilleure qu'il avait trouvé était qu'il avait été malade et qu'il avait dut attendre que ça passe. Mais, il ne cessait de se dire que Lupin pouvait aller s'informer à Mme Pomfresh et son excuse serait bonne pour les poubelles. Mais bon, ce n'était pas parce qu'il s'était sentie un peu nauséeux qu'il avait été à l'infirmerie ... alors ça pouvait quand même aller. Non ? Sûrement ! Alors, il allait dire ça.

Le jeune homme grimpa les escaliers menant à la salle de Défenses contre les forces du mal quatre à quatre, manquant presque s'embourber les pieds à au moins dix reprises. Il parvint cependant sain et sauf tout en haut et, essoufflé, il entra dans la classe ... calme et surtout inactive ! Il s'était dépêché pour rien ! Garett prit le temps de reprendre son souffle sur le pas de la porte, regardant vaguement où il pourrait s'asseoir. Pas trop loin, hein ! Il était assez essoufflé comme ça ! Heureusement qu'il était en forme, sinon il n'aurait pas survécu à la course ! Pour sa défense, il avait couru presque la moitié du château et il était quand même grand ! Revenu de ses efforts; à tout le moins suffisamment pour marcher; le jeune homme se rendit à la place la plus près de la porte et s'assied enfin. Ouf ! Il ouvrit ensuite son sac et en sortie ses effets personnels, reconnaissant quand même de ne pas être si en retard que ça.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Remus Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 538
Localisation : Avec ma louve
Age du perso : 46 ans
Fonction : Professeur de Défenses contre les Forces du Mal
Vice-Directeur de Poudlard
Directeur de Griffondor
Patronus : Loup
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 22 Avr - 22:34
J’avais salué mes étudiants au fur et à mesure qu’ils entraient dans la salle de classe. Je les laissai s’installer et discuter entres eux durant plusieurs minutes, question de laisser le temps à tout le monde d’arriver. Après tout, il restait encore du temps avant le début du cours. Afin de gagner du temps, je m’étais levé pour aller discuter avec quelques élèves, dont les dernières années, qui allaient bientôt envoyer leurs demandes aux diverses instituts supérieures de magie. Je savais à quel point cette étape était importante et pouvait générer une anxiété diffuse. Je désirais les rassurer et les encourager quelque peu. J’étais en train d’avoir une conversation avec Miss Bond, qui allait faire application à l’institut d’infirmerie, quand l’heure du début du cours sonna. Je fit un sourire aimable à mon élève avant de me diriger vers le devant de la classe. Mains dans les poches, je me retournai vers l’assemblée qui s’étalait devant moi, sourit à tout le monde et annonça :

« Bonjour à tous ! J’espère que vous avez passer de bonnes vacances et que vous n’avez pas trop abusé de la Bièreaubeurre »

Je me penchai légèrement en avant en affichant un air complice avant de m’asseoir sur le rebord de mon bureau. J’aimais bien avoir l’air décontracté durant mes cours. De toute manière, j’étais un homme décontracté. Je ne pouvais pas dire que je m’en faisait beaucoup avec la vie. De toute manière, cela ne servait à rien de s’en faire. Les ennuis nous arrivaient bien assez tôt comme ça. Je fit un sourire, jouant avec les quelques noises que contenaient mes poches, et ajoutai :

« Le cours d’aujourd’hui portera sur les Ondins. Qui peut me dire ce que sont ces créatures au juste ? »

C’était le moment de voir s’ils avaient lu leur chapitre durant les vacances. En effet, ils avaient eu comme devoir « de vacances » la lecture du premier chapitre concernant les Ondis. Ils devraient avoir la réponse, en autant qu’ils aient prit la peine de faire leur lecture obligatoire. Mais, je ne m’inquiétais pas ! J’étais certain que la plupart s’étaient fait un honneur de lire ce que je leur avait demandé, ayant la chance d’enseigner la matière pratiquement préférée de tous. Ça aidait, il fallait le dire ! Pas question que je crois que c’était à cause de ma qualité d’enseignement et du fait que j’étais aimé comme Professeur. Non, pas de danger pour ça !




__________
Époux de Amélia Potter
Père de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-père de Isac & Sarah
Co-propriétaire de la boutique Les Maraudeurs
Professeur de Défenses contre les forces du mal 
Directeur de Griffondor & Vice-directeur de Poudlard
Loup-Garou de son état
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Donovan Lasher
~+ POUFSOUFFLE +~
Nombre de messages : 158
Age : 36
Age du perso : 14 ans
Fonction : Quatrième année à Poudlard
Réincarnation de Salazar Serpentard
Date d'inscription : 14/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 30 Mai - 13:19
La réincarnation de Serpentard ne put réprimer une petite grimace en coin devant l'éventualité d'un Noel Moldu. Ouach ! Ce devait être tellement atroce ! Les insanités qu'ils pouvaient dire ! Il les imaginaient devant une dinde farcie et manquant de saveur en train de s'extasier devant les guirlandes illuminées par l'électricité -- qui rendait l'éclairage si puéril -- alors que de la musique totalement débile et sonnant faux s'élevait dans le salon. Juste à y penser et Donovan en avait mal à l'estomac ! Comment les Moldus pouvaient-ils être heureux de vivre sans magie ? Comment pouvaient-ils être heureux avec un handicap aussi lourd ? Enfin. Apparemment que, maintenant, Salazar Serpentard devait apprendre les valeurs de Poufsouffle et voir le bon dans les Moldus. Peut-être la chose la plus difficile qu'il aura à faire. Pour le moment, ce n'était pas gagné ! Do se contenta par conséquent de tapoter un peu la main de son amie en guise de "réconfort". Pouvait pas faire mieux.

Il allait ensuite ouvrir la bouche pour murmurer en quoi son père s'était mit les pieds dans le purin quand le Professeur R.J. Lupin débuta son cours. Il n'aurait pas put attendre encore deux secondes ? Mais non ! Le blondinet afficha à nouveau un petit air boudeur avant de tirer son livre à lui. Les Ondins. C'étaient des genres de créatures des eaux. Facile. Mais, il ne pouvait pas simplement se fier là-dessus pour une réponse adéquate. Il fallait utiliser les souvenirs de Serpentard pour trouver quelque chose de signifiant à dire sur le sujet. Quoi, c'était de la triche ? Non, c'était de la ruse. Quand nous avions des éléments en plus des autres, il fallait s'en servir. Peut-être pas du goût de Helga, mais ... il n'était pas Helga, justement. Il avait simplement emprunté sa maison pour une vie. Le temps d'apprendre des choses dont il était à peine en accord. Cela demandait du temps et pour l'heure tricher -- non, utiliser ses forces -- ne lui semblait pas épouvantable. Le Poufsouffle joua par conséquent avec sa plume, laissant les souvenirs monter en lui. Alors, les Ondins, les Ondins ... qu'est-ce qu'il pouvait bien en dire ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maryna Parker
~+ SERPENTARD +~
Nombre de messages : 340
Age : 22
Localisation : Quelque part dans ce vaste monde...
Age du perso : 16 ans!
Fonction : 6ème année à Poudlard à Serpentard/réincarnation de Rowena Serdaigle
Date d'inscription : 11/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 18 Juin - 6:32
Maryna s'était glissé discrètement dans la salle juste avant que la cloche ne sonne, annonçant le début du cours. Elle s'était assise à la table libre la plus proche pour ne pas se faire remarquer. C'était vraiment just, un peu plus et elle était réellement en retard!

En fait, Maryna s'était endormie très tard, le nez plongé dans un bouquin qu'on lui avait offert pour Noël. Ce livre était vraiment passionnant et parlait de son sujet favori : les étoiles. Elle n'avait pas réussi à en décrocher avant de l'avoir fini! En conséquence, le jeune fille avait eu énormément de mal à se lever ce matin! Son réveil avait bien sonné, elle l'avait éteint et s'était bêtement rendormi. Ce qui l'avait réveillé? Le silence du dortoir et une porte qui claquait. Lorsqu'elle avait vu l'heure Maryna avait sauté dans ses vêtements, jeté pèle mêle ses affaires de cours dans son sac -habituellement elle le préparait la veille mais là, absorbée qu'elle l'était par son livre, elle avait oublié- et couru dans les couloirs, empruntant un ou deux raccourcis pour gagner du temps, sautant du même coup la case "petit déj". Tant pis, il ne fallait pas arriver en retard. Ça lui apprendrait à ne pas être raisonnable et à lire jusque pas d'heure.

Elle sortit rapidement ses parchemins, son livre et sa plume et s'autorisa enfin à respirer normalement. Elle écouta ce que racontait le professeur, des bonnes vacances?! Ah non, pas vraiment! Elles avaient pourtant bien débuté! Elle avait été adopté (ainsi que Martin) par les Peller, une famille vraiment adorable et très gentille. Elle avait découvert toute une famille, les professeurs Lupins en faisaient même partie, et passé de merveilleuses fêtes. Jusqu'à ce que Julianne la Grande pointe le bout de son nez chez eux! Une catastrophe, vraiment. De quoi vous pourrir des vacances. Elle ne pensait pas avoir été découverte par la démonte mais il fallait restée méfiante. Elle eta un coup d'oeil dans la salle et aperçut Guenièvre et Donovan, assis l'un à côté de l'autre. Tiens, il faudrait qu'elle leur raconte tout ça. Mais jusque là, elle n'avait pas vraiment eu le temps. Elle le ferait sûrement à la fin du cours. En attendant, autant se concentrer et participer pour se faire pardonner ce presque retard.

Les Ondines, bien sûr qu'elle avait fait ses devoirs de vacances. Un chapitre intéressant. Ajouté au savoir de Rowena elle pensait bien pouvoir fournir une bonne réponse et ainsi faire gagner des points à sa maison. Elle leva la main.


    
Le pessimiste se plaint du vent, l'optimiste espère qu'il va changer, le réaliste ajuste ses voiles.
Crédit - Joy


Réincarnation de Rowena Serdaigle
Elémentaliste de l'air

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Les disparus du 12 janvier
» OH CONS SEYE ELEC TORO ! VOTRE 12 JANVIER N'EST PAS LOIN !
» Reflexions de Castro sur la catastrophe du 12 janvier, émouvant hommage à Haiti
» Commemoration du 1er janvier aux Gonaives
» Haïti - Social : Rapatriement des haïtiens de Santiago à partir du 6 janvier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~+ Poudlard : La Magie s'ouvre à vous +~ :: Entre les murs :: Les Salles de Cours :: Les Cours Obligatoires :: DCFDM-
Sauter vers: