:: Entre les murs :: L'Extérieur du Château :: La Forêt Interdite Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[SCÉNARIO FUTUR]Alors, bottons des derrières en série !

avatar
Julianne VanHolsen
~+ ADMINISTRATEUR +~
Nombre de messages : 2015
Age : 41
Localisation : Mascouche, Québec
Age du perso : 27 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Patronus : Serpent
Date d'inscription : 22/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 28 Sep - 12:43
10 septembre 2002

« Ces deux temps-là donc, le passé et le futur, comment “sont”-ils, puisque s'il s'agit du passé il n'est plus, s'il s'agit du futur il n'est pas encore ? Quant au présent, s'il était toujours présent, et ne s'en allait pas dans le passé, il ne serait plus le temps mais l'éternité… Nous ne pouvons dire en toute vérité que le temps est, sinon parce qu'il tend à ne pas être. » (Saint-Augustin XI, 14, 17)

Un bruit de craquement fendit l'air et, voilà, nous y étions. Poudlard. Le lieu qui avait été pour moi source de joie, de réconfort, de tristesse et; par dessus tout; du début de la bataille. C'était ici que tout avait débuté. Ici que la malédiction avait débutée ses ravages dans mon être. Ici que la démone avait profité de mon âme pour sauter sur l'occasion d'ouvrir sa fine bouche lors de la découverte du Djiin. Ici que j'avais fait des recherches pour mettre fin à ce qui paraissait mon "destin ancestral". Ici. J'étais revenue dans le passé en tant que MOI, de la vraie MOI et je ne tenais plus en place à l'idée d'agir, à l'idée de confronter cette pimbêche qui avait prit mon corps pour parfaire ses desseins. Vous qui me connaissez, vous savez à quel point l'inertie me tuait et, en ce moment, alors que je errais fantômatique hors de mon corps, invisible à tous sauf à Talisman Malefoy, incapable de faire quoique ce soit pour venir en aide, je ne pouvais qu'affirmer que j'étais en train de devenir complètement cinglée. Le fait d'avoir fait ce voyage allait tout changer. Cette fois j'allais pouvoir agir.

Nous étions apparues en contrebas du terrain de Poudlard, lieu assuré pour transplaner. J'étais heureuse que mon père n'ait pas pensé à fermer cet accès menant directement à l'école de sorcellerie. Peut-être jugeait-il; et avec raison; que ce n'était pas nécessaire compte tenu des pouvoirs de la Grande. Et il avait parfaitement raison. Avec le don de souhaits, pratiquement aucun sortilèges n'avaient d'effets. Pratiquement. Parce qu'il existait bel et bien un rituel efficace, celui qui serait bientôt fait ... celui que nous allions légèrement modifier. La malédiction Ternac serait terminée pour de bon.

Debout dans la lande, je regardai les tours du château non loin. Poudlard était toujours aussi magnifique. Un petit sourire naquit sur mes lèvres avant que je ne tende la main en direction de ma fille, qui se tenait à mes côtés. Il était temps de les trouver. Bien évidemment, je ne pourrais pas me balader dans le château sans prendre un risque considérable pour ma vie. Toutefois, Tamarah le pourrait. Si nécessaire. Maryna m'avait dit qu'elle se trouvais souvent près de la forêt interdite ... Guenièvre ainsi que Donovan m'avaient parlé du parc et du Lac Noir. La chance voulait que, si nous nous installions près de l'orée de la forêt, nous pouvions voir l'étendue du parc et, ainsi, avoir une bonne idée de la présence d'individus dans ces lieux. Si on ne voyait personne, Tam pourrait se rendre à l'intérieur du château pour les trouver. Cela serait assez simple à faire. Merci au don de voyance.


" Viens ... nous allons nous installer près de la forêt. Si on ne voit personne, tu pourras aller dans l'école et les ramener "

Je me mit ensuite à marcher d'un pas ferme en direction de la forêt, mes cheveux flottant légèrement dans le vent frisquet. Je ne prenais pas la peine de me cacher. Pourquoi le ferais-je ? Je n'avais rien à me reprocher. Ne serais-ce que d'avoir échoué. J'espérais maintenant pouvoir passer à l'action rapidement, afin que tout ces cauchemars soient bel et bien derrière nous.


Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tamarah VanHolsen
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 68
Age du perso : 21 ans
Fonction : dernière année à L'institut d'enseignement
Patronus : Lion
Date d'inscription : 05/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 29 Sep - 5:11

RetoAlors, bottons des derrières en série
Ft. un peu tout le monde en fait Razz
Tamarah n'avait pas bougé et été resté près de sa mère lorsqu'elle avait anoncé qu'elles iraient tout de suite près de la Forêt Interdite. L'ancienne Rouge et Or avait hâte de retourner dans son ancienne école et elle prit donc sans rechigner la main de sa mère, qui avait au préalable répondu à sa tante Jana que si elle n'avait pas préparé de Polynectar, c'était parce qu'elle n'avait pas voulu perdre un mois en plus. Tamarah ne rajouta rien et transplana donc avec sa mère, près de la Forêt interdite.
L'air était frais et faisait onduler ses longs cheveux bruns alors qu'elle marchait à ses côtés, tout en fixant l'ombre de la dangereuse forêt. Puis Julianne prit la parole, lui disant que si elles ne voyaient personne, elle pourrait aller dans l'école et tenter de rammener les minis fondateurs. Tamarah sourit à cette idée, secrètement, elle espérait qu'il n'y ait personne. Elle avait vraiment envie d'être utile mais aussi de pouvoir revisiter une dernière fois peut-être le château de l'école.
-D'accord... Espérons qu'il n' y ait personne alors.. Comme ça on rentrera plus vite à la maison.
© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julianne VanHolsen
~+ ADMINISTRATEUR +~
Nombre de messages : 2015
Age : 41
Localisation : Mascouche, Québec
Age du perso : 27 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Patronus : Serpent
Date d'inscription : 22/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 10 Oct - 13:50
Ainsi, Tamarah espérait qu'il n'y ai personne dans le parc, prétextant que les choses iraient plus rapidement et que nous pourrions revenir plus vite à la maison. Je n'était pas de son avis. Évidemment. Pourquoi ? Tout simplement parce que ce n'était pas parce que nous allions trouver rapidement les fondateurs, que nous pourrions entrer plus vite. Le rituel ne devait pas prendre place plus rapidement que nécessaire. Il y avait une date et nous devions la sauvegarder. Changer la date du rituel pour le devancer dans un désir de rentrer plus tôt n'allait qu'envenimer les choses. Malheureusement pour ma fille, nous en avions pour un bon moment ici. Lui dire ne servirait néanmoins à rien, sauf la rabrouer -- ce dont je n'avais nul besoin en ce moment. Je me contentai donc de lui faire un sourire avant de poursuivre ma route en direction de la forêt interdite. Je la savait amoureuse et je comprenait fort bien son désir de rejoindre James Lupin. Un coeur qui aimait ne savait être séparé trop longtemps de son alter égo. Il y avait des évènements dans la vie qui, bien que nous ne voulions pas les voir, nous obligeait cependant une petite distance. C'était un de ces moments. Triste pour une jeune femme en devenir, mais c'était ainsi.

Rendue à l'orée de la forêt interdite, je tournai mes yeux bleus en direction des tours du château. Debout près des arbres, tenant toujours la main de ma fille ainée, je scrutai le terrain vague donnant accès à l'école de sorcellerie. L'air était frais, le vent rafraichissant et le silence presque envoûtant. Pas l'ombre d'une âme qui vive. Le contraire m'aurait surprise. Mon père devait tenir les étudiants enfermés, comme si cela allait les sauver d'une nouvelle attaque. Si la Grande voulait revenir, elle reviendrait. Pas besoin de tenir les gens enfermés pour leur sauver la vie ... ça ne servirait à rien. Les pauvres gamins devaient déprimer là-dedans !


" Ton grand-père tiens tout le monde en cage, à ce que je vois ... " dit-je en levant les iris en direction de la cimes des arbres

Peut-être pouvais-je trouver la réincarnation de Serdaigle. Maryna Parker se tenait dans les arbres, à ce qu'elle -- bien son elle du futur -- m'avait dit. Hum. Heureusement que nous étions à l'automne et que les feuilles avaient débutés leur chute, sinon j'en aurait eu pour des heures à chercher comme une écornifleuse. Pour le moment, rien en vue. Je reportai mon attention sur Tamarah, lui lâchai la main et ajoutai :

" Vas-y. Je t'attends ici "

Sur ces mots, je m'assied à même le sol, à l'ombre de quelques arbres. Ainsi à l'abri des regards, personne ne me verrait sauf si cette personne cherchait précisément quelqu'un. Il ne restait plus qu'à attendre ... et à changer le cours des choses. Légèrement. Suffisamment pour rompre la malédiction sans risques.


Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Quentin Waldon
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 148
Age : 36
Age du perso : 13 ans
Fonction : 3e année à Poudlard
Date d'inscription : 30/07/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 21 Oct - 15:13
Comme à chaque matin, Quentin avait été au lac pour pratiquer son Tai-chi... Il savait très bien qu'il désobéissait au directeur grognon, mais peut-être le fait d'être dans la maison de griffondor avait fait des changements en lui et son esprit de contradiction aux règles stupides était comment dire, de plus en plus grande... Le jeune Quentin était situé en arrière d'un arbre près du lac et, du fait qu'il était dans sa méditation, Julianne n'avait pas pu vraiment le voir "caché" à l'endroit ou il était... (voir : http://moav.forums-actifs.com/t1332-soyons-zen-ouvert-a-tous#10675)



Quentin Adulte

Le discret Quentin avait suivit le groupe... et avait transplanné près de Poudlard... sans poser de question et sans vraiment discuter. En arrivant là, plusieurs souvenir bon et douloureux lui vint en tête. Il se souvenait de la première journée à l'école... ou l'animalier de Donovan avait fait des siennes... il se souvenait de sa première discussion avec Maryna dans la volière ou encore l'assencion de la tour d'astronomie sur un geyser de lave avec Guenièvre... c'était le bon vieu temps.... L'homme sourit...

Quentin se souvenait très bien qu'il pratiquait son taî chi le matin qu'il pleuve ou non. Il devait donc être à cet endroit présentement... quoiqu'on ne le voyait pas d'où ils était. De toute façon pourquoi il prendrait le temps et pour qu'elle raison il aiderait Julianne. Ainsi, il ne dit rien... Il n'avait pas l'intention de dévolé à Juliane que son lui-même jeune était très souvent près du gros arbre près du lac Noir.

Il observa donc Juliane s'assoir et il observa les trois autres espérant qu'ils n'allaient pas dévoilé sa place de prédilection quoique Donovan avait déjà commencé à en parler dans le village.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maryna Parker
~+ SERPENTARD +~
Nombre de messages : 340
Age : 22
Localisation : Quelque part dans ce vaste monde...
Age du perso : 16 ans!
Fonction : 6ème année à Poudlard à Serpentard/réincarnation de Rowena Serdaigle
Date d'inscription : 11/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 24 Oct - 8:39
Maryna se trouvait... sur le toit. Oui oui, vous avez bien entendu, le toit. Pourquoi donc? Et bien pour être tranquille et dehors, au vent. Pourquoi n'allait-elle pas tout simplement dans le parc, à la lisière de la forêt Interdite? Tout simplement parce que pour l'instant le Directeur Rogue avait décrété des mesures de sécurité assez extrême. Comme si cela pouvait changer quoi que ce soit. Si la démone voulait entrer, elle entrerait, elle l'avait déjà prouvé. La jeune fille se sentait bien sur le toit, au moins elle prenait l'air et échappait à l'atmosphère humide des cachots.

Elle contemplait le parc, se remémorant les souvenirs de son passé. Enfin, celui de Rowena. Elle avait un épais grimoire posé sur les genoux, une plume et un parchemin posés à côté. Elle était en pleine recherche, pour le rituel bien sûr. Encore et toujours. Elle allait bien finir par trouver à force de recherches. Mais quelque chose l'avait tiré de sa réflexion. Un fugitif mouvement dans son champ de vision, une torsion dans l'air? En tout cas quelque chose avait attiré son attention. Elle releva la tête, attentive. La démone était-elle de retour pour une nouvelle attaque? Il fallait se méfier. Avoir ne serait-ce que quelques minutes pour s’organiser et élever des défenses pouvaient sauver de nombreuses vies. Il lui sembla apercevoir deux silhouettes au loin, près de la Forêt.
Intriguée elle referma son livre en glissant le parchemin à la page et referma l'encre. Hum, c’était vraiment étrange. Elle rangea ses affaires dans son sac et se concentra.

L’instant d’après à la place de la jeune fille se trouvait un corbeau noir d’encre. L’animal secoua ses ailes, fit quelques pas, claqua une ou deux fois du bec et… s’envola, tout simplement. Il s’éleva haut dans le ciel. Et se dirigea vers la forêt. Arrivé au-dessus des deux personnes qui avaient attiré son attention le corbeau se mit à décrire des cercles au-dessus d’elles. Il s’agissait de deux femmes. L’une était… mais on aurait dit Julianne la Grande ! Non, encore ? Mais, c’était étrange, elle paraissait… plus vieille… Différente. Et elle n’était pas seule… Une silhouette plus jeune se tenait à ses côtés. Une jeune fille qui lui ressemblait. Afin de mieux voir le corbeau piqua et s’installa sur une branche.
Discrétement l’animal observa avec énormément d’attention les personnes qui l’intriguait. Pendant qu’elle les scrutait à l’affut du moindre détail, du moindre signe qui expliquerait ce qu’elle avait sous les yeux, son cerveau lui tournait à toute allure. Comment c’était possible? Elle avait devant elle Julianne, sans la possesion de la démone, avec une quinzaine d’années en plus. Cherchez l’erreur. Heureusement la jeune fille était très fortte à ce jeu. Brusquement elle eu le flash révélateur. Mais ça lui paraissait quan même sacrément étrange.... Un voyage dans le passé.... Pourquoi avoir pris ce risque, qu’est ce qui se cachait derrière tout ça?

Soudain avec un discret crack elle vit apparaître... Quentin?! What?! En plus grand, plus mûr, mais toujours aussi beau! Y avait quelque chose qui tournait pas rond là! Elle hallucinait ou quoi? Il y avait quelque chose qui n’était plus connecté dans le cerveau de Quentin? Il avait jamais entendu parler des risques de rencontrer son «soi»? Non? En plus Quentin «jeune» ne devait pas se trouver loin en train de faire son Taï Chi, désobéissant à Rogue sans vergogne. Mais s’il venait, ça pouvait être dangereux pour lui! Il pouvait rester fasciné par son moi du futur et devenir fou! C’était toujours très risqué un voyage dans le passé donc elle répétait sa question : qu’est ce qu’ils fichaient là? Qu’est ce qui vallait la peine de prendre ce risque?

Elle n’avait plus trop le choix, elle allait devoir se montrer, en espèrant sincérement que son soi futur n’allait pas apparaître. Elle ne devait pas être au courant que Quentin était venu, sinon elle l’aurait empêché, elle en était sûre. Elle croassa afin d’attirer l’attention et se mit à voleter devant eux, il fallait s’éloigner d’ici. Ils étaient trop repérable ici et elle ne pouvait pas se métamorphoser. Ce serait trop risqué, conclusion, ils devaient la suivre. Allaient ils comprendre et la suivre? Elle voleta jusqu’à un arbre un peu plus loin puis revient et elle fit quelques aller retours en les attendant, se dirigeant petit à petit vers une clairière un peu plus loin. Pourvu qu'ils la suivent.
Sa crainte de savoir qui ils étaient avait été remplacé par sa crainte qu'on les découvre. La présence de Quentin "adulte" confirmait sa folle théorie. Restait à confirmer. Mais qu'est ce qu'ils foutaient là par Merlin?!


    
Le pessimiste se plaint du vent, l'optimiste espère qu'il va changer, le réaliste ajuste ses voiles.
Crédit - Joy


Réincarnation de Rowena Serdaigle
Elémentaliste de l'air

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julianne VanHolsen
~+ ADMINISTRATEUR +~
Nombre de messages : 2015
Age : 41
Localisation : Mascouche, Québec
Age du perso : 27 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Patronus : Serpent
Date d'inscription : 22/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 24 Oct - 14:06
Toujours assise sur un rocher, je laissais le vent jouer tranquillement dans mes cheveux. Revenir ici, dans cette époque, me rendait somme toute nostalgique. J'avais perdu tant de souvenirs et de merveilleux moments avec mes enfants durant ma possession. Des moments que je ne pourrais jamais rattraper. Pensons à Mardil ... mon petit garçon conçu en pleine possession, porté par la démone et que je n'avais pas put tenir contre mon coeur avant ses 1 an et quelques mois. Scandaleux. Mon bébé m'avait été volé. La tentation de mettre un terme à cette malédiction en avance, de devancer le rituel était grande ... croyez-moi. Toutefois, j'avais promis à Ludwig de "rien faire de potentiellement stupide" et d'agir avec ma tête "pour une fois". Merlin, j'avais cru entendre parler mon père ! Mais bon, j'avais promis. Pourquoi ? Parce que je savait qu'agir sous des coups de tête allait peut-être empirer les choses. Je n'étais plus la seule d'impliquée dans l'histoire ... mes filles l'étaient toutes aussi. Tamarah en premier lieu. Je n'allais rien faire qui la mettrais encore plus en péril. Moi seule d'accord ... mes filles, jamais.

Je jetai un bref regard en direction de Quentin Waldon, qui nous avait suivit. Pourquoi ? Aucune espèce d'idée. J'avais bien stipulé qu'ils devaient se rendre dans la forêt de Westmacott et nous attendre là-bas. Venir ici "en gang" ne ferais que plus attirer l'attention et augmenterais les risques de confrontation avec les doubles. Alors, pourquoi nous avait-il suivi ? Probablement parce qu'il était un ancien Griffondor et en tant que tel, il ne pouvait s'empêcher de prendre des risques. Cela me fit sourire. Drôle quand on savait que l'âme de Helga Poufsouffle se cachait à l'intérieur du jeune homme. Oui, parce que Helga avait été du style plus docile ... et là, elle agissait en rebelle. Marrant.

J'allais lui en faire part quand une ombre passa dans les rayons du soleil. Des rayons qui parvenaient à peine à nous réchauffer. Je levai par conséquent la tête pour apercevoir un corbeau qui venait de se percher sur une branche non loin. Il nous fixait de ses yeux étrangement intelligents. Bien entendu. Reportant mon attention sur Tamarah, qui devait être heureuse de pouvoir aller au château, je tendit la main pour la retenir par le bras au moment où elle allait presque s'élancer comme une lionne sur une proie.


" Attends trésor ... je crois qu'on a de la compagnie "

Le corbeau venait de se remettre à voler comme un dingue, piquant dans notre direction, volant plus loin, revenant sur ses "ailes", repartant de plus belle. Oui ... il voulait nous attirer ailleurs. Je me relevai, lâchant le bras de mon ainée avant de remettre en place ma cape. On avait été repérés ... je n'étais pas assez douée pour le camouflage ! Je savais que je n'étais pas faite pour le métier d'Auror !

" Voilà Rowena ... enfin, Maryna enfant. Suivons là et ne t'inquiètes pas, Tam ... tu pourras aller dans le château ensuite. Pour satisfaire ta curiosité "

Bien oui, je savais ma fille curieuse ! Elle avait du Serdaigle dans le nez, digne descendante de Rowena obligeait. Je lui fit un sourire avant de repérer le corbeau qui semblait voler dans le ciel à basse altitude, comme un charognard ayant repéré une proie. Bien. Je me mit à marcher dans sa direction, disant à l'endroit de Quentin :

" Pourquoi nous avoir suivi au juste ? C'est dangereux ... surtout si vous tombez sur votre vous enfant "

Le corbeau s'éloignait un peu plus loin. Parfait. La main à l'intérieur de ma cape, je tenais quand même fermement ma baguette magique. Qui sait sur qui nous allions tomber. Genre un Auror désigné pour protéger le château ... dans le style de Maugrey ou pire ... de David Peller ! Trop idiot pour réfléchir, on tires et on questionnes après ! Pffff !


Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tamarah VanHolsen
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 68
Age du perso : 21 ans
Fonction : dernière année à L'institut d'enseignement
Patronus : Lion
Date d'inscription : 05/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 28 Oct - 2:41

RetoAlors, bottons des derrières en série
Ft. un peu tout le monde en fait Razz
Tamarah et Julianne était donc dans le parc de Poudlard et attedaient avec une certaine impatience que celui-ci se vide pour que Tamarah puisse aller explorer le château et chercher les réincarnations. Tamarah lança un regard à Quentin qui avait décidé de les suivre, malgré le fait qu'il pourrait éventuellement tomber sur son lui plus jeune. Et finalement, Julianna donna l'autorisation à sa fille d'y aller. Telle une lionne, Tamarah commença donc à s'en aller... Avant d'être retenue par sa mère qui lui disait que Maryna était là, en lui faisant voir un corbeau. Frustrée, Tam fut donc obligée de suivre sa mère et Quentin en silence, espérant bien pouvoir se rendre dans le château par la suite. Parce qu'après tout, même si elles avaient découvert Maryna, il manquait tout de même Quentin, Guenièvre et bien sûr Donovan, non ?
© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Guenièvre Lakers
~+ SERDAIGLE +~
Nombre de messages : 553
Age : 22
Age du perso : 17 ans.
Fonction : Poudlard/7ème année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Date d'inscription : 08/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Déc - 8:21
Pourquoi serait-elle restée enfermée dans le château déprimant sous prétexte que le Directeur Rogue avait décrété que personne ne sortait ? Le Directeur Rogue ne savait rien de ses capacités de défenses, et de toutes manières, ça n'étaient pas ses mesures de sécurité ridicules qui allaient empêcher une deuxième attaque si elle devait avoir lieu. Limiter les dégâts, peut-être mais ça n'était même pas sûr. Franchement, si elle était dehors et détectait la moindre chose, elle pouvait donner l'alerte en trente secondes, alors qu'un élève lambda serait mort avant d'avoir seulement comprit qui était en face de lui. pas de raison de s'empêcher de sortir donc. On ne tenait pas les réincas enfermés ! Puis, ils ne contrôlaient pas leur destin, on n'allait pas en plus leur dicter où ils avaient le droit d'aller, hum ?

N'ayant pas l'avantage de pouvoir se transformer en animal discret (les lionnes ne courant pas souvent la campagne anglaise), Gue avait un désavantage sur ses amis quand elle voulait filer à l'anglaise. Mais qu'à cela ne tienne. Elle avait troqué son uniforme contre une cape de laine vert mousse, avait attendu que la bruine lui offre un peu de protection, et avait lancé sa stratégie préférée : la diversion. Quand tous les habitants du château en mal comme elle de liberté avaient eu les yeux rivés aux "feux follets" qui serpentaient vers la lande, elle-même avait chaussé ses bottes hautes et s'était offert un sprint en direction de la Forêt Interdite, ne s'arrêtant de courir que lorsqu'elle fut à couvert. Courir ainsi à toutes jambes la remplissait d'une vague euphorie, comme si elle avait été totalement libre pour quelques instants et ce fut le sourire aux lèvres qu'elle s'enfonça légèrement dans la forêt, sortant son panier de sous sa cape. Il contenait une serpette, dont elle se saisit avec enthousiasme. Aujourd'hui était le temps d'aller ramasser des herbes rares ! Go lui avait probablement tout appris de la botanique et cueillir des espèces sauvages, cachées et potentiellement dangereuses était devenu l'une de ses activités préférées. Elle partageait ensuite avec ses amis ce qui leur servirait pour le cours de potion, et séchait le reste dans le bureau de Serpentard. Ils allaient avoir besoin d'ingrédients rares pour le rituel, et certaines de ses trouvailles ne seraient pas de trop. Quentin venait parfois l'aider mais d'une manière générale, Gue aimait aller à la cueillette toute seule. Dans la Forêt, elle se sentait dans son élément naturel, libre, efficace et sans questions la torturant. Aujourd'hui, elle avait enfilé ses gants spécialement afin de partir à la recherche d'Aconite. Les fleurs sèches étaient affreusement chères chez Jouville pour une plante finalement assez commune, et on lui avait déjà refusé la vente des racines sous prétexte qu'elles étaient hautement toxiques. Sans blague ! Elle avait l'air de quoi, un bébé ? Entre Go et son père qui était le médicomage en chef du département d'empoisonnement par potions et plantes de Ste-Mangouste, elle le savait parfaitement, merci ! Mais puisqu'autour d'elle, les adultes semblaient résolus à la sous-évaluer, elle avait décidé d'aller les récolter elle-même, ses aconites. Ca poussait dans les sous-bois des régions montagneuses, la récolte devrait donc être bonne.

Mine de rien, elle s'était enfoncée un peu dans sa quête. L'orée de la forêt s'était relevée décevante, mais elle avait un plan B. Mar avait trouvé en survolant les bois une petite clairière qui lui offrirait probablement ce qu'elle recherchait. La lumière y était plus importante qu'ailleurs et elle serait bien déçue si elle n'y trouvait pas ses aconites. Elle s'y rendit donc d'un pas vif et manqua d'éclater de rire quand un corbeau apparut de l'autre côté. Les grands esprits se rencontraient puisque Maryna avait également fait le mur. Elle allait s'avancer à sa rencontre quand elle se figea un quart de seconde avant de lâcher son panier et de dégainer sa baguette plus vite que son ombre, qu'elle pointa au-devant d'elle. La silhouette qui apparaissait de l'autre côté hantait parfois ses cauchemars et il était impossible qu'elle la confonde avec qui que ce soit. Julianne la Grande était dans la forêt et poursuivait apparemment Mar !

Par les Enfers ! Cette fois-ci, il n'y avait aucune tapisserie derrière laquelle se cacher et aucune aide disponible à proximité. Elle n'allait vraiment pas pouvoir se dissimuler si elle voulait survivre et si elles s’en sortaient vivantes, elles auraient enfin cette cible sur la tête qu'elles redoutaient temps. Que Julianne s'approche seulement, elle et ses dévôts, puisqu'apparemment, elle n'était pas seule, qu'elle s'éloigne seulement un peu des arbres, et Gue la collait dans un cercle de feu qui lui ferait peut-être gagner du temps. Remarquez, au pire, embraser la forêt serait aussi un signal d'alarme efficace pour le château. Il fallait protéger Poudlard, empêcher un second massacre. Go la poussait à foncer dans l'action, et elle était si tendue que l'herbe à ses pieds, pourtant humide, commençait à roussir en cercles concentriques, mais son éducation de Serdaigle lui soufflait de réfléchir avant d'agir afin de déployer la meilleure stratégie. Elle devait d'abord mieux évaluer la situation. Elles étaient deux, et devaient mettre en place une stratégie. Sans prendre le temps de frémir à l'idée que si elle n'avait été là, Maryna serait peut-être morte dans la forêt avant même qu'elle soit au courant du danger, et puisque les masques étaient condamnés à tomber aujourd'hui, elle demanda à haute voix au corbeau :


"Tu es blessée ? Est-ce qu'ils sont nombreux ?"

Elle s'adressait à son amie, mais ne quittait pas du regard la Grande à l'autre bout de la clairière. Un seul pas dans sa direction et il serait peut-être déjà trop tard pour qu'elle puisse agir. Inspirant profondément, la jeune réincarnation s'efforça d'aspirer un peu de l'énergie sombre de la forêt. Elle allait avoir besoin de puissante, et avec cette maudite garce qui était élémentaliste de l'air, elle allait devoir concocter son feu spécial au comburant magique. Oh Merlin, elle se promettait de ne pas mourir aujourd'hui !




Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Nombre de messages : 5
Age : 36
Date d'inscription : 13/11/2012
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Déc - 18:42
Quentin les avaient suivi... oui il avait décidé de les suivres... il savait ce qui allait grossomodo arrivé... et il devait être là... il savait très bien que dans quelque seconde s'il n'était pas là Guenièvre allait essayer de griller Julianne et que Maryna allait se faire blessé par l'explosion.... Il fallait que Quentin fasse quelque chose...

Quentin regarda donc Julianne de façon complètement désintéressé de ce qu'elle disait... ce n'était que Julianne après tout... . ce n'était pas Julianne qui lui importait... mais plutôt Maryna...

Il savait que Guenièvre allait être présente ou plutôt il savait qu'elle était dans le coin... surtout qu'elle venait de crier.... D'un geste gracieux il pointa sa baguette vers la jeune Guenièvre... il était certain que celle-ci ne l'avait pas encore vu... et aussi vite des roches formèrent un mur entre Guenièvre et Julianne... Il était clair que pour l'instant l'erreur de la jeune femme fougueuse que Guenièvre était allait être évité...

Toujours en gardant un regard froid et désintéressé sur Julianne, le Chef cuisinier prit sa forme de belette et quitta les lieux très rapidement... Oui la jeune Maryna l'avait clairement vu... mais c'était un mal pour un bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julianne VanHolsen
~+ ADMINISTRATEUR +~
Nombre de messages : 2015
Age : 41
Localisation : Mascouche, Québec
Age du perso : 27 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Patronus : Serpent
Date d'inscription : 22/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Déc - 14:07


Jusqu'au bout de la pluie,
Jusqu'au bout de ma voix,
Jusqu'au bout de mes cris,
Jusqu'au bout de mes doigts,
Jusqu'au bout de mes nuits,
Jusqu'au bout de la route,
Debout dans ma folie,
Jusqu'à la dernière goutte,
Je sais ce que je veux,
Oui je sais ce qui m'attends.

Jusqu'au bord de ton lit,
Jusqu'au bout de mes chaines,
Jusqu'au bout de ma vie,
Jusqu'au bord de la tienne,
Jusqu'au bout de mes peurs,
Jusqu'au bout de mes pas,
Jusqu'au bleu de mon coeur,
Qui brûle et me brûlera,
Je sais ce que je veux,
Oui je sais ce qui m'attends.

Jusqu'au bout j'ai choisi le ciel de mes combats,
Et quel qu'en soit le prix,
Quittes à payer de ma vie,
Jusqu'au bout je serai moi.

Jusqu'au bout de ma faim,
Jusqu'au bout de mon sang,
Jusqu'au goût de tes seins,
Find More lyrics at www.sweetslyrics.com
Qui pleurent entre mes dents,
Jusqu'au bout de mes poings,
Jusqu'au bout des regards,
Jusqu'au goût du venin,
Que l'amour va avoir,
Je sais ce que je veux,
Oui je sais ce qui m'attends.

Jusqu'au bout j'ai choisi le ciel de mes combats,
Et quel qu'en soit le prix,
Je le jure sur ta vie,
Jusqu'au bout je serai là.

Jusqu'au bout de la pluie
Jusqu'à mon dernier cri,
Jusqu'au bout de ma voix.

Je suis ce que je suis,
Un fauve en liberté,
Chassé du paradis,
Parce que je l'ai maudit,
Je suis un pêcheur sacrifié.

Jusqu'au bout j'ai choisi le ciel de mes combats,
Et quel qu'en soit le prix,
Quittes à payer de ma vie,
Jusqu'au bout je serai moi,
Jusqu'au bout de la pluie,
Depuis mon premier cri,
Jusqu'au bout de ma voix.
-Eric Lapointe, Jusqu'au bout

Jusqu'au bout. Quel qu'en soit le prix, fauve en liberté chassé du paradis. Jusqu'au bout, depuis mon premier cri. Jusqu'au bout, j'en payerai le prix, parce que je suis maudite. Sur moi pèse une malédiction qui n'a de cesse que de ruiner la vie de celles qui la porte. J'avais combattu. De toutes mes forces, de toute mon âme. Pour le bien de ceux que j'aimais ainsi que pour ceux que j'allais aimer un jour. J'avais choisit le ciel de mes combats, quitte à le payer de ma vie, j'avais bravé le danger pour la sauvegarde de ma famille et, par contrecoup, de gens innocents. Oui, jusqu'au bout, j'avais été moi.

Tout cela pourquoi ? Pour la frustration de ma fille ainée. Alors que c'était pour elle que j'avais entreprit d'aller au bout de la pluie. Pour les soupirs exaspérés de mes soeurs, obligée de me suivre dans cette nouvelle aventure. Alors que c'était par ma main qu'elles avaient put voir le jour. Pour les regards torves de la réincarnation de Godric Griffondor. Alors que j'avais été jusqu'au bout des préceptes de sa propre maison. Pour le regard froid et rempli de désintérêt de la réincarnation de Helga Poufsouffle. Alors que mes actions étaient empreintes de loyauté. Si je méritais ce regard désintéressé et froid de la douce Poufsouffle, je ne méritais aucunement de vivre. Qui pourrait me pardonner, si elle, la grande Poufsouffle, me lançait un regard aussi vide au travers les yeux de son nouveau corps ? Si Poufsouffle même n'arrivait qu'à me regarder avec aigreur, moi qui -- je le redit -- avait agit que pour sauver les miens, comment pourrais-je un jour parvenir à la rédemption ?

Ce simple regard vrilla mon coeur dans une souffrance digne de mon passé. Lorsque mon corps possédé était tombé sur le sol et que mon âme translucide était apparue aux yeux de tous ... aux yeux des réincarnations, aux yeux de ma famille et amis. À quel point j'avais souffert de honte sous leurs regards ! Je n'aurais jamais dut retourner dans mon corps. Jamais. J'aurais dut me laisser mourir et disparaitre. À jamais. Toutefois, cela aurait été indigne de Griffondor. Un Griffondor ne fuyait pas. Un Griffondor faisait face en relevant la tête avec orgueil. J'aurais été indigne de l'homme qui, à travers les yeux de sa réincarnation, me lançait des regards de reproches aujourd'hui. Pourtant, c'était ces mêmes yeux remplis de courage, ces yeux rivés sur moi avec énergie, qui me dictait de faire face comme il se devait, c'était ces mêmes yeux qui m'avaient forcés à retourner dans mon corps. Je voulais lui être digne. Encore une fois. Et voilà. Voilà que, jusqu'au bout, je payait mes fautes. J'étais une pêcheresse sacrifiée. Jusqu'au bout.

Je cessai de marcher, le coeur torturé et les yeux remplis de larmes. À quoi bon ? Si mes efforts pour mettre fin à cette horrible malédiction me donnait que haine et reproches, je n'avancerai plus ! Qu'ils se débrouillent ! Ho, je ne voulais pas être considérée comme une héroine, mais merde ! Je n'étais point ce qu'ils voyaient. Ils ne voulaient pas suivre ? Ils voulaient retourner à leur petite vie ? Bien, qu'ils y retournent ! Que Tamarah se débrouillent avec les démons, tiens ! On verrait bien si elle allait faire mieux que je ne l'avais fait. Ensuite, peut-être qu'elle comprendrait. Merde à la fin ! En plus, Quentin avait dressé un mur de pierres pour nous empêcher de suivre Guenièvre Lakers. Bravo ! Il nous mettait des bâtons dans les roues par dessus le marché ! Bien, merde ! Qu'il aille au diable ! Non, mais ... il pensait vraiment que j'aurais grillé ses amies ? J'avais le don de voyance encore ... comme si je ne savais pas ce qui allait se produire et comme si, sciemment, j'aurais fait quelque chose de répréhensible ! Bien, merde. Voilà.

Brusquement, je tournai les talons. Je partais. C'était idiot, mais c'était comme ça. Jusqu'à mon dernier cri, je serai ce que je suis. Une vulgaire Griffondor sans cervelle, se lançant dans l'action sans réfléchir pour venir en aide à ceux qui visiblement ne le méritais aucunement. Tout en essuyant rageusement une larme qui coulait sur ma joue gauche, je pinçai les lèvres avec vigueur, faisant se lever un vent violent qui fit se soulever les quelques feuilles au sol. J'en avais assez. Assez de cette malédiction qui me pourrissait encore la vie. Et, alors que je faisait exactement ce qu'on m'avait reproché de ne pas faire -- demander de l'aide -- on me maudissait ! Et après, on allait me reprocher d'être individualiste et de ne pas combattre des démons seule ? Bha, merde ! Pourquoi pensiez-vous que je n'avais pas demander d'aider à personne ? Pas juste parce que j'étais une Griffondor croyant pouvoir tout faire seule, non. Non, parce que ceux pour qui je me battais étaient tous des ... des sans coeur. Voilà !

Blessée, insultée, profondément écoeurée, je me laissai choir sur le rocher que nous venions de quitter. Le vent, un peu plus fort maintenant, faisait se déferler les eaux du Lac Noir. J'avais besoin d'air. Jusqu'au bout de mes chaines, jusqu'au bout de ma vie. Le bout de ma vie. Peut-être était-ce justement ce qu'il fallait. Après tout, qui cela dérangerait, je vous le demande !?


Jusqu'au bout j'ai choisi le ciel de mes combats,
Et quel qu'en soit le prix,
Quittes à payer de ma vie,
Jusqu'au bout je serai moi.


Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Quentin Waldon
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 148
Age : 36
Age du perso : 13 ans
Fonction : 3e année à Poudlard
Date d'inscription : 30/07/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Déc - 23:23
Le jeune Quentin, était toujours en train de faire son Taï chi au bord du lac noir. Soudainement une puissance qui lui était très connu se dessina... oui c'était ... les mêmes ondes que lui même... Oui c'était clair que c'était lui... c'était très spécial. Puis soudainement plus rien... la puissance tranquile de Quentin avait disparu... Qu'est-ce qui c'était passé... Il avait arrêter son Kata.

Suite à cette évènement et vraiment pas très longtemps après, le vent se leva... Maryna devait être près ... quoique ce n'était pas du tout l'énergie de Maryna... c'était clairement un autre élémentair d'air qui était près et c'était clairement aussi que ce n'était pas une bonne journée pour la personne en question...

Le vent se leva encore plus fort... et Quentin décida d'aller voir ce qui se passait... oui habituellement Quentin aurait quitter l'endroit sans demander sont reste, mais là il fallait qu'il se prouve qu'il était capable de vaincre ses peur et ses craintes... Helga l'avait félicité pour cela...

Ainsi Quentin brava le vent et avança directement vers la forêt Interdit et se retrouva peu de temps après face à une femme qu'il ne reconnut pas (ben oui... Quentin n'a pas encore rencontrer Julianne la Grande il l'a peut-être vu dans les journaux... mais il ne la reconnaissait pas) Quentin lui parla d'une voix douce et très sympatique mais avec une bonne voix tout de même

-Je m'excuse madame, je ne veux pas vous déranger, mais est-ce qu'il y a quelque chose qui ne va pas... est-ce que je peux vous aider... vous savez ce n'est pas un endroit à fréquenter présentement ... nous sommes présentement dans un temps incertain... et puisque vous êtes élémentariste d'air... ça se sent à mille lieu à la ronde... vous devriez peut-être vous calmer.

Le naïf Quentin avança vers Julianne... Helga avait reconnu le demoiselle et elle ne voulait pas faire peur à son jeune protéger... elle était cependant prête à passer à l'attaque au moindre faux mouvement de la demoiselle... cependant... elle avait une certaine confiance... La femme devant elle était bien Julianne mais elle semblait plus âgé qu'elle devrait avoir... c'était quelque chose de spécial... comme si elle venait du futur...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Guenièvre Lakers
~+ SERDAIGLE +~
Nombre de messages : 553
Age : 22
Age du perso : 17 ans.
Fonction : Poudlard/7ème année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Date d'inscription : 08/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 4 Déc - 5:31
Soyons honnêtes : elle était morte de trouille. Le vrai courage ne pouvait venir que d'une vraie peur, et elle vous assurait que celle-ci n'avait rien de fausse. A une telle distance, elle n'aurait jamais pu distinguer la Julianne du futur à la Grande et d'ailleurs, comment aurait-elle pu imaginer que des visiteurs du futur squattaient actuellement les environs ? Sa vie était déjà assez folle comme ça pour qu'elle y rajoute des scénarios loufoques ! Bref, la jeune Serdaigle se croyait en face de la Grande, dans ce qui avait tout l'air du début d'une deuxième attaque. Ca n'était pas drôle, c'était même terrifiant. Gue savait qu'elle devait uniquement se concentrer sur les moyens de défense qu'elle avait à disposition, construire une stratégie pour repousser la panique et garder la tête froide. Elle était douée pour ça. Oui, elle avait peur, mais ne pas l'être aurait été la vraie folie, et elle était déterminée à s'en sortir. Elle respira donc profondément, se concentrant pour arrêter le léger tremblement de sa main, qu'elle arrêta grâce à un effort de volonté. Tout ça sans quitter la Grande et ses deux acolytes du regard.

Aussi fut-elle bien surprise quand du sol devant elle jaillirent soudain es roches immenses qui s'élevèrent à une vitesse vertigineuse, formant un mur entre elle et ses assaillants. Après un premier sursaut, elle jeta un regard à l'édifice brute devant elle et eut un sourire en coin mi-amer mi-soulagé. Quentin ! Qui d'autre aurait batit une forteresse de manière aussi brusque et soudaine ? La bonne nouvelle était qu'il était dans le coin, l'avait aidée à se protéger et à gagner un peu d'avance et qu'à trois, ils seraient plus fort. La mauvaise était que désormais, lui aussi serait identifiable et en grand danger. Bon, le fait que Mar et elle-même étaient amies avec Quentin et Don était un secret de polichinelle et elle ne doutait pas que rien qu'avec elles, les Deux Grands auraient identifié les garçons mais tout de même... La dernière fois, son ami avait été gravement blessé et même si elle était déterminée à ce que cela ne se reproduise pas, elle détestait l'idée de savoir son ami en danger avec elle.

Mmm. Profiter du peu d'avance qu'elle avait. Puisqu'on se fichait désormais des apparences, la jeune fille commença à balancer des sortilèges de protection autour d'elle comme s'il en pleuvait, depuis le basique Protego jusqu'à d'autres, beaucoup plus anciens, et qu'elle n'avait encore jamais essayé. Elle se fichait pas mal de savoir lesquels fonctionnaient exactement, du moment qu'elle avait un minimum d'armure, et ne s'arrêta pas pour voir lesquels avaient réussi. Tout ce qu'elle savait, c'est qu'il y avait désormais un faible brouillard autour d'elle, luisant faiblement comme de la soie au soleil. Bien. Et maintenant, Quentin ! Son esprit, si habitué à la "fréquence" de celui du garçon, le détecta proche, et avec une teinte particulière. Quentin était sous sa forme de blaireau ! Très bien, ça le protègerait un peu. Mais, il y avait autre chose d'étrange. Il n'était pas comme d'habitude... Différent mais elle n'aurait pas su expliquer comment. Le Quentin qu'elle connaissait mais pas tout à fait pareil et...


*Quentin ?! Quentin, qu'est-ce qui t'arrive ? Est-ce que tu vas bien ?*

Mais qu'est-ce qui se passait aujourd'hui ? Elle devait juste aller ramasser des plantes en bravant un peu un interdit du Directeur. Rien de très inhabituel. Où est-ce que tout cela avait déraillé ? Avoir la trouille face à la Grande était une chose, mais sentir Quentin tout bizarre comme cela était presque aussi angoissant. Et puis, avec ce stupide mur de pierre, elle ne pouvait même pas voir ce qu'ils faisaient de l'autre côté. Comment était-elle censée pouvoir être prête à leur attaque si elle ne voyait rien ? Raaaaah ! Bon, ça n'était peut-être pas le moment de s'irriter des idées de Quentin, toujours surprenantes, ou de laisser l'angoisse la gagner à l'idée de l'état de son ami pour qu'il soit aussi bizarre. Si elle ne revoyait pas la Grande dans une minute, elle enverrait un message massif au château. La défense de tout le monde se devait d'être sa priorité maintenant. Ne pouvant rester plus longtemps sans réagir, elle entreprit de longer la muraille édifiée par Quentin histoire de voir si elle dégageait un passage ou seulement un oeillet dans lequel elle pourrait voir ce qui se passait de l'autre côté.




Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julianne VanHolsen
~+ ADMINISTRATEUR +~
Nombre de messages : 2015
Age : 41
Localisation : Mascouche, Québec
Age du perso : 27 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Patronus : Serpent
Date d'inscription : 22/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 4 Déc - 12:49
Assise sur mon rocher, les yeux larmoyants perdus dans le vide, je ressemblait à s'y méprendre à une vulgaire enfant gâtée. Certains diraient en me voyant que mon attitude était non seulement pathétique mais indigne d'une Griffondor. Ceux là avaient raison. Entièrement raison. Cependant, même les plus courageux des Griffondor pouvaient craquer quand ils avaient porté un poids trop longtemps sur leurs épaules. Et c'était mon cas. J'avais trop porté. J'étais à bout de nerfs, tendue et aussi sensible que .. que quoi ... qu'un lion avec une épine dans le pied. J'avais tellement fait pour éviter la catastrophe, trop longtemps seule avec ce que je croyais être ma mission que j'en oubliais que je n'était pas seule dans ce bateau. D'autres avaient soufferts. Les réincarnations avaient soufferts, ayant perdu une partie de leur adolescence et, là, je leur demandait de reprendre le collier. Certes. Certes, mais c'étaient eux qui l'avait choisit ! Je les entendaient déjà me dire le contraire .. bien ils avaient choisis de se réincarner pour venir m'aider dans ma quête, non ? Pour venir m'aider à détruire la malédiction. Ils avaient choisi de le faire en toute connaissance de cause. Oui, leurs corps actuels subissaient les contrecoups mais j'étais bien placée pour savoir qu'un corps n'était qu'une enveloppe puérile. Mais alors, Julianne, tu crois que c'est parce qu'on choisi quelque chose qu'on l'accepte entièrement ? Non. Bien entendu. Ma conscience avait encore une fois raison. Ils n'avaient pas vraiment acceptés. Moi-même je n'acceptais pas ce qui pesait sur moi et ma famille ... Pouvais-je être un peu indulgente et moins soupe au lait ?

Ces élans de ma conscience m'arracha un faible sourire. Soupe au lait. Comme mon ancêtre Rowena Serdaigle. Lors de mon voyage au temps des fondateurs, alors que nous avions requis l'aide des fondateurs pour récupérer les précieuses stèles de Merlin, j'avais eu l'occasion de m'apercevoir que je n'avais pas uniquement hérité traits pour traits de l'apparence de mon illustre ancêtre, mais aussi de ce trait particulier de caractère. Aisément piquée au vif. Je sais, je sais. Je laissai passer un soupir entre mes lèvres, reprenant peu à peu mes esprits. Ma fille devait me prendre pour une urluberlue, ce qui était probablement le cas !


Jusqu'au bout j'ai choisi le ciel de mes combats,
Et quel qu'en soit le prix,
Je le jure sur ta vie,
Jusqu'au bout je serai là.

Je tournai mon visage enfin de regarder mon enfant. C'était pour elle que j'avais combattue. Pour elle. Je le jurais sur sa vie, jusqu'au bout je serai là. Il était temps de redevenir une Griffondor et de cesser l'abattement. Tant pis si je me retrouvais avec tout le monde à dos, tant pis si je me retrouvais seule. De toute manière, je l'avais toujours été. La malédiction était claire : il ne pouvait qu'y en avoir qu'une. Et maintenant, cette "une" était ma fille.

J'allais repousser un soupir, cette fois de résignation, quand une voix douce me fit tourner la tête. Je plongeai alors les yeux dans d'autres profondément doux et particulièrement sages. Quentin ! Quentin Waldon adolescent était debout près de moi et ... tentais de me réconforter ou je ne savais trop quoi. La situation aurait put me tirer un rire quelque peu ironique -- bon sang, pourquoi est-ce que le hasard faisait-il toujours bien les choses ? -- avant de sourire légèrement. Il n’avait pas l’air de me reconnaitre. Encore une fois, c’était assez drôle comme situation. En tout les cas, personnellement je trouvais cela fort amusant. Peut-être était-ce l’humour de mon père ? Quoiqu’il en soit, je reportai mon attention sur mon ainée à qui je dit simplement :

« Bon, je crois qu’il vaux mieux que tu ailles dans le château. Je t’attends dans la forêt. »

[i]Je voyais bien que Tamarah se mourait d’envie d’en faire plus. À elle d’aller chercher Donovan Lasher. Avec un sourire, je regardai le jeune Quentin et lui répondit:


« C’est vrai, je devrais être plus prudente. »

Je fit aussitôt cesser le vent et les feuilles retombèrent légèrement au sol. Ce n’était pas le moment d’ameuter tout le monde avec une tempête ou des bourrasques trop intenses. Puis, il commencait à faire froid. Posant les mains sur mes genoux, j’ajoutai :

« Je me sent simplement seule ... c’est ce qui arrive quand on porte un fardeau trop longtemps sans demander l’aide de quiconque. Mon père dirait que je suis une écervelée de Griffondor et il aurait parfaitement raison. »

Par chance, il n’était pas là pour m’entendre ! Si cela avait été le cas, j’en aurais eu pour des siècles à l’entendre me dire « tu vois, tu agis comme un veau sans tête » et d’autres petits commentaires du même genre. Non, il valait mieux qu’il soit loin de mes paroles en ce moment. Pour lui comme pour moi ! Pour moi, parce que je serais écoeurée de l’entendre me rabattre les oreilles et pour lui ... parce qu’il finirais sur un bucher de mes mains ! Rha, mais qui m’avait mit un père comme ça dans les pattes ?! Haha, moi aussi je pouvais être humoriste, monsieur Rogue ! Enfin.

La question qui se posait maintenant était : devais-je révéler au jeune Quentin qui j’étais? La réponse était simple : oui. De toute manière, j’étais ici pour ça. Et je savais qu’il n’allait pas me sauter dessus ... pourquoi était-ce si certaine ? Aucune idée. S’il me sautais dessus, bien ... j’allais réagir. Sans le blesser, bien entendu, mais je n’allais pas me laisser occir ! Je toussotai légèrement et lui dit :


« Je viens du futur, Quentin. Je suis Julianne, la vraie Julianne. Il est arrivé un petit pépin lors du rituel pour contrer la malédiction et je suis venue, avec quelques personnes dont ma fille Tamarah, pour venir vous aider à vous préparer. »

Bon résumé de la situation. Je n’avais nul besoin d’entrer dans les détails pour le moment. Pour ça, j’attendrais de les avoir tous sous les yeux. Je fit un signe de tête en direction du mur de rocs et ajoutai :

« Maryna m’a déjà reconnu et voulait m’amener dans la forêt interdite pour plus de discrétion. Pourrais-tu retirer le mur de rochers qu’on puisse aller la rejoindre ? Ho et Guenièvre s’y trouve aussi ... j’ai vu qu’elle voulait me faire flamber; ajoutai-je avec un rire quelque peu las; peut-être lui dire qu’il n’a pas de danger. Je ne tiens pas à aller sur le bucher tout de suite. »

Pas avant que tout soit terminé.



Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tamarah VanHolsen
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 68
Age du perso : 21 ans
Fonction : dernière année à L'institut d'enseignement
Patronus : Lion
Date d'inscription : 05/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 5 Déc - 8:51

RetoAlors, bottons des derrières en série
Ft. un peu tout le monde en fait Razz
Tamarah ne comprenait pas du tout pourquoi sa mère faisait marche arrière. Elle la fixa alors totalement troublée, alors que Guenièvre, la réincarnation de Gryffondor leur faisait face, et qu'un mur de pierre apparaissait entre elles trois. L'ancienne Rouge et Or détourna alors son regard de ce mur de pierre et emboita le pas de sa mère, sentant l'air qui commençait à s'agiter. Et pour tout vous dire, ce n'était pas de sa faute puisqu'elle était d'assez bonne humeur. C'était donc sa mère qui s'amusait à ce petit jeu.
Les deux femmes se retrouvèrent nez-à-nez avec le jeune Quentin, la réincarnation de Poufsouffle. Ce dernier prit la parole les informer de faire attention. Sarcastique, Tamarah allait répliquer quelque chose, mais sa mère la coupa pour l'envoyer... dans le château? De plus en plus heureuse, la plus jeune acquiesca donc d'un signe de tête et répondit :
-D'accord ! Je me dépêche, ne t'attire pas les foudres de Guenièvre, hein ?
Oui parce qu'accessoirement, Tamarah avait encore besoin d'une maman puisqu'elle ne voulait pas vraiment se retrouver à la tête d'une tribu de gosses tous plus fous les uns que les autres. Trêve d'ironie... Tamarah se mit donc à courir en direction du Château. Bon, elle aurait pû prendre sa forme de lionne mais ca passait peu inaperçu...
Elle arriva donc essouflée au château et s'arrêta à l'entrée, réflechissant. Où pouvait bien se trouver la réincarnation de Serpentard ? Plusieurs lieu lui vinrent à l'esprit : la Chambre des Secrets, la salle Commune de Poufsouffle ou bien alors la Salle sur Demande. Et connaissant très bien les idées noires de son ancêtre, la Chambre des Secrets pouvait très bien correspondre à son lieu de prédilection. C'est donc sans attendre que la miss se dirigea vers le deuxième étage, dans les toilettes de Mimi Geignarde.
© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maryna Parker
~+ SERPENTARD +~
Nombre de messages : 340
Age : 22
Localisation : Quelque part dans ce vaste monde...
Age du perso : 16 ans!
Fonction : 6ème année à Poudlard à Serpentard/réincarnation de Rowena Serdaigle
Date d'inscription : 11/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 7 Déc - 12:32
Olala, la les évènement se précipitaient un petit peu trop pour le corbeau. Il fallait qu'elle reprenne forme humaine et vite avant que tous les sorts qu'ils étaient en train de jeter n'attire l'attention de Rogue! Bon sang, il leur arrivait de réfléchir? Ce fut donc une Maryna furax qui se retrouva tout d'un coup devant Guenièvre.

"Stop! Guenièvre arrête! Elle n'est pas la démone (elle n'osait pas prononcer son nom, et s'ils avaient associer un sort à son nom hein?)! Elle est plus vieille, différente. Elle doit venir du futur. Tu sais, elle l'avait déjà fait et avait rencontré les fondateurs à leur époque. Alors maintenant arrête de jeter tes sorts, le Directeur à sûrement jeter des détecteurs de sorts, on va se faire pincer! Allez viens, j'ai pleins de questions à lui poser. Et puis il y a le Quentin du futur qui est là, il ne faut pas que Quentin de maintenant le rencontre. Et c'est lui a élevé le mur."

La jeune fille parlait à toute vitesse, sans reprendre son souffle, il fallait à tout prix qu'ils partent d'ici et vite. Une idée, une idée... Vite... La volière! Elle saisit la main de son amie et traversant le mur (beh oui, au point où ils en étaient, un peu plus un peu moins de magie... transformé en air, un mur n'est pas un obstacle) et la faisant traversé à sa suite et elles se retrouvèrent face à Julianne, sa fille, et Quentin jeune...

"Il ne faut pas rester là. Votre père, dit elle s'adressant à Julianne, à placé des détecteurs de sorts, il faut partir. Venez, allons à la volière, il n'y aura personne. Et vite avant qu'il n'arrive avec du monde. Je suppose que vous ne tenez pas tant que ça à être vu si? Du moins pour l'instant. En plus il ne sait pas qui nous sommes, il nous soupçonne d'être spéciaux mais pas dans le bon sens ajouta-t-elle avec une grimace."

Allez, qu'ils se dépêchent... On perdait du temps là! Rhaa! Ils pouvaient pas réfléchir un peu non?


    
Le pessimiste se plaint du vent, l'optimiste espère qu'il va changer, le réaliste ajuste ses voiles.
Crédit - Joy


Réincarnation de Rowena Serdaigle
Elémentaliste de l'air

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ludwig VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
Nombre de messages : 201
Age du perso : 32
Fonction : Prince des Vampires Camaristes de Londres et de Kinderdjik
Patronus : Crapeau (ouais, riez)
Date d'inscription : 31/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 14 Déc - 14:33
(Ajoutons un peu de piquant xd)

Cela faisait près de deux ans que sa femme était disparue, partant semer la terreur parmi la population. Près de deux ans qu'elle était aux prises avec cette malédiction dont Ludwig ne comprenait que trop l'ampleur. Ses filles étaient condamnées. À tout le moins, Tamarah l'était. Sauf s'ils parvenaient à trouver une solution, solution qui échappait encore à l'ancien Serdaigle malgré tous ses efforts pour en trouver une. Le prince des vampires Carmaristes savait très bien que cette solution se trouvais dans un monde sombre, un monde bien plus dangereux que celui des vampires. Il s'agissait d'une malédiction démoniaque née d'une magie ancienne puissante, une magie qui n'aurait jamais dut voir le jour. Pire que la magie noire, pire que tous les cauchemars réunis. De ce fait, Ludwig avait engagé les plus grands experts du monde vampire sur le domaine de la magie satanique ou nommez la comme vous le désirez. Nazélie Lestrange lui avait dit que cela n'avait rien à voir avec la magie satanique, mais il n'avait rien trouvé de mieux à se mettre sous la dent et la jeune femme ne lui avait offert comme réponse qu'un sourire dévoilant un mystère dont il n'avait pas accès. Qu'à cela ne tienne ... Lud n'allait pas demeurer ainsi à ne rien faire. Il devait réagir ! Près de deux ans à tenir son trône à bout de bras, à rassurer les Anciens et la population et ce afin d'éviter un renversement de son trône. Pour ce faire, il avait dut dévoiler la vérité sur la malédiction, question que tous comprennent que la princesse VanHolsen n'était pas celle qui semait le mal. Il fallait bien éviter que son épouse se retrouve sur la liste noire, non ?

Rageant de plus en plus devant son incapacité à venir en aide à Julianne, le vampire avait décidé de venir faire un tour à Poudlard. Il devait voir son beau-père. Il devait bien en savoir plus sur ce qu'ils devaient faire et l'homme allait le faire parler. Severus Rogue était un expert en magie noire, non ? Il allait cesser de garder silence sur ce qu'il savait. Il faisait partie de l'Ordre du Phénix; contrairement à Ludwig qui en avait déjà assez sur les épaules comme ça; alors il devait bien avoir des informations. Ludwig les voulait. Au pire, il n'allait pas pouvoir rien faire mais au moins il allait être mit aux faits. C'était sa femme, merde !

Bref, il avait transplané non loin et ses pas le menaient maintenant en direction du château. Pensif, il remarqua à peine la levée brusque du vent qui, de toute manière, ne lui inspirait aucun intérêt en ce moment. Ce n'était qu'une brusque bourrasque, sans plus. Pourquoi aurait-il porté attention à ce détail ? Le vent cessa de souffler aussi subitement qu'il s'était levé, comme seul le vent savait le faire, et le vampire continua sa marche solitaire. Le parc semblait désert. Rien d'étrange, son beau-père avait établi une sorte de "couvre-feu Hiltlerien" afin de s'assurer que les élèves étaient en sécurité. Bon, loin de lui l'idée de contester les idées de son beau-père sur son terrain -- d'ailleurs, Ludwig avait fait un peu la même chose à Westmacott -- mais il savait très bien que cela n'allait protéger personne. Et il parlait autant de Poudlard que de Westmacott, soit dit en passant. Enfin, ils devaient tenter d'établir un sentiment de sûreté et ...

Ludwig s'arrêta. Cette odeur. C'était celle de sa femme. Diffuse, certes ... comme si elle provenait de loin, mais c'était bien elle. Le vampire redressa la tête et regarda autour de lui, à l'affut. Si Julianne était ici, cela signifiait que le danger s'y trouvais aussi ... et que Dracul en soit témoin, Lud allait extirper le mal du coeur de sa femme et assez vite à part de ça ! Comment ? Il ne le savait pas, mais la démone n'allait certainement pas s'enfuir. Son regard vif parcourais les lieux -- pour le moment, il ne regardait pas en direction de la forêt interdite -- et il remarqua alors une jeune fille qui marchait en direction du château. Mince ! Elle était en danger !

Sans plus attendre, l'homme se dirigea en direction de Tamarah ... qu'il ne reconnaissait pas, bien entendu. Comment aurait-il put reconnaitre sa fille adoptive ? Elle n'avait que six ans après tout et la jeune fille qui se trouvais devant lui devait en avoir quoi ... vingt à la rigueur ? Probablement une toute jeune professeur ou une infirmière ... quelque chose du genre. Quoi, il aurait put reconnaitre Tam à son odeur comme il avait sentie celle de Julianne ? Ha, bon point ! Certes, l'odeur aurait put lui mettre la puce à l'oreille ... toutefois, il y avait un détail que vous ignoriez sur la perception des odeurs corporelles. Ce détail, le voici : l'odeur changeait lors de la puberté. Oui, il demeurait une once de l'odeur enfantine derrière celle que nous prenions une fois matures, mais le changement était quand même considérable et, aux premiers abords, il était plus difficile de reconnaitre une personne même si celle-ci était chérie. Ne reconnaissant pas Tamarah, donc, le sorcier arriva près d'elle et lui dit d'un ton calme mais urgent :


" Ne restez pas là ... rejoignez le château "

Cette jeune fille était de sang vampirique, il pouvait le sentir. Ludwig devait alors encore plus s'assurer de sa sécurité. Il regarda derrière eux, baguette en main, ne percevant toujours aucune trace de celle qui prétendait être sa femme ou de ses dévôts -- puisque des arbres lui cachait leur vue --. Il devrait certainement utiliser quelques disciplines pour les cerner ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tamarah VanHolsen
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 68
Age du perso : 21 ans
Fonction : dernière année à L'institut d'enseignement
Patronus : Lion
Date d'inscription : 05/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 15 Déc - 4:28
[HJ/ Oh ouiiiiiiii xD]


Alors, bottons des derrières en série
Ft. un peu tout le monde en fait Razz
Tout aurait très bien pû se passer et Tamarah aurait pû rapidement trouver son noble ancêtre. Du moins, sa réincarnation... Mais il avat fallu que le destin lui soit défavorable et qu'elle soit stoppée dans ses élans par... Son père adoptif. Ce dernier devait certainement avoir sentit l'odeur de Julianne et donc être à sa poursuite pour tenter de la remettre dans le droit chemin et de la déposéder. Sauf que la Julianne qui se trouvait dans les parages était loin d'être méchante. Mais si Tamarah le disait à son père, elle risquait aussi de changer son futur. C'était vraiment une histoire qui lui donnait mal de crâne. Elle se mit à penser qu'elle devait prévenir sa mère et elle tenta alors de lui envoyer mentalement :
"Gros problème en vue ! Papa est en face de moi et je suis certaine qu'il te cherche"
La jeune fille fit donc comme si de rien n'était et sourit au prince des Vampires, tout en répondant :
-C'est exactement ce que j'allais faire !
© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Guenièvre Lakers
~+ SERDAIGLE +~
Nombre de messages : 553
Age : 22
Age du perso : 17 ans.
Fonction : Poudlard/7ème année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Date d'inscription : 08/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 27 Déc - 11:22
Sur ses gardes, Guenièvre s' attendait à tout. Une attaque surprise, l'arrivée de Don ou du Deuxième Grand. Vu la configuration de la clairière, elle pouvait se faire encercler par des Dévots. Les gens du Château pouvaient débarquer. Mar ne lui répondait pas, ce qui signifiait tout aussi bien qu'elle pouvait être blessée ou simplement aussi concentrée qu'elle-même et Gue devrait être capable de décider entre les deux en un quart de seconde et d'adapter sa conduite aussitôt. Oui, Guenièvre s'attendait à tout, et elle ne cligna même pas de l'œil quand son amie reprit sa forme humaine. Ce à quoi elle ne s'attendait pas le moins du monde, en revanche, était la possibilité que Maryna soit en colère. Contre elle.

Lèvres pincées, ne détachant toujours pas son regard du mur de pierre élevé par Quentin, elle s'imprégna des paroles de son amie avec un mélange d'incompréhension et d'agacement. Par Merlin, qu'est-ce que la Julianne du futur foutait ici ? Et de quel droit Mar critiquait-elle ainsi sa conduite ? Faisant un large cercle de sa baguette qu'elle brisa d'un mouvement sec du poignet, la Serdaigle défit sa carapace de sortilèges sans s'embêter de formules. Puisqu'elle était toujours concentrée, elle ne voyait pas pourquoi les questions qui se pressaient désormais dans sa tête auraient dû ralentir sa promptitude d'action.


"Arrête de me parler sur ce ton ! Toi non plus, tu n'aurais jamais pu percer une situation aussi improbable si tu avais été à ma place alors ne me reproche pas d'avoir agi en adéquation avec les informations dont je disposais ! Excuse-moi de n'avoir pas été suicidaire et d'avoir préparé ma défense ! Tu crois franchement qu'au moindre doute, j'allais les laisser attaquer le château comme la dernière fois et ne revenir qu'à temps pour compter les morts ?!"

Maryna pouvait jouer en cet instant à Mme-je-sais-tout-je-vous-l-avais-bien-dit, mais n'importe qui se posant des questions avant de préparer sa défense face aux Deux Grands était idiot, et un idiot mort de surcroît. Mourir n'étant pas un luxe qu'elle pouvait se permettre, elle n'avait aucunement à se reprocher sa conduite. Puis quoi, elle venait d'être aussi sèche que son amie ? Elle, elle avait l'excuse d'avoir eu vraiment la trouille alors épargnez-lui les critiques, elle n'était pas d'humeur.

Mar l'emporta à travers la pierre, la transformant temporairement en air, comme lors de cette fameuse soirée dans la Tour d'Astronomie. C'était une sensation étrange, mais qu'elle ne prit pas le temps d'apprécier puisqu'en moins d'un instant, elle se retrouva face à Quentin et cette étrange version de Julianne, effectivement plus âgée. Elle la dévisagea un instant, baguette en l'air histoire de s'assurer qu'il n'y avait vraiment aucun danger puis abaissa cette dernière. Puisque la situation redevenait un tant soit peu calme, revenons aux affaires. Elle s'était préparée à une attaque des Deux Grands alors ce qu'elle s'apprêtait à faire était du pipi de chat en comparaison. D'un regard, elle embrassa la clairière (ou du moins la partie qui lui en était visible devant le mur de roche), et y fit apparaitre des petits feux follets verts.


"Ca devrait faire l'affaire comme diversion. Leur comburant est de l'énergie magique pure, pas de l'oxygène. J'ai inventé ça pour que la Grande ne puisse pas les éteindre directement avec son don d'Elementaliste, à défaut de pouvoir parer son don de souhait. Ca créera une perturbation suffisante dans le tissu magique pour brouiller nos sortilèges, puis ils ressemblent à des vrais et personne n'a encore expliqué précisément comment les feux follets apparaissent alors ça les dissuadera peut-être de fouiner trop fort."

Elle avait parlé à Mar mais maintenant qu'ils avaient adressé cette préoccupation première, elle se tourna vers Julianne VanHolsen.

"Quitte à faire un petit voyage temporel, prévenez la prochaine fois. Vous avez failli terminer en cochon grillé. Dépêchez-vous, plus vite nous serons à l’abri, plus vite vous nous donnerez les explications que vous nous devez."

Elle rabattit sa capuche de laine sur son visage et commença à se frayer un chemin dans les hautes herbes et direction du château sans plus se retourner. Quentin saurait parfaitement faire disparaitre les roches tout seul et comme Maryna venait de le signaler, il était inutile de s'éterniser sur place. Et puis, elle avait TRES hâte que Mme VanHolsen leur donne une explication. Qu'est-ce qu'elle foutait là, et avec sa fille en plus, quand elle risquait de créer une faille temporelle ou d'être abattue en étant confondue avec la Grande ? Et venir les chercher en plus, histoire de leur donner encore plus de raisons de se faire remarquer et de rentrer dans les bonnes grâces du Directeur Rogue ! Elle voulait quoi, rendre la situation encore plus compliquée ? C'était réussit !


*Don, retrouve-nous dans cinq minutes dans la Volière, et assure-toi que personne, surtout pas un prof, ne nous y dérange. C'est de la folie ici, apparemment, nous avons des invités du futur.*

Des invités mon œil. Des incrustes, oui !




Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julianne VanHolsen
~+ ADMINISTRATEUR +~
Nombre de messages : 2015
Age : 41
Localisation : Mascouche, Québec
Age du perso : 27 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Patronus : Serpent
Date d'inscription : 22/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 27 Déc - 13:25
J'étais toujours assise sur mon rocher, regardant le jeune Quentin avec un calme que je voulais rassurant. Je ne voulais surtout pas lui faire peur. Ce n’était pas le moment de créer une sorte de commotion. Il y avait déjà assez à faire ainsi. J’offrit par conséquent un sourire au jeune garçon avant de jeter un regard en direction de Tamarah, qui se dirigeait vers le château sans grands heurts. Parfait. Mon sourire se fit un peu plus maternel, puis je reportai mon attention sur la propriétaire de la voix féminine qui venait de s’adresser à moi. Parce que, oui, les deux filles se tenaient debouts sous mes yeux. Maryna Parker; digne réincarnation de mon aieulle Serdaigle; ainsi que Guenièvre Lakers; digne réincarnation du père de ma maison, Griffondor le prompt. D’ailleurs, Miss Lakers me regardait avec du feu dans les yeux, d’un air un tantinet sauvage de guerrier prêt à bondir. Sa baguette était, de ce fait, pointeée en direction de mon nez. Hum. Je ne fit que baisser les yeux pour regarder la baguette, demeurant sagement assise sans bouger. Du Griffondor tout craché. Un peu plus et elle allait m’arracher les yeux ! La dite baguette se baissa enfin et j’allais m’adresser à Maryna, question de lui dire que mon père allait certainement répliquer évidemment, mais que nous aurions amplement le temps de partir quand ...

L’odeur. Merde ! Je tournai brusquement la tête en direction de Tam, me levant debout de surcroit. Ludwig. Mais, que faisait-il ici ? Il n’avait pas pu s’empêcher de me suivre ?! Le temps que je réalise que l’odeur était un tantinet différente, je recevais un message mental de ma fille : c’était son père du passé. Un merde encore plus gros, alors ! Je pinçai les lèvres avant de reporter mon attention sur les adolescents à qui je dit :


« Il y a pire que mon père ... »

Voilà que Guenièvre venait de faire une diversion fort à propos, fait de feux follets et de flammes magiquement constituées. Ingénieux. Cela allait brouiller ma piste, même pour Ludwig, ainsi que les énergies magiques provenant des sorts lancés. Nous aurions par conséquent le temps d’aller se mettre à l’abri. Et, alors, je pourrai leur expliquer un peu la situation. J’allais complimenter Guenièvre pour sa diversion ... mais elle me lacha une réplique du genre « avertissez » et « vous auriez finie calcinée », d’un ton bourru de guerrier moyen-âgeux ou de jeune personne au caractère fort désagréable. Hey ho ! Elle avait 13 ans, la petite ... qu’elle s’adresse correctement à une adulte, réincarnation ou pas ! C’était moi où j’avais maille à partir avec Guenièvre, qu’elle soit adolescente ou jeune adulte ? Hum ? Comme si l’âme du fondateur de ma maison d’appartenance et mon âme était trop semblable ... Quoi ? On se ressemblait ? Mais non ! Qu’allez-vous chercher ? Puis, bon ... c’était un peu normal. N’était-je pas une Griffondor, même ancienne ? Je pinçai par conséquent les lèvres devant cette attitude « de leader despote » dans le genre « je suis le chef guerrier, donc ... suivez-moi ou taisez-vous » et « je vous aurais réduit en bouilli parce que j’suis un hot, moa ! » --- attitude que je pouvais prendre aussi en certaines occassions il va s’en dire, bref – mais ce fut ma partie de gênes de Serdaigle qui prirent le dessus quand je répliquai d’un ton quasi « maternelle intellectualisante » :

« Oui, je vous enverrai un hibou la prochaine fois »



Les aviser ! Et quoi encore ? Envoyer un télégramme chanté par dessus le marché ? J’adressai un sourire « Rowenien » à la réincarnation de Griffondor (j’étais le portrait jumeau de la fondatrice, après tout) avant d’ajouter simplement :

« Vous ne m’auriez pas grillé ... je vois encore ce qui doit être »

Malheureusement. Sans un mot de plus, j’enjoignit le pas aux réincarnations, qui se dirigeaient visiblement en direction de la volière. Un bon point de vue, effectivement. Nous pourrions voir ce qui se trâmais en bas à des lieux à la ronde. Si mon père du passé et sa horde de défenseur du château arrivaient – ce qui ne devrait pas tarder – nous aurions une position parfaite pour voir venir. Ces petits avaient de la jugeote. C’était bien. Ils en auraient besoin !


Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Guenièvre Lakers
~+ SERDAIGLE +~
Nombre de messages : 553
Age : 22
Age du perso : 17 ans.
Fonction : Poudlard/7ème année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Date d'inscription : 08/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 8 Jan - 12:18
Guenièvre avançait dans les hautes herbes à grand pas. Elle fulminait. Elle s'imaginait quoi, Mâdâme Julianne VanHolsen ? Que sous prétexte qu'elle avait le savoir du futur, était mère d'une tripotée de gosses, s'asseyait sur un trône de princesse et dirigeait Sainte-Mangouste, elle leur était supérieure ? Gue détestait qu'elle lui parle comme si elle était sa mère. D'abord parce que sa propre mère n'avait pas plus d'idée que cette incruste du futur sur ce qu'elle vivait et ressentait vraiment. Ensuite, parce qu'elle avait largement prouvé que d'une mère justement, elle n'en avait pas besoin dans ces circonstances. On ne pouvait pas à la fois exiger d'elle qu'elle se comporte en adulte avec des responsabilités à lui briser le dos, si c'était pour la niaiser et lui donner des instructions comme à une gamine de six de l'autre côté ! La réincarnation de Gryffondor avait tout à la fois envie de laisser éclater sa colère de la manière la plus puérile qui soit et prouver qu'elle était bien plus mature que VanHolsen le pensait, et comme d'habitude, finit par enfermer sa colère à l'intérieur d'elle-même. Merlin, le jour où les Deux Grands iraient se faire voir, elle s'offrirait la plus belle crise d'adolescente qui soit, crier à s'en casser la voix et claquer les portes à les faire sortir de leurs gonds ! Elle laissa des flammèches danser au bout de ses doigts et s'efforcer de respirer un grand coup avant de se retourner et de répondre à Mme VanHolsen d'une voix calme de laquelle elle s'était efforcée de chasser stress et animosité. Laisser ses doigts enflammés en revanche, était non négociable.

"Je ferais offense à votre intelligence en pensant que le seul moyen que vous auriez trouvé soit un hibou. Un simple usage de la legilimencie aurait suffit, j'aurais reconnu votre vraie voix. Lorsqu'on doit protéger tout un château de mages noirs meurtriers tout en jouant le rôle du gentil élève lambda, on a vraiment pas besoin de fausses alertes. Je ne sais pas comment est le futur, mais ici, nous vivons en état de siège permanent alors ne vous étonnez pas si votre arrivée nous rend légèrement tendus. J'essaie juste d'éviter des morts inutiles et je suppose que vous êtes là pour la même raison."

Et qu'elle arrête de sourire, Bachibouzouc ! Est-ce qu'elle avait dit quelque chose de drôle là ? Puis, elle ressemblait tellement à Row que ça rendait Go tout fou au fond d'elle. Il fallait soudain qu'il, et elle en subissait les conséquences, intègre la différence d'âge, de personnage, d'époque, de rapports. Imaginez, Julianne lui parlait comme une mère faisant la leçon à une petite fille désobéissante et sa précédente incarnation la voyait comme sa maîtresse. Hum. Elle, Guenièvre, se considérait simplement en égale. Certes, Julianne était adulte et venait du futur, ce qui lui donnait une meilleure connaissance de la situation. Mais elle avait aussi par le passé commis des erreurs suffisamment grosses pour qu'elle-même soit obligée de se réincarner. Bon, Gue aussi avait des supers pouvoirs et merde, son âme c'était celle du preux Godric Gryffondor, fier fondateur de Poudlard, école sans laquelle Julianne VanHolsen ne serait probablement jamais devenue ce qu'elle était aujourd'hui. Alors, elles n'étaient pas égales ? L'âge n'avait vraiment aucune importance.

Malheureusement, la phrase suivante de la princesse l'empêcha de reprendre son calme et son chemin. Saisie, elle empoigna sa baguette et la sortie prestement, pointée au sol, scrutant le visage de la femme en face d'elle sans pourtant y détecter une menace.


"Encore votre maudit don de voyance ? Mais... Bon vous nous expliquerez ça en haut. De toute manière, je n'y crois pas. Le futur, ça se change, et penser qu'on le connait d'avance ne fait que nous enfermer. On est dans le même bateau là dessus, vous avec votre malédiction, nous avec notre prophétie."

Elle avait parlé d'un ton sombre, et sur ce, se retourna et reprit son chemin plus rapidement. Arrivée à l'orée de la forêt, elle dégrafa sa cape de laine verte et la tendis à leur visiteuse du future. Comme à l'allée, elle fit apparaître ses fameux feux follets de l'autre côté du château, se forçant cette fois-ci à les faire bouger, s'enfonçant progressivement dans la lande. Il fallait que ça soit attractif.

"Cachez votre visage avec ça. Un sort de Désillusion ne serait pas de trop par-dessus, si on veut éviter de recommencer le même cirque une deuxième fois. Ou faites comme Maryna, utilisez votre don d'élémentaliste et rendez-vous transparente. Tout le monde n'a pas la chance de pouvoir se transformer en animal familier des campagnes britanniques, alors on se retrouve là-bas."

Sans sa cape, elle frissonnait et ne perdit donc pas de temps, lançant ses fidèles bottes lacées en avant, partant dans un sprint endiablé jusqu'au château. C'était bon de courir à nouveau et de se libérer quelque peu de la tension accumulée jusque là. Et dire qu'elle avait penser se détendre en partant à la cueillette d'aconites sauvages. Pffff. La prochaine fois, elle réfléchirait plus avant de signer pour se réincarner.




Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julianne VanHolsen
~+ ADMINISTRATEUR +~
Nombre de messages : 2015
Age : 41
Localisation : Mascouche, Québec
Age du perso : 27 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Patronus : Serpent
Date d'inscription : 22/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 8 Avr - 20:45
Je marchais la tête basse, tentant de ne pas trop regarder derrière mon dos. S'il fallait que Ludwig nous rattrape ! Que pourrais-je lui dire ? "Ho, je suis okay ! La malédiction est partie, youppi ! Ha et si j'ai l'air plus vieille, c'est la malédiction, han, la magie noire, tu comprends ?" Bha non, je ne pouvais pas lui dire ça ! De un, j'avais pensé "han", signe distinctif des Serdaigle; ou à tout le moins de Alexandre -- le frère de mon ancêtre -- et honnêtement je n'avais pas envie d'avoir l'air d'un âne. De deux, je veux bien croire là ... mais Julianne la Grande sévissait toujours, alors mon alibi pouvait bien se rhabiller ! Dire la vérité ? Cela comportait des risques. Il ne fallait tout de même pas impliquer trop de monde du "passé" dans cette histoire sous peine de conséquences graves et je le savais. Fermant mon esprit et regardant imperceptiblement derrière moi, j'envoyai un message mental à Tamarah :

* Fait ce que tu veux, mais il ne faut pas que ton père se doute de quelque chose ! Je ne sais pas moi ... fait semblant de perdre connaissance pour qu'il t'amènes à l'infirmerie et qu'il ne nous suit pas et rendu à l'infirmerie, sauves-toi ! Utilise une discipline contre Pomfresh s'il le faut!*

Merde ! Il fallait que mon époux se tienne loin. Qu'est-ce qu'il foutais ici, de toute manière ? Je reportai mon attention sur la réincarnation de Griffondor. La jeune fille était en train de me faire un "simili" compliment, tout en m'informant que j'aurais pu utiliser l'occlumencie. Certes. Mais non.

" Je n'aurais pas put vous contacter par Légilismencie. Vous êtes ici. Je veux dire, vos vous du futur sont ici. On ne peux faire un contact mental à la même personne qui se trouve à deux endroits différents ... bref, vous ne l'auriez pas reçu, car vos deux corps sont aptes à la légilismencie "

Complexe ? Pas tant que ça. Quand on envoie un message par légilismencie, on doit penser à la personne. Bha voilà. Penser à Guenièvre Lakers. À laquelle envoyer le message, hum ? Parce que les deux versions sont la même personne ! Là, vous allez me dire "oui, mais Julianne ! Tu viens de contacter ta fille, han, et elle est à deux endroits". Bha oui. Mais la Tamarah enfant ne contrôle pas sa faculté de légilismencie, ce qui vient assurer que le message se rende à la bonne personne. Fin de la leçon légilismencie 101.

Je m'arrêtai subitement. Pourquoi ? Parce que Guenièvre venait de s'arrêter, baguette vivement tendue au sol, accusant mon don de voyance d'un air vorace. Bien oui, mon don. Qu'est-ce qu'elle voulait que je lui dise ? Si nous avions réussi le rituel -- s'ils avaient réussi le rituel -- je ne l'aurais plus mon don de voyance ! Pas de ma faute, tout de même ! Je pinçai les lèvres, me retenant pour ne pas être moraliste ou quoique ce soit -- Guenièvre était une enfant, il ne fallait pas que je me fâche -- avant de faire un petit sourire en coin. Tiens. Le futur, ça se change. Un discours que je reconnaissait. Des paroles de Griffondor, paroles que j'avais déjà tenu moi-même.


" C'était ce que je pensais, Miss Lakers. Que le futur se change, que nous avons une prise sur lui. C'est pourquoi j'ai voyagé dans le temps pour aviser mes parents de la mort de ma mère, pour éviter cette mort, pour détruire la malédiction. Je croyais pouvoir changer les choses, changer l'avenir. Le mien, celui de ma famille. Voyez-vous, il ne peux qu'il y en avoir qu'une. Une descendante. Une seule. Les autres grossesses ne se rendent pas à terme ou les enfants meurent à la naissance. Bien voilà, j'ai avisé mes parents, l'hémorragie fatale à été évitée ... j'ai pleins de frères et de soeurs. Je croyais avoir changé le futur, brisé la malédiction. J'avais tort. Tort de vouloir vaincre quelque chose de plus grand que moi toute seule. Tort de penser que je pouvais changer le futur par ma volonté propre. Oui, nos choix règlent notre futur. Toutefois, ce qui dois se produire, de profond je veux dire, se produit "

Mais, mais ... je parlais comme le Professeur A. Lupin ! Encore une fois, les gènes Serdaigle. Cette idée m'arracha un sourire. J'allais probablement rendre Griffondor complètement dingue. En tout les cas ! J'ajoutai :

" Vous allez me demander pourquoi, alors, je suis ici, si ce qui dois se produire de profond se doit de l'être. Tout simplement parce que je suis une Griffondor, et que je ne peux admettre la défaite sans avoir tout tenté ... et encore. "

Je reçu presque la cape de Guenièvre en plein visage. Avant que je n'ai le temps de répliquer, elle s'était enfuie en courant. Bon. J'aurais put me déguiser en courant d'air, comme elle l'avais si bien dit ... ou utiliser une quelconque discipline vampirique. Mais, Griffondor dans l'âme, Guenièvre s'était sacrifiée au froid avant de foncer tête baissée. Je la regardai courir fixement, un sourire sur les lèvres. Elle me faisait penser à moi. Peut-être pour cela que j'avais tant de mal à "la sentir". Bref. Afin de ne pas qu'elle ai eu froid pour rien, je passai la cape sur mon visage avant de me remettre à marcher en direction de la volière. Il fallait se hâter.

(Ça fait du bien de rpiger ! ^^)


Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tamarah VanHolsen
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 68
Age du perso : 21 ans
Fonction : dernière année à L'institut d'enseignement
Patronus : Lion
Date d'inscription : 05/06/2012
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 12 Avr - 3:25

Alors, bottons des derrières en série
Ft. un peu tout le monde en fait Razz
Pourquoi fallait-il toujours qu'elle soit impliquée dans des affaires étranges? Pourquoi fallait-il aussi toujours qu'on lui mette des bâtons dans les roues quand elle devait faire quelque chose ? Et pourquoi, à son plus grand désarroi, avait-il fallu qu'elle soit séparé de Kévin, qui aurait pû contribuer à faire diversion pour sauver sa mère et permettre à Tamarah de pouvoir entrer dans le château sans avoir à réfléchir?
C'est donc après avoir prévenu sa mère que Tamarah se mit à fixer son père dans les yeux. Enfin, du moins son père du passé. Il semblait erreinté, comme si quelque chose d'horrible s'était produit. A cette époque, Tamarah devait n'avoir que 6 ou 7 ans et cela devait donc concorder avec le début de la disparition de sa mère du côté obscur de la force et donc son emprissonement à elle.
C'est la voix de sa mère qui la sortit de ses pensées. Elle lui disait, par légilimancie, de simuler un évanouissement et de s'évader de l'infirmerie ensuite. La jeune femme leva imperceptiblement les yeux au ciel. Elle espérait vraiment que Ludwig allait tomber dans son jeu sinon dieu seul savait ce qu'il allait advenir de leur futur.
L'ancienne Gryffondor fit donc quelques pas hésitants vers l'entrée du château. Puis soudainement, elle murmura, sachant très bien que Ludwig pouvait l'entendre :
-J'me sens pas très bien...
Et elle fit mine de s'écrouler sur le sol de marbre du hall d'entrée, juste devant son père. Maintenant, il ne restait plus qu'à ce qu'il tombe dans le panneau et qu'il l'emmène à l'infirmerie...
© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Donovan Lasher
~+ POUFSOUFFLE +~
Nombre de messages : 158
Age : 36
Age du perso : 14 ans
Fonction : Quatrième année à Poudlard
Réincarnation de Salazar Serpentard
Date d'inscription : 14/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 17 Avr - 9:20
*Don, retrouve-nous dans cinq minutes dans la Volière, et assure-toi que personne, surtout pas un prof, ne nous y dérange. C'est de la folie ici, apparemment, nous avons des invités du futur.*

Donovan sursauta. Les culottes aux chevilles, il faillit se frapper la tête contre un des tuyaux qui recouvraient le mur derrière lui. Légèrement perdu dans ses pensées quelques secondes auparavant, il ne savait plus si la voix de Guenièvre était retenti de l'intérieur ou de l'extérieur à lui. Fixant la porte qui se situait à quelques centimètres de son nez, il hésita avant de répondre :

" Heu ... Gue ? "

Pas de réponse. Que le clapotement de l'eau qui tombait dans un des lavabos. Oui, parce que Donovan était aux toilettes. Pour ça qu'il avait les culottes aux chevilles ! Qu'est-ce que vous aviez cru ? Hum ? Voyons, voyons ! Comme aucune réponse ne venait, le Poufsouffle comprit en soupirant que son amie lui avait parlé par occlumencie. Pas mal moins gênant ! Oui, parce qu'il était quand mêne dans une position assez peu présentable. Personne ne voulait se faire surprendre la crotte aux fesses ! Bon, alors il pouvait se ressaisir et enregistrer le message reçu. Qu'avait dit Guenièvre ? Se retrouver à la volière parce que ...

Les yeux de Do formèrent de gros ronds et il lança échapper un son grotesque; un genre de glapissement. Heureusement que personne ne se trouvais aux toilettes -- à sa connaissance -- et qu'aucune interprétation ne pouvait être faite de ce son. On aurait put penser qu'il était constipé ! La réincarnation de Serpentard se passa la main droite sur le visage. Des invités du futur. C'était quoi le bordel ? Elle avait mangé des champignons venimeux ? Mais, en même temps, Guenièvre ne pouvait pas faire des blagues sur ce sujet épineux; puis le ton de sa voix était trop inquiet, trop "pertubé et énervé" pour que ce soit des âneries.


* Bha, j'suis occupé là ... genre, je peux pas marcher. Ça prendra peut-être plus que cinq minutes *

Il ne pouvait pas être plus explicite ! Guenièvre allait peut-être se fâcher, mais bon ! Il ne pouvait quand même pas lui dire "suis en train de pousser ma crotte, je m'essuie et j'arrive !". Quand même ! Un gars avait sa dignité ! Un gars ? Quentin ! Bon, c'était la réincarnation d'Helga, mais ... Salazar lui hurlait de ne pas faire ça, mais ... genre !

* Quentin, j'suis aux toilettes là ! Dit à Gue que j'arrive et de pas s'énerver ... veux pas qu'elle sâche que je suis en train de tu sais ... c'est gênant, quoi ! *

À l'intérieur de lui, Serpentard venait de se frapper la tête contre le mur -- si les murs pouvaient exister en nous -- mais il s'en foutais pas mal. Il devait terminer ce qu'il était en train de commencer, sinon il en aurait pour des heures à avoir des coliques. Il avait les intestins fragiles, pas de sa faute !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ludwig VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
Nombre de messages : 201
Age du perso : 32
Fonction : Prince des Vampires Camaristes de Londres et de Kinderdjik
Patronus : Crapeau (ouais, riez)
Date d'inscription : 31/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 17 Avr - 11:42
Le vampire était rassuré de savoir que la jeune fille obtempérait à sa recommandation; pour ne pas dire son ordre. De nos jours, les jeunes étaient si enclins à ne pas écouter les adultes ! L'étudiante devait être habituée à écouter ses professeurs, une bonne élève modèle qui ne faisait pas trop de remous. Probablement une Poufsouffle. Oui, la docilité ne mentais pas !

Ludwig observait les bois, certain d'y percevoir l'odeur de sa femme. Il ne pouvait quand même pas se tromper. Celle qui avait prit possession de la chérie de son coeur était ici. Et il allait lui faire payer son crime, la forcer à lui rendre ce qui était le plus cher à ses yeux. Quitte à la secouer et à torturer le magnifique corps de sa dulcinée. Tant pis pour les cicatrices éventuelles, il voulait Julianne ! On lui avait retiré son épouse, sa princesse et ça ... excusez-le pardon mais il ne pouvait pas le tolérer. Julianne était en danger, aux prises avec une espèce de malédiction et il allait tout faire pour la tirer de là. Ensuite, il enverrait son meilleur avocat royal pour la défendre et lui éviter Azkaban, quitte à faire miroiter la menace d'une razzia Carmaliste sur le monde sorcier. Ce serait du jamais vu, bien entendu, mais personne n'allait lui enlever sa femme ! Personne ! Julianne était possédée, elle était innocente et Lud allait tout mettre en oeuvre pour que le monde entier le croit autant que lui-même.

L'homme allait faire un pas en direction de la forêt interdite quand d'étranges lumières firent leur apparition. Des feux follets ? Ces "apparitions" firent immédiatement stopper le vampire. Prudent et analytique, il voulait savoir à quoi il avait affaire avant de se lancer. Ces lumières étaient peut-être dangereuses. Il devait s'en assurer avant de pister l'odeur. D'ailleurs, elle était presque imperceptible depuis l'apparition des lueurs. Étrange. Servaient-elles à brouiller les pistes ? Probablement. Une ruse, alors. Évidemment. Celle qui avait prit l'âme de sa belle l'avait certainement sentie aussi. Bon. Voyons voir ... utilisons une discipline vampirique et ...

La jeune fille derrière lui parla d'une voix faible, affirmant qu'elle ne se sentais pas très bien. Le sorcier se retourna immédiatement, juste à temps pour rattraper la demoiselle qui allait s'étaler sur le sol. Elle venait de s'évanouir. Allez savoir pourquoi, mais ce fait l'inquiéta beaucoup. Oui, il était inquiet et s'il ne se retenais pas, il tranplanerais immédiatement à Sainte-Mangouste en quatrième vitesse. Il se sentais concerné ... mais pourquoi ? Pourquoi diable est-ce qu'il paniquais intérieurement comme ça ? Probablement le stress. Pour le moment, ce n'était pas le moment de se poser des questions. Il ne pouvait pas laisser la jeune fille là, par terre, fragile et offrant une cible parfaite pour les dévots.

Le prince des vampires carmalistes de Londres et de Kinderdjik souleva Tamarah et la prit dans ses bras, Il n'avait pas la choix; il devait l'amener à l'infirmerie. Et, entre-temps, les dévots avaient amplement le temps de se rapprocher. La démone était toute près, il l'avais sentie ! Le temps était par conséquent compté. Marchant rapidement vers le château, le sorcier envoya un message à son beau-père :


* Monsieur Rogue, j'ai sentie l'odeur de Julianne près de la forêt interdite. Elle est ici. Mettez les élèves en sécurité et rappliquez ! J'amène une jeune personne à l'infirmerie et je vous rejoint ... *

Au moins, quelqu'un de l'interne était avisé. Monsieur Rogue allait pouvoir procéder à la sécurité du château et envoyer des gens contrôler l'attaque. Cet Ordre du Phénix, par exemple. Ils pouvaient bien faire quelque chose ? Se montrer, se bouger les fesses, qu'est-ce qu'il en savait ? Merde ! Qu'on lui ramène sa femme !

Ludwig entra dans le château, se dirigeant immédiatement en direction de l'infirmerie, apostrophant quelques étudiants pour leur ordonner d'aller dans leur salle commune. Non mais, c'était lui où Poudlard était surpeuplé ? Rhhaaaaa !


" Húna arauco, ni men-tye nancar* "  

*Maudite démone, je vais te détruire
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Quentin Waldon
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 148
Age : 36
Age du perso : 13 ans
Fonction : 3e année à Poudlard
Date d'inscription : 30/07/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 18 Avr - 10:38
Vous savez et vous commencez à connaître un peu Quentin, il n'est certainement pas le leader du petit groupe et encore moins le plus brave.... Donc quand Julianne lui avait annoncé qui elle était.... ou plutôt ce qu'elle prétendait être... Quentin comprit tout de suite la supercherie... il avait comprit ce que Julianne la Grande essayait de faire. Et quand elle envoya sa disciple au château il comprit encore plus, c’était claire comme de l’eau de roche.

Julianne la Grande avait découvert qu’il fallait absolument les quatre pour la démolir et si elle réussissait à les réunir à un même endroit avant que les quatre soit prêt, elle allait pouvoir les détruire. Et quoi de mieux que de se faire passer pour des gens du futur pour les amadouer pour les leurrer… Surtout qu’on s’entends-tu que plus grands-choses pouvaient les surprendre… après tout peu de monde pouvait se vanter d’être les réincarnations des fondateurs et peu de monde pouvait dire qu’ils avaient tombé inconscient de la tour d’astronomie et être encore vivant. Il était clair dans la tête de Quentin qu’il n’allait pas la suivre… qu’il allait essayer de s’éclipser dès qu’elle aurait le dos tournée.

C’est à ce moment que les filles décidèrent d’arriver. Maryna et Guenièvre étaient toutes les deux sur les nerfs… Maryna voulait qu’on aille à la volière…. Bien sûr!!!!!!!! Aidons la par-dessus le marché en plus… confinons-nous dans un endroit clos afin qu’elle nous tu plus rapidement… c’est ce que Quentin avait pensé. Guenièvre elle… à son habitude elle était entrain de petter sa cocher, elle était entrain de littéralement exploser… cependant les deux filles semblait croire la dame… Puis les filles lui donna sur un plateau d’argent la façon de faire pour qu’il puisse s’éclipser en douce… il devait se débarrasser d’un mur de pierre… qu’il n’avait jamais remarqué… mais il devait s’en débarrasser… soit.

-C’est parfait les filles je vous rejoins à la volière je détruis ce mur et je vous rattrape.

Les filles se dépêchèrent pour se mettre en marche puisque Julianne leur avait dit de se s’activer. Qu’il y avait pire que son père….ROGUE. Quelle bonne idée se dit Quentin … il fallait qu’il aille avertir le Professeur Rogue que Julianne a prit en otage Maryna et Guenièvre…

À ce moment Helga aurait put dire à peu près n’importe quoi que Quentin ne l’aurait pas écouté non il fallait qu’il sauve ses amies.

Les filles avaient commencé à marcher. Quentin regarda le mur, leva les épaules… pourquoi j’enlèverais ce mur? Non je le trouve bien ce mur et il semble être super bien construit en plus… pourquoi je démolirais quelque chose de bien fait… Il fallait qu’il se dépêche. Il prit donc un autre chemin et se transforma en belette pour aller plus vite… Il sortit de la forêt interdite et se dirigea à toute vitesse vers le château… quoi une belette qui se promène dans le parc, c’est normal.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli
» liste partielle du futur gouvernement
» Profil d'un futur Premier ministre
» Le futur prochain codex orks
» Prospects [Futur Stars]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~+ Poudlard : La Magie s'ouvre à vous +~ :: Entre les murs :: L'Extérieur du Château :: La Forêt Interdite-
Sauter vers: