:: En dehors des murs :: Le Chemin de Traverse :: Jouville l'apothicaire Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Courses de Rentrée

avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 443
Age : 22
Localisation : De retour à Poudlard
Age du perso : 15 ans
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 23 Aoû - 5:14
22 août 2003



Cette année, Septembre allait être un mois différent. Comme toujours, il y aurait le triste anniversaire de la mort de sa famille, mais exceptionnellement, ça ne serait pas l'évènement le plus important. Cette année, Malka rentrait à Poudlard. Elle n'était pas encore trop sûre de ce qu'elle devait en penser. Quitter la maison, ne plus voir tous les jours ses parents, devoir se passer du sentiment de sécurité qu'eux seuls semblaient lui donner... Ca n'était pas très enthousiasmant. D'un autre côté, Poudlard n'était pas non plus le grand saut dans le vide. Oncle Remus et Tante Amélia y enseignaient et elle y était déjà allée plusieurs fois en leur rendant visite. Maryna et Samuel étaient élèves là-bas. Et... il fallait bien admettre que ce changement aurait peut-être du bon. Aller en cours lui occuperait l'esprit plus efficacement que les livres prêtés par Tante Amélia. Apprendre à se servir de sa baguette toute neuve lui permettrait de se défendre mieux, de ne plus rester à la merci de la volonté malveillante des autres. Ne plus croiser Ana, qu'elle aimait toujours mais avec laquelle elle était encore mal à l'aise, dès que les Peller venaient prendre l'apéritif. Redevenir un peu anonyme aussi, ne plus voir les marques de sa captivité dans les yeux de ceux qu'elle aimait chaque fois qu’ils la regardait, mais démarrer proprement et peut-être même se faire des amis qui n'auraient pas d'a priori sur elle. Certes, avec Aetha Ministre de la Magie et l'influence du père de Tamarah, sa disparition avait signifié un nombre conséquent de unes de la Gazette et d'affiches avec sa tête partout dans le monde magique. Mais les victimes des Deux Grands étaient nombreuses, pourquoi aurait-on retenu son visage plutôt qu'un autre ?


 De toute manière, enthousiasme ou pas, il n'y avait pas le choix. Elle rentrait à Poudlard. Aussi bien y rentrer préparée et c'est pourquoi les Black étaient présentement en train d'envahir le Chemin de Traverse, se divisant pour mieux conquérir toutes les boutiques et mieux dompter la liste de fournitures de première année. Elle avait déjà en sa possession une baguette toute neuve (bois de cèdre, poil de licorne, 23 centimètres, relativement souple !) et un chat gris aux yeux bleus prénommé Nocturne, un cadeau de ses parents qui l'avait beaucoup touchée (l'écureuil que lui avait offert Tante Amélia s'était trop attaché à Laila-Rose durant son absence pour qu'elle songe seulement à les séparer maintenant). Et maintenant, ils s'était divisés entre Fleury et Bott et Jouville. les deux magasins étaient côte à côte, elle pouvait donc bien se débrouiller, non ?

 Un peu nerveuse malgré la présence de sa baguette flambant neuve dans la poche de sa cape, elle rentra donc dans la boutique, cherchant du regard les écriteaux criards qui dans les autres boutiques indiquaient les basiques pour Poudlard. Non, Jouville semblait faire dans la sobriété cette année. Elle repéra les fioles en cristal dont elle aurait besoin et décida de les prendre en dernier, puisqu'elles étaient plus fragiles. Elle attendrait aussi que ses parents la rejoigne histoire d'enchanter le chaudron, ou elle n'arriverait jamais à tout porter toute seule. Restait les ingrédients donc. Prenant son courage à deux mains, elle se dirigea vers le jeune homme vaguement familier au comptoir.
 
"Bonjour. Excusez-moi, je cherche le nécessaire à potions pour élèves de première année à Poudlard."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Frank Gillis
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 86
Age du perso : 18 ans
Fonction : Étudiant à l'institut supérieure de laboramagie
Patronus : Bison
Date d'inscription : 23/07/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 9 Oct - 11:47
Frank travaillais chez Jouville à temps partiel, question de payer ses études de Laboramagie. Le jeune homme avait pratiquement tout remboursé les dettes que son géniteur avait laissé à sa mère ainsi qu'à leur ribambelle d'enfants et il ne lui restais plus que quelques comptes à effacer. Le jeune homme était fier de lui. Sa mère pourrait enfin souffler un peu; si ses frères et soeurs pouvaient cesser de profiter d'elle; et lui pourrait enfin aspirer à vivre sa vie. Le vampire trouvais qu'il était à peu près temps ! Il s'était fait un point d'honneur de sortir sa mère du pétrin, maintenant il était temps de changer de sujet.

C'était les semaines précédents la rentrée et la boutique était assez achelandée. Ils avaient vendus pas mal d'ingrédients, de chaudrons et de nécessaires à potions et, comme les tablettes commençaient à se dégarnir, Frank était occupé à les remplir. Pour le moment, le jeune homme était penché sur diverses fioles et les remplissaient lentement de pattes de scarabées. Ce n'était pas une tache simple à accomplir, croyez-moi ! Essayez et vous verrez. Les pattes étaient petites, elles se brisaient aisément à l'entrée du goulot et il fallait absolument qu'elles soient entières. Gillis ne releva par conséquent pas la tête quand il entendit la porte tinter. De toute manière, elle tintais à toutes les dix secondes ces jours-ci ! S'il fallait qu'il relève la tête à tout coup, il aurait le tournis.


" Hum, un instant ... " répondit-il d'un ton concentré.

Il inséra la patte de scarabée dans la fiole sans trop la plier avant de relever enfin la tête vers l'enfant. Il s'agissait d'une fille. Onze ans. En tout cas, si elle venait acheter le nécessaire pour la première année, c'était qu'elle avait onze ans. Bien.

" C'est sur la petite table orange là-bas, entre les écailles de tortues et le sang de sombral. Les paquets en mauve "

Elle ne pouvait pas le manquer. Frank reporta son attention sur les fioles. Il n'allait quand même pas pour aller lui chercher le paquet. De un, elle avait des jambes et de deux, il avait du travail à assumer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 443
Age : 22
Localisation : De retour à Poudlard
Age du perso : 15 ans
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 26 Oct - 10:31
Le vendeur était concentré sur son travail, faisant rentrer des petites choses noires dans le goulot d'une bouteille avec une pince à épiler. Ou du moins, c'était ce à quoi ça ressemblait. Malka, elle, était concentrée sur le visage du vendeur. Elle était certaine de l'avoir déjà vu quelque part, mais où ? Il était jeune, est-ce qu'elle l'avait déjà croisé un jour où elle était à Poudlard ? C'était possible. Dans tous les cas, c'était énervant de ne pas se souvenir de où elle l'avait déjà croisé !


Lorsqu'il releva la tête et lui indiqua enfin où se trouvait ce qu'elle cherchait, elle se souvint enfin. Trois ans auparavant, elle s'était coincée le pied dans un escalier de Poudlard, et l'homme, alors élève à Serpentard, si elle se souvenait correctement, l'avait aidée à se dégager. Elle sourit vaguement au souvenir. Trois ans, et ça semblait vraiment une éternité en arrière.


Elle se dirigea vers la table indiquée, observant un instant le prix des paquets mauves - elle aurait dit que c'était correct, mais elle n'avait pas trop la notion du prix des choses. De toute manière, elle n'avait pas le choix vu qu'elle avait vraiment besoin de ce nécessaire. Elle prit donc un paquet, attrapa délicatement un ensemble de fioles en cristal et se dirigea ensuite vers le rayon des chaudrons. Heureusement, ceux de première année étaient cette fois-ci indiqués clairement et son père lui avait déjà dis d'en prendre un en étain. Si elle en avait besoin d'un meilleur plus haut dans ses études, elle pourrait toujours en acheter un autre et donner celui-là à Laila-Rose mais pour l'instant, c'était suffisant. De toute manière, si même Tante Amélia, la grande inventrice de potions, n'avait pas besoin d'un récipient en or, elle ne voyait pas trop qui pourrait en vouloir un ! Elle déposa précautionneusement ses emplettes au fond de son nouveau chaudron et le saisit donc à deux mains jusqu'à la caisse. Elle serait contente quand Papa aurait ensorceler le tout, parce que c'était effectivement un peu lourd !


Elle réussit néanmoins à hisser le tout sur le comptoir et s'apprêtait à sortir la bourse que ses parents lui avaient confié afin de pouvoir payer lorsque les paroles qu'il avait prononcé quelques minutes plus tôt à son encontre quelques minutes plutôt finirent de résonner dans sa tête pour enfin faire tilt. La petite blonde se figea. Il n'y avait pas qu'à Poudlard qu'elle avait entendu cette voix. Là-bas, dans la crypte des Deux Grands, elle ne voyait jamais les visages des Dévots qui lui déposaient sa nourriture, parce que les torches l'aveuglaient. Mais un ou deux parfois lui avaient adressé la parole, pour dire des choses banales sur un ton indifférent ou ricaner cruellement. Lui faisait parti de la première catégorie, elle en était sûre. Etait-ce vraiment possible, être un gentil vendeur sur le Chemin de Traverse le jour et un Dévot la nuit ?

Si c'était le cas, s'il l'avait reconnue aussi, elle était en danger. Ne pas montrer qu'elle l'avait reconnu, pas jusqu'à ce que Papa arrive. Elle se mordit brutalement la lèvre, laissant la douleur chasser son engourdissement et se força à baisser les yeux jusqu'à sa bourse.

"Je... je vous dois combien ?"

Elle n'avait pas pu empêcher sa voix de trembler. Les paroles de l'homme lui revenaient en mémoire, avec leur flot d'horreur. La douleur fantôme dans son petit doigt venait de se réveillée. Elle s'en aperçu et fourra brusquement sa main dans sa poche. S'il ne l'avait pas encore reconnue, c'était le genre de détail qui risquait de la trahir.


Tenir sa bourse délier d'une seule main l'avait fait glisser, et trois noises étaient tomber sur le sol. Elle s'empressa de s'accroupir pour les ramasser, heureuse d'être à l'abri pour quelques secondes du regard du Dévot.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Frank Gillis
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 86
Age du perso : 18 ans
Fonction : Étudiant à l'institut supérieure de laboramagie
Patronus : Bison
Date d'inscription : 23/07/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 30 Oct - 12:01
Concentré sur sa tâche, Frank s'était à peine rendu compte de l'identité de la jeune demoiselle qui venait de se renseigner sur les effets des premières années. Est-ce qu'il l'aurait reconnu s'il avait été plus présent d'esprit ? Peut-être. Peut-être pas. Après tout, venir en aide à une gamine qui s'était coincée le pied dans l'escalier magique de Poudlard faisait partie des souvenirs que Gillis avait subtilement enfoui dans son être. Pourquoi est-ce qu'il s'en souviendrais ? C'était banal, comme histoire. Non ? Alors, il se pourrait fort bien que l'ancien Serpentard ne l'ai pas reconnu.

Penché sur ses fioles, Frank s'étrivais toujours à enfoncer les pattes de scarabées à l'intérieur. Ses idées vâquaient ici et là, sans but précis. Puis, lentement, il tourna la tête pour observer la fillette. Ces nattes blondes. Cette pâleur de peau. Était-il possible que ... ? Honnêtement, le jeune homme en était bien incertain. Il n'avait vu la prisonnière de la Grande qu'à trois ou quatre reprises. Dans la noirceur quasi totale. Certes, ses traits vampiriques lui avaient permis de mieux voir que les autres dévôts et il était l'un de ceux qui avait pour apercevoir les traits de l'enfant avec plus de minutie. Cependant, la gamine avait été sale, très sale. Amaigrie, cheveux sur le visage ... difficile à cerner, donc. Maintenant, il avait devant lui une enfant propre, bien mise, bien coiffée ... alors ? Et, si c'était elle ? Que ferait-il ? Rien, probablement. Rien ? Lui, un dévôt ? Oui. Oui, parce que Frank Gillis n'était un dévôt que pour deux raisons, dont une toute "professionnelle". La première, pour se rallier aux plus forts et comme les Mangemorts n'existaient plus, il fallait bien trouver autre chose. La deuxième, pour servir d'espion au Régent Rhach. Effectivement, le Régent des vampires Sabbat voulait des informations concernant Julianne la Grande ... celle qui était la princesse du clan vampirique ennemi, fallait-il le spécifier ? Bref, cette sotte était-elle dérangée ? Était-ce un plan des Camaristes (quoiqu'ils étaient trop chochottes pour ça) ou alors ... quoi ? Oui, le Régent se posait des questions et il voulait des réponses précises. Pour le moment, Frank lui avait rapporté que Julianne était folle. Folle dingue. Dédoublement de la personnalité, peut-être. Mais folle dingue. Ça avait bien fait rire son Régent, qui préparais, dans l'ombre, une attaque contre les Camaristes. Le bon moment viendrait bientôt. Alors, est-ce que Frank aurait rapporté la prisonnière à la Grande ? Non. Il ne cherchait pas sa gloire. Est-ce qu'il allait le lui dire ? Bha, encore une fois, pourquoi ? Rien à foutre. D'ailleurs, quand il avait été mandaté pour apporter la nourriture à la prisonnière, Frank ne lui avait adressé que quelques mots "oui, non, ça va être froid, voici ton eau" et autres trucs totalement détachés. Jamais on ne lui avait demandé de faire du mal à la gamine et jamais il ne lui en avait fait d'office. Lui, un Sabbat cruel, ne pas faire de mal à une prisonnière ? Oui, puisque celle-ci n'était pas sienne. Point. Alors, était-ce elle ?

Le Vampire suivi l'enfant du regard jusqu'à ce qu'elle vienne déposer son lourd chaudron devant lui. Son trouble était manifeste. Celui de la fille. Elle bégayait, n'osait point le regarder dans les yeux, tentait de dissimuler sa main, échappait comme par mégarde ses Mornilles ... Hum. Ce devait donc être elle. Sinon, pourquoi ce trouble subi ? Frank n'avait pas utilisé de disciplines vampiriques ... Haha. Un petit sourire se dessina sur les lèvres du jeune homme qui hésitais visiblement entre s'amuser à terroriser Malka ou faire comme si de rien n'était. Pour le Sabbat qu'il était, la première option était très très tentante. Genre, se pencher sur le comptoir, la regarder droit dans les yeux et lui susurer un "je sais qui tu est, mon enfant" tel un grand méchant loup mouhhaaahhhaaa ! Ce serait absolument charmant. Toutefois, cela risquait de lui faire perdre son emploi. Oui, si la fille allait tout raconter, il y aurait plainte contre lui et enfin ... Ce fut par conséquent le côté "trouillard" et "profiteur" du Serpentard qui l'emporta.


" 5 Gallions, les fioles sont en spécial "

Oui, à 50% de rabais. Pas trop mal. Frank, son sourire étrange toujours accroché à ses lèvres (il ne pouvait pas s'en empêcher, ajouta bonnement :

" J'ai quelque chose pour toi ... une petite surprise "

Pouhhaaaahhaaa ! Rien de bien méchant, rien qui ne pourrait lui nuire mais ça serait peut-être suffisant pour lui faire peur. Une légère augmentation de son sourire "à la Dexter" avant que Frank ne porte la main sous le comptoir. Il allait en sortir quelque chose, oui. Houuuuuuu !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 443
Age : 22
Localisation : De retour à Poudlard
Age du perso : 15 ans
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 31 Oct - 16:18
Accroupie au pied du comptoir le temps de ramasser ses Noises, Malka s'efforça de calmer les tremblements de ses mains. Elle n'avait que quelques secondes pour réfléchir. Ses parents allaient probablement passer d'ici dix minutes si jamais elle n'était pas sortie d'ici là, mais en dix minutes, tout pouvait arriver. Il y avait plein de monde dans la boutique mais ça n'empêcherait pas le Dévot de lui faire du mal s'il en avait envie : les visiteurs du zoo n'avaient pas stoppés Rosemonde/Ana. Mais elle pouvait se défendre. Elle avait sa propre baguette désormais, et Papa lui avait appris le sortilège "Stupéfix". Elle refusait de croire que c'était un sort difficile. Si papa le lui avait appris, c'était qu'elle en était capable, qu'il suffisait de conviction, et elle avait suffisamment peur pour ne pas manquer de croire en ses paroles si jamais elle devait s'en servir. Profitant qu'elle était encore à l'abris du regard du vendeur, elle sortit donc sa jolie baguette en bois de cèdre, et la garda à la main droite.
 
Puis elle se redressa. Elle ne pouvait pas rester là plus longtemps sans paraître suspecte et rien ne lui prouvait qu'il l'avait reconnue. Il ne pouvait pas voir sa main droite de là où il était. Elle posa sa bourse sur le comptoir et en sortit docilement les cinq gallions exigés avec sa main gauche, totalement indifférente à la somme qu'ils représentaient. Un petit effort, et elle lâcha sa lèvre pour afficher un faible sourire. Donner le change en attendant de savoir ce qu'il lui voulait. Elle ne se laisserait pas ramener auprès des Deux Grands, ça c'était sûr. Objectivement, d'ailleurs, elle ne leur servirait plus à rien, aux Deux Grands. Ils n'avaient plus Tamarah, elle-même avait été suffisament amochée pour faire passer le message à l'Ordre. Non, si elle y retournait jamais, ça serait de la cruauté totalement gratuite. Ce qui était possible, vu la personnalité de la Grande.
 
"Tenez."
 
Prétendre que rien n'était. Malka était nulle pour mentir, ça ne l'intéressait pas et elle ne le faisait quasi jamais. Mais elle savait éviter les sujets, se taire et tourner autour du pot quand elle n'avait pas envie de parler de quelque chose. Ca, elle pouvait faire. Derrière le vendeur, à travers la vitrine, elle pouvait voir Procyon et Laila-Rose en train de se courir dans la rue et elle leur fit un petit  signe de la main. Ils ne l'avaient probablement pas vue mais le vendeur, lui, saurait qu'elle n'était pas seule.
 
Son cœur rata un battement. Elle déglutit et son sourire crispé se figea. Le tutoiement soudain alors que jusque là il s'était abstenu de s'adresser à elle personnellement, une "surprise", la main sous le comptoir… Plus de doute, il l'avait reconnue. Elle serra la main autour de sa baguette et se força à prétendre que tout allait bien sans grand succès. Plus vite elle se débarrassait de lui, plus vite elle était sortie de là et auprès de ses parents.
 
"Non merci, je suis pressée."
 
Elle attrapa la poignée de son chaudron neuf avec la main gauche et fit un effort pour le descendre en douceur du comptoir, s'arc-boutant jusqu'à ce qu'il soit posé à ses pieds. Elle n'avait plus rien à faire des cinq Gallions. Si le  Dévot sortait quelque chose de suspect du comptoir, elle allait lui balancer un Stupéfix au nez avant de déguerpir en courant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [THEME - PV] J'ai raté mon entrée à défaut de ma rentrée !
» Un mois de retard pour la rentrée
» • Une nouvelle Rentrée, Une nouvelle élève. || Validée.
» Un costume bien taillé pour la rentrée
» Grand bal de rentrée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~+ Poudlard : La Magie s'ouvre à vous +~ :: En dehors des murs :: Le Chemin de Traverse :: Jouville l'apothicaire-
Sauter vers: