:: En dehors des murs :: Londres :: Le Village de Westmacott :: Le Château VanHolsen [Carmalistes] Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Première leçon d'élémentalisme

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 467
Age : 22
Localisation : Poudlard
Age du perso : 15 ans (13 décembre 1991)
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 23 Mai - 17:18
Malka observa de plus près la mixture que Julianne venait de pousser vers elle. Eurk. La couleur comme la consistance semblaient indéfinissables. La comparaison avec les scones restant sur le plateau n'était à l'avantage de la patouille, c'était sûr ! L'odeur qui en émanait était vaguement terreuse, mais fraîche aussi (c'était, après tout, des champignons crus), qui que cela fut très léger. Même avec la fenêtre refermée, ce que la jeune Griffondor sentait le plus étaient les restes de trandescantia, et c'était si agréable qu'elle était presque tentée de renifler pour les rendre plus présents. Essayant de se concentrer de nouveau, elle laissa l'odeur l'aider à détendre ses muscles, jusqu'à "fondre" un peu sur sa chaise. Sans la faire disparaître, cela faisait recéder les vilains picotements de ses jambes au second plan. Excellent. Elle laissa la chaleur familière l'envahir, calmer ses doutes.

 

En effet, pourquoi utiliser une potion si de l'entraînement pouvait obtenir le même résultat ? Pour gagner du temps, certes, mais si tout le monde n'utilisait pas la mixture, c'est que quelque chose devait bien justifier la méthode lente, non ? Elle n'était pas une idiote, elle avait bien vu que Julianne avait ajouté un troisième ingrédient à sa préparation en plus des champignons et du jus de citrouille. Quelque chose qu'elle taisait cillement. Soit parce que c'était dégoûtant, soit parce que c'était dangereux.

Malgré tout, elle se sentait à nouveau agréablement dans un "cocon", et en dépit de ses dernières révélations, elle faisait quand même confiance à Julianne. Réprimant un haut-le-cœur, elle prit donc le bécher, l'inclina et s'efforça d'en avaler le contenu le plus rapidement possible en déglutissant bruyamment. C'était révoltant ! Quel que soit l'ingrédient mystère, ça avait très mauvais goût. Elle avala le plus de salive possible, pour faire passer le goût, puis ferma les yeux et souleva les mains devant elle comme indiqué.

"Wow, ça tangue !" se murmura-t-elle à elle-même, résistant à l'envie de se raccrocher à la table.


 

Sa première sensation fut celle d'un léger vertige. C'était comme si le sol tanguait doucement au-dessous d'elle, alors même qu'elle se savait assise sur une chaise au beau milieu de la terre ferme. Il n'y avait peut-être pas d'eau qui coulait de ses doigts pour l'instant, mais elle avait l'impression qu'il y avait des vagues au sol ! Elle n'avait jamais bu d'alcool de sa vie, mais c'était peut-être ça que les gens saouls ressentaient quand ils ne marchaient plus droit ?  Clairement, ça, ça n'était pas un effet secondaire du jus de citrouille. Le bercement déroutant n'était pas exactement régulier, mais elle s'efforça de continuer à respirer calmement. Elle avait effectivement l'impression que ses mains chauffaient. Il suffisait d'imaginer que toute la vapeur précédemment absorbée s'y réunissait, s'y condensait… Et elle pouvait sentir ses mains qui chauffaient vraiment. Elle était certaine que si elle ouvrait les yeux maintenant, elle aurait eut les paumes et les doigts tous rouges. Maintenant, essayer de trouver le "robinet". Cette fois-ci, elle voulait du liquide. Ca ne s'annonçait pas facile.

 

[Lancé de dés : légère quantité d'eau]

 

Elle avait certes, le tournis, mais peut-être qu'elle pouvait s'en servir. Comme quand on vidait l'eau du bain et que l'eau formait un tourbillon dans le siphon. Si l'eau qu'elle imaginait désormais liquide à l'intérieur de ses mains formait un petit tourbillon, il y aurait peut-être assez d'énergie pour rendre sa chute réelle. Avec l'impression de jouer avec une perceuse à mèche liquide, elle s'efforça de pousser l'eau le plus doucement possible . Plik, plik plik. Elle rouvrit lentement les yeux. Tout continuait de tanguer légèrement, et de ses paumes s'échappaient quelques gouttes à intervalle régulier, comme d'un robinet mal fermé. La petite blonde écarquilla les yeux. Jamais elle n'aurait cru voir ça. Avec une fierté et une joie enfantine, elle tendit le doigt mais la minuscule "flaque" qu'elle venait de créer sur la table, et goûta :

 

"Ca marche ! J'arrive à faire tomber quelques gouttes ! Mais, pourquoi est-ce que c'est salé ?"

Elle s'en fichait d'avoir la tête qui tournait, elle venait de faire sortir de la vraie eau de ses paumes, et c'était vrai, c'était visible sur la table ! Cela lui semblait étrange que ça soit salé, mais Julianne avait sûrement une explication. Elle contempla ses doigts rougis : ça n'était pas seulement de la sueur, n'est-ce pas ? Elle voulait tellement réussir !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julianne VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
Nombre de messages : 2104
Age : 41
Age du perso : 28 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Guérisseur itinérante
Patronus : Serpent
Date d'inscription : 22/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 24 Mai - 14:05
Silencieuse, j'attendais que Malka boive la mixture tout en laissant les derniers arômes doucereux de la transcendencia flotter librement. Certes, l'entrainement pendant de longs mois auraient put parvenir au même résultat mais un petit coup de pouce n'avait jamais fait de mal à personne. Parfois, s'entrainer en ayant fort peu de résultats pouvait décourager et je voulais vraiment que la jeune fille sente qu'elle avait en elle tout ce qui lui fallait pour reprendre le contrôle de sa vie, malgré les horribles épreuves qui avaient été siennes. Je savais très bien que lui demander de goûter cette mixture serait un défi : après tout cela ne sentais pas très bon et mon corps était celui par lequel elle avait subi pas mal de tortures. J'attendis donc patiemment et ce fut le son du bocal qu'elle venait de prendre qui m'indiqua qu'elle avait décidé de se lancer. Qu'est-ce que j'aurais fait si elle avait refusée, vous dites-vous ? Hey bien, on aurait misé sur les mois de pratique. Quoi faire de plus ?

Comme je ne pouvais pas voir les effets de la substance sur Malka et, surtout, les résultats concrets sur son élément, je misai sur les ions de l'air pour m'aider à savoir ce qui se passait. Si je notais un changement majeur dans l'air, cela allait m'indiquer que l'eau allait gicler de manière considérable et, ainsi, j'allais pouvoir agir. Comment ? Nous verrions en temps et lieu. Probablement que j'allais créer un vortex aérien pour expulser l'eau jusqu'au plafond ... en tout les cas, on verrait. Pour le moment, rien ne se produisait. Immobile, je fixais Malka de mes yeux aveugles, me concentrant sur la moindre perturbation d'air. Je détestais ne pas voir, surtout en ce moment. Mais bon, on faisait ce qu'on pouvait dans la vie.

Bientôt, je perçu un léger mouvement dans les ions aériens. Je me redressai sur ma chaise, attentive aux moindres changements. À tout moment, cela pouvait dégénérer et je devais me tenir prête à intervenir. Heureusement, le mouvement n'augmenta pas et seuls de légers plocs se faisaient entendre. Je fit un sourire fier et -- avouons-le rassuré -- en entendant la confirmation de la réussite de Malka. Je me détendit ensuite un peu sur ma chaise avant de sourire à nouveau.

" C'est normal, c'est l'effet de la mixture. La prochaine fois, l'eau sera claire "

C'était plus la bave de centaure qui rendait le tout salé. Pas dangereux, mais qui en boirait ? Hum ? Souriante et vraiment fière de mon élève, j'ajoutai :

" Il doit y avoir une cruche d'eau sur la petite table sur laquelle est posé un vase de fleurs jaunes. Sert-toi un verre, cela enlèvera l'effet un peu enivrant que tu ressent "

Ça aussi c'était normal. Les premières fois, on se sentais toujours un peu malade. Ça demandait de dépenser beaucoup d'énergie, non seulement magique mais physique aussi. Se mettre en contact direct avec notre élément rétablissait les choses.

" Je suis très fière de toi, Malka ! Ça c'est très bien passé. Ce sera tout pour aujourd'hui, il ne faut pas dépenser ton énergie à trop en faire. J'enverrai un hibou à mon père pour lui demander la permission spéciale de te laisser utiliser les bains de la salle des préfets. Tu apporteras de la trandescantia et plonges-toi dans le bain à tous les jours ... relaxes-toi et sent simplement l'eau glisser sur ton corps, apprends à l'unir à toi "

Apprivoiser l'élément, telle était la clé.


Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 467
Age : 22
Localisation : Poudlard
Age du perso : 15 ans (13 décembre 1991)
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 24 Mai - 19:08
Le sol semblait peut-être se mouvoir sous ses pieds, mais Malka s'en fichait comme d'une guigne. Elle fixait, pour autant qu'elle puisse fixer quelque chose, son chef d'œuvre personnel : une petite flaque d'eau trouble  sur la jolie table en bois des VanHolsen. Si on avait tout rassemblé, il y aurait peut-être eu de quoi remplir un dé à coudre. C'est petit, humble, magnifique ! Elle avait réussi ! Elle avait imaginé ce moment, avant cette leçon, rêvé de voir la fierté sur le visage de son père quand elle lui raconterait… mais elle était surprise de sa propre satisfaction, de son orgueil face à une si petite quantité d'eau. Elle était vraiment contente d'elle-même : elle était capable, elle allait y arriver, elle pouvait faire des choses par elle-même ! C'était un peu la même joie que lorsqu'elle avait enfin eu sa propre baguette, en plus intense, parce que si tous les jeunes sorciers, elle savait que ce qu'elle venait de faire là était bien plus rare. Elle était chanceuse ! Oui, aussi étonnant que cela puisse paraître, la jeune Griffondor s'était toujours trouvée extrêmement chanceuse. Certes, elle avait vécut des moments atroces, mais à chaque fois l'issue aurait pu en être pire. Elle avait perdu sa famille, mais elle avait survécu, et elle avait été adoptée par Sirius. La Grande avait voulu la découper littéralement en petits morceaux et tout ce qu'il lui manquait aujourd'hui était un malheureux petit doigt. Pour la première fois, rendant son sourire triomphant à Julianne, Malka se fit la réflexion que peut-être que ça n'était pas seulement une historie de chance. Peut-être qu'au-delà de ses talents pour survivre, qu'elle s'accordait volontiers, elle avait aussi une certaine capacité à rebondir. Dans tous les cas, elle voulait se prendre en main plus que tout au monde. C'était finit, d'être une sale petite victime ballottée par les flots !

 

Encore euphorique, elle se leva avec difficulté de sa chaise en s'agrippant à la table. Ses jambes étaient encore fort engourdies, même si la crise était en train de passer, et le sol semblait instable. La petite table avec la cruche, à quelques mètres d'elle, allait être un défi à atteindre, mais en cet instant, elle n'avait pas envie de baisser les bras.

*Bouge !* ordonna-t-elle mentalement à sa jambe.


 

Si elle s'appuyait des deux mains sur la table et trainait ses pieds sans vraiment les soulever jusqu'à ce que ses nerfs se réhabituent au mouvement, elle pouvait presque atteindre la cruche.  Arrivée en bout de table, elle se laissa volontairement tomber vers l'avant, les bras tendus pour se rattraper au mur . De là, il n'y avait plus qu'à se retrouver pour y appuyer le dos, forcer encore deux pas, et la cruche était à elle. Geez, quel  cirque ! Elle savoura son verre d'eau bien mérité (l'eau dans sa simplicité lui avait toujours semblée une boisson délicieuse, et maintenant elle savait pourquoi !) tandis que le sol retrouvait lentement son immobilité.
 


"Oui, merci, ça va mieux."


Est-ce que le "roulis" avait été dû à ses efforts pour produire de l'eau, ou à l'ingrédient mystère de la mixture ? Bof, aucun moyen de le savoir. Julianne se gardait bien de le nommer, toujours, et Malka hésita à demander son nom, avant de décider que ça pouvait attendre. Si c'était un truc dégoûtant, elle ne voulait pas risquer d'avoir un haut le cœur et vomir sur le plancher et les beaux tapis du château. Et puis, si les effets passaient, c'était que ça n'était pas dangereux. Pas qu'elle ait un instant pensé que Julianne cherche à l'empoisonner aujourd'hui, mais les effets secondaires de certaines potions pouvaient être désagréables parfois. Lui revinrent brièvement à l'esprit toutes les fois durant sa captivité, où elle s'était abstenue  de boire la maigre ration d'eau qu'on lui donnait, de peur d'être empoisonnée. Aujourd'hui, pourtant, Julianne lui apprenait à être élémentaliste, lui donnait les moyens de s'assurer qu'elle n'aurait plus jamais soif. Comment aurait-elle pu à la fois vouloir l'empoisonner et lui adresser un sourire si chaleureux ? La différence entre la vraie Mme VanHolsen et la Grande se voyait plus que jamais en cet instant.


 

"Vraiment ? Oh, merci ! Ca sonne vraiment parfait."

 

Et pour l'approbation de Julianne, qu'elle était étonnamment contente d'avoir, et pour la possibilité d'utiliser la salle de bain des Préfets. Ce qui venait d'être décrit semblait tout simplement divin. Elle avait entendu dire que cette salle de bain abritait plus une piscine qu'une véritable baignoire. Et, se sentir propre, sous l'eau, était déjà l'une de ses choses préférées. Peut-être parce que quand on vit dans sa propre crasse pendant huit longs mois, une douche quotidienne semble soudain un luxe inouï, quelqu'une chose à savourer, plus qu'une simple routine. Peut-être parce que ses nouveaux pouvoirs rendaient attrayants chaque instant passé avec son élément. Et pour la trandescantia, en plus du reste. Le luxe, elle vous disait, et en plus avec un prétexte  académique pour se prélasser dans son bain !

 

"Je ne sais pas comment vous remercier pour tout ce que vous avez fait pour moi aujourd'hui. Pour avoir répondu à mes questions, m'avoir parlé d'Avalon et… jamais je n'aurais cru être capable de faire ça. Sans vous je ne le saurais toujours pas."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julianne VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
Nombre de messages : 2104
Age : 41
Age du perso : 28 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Guérisseur itinérante
Patronus : Serpent
Date d'inscription : 22/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 11 Juin - 21:42
Les sons qui me parvenaient m'indiquaient hors de tout doutes une certaine difficulté de la part de mon apprentie. Je percevais sa difficulté à se lever ainsi que la lourdeur de ses pas, juste à entendre la manière dont ses pieds frottaient le sol. Je savais à quel point cet effort lui demandait le reste de ses énergies. Je me souvenais que trop bien ma propre expérience d'apprentissage. Parce que tous élémentalistes passaient par là, sauf peut-être les plus doués ... et encore. C'était comme si toutes les parcelles de notre âme hurlaient pour être en contact avec ce qui la faisait vibrer. Pour ma part, j'avais pratiquement rampé jusqu'à l'extérieur pour prendre une bouffée d'air. La lourdeur ainsi que la lenteur des pas de Malka ne pouvaient, ainsi, que rejoindre mon propre passé et ma compassion n'en fut qu'augmentée qu'en je l'entendis quoi ... s'effondrer contre le mur ? Si je pouvais voir aussi ! Je l'aurais aidé à marcher jusqu'à la carafe ou, au moins, j'aurais put suivre son avancée et lui venir en aide en cas de chute. Mais, je ne pouvais que demeurer assise et écouter non sans une certaine angoisse. 

Je fut donc soulagée en l'entendant me dire que ça allait mieux et je lui fit un sourire radieux. Mais voyons, bien entendu que j'allais demander à mon père de la laisser utiliser la salle de bains de préfets ! Il n'allait certainement pas refuser ça ! Pas à moi. Ho, il allait certainement ronchonner, mais quelle différence cela allait-il faire avec d'habitude ? Je vous le demande ! Ce fut d'un ton badin que je répondis :

'' Il va ronchonner comme d'habitude ... mais il accepte toujours quand on a de bons arguments et je crois qu'éviter l'inondation de Poudlard sera amplement suffisant pour le convaincre ''

Je ne plaisantais qu'à moitié, en fait. Maintenant que le corps de Malka avait répondu à son élément, que ses gênes s'étaient réveillés, il était impératif qu'elle soit mise en contact avec l'eau. Et pas juste en faisant une petite trempette dans la douche. Non. Son corps allait être comme ... ivre. Il aurait besoin d'y être plongé jusqu'au nez. Comme une drogue. Pour les premières semaines, les premiers mois ... puis cela allait s'estomper. Mais au début, cela s'apparentais presque à une frénésie vampirique. Si Malka ne se plongeait pas dans l'eau bien ... son corps allait en produire pour répondre à son besoin vital et KAAAAPLLOOOUUSSSHHHH ! Juste un petit détail qu'il valait mieux contrôler !

'' Dès que tu ressentiras le besoin de te plonger dans les bains, vas-y. Immédiatement. Même si tu est en cours, même s'il est deux heures du matin. Tu te lèves et tu y vas. Pour les premières semaines, ton corps agira un peu comme si tu étais droguée ou en frénésie vampirique. Tu voudras de l'eau, t'y plonger ... tu te sentiras un peu comme tout à l'heure, la tête qui tourne, fébrile ... et si tu ne réponds pas à l'appel de ton corps, il va produire de l'eau. Beaucoup beaucoup d'eau. Pour répondre à ce qu'il désire. Alors, dès que tu sent l'appel de l'eau, tu n'attends pas. ''

Je tendis la main droite en direction d'un petit meuble qui se trouvais non loin. Ma main balaya l'air quelques instants, cherchant le dit meuble sans le trouver. J'étais probablement trop loin. Je retins un grognement en pinçant les lèvres avant de déplacer un peu ma chaise, ma main tâtant toujours le vide. Mais pourquoi ? Je fini par me lever afin de me rendre au meuble, un genre de petit bureau de ''secrétaire''. Je n'avais pas prit ma canne -- aggrrrr -- donc j'avançais lentement en espérant ne pas me prendre les pieds dans quelque chose. Les mains tendues devant moi, j'ajoutai :

'' Si tu veux me remercier, deviens l'excellente sorcière qu'il y a en toi. Ai confiance en toi, en qui tu est et surtout ne laisse jamais personne retirer tes rêves. Parce que sans eux, on est rien ''

C'était un peu ce que j'avais fait moi-même pendant toutes ces années où j'avais combattu la malédiction. J'avais eu confiance en moi (trop peut-être). J'avais crut que j'étais plus forte que la malédiction, que j'étais une bonne personne et que je ne deviendrais pas ce qu'elle me dictait. Je n'avais pas laissé la malédiction ni les Enfers me retirer le rêve d'un monde meilleur, d'un monde où je serais libre, où ma fille serait libre ... j'y avais toujours crut malgré tout. Et, je croyais que Malka serait capable de poursuivre ses rêves, de s'y accrocher et de devenir une femme douce, bonne et forte. Parce qu'elle l'était déjà. Mais où était ce fichu bureau ???

'' Est-ce qu ... aie ! ''

Il était là. Le bureau. Je venais de me péter le genou gauche dessus. Tout en me frottant de ma main droite, je dit :

'' Je vais écrire à mon père. Pour qu'il dise à tout le personnel de Poudlard, incluant Rusard, de te laisser utiliser la salle de bains des préfets à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit. ''

Maintenant, il me fallait trouver une plume et du parchemin ... mais, on dirait que ce n'était pas le bon meuble. Est-ce que les domestiques avaient bougé le bureau de place ?

'' Est-ce que je suis devant un bureau de teinte orangé avec de petites fleurs blanches ? ''


Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 467
Age : 22
Localisation : Poudlard
Age du perso : 15 ans (13 décembre 1991)
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 12 Juin - 18:23
Toujours adossée au mur, Malka se servit un second verre d'eau avec une main plus assurée, et ferma les yeux pour mieux savourer son bonheur.  C'était le meilleur verre d'eau de sa vie ! Il avait un goût de victoire et… quelque chose d'indéfinissable, mais elle savait déjà que c'était tellement bon qu'il lui faudrait un troisième verre d'eau après celui là. Jamais elle n'avais eu une conscience aussi aiguë du verre frais entre ses mains, de son goût limpide dans sa bouche, de la petite goutte froide qui s'était échappée et lui coulait sur le menton… C'était comme si l'eau était sienne et qu'elle cherchait à la sentir avec tous les atomes de son corps. Pas exactement comme si elle avait besoin d'eau pour survivre, ça n'était pas exactement comme respirer, mais c'était proche. C'était important, et elle pouvait facilement imaginer que cette sensation puisse grandir encore et la submerger.

"Ca pourrait vraiment arriver ? Moi je pourrais faire ça, alors qu'aujourd'hui j'ai seulement produit l'équivalent d'un dé à coudre ?"


Elle rougit violemment et rouvrit les yeux. Elle toute seule, provoquer une inondation de Poudlard ? Ca semblait démesuré… et peut-être bien possible, finalement. Qu'en penser ? Provoquer une inondation supposait une certaine puissance, du pouvoir, et ça, c'était une pensée agréable. Avoir du pouvoir lui permettrait de se protéger. Mais pas si elle ne maîtrisait rien du tout et se noyait dedans. Ce qu'elle recherchait véritablement, c'était du contrôle sur elle-même et ses conditions de vie, pas des catastrophes, aussi positives que soient leur origine. Et puis, elle n'avait vraiment pas envie de se faire remarquer comme ça. Elle voulait être une élève normale, respectée et appréciée pour ses qualités, pas  "célèbre" à cause de son passif tragique ou parce qu'elle inondait les couloirs !

"Qu'est-ce que c'est, la frénésie vampirique ?"

Elle n'était pas une droguée, alors même si elle écoutait les consignes de sécurité de Julianne avec une attention religieuse, elle ne pouvait pas encore cerner l'impératif qui allait la saisir. Elle n'avait jamais ressenti ce genre de besoin à perdre la raison dans sa vie normale. Il y avait bien eut des fois, pendant sa convalescence, où elle aurait voulu prolonger un peu l'étourdissement farfelu de la potion anti-douleur, mais jamais au point que ça devienne un besoin impératif. Oh, il y avait eut des moments pendant sa captivité où elle avait cru perdre la tête, mais ça ne comptait pas. Les circonstances étaient exceptionnelles. Et d'ailleurs, dans ses heures les plus sombres, elle était plus dans une léthargie dépressive que dans l'agitation. Bref, elle n'avait pas trop hâte de devoir sortir en trombe de cours, et de ne pas tout contrôler pendant quelques temps, mais elle pouvait décider de ne pas s'angoisser pour ça maintenant. C'était pour la bonne cause, non ? Elle allait gagner à long terme, et elle était désormais assez grande et forte pour se montrer patiente. Puis, elle avait l'habitude que son corps se rebelle.

Bien calée contre le mur, son troisième verre d'eau n main (elle allait le savourer à petites gorgées cette fois), elle s'efforça de lever le pied et faire tourner doucement sa cheville, dans un sens, puis dans l'autre. Le mouvement faisait remonter comme de petits éclairs électriques le long de sa jambe, mais il devenait plus aisé et elle retrouvait des sensations. Dans quelques minutes, ça serait complètement finit et elle pourrait remarcher le plus normalement du monde. La Gryffondor savait que ses pieds raclant sur le tapis avaient dû la trahir, mais Julianne ne lui avait fait aucun commentaire, et elle lui en était reconnaissante. Sa victoire aujourd'hui éclipsait tout handicap, non ?

Les compliments de sa "mentor" achevèrent de la rendre cramoisie. Pas besoin de voir, elle était certaine que Julianne allait sentir la vague de chaleur entourant son visage !Malka était aussi embarrassée qu'heureuse, et un immense sourire illumina son visage couleur tomate. Elle aurait bien voulu demander à Julianne quels étaient ses rêves (Avalon ?), mais elle était si émue qu'elle était incapable de parler. La Grande avait cherché à la détruire, la briser, l'anéantir aussi bien physiquement que psychiquement, et aujourd'hui, de la même bouche sortaient des paroles disant croire en son potentiel, qu'elle pouvait avoir confiance en elle. Cela signifiait beaucoup. Elle déglutit, et réussit tout juste à produire un petit

"Oui."


Aux intonations si sincères qu'il valait probablement mieux qu'un long discours. Quels rêves avait-elle pour son futur ? Quand elle y pensait, ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas pensé plus loin qu'à moyen terme. Se reconstruire, sa scolarité… Ca n'était pas, plus suffisant de se contenter du train train quotidien. Mais maintenant il y avait sa formation d'élémentaliste, Avalon… et pour le reste, elle réfléchirait tranquillement quand elle serait rentrée.

C'était au tour de Julianne d'avoir des difficultés avec son environnement, et Malka hésita à intervenir, avant de lui rendre sa courtoisie et de préférer le silence. Préserver son indépendance malgré un corps pas toujours parfait était une question d'indépendance vitale dont elle comprenait l'importance. Elle avait de la compassion pour le genou endolori de Julianne (le choc lui avait arraché une grimace de sympathie), mais c'était peu en comparaison d'une confiance en soi intacte à préserver d'abord.

"Oh. Rusard ne va pas aimer, et la Grosse Dame non plus."

L'idée de traverser les couloirs du château au milieu de la nuit était excitante ! Un peu effrayante mais… elle n'était pas non plus fille adoptive de Maraudeur pour rien et l'opportunité était superbe. Ca ne serait un moment rien qu'à elle, un secret caché en pleine vue. L'idée était romantique à souhait.

"Oui, mais vous n'êtes pas devant lui, vous êtes face au petit côté droit. Et il est fermé."


Reposant son verre désormais vide sur la petite table, Malka fit un pas de côté pour tester ses jambes. Hum. Ca n'était pas encore parfait, mais elle pourrait marcher, en s'appuyant d'une main contre le mur. Ses pieds étaient déjà plus faciles à soulever, et si elle n'avait pas encore retrouvé sa démarche habituelle, elle parvint sans difficulté au bureau, se retrouvant face à Julianne, de l'autre côté, la longueur du bureau les séparant. Malka tourna la clé du couvercle et l'abaissa pour le transformer en tablette d'écriture, révélant à l'intérieur du meuble de petits tiroirs et compartiments sur lesquels se trouvait un matériel d'écriture bien rangé.

"Voilà, il est prêt maintenant."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» Première mission
» "Ne lui jetez pas la première bière..." [The Simpsons]
» Le 26 mai... La première armée permanente française...
» Cours de Sport [première classe arrivée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~+ Poudlard : La Magie s'ouvre à vous +~ :: En dehors des murs :: Londres :: Le Village de Westmacott :: Le Château VanHolsen [Carmalistes]-
Sauter vers: