:: Entre les murs :: L'Extérieur du Château :: La Volière Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Réunion au sommet [Tous ceux concernés par l'arrivée des gens du futur - SCENARIO]

avatar
Guenièvre Lakers
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 580
Age : 22
Age du perso : 18 ans.
Fonction : Institut de formation des Aurors - 1ère année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Membre de l'Ordre du Phénix.
Patronus : Lion
Date d'inscription : 08/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 1 Mai - 10:44
[Suite de ce sujet : Allons botter des derrières en série]

10 septembre 2002



Sans prendre le temps de s'arrêter, Guenièvre avait couru du parc jusqu'à une petite porte relativement ignorée menant aux cuisines, la grande prote étant fermée et peu discrète. Elle s'était fait violence pour ne pas courir à l'intérieur du château, ce qui aurait paru suspect, et avait gravi les étages, s'arrêtant au troisième où elle avait croisé Peeves. Il avait suffit de le taquiner avec quelques flammèches pour que sa tranquille séance "peinture de grossièretés" sur les murs du couloir se transforme en rage destructrice. Satisfaite par le spectacle des chandeliers volant à travers les carreaux, elle s'était enfuie de la scène de carnage avec un air innocent sur le visage, regagnant son ascension jusqu'à la Volière. Elle voulait être sûre qu'ils seraient tranquilles et que le chaos extérieur ne viendrait pas s'ajouter à la tempête qui avait pris possession de son esprit.

Julianne VanHolsen venait de dire qu'elle ne pouvait pas communiquer avec elle par légilimencie parce son double du futur était ici. Sa première réaction avait été de répondre qu'il y avait malgré tout d'autres moyens que de simplement apparaître sans prévenir, puis elle avait pris conscience du sens réel des paroles de la sorcière. Une version adulte d'elle-même se baladait actuellement dans le château. L'idée lui faisait tourner la tête et lui donnait légèrement la nausée. Arrivée à la Volière, elle se laissa tomber sur les marches de la grande fenêtre attendant les autres. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien faire ici ? Quentin, Mar et Don étaient probablement aussi là du coup. Pourquoi ? C'était dangereux et fou. Elle se doutait que c'était relié d'une manière ou d'une autre à la prophétie mais que comprendre de plus ?

Le peu de contrôle qu'elle avait sur la situation lui échappait. Même sa colère lui échappait, remplacée par un sentiment de vertige plus effrayant qu'irritant. Elle partageait sa vie avec sa propre incarnation passée, et maintenant, elle allait devoir gérer son futur ? A quoi ressemblait-elle seulement ? Quel âge avait ce double du futur ? Avait-elle passé ses ASPICs ? Lesquels ? Avait-elle un métier ? Un mari, des enfants, une maison, un chien, une assurance-vie ? S'imaginer adulte prenait soudain une dimension nouvelle et dérangeante. Elle n'aimait pas être enfermée dans la prophétie, savoir ce qu'elle allait devoir accomplir, et voilà qu'on allait la forcer à voir ce que serait son futur ? Est-ce qu'elle pourrait le changer si ce qu'elle voyait ne lui plaisait pas ? Et comment être sûre que si elle aimait ce qu'elle découvrait, le connaître à l'avance n'allait pas tout détruire ? Julianne venait de lui dire que les choses profondes du futur étaient immuables mais qu'on avait contrôle sur plus ou moins de détails.

Elle disait qu'elle était ici malgré cette tendance, qu'en bonne Gryffondor elle tentait l'impossible. Mais elle avait tord, c'était obligé. Si venir à bout des Deux Grands et de leur malédiction était impossible, ils n'auraient pas pris la peine de se réincarner. Il y avait au moins une chose dont elle était sûre, c'est qu'ils allaient réussir. Elle ne savait pas à quel prix, mais elle était plus que jamais déterminée à ne pas échouer. Sans but, elle se laisserait emportée par le chaos et ça, ça n'allait pas arriver. Elle pouvait sentir au fond d'elle l'approbation discrète mais réconfortante de Godric, sa curiosité face à cette visite futuriste et son envie à lui aussi de recevoir rapidement des explications sans perdre de temps en chichis. Que les autres arrivent, qu'elle puisse commencer à comprendre ! Si la Dame Grise devait également passer, elle se sentirait peut-être plus à l'aise avec l'idée que son double était ici, puisqu'elle l'avait déjà aidée à apprivoiser Godric, mais ce qu'elle voulait le plus, c'était que les autres arrivent. Don serait peut-être aussi perdu qu'elle (et le montrerait même plus, avec un peu de chance). Ca serait toujours plus agréable que l'attitude "la ferme, tu piges rien et gâches tout" que Maryna venait de lui donner. Tout le monde n'avait pas la prescience de Mââdâme Serdaigle et c'était inutile de l'enfoncée dans des situations pareilles ! Elle soupira et se tourna malgré tout vers le parc en dessous d'elle, d'où allait probablement surgir son amie sous forme animale.




Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julianne VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
Nombre de messages : 2094
Age : 41
Age du perso : 28 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Guérisseur itinérante
Patronus : Serpent
Date d'inscription : 22/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 1 Mai - 12:32
J'aurais put me transformer en coup de vent et, ainsi, me fondre et me rendre plus rapidement à la volière. Néanmoins, je n'en avais guère envie. Pourquoi ? Parce que me presser m'avait déjà causé assez d'ennuis comme ça. Comme disait si bien mon père, c'était en me lançant tête baisée sans réfléchir comme une écervelée, que je m'étais encore plus mise dans le purin de dragon. Me précipiter à la volière ne changerait par conséquent strictement rien à la situation qui était la nôtre. Appelez ça la maturité de l'âge (non. je ne suis pas encore vieille !), mais c'était ainsi. Je marchais. Simplement. Camouflée sous la cape de Miss Lakers avec encore un certain amusement devant l'attitude de la jeune adolescente. Peut-être pourrais-je calmer si je me disais qu'elle était comme moi à son âge ? Peut-être. Sauf si je me tapais sur les nerfs moi-même !

Bref, je marchais sans trop penser à quoique ce soit quand je me rendit compte que Quentin Waldon était disparu. Bien, disparu. Il ne se trouvais plus nulle part. Je regardai autour de moi en plissant les yeux avant de soupirer profondément. Bon. La réincarnation de Poufsouffle s'était enfuie, poussée probablement par le sacro courage des Griffondor qui l'avait certainement porté à ne pas me croire avant d'aller alerter la guérilla. Oui, c'était même certain. Poufsouffle se transformait en lion ! On aura tout vu. Pauvre Papa, si tous les Poufsouffle se rebellaient comme ça, il en aurait plein les bras ! Au moins, cette éventualité me fit sourire avant que je ne reporte mon attention devant moi. À quoi bon retourner en arrière ? Quentin viendrais nous rejoindre. Il prenait confiance. Je le savais. Pas la peine de me faire du sang de Troll pour ce détail. Bon, on aurait de l'action à cause de sa fuite, mais ... et alors ? La vie sans action ne valait pas grand chose.

Je poursuivit mon chemin, replaçant la capuche de ma cape sur mon visage. Parvenue au pied de la tour de la volière, je relevai le visage, plissant les yeux devant les rayons du soleil. C'était somme toute frais, ici. Comparé au futur. Là-bas, on mourrait de chaleur ... et de d'autres choses, Rabaissant la tête vers les escaliers de pierre, j'entrepris la montée. Il y avait beaucoup trop de marches. Pourquoi placer la volière si haut, alors que les hiboux pouvaient faire des plongés et se poser pas mal plus bas ? Hum ? Quand j'étais adolescente, je ne réchignais pas ... ces marches étaient aisément grimpables. Mais là ... heu, c'est parce qu'il y avait plus de marches qu'à mon époque ! Oui, je vous donne ma parole là-dessus ! Sinon, je n'aurais pas tant de mal et ne serais pas si à bout de souffle que ça. Et je vous interdit de prétendre que je suis vieille ! Je vous l'ai dit plus tôt ... je ne le suis pas ! Que 38 ans, tout de même ! Chut, me crie ma conscience ! Pour ne pas dire "ta gueule". Soite. Ce n'est pas parce que j'ai dut m'arrêter trois fois, que je prends de l'âge. Bon.

J'entrais dans l'immensité du haut de la volière où se trouvais déjà Guenièvre Lakers. Normal. Elle courrais vite, poussée par le lion en elle. Elle était seule. Bon. Ce n'était pas cela qui me dérangeais. Je retirai sa cape et je la lui tendit en lui disant :


" Tenez, merci "

Quoi dire de plus ? Je portais mon attention sur le parc sous nos pieds, le vent balayant mes cheveux. Je pouvais presque sentir l'énervement de la Serdaigle et je comprenais parfaitement. Une réaction typique de ma maison, en somme. D'un ton presque las, j'ajoutai :

" Monsieur Waldon n'est plus en vu. Il croit à une ruse et est partie préparer le château à, disons ... mon attaque. Réaction toute Griffondesque. C'est rassurant. Vous aurez besoin des qualités que le Choixpeau voulait vous octroyer "

Je haussai les épaules, comme si le fait que Quentin soit partie sonner l'alarme ne me dérangeais pas outre mesure. Pourquoi est-ce que cela me dérangeait ? Je pouvais aisément me camoufler dans l'air. Personne ne me verrais. Puis, j'avais l'avantage de savoir. Oui, le don de voyance Koric allait me manquer. C'était une partie de mon identité, une partie de ce que j'étais depuis ma naissance ... le perdre serait ardu. Comme si on m'enlevais un oeil. Mais, il le fallait. Ce don était maléfique. Il l'avait toujours été.

" Ne vous inquiétez pas, nous aurons le temps de parler "

Je me retournai et, me soulevant un peu, je m'assied sur le rebords de la fenêtre, dos au vide. Ainsi assise, j'étais vulnérable. Guenièvre pouvait me pousser à sa guise. Est-ce que cela m'énervais ? Non. J'étais élémentaliste de l'air ... je pourrais agir dessus pour me laisser calmement flotter jusqu'en bas. Ça avait ses avantages. Puis, j'avais confiance en Guenièvre. Pourquoi ? Parce qu'elle ne m'avait pas éliminée d'un coup de baguette. Elle aurait put le faire.

" Je sais que ce n'est pas facile ... et je suis désolée. J'aurais dut y parvenir seule. J'ai échouée. À cause de moi, vous avez dut vous réincarner et venir à la rescousse de votre pauvre petite élève lamentable. Pour vous, Guenièvre, je suis désolée que vous soyez aux prises avec une histoire qui ne vous concerne pas directement et pour tout ce qui implique ... l'adolescence perdue dans des responsabilités trop grandes et tout le reste. Je sais ce que c'est, croyez-moi "

Pourquoi est-ce que je lui disais ça ? Parce qu'il fallait qu'elle comprenne. Ce qu'elle voulais, mais il fallait qu'elle comprenne. Qu'elle élimine la rancune qu'elle avait au coeur, parce que oui, elle en avait. Et c'était normal.

" Je vous dit ça, parce que la vous du futur me déteste. Elle ... vous me tenez rigueur de toutes les conséquences liées à la malédiction, pour le fait d'être encore ici, de recommencer, de ne pouvoir passer à autre chose. Et je vous comprend. Vous avez le droit de le faire, mais nous devons travailler ensemble et si vous; que ce soit votre vous adolescente ou votre vous adulte; devez m'en vouloir même pour le soleil qui ne brille pas, bien ... on n'arrivera à rien. Et, parce que j'ai toujours voulu dire à Griffondor que je suis désolée de ne pas avoir été digne de sa maison. "

Bon, c'était dit. Je pouvais passer à autre chose.


Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Guenièvre Lakers
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 580
Age : 22
Age du perso : 18 ans.
Fonction : Institut de formation des Aurors - 1ère année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Membre de l'Ordre du Phénix.
Patronus : Lion
Date d'inscription : 08/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 2 Mai - 17:43
Julianne VanHolsen venait d'entrer, le bruit de ses pas interrompant les réflexions de Guenièvre. La main posée sur sa baguette, elle avait vérifié avec vivacité qu'il s'agissait bien de l'un de ses "invités" et non d'un éventuel empêcheur de tourner en rond, puis s'était détendue. Bon. On allait peut-être enfin parler des choses sérieuses au lieu de perdre un temps fou à semer la moitié du château. Retenant son bouillonnement intérieur, elle attrapa sa cape tendue et en lissa le tissu de la main. Le contact familier de la laine, rendue légèrement rugueuse à force d'usage, était aussi agréable pour elle que pour Godric. Le temps que Julianne s'assoive à côté d'elle, elle-même se releva donc pour mieux renfiler son vêtement. La fenêtre géante de la volière, ouverte en permanence pour permettre le va et vient des hiboux, laissait passer la brise un peu fraîche des fin d'après-midi de septembre.

Comment ça, Quentin les croyait en danger et agissait tout seul ? Mais... !  Et comment pouvait-on le dire aussi calmement ? Forcément, quand on venait du futur, c'était facile de créer du bordel. C'était pas elle qui devrait en payer le prix ! Gue eut comme première réaction de ré-enlever sa cape avec impatience. Ca montrerait trop facilement qu'elle était allée à l'extérieur, ou en avait eu l'intention. Elle la plia avec soin et la glissa derrière un pilier avant d'attirer un hibou de l'école sur son poing et de lui caresser lentement le plumage. Voilà, elle avait l'air plus à sa place maintenant. Avec un peu de chance, le chambard crée par Peeves allait ralentir la nouvelle d'une attaque. Elle se donnait cinq minutes avant de réagir et ensuite, Julianne calme ou pas, il serait temps de réparer les dégâts. Elle ne voyaient pas comment ils étaient censés sauver le monde s'ils passaient le reste de leur scolarité en retenue !

Gue retint également un commentaire désagréable. De quel droit Julianne se permettait-elle de lui donner des leçons sur les qualités dont elle allait avoir besoin ? Si parce qu'elle venait du futur, elle se  croyait permise de faire des remarques sibyllines sur ce qui l'attendait et ce qu'elle devrait faire, elle se fourrait le doigt dans l'oeil jusqu'au coude. Râler n'aurait pas fait avancer les choses pour l'instant et elle décida de prendre sur elle. La stratégie de la cocotte minute n'était peut-être pas la meilleure mais elle aurait le temps de réfléchir avant d'ouvrir la bouche et comme ça, si elle s'énervait, elle n'aurait pas de raison de se sentir coupable à ce sujet. Oui, que l'ex-Grande en parle ou pas, elle était une Serdaigle avec un minimum de jugeote !


"J'espère bien que nous aurons le temps de parler ! Vous débarquez dans notre école sans prévenir et vous venez de dire que des versions futures de nous-même vous ont accompagnées. Cela mérite des explications. Vous savez, je préfèrerais qu'on manifeste moins de respect à l'égard de ma précédente incarnation et qu'on soit un peu plus franc avec moi. Tout votre respect, à vous et aux professeurs Barrière et Warzul, ça ne vous a pas empêché de nous traiter comme de vulgaires pions tous juste bons à obéir et se sacrifier sans piper mot."

Elle s'était surprise à parler d'un ton calme et grave, sans nulle trace de la colère intérieure qui l'agitait quelques instants plus tôt. Légendaire revirement d'humeur à la Gryffondor ou effet dégrisant du sujet sérieux qu'elle venait d'évoquer ? Sa colère s'était muée en indignation, charbons ardents  plus discrets mais bien plus durables que les flammes qu'elle lançait d'habitude.

"Et pas de ce genre de discours, s'il vous plaît. Si vous voulez vraiment vous montrer respectueuse, adressez-vous à moi. C'est moi qui suis en face de vous, moi l'incarnation actuelle de Godric. Il est certes présent au fond de moi, mais c'est une partie de moi. Cette histoire me concerne bien plus directement que ce que vous avez l'air d'imaginer. Je viens de vous le dire, je suis Godric, aussi. Si une part de moi a fait ce choix avant que je n'en sois consciente, et si ça me met parfois en rage, ça n'en est pas moins ma décision. Ma vie, et je ne peux pas plus négliger cette prophétie que décider de ne plus respirer. Je doute que vous saisissiez la complexité du phénomène, mais j'apprécie votre sympathie. Je n'ai jamais négligé mon devoir, mais on peut dire que ça n'est pas une partie de plaisir.

Si elle réfléchissait bien, c'était la toute première fois qu'elle avait le temps de parler avec quelqu'un d'autre (vivant, s'entend) que les trois autres de sa condition, sans devoir rien cacher ou précipiter. Pour la première fois, elle avait le contrôle et avait le sentiment qu'elle en savait plus sur elle-même que son interlocuteur. C'était vraiment agréable, et elle reprit sur un ton égal, cherchant à manifester auprès de Julianne le respect qu'elle-même désirait si ardemment obtenir.

"Ne vous qualifiez pas de lamentable, ne perdez pas de temps à vous victimiser. Il n'a jamais été dit que la maison Gryffondor était réservée à ceux qui réussissent tout du premier coup, mais à ceux qui persévèrent. A ce que je vois, vous avez eu le courage de ne pas abandonner, même si vos méthodes sont discutables. Vous n'êtes pas encore morte, non ? Rattrapez vos erreurs et montrez vous digne  des idéaux des lions. Puis, vous voyez bien que vous n'avez pas besoin de faire comme si je n'étais pas là pour parler à Godric. Vous êtes venue dans le passé aussi, vous l'avez connu et il sait quoi penser de vous. "

Et maintenant qu'elle avait fait des efforts pour se montrer compréhensive face à quelque chose qui la dépassait, il fallait qu'elle fasse quelque chose pour arrêter le ton donneuse de leçons de l'autre. Elle croyait quoi, que du haut de ses à peu près trente-cinq ans d’adulte responsable, elle en savait tellement plus qu'elle-même, petite ado impulsive ? C'était fou, cette manière de donenr un respect écoeurant à Go et de la traiter avec condescendance dans la seconde qui suivait. Quand allaient-ils réaliser que ça n'était pas parce que Go continuait d'exister comme partie consciente à côté d'elle qu'elle n'était pas également sa réincarnation, dans tout le sens du terme ?  Elle acheva donc sur un ton qui trahissait légèrement sa "braise" intérieure.

"A moins d'avoir connaissance de votre précédente incarnation, ce que je ne vous souhaite pas, non, je doute que vous compreniez. Si vous vouliez bien me considérer pour ce que je suis, je vous en serais infiniment reconnaissante. Je ne suis pas Godric tel que vous avez pu le rencontrer aux alentours de l'an 1000. je ne suis pas non plus cette Guenièvre du futur dont vous parlez. Je ne veux savoir d'elle, pas tant que c'est nécessaire. Je suis simplement MOI et vous allez devoir faire avec. Ca n'aurait rien d'étonnant que cette version future de moi ait de la rancune contre vous si vous m'avez toujours traité avec cette condescendance que vous ne percevez même pas. Je suppose que si ça été dur pour nous de découvrir qui nous étions vraiment, vous qui ne partagez pas notre condition en aurez toujours une perception faussée mais ça n'est pas une excuse. Je ne crois pas avoir jamais négligé mon devoir à mes petits intérêts personnels, je n'ai jamais eu ce loisir. Si c'est la moi du futur qui vous embête, allez vous plaindre à la personne concernée. Je n'ai pas de leçon à recevoir de vous tant que vous ne m'aurez pas expliqué pourquoi vous êtes venue et surtout pourquoi une version adulte de moi-même se trouve ici en ce moment. Vous venez de loin et savez des choses que j'ignore, mais ça ne vous donne pas tous les droits.

Votre malédiction, c'est en quelque sorte ma raison d'exister. Oui, ça me donne l'impression de voir le moindre de mes battements de coeur assujetti à vos caprices, ou plutôt, aux caprices des Deux Grands. Mais c'est un choix que j'ai fait librement, fusse dans une vie antérieure, et je l'assume pleinement. Je ne vous en veux pas pour la pluie et le beau temps, j'espère que c'est clair. A l'heure actuelle, je n'ai même aucune idée de quoi faire avec mes particularités une fois qu’elles seront exposées et devenues inutiles par la chute des Deux Grands. Vous voyez, j'ai été sincère avec vous. Faites-en autant, et commencez à m'expliquer ce que vous faites ici. Si les autres tardent trop, je leur expliquerai plus tard.


Godric étant une présence silencieuse à l'intérieur d'elle-même, respectant leurs petits arrangements, mais elle le sentait particulièrement attentif. Il lui cachait encore des choses, elle le sentait. Mais ce qu'elle pouvait permettre à une partie d'elle même, elle n'allait pas l'autoriser à Julianne VanHolsen. Au-delà d'une simple question de vie ou de mort, c'était une histoire de respect et la Reine des Vampires allait cracher le morceau.




Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
~+ SCÉNARIUM +~
Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 26/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 13 Mai - 11:44



Endriagues



Ils avaient été misent là dans un seul but : protéger le château. Comment est-ce qu'elles allaient obéir ? Simple. Quand un vampire nous le commandait, on obéissait. N'allez surtout pas chercher plus loin. L'homme leur avaient dit d'agir quand le moment serait venue et il l'était. L'homme leur avaient parlés il y avait de cela quelques instants. Les Endriagues s'étaient par conséquent mises en route, droit vers le parc de Poudlard. Celle qui ne devait pas y être s'y trouvais, de même que ses acolythes. Ils devaient périr. Sauf celle qui ne devait pas y être. Elle, elle devait être faite prisonnière. Ordre de l'homme en noir. Bon, les Endriagues auraient bien aimé la détruire elle aussi, mais les ordres étant ce qu'elles étaient, elles allaient obéir. Et ne cherchez pas plus loin.

Leurs pattes brisaient les branches jonchant le sol de la forêt interdite et lorsque les créatures sortirent au grand jour, elles clignèrent leurs yeux immondes sous les rayons du soleil. Elles n'avaient guère l'habitude de la luminosité. Il leur fallut par conséquent quelques secondes avant de s'y faire, puis les bêtes reprirent leur marche. Les Endriagues cherchaient. Quoi ? Tout mouvements perceptibles au sol. Peu importait qui se trouvait devant elles, les bêtes allaient foncer. On ne savait jamais à qui nous avions affaire. Puis, ils devaient être arrêtés. Ordre de l'homme en noir.


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maryna Parker
~+ SERPENTARD +~
Nombre de messages : 340
Age : 22
Localisation : Quelque part dans ce vaste monde...
Age du perso : 16 ans!
Fonction : 6ème année à Poudlard à Serpentard/réincarnation de Rowena Serdaigle
Date d'inscription : 11/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 14 Mai - 14:26
Maryna avait suivie Julianne et Guenièvre... sous sa forme de corbeau. Elle avait pris de la hauteur. Oui, ç'aurait vraiment été étrange, et il y aurait eu plus de risques de se faire surprendre s'ils étaient tous sortis de la Forêt Interdite au même moment vous ne croyez pas? Surtout en compagnie de la Julianne du futur! Elle s'était donc rapidement transformé et avait pris de l'altitude, laissant Quentin démolir le mur.
Sur le coup rien ne l'avait choqué, puis, une fois avoir vérifié que Guenièvre et leur invité étaient bien arrivé à la Volière quelque chose avait fait tilt. Attendez, Quentin et démolir! Deux mots totalement antinomiques!!!! Rapidement elle changea de trajectoire et vola rapidement en direction de la forêt. Ce faisant elle aperçut une belette traversant le parc à toute vitesse. Elle le vit juste arriver au niveau du château et se retransformer. Bouse de Botruc! Qu'est ce qu'il avait encore inventé?!!!! Donovan n'avait pas besoin d'aide pour les rejoindre et elles avaient bien dit la Volière! Oh, zut et mille fois zut!
Un mouvement à l'orée de la Forêt la vit tilter, qu'est ce que c'était que ça encore ?! Décidément, les gens du futur n'avaient amené que des ennuis avec eux ou quoi ? Le corbeau fonça de nouveau mais en direction de sa destination initiale cette fois. Il fallait prévenir les autres. Ah elle avait vraiment bien fait de se métamorphoser!!! Qu'est ce que c'était que ces affreuses bestioles énormes?

*Rowena, c'est quoi CA?!*
*Hum... ça ce sont des endriagues. Mais je ne sais pas ce qu'ils font là. Nous n'y sommes pour rien. Méfie toi, ce sont des créatures dangereuses qui essayeront de t'enfermer dans un cocon*
*Oh, génial! Il ne manquait que ça! Enfin, merci des infos*

Le corbeau atterrit, enfin, si on peut parler d'atterrissage pour l'arrivée brutale qu'il fit. Disons qu'il se posa de manière assez brusque juste derrière les deux personnes déjà présentes. Quand celles ci se retournèrent se fut une Maryna échevelée et essoufflée qui leur parla d'un ton urgent.

"On... On a... de... gros problèmes.... Des endriagues... Ils sortent... de la Forêt Interdite... Je ne sais pas... ce qu'ils font là mais... danger! Et Quentin... château... Je,... je sais pas ce qui lui est passé par la tête mais... ils nous à pas suivi!"

Elle était essoufflée et avait l'impression que ce qu'elle disait n'avait pas le moindre sens! De plus si le vampire de mari de Vanholsen était reparti au château il devait avoir prévenu Rogue qui devait avoir prévenu les professeurs! Ils étaient mal barrés! Elle essaya de respirer correctement. Trop de transformation trop rapide, plus l'effort qu'elle avait du fournir en vol, elle devait se calmer et reprendre une respiration normale! Inspirer, expirer, pfou... Qu'est ce qu'ils allaient faire? Ils avaient tellement de question à lui poser! Et pas assez de temps! Le bureau de Salazar? La jeune fille répugnait à cette idée. C'était LEUR bureau et le seul endroit vraiment secret et tranquille où ils pouvaient se réunir. Non, autre chose. La Volière ne serait bientôt plus sûr, ils ne pouvaient pas en douter.

" 'Faut qu'on parte... d'ici!"

Allez, presqu'une phrase complète, tu progresses Maryna! s'invectivât-elle. Ah, le coût de la Magie! En plus, la fille de Julianne était dans le Château. Château qui a n'en pas douter allait sous peu être complétement barricadé! Si ce n'était déjà fait! Certes, elle pouvait leur faire traverser les murs mais que faire une fois dedans?

"Vous êtes vraiment sûre de ne pas avoir été suivies?... Parce que là,... on croirait un accio à ennui!"

Elle avait presque réussie à aligner deux phrases entières, ça allait déjà un peu mieux. Respirer tranquillement.


    
Le pessimiste se plaint du vent, l'optimiste espère qu'il va changer, le réaliste ajuste ses voiles.
Crédit - Joy


Réincarnation de Rowena Serdaigle
Elémentaliste de l'air

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julianne VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
Nombre de messages : 2094
Age : 41
Age du perso : 28 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Guérisseur itinérante
Patronus : Serpent
Date d'inscription : 22/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 17 Juil - 13:31
Toujours assise sur le revers d'une des fenêtres de la volière, je regardais la jeune personne qu'étais Guenièvre Lakers avec un calme plat. Celle-ci ne semblait pas vraiment apprécier le fait que je lui parle de l'entité qui vivait en elle ou de ce qu'elle était devenue. En fait, elle ne semblait pas réellement être clémente à mes débuts d'explications parce que, oui, c'était un début d'explication. Au lieu de cela, la jeune fille y allait d'un discours pratiquement moralisateur sur le fait que je devais m'adresser à elle et cesser de me victimiser. On aurait dit mon père ! Bref. Je me contentai de la regarder, le sourcil très légèrement haussé et un demi-sourire sur les lèvres. Si me cracher tout ça au visage pouvait lui faire du bien ... tant mieux ! Qu'elle crache. On en aurait terminé ensuite. Je l'écoutai ensuite sans mots dire jusqu'à ce que la réincarnation de Griffondor daigne se taire. Dès que je fut fait, je pût ouvrir la bouche pour dire :

" Je suis désolée que les Professeurs Warzul et Barrière vous ai prit pour des pions. Ça me surprend de Ovide, d'ailleurs ... Quoiqu'il en soit, personnellement je ne vous perçois pas comme des pions. Dans le cas contraire, je ne serais pas ici à vouloir tout vous expliquer "

Logique. S'ils étaient des pions, ils devraient faire ce qu'ils devaient faire sans être avisés du pourquoi ou du comment. J'étais ici pourquoi ? Pour leur dire le pourquoi du comment, donc. J'étais ici pour mettre les choses au clair et, si j'avais pût le faire à l'époque, je les auraient impliqués bien avant. C'était juste difficile d'agir quand nous étions une âme errante ! Comme la jeune fille, impatiente, me sommait de débuter les explications, j'allais lui dire que nous avions suffisamment de temps pour les explications quand un corbeau se posa fermement dans la volière, Le dit corbeau se transforma aussitôt en une Maryna à bout de souffle. Des endriagues ? Subitement, je me laissai retomber au sol, me tournant rapidement en direction du parc. Mon regard plongea vers le sol et ce fut alors que je les vit.

" Crotte de bandimon séché " soufflait-je entre mes dents

Comme si nous avions besoin de ça ! Ce devait être une des protections mises en place par mon père. Ça pouvait être quoi d'autre ? Je vous le demande. Bien que la forêt interdite soit peuplée de créatures féroces; endriagues compris; il était rare qu'elles sortent ainsi des bois. Non, si elles sortaient, c'était que quelqu'un leur en avait donné le commandement. Derrière moi, j'entendis Maryna dire que nous devions partir d'ici, alors qu'une alarme se faisait entendre. Ça y était, le château donnait l'alerte. Bon. Je ne pût m'empêcher de rouler des yeux avant de sortir ma baguette -- que je m'étais procurée dès mon aquictement pour cause de "malédiction" était tombée, mon ancienne baguette ayant été brûlée par Guenièvre --. Je dirigea mon plus si nouveau outil magique en direction des endriagues avant de dire :

" Nous n'avons pas été suivies ... hormis la présence fortuite de mon époux dans le parc, je suis assurée de notre discrétion "

Autant que faire se pouvait, s'entend. J'agitai ma baguette en direction des créatures. Il était temps de passer à l'attaque. Nous ne pouvions pas partir ainsi. Maryna pouvait voler. Guenièvre et moi pouvions rendre nos corps translucide comme l'air, s'y mouvoir ... mais on ne pouvait pas voler. Pas en tant que tel. On pouvait flotter ... mais pas voler. Différence. Il faudrait donc nécessairement passer par en bas.

* Expulso *


Le jet de mon expulso se dirigea vers une des endriagues, qui changea de direction quelques secondes avant que le sortilège ne l'atteigne. De ce fait, le sort percuta le sol, qui se souleva légèrement sous l'effet de "l'expulsion". Jurant entre mes dents, je biffurquai lentement ma baguette vers la "survivante" sans plus attendre; expliquant :

" Vous avez eu le cours sur les endriagues ? Elles ont une carapaces très solides qui les protègent de tous les sorts. Il faut les retourner avec un expulso, ce qui donne accès à leur abdomen. Ensuite, on peux agir ... soit en les changeant en pierre avec un duro, soit en les stupéfiant ou en leur ouvrant le ventre pour les tuer. C'est selon ... aidez-moi, il faut ouvrir un passage pour pouvoir se rendre ailleurs "

Ailleurs, mais où ? Dans le passage sous le saule cogneur. Personne ne le prenait plus -- en tout les cas l'espérait-elle -- depuis la destruction de la cabane hurlante par le professeur Lupin. Ils y seraient en sûreté pour parler. Mais avant ... occupons-nous de ces intrus.


Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Guenièvre Lakers
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 580
Age : 22
Age du perso : 18 ans.
Fonction : Institut de formation des Aurors - 1ère année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Membre de l'Ordre du Phénix.
Patronus : Lion
Date d'inscription : 08/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 19 Juil - 16:53
Si Gue, en cet instant, avait su que Julianne qualifiait mentalement Godric d'"entité vivant en elle", elle se serait probablement étouffée de rage. Godric était une partie d'elle-même, qu'elle ressentait certes comme légèrement séparée, mais c'était elle. En parler comme d'une vulgaire excroissance, un corps étranger qui n'aurait pas totalement sa place, c'était l'insulter, elle. Y avait-il besoin de préciser qu'elle était susceptible ? La jeune fille serra les dents face au demi sourire de la femme, devant cette ironie moqueuse que l'autre persistait à lui offrir quand elle se permettait enfin de parler franchement. Où était le simple respect qu'elle désirait si ardemment ? Simplement la reconnaissance de sa personne, pas sa compréhension mais son acceptation, sans servilité, calcul, admiration excessive ou dédain ? Apparemment, il faudrait repasser un autre jour. Julianne VanHolsen n'avait même pas l'air de faire exprès. On pouvait lire sur son visage qu'elle se sentait dans son droit et en train d'agir de la meilleure manière possible, comme une mère patiente et ferme disant non à un enfant réclamant des bonbons ou des pétards.

La réincarnation de Gryffondor passa sur le fait que pour l'instant, elle n'expliquait rien du tout et ne faisait qu'attirer les ennuis. Une fois de plus, elle se sentait piégée, mais d'une manière différente des fois précédentes. Elle avait déjà voulu lutter contre son destin, essayer de se redéfinir. Elle était en train de découvrir que même pour ceux qui connaitraient son secret, son statut de réincarnation consciente, la comprendre et l'accepter ne serait pas facile. Qu'il ne suffirait pas d'ouvrir la bouche pour arrêter de mentir et de cesser de donner une idée fausse de soi, que les autres, de toutes manière, ne la percevraient jamais telle qu'elle était. C'était trop difficile à concevoir quand on ne le vivait pas soi-même. Pouvait-elle seulement les blâmer ? Elle-même n'aurait jamais conçu des idées aussi complexes et farfelues si elle ne le vivait pas en direct. Peut-être qu'elle avait toujours deviné la solitude imminente, que c'était pour ça qu'elle avait farouchement défendu leur secret. Pour se donner l'illusion d'un choix, se persuader qu'elle avait le pouvoir de briser leur isolement. Mais ça n'était qu'un mensonge, un de plus. La jeune fille ne répondit pas à Julianne. L'autre ne comprenait pas, ne le pouvait ni ne le voulait.

Sa colère sourde était partie. Elle avait juste envie de crier, de combler sa solitude par du bruit, de casser les murs de la tristesse. Elle ne fit rien, affichant une expression de vide douloureux qui ne passait que très rarement sur son visage. Tout ce qu'elle pouvait faire, c'était appliquer les conseils qu'elle venait de donner quelques instants plus tôt à la jeune femme : persévérer, ne pas se laisser abattre par son sort, continuer à lutter. Aussi fusse un immense soulagement quand elle vit Maryna atterrir sur le rebord de la fenêtre. En un instant, le poids terrible de la solitude se brisait, aussi vite qu'elle était venu : elle n'était plus seule. Maryna, et Quentin, et Donovan, eux comprenaient. Trois personnes sur Terre. C'était peu, mais déjà tellement mieux que rien !

Le soulagement commençait seulement à imprégner son cerveau et déjà, le danger la tirait vers l'avant, ne lui laissant plus place pour être triste, seule ou effrayée. Des Endriagues. Les images mentales envoyées par Go sur ce sujet jaillir dans son esprit et en quelques secondes, sa connaissance fut sienne. Elle en avait déjà combattus dans cette ancienne vie.

"Expluso !"

Oh, elle aurait pu se contenter de prononcer le sortilège dans sa tête, mais la subtilité n'était pas utile avec les Endriagues. Et c'était bon d'entendre sa propre voix se lancer dans le combat.

[Lancé de dé : Réussite , merci Mélanie, les nouveaux boutons sont très élégants !  ]

L'immonde créature fut projetée un court instant dans les airs avant de retomber sur son dos. Parfait. Sans perdre une seconde, elle enchaîna donc :

"Duro !" [Echec]

Mais son sortilège frappa la carapace d'une autre créature qui avait eu le temps de se mouvoir devant sa cible. Dommage, d'habitude, elle aimait bien laisser des traces de la destructions de ses ennemis. Mais puisque la situation l'imposait... Une joyeuse flambée éclata au coeur du monstre, allumant au passage ses congénères les plus proches. Quelques minutes encore et tout ce qui resterait du brasier qu'elle avait conçu bien chaud serait de petits tas de cendre bien nets sous des carapaces ternies.

"A dire vrai, c'est moi qui ai donné le tout premier cours officiel sur le sujet. C'était en 1002 il me semble, mais heureusement, j'ai bonne mémoire. N'importe quoi portant atteinte à leur abdomen, une fois les endriagues retournées, est efficace."

Oui, c'était un tantinet prétentieux. Et non, elle n'en avait rien à faire. L'autre ne leur voulait peut-être que du bien, mais elle allait apprendre que le savoir de Godric était sien, qu'ils étaient proches et méritaient d'être traités avec le même respect. Pour faire passer le message, elle avait même fait une entorse à ses propres règles, utilisé le mot "je" pour parler de Godric, illustrer leur lien. Elle avait en son temps fondé la DCFM, créer les premiers programmes, unifiant des savoirs disparatres pour lancer une discipline dont le nom avait certes changé au cours des siècles, mais dont l'essence était restée la même. C'était généraliste, un brin fourre tout et nourri par l'expérience directe des professeurs. Go ayant vadrouillé et affronté de nombreuses créatures peu ragoûtantes sur les routes, combattre celles-ci constituait à ses débuts l'essentiel de la DCFM, à part égale avec la manière de remporter un duel sorcier et déjouer les pièges moldus, qui avaient commencé à prendre goût au bûcher.

Elle n'avait aucune idée de où aller exactement, mais une chose était certaine, il fallait semer les endriagues. Elle s'empressa donc d'avancer dans la trouée qu'elle venait de former, modelant son feu pour qu'il rampe sur le sol en pierre de la volière et prenne les monstres qui se dressaient sur son chemin sans avoir besoin de les retourner. Les créatures étaient trop nombreuses que cela leur permette de sortir directement de la pièce, mais c'était largement suffisant pour les garder à distance et se déplacer. Si elle le pouvait, elle aimerait autant éviter de devoir enflammer l'étage entier. Ca allait effaroucher les hiboux et créer une vacarme pas possible.




Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julianne VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
Nombre de messages : 2094
Age : 41
Age du perso : 28 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Guérisseur itinérante
Patronus : Serpent
Date d'inscription : 22/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 22 Juil - 14:15
(Tu peux refaire ton lancé, j'ai refait les images. Ça devrait fonctionner)


Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Guenièvre Lakers
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 580
Age : 22
Age du perso : 18 ans.
Fonction : Institut de formation des Aurors - 1ère année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Membre de l'Ordre du Phénix.
Patronus : Lion
Date d'inscription : 08/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Juil - 7:27
(Fait, merci beaucoup ! )




Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maître du Jeu
~+ SCÉNARIUM +~
Nombre de messages : 61
Localisation : partout
Age du perso : Aussi vieux que le temps lui même...
Fonction : Maître du jeu / modérateur.
Date d'inscription : 06/12/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Aoû - 12:57
Bon, Miss Lakers. Vous avez fondé le cours de DCFDM ? Très bien ! Voyons voir ... Votre feu puissant consume les Endriagues sans difficulté. Elles tombent au sol en criant comme des fourmis (ça crie, une fourmi ?). La chaleur dans la volière deviens de plus en plus présente, quoique supportable. Les hiboux commencent à battre des ailes, mais sans plus. Alors, qu'est-ce qui pourrait arriver de pire ?

Un dragon. Voilà. Un dragon plonge en piqué vers la volière, dans le but ultime d'aller ... pondre ses oeufs là. Bha oui ! Il volait toupidoumpidoum, tranquillement sans demander rien à personne et là, là il voit un point en hauteur enflammé ! Hey, parfait pour pondre des oeufs, ça ! Haut, à l'abri des prédateurs et en feu. Chaaaauuudddd ! Alors, il plonge vers vous. Agissez ! Sinon vous allez recevoir des oeufs sur la tête ! Ou un dragon. En tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maryna Parker
~+ SERPENTARD +~
Nombre de messages : 340
Age : 22
Localisation : Quelque part dans ce vaste monde...
Age du perso : 16 ans!
Fonction : 6ème année à Poudlard à Serpentard/réincarnation de Rowena Serdaigle
Date d'inscription : 11/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 31 Aoû - 14:03
Ce n'était tout de même pas croyable un tel bazar en si peu de temps, il avait suffit que Julianne VanHolsen du futur débarque pour la petite routine qui commençait tout juste à s'installer soit briser, à croire que quelqu'un avait décidé qu'ils ne devaient pas avoir de répit.

"Ne vous inquiétez pas, nous ne sommes pas tout à fait sans défense" répondit-elle gentiment à Julianne lorsque celle-ci leur expliqua comment battre les endriagues.

Elle s'occupa aussi de quelques uns des endriagues présent tandis que Guenièvre les carbonisaient, elle, les retournaient. Un beau travail d'équipe. Elle détourna le regard une seconde pour échanger un sourire complice à son amie. Godric et Rowena avait souvent lutté côte à côte dans le temps.
Plus tard Maryna se souviendrait que sans ce coup d'œil vers son amie elle n'aurait jamais remarqué la menace suivante qui leur tombait dessus! C'était pas possible! C'était quoi ces catastrophes qui s'enchainaient?! Un DRAGON?! Sérieusement?! Quelle était la probabilité qu'un dragon passe au moment où le feu de Guenièvre diffusait suffisamment de chaleur pour donner envie à un dragon de faire son nid pour pondre ses œufs à cet endroit? Ils battaient des records de malchance là.
La jeune fille réagit immédiatement.

"Un dragon! Juste au-dessus de nous, il doit chercher un endroit pour pondre, Guenièvre, baisse l'intensité de tes flammes si ça t'es possible tout en continuant de nous frayer un chemin s'il te plaît. Direction le Saule Cogneur, au moins, personne n'ira là bas, on sera tranquille. Julianne, aidez moi à le repousser qu'il aille pondre ailleurs ce dragon!"

Et Maryna déclencha un vent violent destiné à repousser l'animal. Elle faisait entièrement confiance à Guenièvre pour les mener à bon port, elle, elle s'occupait du dragon. Elle ne le quittait plus des yeux à présent, guettant ses réactions, surveillant qu'il ne descende pas trop près pour pondre ses œufs.
C'était David qui lui avait parlé du souterrain reliant le saule Cogneur à la Cabane Hurlante lorsqu'il lui avait raconté quelques unes de ses bêtises ou sorties en douce. Il faudrait qu'elle pense à le remercier.
La jeune fille s'accrocha d'une main à la cape que portait Guenièvre afin de pouvoir la suivre sans lâcher le dragon, enfin la dragonne, du regard. Elle avait réussi à la repousser un peu mais la jeune fille ne tenait pas à relâcher toute sa puissance afin de le repousser, elle craignait de provoquer un phénomène avec un peu trop... d'ampleur dirons nous. Elle n'avait pas envie de s'attirer plus d'ennuis qu'autre chose avec une tornade ou un ouragan!


    
Le pessimiste se plaint du vent, l'optimiste espère qu'il va changer, le réaliste ajuste ses voiles.
Crédit - Joy


Réincarnation de Rowena Serdaigle
Elémentaliste de l'air

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julianne VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
Nombre de messages : 2094
Age : 41
Age du perso : 28 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Guérisseur itinérante
Patronus : Serpent
Date d'inscription : 22/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 16 Sep - 11:02
Ha mais oui. Elle avait fondé le cours et, bien évidemment, je ne lui apprenais rien ! Mais, pourquoi cette fille était-elle aussi prétentieuse ? D'accord, à sa défense, si je m'étais retrouvé devant une sorcière noire qui avait causé tant de ravages -- même si c'était sous l'effet d'une malédiction -- et que j'avais dut tout mettre de côté pour la combattre, peut-être que moi aussi j'aurais agit de la même manière qu'elle. En fait, c'était ce que j'avais fait avec la malédiction, en oeuvrant seule, en ne faisant qu'à ma tête, en fonçant dans le tas sans demander d'aide, de support, sans réfléchir plus avant aux conséquences de mes actions. Certes, je m'étais pensé assez forte pour tout combattre de front, seule, telle une guerrière sans failles. Mais, ce n'était pas la même chose ! Oui ? Bon, d'accord, c'était en quelque sorte la même chose. Voulez-vous bien me lâcher, maintenant ? D'accord, je me reconnaissait en Guenièvre. C'était dit. Maintenant, laissez moi tranquille !


Je jetai un léger regard en coin à la réincarnation de Godric Griffondor, sans piper mot. D'accord, en 1002. Oui. N'importe quoi pouvait les vaincre une fois sur le dos. Oui. Bon. Je n'avais donné qu'un exemple de sortilège, on n'allait pas passer toute la journée à discuter de la meilleure manière de vaincre ces bestioles !


" Moui ... " dit-je du même ton lent que mon paternel

Ce n'était pas tout. J'avais raté mon expulso précédent et il fallait parvenir à repousser ces créatures. Je reportai par conséquent mon attention sur les bêtes magiques, pointant ma baguette en direction d'une d'entre elles. Plusieurs étaient déjà en flammes, vestiges du pouvoir d'élémentaliste de Guenièvre. Parfait.


* Expulso *



L'endryaque fut propulsée avant de se retrouver promptement sur le dos. Il faisait de plus en plus chaud dans la volière, bien que le tout demeure encore supportable. Les hiboux et chouettes commençaient néanmoins à se sentir en danger et ils battaient des ailes avec une frénésie de plus en plus manifeste. Il faudrait partir d'ici au plus vite question de faire descendre la température. J'allais effectuer un duro sur l'endryaque que j'avais retourné quand ...


Un dragon ? Relevant les yeux, je vit l'énorme animal foncer droit sur nous. Merde ! Vu d'ici, ça ressemblait à un Noir des Hébrides. Il devait, ou plutôt, elle devait avoir été attirée par la chaleur du feu. Probablement un besoin impératif de pondre. Les dragons étaient déjà assez dangereux comme ça sans avoir à gérer une femelle sur le point d'avoir ses oeufs ! Comme quoi le malheur pouvait frapper à plusieurs endroits à la fois.


Maryna tentais déjà de repousser la dragonne en utilisant son don d'élémentaliste. Excellente idée. Le vent crée repoussait le dragonne qui battais maintenant des ailes en tentant de contourner le soudain front venteux. J'abaissai ma baguette sans plus attendre. Il fallait lui venir en aide. Elle n'arriverais jamais à contrôler les éléments seule. Un dragon était gigantesque et il fallait une puissance phénoménale pour le repousser longtemps.


" Continuez à le repousser "

Je plissai légèrement les yeux, prenant une respiration contrôlée. L'air autour de nous se mua, devenant très légèrement plus frais. Je levai la main en direction des flammes de Guenièvre, obligeant l'air qui le nourrissait à se refroidir. Cela aurait certainement un effet sur la dragonne ... elle allait percevoir que les flammes n'étaient plus assez chaudes pour couver. Je ne pouvais, cependant, pas tenir cet effet bien longtemps. Guenièvre devrait, elle-même, diminuer l'intensité de son feu.


" Ça permettra de la perturber quelques instants "

Relevant mon regard bleuté vers la dragonne, qui tentais encore de contourner le "contre-vent", je laissai l'air sortir de mes poumons de manière lente et volontaire. Immédiatement, la dragonne fut propulsée vers la droite, le vent la repoussant.


" Elle va se rendre compte que la chaleur à diminuée, mais je ne peux pas empêcher les flammes de faire leur oeuvre sans couper totalement l'air qui les alimente. Qu'en est-il des Endryaques, miss Lakers ? "


Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Guenièvre Lakers
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 580
Age : 22
Age du perso : 18 ans.
Fonction : Institut de formation des Aurors - 1ère année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Membre de l'Ordre du Phénix.
Patronus : Lion
Date d'inscription : 08/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 19 Sep - 3:31
Même si la situation était désagréable, l'heure n'était plus aux enfantillages. Alors certes, ce qu'elle venait de lancer à Julianne VanHolsen n'avait pas été très mature, mais ça soulageait. Pour autant, ça n'était pas une raison pour se laisser plus aller. Les gamineries prétentieuses n'étaient pas vraiment ce qui attirait le respect qu'elle recherchait si avidement, elle en était consciente. Elle n'arrivait pas à regretter son petit discours sur la fondation de la DCFM, tout de même bien mérité mais puisque l'autre faisait des efforts pour ne pas répliquer, elle fit de même et se contenta de serrer les dents face au "moui" trainant. C'était bien la fille de son père et sur ce point en particulier, ça n'était pas un compliment !



En parlant de Rogue d'ailleurs, elle ne voyait pas comment ils allaient pouvoir garder leur secret quand le directeur verrait tout le bazar qu'ils avaient causé. Feux follets, alarme, intrus, Endriagues, volière en feu, dragon ? S'enfuir vers le Saule Cogneur maintenant, toutes échevelées, c'était la goutte de potion faisant déborder la fiole. Même quelqu'un d'aussi naïf qu'Amélia Lupin se serait posé des questions. A ce rythme, Rogue allait être parti pour croire qu'ils étaient des suppôts des Deux Grands attaquant le château de l'intérieur ! 


Attendez une seconde, elle avait bien ajouté un dragon à sa liste mentale ?! Bouse de Botruc ne fut que la plus gentille des insultes qui lui passa par la tête. Sentant Maryna s'accrocher à sa cape, elle ne leva pas le nez. Elle lui faisait totalement confiance, et sa mission à elle était de maintenir Mar vivante. Mais comment brûler des Endriagues avec un feu froid ? Elles en avaient de bonnes ! Gue baissa elle aussi la température de ses flammes à la limite garantissant la combustion, mal à l'aise. Elle pouvait sentir Julianne traficoter avec l'oxygène alimentant ses flammes et elle détestait ça. Si ça n'avait tenu qu'à elle, elle aurait basculé en comburant magique, faisant de jolies flammes vertes affranchies de tout besoin d'oxygène, mais Julianne était son alliée et elle avait d'autres dragons à fouetter. Se concentrant, elle arrêta de faire ramper son feu pour se montrer plus précise. Comme lorsqu'elle éclairait une pièce avec des centaines de petits lumignons vacillants, elle alluma un foyer tiédasse en dessous de chacune des Endriagues dans la pièce et le haut des escaliers. Cinquante petits foyers paralysant les monstres sur place. Sans plus attendre, elle repoussa d'un bon coup de pied la créature la plus proche, en train de rôtir en travers de son chemin, et s'engouffra dans les escaliers, entraînant Maryna à sa suite. Il y avait d'autres monstres montant les escaliers, et elle leur réserva le même sort. 

"Tu devrais peut-être laisser cette dragonne descendre. Elle au moins à une excuse pour tout cramer sur son passage. Mon boulot là, ça se voit que c'est du travail de pro, alors où Rogue va nous soupçonner encore plus, ou il va fouiller le château pendant des jours à la recherche d'un traître."

Elle dévalait les marches quatre à quatre, certaine qu'une autre catastrophe allait leur tomber sur la tête.

"On ne peut pas arrêter les frais pour aujourd'hui ? Le château est en état d'alerte maximale, on ne traversera jamais le parc sans griller notre couverture. Mar, rends nous invisibles et ramène-nous dans nos salles communes. Je bouille d'impatience d'écoute les explications de Mme Van Holsen mais là c'est la pire des catastrophes organisationnelle. En s'arrangeant à l'avance on pourra trouver un moyen plus discret, non ?"


Elle n'allait pas passer sa journée entière à repousser des monstres. Elle était sur les dents depuis qu'elle avait cru voir la Grande dans la Forêt Interdite, brûlait tout sur son passage et s'irritait pour rien. Elle commençait à avoir marre de la tension, du bordel et de l'adrénaline. Si on la poussait encore dans ses retranchements, elle risquait de faire une bourde et vu les défenses de Poudlard et les dragons migrateurs dont le coin regorgeait, une bourde pourrait lui coûter la vie. Les voyageurs du passé étaient probablement parmi les adultes les plus irresponsables qu'elle ait vu de sa vie, sa propre mère comprise, mais ça n'était pas une raison pour ce soit eux, les Quatre, qui paient. Franchement, elle était capable de prendre sur elle, mais pourquoi puiser dans ses réserves pour une situation qui pouvait être évitée ? Pourquoi griller ses  vies avant la vraie bataille. On n'était pas dans un jeu vidéo moldu et tout cela, ce dragon dont elle rêvait à dix ans, aujourd'hui elle n'en avait que faire.



Haletante, elle descendait toujours les marches à un rythme soutenu, attendant la réponse de Maryna. Jusque là, elle avait réussi à s'exprimer sur un ton où la tension perçait sans exploser mais si elles ne changeaient pas leurs plans, elle ne savait pas combien de temps elle pourrait encore tenir. Julianne VanHolsen et ses explications probablement fumeuses ne perdaient rien pour attendre. Elle savait que le temps que les choses retombent, elle se rendrait quasi-folle à force de spéculations mais elle ne voyait pas d'autre situation immédiate.




Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maryna Parker
~+ SERPENTARD +~
Nombre de messages : 340
Age : 22
Localisation : Quelque part dans ce vaste monde...
Age du perso : 16 ans!
Fonction : 6ème année à Poudlard à Serpentard/réincarnation de Rowena Serdaigle
Date d'inscription : 11/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 10 Nov - 14:11
Concentrée qu'elle était sur sa tâche Maryna perçut à peine qu'elles se déplaçaient. Tout ce qui comptait pour l'instant était de repousser la dragonne. Elle sentit la chaleur des flammes diminuer significativement puis le vent se renforcer sous l'aide que lui fournissait Julianne VanHolsen.
Quand Guenièvre proposa de laisser descendre la dragonne elle vérifia que toutes étaient à l'abri avant de faire disparaître le vent qu'elle avait créé.

"Effectivement, dit elle en lâchant la cape de son amie, cette dragonne nous fournit un bon alibi. Je crains que même avec ça Rogue se pose de sérieuses questions. Il n'aura pas de raisons de nous soupçonner étant donné que quand tout ça sera fini il nous trouvera calmement assise dans nos salles communes respectives. Mais bon, il faudra bien qu'on finisse par lui dire un jour ou l'autre. Rien que pour une question de facilité de mouvements et d'informations."

Maryna passa sa main dans ses cheveux d'un air las. Elle aussi était épuisée. Pas que physiquement mais aussi moralement, éprouvée par tout ce qui c'était passé depuis quelques heures à peine. Elle mourrait d'envie de savoir tout ce que ceux du futur avait à leur révéler mais en même temps comprenait bien l'envie de Gue d'en avoir assez vu et fait pour aujourd'hui. Elle sentait bien la tension dans la voie de son amie. Entre transformation, sorts et magie élémentaire elle aussi avait bien donnée et courir d'un bout à l'autre du par ça va bien 5 mins. Et pourtant elle avait tant de questions à poser! Elle avait besoin de tellement de réponses! Savoir, au moins se faire une idée plus précise mais ne pas rester dans ce flou quasi total! Elle jeta un coup d'oeil à son amie qui dévalait les marches devant elle. Elle avait l'air tout bonnement épuisée et sous tension extrême, menaçant d'exploser. Elle même suivait sans encore trop de problème et derrière, Julianne VanHolsen s'accrochait mais il fallait bien être honnête, elle n'était plus toute jeune non plus.

"Laissez la se poser et pondre ses oeufs s'il le faut. Gue à raison, ça couvrira nos traces. Et rentrer vous mettre à l'abri. C'est trop risqué ici, vous risquez de vous faire prendre ainsi que Tamarah. Il faut que vous la récupériez et retourniez là où vous vous cacher avec les autres. Envoyez nous un hibou ou un message, un sort, ce que vous voulez. Bref, débrouillez vous comme vous pouvez mais là, dans l'état actuel des choses nous jouons de malchance. On n'a pas le temps de se poser et de discuter tranquillement et pourtant j'ai une foule de questions pour vous! Si vous voulez on vous renvoie Tamarah, avec Guenièvre de toute façon nous devons retournez au Château. Au pire contacter la par voie mentale mais c'en est assez pour aujourd'hui."

Le temps qu'elle débite tout ça elles étaient toutes les 3 arrivées au bas des escaliers. Guenièvre s'était arrêtée, stoppant net devant elle. Elle faillit lui rentrer dedans et ne l'évita que de justesse. Elle lui prit la main et se tourna pour faire face à Julianne.

"Ce n'est pas contre vous, comprenez bien. Mais on ne peut pas se permettre de griller notre couverture pour l'instant, aussi éffémère soit elle. Est ce que vous avez besoin de nous encore? Ou allez vous pour qu'on sache où vous envoyer Tamrah quand nous allons la croiser? Réfléchissez peut-être à un autre endroit où nous rencontrez pour la prochaine fois, maintenant que nous savons que vous êtes là on vous guettera. Et ne vous inquiètez pas pour sortir de Poudlard pour nous, ce n'ets pas un problème."

Elle attendit les réponses de la sorcière tout en jetant des coups d'oeils nerveux derrière elle. Elle se sentait exposée ici. N'importe qui pouvait surgir dans leur dos. Il fallait qu'elles s'en aillent d'ici. Qu'elles aillent se mettre à l'abri, ça allait être suffisament compliqué comme ça.


    
Le pessimiste se plaint du vent, l'optimiste espère qu'il va changer, le réaliste ajuste ses voiles.
Crédit - Joy


Réincarnation de Rowena Serdaigle
Elémentaliste de l'air

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julianne VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
Nombre de messages : 2094
Age : 41
Age du perso : 28 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Guérisseur itinérante
Patronus : Serpent
Date d'inscription : 22/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 28 Nov - 11:30
Nous descendions à un rythme relativement rapide, faisant se renverser les créatures supposées protéger Poudlard et ses étudiants contre les Deux Grands. En réalité, si un élève se pointait le nez devant un Endryaque, celui-ci n'hésiterais pas trucider sur le champs celui ou celle qu'il était supposé protéger. Mais bon, je n'allais pas m'étendre sur les tactiques de défense de mon cher paternel. Ce n'était pas le moment. 


Tournant la tête en direction de Guenièvre, qui semblait encore "m'ignorer" de manière notoire sauf pour y aller de commentaires acerbes, je pinçai légèrement les lèvres. S'en était assez pour aujourd'hui, la tite demoiselle voulait retourner dans sa salle commune. Pour la réincarnation de Griffondor, elle était pas mal trop sensé à mon goût ! Ha, mais oui ... le Choixpeau l'avait envoyé à Serdaigle. Pour entrer un peu de raisonnement dans l'âme Griffondesque. Bonne idée, j'en convenais. Mais, ce n'était pas le moment ! Nous devions mettre fin à cette histoire de malédiction une fois pour toute. Je VOULAIS protéger ma fille. Je VOULAIS que cette malédiction soit renvoyée d'où elle venait et que ces espèces de ... de je ne sais quoi aient leur cul botté ! Que voulez-vous, je n'avais pas encore eu la chance de me réincarner en Serdaigle, moi ! Même si j'en étais le portrait physique craché, je ne ressemblait pas à ma très chère ancêtre. En tout les cas, pas autant que je le voudrais. Je laissai donc échapper un soupir d'énervement et de frustration digne de Griffondor lui-même, avant de stopper ma descente de la volière -- qui ma foi, n'avait pas besoin d'être si haute que ça, bon sang ! Je posai mon regard sur Maryna, qui dégageais maintenant une onde de Rowena sans pareil. D'accord, d'accord ! J'avais compris le message, Mamie ! J'émit un nouveau pincement de lèvres -- cette fois par un élan Griffondesque retenu -- avant de dire :


" Oui, d'accord "


C'était parce que j'avais foncé dans le tas en me foutant des conséquences que j'avais échoué si souvent à parvenir à enrayer cette malédiction. Pour une fois, j'allais battre en retraite. Ce ne serait pas la mer à boire. Non ? Je n'avais pas à faire la preuve que je méritais ma place chez les Griffondor, moi la fille du Serpentard le plus craint de Poudlard. De toute manière, quelle réputation me restait-il au moment où on se parlait ?


" Nous sommes dans les grèves. Laissez passer deux semaines, le temps que la poussière retombe "


Mon père allait surveiller tout le monde et faire passer des vigiles. Il fallait laisser le temps au temps. Bien que nous n'en avions guère. Sur ce, je lançai un regard en direction du château et envoyai une pensée à ma fille.


* Tam, on se retire. Les grèves *


Reportant mon attention sur les réincarnations, j'ajoutai :


" Tam y arrivera. Allez vous couvrir "


Le temps n'était pas venu. Pas encore. Je tournai les talons et m'en allai, direction les limites du terrain. Là, j'y transplanerai. Mais, en attendant, je me débarrassait des Endryaques en les privant de leur oxygène, le temps que je les contourne. De toute manière, l'air avait déjà été mué. Ce serait déjà perceptible, alors aussi bien se servir de ses forces essentielles.


Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» THE FUNERAL • Tous ceux que j'ai invité
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» a tous ceux que la question interesse
» Sortie du Squad de météo (PV tous ceux qui veulent à condition qu'il soient du Grand Arbre)
» Super grande bataille ( tous ceux qui peuvent chasser de tous Clan+ BLAIREAUX)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~+ Poudlard : La Magie s'ouvre à vous +~ :: Entre les murs :: L'Extérieur du Château :: La Volière-
Sauter vers: