:: En dehors des murs :: Londres :: Le Village de Westmacott :: Le Château VanHolsen [Carmalistes] Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le jour de ma mort

avatar
Severus Rogue
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 551
Age du perso : 46 ans
Fonction : Directeur de Poudlard
Patronus : Biche
Date d'inscription : 28/08/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 28 Juil - 22:59

28 juillet 2006

Deux mois s'étaient passés depuis qu'il avait annoncé à Gwendoline -- enfin annoncé était un bien grand mot -- vouloir divorcer. Deux mois où il avait vécu dans l'angoisse, à tourner en rond et à se demander comment diable il allait pouvoir tourner les choses pour éviter le pire. Divorcer chez les vampires quand on avait épousé un humain, entraînait la mort de ce dernier. Rogue avait tourné le problème dans tous les sens, cherchant une solution qui serait équitable pour tous. Est-ce qu'il avait trouvé cette solution ? Pas vraiment. Toutefois, il ne pouvait pas retarder le moment toute son existence ! Cela lui aurait servit à quoi, sinon ?

L'homme s'était donc préparé de son mieux à la rencontre. Il s'était convenablement vêtu -- comme toujours -- avait lavé ses cheveux (oui oui, il se lavait les cheveux !!!) même si cela ne paraissait plus. Il avait cherché sa contenance puis était partie de Poudlard pour se diriger vers Westmacott. Non, il n'avait pas entendu le cri qui avait eu lieu là-bas ni vu quoique ce soit ... il était partie avant. Puis, perdu dans ses pensées comme il l'était, pas sûr qu'il se serait rendue compte de grand chose.

Severus, nerveux et le laissant paraitre au travers ses pas secs et vifs, se dirigea en direction du château VanHolsen avant d'y pénétrer presque comme s'il était chez lui. En tant que père de la Princesse, il avait quand même quelques ''possibilités'' et on ne lui cherchait pas trop de Noises quand il se présentait à la porte. Il ne lui restait plus qu'à plonger. Et à se noyer, il fallait le dire.

'' Ni maquet-se carpa-ninya yendë "* dit-il aux gardes qui surveillaient la salle du trône
Aujourd'hui serait le jour de sa mort. Ho, habituellement ce n'était pas le vampire qui mourrait dans ce genre de situation ... il était puni, certes, mais pas mit à mort. Mais dans son cas ... il était un vampire mort. Julianne allait mal le prendre. Lui, avoir peur de sa fille ? Pas du tout ! Mais, il n'aimait pas les crises de ses enfants, voire elle allait pleurer et lui des pleurs de gamine bha ... il ne savait pas comment gérer ça. Ses filles allaient le rendre dingue, il l'avait maintes et maintes fois dit. Le vampire renifla légèrement avant de croiser les bras sur sa poitrine. Transférer ses sentiments sur Julianne et ses autres descendantes féminines l'aidait à ne pas trop angoisser sur ses propres fautes. Bien, fautes ... c'était Julianne qui avait ramené Gwendoline à la vie, han, il n'avait rien demandé lui han ! Haaaaaaaaaaaaaaaa, pas han ! Severus pinça les lèvres question de se renfrogner un peu plus et de refouler bien bien loin les gênes qu'il partageait avec Amélia de part leurs ancêtres Serdaigle. Il se refusait à penser ''han'' ! Nan nan. Oui, il occupait ses pensées à des futilités pendant qu'il attendait d'affronter son destin. N'était-ce pas ce que l'on faisait tous devant la mort ? Non ?
* Je demande à parler a ma fille


Severus Tobias Rogue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jenni W. Malefoy
~+ MINISTÈRE +~
Nombre de messages : 255
Age : 30
Localisation : En Ecosse, chez elle, en convalescence, suspendue le temps de retrouver sa santé mentale, auprès de son époux et de son jeune fils
Age du perso : 29 ans (22 mars)
Fonction : ¤ Auror Confirmée experte en Magie Noire
¤ Enseignante à l'Institut d'Auror
¤ Prévôt Camariste de Londres.
¤ Mère d'un petit Ewan Cygnus Malefoy né le 05.02.2007.
¤ Membre de l'Ordre du Phénix
Patronus : Anciennement, il s'agissait d'un Dauphin mais depuis les évènements avec le Semeur de Cadavres en Juillet 2007, son patronus a changé de forme devenant un oiseau magnifiquement triste nommé Augurey
Date d'inscription : 21/09/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 29 Juil - 23:02
Dès fois, je maudis les envies de me reposer. Au départ, je pensais pouvoir dormir mais un satane mal de tête m’a rappeler à l’ordre. Enfin, plus exactement, un réveil en sueur et un mal de tête. Finalement, j’ai décidé de retourner travailler afin d’aller vérifier que toutes mes décisions concernant l’amélioration des conditions de diplomatie avec la population vampirique sont bel et bien respectées. Je ne suis pas McMiller et cela ne se passera pas de la même manière que sous son mandat. Malgré que ce mal de tête ait l’air persistant, je reste disponible pour les serviteurs du Prince VanHolsen. Aussi étrange que cela peut être, je reste loyale à la famille malgré les écarts de  ce dernier alors que Julianne était prise par les événements. Cette situation était compliquée à gérer mais je faisais ce que je pouvais. Je ne fais pas forcement des miracles en peu de temps mais cela fait plus de six mois que cette situation est à corriger.  Cela prendra du temps pour regagner la confiance du peuple vivant dans les remparts du domaine de Londres mais c’est nécessaire et inévitable. Après cette journée chargée, je me rends auprès du couple royal afin de rendre un rapport plutôt positif de la situation qui semble s’arranger de plus en plus et pour mon plus grand bonheur bien que ce terme soit relatif sur l’instant. Mais j’ai encore des idées pour relancer ce qui a été oublié par mon prédécesseur.

Après avoir signalé ma présence auprès d’eux, je reste avec les enfants pour qui j’ai un attachement particulier et je finis par les laisser tranquille. Il commence à se faire tard et je voulais reprendre ma sieste avant d’entamer ma garde avec le ministère. Malgré tout ce qui s’est passé et ma suspension à la suite du procès, beaucoup me demande pourquoi je continue à travailler pour le ministère… Je m’avoue volontiers que je continue à me poser la question vu que j’ai pris ça pour une trahison mais j’aime mon métier et ça, c’est une chose que peu peuvent dire ouvertement. Pour ma part, je ne me gêne pas pour le dire… Cependant, cela ne veut pas dire que je suis loyale au Ministère pour autant. Plus le temps passe et plus j’ai de moins en moins confiance.  Mais je sais que j’ai encore un lieu où je peux encore vivre en paix… Après des blagues  avec Ludwig, je quitte la salle du trône avec le sourire sur les lèvres. Bien entendu, je ne m’attends pas à croiser mon Sire à ce moment-là.  Pour rappel, un Sire est celui qui a mordu la personne et dans mon cas, c’est Severus Rogue. Pourquoi lui … Parce qu’il est le père de ma meilleure amie, qui s’avère être la Princesse et l’épouse de mon prince, enfin chez les vampires. Et puis, il l’a fait sur la demande de celle-ci afin de me sauver la vie. Je garde mon sourire tout en posant les yeux sur lui et je m’incline légèrement.


« - Oh… Sire, bonsoir.  »

Je ne m’attendais vraiment pas à le voir et je doute que cela soit par hasard. Bon, je savais que mon Sire venait souvent voir son aînée mais j’ai toujours fait attention à l’éviter… Et pour cause… Lui et moi n’avons pas toujours su s’entendre mais je faisais toujours des efforts pour que cela parte le moins possible en vrille. Je me tourne alors vers les gardes avec un air interrogateur qui me disent alors qu’il a demandé à voir sa fille, Julianne. Je reste silencieuse un moment afin de bien réalisé sa demande. Alors, il est le père de la Princesse mais il demande à la voir en passant par la voie plus officielle. Hum… Je ne suis pas sure qu’il vienne en courtoisie cette fois-ci. Dans le fond, je n’étais pas sure de vouloir en savoir plus et je m’étais redressée depuis pas mal de temps. Hochant finalement la tête, je tourne la tête vers lui avant de dire simplement.

« - Je vais aller la prévenir de suite, Monsieur Rogue. Veuillez patienter quelques instants, je vous prie… »

Je ne peux rien faire d’autre. Inclinant ma tête, je finis par faire demi-tour et ouvrir les portes de la salle du trône en soupirant. Faisant donc marche arrière, je reviens sur mes pas tandis que mes pas redeviennent audibles dans cette salle immense ou Julianne, Ludwig et les enfants ont l’air de s’amuser. Souriant en entendant les enfants, j’attends un peu avant de me pencher sur Ludwig et Julianne pour leur murmurer.

« - Julianne, ton père demande à te voir…  Ce qui m’étonne, c’est qu’il est passé par la voie officielle… »

Je suis aussi surprise que ma meilleure amie mais je n’ai pas de réponse quant à la raison de sa soudaine demande officielle. Je regarde le couple avec un air aussi interrogateur qu’eux pour leur faire comprendre que je n’ai aucune réponse. Je reste à leur cote et je les vois prendre place sur le trône qui leur ai du respectivement. Les suivant du regard, je finis par leur demander avec le sourire. Sait-on jamais…

« - Dois-je vous laisser seuls ?  »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severus Rogue
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 551
Age du perso : 46 ans
Fonction : Directeur de Poudlard
Patronus : Biche
Date d'inscription : 28/08/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 31 Juil - 20:23
Severus ne s'attendait pas vraiment à voir son infante, bien qu'elle travaille ici et qu'elle soit présente quand même régulièrement en ces lieux. L'homme arqua donc un sourcil en la voyant arriver, toute pimpante et ... assez ''engraissée''. Par la barbe de Merlin, mais elle bouffait quoi ?! Des cupcakes ? Des tartes à la citrouille ? Parce que là, elle avait un de ses bides ! Bien, pas un gros, mais elle avait de l'enflure là .... elle avait bu le sang d'un gros tas en entier ? Rogue eu un genre de reniflement alors que son regard se posait sur le rebondissement de petits gâteaux. 

'' Il faut diminuer les sucreries '' dit-il d'un ton lent et un tantinet narquois
Haha ! Hum. Il valait peut-être mieux faire profil bas pour le moment, avec ce qu'il venait annoncer. Le vampire ajouta un genre de sourire grimaçant et attendit de se voir donner la permission d'entrer. Habituellement, il ne respectait pas trop le protocole, mais dans les circonstances ... il se devait de montrer une certaine ... heu ... candeur ? En tout les cas, il valait mieux se montrer respectueux. Il attendit donc, les yeux rivés sur les portes et aussi silencieux qu'une tombe. Manière, c'était probablement là qu'il allait se retrouver ! Julianne allait le massacrer ! En tout les cas, elle allait chialer, brailler, bourasser ... comme une fille en syndrome post menstruel. Rha là là. Il allait lui dire que c'était de sa faute pas de la sienne !


Severus Tobias Rogue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julianne VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
Nombre de messages : 2049
Age : 41
Age du perso : 28 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Guérisseur itinérante
Patronus : Serpent
Date d'inscription : 22/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 31 Juil - 21:35
Le retour d'Avalon avait été quelque peu mouvementé ! J'avais été effectivement reçue avec une ''brique et un fanal'' par mon époux et mon entourage. Où j'étais, qu'est-ce que j'avais fait, pourquoi et à quoi j'avais pensé !??? J'étais folle ou quoi ?! Je voulais retourner à Azkaban ? Bref, toutes les interrogations et les remontrances y étaient passées, même celles de Jenni. J'avais répondu à ces assauts avec quelques haussements d'épaules et des sourires silencieux. J'étais où ? Pas de leurs affaires ! Je n'allais pas dévoiler que nous étions à Avalon. C'était privé, intime et personnel. Qu'est-ce que j'avais fait ? Ça c'était assez simple : j'avais trouvé un moyen de rentre la vue aux miennes et je l'avais fait. Pour ma part, ma fiole contenant l'eau de la fontaine de Merlin était bien en sécurité dans un coffre dans ma chambre. J'allais m'en servir en tant et lieu. Comment j'avais fait pour leur rendre la vue ? Pas de leurs affaires. Si je leur dévoilait, ils allaient savoir où nous étions. Pourquoi ? Bien, pour leur redonner la vue .... parce qu'elles n'avaient pas à subir les conséquences d'une malédiction qui ne leur appartenait pas. À quoi j'avais pensé ? Devinez !!! J'étais folle ou quoi ? Nope ! Je voulais retourner retourner à Azkaban ? Re-nope. Ludwig m'avait fait la tête pendant des jours, mais je n'avais pas cédé. Je ne parlerai pas. Jamais.

Depuis mon retour, je me sentais beaucoup plus à l'aise avec moi-même. Je souriais plus et j'étais presque redevenue ce que j'étais avant. J'avais même recommencé à être intime avec Ludwig. Je reprenais ma vie peu à peu. Nous prenions un bon moment en famille, jouant avec les enfants et rigolant jusqu'à ce que Jenni vienne me chuchoter que mon père demandait à me voir ... par voie officielle.

'' Comment ? ''
Il devait se passer quelque chose de grave. Pourquoi Diable est-ce qu'il venait me voir de manière officielle ? Je jetai un regard aveugle à Ludwig, qui me guida gentiment en direction de nos trônes. Je m'assied ensuite, lisant ma robe délicatement. Je me recoiffai ensuite avant de faire non de la tête.

'' Non ... enfin oui ... amènes les enfants dans la cour et reviens. Laisses-nous seuls, mais reste proche. Juste au cas ... ''

Officiel. La seule chose que je pouvais voir ... pas une demande d'enfant : il avait eu une vasectomie. Il voulais déménager de Westmacott ? Que ce passait-il ? 


Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jenni W. Malefoy
~+ MINISTÈRE +~
Nombre de messages : 255
Age : 30
Localisation : En Ecosse, chez elle, en convalescence, suspendue le temps de retrouver sa santé mentale, auprès de son époux et de son jeune fils
Age du perso : 29 ans (22 mars)
Fonction : ¤ Auror Confirmée experte en Magie Noire
¤ Enseignante à l'Institut d'Auror
¤ Prévôt Camariste de Londres.
¤ Mère d'un petit Ewan Cygnus Malefoy né le 05.02.2007.
¤ Membre de l'Ordre du Phénix
Patronus : Anciennement, il s'agissait d'un Dauphin mais depuis les évènements avec le Semeur de Cadavres en Juillet 2007, son patronus a changé de forme devenant un oiseau magnifiquement triste nommé Augurey
Date d'inscription : 21/09/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Aoû - 23:40
Je lâche un soupire lorsque celui qui m'a mordu me parle de sucrerie... Je fais non de la tête car il semblerait qu'il ait oublier le fait que je ne mange absolument pas de sucrerie. Il faut dire qu'il ne faisait peut-être jamais attention. Mais je ne lui en veut absolument pas. Nous n'avons jamais été de grands copains lui et moi. Il faut dire que cela date de l'époque de Poudlard. Mais bon, on ne change pas une équipe qui gagne. Je laisse donc mes mains sur la grande porte que je m'apprêtais à ouvrir avant de tourner ma tête vers mon ancien professeur de Potions. Je suis courtoise et je reste polie mais je n'hésite pas à lui lancer une petite pique, comme à notre habitude.

« - Vous devriez pourtant savoir que je n'aime pas les sucreries. Les diminuer ne devrait donc pas être un problème...»

Je n'ai jamais été sucrerie et même maintenant que je suis enceinte, c'est encore pire. Rien que l'odeur me donne envie de renvoyer le peu que je mange la journée. Eh oui, pas de chance pour moi, je suis nauséeuse... La suite de ma grossesse promet. Je lui fais un grand sourire avant d'entrer dans la salle du trône où j'annonce à Julianne que son père a demandé à la voir. Cela m'a d'ailleurs autant surprise qu'elle et je regarde Ludwig en haussant les épaules pour lui faire comprendre que je n'en sais pas plus. Par ailleurs, mes enfants viennent me faire des câlins surtout Tamarah et je leur donne tout l'amour que j'ai. Seulement dans quelques mois, ils vont devoir le partager avec le petit être qui pousse et qui prend un peu plus de place chaque jour. Depuis que je me sais enceinte, j'étais moins paniquée et je suis plutôt bien entourée. Drago est toujours à mes côtés attendant la naissance avec une certaine impatience et dont on ignore le sexe pour le moment mais il y avait aussi Julianne qui a su me rassurer sur la maternité mais aussi la grossesse. De ce fait, je me sens un peu plus sereine. Répondant aux bisous des enfants, je les prends par la main avant de répondre à Julianne.

« - Pas de problème. Je serais derrière la porte se trouvant à la gauche de ton trône. Tu n'auras qu'à m'appeler si besoin... »

Je souris et je marche à côté des enfants qui me racontent leur journée. Le fait de les voir heureux depuis que leur mère s'occupe de nouveau d'eux m'embellit de joie et j'apprécie tous les moments passés avec tout ce petit monde, même avec le dernier qui est très attachant. Pour une raison qui m'échappe encore, les jumeaux semblent vouloir presser tout le monde et ils ont raison car derrière la grande porte se cache leur grand-père. Ouvrant la porte principale, je laisse les enfants passer en premier qui se rue sur mon Sire. Ils aiment leur grand-père et je ris légèrement en les voyant se comporter ainsi. Passant la porte à mon tour, je fais signe aux gardes de laisser passer et je passe moi-même la porte afin de ressortir de la pièce. Laissant les enfants avec leur grand-père quelques minutes, je finis par les rappeler et à signaler à Severus qu'il peut entrer dans la salle du trône.

« - Vous pouvez entrer. Bon courage ! »

Je prends la main de deux enfants et entre eux, ils se tiennent pas la main. Cette image me fait sourire et je finis par laisser Rogue père entrer dans la pièce. En ce qui me concerne, je n'en avais pas pour longtemps. Je devais juste déposer les enfants dans la cour, les confier à une personne de confiance puis revenir afin de me placer dans une salle annexe à celle du trône attendant qu'on m'appelle, si cela s'avère nécessaire bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ludwig VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
Nombre de messages : 202
Age du perso : 32
Fonction : Prince des Vampires Camaristes de Londres et de Kinderdjik
Patronus : Crapeau (ouais, riez)
Date d'inscription : 31/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 16 Aoû - 17:10
Merlin. Ce que Julianne pouvait être entêtée ! Elle était disparue des semaines durant, sans dire un mot, avec ses soeurs, Tamarah et Malka Covey Black, alors qu'elle était supposée ne pas quitter Westmacott et elle refusait de lui dire un traite mot sur l'endroit où elles avaient été foutre le nez ! Ludwig avait eu beau tempêter, bouder, argumenter, manipuler, ruser, câliner et même menacer, ni Julianne ni sa fille n'avaient ouvert la bouche. Tamarah voyait de nouveau -- par quel miracle, allez savoir -- et elle se contentait de le regarder avec ses yeux clairs et brillants, de la malice pleins les iris en affichant un petit sourire en coin. Rien. Lud avait demandé à Kevin de tenter de tirer les vers du nez à Tam -- les jumeaux entre eux, hein -- mais rien. L'enfant était revenu bredouille. Julianne, elle affichait le même sourire enigmatique que Tamarah et elle haussait les épaules devant les questions. Elle était toujours aveugle mais à toutes les nuits, elle caressait son coffre-fort d'un air absent ... tout en lui ''grognant'' (oui, oui !!!!) dessus quand il s'en approchait. Mais heu !!!!! Puis, en plus, ses soeurs et leurs nièces avaient elles aussi retrouvées la vue ... mais comment c'était arrivé ? Qu'est-ce qu'elles avaient fait ? Où étaient-elles allés ???? Le vampire avait même questionné ses belles-soeurs et avait obtenu le même foutu résultat. Des sourires en coin pleins de mystères, des yeux lumineux et étrangement ...magiques ? Heu ... mais pas de réponses. Alors, il avait eu l'idée de demander à Malka lors d'une de ses séances d'élémentalisme. Pensez-quoi ? RIEN ! Même espèce de réponse vague. Mais c'était quoi le secret ???? Parce que cela en était un. Assurément. Et Ludwig, en bon ancien Serdaigle, mourait d'envie de percer le mystère. Il voulais savoir quel lieu avait attiré sa femme pour qu'elle prenne le risque d'aller contre un jugement du Ministère. Et il voulait savoir comment ça, les filles voyaient de nouveau ? Qu'est-ce que sa femme avait manigeancé, encore ????

Assied sur son trône, l'air un peu morose, Ludwig jetais des regards las en direction de Julianne. Encore ce matin, elle lui avait fait son sourire de ''j'te cache un super secret intime et tu ne le sauras pas ... c'est mon petit secret héhé''. Mais heu ! Il voulais juste savoir ce qu'elle cachait dans le coffre et où elle était pendant toutes ces semaines ! Rien. Même Jenni ne savait rien. Ludwig le savait, il lui avait demandé. La meilleure amie de sa femme ne savait pas, alors qu'elles se disaient tout. Et le vampire croyait la blonde quand elle lui affirmait ne pas savoir ... parce qu'à la vue de son air, ça l'intriguais aussi, alors. Pffffff ! Lud marmonna entre ses dents tout en pianotant au sol avec ses doigts. 

'' Chérie, tu dois me le dire ... comment veux tu que ... ''

Jenni, qui venait de sortir, revint précipitamment. D'heu. Quoi encore ? Elle avait envie de pipi ? Julianne avait toujours des envies pressantes quand elle était enceinte, alors ... au lieu d'aller en direction des cabinets, Jenni s'arrêta devant Julianne et lui murmura quelque chose. Mais murmura, hein. Alors, le pauvre Ludwig n'avait rien compris.

'' Quoi ? Que ... mais qu'est-ce qu'il y a ? Je ... ''

Julianne venait de se lever pour aller vers les trônes. Mais heu ... d'accord. Ludwig se leva à son tour et dirigea sa charmante mais trop cachottière épouse vers le sien avant de prendre place sur celui qui lui était désigné. Quelqu'un pouvait lui dire ce qui se passait ? Julianne lui lançait un air de déterrée. Mais heu ... il ne savait rien ! Pourquoi personne ne lui disait rien ???

'' J'ai rien compris de ce que Jenni t'a murmuré ... qu'est-ce qui arrive ? Et, en passant, t'étais où bon sang ? ''

Bha quoi ... des fois où elle répondrait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severus Rogue
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 551
Age du perso : 46 ans
Fonction : Directeur de Poudlard
Patronus : Biche
Date d'inscription : 28/08/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 21 Aoû - 16:25
De plus en plus angoissé, sachant trop bien qu'il allait risquer la vie de Gwendoline et de leurs enfants, l'homme se tenait droit devant la porte. Son air devenait de plus en plus sombre et renfrogné à mesure que les secondes passaient. À la réplique de Jenni concernant son horreur des sucreries, Rogue avait répondu par un pincement de lèvres bourru. Comment il aurait sut qu'elle n'aimait pas les sucreries ? Il n'était pas son père ! Puis, il ne savait même pas quels bonbons ses propres enfants aimaient, alors ... ce n'était pas parce qu'il était son sire qu'il savait nécessaire tous les goûts de Jenni et honnêtement, Rogue n'en avait rien à cirer. Si ce n'était pas les sucreries, elle devait se bourrer dans le pain ou le foie gras. Pour ce qu'il en savait, lui ! Manière, elle avait prit du bide. Peu importais qu'il soit rempli de bacon, de navets ou de gâteaux à la citrouille ! 

Fixant le bois de la porte devant lui, attentif aux moindres détails des motifs, Severus tentait de trouver en lui les bons mots pour exprimer ce qu'il devait dire. Cela faisait des mois qu'il essayaient de trouver la bonne formulation, mais il n'en trouvais aucune. Il s'était donc résigné à se présenter devant sa fille et son gendre en n'ayant que fort peu de préparation. Que pouvait-il dire ? Il savait bien que Julianne allait prendre la chose très mal. Après tout, elle avait fait un voyage dans le temps pour ramener Gwen à la vie. Bon, pas pour ça à la base ... c'était pour rompre la malédiction Ternac mais elle avait quand même ramener Gwendoline à la vie et, par son action, plusieurs frères et soeurs lui avait été donné. Alors, apprendre qu'il ne voulait plus du mariage qu'elle lui avait redonné allait être difficile pour elle. D'autant plus que c'était en lien avec Lily ... et que Julianne avait du mal avec Abigail. Bref, sa fille allait pas apprécier du tout et Severus ne voulais pas lui causer des souffrances supplémentaires. Derrière son masque de froideur, d'indifférence et de détachement, il aimait ses enfants. Profondément. Les peiner ne l'avait jamais enchanter. Imaginez faire une demande qui risquait de pratiquement tous les tuer ! On serait angoissé à moins dans la vie.

Les portes s'ouvrirent à nouveau et cette fois Severus eu envie de tourner les talons pour s'enfuir. Mais, il ne le fit pas. Au lieu de ça, il lança un regard acerbe en direction de Jenni -- bon courage, mais oui -- avant de s'avancer dans la salle du trône. Ses pas résonnaient contre le marbre du sol, lui rappelant le martellement des battements de son coeur. Il allait s'arrêter dans les secondes qui allaient suivre, c'était assuré. Le vampire marcha d'un pas vif jusqu'aux trônes, baissa la tête en guise de salutation puis la releva pour regarder sa fille. Elle semblait inquiète. En même temps, elle avait raison. Il venait demander une rencontre officielle, ce n'était pas pour venir discuter de la plantation de choux de Poudlard ! Rogue pinça les lèvres, avala sa salive puis dit d'un ton traînant :

'' Je suis venue vous informer d'une décision difficile ... mais que je ne peux plus ne pas prendre ''

Il ne le pouvais plus. Il avait essayé, il avait vraiment essayé ... juré craché ! La preuve, les naissances de Jana et Emrys. Il avait essayé ... mais ça ne fonctionnait pas. Il n'y avait qu'une femme dans son coeur. À jamais.

'' Je désire mettre fin à mon mariage ''

Il l'avait dit rapidement, presque dans un souffle, en fermant les yeux. Julianne allait chialer ! Severus rouvrit les yeux et riva son regard sur un point vague situé entre les trônes. Il ne voulait pas regarder sa fille.


Severus Tobias Rogue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julianne VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
Nombre de messages : 2049
Age : 41
Age du perso : 28 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Guérisseur itinérante
Patronus : Serpent
Date d'inscription : 22/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Sep - 10:05
Je ne répondit pas aux questionnements de Ludwig, sauf pour lui dire que mon père demandait à nous voir. Le reste ne le regardait pas. Je lui avait à plusieurs reprises affirmé que l'endroit où nous étions allés les filles et moi n'avait aucune importance; puisque je n'avais pas quitté Westmacott. Pas dans les faits. Dans les faits, nous avions percé une barrière étrange et l'avions traversé, oui. Dans les faits, Avalon n'était pas à Westmacott. Mais, dans les faits, la faille avait été crée ici, alors ... alors c'était défendable et c'était tout ce qu'il devait savoir. Le reste ne le regardait pas. Avalon appartenait aux Prêtres et Prêtresses. Et à leur descendance. Avalon n'appartenait pas à Ludwig. Il n'avait pas à en connaitre l'accessibilité. Et, le voyage ne lui appartenait pas. Le voyage nous appartenais, aux filles et à moi. Alors, il pouvait bien passer son temps à me questionner et à me faire des yeux doux, jamais il n'allait connaitre le fond de l'histoire. Comme personne d'autre, d'ailleurs. J'étais par conséquent demeurée parfaitement silencieuse. Je ne l'avais ni regardé ni n'avais bougé sur mon trône. Mon ignorance devait suffire à lui faire comprendre que la discussion s'arrêtait là. À jamais. À un moment donné !


Les mains posées sur les bras de mon trône, j'entendis les pas de mon père se rendre jusqu'à moi. Allez savoir pourquoi, mais ce simple son fit monter une angoisse sourde en moi. C'était anormal. Anormal qu'il demande une audience officielle. Je présentais un horrible détournement de situation que je ne voulais absolument pas entendre. De ce fait, dès que la voix de mon père se fit entendre, je serrai les bras de mon trône avec une appréhension et une angoisse qui étaient loin d'être feintes. 


Une décision difficile. Je m'en doutais bien. Dans le cas contraire, il ne serait pas ici devant nous. Mais jamais, jamais je ne me serais attendue à une telle annonce. D'accord, je voyais bien que le couple formé de mes parents n'étaient pas au beau fixe et ce depuis des années. C'était évident qu'il y avait une distance considérable entre eux. Ils n'étaient pas, disons, le couple le plus affectueux ou démonstratif. Quoiqu'il en soit, ils étaient mes parents et s'ils étaient ensembles à nouveau ... c'était à cause de mes actions. Parce que j'avais voulu mettre fin à la malédiction Ternac. Parce que j'avais voulu connaitre ma mère, décédée trop tôt. Parce que la petite fille en moi avait voulu réaliser son rêve idéaliste de famille unie, avec un Papa et une Maman qui s'aimaient. Maintenant, ce rêve semblait vouloir prendre une dérape et la petite fille en moi se cambra. Celle qui avait agit par abnégation aussi. Ces sacrifices avaient été entièrement vains ou quoi ? Ce fut comme si tout l'air qui m'entourais avait été aspiré en moi de manière soudaine et désespérée. Voilà comment je m'étais sentie. Comme si je me noyais. L'air entra vivement dans mes poumons et n'en sortie plus. Enfin, c'était l'impression que j'en avais. Et j'avais beau me dire qu'il fallait que je libère la pression, que ce que je ressentais sur mon élément devait être ressenti par ceux qui m'entourait. Et si j'avais aspiré une grande partie de l'air du château ? Et si Ludwig et mon père étaient en train de suffoquer en ce moment même ? Et si ...


" Quoi ? " parvint-je à murmurer d'un ton dépourvu de souffle

Il n'était tout de même pas sérieux ? J'étais dans une sorte de cauchemar. Cela ne pouvait pas être possible. J'avais toujours l'impression d'étouffer sous cette masse d'air trop présente en moi. Je devais libérer l'énergie ... doucement ... avec parcimonie malgré la puissance de mes émotions. Il y avait fort longtemps que je ne m'étais pas sentie ainsi.


" Qu'est ce que ... tu ... as dit ? " ajoutai-je du même souffle court

Mes mains devaient blanchir sur les bras de mon trône.


Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ludwig VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
Nombre de messages : 202
Age du perso : 32
Fonction : Prince des Vampires Camaristes de Londres et de Kinderdjik
Patronus : Crapeau (ouais, riez)
Date d'inscription : 31/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Sep - 14:06
Ludwig roula un peu les yeux devant l'ignorance de son épouse. Pardi, il ne voulait que son bien ! Si son incartade se savait, si des questions étaient posées sur le soudain recouvrement de la vision des filles de sa famille, l'homme voulait juste savoir quoi répondre. Non, il aurait l'air d'un navet si quelqu'un trouvais la situation étrange ! Julianne voulait retourner à Azkaban ? Non, mais il allait dire quoi, lui ? Heu .... sais pas, elles ont repris la vue comme ça, pour rien ... maaaaggiiiiieeee ! Pffff. 

Le vampire laissa échapper un léger marmonnement avant de reporter son attention sur son beau-père, qui venait dans leur direction d'un pas lent. Il semblait un peu plus blême que d'habitude, ce qui n'augurait rien de bon. Quoique sa présence ici de manière officielle n'augurait en rien une surprise agréable. Jamais personne ne venait les voir pour une surprise agréable de toute manière ! Hormis les demandes d'unions ou de procréations, les doléances prenaient toujours des allures de catastrophes ou de disputes. Ayant remarquer l'angoisse de Jul, Ludwig posa délicatement la main sur la sienne. Allez, son père ne venait pas lui annoncer une grossesse surprise de sa mère, hein ! Non, une annonce comme celle que Jenni leur avait fait était largement suffisante. Tout irait bien, là. Le prince, qui tapotait un peu la main de sa tendre pour la calmer, cessa immédiatement son geste devant les paroles de Rogue. Ho. Ho. C'était pire qu'une grossesse boite à surprise. Bien pire.

Immédiatement après l'annonce, Lud eu l'impression que l'air était aspiré autour de lui, comme dans un vortex. Il n'étouffait pas, certes, mais il avait du mal à respirer. L'homme prit alors son apparence vampirique, question que l'effet sur l'air ne l'affecte plus, avant de regarder Julianne. Elle semblait au bord de l'apoplexie. Par chance que les enfants n'étaient plus dans la pièce, eux ils auraient eu bien du mal à trouver leur souffle.

" Chérie ... relâches l'air, ce n'est pas franchement agréable "

Oui, même pour un vampire le vide était inconfortable. Puis, Lud posa un regard sérieux sur son beau-père. Il les mettaient dans une situation périlleuse. Pas qu'un divorce était interdit, non. Par contre, cela impliquait des conséquences létales quand l'autre membre du couple était un non vampire. Et, comme Gwendoline Koric était la mère de la princesse des vampires, bien ... ça compliquait la situation. Ludwig devait faire quoi ? Ordonner la mort de la mère de sa femme ? Julianne n'allait jamais le lui pardonner. Et, de l'autre côté, il ne pouvait pas ne donner aucune sentence au risque de perdre son trône et tout ce qu'il possédait, incluant sa réputation. Mais pourquoi diable est-ce que la famille Rogue lui apportait tout ces tracas ! Merde, alors ! 

" Avez-vous perdu la tête ? " demande t'il sèchement
Un divorce et quoi encore ? Il voulait marcher sur les mains en criant pipi ?! Ludwig souffla fortement par le nez question de se calmer. Avec Julianne qui s'amusait à retenir l'air, ce n'était pas évident à faire mais bon. L'homme ajouta d'un ton plus calme mais rempli d'autorité :

" Vous savez très bien les conséquences d'une telle action, monsieur Rogue "

Il le mettait vraiment dans une situation des plus ardues. Julianne allait lui arracher la tête, qu'elle soit dépossédée ou pas ! Merde, merde, merde !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severus Rogue
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 551
Age du perso : 46 ans
Fonction : Directeur de Poudlard
Patronus : Biche
Date d'inscription : 28/08/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 23 Oct - 20:38
Severus pouvait sentir la stupeur de sa fille. Oui, il pouvait la sentir au travers son murmure étouffé, murmure qui retirais l'air ambiant peu à peu, dans une aura de souffrance. Il aurait voulu s'excuser, la prendre dans ses bras pour la bercer, faire n'importe quoi pour la rassurer et éloigner le cauchemar ... mais il ne pouvais pas. Il ne pouvais plus nier que ses sentiments n'étaient plus, qu'il n'était pas heureux et qu'il désirait Lily. Lily qu'il avait toujours aimé. Lily qui n'avait jamais quitté son coeur. Même après son union avec Gwendoline. Même. Lily n'avais jamais quitté son coeur. Pourquoi jouer à l'autruche ? Gwen était malheureuse, il l'était, les enfants l'étaient certainement -- en tout les cas, les plus jeunes -- et il ne pouvait plus leurrer personne. Oui, divorcer était ... une impossibilité mortelle chez les vampires mais il était prêt à prendre le risque. Quoiqu'il n'y en avait pas, hein ... Julianne était la Princesse elle n'allait pas ordonner de tuer l'ensemble de sa famille ! Haha. Non ? 

Rogue allait répondre à sa fille quand la voix de Ludwig se fit entendre. Sèche, froide et intransigeante. Ha. Immédiatement, l'homme baissa légèrement la tête en guise de soumission. Ce geste, il l'avait souvent fait devant le Seigneur des Ténèbres. Un simple geste destiné à calmer les ardeurs des puissants. Devant son père, devant le Maitre, devant son Prince ... Severus baissait la tête en fixant le sol, lèvres pincées et yeux un tantinet plissés. S'il savait les conséquences ? Bien entendu ! Cela faisait des mois qu'il tournait en rond en tentant de trouver une solution qui ne venait point. Oui, les conséquences étaient lourdes : la mort de sa femme et de leurs enfants. Incluant Julianne. Mais bon, elle ne pouvait pas ... c'était la Princesse. Jamais ils n'allaient mourir.

" Je connais les conséquences, votre Altesse ... mais je ... j'ose espérer qu'elles ne seront pas aussi lourdes "

Quand même ! Juste ... il voulait juste être heureux ! Il le méritait, non ? Lentement, Severus redressa la tête et regarda sa fille. Sa petite Julianne. Elle avait fait de grands sacrifices pour briser la malédiction Ternac, incluant voyager dans le temps et ramener Gwendoline à la vie. Rogue le savait bien. Elle avait aussi fait ça pour lui, pour son bonheur. Il le savait. Mais. Il y avait un mais.

" Julianne ... je sais ce que tu as fait pour ... pour mettre fin à la malédiction ... pour sauver ta  mère ... pour nous. C'était un geste ... "

Idiot et inconsidéré.

" ... honorable ... mais les sentiments n'y sont plus. Ta mère est malheureuse, je suis malheureux et je suis certain que Jana et Emrys le ressentent. Il y a certainement un moyen pour ... éviter le pire "

Il ne savait pas lui ! Effacer la mémoire des Anciens ? Non. Dire que le retour de Gwen n'était pas dans l'ordre des choses, qu'il était veuf pardi ! VEUF ! Gwen était morte en 1980. Morte ! Ramenée à la vie par un voyage dans le temps, c'était pas ce que le destin avait décidé. Non ? Ils pouvaient jouer là-dessus ? Certainement !

" En principe, je suis veuf ... "

Julianne allait vraiment le tuer. Il allait mourir par amour.


Severus Tobias Rogue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ludwig VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
Nombre de messages : 202
Age du perso : 32
Fonction : Prince des Vampires Camaristes de Londres et de Kinderdjik
Patronus : Crapeau (ouais, riez)
Date d'inscription : 31/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 26 Nov - 12:53
Le jour de ma mort

ft.

Le Prince des vampires de Londres et de Kinderdjik pourra un soupir de quasi désespoir quand il entendit son beau-père affirmer oser espérer que les conséquences ne seraient pas trop désastreuses. Mais, merde ! Qu'est-ce qu'on croyait ? Qu'il allait jouer au gentil Prince tout doux comme un Calinours ? L'entourage de Julianne se comportait comme des imbéciles, voilà ! Jenni d'abord et ensuite Rogue ! Nian nian, je fait des conneries et après, je joue sur le fait que je fait partie de l'entourage de la Princesse pour espérer m'en tirer à bon compte ! C'était pas possible ! Ils ne pouvaient pas se comporter comme des nases juste parce qu'ils se croyaient protégés d'une quelconque manière. Franchement. C'était la tête de Ludwig qui pouvait tomber, celle de Julianne, celles des enfants. La famille Princière en entier pouvait y passer avec ces conneries ! Et lui, lui il devait être clément pour ne pas heurter son épouse ? Lud serra les bras de son trône, faisant blanchir ses jointures. Il n'avait rien d'un homme colérique ou violent, mais en ce moment la soupe était pas mal chaude. Il ne pouvait pas croire.

Le sorcier se força à prendre une longue et profonde respiration avant d'écouter la suite de la demande de son beau-père. Celui-ci s'adressait à Julianne, lui disant apprécier ce qu'elle avait fait pour lui, mais qu'ils n'étaient plus heureux. Il ajouta ensuite, qu'en principe, il était veuf. Houlà. Ludwig jeta un regard en biais à Julianne, qui n'allait certainement pas apprécier. Oui, Severus Rogue avait raison. Entièrement raison. Gwendoline Rogue était décédée en 1980, Rogue était veuf. C'était les actions de Julianne qui avait précipité les choses, qui avait ramené sa mère à la vie de même qu'une ribambelle de frères et soeurs au passage. Son beau-père avait subi et n'avait rien demandé. Okay, il aurait put dire "non, non, je ne veux plus continuer" mais il n'était pas homme à refuser certaines responsabilités. Il avait peut-être voulu essayer pour voir, reprendre sa vie d'avant, ce qui était parfaitement normal en soi. Mais, en principe, il avait subi. Et oui, il était veuf selon le destin. Sur ces faits, il pouvait parfaitement s'en tirer.

Ludwig dessera les mains des bras de son trône, plus calmé. Il se massa un peu les mains; aie, ça faisait un mal de chien de trop serrer quand même; avant de prendre la parole vite fait -- oui avant que Julianne ne pète une coche, parce qu'elle allait en péter une solide.

" Bien, Monsieur Rogue. Il est vrai que vous n'avez rien demandé en soit. Toutefois, je dois quand même appliquer une sanction "

Un nouveau regard vers Julianne. Le vampire pouvait sentir l'air autour de lui devenir plus électrique. Il devait faire vite !

" Vous, votre femme et vos enfants auront la vie sauve. Néanmoins, votre femme devra quitter Westmacott et faire l'objet d'un sortilège de paroles. À la moindre incartade de sa part concernant la première tradition, la conséquence létale pourrait être appliquée et je n'y pourrai rien y faire.

Le vampire soupira. Son poste devenait nul à chier ou si c'était juste lui ?

" J'accorde votre requête, Monsieur Rogue. Considérez vous divorcé "

Il prendrait une part de la colère de Julianne. Son beau-père le remercierait après ! Oui, son poste était carrément nul ! Et s'il laissait le trône à son fils maintenant ? Hahaha, cadeau empoisonné !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julianne VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
Nombre de messages : 2049
Age : 41
Age du perso : 28 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Guérisseur itinérante
Patronus : Serpent
Date d'inscription : 22/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Déc - 9:59
(Ludwig Hans VanHolsen, té mort !!! grrr )


Le jour de ma mort
C'est pas
VRAI

Le regard rivé sur mon père comme si mes yeux aveugles tentaient, dans une recherche futile et désespérée, de trouver ne serais-ce qu'une once de folie dans les siens, mes mains crispées sur les bras de mon trône, je sentais de plus en plus que mon souffle se raccourcir. J'allais exploser. De rage et de tristesse. Je me sentais si désespérement seule dans ce moment ou ma famille volait en éclats. Seule et incomprise. J'avais subi tant d'épreuves, fait des sacrifices qu'une adolescente n'aurait jamais à faire simplement pour briser une malédiction et, l'avais-je espérer, rendre une famille à mon père. Le faire sourire à nouveau, le rendre heureux. Au lieu de ça, je me retrouvais avec un paternel égoiste, sans coeur et sans considération. Oui, sans considération. J'avais risqué ma vie ! Risqué ma vie pour briser la malédiction Ternac en ramenant ma mère à la vie, risqué ma vie dans ce voyage temporel qui avait eu des conséquences sur pas mal tout le monde. Et lui, lui, il voulait divorcer ? Comme si c'était une vulgaire guenille à lancer par la fenêtre. Mais, c'était une famille et elle pouvait mourir juste parce que lui, lui ne se disait plus heureux ? Ho, il avait beau m'exprimer qu'il était désolé, que ma mère et lui n'étaient plus heureux, que Jana et Emrys non plus - bha ouais, ils seraient plus heureux de vivre séparés - qu'il souhaitais que les conséquences ne seraient pas graves ! Pas graves ?! Ces dernières paroles laissèrent échapper une sorte de rire râleux du fond de ma gorge. Il se moquait de moi ou quoi ? Est-ce qu'il croyait vraiment que nous aurions un quelconque pouvoir là-dessus ? Parce qu'il ...

Je lançai un bref regard aveugle en direction de Ludwig, qui me disait de laisser aller l'air. Mouais mouais. Je pinçai fermement les lèvres, m'efforçant de redonner la liberté à mon élément. J'aspirais l'air ambiant comme un aspirateur. Vivement, je soufflai par la bouche avant de ressentir à nouveau cette impression d'étouffer. Ho là ! En principe, il était veuf ? Veuf ?

" Mais tu ne l'est plus, veuf, figures toi ! Pour le moment en tout cas, parce que ton imbécilité va tuer Maman ! Tu vas la tuer et ... " dit-je d'un ton colérique avant de m'interrompre

Quoi ? Je tournai vivement la tête en direction de mon époux, le regardant d'un air tout à fait ulcéré. Il donnait la conséquence, il exilais ma mère du village, lui incombais un sortilège et, en plus de ça ... il venait d'accordrer la requête de mon père ! Comme ça. Sans que j'ai le moindre mot à dire. Môssieur VanHolsen y allait de son petit despote. Mon père était divorcé et moi, je devais me taire ? Parce que quoi ? J'étais trop impliquée émotionnellement ? Je n'étais que la Princesse ici ? Je ... je quoi ?

" Comment oses tu prendre cette décision tout seul, Ludwig Hans VanHolsen ? Et si moi je refuse ? Si je refuse de prendre la chance que les Anciens n'y aillent pas tout de même de la peine capitale ? Parce que oui, tu as beau donner une belle conséquence mais divorcer d'une non vampire est un crime ! Un crime, tu entends ? Les mariages inter-races ne sont acceptés que s'il y a engagement à vie et tu le sais ! C'est un meurtre, tu est complice d'un foutu meurtre !

Cette fois, l'air que je comprimai fut violemment expulsé. Un vent de tempête soufflait dans la salle des trônes alors que je tentais de frapper Ludwig du poing. Qu'il approche !

" Espèce d'attardé ! Approches que je t'en foute une ! "

Je ne pouvais pas y croire. C'était certain que ma mère allait mourir à nouveau et personne n'en avait rien à cirer ! Les Anciens allaient la condamner malgré l'ordre de Ludwig et possiblement que mes frères et soeurs aussi allaient y passer. Ils étaient tout les deux des tarés ou quoi ?

" Les Anciens vont les condamner ! Ils vont les condamner et ta petite sentence à la noix n'y changera rien ! Tu le sait qu'ils vont les condamner ! Vous n'êtes que deux idiots ! Deux IDIOTS ! "

J'allais tout perdre. Tout.



Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» « Quelqu’un a dit un jour que la mort n’est pas la pire chose dans la vie : le pire, c’est ce qui meurt en nous quand on vit. »
» Ethan-Quelqu’un a dit un jour que la mort n’es pas la pire chose dans la vie : le pire, c’est ce qui meure en nous quand on vit..
» Jour 3 La mort à la plage
» Star d'un jour ou la mort pour toujours
» Quelqu’un a dit un jour que la mort n’es pas la pire chose dans la vie : le pire, c’est ce qui meure en nous quand on vit.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~+ Poudlard : La Magie s'ouvre à vous +~ :: En dehors des murs :: Londres :: Le Village de Westmacott :: Le Château VanHolsen [Carmalistes]-
Sauter vers: