:: En dehors des murs :: Londres :: Le Ministère de la Magie :: Département de la Justice Magique :: Magenmagot Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le procès des Deux Grands

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 454
Age : 22
Localisation : De retour à Poudlard
Age du perso : 15 ans
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 31 Juil - 16:20
[J'en profite pour glisser que Maryna travaille et ne devrait pas être disponible au moins jusqu'à la fin de l'été Smile ]

Désormais, Malka se concentrait sur le juge. Elle ne voulait voir personne d'autre, ni les vampires, ni les gens avec leurs détritus, ni surtout pas les accusés, mais elle n'avait pas envie non plus de ne pas comprendre ce qui se passait et de repartir en stress post traumatique. Non, c'était mieux si elle suivait ce que racontait le juge Patterson. Après tout, il était un peu comme le chef d'orchestre de ce grand procès. Vivement la double barre.


 

Sa cousine Maryna venait d'être appelée à la barre. Les deux jeunes filles s'entendaient bien, même si Malka s'était tenue un peu à l'écart juste après que Mar ait levé le sortilège d'espionnage qui pesait sur elle dans les toilettes du Chaudron Baveur. Vous parlez d'un épisode ! Elle qui s'était crue en sécurité et de retour dans un environnement, apprendre qu'elle servait d'oreille aux Deux Grands en plein cœur de l'Ordre de Phénix, se le faire enlever de manière franchement brutale par une cousine dont elle ignorait jusque là les capacités disons "spéciales"… tout ça le jour de l'une de ses toutes premières sorties. Bref, mieux valait ne pas y repenser. Maryna était là pour parler du meurtre de sa famille. Merlin, en voilà une distraction de l'esprit plus légère ! Etre présente dans ce sous-sol c'était aussi bien s'enfermer dans les recoins les plus sombres de sa mémoire. Pas d'échappatoire.

 

Nocturne s'agitait sur ses genoux. Lui était bien la seule once de positif dans ces lieux. Elle le regarda s'étirer sur ses pattes, langues pendante… attraper des miettes de biscuit ? Hein ? Les miettes de biscuits n'étant pas des projectifs pouvant être considérés comme dangereux, même par elle, elle s'efforça de regarder dans leur direction, et découvrit Tante Amélia et Oncle Remus. Tante Amélia semblait même l'appeler. La petite blonde eut un gros soupir de soulagement. Eux ne comptaient pas comme témoins, pas comme Aurors, pas comme rien du tout. Bien sûr, ils étaient membres de l'Ordre, mais ça, ça ne regardait pas le tribunal. Non, ils étaient venus pour elle et rien que de les voir, elle se sentait un peu soulagée. Oncle Remus avait été incroyablement compréhensif au début de l'année scolaire quand elle lui avait avoué que les cours de Potion dans les cachots la rendaient malade. Ils avaient fait cours dehors jusqu'à la fin de l'été indien, avant de s'installer dans une salle du rez de chaussé, l'une de celle avec de grandes fenêtres donnant sur le cloître. Grâce à lui et au tutorat de Tante Amélia, elle avait presque rattrapé son retard en la matière et surtout, elle pouvait se rendre en cours sans crainte.  Oh, ce qu'elle aurait voulu être auprès d'eux en ce moment, plutôt que sur le banc des témoins !

 

Maryna était à la barre et parlant et répondant aux questions d'une voix mélancolique mais ferme, compte tenu de ses propos. Malka n'avait pas envie d'écouter. Elle aussi avait perdu ses parents et une sœur dans une attaque, bien qu'il se fût alors s'agit du Marionnettiste.  Non. Tâchant d'ignorer les procédures, elle se concentra plutôt sur sa Tante, qui cette fois-ci, elle en était sûre, venait de l'appeler par son nom. Malka se força à faire un sourire, qui ressemblait à une grimace douloureuse et dura à peine un quart de secondes, et agita mollement la main qui tenait toujours sa baguette. Celle-ci réagit en émettant un bref pouf de fumée verdâtre. La Griffondor fronça le nez : devrait-elle s'inquiéter ? Aucune idée, mais ça n'était pas une excuse pour desserrer les doigts de sa baguette. Est-ce qu'on pouvait communiquer son stress à sa baguette ?  L'idée n'étant pas franchement rassurante, elle se mordit la lèvre, rouvrant la plaie qu'elle s'était fait quelques minutes auparavant et qu'elle avait déjà oublié. Elle grimaça, léchant l'endroit douloureux. Il faudrait vraiment qu'elle se débarrasse de cette mauvaise habitude, parce que c'était un miracle si elle avait encore un coin de lèvre inférieur droit. Elle regardait toujours son Oncle et sa Tante  avec envie. Elle se sentait mal et peut-être qu'être avec eux, ou au moins en contact, améliorerait un peu les choses. Bah, Tante Amélia allait forcément avoir une idée. Tante Amélia était un génie. Elle aurait bien envoyé Nocturne avec un message, mais elle n'avait pas de quoi écrire. Et puis, avoir son chat ronronnant sur ses genoux était la seule chose qui l'empêchait de s'enfuir d'ici en hurlant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 718
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 4 Aoû - 20:55
(D'accord ... on va s'amuser en attendant, han !!)

Remus ne me lâchait pas, han ! J'avais beau secouer mon bras comme si j'étais atteinte de Parkinson, han, rien n'y faisait. J'avais les yeux rivés sur Malka, qui venait enfin de réaliser que je l'appelais. Elle avait un air tellement dévastée, tellement démunie ! Je ne pouvais pas laisser faire ça. C'était inhumain de la laisser ainsi, écouter toutes ces horreurs, revivre des choses qui l'avait traumatisée et qui ... Elle prenait un peu de mieux, elle avait repris son retard et là, han, entendre toutes ces choses allaient lui étioler le cerveau et la rendre amorphe et triste et. Nan. Nan, je ne pouvais pas faire ça. La justice ne pensait pas trop trop aux conséquences et. Merde, Remus allait me lâcher le bras, oui ?! 


Après avoir laissé échapper un petit rugissement de frustration, je levai ma main libre pour faire signe à ma nièce de coeur d'attendre. Mes lèvres murmurèrent très distinctement et de manière ultra détachée (j'avais l'air d'une ventriloque, han) ''aaaatteeennddss han !'' Une fois cette chose faite, je portai mon attention sur Remus, qui me regardait avec son air de préfet. Ho han ! Il me regardait MOI avec son air de préfet, son air qu'il réservait à James, David et Sirius et ...


'' Remus, han ! Me regardes pas comme ça ! Malka a besoin de support et c'est pas juste qu'elle entende tout ça et ... lâche mon bras, je t'ai dit ...''


Il n'allait pas me lâcher. Je le savait. Alors, il ne me restais plus qu'à utiliser la force, han ! Ouais ! Avec ma main libre, je lui enfonçai mon index droit dans les côtes et nan ! Je picossai et picossai, toc toc toc toc tic tic tic, comme un ti n'oiseau. Pic pic pic pic pic pic pic. Viiiiiiiiiitttteeeeeeee ! yessir Il venait de me lâcher !!! Je me levai précipitamment sans trop me soucier que je me trouvais au Magenmagot. Il fallait que je me sauve ! Viiiiiiiiittttttttteeeeeeee ! J'enjambai la rangée de bancs située en avant de nous à toute vitesse, accrochant quelques personnes au passage. 


'' Pardon, pardon, han, pardon, ma nièce a ... pardon, iiiiiiiiiiiii pardon han ''


Je venais d'accrocher le gros chapeau à plumes d'une immense madame. Le dit chapeau venait de tomber trois rangées plus bas et ... bof han, il était laid de toute manière. Hop hop, je passai par dessus les rangées en m'excusant, han, et ... patapifpif !


'' Iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! ''


Bien oui, je venais de m'accrocher le pied dans un banc et de m'étaler en plein visage par terre et ... J'avais 41 ans, han, pourquoi est-ce que je passais par dessus les bancs, han ? Malka ! Oui, han, Malka ! Vite fait, je me relevai en affichant un air tout à fait Potterien -- innocence pure du genre j'ai-rien-j'ai-rien-fait-et-je-vois-pas-pourquoi-on-m'accuse -- tout en replaçant mes cheveux. Ouf han ! Ho, on me regardait. Probablement depuis tout à l'heure.


'' Mon pied a fourché, han ... c'est rien, c'est ... ''

Mppfffpphhhh ! Ça c'était moi qui venait de passer par dessus la rangée de l'enfer qui tues, han. Bon. J'étais rendu près des témoins et je pouvais enfin être près de Malka si on me laissait la chance de lui parler, je ...


'' Ça va, han ! Je suis là et ... ho han, Monsieur le Juge ! Hey, Monsieur le Juge, han ! ''


J'allais lui faire une objection, han. Je lui faisait des tatas pour être bien certaine qu'il me voyais mais, han, avec mon aventure dans les rangées, il m'avait certainement vu. Yoouuuuhooooouuuuuu !!!!  boulet




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Remus Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 544
Localisation : Avec ma louve
Age du perso : 46 ans
Fonction : Professeur de Défenses contre les Forces du Mal
Vice-Directeur de Poudlard
Directeur de Griffondor
Patronus : Loup
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 6 Aoû - 19:37

Je retenais ma louve autant que faire se pouvait. Elle gigotais tellement le bras que j'avais du mal à ne pas perdre prise sur la manche de sa chemise. Par Merlin, j'aurais dut lui faire boire une potion calmante avant de partir. Ou lui donner du Ritalin ! Oui, Amélia était hyperactive, vous en doutiez encore ? La main droite levée, je lui faisais signe que je savais, de se calmer et ... j'avais beau la regarder avec mon air de préfet et lui faire expressément signe de ''prendre sur elle'', aussi bien demander à un mur de parler. Bref. 

'' Amélia ... je sais mais ... aie !!! ''

Mince, elle me picosais les côtes ! Je me pliai légèrement, afin de l'empêcher d'avoir une prise. Qu'est-ce qui lui prenait ? Elle voulais m'éventrer ou quoi ?

'' Aie ! Am ... aie ... ché .. aie, arr ... Amé .... aie ! ''

Arrggggghhhh! Je lui lâchai le bras et me redressai légèrement sur le banc. Je voulais me pousser un peu pour l'empêcher de m'atteindre et ... 
'' Amélia ! Ne ... ''

Trop tard. Ma louve venait de passer par dessus la rangée de banc, accrochant la tête d'un Monsieur au passage. Je me levai et tendit le bras pour la rattraper, mais elle fut plus rapide. Normal. Amélia avait toujours été très vive. Ma main ne put que se refermer sur l'air et je ne puis que regarder mon épouse faire son chemin par dessus les rangs. Merde ! J'affichai un air stoique -- genre, je me sauve ou ... je fait comme si je ne la connaissais pas ou ... je me rassied ou ... je descend l'attendre en bas ... -- et je décidai de me rasseoir. Que pouvais-je faire d'autre ? Me cacher sous le banc ? Ce serait une excellente idée. Mais, je devais être trop grand pour ça et Amélia était déjà en train de faire tout un numéro ! Je me contentai de mettre mes mains sur mon visage question de le frotter en soupirant. Bon sang. 

Un cri. Je retirai les mains de mes pauvres yeux pour voir ma femme se planter entre les bancs. Rapidement, elle se releva. Plus vite que le temps qu'il m'aurait fallut pour me relever à nouveau, en fait. Elle affichait son air Potterien. Et moi, mon air -- Merlin, pourquoi ???? -- Je m'adossai au dossier de la banquette et j'attendis qu'on demande à ma louve de quitter les lieux ... ou qu'on l'enferme pour outrage au tribunal. Ou folie passagère. Près de moi, j'entendis un rire parfaitement reconnaissable. Suivi de deux autres tout aussi connus.

'' Les gars ... ce n'est pas drôle ''

Je me retournai pour regarder Sirius, James et David. Ils trouvaient ça bien drôle, évidemment ! Merlin !

'' James, ta soeur va me rendre fou ''

Je reportai mon attention sur la scène alors que mon beau-frère pouffait derrière moi. Bla bla bla !
Son pied avait fourché, qu'elle disait ! Et elle faisait des signes de mouche qu'elle voulait aider à atterrir au Juge. Un sourire nâquit sur mes lèvres. Seigneur ! Faites qu'elle ne décide jamais de changer de carrière pour devenir avocate !




__________
Époux de Amélia Potter
Père de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-père de Isac & Sarah
Co-propriétaire de la boutique Les Maraudeurs
Professeur de Défenses contre les forces du mal 
Directeur de Griffondor & Vice-directeur de Poudlard
Loup-Garou de son état
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severus Rogue
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 567
Age du perso : 46 ans
Fonction : Directeur de Poudlard
Patronus : Biche
Date d'inscription : 28/08/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 6 Aoû - 22:34

Heureusement pour lui -- parce que Gwendoline allait certainement lui casser les oreilles pour avoir retiré sa main un peu trop vivement -- un ''Malka !'' des plus retentissant résonna dans la salle. Pie Potter. Le sorcier ne tourna que les yeux en direction de son amie, son corps demeurant figé dans une position froide. Qu'est-ce qu'Amélia était en train de mijoter encore ? Elle semblait gesticuler pour lancer des trucs invisibles en direction de Malka. Mais que ...

Cette fois, Severus tourna la tête. Amélia était en train de ... de quoi au juste ? De tripoter son loup en pleine cour ? Le vampire plissa les yeux, affichant ainsi un air suspicieux. Non. Non, Potter était en train de ''picorer'' son ti loup. Ha bin ... et ... que quoi ? S'il n'était pas un individu aussi stoique, le sorcier en serait demeuré bouche-bée ! Au lieu de ça, il regarda fixement son -- hey oui -- amie en train d'enjamber les rangées comme si elle était en train de courir le 100 mètres haies ! 

'' Pie Potter enjambe les rangées '' dit-il laconiquement à l'intention de sa femme
Pas trop de choix de faire la narration. Gwendoline allait certainement lui demander ce qui se passait, compte tenu du fait que le petit manège de Amélia provoquait murmures, exclamations et commentaires parfois déplacés. Des gros mots lancés par ceux qu'elle accrochait. Puis ...

Severus eu un bref sourire. Amélia venait de tomber en plein visage. Pas que l'homme trouvais ça drôle qu'elle se soit planté devant tout le monde. Non. Bon, juste un peu. Puis, il fallait avouer que c'était somme toute drôle. Amélia était drôle. Bon, il l'avait dit. Non, il ne l'avait pas dit, il ne l'avait même pas pensé. N'allez pas dire que ... Rogue plissa les yeux. Amélia venait de se relever et elle affichait son petit air Potterien. Il détestait cet air de navet ! Maintenant, il n'avait plus envie de sourire. Même le commentaire de son amie concernant son pied qui avait fourché lui tira à peine un simili plissure des lèvres. Trop de mauvais souvenirs rattaché à cet air de morron innocent et totalement ...

L'ancien Mangemort arqua un sourcil. Mais, qu'est-ce qu'elle faisait encore à faire des signes de mouette au Juge ? Décidément, elle aimait se faire remarquer ! Pas mal plus Potter qu'il n'en paraissait. Beurk. Et elle était son amie ?!!! Le gras de ses cheveux devait avoir atteint son cerveau !


Severus Tobias Rogue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julianne VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
Nombre de messages : 2094
Age : 41
Age du perso : 28 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Guérisseur itinérante
Patronus : Serpent
Date d'inscription : 22/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 8 Aoû - 17:58

Le silence était de retour et le procès débutais enfin. J'allais bientôt pouvoir connaître la suite de mon sort. Toute cette histoire aurait, ainsi, une fin. Et, je ne savais pas trop ce que je désirais comme finalité. Vivre ou être réduite en loque humaine par le baiser d'un être abject ? Loque ou demander moi-même un sort mortel ? Mon âme hésitait entre deux mondes. D'un côté, je voulais vivre. Profondément. J'avais des enfants dont un fils que je n'avais jamais vu ... et que je ne verrais jamais. Ainsi était le prix à payer pour réduire à néant la malédiction Ternac. Toutefois, ce fils avait besoin de moi, comme j'avais besoin de lui. Mes enfants avaient besoin de moi. J'avais aussi une famille et des amis fidèles qui m'aiment. La preuve en était les gens qui se trouvaient dans la salle d'audience. Plusieurs ici m'en voulait. J'en portais encore l'odeur de détritus sur mes vêtements déchirés. Mais plusieurs m'aimaient et me soutenaient. De l'autre côté, je m'en voulais terriblement pour ce qui était arrivé. J'étais en partie coupable. Par mon entêtement et mon orgueil. Je n'aurais jamais dut combattre seule une malédiction infernale aussi puissante. Je n'aurais jamais dut me prendre pour une super sorcière sans peur. Mais ... était-ce bien moi qui avait agit de cette manière ? Était-ce vraiment MON orgueil ou alors les fruits de la malédiction qui poussaient en moi ? Comment en être certaine ? Comment déterminer si mon entêtement à croire que je pouvais vaincre seule n'était pas déjà les élans de Julianne la Grande ? Comment savoir si la poule venait avant l'oeuf ou celui-ci avant sa génitrice ? Vivre ou devenir une loque ? Loque ou la mort ? Coupable en partie ou innocente en entier ? Perdue dans ces pensées, mon regard aveugle et fixe devant moi, je me perdis peu à peu dans les souvenirs des derniers moments de la Grande.

FLASH BACK




Julianne la Grande était encerclée. Autour d'elle, les réincarnations des fondateurs, les membres de l'Ordre et quelques sorciers alliés triés sur le volet scandaient des incantations anciennes. Enragée, la Grande hurlait des insanités alors que le ciel s'assombrissait. Légèrement en contre-bas, Nazélie Lestrange terminait la concoction d'un rituel destiné à clore la cérémonie. 
Debout derrière ce cercle impressionnant de sorcier, je regardais la scène. Les larmes perlaient sur mes joues translucides et mes paumes étaient fermement serrées. Si les esprits avaient des ongles, je me serait certainement blessée. Invisible à tous, je ne pouvais qu'espérer que tout se passerait bien. Pour nous. Pour eux. Ceux qui, malgré tout, croyaient en moi. Ceux qui voulaient me délivrer du mal. Ceux sur qui je pouvais compter. 
Soudainement, le sol se mit à trembler. Julianne la Grande hurla et, devant elle, la terre se fissura. Un nouveau cri de la Grande puis ... mon corps chuta durement sur le sol rocheux des grèves. Une ombre noire et menaçante était sortie de mon corps au moment où il touchait les pierres froides. À mes côtés, mon parrain était aussi tombé, inerte. Mais, je ne le voyais pas. Je ne le voyais plus, les larmes brouillant mon regard diffane. Mon coeur, lentement, ralentissait son rythme. Les sorciers, regroupés, terminèrent le rituel et l'ombre diabolique fut projetée dans la crevasse, qui se referma.
Le silence tomba quelques instants sur les grèves, puis un cri déchirant. Celui de mon mari. Je regardai Ludwig se précipiter sur mon corps puis je regardai mes mains. Je n'avais pas ré-intégré mon corps. J'étais toujours un esprit que nul ne voyais. Le rituel n'avait-il été qu'un échec ? Était-il trop tard pour mon âme. Je relevai les yeux, baissai les mains et regardai les sorciers qui se rAveugegroupaient lentement autour de Ludwig, qui tenait mon corps inanimé contre son coeur. Pour ce qui était du mien, il ne battais pratiquement plus. Mon âme pouvait le sentir. J'allais mourir. Mes yeux se tournèrent en direction de mes filles. Je voulais les voir une dernière fois pour ... Mes filles ?! Où étaient-elles ? Je ne voyais que Tamarah. Tamarah qui était à genoux, les mains sur les yeux. Elle hurlait qu'elle ne voyait plus rien pendant qu'une personne qui m'était inconnue tentait de la réconforter. Où étaient mes autres filles ? Ilmare ? Où étaient-elles, bon sang !?
'' Où sont-elles ? Où sont les filles ... où ... ''

Ma mère. Sur le sol dans les bras de mon père. Les mains sur les yeux. Jana et Eavan. Elle étaient blotties l'une contre l'autre, les yeux blanchis. Aveugles. Elles étaient ... Je tournai la tête.
Les fondateurs étaient là. Debouts derrière leurs incarnations respectives. Aussi translucides que moi, ils me regardaient. Pas une once de colère ou d'accusations dans leurs regards. Que de la compassion. Mes yeux se posèrent sur mon ancêtre Rowena Serdaigle et, à nouveau, les larmes roulèrent sur mes joues. J'avais si ... honte ! Je voulais tellement lui ressembler plus que physiquement, je voulais ...
'' Pardon ... '' parvins-je à murmurer entre mes larmes
'' Nul grâce n'est requise '' me répondit mon aieulle
'' Où sont mes filles ? Où sont-elles ? '' hurlai-je, aux prises avec une peur innommable, une peur que seule une mère pouvais ressentir
'' Elles n'auraient ja jor dut forser ... pas plus que tes soeurs. C'est un miracle divin qu'elles soient tozdis là '' me dit Helga Poufsouffle
Un miracle !? Un miracle ? Mes filles étaient disparues, anéanties ... mes soeurs et ma mère étaient aveugles et elle appelait ça un miracle ? Mes filles n'auraient jamais dut naîtres ! Tout un miracle ! Je ... anéantie et aux prises avec une culpabilité sans nom, j'allais protester quand me regard croisa celui de Griffondor. Ma culpabilité monta d'un cran. J'avais été une piètre représentante de sa maison !
'' Je ... je ne suis pas ... '' lui dit-je entre mes larmes
'' Si fait, tu l'es. Ore endreit, esvertir ton pelice '' me dit-il fermement mais d'un ton calme
'' Non ''
'' Sois une veritel Griffondor '' me rétorqua t'il
Être une vraie Griffondor. Et que ferait une vraie Griffondor ? Une vraie Griffondor affronterait les conséquences de ses actes. Une vraie Griffondor ferait face la tête haute. Une vraie Griffondor n'agirait pas en lâche en se laissant mourir. Une vraie Griffondor ... Je reportai mon regard sur mon corps que Ludwig tenait toujours entre ses bras. En larmes, il me serrait contre lui en me suppliant d'ouvrir les yeux. Il était sous sa forme vampirique et il était si bouleversé qu'il ne pensait même pas à me mordre. Oui, comme les mortels, un Damphyr pouvait devenir entièrement vampire suite à une morsure : les gênes vampires que nous possédions déjà se ''fusionnant'' avec notre partie humaine. Au lieu de me rendre ''immortelle'', il agissait comme un homme normal ... il pleurait la mort de celle qu'il aimait. Parce que j'étais morte. Ou presque. Mon coeur ne battait plus que brièvement. À peine pour dire que j'étais toujours en vie. Dans quelques secondes, voire demies secondes, j'allais rendre l'âme. Et il serait trop tard.
'' Ludwig ... ''

Je ré-intégrai mon corps. Je n'en eu que peu conscience. À peine un souffle. Un murmure se perdit entre mes lèvres et j'ouvris les yeux. Noir. Que le noir. Les Enfers avaient offert un sublime don de voyance aux descendantes Ternac. La faculté de voir ce que nul ne voyait ... de voir au delà du possible. Maintenant, les enfers avaient repris ce qu'elles avaient donné comme tribu au sang versé. Les démons avaient repris le don de voir ... dans tout ce que cela signifiait. Dorénavant, les descendantes Ternac étaient aveugles. Et elles le seraient à jamais. Tel était le prix à payer pour l'orgueil de Sarkasius Ternac. Et le mien.
FIN DU FLASH BACK

Un bruit de chute me fit sursauter. Je me retournai en direction du bruit, mes yeux aveugles cherchant ce qui venait de survenir. La voix du Professeur A. Lupin s'éleva alors. Son pied avait fourché. Elle avait dut tomber à force de s'étirer le cou pour voir en avant. Je reportai mon attention devant moi avant de redresser la tête. 

Ma décision était prise.

J'allais vivre. Peu importait ce qui allait suivre, j'allais demeurer la tête haute. J'étais une vraie Griffondor. Patiente, j'attendis le témoignage de Maryna Parker. La réincarnation de mon ancêtre Rowena. Cette fois, une grâce était requise.


Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jenni W. Malefoy
~+ MINISTÈRE +~
Nombre de messages : 268
Age : 31
Localisation : En Ecosse, chez elle, en convalescence, suspendue le temps de retrouver sa santé mentale, auprès de son époux et de son jeune fils
Age du perso : 29 ans (22 mars)
Fonction : ¤ Auror Confirmée experte en Magie Noire
¤ Enseignante à l'Institut d'Auror
¤ Prévôt Camariste de Londres.
¤ Mère d'un petit Ewan Cygnus Malefoy né le 05.02.2007.
¤ Membre de l'Ordre du Phénix
Patronus : Anciennement, il s'agissait d'un Dauphin mais depuis les évènements avec le Semeur de Cadavres en Juillet 2007, son patronus a changé de forme devenant un oiseau magnifiquement triste nommé Augurey
Date d'inscription : 21/09/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 24 Sep - 12:49
Le procès avait déjà commencé mais je me trouvais dans la pièce avant même l'arrivée de tout le monde. Je revenais d'un très long voyage et je me suis tenue au courant des événements via la presse alors que je me trouvais notamment en Allemagne afin de reprendre les longues recherches que ma mère avait mener avant sa mort. Et ses recherches m'ont obligé à apprendre un art interdit ici en Angleterre. Mais de vous à moi, je m'en fiche vu que je ne suis pas Anglais. Je dispose d'un visa à vie en raison de ma profession. Et pas n'importe laquelle... Je suis Auror. Il y a encore quelques années, on me surnommait « l'auror prodige » pour avoir arrêter une dizaine de Mangemorts avant même d'obtenir mon diplôme d'auror et je l'avais même validé avant mes A.S.P.I.C à Poudlard. Mon chemin était tout tracé... Avoir appris la Magie Noire ne fut pas une chose aisée et c'est une magie particulière à double tranchant qui non maîtrisée peut devenir de véritables catastrophes. Mais j'ai appris... Toutes ses années loin de l’Angleterre... Je ne me rappelle même plus combien de temps mais c'était un mal pour un bien. Et je n'ai pas honte. Et puis, il faut apprendre pour guérir... Et je suis bien placée pour le savoir. Dans le fond, je m'en voulais d'avoir laisser Julianne affronter ça seule. J'aurais du être présente. Julianne est même mieux que ma meilleure amie, elle est la sœur que je n'ai jamais eu et ma jumelle. Sans elle, je n'aurais pas eu le courage d'affronter tout ce que j'ai affronté. J'avais presque honte de ne pas lui avoir donner de mes nouvelles mais je ne le pouvais pas. Mon "formateur" s'est servi de la totalité de mes souvenirs pour les réduire en miette, détruire ce que je fus pour ensuite me reconstruire sans avoir la craindre de la Magie Noire dont il a ajouté la marque dans mon esprit et au plus profond de mon être. Mais c'est en me reconstruisant que j'ai appris la véritable source de la Magie Noire. Tout le monde ignore que la magie noire est une magie sournoise qui tire sa puissance de ce que nous sommes. Cela englobe aussi notre face cachée. Et je l'ai appris à mes dépends. Je peux donc dire que l'expression moldue « Nous sommes notre propre ennemi » est tout à fait réelle et adaptée à la Magie Noire. La raison pour laquelle personne ne peut lutter contre celle-ci est que personne ne se connaît réellement. Et pour cause, les humains, mortels comme créatures, s'imposent des limites par crainte d'aller au delà et c'est de ça dont se nourrit cette puissante magie qui existera éternellement. Julianne pense souvent qu'elle est sans peur mais elle se ment à elle-même tout comme je me mentais à moi-même.

J'avais tout vu, tout entendu et je restais dissimulée aux yeux de tous. Ce procès ne serait pas simple et je le savais. Concernant le cas de Lucius Malefoy, je m'en foutais complètement. Ce n'était pas lui qui m'intéressait. Seule Julianne à piqué ma curiosité. Et d'un autre coté, j'avais un devoir de loyauté et d'honneur vis-à-vis d'elle. En plus d'être celle que je considère comme ma sœur, elle est aussi membre de la famille royale que j'ai juré de protéger et c'est aussi pour elle que j'ai accepté de devenir Gardienne de l'Elysium. Nous avons toujours été là, l'une pour l'autre. Ce jour ne changera pas cette règle. Posant les yeux sur elle, je ressentais sa douleur, sa peine. Nous avons toujours été connectées et cela ne changera pas. Silencieuse, je la regarde pour lui envoyer une vague d'apaisement et de soulagement. En ce jour difficile, elle allait en avoir besoin. J’espérais qu'elle comprenne que j'étais pas loin et que j'étais prête à l'aider. Me glissant subtilement auprès du Prince VanHolsen, je portais toujours le collier portant la clé symbole de mon rang parmi les Vampires Camaristes de Londres. Puis d'un geste ample, je dépose un main rassurante sur l'épaule de celui-ci. Un simple regard pour lui transmettre aussi bien mon retour mais aussi un rappel important sur la première tradition. C'était mon rôle.


** Majesté, vous ne devriez pas... Briser la première tradition de cette sorte ne ferait que renforcer l'animosité de nos hôtes vis-à-vis de nous. Mettre nos hôtes dans notre dos signifierait l'infraction de la cinquième tradition. Vous voulez qu'on nous condamne comme les Sabbats ? J'admets que cela est justifiable mais c'est le choix de votre épouse, vous devez le respecter. Je vous en conjure, calmez-vous **

Il était aussi mon prince et je lui devais le respect. Après le simple message, je baisse la tête en guise de respect. Contrairement aux autres vampires, je n'avais pas exposé au grand jour mon statut de vampire. Puis à peine le temps de tourner le regard que je n'étais plus là. Je me trouvais toujours dans la salle du jugement mais j'étais simplement dissimulée. Je n'ai pas honte mais je devais faire figure changeante afin de changer la donne et retourner les lois contre le Ministère de la Magie. Il est vrai que je ne suis pas avocat ou juge mais je devais au moins ça à ma meilleure amie. De retour dans mon « obscurité », je relance à Julianne des vagues d'apaisement et de soulagement. Pour le moment, je ne pouvais faire que ça mais j'attendais patiemment mon retour. Et puis, pour la population sorcière, j'étais probablement morte. C'est le moment de leur rappeler qui est l'Auror prodige... Désormais, c'était le chemin que je suivais et je n'étais pas prête de changer. Je n'avais pas apprécié le comportement qu'ils ont eu vis-à-vis de notre Princesse. J'en avais eu le cœur serré. La voir dans un tel état m'avait fait mal et cela m'a rappeler sa longue période où son Grand-père l'avait enlevé pour faire plaisir à un certain dont le nom ne sera jamais oublié mais qui a longtemps été signe de terreur dans l'ensemble du monde sorcier. Restant dissimulée, je transmets tout de même une profonde pensée à mon amie qui gît là-bas. Je lui devais au moins ça.

** Ma belle amie et ma tendre jumelle, ne désespère pas. Je ne t'ai pas oublié et mes pensées sont avec toi. Je suis ici pour te sortir de là d'une façon ou d'une autre... **

Pour le moment, je devais surtout être prudente et attendre. Attendre quoi me diriez-vous ? Attendre le bon moment pour intervenir. Pour l'instant, je ne peux pas le faire car ce serait assez mal-vu et assez idiots. Je ne suis pas fan des entrées en beauté et je ne veux pas faire ça mais il arrivera un moment où j'aurais mon rôle à jouer. Je connaissais la raison de tout ce mal et je n'avais fait que suivre les pistes que ma mère m'avait laissé. Je ne sais pas comment l'expliquer mais elle a su que je marcherais dans ses pas et que je chercherais à comprendre. La prévoyance de ma défunte mère continue encore à me surprendre... Et pourtant, plus de quatre ans s'est écoulé depuis ce fameux jour. Mais j'avais évolué et grandit. Mon long voyage ne m'avait pas servi à rien et je savais ce qui s'était passé. Je devais attendre, prévoir et intervenir lorsque le moment sera venu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ludwig VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
Nombre de messages : 211
Age du perso : 32
Fonction : Prince des Vampires Camaristes de Londres et de Kinderdjik
Patronus : Crapeau (ouais, riez)
Date d'inscription : 31/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 25 Sep - 19:32

Toujours hors de lui, le prince des vampires se retenait à deux mains pour ne pas bondir et arracher son épouse de cette fâcheuse situation. Il n'avait pas accepté de ''faire les choses selon l'ordre établi pour le bien de l'équilibre entre les vivants et les vampires'' pour voir que son épouse avait été ainsi maltraitée. Ce n'était pas dans l'entente et ça, il ne l'acceptais aucunement. On ne trompait pas les Ventrues ! C'était une honte et peu importait les désirs de Julianne qui se montrait prête à affronter ce procès, l'homme aurait quelques mots à dire au Ministre de la Magie. Le département de régulation des êtres et créatures magiques allait assurément en entendre parler ! Question de diplomatie, le Ministère avait été totalement à côté de la plaque.

Fâché, le vampire sursauta quelque peu lorsqu'une main se posa sur son épaule. Il reconnu la voix avant même de tourner la tête en direction de la personne. Jenni. La meilleure amie de Julianne ainsi que la Gardienne de son Élyséum était de retour ! Quelle surprise ! Ludwig lui avait accordé son accord pour son départ pour ''affaires'' et il s'attendait pas à son retour (bien qu'elle soit partie longtemps). La surprise fut donc de taille et juste ce fait calma le prince. Elle avait raison, évidemment. Malgré tout, le prince poussa un profond soupir. Oui, oui ... mais il y avait eu offense à l'entente. D'accord, il n'aurait pas dut réagir ainsi ... mais bon sang ! Regardez l'état de sa femme !
* Le Ministère a brisé l'entente prise avec nous, Jenni. Ils avaient assurés que Julianne serait bien traitée et regarde son état ! C'est un incident diplomatique éhonté ... j'exige une enquête et une réparation * envoya t-il en pensée à Jenni
La jeune femme était Auror, elle allait pouvoir agir. Franchement !

Assied et rongeant son frein, le prince tourna son regard en direction de Amélia Lupin, un de ses sujets. Elle venait de passer par dessus les rangées, ameutant les individus, s'excusant au passage et donnant des explications au Juge ... Par Dracul !!!!
* Madame Lupin ! Assoyez-vous et restez tranquille ! *

Il allait devenir fou avant la fin de ce procès !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 454
Age : 22
Localisation : De retour à Poudlard
Age du perso : 15 ans
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 26 Sep - 7:09
Les yeux bouche bée, Malka regarda sa tante se lever et traverser la salle avec de grands moulinets des bras. Elle grimaça et resserra son emprise sur son chat lorsqu'elle chuta. Tante Amélia n'avait rien, heureusement, et venait d'arriver à la haute du juge, qu'elle interpellait. Qu'est-ce qu'elle fabriquait ? Est-ce que c'était ça, son idée de génie ? Interrompre le procès et saouler le jury jusqu'à ce qu'il abandonne et rentre chez lui ? Malka n'en avait aucune idée, mais fixait le spectacle, fascinée. Sa tante avait une solution et plus celle-ci était spectaculaire et distrayante, mieux c'était. Regarder tante Amélia négocier son chemin était en tout cas bien mieux que d'écouter le récit de Maryna.


Pour le moment, elle était trop stressée pour avoir plus qu'une empathie vague pour sa cousine d'adoption. Elle avait besoin d'un minimum de distance, parce qu'elle n'allait pas être en mesure de prendre le malheur des autres en plus du sien. On aurait presque pu respirer l'horreur, dans cette salle, tant les récits qui s'additionnaient étaient déprimants et les personnes les débitant avaient l'air souffrant.

La jeune Gryffondor balaya rapidement la salle du regard avant de revenir à sa tante. Personne ne l'avait encore forcée à se taire ou à retourner s'asseoir. Et si elle faisait ça, finalement ? Si elle-même se levait et partait, est-ce qu'ils auraient le droit de l'en empêcher ? Elle gratta les oreilles de Nocturne. Peut-être que ça compterait comme une obstruction de justice. Ils n'allaient pas la mettre à Azkaban pour ça, non ? Elle était mineure, et ça n'était pas comme s'ils manquaient de témoins sur ce que les Deux Grands avaient fait. Hum. Elle allait voir ce que sa tante faisait et si rien ne marchait et que ça devenait trop insupportable, c'est ce qu'elle ferait. En attendant, c'était plus facile de tenir, avec cette petite porte de secours désormais allumée dans sa tête.

Les gens n'avaient pas l'air très contents des agissements de sa tante mais elle-même n'en avait rien à faire. Elle saisit ma main d'Amélia, maintenant tout près.

"Merci." murmura-t-elle. Ne plus être seule était soudainement très réconfortant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
~+ SCÉNARIUM +~
Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 26/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 26 Sep - 15:51
Juge Derek Paterson

Le juge Paterson était assied calmement et espérait que le procès se déroule maintenant sans heurts. La justice se devait d'être gagnante dans toute cette histoire. Le regard posé sur le premier témoin, il attendait que les avocats débutent la période de question, quand un bruit assourdissant se fit entendre. Des voix outrées s'élevaient même dans la salle d'audience. Mais, que ce passait-il donc ? Le juge tourna son attention dan la direction du bruit et il apperçu alors une femme qui s'amusait à enjamber les rangées ... Immédiatement, le juge prit son marteau et se mit à tapoter son bureau pour ramener les individus à l'ordre. Il ne comprenait rien à cette histoire et, en toute honnêteté, il commençait sérieusement à en avoir plus que marre. Que ce procès débute, enfin !
'' À l'ordre ! Madame veuillez immédi ... ''

La femme venait de chuter, ce qui fit taire Paterson. Par Merlin ! Pourquoi était-ce lui qui avait été mandaté pour ce procès ? La femme se relevait en dégageant ses vêtements, exprimant que son pied avait fourché, ce qui fit froncer les sourcils au juge. Voyons ... quoi encore ?

'' Madame, asso ... ''

La femme, sans l'écouter, se rendit auprès d'une jeune fille avant de se mettre à s'adresser à lui en faisant de grands signes des bras. Comme s'il ne la voyait pas après toute cette mascarade ! Sérieusement, le sorcier en avait sérieusement par dessus la tête. On allait faire ce procès à audience fermée et c'était tout ! Tout le monde dehors et il se foutais des ''ordres'' du Ministre de la Magie ! À un moment donné ... ça suffit !

'' Madame, vous allez vous asseoir immédiatement avant que je vous accuse d'outrage au tribunal ! ''

Là, il n'entendait plus à rire.


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 718
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 26 Sep - 19:41

Enfin, han ! Le juge m'avait vu et il m'adressait la parole et ... Je fit de grands yeux et m'assied précipitamment. Comme je n'avais pas de chaise, han, je m'assied vite fait directement sur le plancher et je ne bougeai plus d'une once. Je ne voulais pas être accusée et tout ça et en plus, je n'avais rien fait moi ! J'ouvris la bouche et je m'adressai d'un ton professoral au juge Paterson :

'' Bonjour, han, je suis Amélia Jane Lupin, vous savez ? Dites ? J'aimerais vous dire quelque chose, si vous voulez bien m'écouter et de toute manière, je vais quand même vous dire que je trouve que c'est insensé ce qui se passe, vous savez ? Regardez, han, c'est ma nièce Malka, elle est un témoin mais c'est une petite fille et han, elle est terrorisée et je ne crois pas, han, que ce soit bien sain pour une enfant de se retrouver ici, dans cette salle bondée de gens pas trop intelligents, han, qui lancent des détritus et qui crient des insultes que des enfants ne devraient pas entendre, vous savez ? Dites ? Ce sont de très vilains mots et en plus, ma nièce fut une victime et la mettre comme ça, devant le corps emprunté par une démone, han, ça lui fait revivre pleins de choses et je crois qu'il faudrait qu'elle sorte de la salle et qu'elle témoigne à partir d'un endroit neutre, han, par patronus ou je ne sais pas trop quoi, han. Pourquoi lui faire affronter le corps des Deux Grands ainsi ? C'est inhumain, vous savez ? Dites ? Han ? Je demande justice pour ma nièce et les victimes qui désirent témoigner de manière sécuritaire et anonyme, han, et je déplore ce cirque médiatique, han, et je déplore aussi que le Ministère de la Magie ... ''
Je prit une profonde et bruyante respiration ici, même moi ne pouvait pas parler comme ça sans respirer et c'était peu dire.

'' .. n'ai pas pensé à une chose aussi essentielle pour le bien-être des témoins et j'espère que vous, très honorable juge Paterson, allez prendre en considération ce non sens, han, que vous allez offrir réparation vous savez et han, ne me condamnez pas pour outrage, han, parce que vous ne m'avez pas dit de ne pas parler et tout ça. ''

Bon. Je regardai le juge avec de grands yeux attentifs. Et je repris mon souffle en même temps.




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Remus Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 544
Localisation : Avec ma louve
Age du perso : 46 ans
Fonction : Professeur de Défenses contre les Forces du Mal
Vice-Directeur de Poudlard
Directeur de Griffondor
Patronus : Loup
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 26 Sep - 20:30

Remus allait perdre sa femme. Elle allait être amené par les Aurors pour outrage au tribunal et il en serait fait d'elle. L'homme ne pouvait que la regarder dévaler les estrades en affichant un air de désolation. Et dire que ses amis riaient de la voir aller ! Ce n'était pas drôle ! Amélia perturbait un procès important et le lycan doutait que le juge Paterson trouve cela bien drôle. Le sorcier devait donc faire quelque chose pour éviter le pire. Il se leva donc en levant la main droite comme pour demander la parole. Toutefois, le juge venait déjà d'apostropher sa louve, qui venait de s'asseoir subitement comme si elle venait d'être prise en défaut, ce qui était bel et bien le cas. La réaction de sa femme le rassura, puisqu'elle obéissait ... alors Remus se rassied. Mais, Amélia se mit à parler, évidemment. Remus posa ses coudes sur ses cuisses et posa les paumes contre son visage.

'' Merlin '' murmure t'il
Par tout les saints, venez lui en aide ! Il écoutais sa femme qui parlait et parlait sans s'arrêter, ce qui le fit soupirer. Pourquoi ? Qu'avait-il fait pour être encore séparé d'elle ? Parce que Remus n'en doutait pas, le juge allait directement l'envoyer au cachot ou quelque chose du même genre. L'homme se redressa un peu et se risqua à regarder la scène. Amélia venait de se taire et le juge la regardait sans rien dire. Il semblait ... un peu déboussolé. L'effet Amélia, sûrement. Heureusement que sa louve appartenait aux vampires, au moins elle aurait une certaine protection ... si on pouvait appeler ça ainsi, à voir l'état de Julianne. Pouvait-il prendre la parole ? Question de demander pardon pour sa femme et dire qu'il allait la sortir de la salle ... et l'enfermer à double tour chez eux. 

'' Pardon, votre honneur ... ma femme ... nous allons sortir ''  dit-il en se levant
Des valiums, il allait lui donner des valiums !




__________
Époux de Amélia Potter
Père de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-père de Isac & Sarah
Co-propriétaire de la boutique Les Maraudeurs
Professeur de Défenses contre les forces du mal 
Directeur de Griffondor & Vice-directeur de Poudlard
Loup-Garou de son état
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Guenièvre Lakers
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 580
Age : 22
Age du perso : 18 ans.
Fonction : Institut de formation des Aurors - 1ère année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Membre de l'Ordre du Phénix.
Patronus : Lion
Date d'inscription : 08/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 27 Sep - 5:21
Fort heureusement pour les aspects les plus gênants de sa conversation avec Garret, le rythme du procès fait fort bien diversion. On n'avait même pas commencé à entendre les témoins et c'était déjà riche en évènements ! La jeune fille éteignit ses doigts (ouais, elle devait bien avouer que c'était  un tour de passe passe prétentieux dans sa conversation avec son ami) et saisit plutôt sa baguette, histoire d'être prête si ça dégénérait. Elle aurait dû s'en douter : le jour où les trucs impliquant Deux Grands et réincarnations seraient calmes, le fantôme de Serpentard viendrait s'inventer un grand-père moldu !

Bref. Ludwig VanHolsen était en colère. Vu l'état de sa femme, elle pouvait difficilement le blâmer. C'était bien le Ministère, ça, de traiter avec autant de mépris les autorités camaristes. Mais quels idiots ! Personne n'allait gagner à ce coup là. Elle-même avait beau avoir du mal à reconnaître l'autorité de personnes s'étant déclarées prince/roi/empereur sans légitimité démocratique, il était idiot et franchement dangereux de s'en moquer aussi ouvertement. Elle adressa un regard pleinement insatisfait au prince. Vraiment, briser leur règle d'anonymat, en pleine cour de justice, et rajouter de l'huile sur le feu ? Et où se croyait tout ce beau monde ? A la foire ?

Comme pour confirmer ses pensées, le professeur Lupin débarquait à présent devant le juge pour prendre la défense de Malka Covey Black. Sa prestation était peut-être clownesque, mais elle avait parfaitement raison sur le fond.

"Chère Professeur Lupin ! J'espère qu'ils ne vont pas la condamner pour outrage à la cour. Le Ministère a décidément fait n'importe quoi pour ce procès. S'il espérait gagner en popularité dans les sondages grâce à ça, je ne vois pas comment il va réussir."

Malka Black était l'une des victimes au départ anonymes les plus connues du grand public, au moins de tête. La campagne pour sa recherche avait été intense, même si sa famille avait ensuite relativement réussit à protéger sa vie privée quand elle avait été retrouvée, et que cela s'était terminé quelques années auparavant. Une fillette blonde aux allures angéliques, déjà orpheline suite à la levée des Morts Vivants, torturée pendant des mois dans un cachot, et maintenant traitée dédaigneusement par le Ministère de la Magie ? Si les gens n'en avaient rien à faire des conditions de détention des hôtes des Deux Grands, il ne serait en revanche pas difficile de les faire réagir dans ce cas précis. Pfffffff. 

"Plus ça avance, et plus je me dis que ce procès lui-même est une catastrophe."

Et la pauvre Maryna avec tout ça, interrompue dans son douloureux témoignage. Gue hésita à lui envoyer un message mental. Il y avait des moments où une conversation par legilimencie était intrusif. Quant on était occupé à revivre le deuil de sa mère et de sa jeune soeur devait sûrement en faire partie. Elle se contenta donc de regarder son amie avec un doux sourire d'encouragement, et de réchauffer l'air autour d'elle pour lui envoyer un peu de "chaleur humaine". Pas suffisant, mais le mieux qu'elle pouvait faire pour le moment. Son impuissance était rageante.




Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jenni W. Malefoy
~+ MINISTÈRE +~
Nombre de messages : 268
Age : 31
Localisation : En Ecosse, chez elle, en convalescence, suspendue le temps de retrouver sa santé mentale, auprès de son époux et de son jeune fils
Age du perso : 29 ans (22 mars)
Fonction : ¤ Auror Confirmée experte en Magie Noire
¤ Enseignante à l'Institut d'Auror
¤ Prévôt Camariste de Londres.
¤ Mère d'un petit Ewan Cygnus Malefoy né le 05.02.2007.
¤ Membre de l'Ordre du Phénix
Patronus : Anciennement, il s'agissait d'un Dauphin mais depuis les évènements avec le Semeur de Cadavres en Juillet 2007, son patronus a changé de forme devenant un oiseau magnifiquement triste nommé Augurey
Date d'inscription : 21/09/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Oct - 8:55
Je comprends parfaitement le ressenti de Ludwig mais cela risquerait de rendre la tâche plus compliquée qu'initialement. Je sais que ce qui se passe n'a rien de conventionnel et que c'est inhabituelle. Bien que je sois dissimulée quelque part dans la salle, j'avais tout vu et cela ne me plaît pour autant mais j'étais soumise aux lois du Ministère. Oui, je dépends des deux parties mais je devais conserver afin que tout se déroule bien. Le procès était déjà bien compliqué alors si tout le monde agi de la même façon, cela n'ira pas en s'arrangeant. J'entends alors le message que Ludwig me fait parvenir et je lâche aussitôt un soupir. Je ne pouvais pas le blâmer car je savais qu'il avait aussi raison. Cependant, chaque chose en son temps et à sa place. Il ne faut pas mélanger tout en même temps. Je prends le temps de lui répondre. Après tout, il n'est pas n'importe qui et cela pouvait permettre de le calmer ainsi que de calmer les autres vampires, ce serait bien.  

** Je sais, majesté. J'ai tout vu mais je vous assure que je ferais moi-même cette enquête. Cependant, le procès est déjà assez compliqué comme ça. Nous sommes en territoire hostile et nous sommes en minorité. Il ne s'agit plus de diplomatie mais de survie. Un seul mot du Juge et il en est fini de nous. Je sais que c'est difficile mais il va falloir vous armer d'un peu de patience supplémentaire. Chaque chose en son temps... Je suis consciente que c'est plus facile à dire qu'à faire mais ayez au moins confiance en moi. Je ne laisserais pas Julianne se faire condamner et j'ai les éléments pour le prouver... Vous pensez en être capable ? **

Je ne lui demande pas grand chose mais pour pouvoir m'occuper de tout ça, j'ai besoin de calme et le comportement de tout le monde ici ne va pas m'aider. Capuche sur la tête, je reste dissimulée mais je finis par attraper ma baguette. Il semblerait que mon devoir d'Auror m'appelle et j'apparais non loin du Juge et du témoin afin de pouvoir assurer leur sécurité. Retirant ma capuche devant tout le monde, des murmures se font entendre et j'étais prête à agir sur ordre. Je me trouve en territoire neutre pour ma part mais il est important de maintenir l'ordre et la sécurité dans la salle. Même les Aurors murmuraient entre eux. Restant fixe, baguette en main et mains jointe devant moi, je regarde tout le monde et je n'interromps personne. Mais quand cela devient risqué, il faut savoir réagir. On ne peut pas m'empêcher de faire mon métier mais cela ne veut pas dire que j'approuve. Sans compter que cela peut rapidement dégénérer. Pour tout le monde. Je ne montre aucun signe d'hostilité et je ne fais que mon travail d'Auror même si personne était au courant de mon retour en Angleterre
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 454
Age : 22
Localisation : De retour à Poudlard
Age du perso : 15 ans
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 23 Oct - 18:41
Pour être une diversion, c'était une sacrée diversion. Sa Tante Amélia et le juge Patterson se coupaient désormais allègrement la parole pour s'exprimer. La jeune Gryffondor ferma les paupières, fronçant ses yeux fermés pour rejeter la tension. Elle était aussi extrêmement gênée de se retrouver soudain parmi les centres d'attention. Oh non. Les journalistes allaient retenir son nom, elle serait peut-être mentionnée dans des articles comme la Gazette et quand elle retournerait à Poudlard, tout le monde la regarderait d'un air super bizarre. Oh non, non, non. Est-ce qu'elle pouvait disparaître, là, maintenant, tout de suite? Si elle avait su transplaner, elle aurait déjà été très loin. Peut-être en Amérique du Sud. Quelque part au soleil, sur une plage de sable blanc, loin des zombies, des juges, des tantes bavardes et des "tortureurs".




Mais malgré ses yeux crispés, elle était bien obligée d'entendre. Oh, Tante Amélia, elle n'était une petite fille ! Elle était à Poudlard maintenant, et la vie l'avait forcée à arrêter de croire au Père Noël il y avait bien longtemps. Elle était une survivante, une sœur aînée. Elle se sentait peut-être fragile à l'extrême en ce moment, mais elle aurait aussi voulu qu'on arrête de la résumer à "victime". Enfin, c'était compliqué. Elle voulait que quelqu'un paie pour ce qu'elle avait subit, pour ce dont elle avait été victime, et qu'on reconnaisse que ça n'était pas facile tous les jours pour elle, qu'il y avait des conséquences franchement désagréables, que ça n'était PAS JUSTE (oui, elle avait l'air d'une toute petite fille en pensant ça, et alors ?), qu'il aurait mérité réparation. Et en même temps, punir qui, quand les coupables n'existaient plus ? Réparer comment ? Ca n'étaient pas des gallions qui allaient lui faire oublier tous les moments horribles passés avec les Deux Grands, et les peurs qui en restaient aujourd'hui. Ce qu'elle voulait aussi, et qui était peut-être plus faisable, c'était vivre sa vie, en tant que Malka Covey Black. Une grande sœur, donc, une élève à Gryffondor, une amatrice de romans de fantaisie et de natation, une bonne propriétaire de chat. Pas juste une victime éternelle, une vraie personne qui existait pour ce qu'elle faisait, pas uniquement ce qu'on lui faisait. Elle en avait franchement marre d'avoir peu de contrôle sur sa vie, et qu'ensuite les gens autour d'elle fassent comme si ce contrôle n'existait pas du tout. Laisse-toi découpée en morceaux, Malka. Fais ta séance de rééducation, Malka. Témoigne contre tes tortionnaires, Malka. Quand est-ce qu'elle existait par et pour elle-même ? Quand est-ce qu'on écoutait ses désirs à elle ? Marre, marre, marre.



Elle était tendue comme une corde sous les effets combinés de l'embarras, de l'angoisse, de son mal-être physique et d'une irritation grandissante, et serrait fort la main de sa tante. Et maintenant, Oncle Remus voulait partir et le juge voulait condamner sa tante pour outrage ? Non. Non, personne n'allait lui enlever sa tante maintenant, alors qu'elle ne venait que de dire tout haut ce qu'elle ressentait (ou au moins une partie, parce que beaucoup d'émotions ce bousculaient dans sa tête en cet instant) et qu'elle était l'un de ses seuls réconforts dans ce cachot immense. Elle était une Gryffondor et si elle ne voulait peut-être pas être juste la victime, il était temps qu'elle prenne la parole pour elle-même.



"S'il vous plait Monsieur le Juge, je vous en prie, ne condamnez pas ma Tante. Je suis désolée de vous interrompre, mais tout ce qu'elle a dit est vrai. C'est horrible pour moi d'être ici, mais on m'y oblige alors que même mon médicomage n'était pas trop pour. J'ai juste le droit de prendre une potion anti-vomitive parce que ça me rend malade d'être de nouveau sous terre, mais pas de filtre de paix parce que risquerait d'influencer mon témoignage. J'ai douze ans, et parce que ma mère est citée comme témoin par la défense, je suis censée ne pas lui adresser la parole jusqu'à ce que ce procès soit fini, et ça va prendre des semaines au moins, et on a déjà été séparées assez longtemps quand j'étais prisonnière. Tout ce que je voudrais,  c'est qu'on me laisse enfin tranquille, qu'on me laisse être autre chose qu'une victime de torture.  Je voudrais simplement être à Poudlard. "



Son teint était verdâtre et ses yeux toujours obstinément fermés, mais peur ou pas, elle avait réussit à dire ce qu'elle voulait. Elle avait été sage et raisonnable toute sa vie. Aujourd'hui, elle allait se défendre elle-même en premier, et tant pis pour le reste ! Peut-être que le juge allait la condamner pour outrage elle aussi. Au moins, ça la changerait d'être du coté des coupables pour une fois ! Et elle serait en bonne compagnie avec Tante Amélia, c'est-à-dire toujours moins seule qu'elle ne l'était sur le banc des témoins.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
~+ SCÉNARIUM +~
Nombre de messages : 1588
Date d'inscription : 26/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 19 Déc - 11:15

Juge Derek Paterson

Une vaste fumisterie... Voilà ce qu'était ce procès et les nerfs du juge sont largement mis à l'épreuve. Cela allait long et difficile de surcroît. Par ailleurs, le juge ne serait pas étonné si ce procès allait être parodier dans le Monde Magique. Il faut dire que... Que rien du tout, même pour lui, c'est du grand n'importe quoi mais il doit rendre son jugement. Il est juge et il doit quand même aller au bout de cette affaire et rendre la justice sa gloire éternelle. Il a juré de rendre justice de la meilleure façon... C'est à dire avec neutralité et retrait. Cependant, cette affaire avait bouleversé l'ensemble du monde et une énorme pression se trouve aujourd'hui sur les épaules du juge. Et on pouvait dire que la tension était à son comble. D'un coté, les Camaristes qui réclament leur princesse et de l'autre, la société sorcière qui veulent sa mort alors que les avocats voulaient leur libération en annonçant que leurs clients étaient sous emprise maléfique. Cela allait mal tourné cette histoire, encore. Et le juge est littéralement au milieu de l'affaire.

Le juge avait demandé à un témoin d'approcher et de venir faire sa déposition. Cependant, avec ce qui se passe, le juge comprend très bien que la jeune étudiante de la maison Serpentard soit tétanisée et on ne peut pas dire qu'elle se trouve dans les meilleures conditions pour exprimer son ressenti et raconter ce qui s'est passé. C'est au juge de calmer tout le monde mais comment y arriver dans de telles conditions. Heureusement que des Aurors et des gardiens sont là pour assurer la sécurité des lieux et le juge n'hésitera pas à s'en servir si nécessaire. Bien qu'en apparence calme, le juge était loin de l'être et c'est le cas pour beaucoup de monde. Surtout qu'un autre incident était venu s'interposer dans cette affaire. Mais par Merlin, pourquoi le Ministère a tenu à ce que ce procès soit public ? Le juge doute de le laisser ouvert encore bien longtemps au vu de tout ce qui se passe. En parlant de ça...

Une personne s'était levé pour longer la rangée où elle se trouvait afin de rejoindre quelqu'un avant qu'il ne l'a rappelle à l'ordre. Elle se décide enfin à s’asseoir. Il était temps... Le Juge pense que cela va durer encore longtemps comme ça pour son plus grand malheur. Il est au bord de demander la mise en session close pour le procès afin d'être tranquille. Elle s'adresse à lui et il comprend très bien ce qu'elle dit puisqu'il est aussi d'accord. Restant silencieux aux paroles de la personne qui s'est présenté, il entend une autre voix et il tourne la tête vers sa direction. Celui-ci s'excuse et il dit qu'il allait sortir avec elle. Bonne nouvelle et peut-être un peu de calme. Le juge hoche la tête et fait signe aux gardiens de se rapprocher. Il ferme les yeux quelques instants afin de calmer ses nerfs qui passent un sacré quart d'heure. Après quelques dizaines de seconde, il les ouvre de nouveau et il aperçoit en bas une tête blonde, baguette en main non loin de lui. Il connaît cette tête puisqu'elle a été à Poudlard dans les mêmes années que lui mais il n'en rajoute pas. Cela remonte à pas mal de temps maintenant et chacun avait choisi son chemin. Puis une autre voix se présente et il tourne le regard vers elle. Malgré tout ce qui se passe, le juge n'est pas du genre à ne pas écouter loin de là. Il attrape alors son maillet pour frapper une fois sur le morceau devant lui


« - En raison des derniers événements, je demande à ce que tout le monde sorte sauf les témoins et leur famille ainsi que les avocats et les jurés. Je déclare que ce procès se déroulera désormais à huit clos. »

Il espérait que cela se passe désormais mieux. Observant désormais la personne qui avait parlé du nom d'Amélia Lupin, qui a été rejoint par son mari, il devait aussi lui dire quelque chose. Bien qu'elle soit la tante d'un des témoins, le juge estime qu'elle ne peut pas rester vu qu'elle a perturbé le procès qui n'a pas encore commencé avec tout ce qui s'est passé. Il reprend alors la parole tout en regardant le couple Lupin.

« - Je ne vais pas vous condamner, Madame Lupin. Cependant, je vous demande de quitter immédiatement cette salle et je ne vous autorise pas à participer à l'audience même en tant que proche d'un témoin. Si je vous entends encore une fois, je vous ferais inculper pour outrage à magistrat... Gardiens et Aurors, veuillez faire évacuer la salle d'audience, je vous prie ! »

Il tape alors plusieurs fois sur la table afin de faire comprendre qu'il avait parlé et qu'il ne reviendrait pas dessus. Il voulait en finir au plus vite afin de passer à autre chose. Cette décision ne va pas plaire au Ministère mais il n'a pas d'autre solution s'il veut que ce procès se passe pour le mieux...


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 718
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 10 Jan - 22:41
(Ho my God !!!  surpris Pupuce va virer folle  haha)

Je ne cessai de m'agiter sur mes fesses tout en regardant le Juge Paterson avec un air ultra attentif de juriste en herbe. Oui, et si je devenais avocate, han ? À temps partiel ? Han ? Dites ? Il me semble que je pourrais en faire des plaidoiries, moi han, je pourrais parler et parler et parler et établir la preuve et parler et parler et ... poser des questions, han ! Des tonnes et des tonnes de questions et tout ça han ! Ho oui ho oui ho oui ! J'allais m'inscrire à l'Institut Supérieur de la Justice et j'allais devenir avocate à temps partiel et j'allais ...


Je n'entendis même pas Malka parler et demander au Juge de ne pas me condamner. Me condamner à quoi ? Han ? Je n'avais rien fait, han, sauf faire le travail des avocats parce qu'ils ne l'avaient comme pas fait, vous savez ? S'ils l'avaient fait, Malka serait déjà en lieu sûr han et puis elle ne serait pas dans tout ses états et tout ça. Oui, les avocats étaient des nuls ! Archi nuls alors je me tournai vers eux et leur lançai un regard parfaitement Potterien dans le style ''tut tut, vous avez pas bien travaillé et tout ça, voyez vous ...'' Et là je vit Remus. Il était debout et il ... il quoi ? Il disait qu'il allait partir avec moi ?!!!! Je lui fit de gros yeux et lui fit signe que non.


'' Non, non han ! ''


Pas question ! Je ... han ? Le Juge venait de demander à tout le monde de partir, que le procès se ferait à huit clos et tout ça. À nouveau, je fit signe que non. Voyons, han ! Malka et Maryna avaient besoin de moi ! Je n'allais pas ... haaaaaa ... les familles pouvaient rester alors ... han ???!!!! Moi, je devais quitter ? Il ... comment ça, me condamner ? Je ... j'allais lui rétorquer que les avocats étaient des nullards han et que je n'avais que fait que leur travail et han, j'étais une future étudiante en droit et han ... quand il me dit qu'il allait m'accuser d'outrage au tribunal si je n'acceptais pas de quitter. Haaaaannnn ??? Je fit de grands yeux, ouvrit la bouche et je la refermai comme une truite hors de l'eau. Mais, mais, mais .... Iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!! J'agrippai la main de Remus qui venait de me rejoindre et tournai les talons vite fait. Iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! Non, mais han ! Vite vite vite ! Je couru couru en entraînant Remus derrière moi et, en passant devant Sirius je lui dit vite vite vite :

'' Laisse pas Malka et Maryna se faire malmener, han ! Mords les fesses des avocats, han, c'est des nuls ! ''


De gros nuls ! Franchement, ils auraient dut isoler les victimes ayant vécu les plus gros traumatismes, han ! Avant que je le demande et tout ça. Pourquoi est-ce que personne de sensé n'avait pensé à ça ? Dites ? Et c'était moi qu'on foutais dehors !???? Injustice ! C'était les avocats pas bons qu'il aurait fallu jeter ! Avant de sortir, je leur lançai un nouveau regard Potterien rempli de reproches tut tut tut. Bien fait pour eux, han !




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ludwig VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
Nombre de messages : 211
Age du perso : 32
Fonction : Prince des Vampires Camaristes de Londres et de Kinderdjik
Patronus : Crapeau (ouais, riez)
Date d'inscription : 31/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 12 Jan - 9:41



Ludwig ne tenait plus en place. Il voulait sa femme et il la voulait maintenant ! Il voulait la retirer de ce cirque de plus en plus stupide. Il voulait que tout s'arrête et que ces âneries prennent fin. Julianne avait été victime d'une foutue malédiction, elle avait été possédée. Point final. Le vampire commençait à sérieusement regretter sa décision de laisser les humains faire ce procès. Il aurait dut réclamer Julianne en bonne et due forme. Mais non ! Il s'était dit que, pour préserver les liens et la paix entre les communautés, pour montrer de la bonne foi, il était mieux de laisser les vivants faire la justice ! Voyez le résultat ? Il aurait dut écouter les conseils de son Sénéchal aussi ! Par tout les vampires du monde !
Impatient, le Prince vampire jeta un bref regard en direction de sa Gardienne d'Élyséum. Oui,elle avait raison. Il valait mieux se calmer, faire profil bas et attendre que le procès puisse enfin débuter par Dracul ! Si Jenni disait qu'elle avait les preuves pour prouver l'innocence de Julianne, il allait la croire. Parce que c'était la seule chose qu'il pouvait faire. Pour le moment. Il espérait que son épouse soit trouvée innocente, sinon ... sinon, il irait la chercher ! Jamais il n'allait laisser sa Princesse retourner à Azkaban. Pas pour l'éternité. Et surtout pas en voyant l'état dans lequel elle se trouvais actuellement.

* Il vaut mieux * envoya t'il à Jenni
Oui, parce qu'il allait faire un carnage dans le cas contraire.

Le regard posé sur Amélia Lupin, qui jacassait comme une pie en exposant des faits évidents, faits que même les avocats auraient dut prendre en compte, Ludwig attendait la réaction du Juge. Réaction qui ne prit pas de temps à survenir. Il ordonnait le huit clos. Ainsi, seuls les membres des familles proches pouvaient demeurer dans la salle. Enfin ! Tout ces badeaux curieux et agressifs allaient quitter. Le calme allait revenir et si carnage il y avait, bien ... il serait moins gros. Ludwig renifla quelque peu avant de croiser les bras. Maintenant, est-ce qu'on pouvait libérer sa femme ? Et, si Jenni avait la preuve, pourquoi laisser les témoins déblatérer ? Il voulait sa femme, c'était clair ? Les vivants avaient réussi à le faire fâcher et il ne voulait maintenant que deux choses : sa femme et partir d'ici !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 454
Age : 22
Localisation : De retour à Poudlard
Age du perso : 15 ans
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 13 Jan - 17:55
ET MOI ALORS ? C'était puéril, mais Malka le pensait si fort en cet instant, qu'elle n'était pas loin de le crier. Certes, elle avait parlé alors que ça n'était pas son tour, et à douze ans, elle était assez grande pour savoir que ça ne se faisait pas. Qu'un procès était une procédure solennelle, codifiée, qu'il fallait respecter l'autorité du juge, tout ça... Mais c'était comme si personne ne l'avait entendue, personne n'avait fait attention à ce qu'elle avait à dire. Comme d'habitude. Personne n'en avait rien à faire d'elle, elle était juste un pion dans ce procès. On lui avait mentit en lui disant que c'était un procès pour elle, pour donner justice à tous ceux qui avaient souffert à cause des Deux Grands. Aucun officiel n'en avait rien à faire d'elle, puisque le simple fait qu'elle soit là la faisait souffrir encore plus et que ça n'avait l'air de gêner personne.

Bon. Tout n'était pas si noir, en fait. Le juge Patterson ne condamnait pas Tante Amélia, mais il l'obligeait à quitter la salle. Celle-ci lui avait lâché la main à toute vitesse, et malgré ses yeux obstinément fermés,Malka avait bien entendit ses piaillements outragés diminuer alors qu'elle s'éloignait. Elle se rassit et s'enfouit le visage dans son chat pour s'isoler un peu plus, alors qu'autour d'elle, les bancs raclaient et le sol vibrait alors que les gens sortaient. Au moins, dans un huis clos, elle supposait que les journalistes devaient sortir aussi. Personne n'irait donc l'humilier à Poudlard après avoir lu un article miteux dans la Gazette.

Mais elle, elle était toujours forcée d'être là, et elle était de nouveau toute seule. Le calme redescendait progressivement autour d'elle, et le bruit le plus proche était désormais les ronronnements de contentement de Nocturne. Bon. Peut-être qu'elle n'était pas si seule que ça. Personne n'avait encore essayé de lui prendre son chat. Elle vous déconseillait d'essayer, d'ailleurs, aussi bruyants fussent ses ronronnements. C'était SON chat, son devoir de le protéger, et lui était sa dernière barrière contre l'image des Deux Grands, qu'elle savait être là, toute proche dans une cage en contrebas, mais qu'elle refusait obstinément de regarder depuis le début. Perdue dans la fourrure douce et chaude de Nocturne, qui produisait désormais allègrement le vrombissement d'un petit moteur, elle essayait sans trop de succès d'oublier sa peur et sa colère. Ou peut-être juste la peur. La colère était nouvelle, étrange, mais elle lui donnait moins l'impression d'être faible. Peut-être qu'elle allait garder ça. Son chat, et sa colère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Remus Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 544
Localisation : Avec ma louve
Age du perso : 46 ans
Fonction : Professeur de Défenses contre les Forces du Mal
Vice-Directeur de Poudlard
Directeur de Griffondor
Patronus : Loup
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 14 Jan - 9:57
(Méchant Juge !!! LOL)


Alors que le Juge lui accordait le droit de quitter avec sa femme -- en fait, il ordonnait un huit clos -- Remus descendit les marches qui allaient le mener aux ''quartiers des témoins''. Amélia lui faisait signe que non d'un air outragé, mais c'était ''oui oui'' et immédiatement à part de ça ! Il n'était pas du genre à être autoritaire avec elle, mais cette fois-ci ... elle risquait gros. Elle avait fait l'expérience du trou à sorcière lors de leur voyage dans le temps et Remus n'avait certainement pas envie de la laisser vivre l'expérience de Azkaban ! Sa louve pouvait, parfois, se comporter comme James ! Bha quoi ?! Ça lui arrivait à elle aussi d'avoir le cerveau atrophié !

Le Loup-Garou descendit donc aussi rapidement qu'il le put et, une fois parvenu près de sa femme, il tenta de lui prendre la main. Tenta, parce qu'elle n'arrêtais pas de l'agiter pour qu'il lui lâche. Alors, c'est ce qu'il fit. Il se contenta d'attendre sagement près d'elle, les mains dans les poches et regardant le Juge Paterson d'un air presque piteux. Non, pas presque. Il était piteux. Et vraiment désolé. L'impulsivité de Amélia, parfois ... non souvent ... enfin, bref ! Dans ses poches, il croisait les doigts pour ne pas que le pire arrive et, lorsque le Juge avisa qu'il n'allait pas lever des charges contre son épouse, l'homme laissa échapper un petit soupir. Ce fut avec un léger sourire reconnaissant qu'il remerçia poliment le Juge alors que Amélia ... bien, elle enlignait les avocats en affichant un air de ma tante insultée.
'' Viens ... '' murmure t'il à sa louve
Il eu a peine le temps de murmurer ce simple mot que, déjà, Amélia l'agrippait par la main pour se précipiter en dehors de la salle. Aie ! Mais ... elle tirait fort ! Le fait qu'elle soit devenue vampire décuplait sa force, mais Remus était un Loup-Garou. Il était, par conséquent, tout aussi fort. Il planta donc ses pieds fermement au sol et résista un peu. WO ! Le sorcier retira quelque chose de sa poche et, luttant contre le fait que Amélia le tirait, il posa une demie tablette de chocolat devant Malka. Elle ... ça lui donnerait de l'énergie ! Merlin ! Remus agita un peu la main et dit à Malka, avant de se laisser entrainer par la tornade Amélia :

'' Manges, tu te sentiras mieux ''

Et hop ! Le voilà pratiquement précipité hors de la salle, alors que sa louve lançait un dernier regard vers les avocats.

'' Amélia ! Mais, qu'est-ce qui t'a prit ?! ''

Oui, il était fâché. Voyons ! Elle aurait put être condamnée !




__________
Époux de Amélia Potter
Père de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-père de Isac & Sarah
Co-propriétaire de la boutique Les Maraudeurs
Professeur de Défenses contre les forces du mal 
Directeur de Griffondor & Vice-directeur de Poudlard
Loup-Garou de son état
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julianne VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
Nombre de messages : 2094
Age : 41
Age du perso : 28 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Guérisseur itinérante
Patronus : Serpent
Date d'inscription : 22/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 14 Jan - 16:43

Je me tenais, debout malgré ma fatigue, la tête haute et tentant de comprendre ce qui se passait actuellement. Apparamment, le Professeur A.Lupin venait de faire son apparition. Mais, qu'est-ce qui se passait ? Ne plus rien voir m'énervait déjà ! J'allais envoyer un message mental en direction de Ludwig quand ... un sentiment de grand soulagement m'envahit. Cette voix ! Jenni ! C'était Jenni ! Elle était partie depuis si longtemps ! Elle m'avait tellement manquée et ... où était-elle ? Un sourire naquit sur mes lèvres et je me mit un peu à m'agiter, cherchant ma meilleure amie des yeux ... même si je ne pourrais plus jamais la voir. Mon Dieu, Jenni !

* Jenni ! Où est tu ? *

Tout irait parfaitement bien maintenant. Jenni était revenue. J'allais sortir d'ici. Jenni était revenue ! Plus rien ne pouvait m'arriver. Malgré le fait que mon sourire pouvait paraître déplacé aux yeux des journalistes ou des spectateurs présents, je ne pouvais plus l'empêcher de quitter mes lèvres. J'entendis le Professeur A.Lupin partir dans une ''plaidoirie'' sur l'importance d'isoler les témoins, surtout Malka, afin de leur éviter un traumatisme supplémentaire. Je fronçai les sourcils. Comment ça, les victimes étaient présentes ? En ce moment, dans la salle ? Mais ... pourquoi est-ce que mon avocat n'avait pas demandé d'office qu'ils témoignent à partir d'une pièce isolée ? Surtout les enfants ! J'étais d'accord avec Madame Lupin, c'était une honte !

* Pourquoi les enfants sont ici ? Pourquoi ne pas avoir demandé un isolement ? * demandai-je en pensée à mon avocat
Je ne pouvais pas croire qu'il n'avais pas pensé à ça. Et il fallait que je lui fasse confiance pour m'en sortir ? Je laissai passer un soupir au moment où le Juge ordonnait le huit clos. Seuls les membres des familles proches pouvaient rester. Cela voulait dire que ... Jenni devait quitter ? Non !

* Jenni !!! *

Si elle quittais, cela voulait dire ... il ne fallait plus qu'en s'en aille ! Fatiguée, je me laissai lentement choir au sol. Je devais m'asseoir. J'étais épuisée.


Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Guenièvre Lakers
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 580
Age : 22
Age du perso : 18 ans.
Fonction : Institut de formation des Aurors - 1ère année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Membre de l'Ordre du Phénix.
Patronus : Lion
Date d'inscription : 08/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 14 Jan - 17:42
Le procès avait enfin commencé, et après un bref cirque causé par Ludwig Van Holsen (vraiment, aussi déplorable que soit l'état de Julianne et Malefoy, était-ce le moment de faire un scandale et de menacer un juge ? tssssss), Maryna avait été appelée à la barre. Gue serra les lèvres, et fixa son amie, espérant qu'elle la trouverait parmi la foule si jamais elle avait besoin d'un regard ami pour se soutenir moralement. Mar était forte, sensible mais intelligente. Un bon témoin pour démarrer le procès et le lancer dans la bonne direction. Passer la première ça devait mettre la pression, mais au moins elle en serait vite débarrassée.

Enfin... si le professeur A. Lupin laissait le procès démarrer. C'était plus difficile de lui en vouloir qu'au prince Van Holsen, quand il s'agissait de protéger des enfants. La petite Malka, par exemple. La deuxième année venait de prendre la parole d'une voix trop fluette pour qu'elle l'entende complètement de là où elle était, et toute verte, avait maintenant la tête dans son chat. Encore du beau boulot de la part du ministère de la Magie. Guenièvre éteignit ses doigts, qu'elle avait laissés enflammés après sa petite démonstration à Garret. Elle était si énervée qu'elle risquait de mettre le feu à quelque chose si elle ne prenait pas garde.

Et voilà que le juge ordonnait le huis-clos. Excellent tout compte fait. Mais... devait-elle rester ? Officiellement, elle n'était pas témoin, et si elle considérait Maryna comme une soeur, ça n'était pas le genre de lien apparaissant sur l'état civil et lui donnant des privilèges (ce qui était quand même bien vachard, quand on songeait que la plupart des gens qui témoignaient là étaient souvent les seuls survivants de leurs familles, et qu'ils n'avaient donc pas grand monde avec des liens directs pour les accompagner). Et puis, elle n'avait aucune envie d'être là. Mais, elle était curieuse, elle se sentait responsable de l'inflexion qu'allait prendre ce procès et le représentant du Ministère lui avait bien fait comprendre qu'elle et les autres réincarnations étaient considérés comme leurs jokers, de beaux coups à sortir de leur manche au cas où les choses leur échapperait (manipulerait bien qui manipulerait le dernier !). Bref, il y avait une décision à prendre.

Elle salua rapidement Garett en s'excusant, puis, alors qu'on évacuait les bancs du public, se rapprocha. Où s'asseoir ? Témoins ou familles ?


"Je pense qu'aucun parti ne verra d'inconvénient à ce que je m’assois ici", déclara-t-elle fermement en optant finalement pour le côté des témoins et des experts. "J"ai cru comprendre que les deux avaient dans l'idée de sortir les "réincarnations des Fondateurs" du chapeau si cela les arrangeait. Au moins, les choses seront claires."

Bon, c'était afficher un peu plus d'assurance qu'elle n'en avait vraiment mais... Que le juge croit à ses histoires de réincarnation ou pas, défense comme accusation, eux, devaient voir un intérêt à sa présence, donc elle n'avait pas de raison d'être délogée. Elle prit soin de s'asseoir près du siège que Maryna avait laissé vide quelques instants plus tôt. Si les garçons décidaient de la rejoindre, il y avait de la place aussi. Elle n'était toujours pas heureuse d'être là, mais au moins, elle avait reprit un peu d'ascendant sur la situation. Qu'on en finisse avec cette mascarade !




Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severus Rogue
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 567
Age du perso : 46 ans
Fonction : Directeur de Poudlard
Patronus : Biche
Date d'inscription : 28/08/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 14 Jan - 21:24

Severus regardait ce qui se passait. Amélia était en train de se mettre dans le trouble. C'était son amie, alors il n'allait pas la laisser se mettre les pieds dans les plats. Il n'allait donc pas hésiter à utiliser la domination sur le Juge Paterson, si jamais il voulait condamner Amélia. Oui, elle était en train de faire un outrage au tribunal ... mais elle était une vampire et tout vampire se devait d'en protéger un autre. Puis, elle était son amie. Agir n'était même pas questionnable. Le sorcier observait par conséquent le tout avec attention, son regard noir fixé sur le Juge. On aurait put entendre voler une mouche dans la salle d'audience. Jusqu'à ce que Amélia se mette à jacasser comme une pie. Rogue fit une grimace. Même s'il reconnaissait que son amie avait quelque peu raison, parler ainsi en pleine cour ... alors qu'elle n'avait aucune autorité pour le faire c'était risqué. Cela aurait dut être le travail des avocats. Il aurait juste fallu qu'elle communique par pensées avec l'avocat vampire au lieu de faire un spectacle ! Ha, foutus Potter ! Toujours à vouloir voler le show !

Le vampire plissa les yeux en entendant la jeune Malka plaider sa cause d'une petite voix. Pauvre petite toute de même. Oui, même lui pouvait avoir de la compassion ! Voyez que rien n'était perdu ! Bref, le Juge se mit à parler. Severus tourna rapidement son regard vers lui, le fixant froidement. De toute manière, il était incapable de regarder quelqu'un autrement. Heureusement, le juriste décida de ne pas punir Amélia. Rogue fit un petit sourire en coin et attendit que les choses reprennent leur calme. Tout le monde qui n'avait pas d'affaires ici sortait. Tant mieux ! Ils n'auraient jamais dut y être de toute manière. Journalistes et curieux quittaient alors que les familles proches pouvaient rester. Au moins, il y aurait moins de débilité.Quoique ... L'homme jeta un regard en direction de Julianne, qui venait de s'asseoir sur le sol. Est-ce qu'on pouvait lui donner une chaise ? Et aussi une pour Lucius, un coup parti ! 


Severus Tobias Rogue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Harry Potter
~+ MINISTÈRE +~
Nombre de messages : 70
Age : 24
Age du perso : 25 ans
Fonction : Auror

Patronus : Cerf, comme son père
Date d'inscription : 15/06/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 5 Fév - 20:19

Harry regardait la scène d'un air parfaitement estomaqué. Figé, il n'en revenait tout simplement pas. Sa tante Amélia était dingue ou quoi ??? Elle allait se faire enfermer ! Le jeune homme termina de se refermer la bouche avant de lancer un regard incertain en direction de son père, qui était en train d'agripper le banc à deux mains, visiblement en bataille avec lui-même. Un regard vers le père de Ana et Sirius lui permis de constater que les Maraudeurs semblaient sur le point de se lever en trombe pour agripper Amélia et la sortir de là en lui bottant les fesses ! Harry, devait-il agir ? Genre, tenter d'utiliser sa notoriété pour éviter le pire à sa Tante ? La voilà qui se mettais presque à faire un plaidoyer !!!

'' Merde ... heu ... on fait quoi han ? '' murmure t'il a Ana.
Devait-il se lever ? Parce qu'il ne voulais pas finir en prison. Il y avait Jaylin tout de même han ! Mais, il ne pouvait pas non plus laisser sa tante se faire arrêter et ... heureusement que son Oncle Remus intervenais actuellement. Mais, est-ce que le Juge Paterson allait sévir ou pas ? Le jeune homme reporta son attention sur le juriste qui, fort heureusement, décida simplement d'ordonner à sa tante de quitter la salle. Tout ceux qui n'avais pas d'affaire là aussi. Bon. Il y aurait du calme, enfin !

Harry demeura sagement assied, regardant Hermione et Ron quitter. Comme ils ne faisaient pas partie des témoins ou de leur famille, ils étaient sommés de s'en aller. Le survivant n'aimait pas trop ça. Ils ne se quittaient presque jamais dans l'adversité depuis des années ! Mais, ils n'avaient pas le choix, han ! Ana était un témoin et Harry ne pouvait quand même pas partir et la laisser toute seule ! Sérieusement, cela ne se faisait pas. Alors, il devait rester. Bon. Espérons que ça passe vite !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hermione J. Granger
~+ MINISTÈRE +~
Nombre de messages : 33
Age du perso : 28 ans
Fonction : Membre du Ministère de la Magie - Membre de l'Ordre du Phénix
Patronus : Une loutre
Date d'inscription : 27/06/2013
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 8 Mar - 6:00
La situation avait dégénéré considérablement dans le tribunal et Hermione restait ébahie devant ce qu’il se passait. A croire que le Ministère n’avait aucune expérience des procès de grande envergure. Ce qui n’était pourtant pas le cas si on s’en référait à l’histoire de la magie. Mais l’agitation provoquée par certaines personnes était largement compréhensible. Et notamment celle de Mrs Lupin. Hermione eut un serrement au cœur en la voyant ainsi défendre la petite Malka et, partageant intérieurement son opinion, espéra qu’elle soit entendue. Ce procès aurait dû se tenir différemment et rester fermé au public. Il s’agissait de quelque chose de grave qui nécessitait une grande impartialité de la part des juges. Or, l’état des prisonniers, Julianne et même Mr Malefoy, témoignait du contraire. Quand à faire témoigner la jeune Black dans ces conditions, c’était juste inadmissible.

Hermione serra les bords de son siège avec rage en espérant juste qu’ils n’embarquent pas Amélia Lupin pour outrage au tribunal. Mais elle ne semblait pas décider à se calmer. Ce qui, en soit, était louable en cet instant. Après tout, elle était la seule à avoir eu le courage de se lever et de s’insurger contre ce qui aurait dû être un procès équitable et ressemblait plutôt à une audience publique moyenâgeuse. Cela avait commencé par le lynchage des prisonniers puis par le soulèvement de quelques proches outrés. Elle craignait donc presque de les voir emmener la professeur de Poudlard. Ce qui, heureusement, n’arriva pas. Toutefois, avec une sagesse et un courage impressionnant pour son âge, c’est Malka qui prit la parole en avouant sa douleur et la difficulté que tout cela engendrait. Hermione eut alors le sentiment d’être de trop, d’être un intrus et accueillit avec un certain soulagement l’annonce du juge Paterson.
 
« - En raison des derniers événements, je demande à ce que tout le monde sorte sauf les témoins et leur famille ainsi que les avocats et les jurés. Je déclare que ce procès se déroulera désormais à huit clos. »
 
Enfin ! Ce n’était pas trop tôt ! Il aurait même dû y penser dès le début. Et relâcher les prisonniers, les laisser s’asseoir et leur offrir un procès équitable, c’était dans ses cordes aussi ? Pourtant, alors qu’elle se levait pour quitter la salle d’audience, Hermione eut le sentiment que l’évacuation d’une partie des personnes présentes n’aurait que l’effet d’un anesthésiant permettant au procès de se poursuivre. Elle n’était toutefois pas convaincue que cela rende complètement les choses plus aisées pour les victimes qui, comme la jeune Malka, auraient dû témoigner seule et en privé avec le juge, seulement entourée de ses proches. C’était parfois le cas pour les mineurs chez les moldus, pourquoi ne pas appliquer cette règle aussi chez les sorciers ? Hermione avait vraiment l’impression de faire un bond dans le passé.

Elle descendit donc des tribunes où elle s’était installée à la suite de nombreux autres sorciers et notamment de Ron. Avant de quitter la salle, elle tourna rapidement la tête pour adresser un faible sourire encourageant à Harry et Ana. Pourvu que le procès se déroule mieux et de manière juste. Une fois les grandes portes fermées et aveugle à ce qu’il se passait à l’intérieur, Hermione alla s’appuyer contre un mur du sombre couloir, se tordant les mains d’inquiétude. Elle allait attendre ici. Elle ne pourrait pas rentrer chez elle ou allait travailler en sachant bon nombre de ses amis à l’intérieur. Et puis, elle voulait connaître le sort de Julianne vers qui la quasi-majorité de ses pensées étaient tournées en cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maryna Parker
~+ SERPENTARD +~
Nombre de messages : 340
Age : 22
Localisation : Quelque part dans ce vaste monde...
Age du perso : 16 ans!
Fonction : 6ème année à Poudlard à Serpentard/réincarnation de Rowena Serdaigle
Date d'inscription : 11/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 19 Mar - 15:08
A l'appel de son nom Maryna s'était quelque peu figé, déjà?! Pourquoi elle en premier? Etait-elle vraiment obligée d'y aller? De parler, de faire revivre des souvenirs? Vraiment? Elle s'était levée, s'efforçant de cacher dans les manches ses mains tremblantes. Tout cela était une farce, une horrible farce, elle allait se réveiller, pitié qu'elle se réveille.
Puis les évènements s'étaient précipités, la laissant immobile, figée debout devant la barre à ne savoir que faire. Intimidée. Mal à l'aise, n'osant lever la tête. Cela ne lui ressemblait tellement pas. De tout ce brouhaha et ce vacarme, la jeune fille n'avait retenu qu'un chose, le procès se déroulerait à huit clos. Quel soulagement! Maryna se détendit légèrement, elle se sentait toujours exposée, soumise au jugement, à la critique, horriblement vulnérable et "offerte en patûre" à la foule mais beaucoup moins que quelques minutes auparavant. Elle s'efforça de reprendre une respiration plus... apaisée dirons nous. A moitié cachée derrière ses cheveux elle jeta un œil en direction du juge. Il avait un air bienveillant et impartiale. C'était déjà ça de pris. En le regardant elle trouva la force de relever la tête et de se tenir droite. Pas fière mais affrontant les regards des personnes restantes.


"Maryna Parker votre honneur"

Il n'avait pas dit ce qu'elle devait faire, dire... Qu'attendait il d'elle?


    
Le pessimiste se plaint du vent, l'optimiste espère qu'il va changer, le réaliste ajuste ses voiles.
Crédit - Joy


Réincarnation de Rowena Serdaigle
Elémentaliste de l'air

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 3Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» Laissons les statistiques au mangeur de hot-dogs. Aristide et Obama, deux grands
» Une bouteille de vodka, deux grands enfants et trois étoiles
» Quand deux grands karatekas se tape dessus, ...poussez vous
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~+ Poudlard : La Magie s'ouvre à vous +~ :: En dehors des murs :: Londres :: Le Ministère de la Magie :: Département de la Justice Magique :: Magenmagot-
Sauter vers: