:: Entre les murs :: Les Couloirs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vengeance et tremblements [Ouvert]

avatar
PNJ
~+ SCÉNARISTE +~
Nombre de messages : 1541
Date d'inscription : 26/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Aoû - 17:34
[Finalement, je les aime bien, ces infâmes Serpentards ! Very Happy]

5 septembre 2006

Larry Moss, 18 ans, 7ème année à Serpentard

[ltr]Larry Moss tenait sa revanche. Il avait passé tout l'été à la concocter, y consacrant une grande partie de ses vacances. Pour le désormais septième année, ça en valait largement la peine. Considérez ça comme… un projet d'études. Après tout, pour le réaliser, il avait fallu faire des recherches documentaires, se tenir au courant de l'actualité, élaborer des étapes précises, fabriquer une potion délicate… Son idée était très simple : se faire passer pour le Badau et se faire pisser de trouille Covey Black, en la mettant dans un tel état qu'elle ne pourrait pas lui nuire, cette fois-ci. Les mains brûlées au second degré, même pour quelques minutes, il ne pourrait jamais lui pardonner. Elle lui fournissait la parfaite excuse pour exercer son esprit pervers. Et pour couvrir ses traces, car il ne tenait malgré tout pas à se faire renvoyer, quoi de mieux que de faire accuser le grand méchant des temps modernes, ce fameux Badau ?
 
Il lui avait fallu du temps pour trouver comment recréer artificiellement un noir si dense et épais qu'il serait tout de suite reconnu par sa victime comme maléfique. Son noir à lui ne résisterait pas à un véritable Lumos alors, il ne fallait pas lui laisser l'occasion de le faire. Il avait trouvé la solution dans un grimoire de magie noire ayant appartenu à son arrière-grand-père, et qui avait été relégué peu cérémonieusement dans son grenier. Evidemment, il ignorait que Malka disposait d'un "détecteur" de magie noire en son doigt coupé, et cette idiote avait failli tout foutre en l'air en se mettant soudain à courir avant même qu'il puisse mener son plan à bien. Il avait guetté la bonne opportunité dès la rentrée, utilisant, comme aujourd'hui, un sortilège de Désillusion pour filer la Griffondor sans se faire repérer. Aujourd'hui, elle était seule, les couloirs désertés… Il avait foncé, attendant qu'elle soit "isolée" sur un escalier mouvant pour l'encrasser dans un nuage de fumée noire absorbant temporairement la lumière. La suite avait presque été trop facile. Il lui avait attrapé les chevilles, les mains enveloppées dans des gants en peau de dragon recouverts de lanières de gaze, pour qu'elle ne puisse pas reconnaître ce qui l'attrapait. Elle avait plus que paniqué, elle s'était retrouvée à sa merci, et elle lui avait semblée si légère qu'il l'avait littéralement soulevée par les chevilles. Son hurlement avait été de la musique à ses oreilles. Dommage qu'il n'ait pas pu voir son visage en détail. Il avait trouvé le moyen de distinguer les formes à travers sa propre noirceur, assez pour pouvoir s'orienter sans danger mais pas suffisant pour distinguer les détails.
 
Ce qui l'avait finalement arrêté était la lumière qui semblait émaner du cou de sa victime. Ca, ça n'était pas prévu au programme, alors, il l'avait lâchée au bout de quelques minutes et s'était enfui. Pas en descendant stupidement les escaliers, que Covey Black était en train de dévaler à grands renforts de chocs fort satisfaisants, mais en les remontant. Arrivé en haut, il s'était dépêché de se mettre en route vers la volière, où quelque petit Serpentard de première année sous sa coupe lui servirait d'alibi. Il avait ainsi disparu de la scène avant même que sa poudre de noirceur n'ait finit de se dissiper. Mission réussie. [/ltr]


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 443
Age : 22
Localisation : De retour à Poudlard
Age du perso : 15 ans
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Aoû - 17:35
Malka se rendait dans le bureau du professeur Ravenswood afin de lui rendre un devoir supplémentaire de Métamorphose, quand son petit doigt se mit à lui faire mal. Elle s'arrêta au milieu du couloir dans lequel elle marchait, la main déjà sur sa baguette, et regarda autour d'elle, le coeur battant soudain plus vite. Il n'y avait rien. Elle était parfaitement seule dans cette portion du château. C'était une chaude journée de septembre et la plupart des élèves profitaient de week-end pour se prélasser au soleil, profitant des derniers rayons et des derniers temps libres avant l'avalanche de devoirs. Malka avait d'ailleurs prévu d'aller rejoindre son amie Clara une demi-heure plus tard, par qu'elles aillent observer l'entraînement de Quidditch de l'équipe de Gryffondor ensemble. Alors, pourquoi... ? Tout était calme, mais une douleur fantôme au doigt annonçait de la magie noire, plus sûrement qu'un scrutoscope. Sans trop savoir pourquoi encore, elle se mit à courir. Trouver quelqu'un. Quelque chose arrivait, elle en était certaine.
 
Le noir la surpris alors qu'elle dévalait l'un des escaliers tournant, et elle se figea net. Le noir total, l'impression brutale d'être devenue aveugle, et personne autour pour l'ancrer à la réalité. Elle avait l'impression de se retrouver dans son pire cauchemar, mais s'accrocha fermement à la rambarde de pierre et se força à inspirer profondément. Tout allait bien, puisqu'elle pouvait respirer. Elle avait déjà vécu un épisode de ce genre, et tout s'était bien terminé. Le Badau... n'était pas vraiment ici. Rien ne prouvait que les disparitions d'enfants dont bruissaient la Gazette, et les conversations des Maraudeurs Aurors, tues à son arrivée, étaient vraiment liées à cette ombre. Et d'ailleurs, elle n'était plus une enfant que l'on enlève dans son lit. Elle avait quatorze ans. Il lui suffisait de garder la tête froide et de se diriger vers... quoi ? La Grande Salle ? Les Bureaux des professeurs ? Elle était dans le noir total, venait de courir dans une direction au hasard et l'escalier sous elle bougeait, elle le sentait. Elle était complètement désorientée. La seule note de réconfort était que pour l'instant, le noir n'était accompagné ni de grincement, ni de chant funeste. Le seul bruit qu'elle pouvait entendre était son coeur qui battait la chamade...

... Et un cri, strident et infini. Tout bougeait soudain autour d'elle et il lui fallut quelques instants pour réaliser que c'était elle qui hurlait. Quelque chose lui agrippait les chevilles, tirant avec force, et lui avait fait perdre l'équilibre. Elle était tombée dans l'escalier, le choc lui coupant momentanément le souffle, et avait réussit par réflexe à s'agripper des deux mains à l'un des piliers de pierre formant la balustrade de l'escalier.  Son cri avait couvert le léger bruit de sa baguette dévalant les marches. Lancée dans une terreur au-delà des mots par ce qui était en train de lui arriver, Malka était incapable de former une pensée cohérente. Pas. D'enlèvement. Elle ne pouvait pas lâcher, c'était tout. Elle essaya de se débattre, de donner des coups de pieds, mais cela ne faisait que compromettre plus avant son équilibre et elle finit par mettre toute son énergie à s'arrimer à la rembarde. Son cri était mort dans sa gorge où l'air peinait désormais à rentrer, et sans la présence toujours opportune du médaillon de Merlin, en train d'émettre une très légère lueur perçant la noirceur, elle aurait probablement réussit à s'asphyxier toute seule sous l'effet de la panique. La Griffondor avait fermé les yeux, raison pour laquelle elle ne put pas voir son bijou s'illuminer. Les petits vaisseaux de ses yeux avaient simplement éclaté sous la soudaine pression, et elle avait fermé les yeux par réflexe. Toutes ses forces étaient concentrées sur ses bras. Tenir. La chose tirait toujours ses chevilles, elle ne pouvait pas lâcher. Ses ongles raclaient désespérément  le mortier pour compenser la tétanie qui commençait à s'emparer de ses avants-bras, mais qu'importaient quelques ongles arrachés ? Elle s'arqueboutait avec l'énergie du désespoir. 

Et puis d'un coup, la "chose" lâcha ses chevilles. La surprise fut telle qu'elle lâcha enfin le pilier, et son corps tendu comme un arc retomba sur les marches de pierre pour mieux les dévaler. Elle roula, roula et roula pour s'arrêter enfin en bas des marches, repliée en boule sur elle-même, et ne plus bouger. A travers ses paupières toujours closes, elle pouvait percevoir la lumière du jour, présente en bas de l'escalier comme si de rien n'était, mais elle ne pouvait pas ouvrir les yeux. Son corps venait de décharger toute l'adrénaline dont il était capable pour la faire tenir à cet escalier (combien de temps ? une éternité ? quelques minutes ?), tellement qu'elle était actuellement incapable de ressentir la douleur liée à sa chute. Elle n'avait plus d'énergie restante pour bouger, pour se sentir réchauffée par son médaillon ou même soulever les paupières, et pas assez d'air non plus, n'ayant jamais vraiment repris sa respiration normalement. La petite blonde gisait, ironiquement dans le couloir qu'elle avait voulu atteindre quelques instants plus tôt. Elle n'avait pas mal. Son esprit était vide, sauf pour une pensée : le Badau l'avait lâchée. 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Guenièvre Lakers
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 573
Age : 22
Age du perso : 18 ans.
Fonction : Institut de formation des Aurors - 1ère année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Membre de l'Ordre du Phénix.
Patronus : Lion
Date d'inscription : 08/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Sep - 5:17
Sa dernière rentrée à Poudlard. Guenièvre ne parvenait toujours pas à s'habituer à l'idée et en même temps, tellement de choses avaient changé pendant l'été que l'idée de devoir un jour quitter son école chérie, un changement de plus, ne lui paraissait plus si incongrue. Elle avait adoré son stage au Bureau des Aurors, et n'était jamais la dernière à relever un nouveau défi : elle savait qu'elle pourrait se jeter à corps perdu dans ses études supérieures une fois ses ASPICs obtenus, et n'aurait pas à s'ennuyer. Elle était majeure, désormais. Officiellement plus de Trace, plus de problèmes administratifs. L'idée que cela lui donnait des responsabilités supplémentaires ne l'impressionnait pas vraiment : ça faisait longtemps déjà qu'elle avait plus de responsabilités qu'on voulait bien le croire et si cela lui avait pris du temps, et une bonne dose d'amertume, aujourd'hui, elle les acceptait, tout simplement. Elle était Préfète en Chef de Serdaigle, par exemple. Pas de grosse surprise de ce côté-là. Très honnêtement, qui aurait été mieux placé qu'elle pour tenir le rôle ? Pas besoin de faire semblant et de jouer aux faux modestes ! Dernier gros changement : sa mère. Sa stupide, égoïste, terrible mère avait bouleversé l'équilibre familial. La colère de Guenièvre commençait seulement à passer. Au moins n'avait-elle plus à faire semblant d'être une idiote incapable en passant ses vacances scolaires chez Esmée. Son beau-père Allan au courant de ses pouvoirs, et le prenant plutôt bien, avait été une bonne surprise. Et Elaine… le petit cœur de sa sœur ne semblait pas trop brisé. Elle n'était pas psymage pour enfants, mais enfin, sa sœur, après un premier mois difficile, semblait continuer à vivre à peu près normalement alors…


Bref, qu'on ne lui dise pas que tout ne changeait pas. Elle-même comptait bien surfer sur la vague du changement et profiter de chaque instant présent. Il faisait beau, et elle allait réviser ses premières leçons dans le parc, plutôt qu'à la bibliothèque, dès qu'elle aurait fini sa tournée d'inspection. Elle aimait bien ces rondes. Corvée pour certains préfets, pour elle, c'était surtout l'occasion de veiller sur SON château. Oui, elle ne pourrait jamais s'empêcher de s'en sentir un peu propriétaire… et désormais elle avait une excellente excuse pour vérifier que tout s'y passait bien et se balader dans ses moindres recoins, alors, que vouloir de plus ? Les élèves n'avaient pas encore perdu  leur énergie des vacances, et une bonne humeur dynamique flottait donc dans les couloirs.


Elle en était là dans ses réflexions, "bonne humeur", quand un cri strident retentit. Guenièvre ferma les yeux une demi seconde, le temps de vérifier de quelle direction venait le bruit, et fonça. Bouse de Botruc. C'était le cri de quelqu'un qui avait peur. Qu'est-ce qui se passait ? Baguette en avant, elle piqua un bon sprint à travers les couloirs familiers et finit par freiner en arrivant devant un forme allongée au pied de l'un des escaliers. Elle jura intérieurement, et s'approcha. Le silence était désormais parfait et après sa petite course, la seule chose qu'elle entendait était ses pas et sa respiration un peu rapide. Empêtrée dans son uniforme, ce qui lui donnait vaguement l'air d'un sac de linge sale, gisait Malka Cove Black, la cousine de Mar. Gue s'accroupit auprès d'elle et plaça une main devant son nez. Yup, elle respirait. Est-ce qu'elle était consciente ? Elle lui tapota la joue.

"Malka, est-ce que tu m'entends ? Tu peux ouvrir les yeux ?"



Rapide inspection de l'adolescente : elle s'était ouvert l'arcade sourcilière et avait un léger filet de sang sur le visage, mais ça semblait plus graphique que sérieux. Gue dégagea une mèche blonde et lui prit la main, des fois que Malka ait la bonne idée de la serrer. Le bout de ses doigts était écorché, un des ongles de la main gauche avait sauté. La Serdaigle eut une grimace de sympathie. Ouch ! Le reste avait l'air normal. Qu'est-ce qui avait bien pu se passer ? Elle scanna les alentours du regard.

"Tu es tombée dans les escaliers ? Malka ?"

Elle aurait essayé de se retenir, ce qui expliquerait les doigts, et… roulé ? Glissé ? Bref, elle se serait cogné la tête à un point donné, ce qui expliquerait l'arcade. Une chute sérieuse pour une fille de quoi ? Quatorze ans ? Elle ne se souvenait pas avoir entendu Mar lui dire que sa cousine était particulièrement maladroite. Et elle aurait juré que le cri qu'elle avait entendu indiquait plus de peur que ce qui était nécessaire pour un simple trébuchage dans un escalier tournant, mais bon, Malka avait vécu des trucs durs, alors peut-être qu'elle avait peur facilement. Gue fronça les sourcils. Elle pressentait le truc pas nette dans cette histoire, mais aurait été bien incapable d'expliquer pourquoi.




Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 443
Age : 22
Localisation : De retour à Poudlard
Age du perso : 15 ans
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Sep - 4:39
Malka. Son prénom lui parvint, flottant à elle comme si elle avait la tête sous l'eau. L'eau. Oui, elle devrait aller se baigner, et ça irait mieux. Mais pour ça il fallait bouger, rassembler et discipliner ses pensées. Le Badau était parti. Le jour était revenu. Et une voix l'appelait, vaguement familière. Touchait son visage, prenait sa main. Pas la voix, une main appartenant à la voix. Malka ouvrit brusquement les yeux, inspirant un grand coup bruyant en même temps, comme si elle remontait d'une apnée. Il y avait quelqu'un avec elle. Ami ou ennemi ?

L'image devant elle était floue, et lumineuse, et ses yeux mirent quelques instants à faire la mise au point avant qu'elle ne puisse reconnaître la meilleure amie de sa cousine Maryna. Gue... Guenièvre. Elle ne lui avait jamais adressé la parole directement, mais Mar était toujours fourrée avec avec, et elle savait que la Serdaigle était liée à la chute des Deux Grands, elle aussi. Qu'elle représentait Godric Gryffondor ? Malka n'était pas très au point avec le concept de réincarnation consciente, parce que c'était bizarre à réconcilier avec un proche en chair et en os que vous connaissiez, et de toute manière, elle n'était pas en état de philosopher immédiatement. Mais elle était à Gryffondor, la maison de sa mère biologique, de son père adoptif. Alors, si Guenièvre avait un rapport avec Godric Gryffondor, elle était en sécurité. Oui.

Lentement, elle dégagea sa main et s'en servit pour s'appuyer au sol et se redresser. Elle n'avait pas vraiment mal mais sentait une vague gène en respirant, maintenant qu'elle respirait de nouveau de manière normale. Peut-être un bleu aux côtes, pensa-t-elle vaguement. Elle fronça les sourcils et s'essuya l'oeil du poing, car quelque chose là la chatouillait. Sa paume lui revint maculée de sang. Bizarre, mais elle ne s'en préoccupa pas outre mesure, même pas certaine que le sang en question lui appartenait. Elle avait 'l’impression de flotter, et seule la voix de Guenièvre la ramena un peu à la réalité.

Est-ce qu'elle était tombée dans l'escalier ? Hum, oui. Mais ça n'était pas ça le plus important. Le plus important avait été...


"Le noir. Le Badau m'a attrapée."

Sa voix était un peu rauque d'avoir crié quelques instants plutôt, et le ton un peu distant. Elle avait l'impression de faire un rêve éveillé. Comment expliquer la terreur qu'elle avait ressenti quelques minutes plutôt, sinon par un cauchemar, aussi atroce qu'irréel ? Lentement, elle ramena ses genoux sous son menton et remonta sa robe de sorcière, dévoilant ses chevilles, clairement marquées là où on l'avait agrippée, d'un rouge virant déjà au bleu. Bizarre que le rêve ait laissé des traces réelles. Mais... Ca ne pouvait pas être réel, n'est-ce pas ? Non, non, non. Elle se tourna vers Guenièvre et demanda d'un ton pressant :

"Ma baguette. J'ai perdu ma baguette."

Elle ne voulait pas rester sans défense si le Badau était réel. Instinctivement, elle porta sa main ensanglantée à son cou, touchant le médaillon de Merlin qui était tiède dans sa main, cherchant à se rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Guenièvre Lakers
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 573
Age : 22
Age du perso : 18 ans.
Fonction : Institut de formation des Aurors - 1ère année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Membre de l'Ordre du Phénix.
Patronus : Lion
Date d'inscription : 08/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 17 Sep - 5:41
Il y avait vraiment quelque chose d'étrange dans la situation, et pendant quelques instants, Guenièvre hésita à contacter Maryna par  légilimencie. Malka était sa cousine, après tout. Elle décida finalement de s'abstenir pour le moment. Elle risquait d'inquiéter Mar pour rien alors qu'elle ne savait pas encore vraiment de quoi il retournait. Et puis, si jamais son pressentiment était avéré, mieux valait être pleine et entière à la situation présente, pour pouvoir réagir au quart de tour, que de se disperser avec en plus une conversation mentale.  Elle se contenta donc d'observer la Gryffondor, toujours accroupie devant elle. Elle était très pâle, mais bon, Covey Black n'avait jamais été bronzée pour commencer. Pourquoi avait-elle cette étrange impression de déjà vu ? Elle n'avait jamais été seule avec la jeune fille auparavant. Mais… elle le serait. Guenièvre l'ignorait pour l'instant, mais à 26 ans, quand elle était revenue dans le passé pour mettre fin à la malédiction des Deux Grands, ce serait elle, avec Maryna et Severus Rogue, qui trouveraient une Malka tout juste échappée de ses tortionnaires, inconsciente sur la plage de Préaulard. A quel point les souvenirs de ce que l'on vivrait plus tard dans sa vie, mais qui étaient déjà passés chronologiquement, pouvaient-ils nous influencer ?



Dans tous les cas, Malka venait d'ouvrir les yeux et semblait évaluer la situation. Lui lâchant la main, Guenièvre lui passa plutôt le bras derrière le dos pour l'aider à se redresser. Elle paraissait un peu sonnée, mais vue l'ampleur de la chute supposée, c'était sans doute normal. La préfète de Serdaigle attendit d'être sûre que la Gryffondor avait son équilibre avant de la lâcher. Elle sortit un mouchoir de sa poche et lui tendit, pour qu'elle puisse s'essuyer l'arcade sourcilière. C'était le genre d'endroit qui saignait stupidement, mais était sans gravité. Mme Pomfresh aurait refermé ça en deux minutes avec sa fameuse pâte orange, et Gue ne s'inquiétait donc pas outre mesure.

"Le Badau ? Malka, il n'y a pas eu de manifestation du Badau à Poudlard depuis février dernier. Tu as mal à la tête ?"


Peut-être qu'elle s'était cognée et était un peu confuse. Guenièvre ne prétendait pas être la personne la plus au courant sur le Badau, mais elle aurait parié que c'était quand même elle la mieux informée de tous les étudiants de Poudlard. Elle n'avait quand même pas passé son été en stage auprès de Jenni Wieddermann pour rien ! Elle connaissait désormais par cœur les signes avants coureurs de la présence du "Badau", faute d'un meilleur terme pour désigner le phénomène, et elle savait parfaitement qu'aucun des enfants qui avait disparu n'avait plus de onze ans. A priori, les élèves de Poudlard étaient donc en parfaite sécurité, excepté un hypothétique première année, mais… Malka était en quoi ? Quatrième année ? A quatorze ans, plus personne n'avait peur des monstres se cachant sous les lits. Mar lui avait bien dit que depuis sa captivité chez les Deux Grands, sa cousine avait peur du noir, mais ça n'était pas un élément suffisant.


"Le Badau n'a jamais laissé de traces physiques comme ça. Raconte-moi ce qui s'est passé exactement."


Ces marques sur ses chevilles étaient… impressionnantes. Comme si quelque chose ou quelqu'un l'avait tenaillée, ou saisie violemment… ce qui expliquerait la chute dans l'escalier, et peut-être aussi les doigts écorchés. Avait-elle essayé de se défendre, contre, disons, un autre élève ? Elle n'était pas du genre à provoquer une bagarre. Alors quoi, un mage noir infiltré ? Ca n'avait pas de sens. Dans tous les cas, elle serait tombée dans l'escalier, se serait cogné la tête et voilà qu'elle parlerait du Badau. Est-ce qu'elle avait pu se faire ces marques toutes seule ? Lentement, Guenièvre approcha ses mains des chevilles de sa condisciple et les palpa délicatement. Les bleus en train de s'épanouir n'avait pas de formes de doigts. Qu'est-ce qui lui avait fait ça ? C'était bizarre.

"Accio baguette de Malka."


La baguette de la Gryffondor lui fonça dans les mains, depuis un coin du couloir où elle avait probablement roulé. Heureusement, elle n'était pas abimée. Guenièvre lui tendit donc, et commenta, tentant de la distraire car elle semblait s'agiter :

"Tiens. Ton collier lumineux est très joli."




Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 443
Age : 22
Localisation : De retour à Poudlard
Age du perso : 15 ans
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 30 Sep - 19:03
"Non, je n'ai pas mal."

Elle n'était pas folle et elle ne s'était pas cogné la tête, okay ? Elle n'avait tout de même pas inventé ce qui venait de se passer. D'ailleurs, pour l'instant elle n'avait mal nul part. Elle voulait juste que Guenièvre la croit. Elle, elle était persuadée que c'était le Badau qui avait tenté de l'attraper. Elle baissa le regard vers sa main droite : elle n'avait pas rêver cette fameuse douleur fantôme, indicateur certain de la présence de magie noire. Ou alors, elle avait vraiment rêvé.  Ca serait mieux, non, pour tout le monde à part peut-être elle, si le Badau n'avait pas vraiment été là ? Oh Merlin, elle ne savait plus ce qu'elle voulait, ni ne savait ce qui avait été réel ou imaginé. Ce qui était certain, c'était qu'elle s'était sentie terrifiée. La sensation du sang qui se glaçait dans ses veines, et sa pulsation violente aux temeps, était encore là, comme un écho. Pourtant, il fallait bien y faire quelque chose. Elle ne pouvait pas rester comme elle était dans le brouillard, elle allait s'y noyer. La blondinette inspira profondément, essayant de recadrer ses idées très confuses, et se concentra sur la voix de Guenièvre pour essayer de lui répondre au mieux :

"J'étais seule, et puis, j'ai eu mal au doigt. De la magie noire. Et puis… le noir. Non. J'avais mal, alors d'abord, j'ai couru. Dévalé les escaliers quand… le noir. Et…"

Elle n'arrivait pas à être complètement claire et se crispa lorsque la Serdaigle approcha lentement ses mains pour finir par la toucher. Maintenant qu'elle commençait à se calmer un peu, elle commençait à avoir mal aussi. Au front. Aux doigts, aux côtes, rien que des égratignures sans importance. Et puis aux chevilles, aussi. Guenièvre avait les doigts froids contre sa peau échauffée.

"Ca m'a tirée. Le Badau m'a attrapé les chevilles et il a tiré. Je saigne ?"


Elle avait fini sa phrase d'un ton parfaitement calme, et d'un revers de main s'essuya de nouveau le front. Le sang devait bien être le sien, puisqu'il continuait à couler en filet mince, gênant sa vision. Et là, est-ce que Guenièvre la croyait ? Elle tendit une main rougie devant elle, et referma le poing sur sa précieuse baguette. Ca allait aller. Déjà, le monde recommençait à tourner à un rythme normal.


"Il s'active si je suis attaquée. Je n'ai pas rêvé. Mais…"

Le médaillon ne s'était pas activé en février dernier, lorsque que le "Badau" avait pour la première fois manifesté sa présence à Poudlard. Soit, peut-être, Guenièvre avait raison, ça n'était pas le Badau cette fois-ci. Et alors, soit elle était complètement dérangée et le Gang Terreur avait raison sur son état mental, soit quelque chose d'autre l'avait agressée. Soit le Badau avait gagné en puissance et représentait désormais une réelle menace. Merlin. Son visage perdit définitivement le peu de couleurs qu'il lui restait. Elle devait faire quelque chose, même si elle ne savait pas quoi. Elle avait sa baguette. Chancelante, elle essaya de se relever et au prix d'une bonne dose de volonté, se hissa en position debout, quelques larmes de douleur lui échappant spontanément. Elle aurait parié sur deux entorses de chevilles. Pas grave en soi, ça ne l'empêcherait pas de marcher s'il le fallait. Elle avait marché dans de pires états. Mais ça signifiait que c'était réel. Il fallait… prévenir les adultes, au minimum. Partir d'ici, où elles étaient toutes seules. Elle avait toujours peur, mais maintenant qu'elle était plus consciente de son environnement, elle était persuadée que sa peur était rationnelle.

"Qu'est-ce qu'on fait ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
~+ SCÉNARISTE +~
Nombre de messages : 1541
Date d'inscription : 26/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 1 Nov - 20:33
Randalf McPherson, Dimitria Radulov & Clovis Victors

Les trois membres de la garde rapprochée du couple princier de Londres et de Kinderdjik étaient occupés à parcourir les rues de Westmacott quand le bracelet qu'il portait au poignet gauche s'était mit à luire. Le médaillon de Merlin. Il était activé. C'était donc dire que la jeune protégée de la Princesse VanHolsen était en danger. Et la Princesse avait été claire : dès qu'ils en avaient le signal, ils devaient se rendre à la rescousse de l'humaine et risquer leurs existences pour sauver la sienne. Rien ne devait arriver à Malka. Sous aucun prétexte. Peu importe ou elle se trouvais et, en ce moment, les vampires la sentaient à Poudlard. Alors à Poudlard ils iraient.

Et ils y furent en quelques secondes à peine. Utilisant la discipline de célérité, les trois guerriers vampires se retrouvèrent à l'intérieur de l'école avant même que quiconque ne se rende compte de leurs présences. Leurs sens les guida jusqu'à Malka. La protégée se trouvais au sol et, au dessus d'elle se trouvais une fille. Une fille qui devait se pousser de là. Mais comme elle n'avait pas l'air trop menaçante, McPherson se contenta de se placer entre elle et Malka. 

"Victors, cherche qui a fait ça" dit McPherson d'un ton grave
La protégée était blessée ! Par Dracul ! La Princesse n'allait pas leur pardonner ! Dimitria, qui avait quelques notions de soins, se pencha vers la jeune fille, qui devait peut-être bien se demander qui ils étaient. Bha quoi, elle ne les connaissaient pas. D'un ton tout aussi grave que son collègue vampire, mais quand même doux et calme, elle dit :

"Le médaillon de Merlin s'est activé. Nous sommes là pour assurer ta protection. La Princesse VanHolsen tiens à toi, alors on tiens à toi aussi. Ne bouges pas que je soignes tes blessures"

Dimitria tendit les mains vers les chevilles blessées. Ça ne devrait pas prendre plus que quelques minutes. Comme pour Victors. Il allait trouver le coupable. Et il allait payer. Probablement de sa vie. On ne blessait pas la protégée de la Princesse VanHolsen. Ho que non. Interdiction de lui faire du mal. Interdit ! Clovis, lui, regardait autour de lui, le nez légèrement relevé. Il humait l'air. À la recherche du moindre indice provenant du coupable. Il était le plus fin "limier" des Camaristes. Il allait trouver le petit malin qui avait oser utiliser la magie noire sur la protégée. Et le tuer. Il humais les traces de magie noire à la carte ... les ondes ... les ondes provenaient de ...

"C'est plus haut" dit Clovis Victors "L'auteur est parti ... mais son essence est plus haut, vers cet escalier" ajoute t'il
La chasse était ouverte. Bientôt il y aurait une petite leçon de savoir vivre qui serait donné.

HJ : Ho boy ... le gang terreur ne sait pas ce qu'il vient de réveiller. Faut pas toucher à Malka, non, non, non  Evil or Very Mad


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Guenièvre Lakers
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 573
Age : 22
Age du perso : 18 ans.
Fonction : Institut de formation des Aurors - 1ère année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Membre de l'Ordre du Phénix.
Patronus : Lion
Date d'inscription : 08/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 3 Nov - 6:25
[ltr]Guenièvre écoutait le récit un peu décousu de Malka avec attention. Elle n'était pas exactement dubitative. Elle voyait bien que la Gryffondor s'était réellement fait mal, quoi qu'heureusement de manière superficielle, et qu'elle avait vraiment peur mais… Ca n'avait pas trop de sens tout ça. Pour autant, il fallait la laisser parler. Gue ne savait que trop ce que l'on pouvait ressentir quand on était au centre d'une histoire si abracadabrantesque que personne ne voulait y croire. La tête de Rogue quand ils avaient annoncé être les réincarnations des fondateurs ! Elle eut un bref sourire à cette pensée. Oui, il y avait une possibilité que Malka ait raison, quoi qu'elle lui semble faible.

"D'accord, je te crois. Oui, tu saignes, mais ça n'est rien, juste une coupure."


Voyant que Malka ne réagissait pas vraiment, elle reprit son mouchoir et épongea elle-même la blessure sur le front de la jeune fille.

"Tiens, serre ça sur la plaie. Je vais t'emmener à l'infirmerie. Tu vas pouvoir marcher ou tu veux que je te fasse léviter ?" 

Un plan d'action simple et efficace. Il ne semblait pas y avoir de danger immédiat, mais par simple précaution, mieux valait ne pas traîner dans les parages. Techniquement, elle aurait pu réparer elle-même au moins une partie des bobos de Malka sur place. Pas besoin des super pouvoirs de Quentin en matière de sortilège de guérison pour arrêter un saignement riquiqui comme ça. Mais Guenièvre voulait que sa camarade soit entièrement examinée par quelqu'un de compétent, parce que la nature de ses blessures leur donnerait sans aucun doute un bon indice sur ce qui s'était passé. Ensuite, elle pourrait revenir sur place et mener sa petite enquête à l'aide de sortilèges. Mar avait récemment trouvé un espèce d'"homino revelium" trafiqué qui permettait de rejouer une scène récente. Elle aurait préféré lancer le sort maintenant, d'ailleurs, mais elle ne voulait pas risquer d'effrayer Malka outre mesure.

Tout en la soutenant, puisqu'apparemment, elle était décidée à marcher, elle continua donc de faire la conversation d'un ton calme :

"Ah oui, ton collier s'active ? Il y a quoi dedans, un charme du Bouclier ?"

Une babiole aussi courante que pratique, très souvent portée par les enfants sorciers ces derniers temps. Des tas de faux circulaient, évidemment, mais les vrais existaient. Gue n'était pas très concentrée sur le collier, et n'avait pas reconnu le médaillon de Merlin. Si elle y avait prêté attention, elle l'aurait peut-être identifié, mais elle n'en avait jamais vu un en vrai et de toute manière, elle avait d'autres chats à fouetter. Comme…

"HE !"

Par les sept cercles des Enfers, mais qu'est-ce que c'était que ce délire ?! Un gars venait de la pousser, se plaçant entre elle et Malka et… et ils étaient trois, alors comment… ? On ne pouvait pas transplaner à l'intérieur de Poudlard ! Il lui fallut trois secondes pour redescendre sur terre et remarquer qu'ils étaient des vampires. Ses instincts avaient cependant été plus rapides et sa baguette était fermement pointée sur McPherson.

"Ecartez-vous d'elle et identifiez-vous."


Ils n'avaient pas l'air en pleine frénésie, mais ils n'avaient rien à faire ici. Les sourcils froncés, elle écouta Dimitria Radulov avec l'impression prononcée de nager en plein rêve. Un médaillon de Merlin ? Botruc, ça changeait pas mal de choses ! Et Julianne VanHolsen était impliquée là-dedans ? Evidemment. Julianne VanHolsen était impliquée partout, tout le temps, dès qu'il y du grabuge (ce genre de personnes se reconnaissaient entre elles, vous saviez ?).  Lentement, Guenièvre baissa sa baguette et fit un pas pour se rapprocher de Malka.

"Tu aurais pu me prévenir. Je t'accorde que c'est un peu plus classe qu'un sortilège du Bouclier."

Un peu d'humour, parce que la manière de débarquer en force des trois vampires n'avait pas exactement fait tombé la tension dans leur petit bout de couloir. Bon, aussi bien suivre la cadence. Elle n'avait pas particulièrement envie de combattre trois vampires, là, tout de suite, et de se mettre ensuite tous les Camaristes à dos. Elle ajouta, à l'intention de Dimitria :

"Non, attendez. Toutes ses blessures sont superficielles, je l'ai examinée. Ce sont des rpeuves d'agression et elles doivent être constatées officiellement à l'infirmerie."

 

Et… Pourquoi l'autre reniflait ? YO, on était pas en territoire vampire, là !!

"Qu'est-ce que vous sentez, un humain ? Arrêtez-le si c'est le cas, mais je vous interdis de tuer qui que ce soit dans cette école."

Elle avait pris toute la stature de Gryffondor pour cette dernière phrase, et utilisé un ton d'autorité absolu. Trois vampires de la garde VanHolsen n'en auraient probablement rien à foutre des ordres de la Préfète en Chef de Poudlard, mais aujourd'hui n'était pas le jour où elle allait laisser impunément assassiner des gens dans SON école. Clair ? Quel humain pouvait avoir fait ça de toute manière ? Un mage noir qui se cachait dans l'école ? Seigneur, elle allait avoir mal à la tête. Elle se donnait cinq minutes avant de hurler mentalement après le Directeur Rogue. [/ltr]




Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 443
Age : 22
Localisation : De retour à Poudlard
Age du perso : 15 ans
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 3 Nov - 19:29
Dans le tourbillon d'émotions contradictoires qu'elle s'efforçait tant bien que mal de maitriser, entendre Guenièvre lui dire "je te crois" fit un bien fou à Malka. C'était comme si elle respirait mieux d'un seul coup. La Préfète en chef ne croyait pas qu'elle était folle. Son ton calme et concentré commençait à la fortifier un peu. Elle pouvait peut-être avoir raison sans qu'il y ait pour autant lieu de paniquer. C'était franchement la première bonne nouvelle de la journée.

 

Puisque Guenièvre avait l'air compétente, elle se contenta de se laisser faire, appuyant sagement le chiffon qu'on lui donnait de sa main libre, l'autre toujours fermement agrippée à sa baguette. C'était mieux pour voir, sans sang dans les yeux. Bien sûr, appuyer sur sa plaie pinçait un peu, mais rien d'insupportable pour elle. Malka avait un rapport intéressant avec la douleur. La majorité du temps, les séances de torture de la Grande l'avaient désensibilisée aux petites douleurs du quotidien. Tout était relatif, avait dit un savant moldu, et clairement un mal de gorge ou des ampoules au pied ne comptaient pas à côté des plaies infligées par des instruments de torture médiévaux. Parfois cependant, en de rares occasions, une petite douleur, disons, un doigt un peu coincé dans une porte, ou si elle se mordait la langue par erreur en mangeant, la ramenait mentalement dans sa cellule, et lui semblait absolument insupportable. Elle était contente que ça n'ait pas été le cas aujourd'hui. L'adrénaline avait du bon.

"Je peux marcher."


 

Le plan de Guenièvre était satisfaisant. Elle ne restait pas toute seule dans cet endroit potentiellement dangereux, elle se rapprochait du personnel enseignant, Mme Pomfresh allait lui enlever ses entorses. Bon plan. Elle allait essayer de se concentrer sur ça uniquement, et de ne pas s'imaginer le Badau l'attendant à chaque coin de couloir pour la dévorer. Après un épisode de terreur comme celui qu'elle venait de vivre, c'était dur de ne pas se sentir comme une toute petite fille, persuadée qu'un croquemitaine sortirait de la moindre forme suspecte dans la pénombre de sa chambre à coucher.

"Non, c'est un médaillon de…"


 

Dans des circonstances normales, elle n'aurait jamais dévoilé les particularités de son précieux collier à Guenièvre, qui était pour elle une quasi inconnue. Là, elle avait enchaîné la conversation sans réfléchir, heureuse de saisir la diversion que sa condisciple lui tendait pour éloigner les pensées peu rassurantes. Dans tous les cas, elle ne finit jamais sa phrase. Sa bouche était ouverte sur un cri silencieux et elle était cette fois-ci complètement paralysée par la surprise et la peur. Trois… choses… vampires, venaient de surgir sous son nez.

 

Choquée par leur apparition brusque, elle les regarda s'agiter autour d'elle sans oser bouger ou piper mot. C'était des amis. Le médaillon, justement. Jamais elle n'aurait imaginé qu'ils arriveraient comme ça, surtout dans un endroit où l'on ne pouvait pas transplaner. Leur apparence vampirique ne lui faisait pas vraiment peur, elle avait vu son père sous cette forme à l'occasion, mais elle avait simplement du mal à se remettre de leur entrée en scène si brutale. Bouche légèrement entrouverte, elle regarda Guenièvre échanger avec les trois gardes et s'agiter autour d'elle comme on aurait regardé un match de pingpong. Visiblement, la Serdaigle n'avait plus l'air de croire qu'un quelconque danger puisse émaner d'eux. Mais eux… eux étaient en train de traquer ce qui l'avait attaqué, et qui était toujours quelque part dans le château. Tant pis pour ses efforts à tenir la peur à distance. L'arrivée des gardes princiers avait ravivé toute la tension de la scène. L'air lui semblait électrique et faire semblant ne servait plus à rien : elle était terrorisée. Elle ne souhaitait qu'une seule chose, décamper de là en courant à toutes jambes. Mais sa peur panique la clouait littéralement sur place. Au secours !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severus Rogue
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 551
Age du perso : 46 ans
Fonction : Directeur de Poudlard
Patronus : Biche
Date d'inscription : 28/08/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 7 Nov - 13:12
Severus se trouvais dans son bureau en train de glander -- bha quoi -- sur un truc super important mais dont il n'avait strictement rien à cirer quand il avait reçu un message de Julianne par légilismencie. Les cristaux de la salle du trône s'étaient activés, ce qui voulait dire que le médaillon de Merlin qu'elle avait remis à Malka était actif. Donc, Malka était en danger. Donc, elle envoyait les gardes qu'elle avait mandaté à la protection de la jeune fille à Poudlard. Donc, il devait se bagner le derrière parce que cela voulait dire qu'un danger lié à la magie noire plânait sur l'école. Avec les étrangetés liées au Badau, pas de chance à prendre. Puis cette gang terreur s'était tenue un peu plus tranquille après leur rencontre mais il savait qu'ils étaient toujours relativement "actifs". Ceux là ... Bref, il valait mieux cesser de glander et aller s'occuper des trois vampires qui ne manqueraient pas de rappliquer.

Le directeur de Poudlard s'était levé, repoussant les documents dont il n'avait rien à faire de sa main droite, avant de se diriger vers la porte de son bureau. Pour trouver les vampires ... rien de plus aisé. Utiliser la discipline de l'Augure. Ce qu'il fit alors que ses pieds se posèrent sur la première marche de l'escalier dissimulée.



Le vampire se concentra sur Malka et, subitement, son esprit fut projeté exactement là ou elle se trouvais. Il  la vit, visiblement blessée à la cheville, en compagnie de Guenièvre Lakers -- qui confrontais les vampires présents comme une écervelée --. Severus arqua un sourcil narquois devant ce détail. Son regard d'augure se tourna vers Malka, qui semblait figée, puis vers les envoyés de sa fille. McPherson, Radulov et Victors. Bon choix. D'excellents traqueurs. Mais, ils n'allaient rien traquer dans son école. Visiblement, la menace avait cessée.

Tout en se projetant vers l'endroit ou se trouvais Malka, Rogue avait continué de marcher comme un automate. Il se trouvais donc dans le couloir quand son esprit revint dans son corps. Plus besoin d'observer. Il savait maintenant très bien ou aller. D'un pas rapide et vif, il parcouru la distance nécessaire et arriva droit derrière Miss Lakers.

"Votre attitude finira par vous attirer des ennuis, Miss Lakers" dit-il d'un ton lent
Elle voulait se faire mordre ou quoi ? Pas que Victors allait l'attaquer, non. Ils étaient des Camaristes et non de vulgaires Sabbats ! Toutefois, ce n'était guère une charmante idée que de confronter un vampire en chasse. Mine de rien, l'homme se plaça entre son élève et les "hommes" de sa fille. De ce fait, il tendit aussi le bras question de mettre Malka aussi en arrière de lui. Fixant les vampires, il leur fit un bref sourire avant de dire :

"Ça va. La menace n'est clairement plus présente. Miss Black ne risque plus rien. Vous pouvez disposer, je me charge de trouver ce qui s'est passé"

Ils allaient répliquer que Julianne leur avait dit de protéger Malka coûte que coûte et qu'ils devaient écouter la Princesse et nian nian bla bla. Alors, il ajouta :

"Ma fille m'a contacté pour me demander de venir gérer les choses. Vous avez congé messieurs ... dame" ajouta t-il en regardant Radulov avec une once de malice. Radulov était ... bha pas trop du style féminine.
Rogue, qui demeurait stoique devant ses étudiantes, eut un bref sourire avant de se taire. Julianne ne lui avait pas exprésement dit que ses envoyés avaient "congé" de l'affaire ... mais il n'y avait plus aucun danger. D'ailleurs, le médaillon de Merlin avait perdu de sa luminosité. Inutile de prendre le mors aux dents et de retourner l'école au grand complet, là !


Severus Tobias Rogue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Guenièvre Lakers
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 573
Age : 22
Age du perso : 18 ans.
Fonction : Institut de formation des Aurors - 1ère année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Membre de l'Ordre du Phénix.
Patronus : Lion
Date d'inscription : 08/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 29 Nov - 4:57
Excellent, si Malka pouvait marcher. Guenièvre lui passa un bras dans le dos, histoire de l'aider à garder son équilibre tout de même. Une excellente chose qu'elle l'ait fait d'ailleurs, vue l’arrivée brutale des trois vampires. Elle était en mode défense. C’était une chose d’arriver sur une scène après une agression, une autre de se trouver au beau milieu d’une situation vive, avec Malka en guise de poids mort, en plus. Avouez que la situation n’avait rien de commun et qu’elle n’aurait pas été la seule à être sur ses gardes ! C’était un peu surréaliste, mais heureusement, Gue s’y connaissait en la matière. Elle s’était bien fait défenestrée par un prof une fois, alors, elle pouvait s’adapter à à peu près tout ce qui arriverait dans cette école. Il suffisait de rester absolument sur ses gardes, car elle n’aurait jamais fini d’être surprise !


Du coin de l’œil, elle jeta un regard à Malka. On aurait dit une statue de sel. Pauvre gosse, décidément ça n’était pas sa journée. Elle devait être morte de trouille. La Serdaigle lui caressa un peu le dos, ajoutant sur un ton bas et calme :


« Hey, tout va bien maintenant, il n’y a plus de danger. »


D’ailleurs, la fête s’annonçait complète, le Directeur Rogue venait de rappliquer. Et il avait l’air d’excellente humeur. Parfait. Super de venir jouer le sauveur après l’action. Et… quoi, c’était elle qui se faisait engueulée en plus ? Punaise, elle aurait vraiment tout vu.


« Quelle attitude ? Savoir sortir rapidement ma baguette face à un danger potentiel ? Malka pensait avoir été attaquée par le Badau. » répondit-elle entre ses dents.


Alors voilà. On allait gentiment arrêter de faire semblant que la petite blonde délirait, de une. Le Badau existait. Peut-être pas sous la forme de croque-mitaine que lui prêtait les légendes, mais ce « truc » était bel et bien réel, sinon des gosses n’auraient pas disparu tous seuls. Alors, certes, vu ce que les vampires racontaient, apparemment là ça n’avait rien à voir, mais quiconque s’en était pris à Malka était pour le moins malveillant. Et il n’y avait pas besoin de démons et de surnaturel pour qu’un sorcier entraîné et seul puisse faire des dégâts, s’il en avait envie. Donc, elle était sur ses gardes et elle sortait sa baguette, okay ? Elle n’était pas censée deviner que des vampires « amis » allaient débarquer dans son école pour jouer à la « ligue des justiciers ». Merlin ! Puis, genre, que son attitude lui attirait des ennuis ! Ca va, elle avait pas besoin d’attitude particulière pour les faire venir à elle ne premier lieu, il lui suffisait d’être la réinca de Go, et ils venaient tous seuls !


Et puis pourquoi est-ce que les paroles de son Botruc de Directeur l’énervaient comme ça, aussi ? Pour une fois qu’il y avait un peu un retour d’adrénaline dans sa vie, il fallait que le grincheux vienne gâcher son plaisir ! Les joues toujours rougies par un mélange de colère et de… non, elle n’avait carrément pas honte de s’être fait reprendre comme une morveuse devant des inconnus, de… bref ! Elle fit un petit pas de côté, histoire de pouvoir continuer à observer les vampires, vu que le Directeur Rogue tenait à lui jouer les gardes du corps, apparemment. Ca y était aussi, le vampire qui l’avait écartée de Malka lui lâchait les baskets ? Lentement, elle baissa sa baguette après un regard qui disait clairement que c’était de la politesse, pas de la nunucherie. La seule bonne chose à sortir de cette histoire était que Rogue arriverait mieux qu’elle à empêcher celui qui était déjà parti en avant de faire des dégâts irréversibles. Guenièvre se redressa, et utilisa sa main désormais libre pour coincer derrière son oreille une mèche de cheveux rebelle qui limitait son champ de vision avant d’afficher un sourire presque carnassier. Elle comptait bien s’impliquer pour retrouver celui qui avait attaqué Malka, accord de Rogue ou pas. Personne n’aller ficher le bazard dans son école comme ça en toute impunité. Elle ne s’excuserait d’être encore un brin possessive un petit millier d’années plus tard.




Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
~+ SCÉNARISTE +~
Nombre de messages : 1541
Date d'inscription : 26/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 29 Nov - 10:15
ft. Guenièvre Lakers, Malka Covey Black, Severus Rogue & the vampires
Ça chauffe, ça chauffe !

Vengeance & tremblements
Les vampires entouraient les jeunes filles, regardant un peu partout à la recherche de celui, celle ou ceux qui avaient commis l'horrible erreur de s'en prendre à la protégée de la Princesse VanHolsen. La Princesse avait été plus que claire : que rien de malheureux n'arrive à Malka. Elle leur avait bien dit qu'ils devaient considérer la jeune fille comme un membre de la famille princière et de la protéger comme il le ferait avec les Princes et la Princesse Tamarah. Alors non, il était hors de question qu'ils baissent la garde et qu'ils ne trouvent pas les responsables. Hors de question ! Il pouvait bien pleuvoir du sang, jamais ils n'allaient faillir à la tache. Jamais.

Clovis, qui allait poser un pied sur une des marches de l'escalier qui bougeait tout seul, arrêta son geste. La jeune fille, l'autre celle qu'il ne fallait pas protéger, venait de s'adresser à lui d'un ton peu avenant. Ho, elle lui interdisait de tuer qui que ce soit ? Hooooo ! Affichant un petit sourire légèrement moqueur, le vampire se retourna pour regarder Guenièvre. Ha. Ha, elle était quand même jolie, la vivante ! Pas mal, pas mal ! Du coup, le sourire de Clovis se fit séducteur et il répondit :

" Mais non, mais non. On ne va tuer personne, chérie. On n'est pas des Sabbats ! On sait se tenir quand même. On veut juste comprendre ce qui se passe et trouver qui à oser attaquer la pupille de la Princesse VanHolsen. Tu sais, la Princesse a été claire ... si on ne veux pas perdre nos dents, il faut protéger Malka au péril de notre vie ... et je te donnerais bien la mienne, si tu veux "

Clovis fit un clin d'oeil à la jolie demoiselle, sous le regard amusé de son comparse vampire masculin et celui torve de la féminine vampiresse. Bha quoi ? Une belle jeune fille comme ça, fallait bien tenter le coup ! Le vampire haussa les épaules devant les airs de ses compagnons avant de re-tenter pour une deuxième fois de poser le pied sur la marche. Cette fois, il fut interrompu par Severus Rogue. Ha mais ! Clovis eu un petit geste las avant de se tourner vers le père de la Princesse VanHolsen.

" Mais non, elle ne risque rien la jolie demoiselle ... sauf attraper mon coeur " dit-il d'un ton badin

Okay. La Princesse VanHolsen avait envoyé un message à Rogue pour lui dire de s'en occuper. Mais eux, eux ils avaient des ordres clairs. Ce dut Dimitria; un peu piquée par le ton de Rogue sur le "madame"; qui prit la parole, passant entre Clovis et Severus (en poussant un peu Clovis au passage).

" La Princesse VanHolsen ne nous a pas donné l'ordre de nous retirer. On continues notre mission ! Sauf votre respect, Monsieur " dit-elle d'un ton hautain

D'un geste de la tête, elle fit signe aux gars d'y aller. Visiblement, c'était elle le chef de la troupe.


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Guenièvre Lakers
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 573
Age : 22
Age du perso : 18 ans.
Fonction : Institut de formation des Aurors - 1ère année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Membre de l'Ordre du Phénix.
Patronus : Lion
Date d'inscription : 08/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Déc - 2:40
[Spéciale kassdédi à tous les relous du métro parisien, qui n’ont même pas l’excuse de harceler sexuellement avec « classe ».]
 
Le Princesse VanHolsen avait beau avoir les meilleures intentions du monde, Guenièvre n’était pas spécialement ravie de voir trois vampires chasser dans le château. Certes, trois vampires parfaitement entraînés et apparemment se maîtrisant, mais tout de même. D’abord il y avait des élèves loups-garous dans cette école, et eux n’avaient aucune garantie de se contrôler. Sans risquer le bain de sang à ce niveau-là, l’ambiance était déjà assez lourde avec le Badau pour qu’on rajoute en animosité. Ensuite, bien, un vampire en train de chasser, même le meilleur du monde… y avait pas trop de garanties, quoi. Alors, si le coupable de l’agression de Malka était un mage noir, Guenièvre n’avait personnellement pas de problème, tant que ça se faisait loin des yeux des élèves les plus fragiles. Elle-même avait grillé bien des dévôts, certes à contrecoeur et quand elle n’avait pas le choix. Ca ne servait à rien de faire semblant d’être propre et mignon : les conflits sorciers dans lesquels elles s’était retrouvée impliquée ces dernières années n’avaient rien eu de juste ou de noble. La cause l’était peut-être, mais ça n’avait pas empêché d’avoir du sang et des cendres jusqu’aux coudes. Bref, elle n’était pas totalement contre la nature parfois brutale de la justice magique. Mais pas dans son école. Pas si, comme elle le soupçonnait de plus en plus à chaque minute, le coupable était un sorcier ordinaire. Ce serait-il pu que tout ceci ne soit que la blague du plus mauvais goût de l’Histoire ? On dépassait largement le cas de la plaisanterie, même naze, mais… Bien, Malka s’était au final plus fait mal en tombant dans les escaliers que des résultats de son agression elle-même, donc peut-être qu’on n’avait pas prévu de lui faire vraiment mal… ou qu’on était pas très doué ; ces deux conclusions pointant vers un élève.



Guenièvre allait donc répondre au vampire des escaliers qu’elle était soulagée qu’il partage son sentiment, quand elle se figea et sa phrase s’étrangla dans sa gorge, réalisant ce qu’il venait de dire. Hein ? Mais… Qu’est-ce qu’il venait de dire, là ?

« Parfait et… je ne suis pas votre chérie. »

Elle était tellement surprise qu’elle acheva sa phrase avec une intonation qui semblait plus de l’étonnement que de la fermeté. Mais pour qui il se prenait, ce gars ? Puis… C’était la première fois qu’on la traitait ainsi dans l’enceinte de Poudlard. Elle se sentit rougir, et détesta immédiatement la sensation. A Belfast, des fois, elle s’était pris une réflexion désagréable dans le métro, des « Hey Mademoiselle ! » dans les rues de Londres, des regards trop insistants sur sa poitrine… Mais jamais dans l’enceinte de son école. Ici, elle était devenue une héroïne bien avant d’être une jeune femme bien formée. Ici, au moins, on se donnait la peine de la considérer d’abord comme une personne de valeur avant de la juger comme un morceau de viande. Et si quelqu’un avait pensé autrement, il avait été assez malin pour ne pas le montrer et éviter de finir cramé. La pique était donc nouvelle, et particulièrement humiliante. Est-ce qu’il savait seulement qui elle était ? Lentement, la surprise cédait la place à la colère.

« Je ne vous ai jamais autorisé à me tutoyer, Monsieur. »

Cette fois-ci, son ton était sans appel et ses yeux lançait des éclairs. Là, qu’il arrête d’amener la conversation dans ce sens immédiatement, elle n’était pas intéressée, clair ? Elle était toujours rouge, mais plus de colère que d’embarras. Elle ne supportait pas sa condescendance. C’était frustrant aussi, de ne pas trouver une réplique cinglante aussi facilement qu’elle l’aurait voulu. Avoir de l’esprit face à des mioches de Serpentard, ou une armée de Mangemorts lui aurait été plus facile que face à ce vampire dragouilleur et narquois. Et, comment ? Il osait faire des allusions nazes devant son directeur en plus ? Avait-on jamais vu quelqu’un de séduit parce qu’il venait d’être humilié par ses supérieurs hiérarchiques ?


Gue inspira un bon coup. Il lui fallait garder son sang froid, et se rappeler que les vampires étaient inflammables. Si elle s’énervait trop et perdait le contrôle de son élément, elle risquait de provoquer un incident diplomatique entre sorciers et vampires et c’était la dernière chose dont ils avaient besoin.

Avec une légère pointe de satisfaction, elle vit la femme vampire pousser le gros lourd et l’éloigner. En plus, elle avait l’impression qu’il s’était fichu de sa tronche ! Ca se voyait, pourtant, non, qu’elle n’aimait pas être humiliée ainsi ? Elle ne comprendrait jamais les hommes. C’était quoi, le but de sa manœuvre exactement ? L’humilier, la séduire, lui montrer qui était le plus fort ? Parce que c’étaient des buts incompatibles. Et puis, pourquoi elle ? Il l’avait appelée « jolie demoiselle ». Etait-elle seulement jolie ? Elle ne s’était pas souvent posé la question, mais il fallait supposer que oui. Sans doute que pour de nombreux garçons, faire un bonnet D de soutien-gorge aurait suffi à la rendre jolie à leurs yeux. Objectivement, malgré ses yeux et cheveux bruns qu’elle trouvait ordinaires, elle était loin d’être laide. Il y avait du contraste sur son visage, de l’animation sur ses traits et de la fluidité dans ses mouvements, assez pour que certains camarades de classe n’aient commencé à la remarquer, sans qu’elle-même ne se rende compte de rien. Pas qu’elle n’avait pas d’hormones, mais comme elle ne s’attendait absolument pas à voir ça, bien… elle n’avait rien vu. Dans tous les cas, c’était dégueulasse que le vampire la regarde comme ça. Elle était en uniforme scolaire, et lui la déshabillait ouvertement du regard !


Aussi gênée qu’énervée (tout de même, Clovis lui donnait presque l’impression d’être nue au beau milieu du couloir), elle se tourna vers le Directeur Rogue et la femme vampire, choisissant d’ignorer la dernière réplique. Surtout, que ces deux-là n’interviennent surtout pas devant le comportement déplacé de leur congénère. C’était vraiment trop dégueulasse. Et Malka, ils pensaient à Malka ? La pauvre gamine restait debout et en état de choc pendant ce temps-là ! Que Gue emmène sa camarade à l’infirmerie ou qu’elle puisse enfin se mettre en chasse elle-même, elle n’avait qu’une seule hâte, bouger. La présence de l’autre, là, était trop déstabilisante.




Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 443
Age : 22
Localisation : De retour à Poudlard
Age du perso : 15 ans
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Déc - 9:51
Est-ce qu’on pouvait annuler cette journée ? Sérieusement ? Malka ne comprenait plus rien. Elle était juste allée déposer un devoir dans le bureau de sa prof de Métamorphose et… Il y avait eu le noir, de la magie noire, le Badau (ou était-ce vraiment le Badau ? Elle était paumée), la chute dans les escaliers, Guenièvre, et maintenant, trois vampires appelés par le médaillon de Merlin, le Directeur Rogue et… est-ce que le garde de Julianne était en train de faire des avances à Guenièvre ? Nope, là, elle ne comprenait plus rien.



Elle avait peur, elle avait mal, et elle voulait que tout cela s’arrête. Elle regarda tour à tour les acteurs de la scène devant elle, avec l’impression d’être devant un film d’action passé au ralenti. Le Directeur Rogue disait qu’elle ne risquait plus rien, mais il avait beau être un sorcier compétent (malgré totu ce que Papa pouvait dire sur « le graisseux », qu’est-ce qu’il en savait ? Tout le monde avait l’air de croire qu’elle avait halluciné ce qui était arrivé. Qu’ils lui expliquent, s’ils avaient compris, parce qu’elle était complètement à la ramasse.

« Qu’est-ce qui se passe ? »

Sa voix lui semblait toute petite. Elle frissonna, malgré son appui sur Guenièvre. Elle n’aimait pas se retrouver ainsi dans une telle situation d’incompréhension et d’impuissance. Rester debout lui faisait mal aux chevilles, et elle continuait à avoir peur. Est-ce qu’ils ne se rendaient pas compte, et si le Badau était encore ici ? Il lui vint vaguement à l’esprit que le chocolat de son Oncle Remus aurait été le bienvenu, vu les circonstances. Ces derniers temps, le geste lui avait semblé dérisoire et symbolique, mais aujourd’hui, elle aurait dit oui à n’importe quoi pour tenir la peur à distance. Les adultes ne comprenaient pas, et elle devait réussir à se secouer au lieu d’attendre plantée là comme une bête damoiselle en détresse. Essayer de leur faire comprendre.

« Il y a eu du noir, et quelque chose m’a tiré par les chevilles. Il y avait de la magie noire, j’en suis sûre. »

Là, si elle ne prononçait pas le mot de « Badau », elle n’aurait pas l’air d’une idiote, même  si elle-même y croyait. Est-ce qu’on allait tous rester là à discuter et… ben, draguer (quoi que Guenièvre n’avait pas l’air d’apprécier, mais Malka était trop préoccupée pour y prêter grande attention), où est-ce que quelqu’un allait enfin vérifier qu’il n’y avait pas de danger imminent dans cette école ? Ils avaient tous l’air de penser que ça n’était pas le Badau, et peut-être qu’ils avaient raison, mais il fallait bien que ça soit quelque chose. Ou quelqu’un. Merlin, qui à l’intérieur de l’école aurait voulu faire un truc aussi cruel ? Et si c’était quelqu’un d’extérieur de l’école ? Un mage noir qui se serait introduit à Poudlard ? Dans tous les cas, elle ne voulait ni ne pouvait rester dans ce couloir. Elle n’était pas stupide, elle savait différencier l’une de ses phobies, de ses paniques traumatiques de sentiments rationnels. Elle le sentait intimement, elle avait de bonnes raisons d’avoir peur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severus Rogue
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 551
Age du perso : 46 ans
Fonction : Directeur de Poudlard
Patronus : Biche
Date d'inscription : 28/08/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Déc - 15:44
Bon. Voilà que Guenièvre Lakers jouait les mademoiselles offusquées. Quoi de moins surprenant ? Cette jeune fille se la jouait tout le temps, voulant apparaître forte et surfaite. La réincarnation de Griffondor, rien que ça ! Normal qu'elle ai la grosse tête et qu'elle ne remarque pas quand on voulait simplement la protéger en lui donnant un conseil judicieux. Oui, la protéger ! Merde, on le prenait pour qui ? Ce n'était pas lui le croque-mitaine ! D'accord, il s'était donné une réputation de peau de vache assez difficile à briser, mais c'était pour la bonne cause ! Premièrement, c'était pour cacher sa souffrance devant les violences de son père et des Maraudeurs; sans compter ceux qui participaient aux railleries. Deuxièmement, c'était pour jouer son rôle d'espion. Bon ! Il avait quand même du sens comme type et non, non, il ne voulait pas que quiconque ici soit blessé. Franchement ! Rogue décocha par conséquent un regard torve en direction de la sainte réincarnation de Griffondor avant de lui dire froidement et d'un ton lent :

" Si vous désirez vous faire mordre par un vampire, grand bien vous fasse. Parce que c'est ce qui risque de vous arriver si vous foutez une baguette sous le nez d'un vampire en chasse. Je vous le répète, changez votre attitude et soyez plus logique. "

L'homme eu un bref sourire avant d'ajouter :

" Le Choixpeau ne vous a t'il pas répartie à Serdaigle pour vous enseigner le bon sens logique ? "
Hey oui. Et elle se lançait encore devant les risques, tête baissée sans réfléchir plus avant à la situation. Comme Griffondor. Rha là là. Une seule incarnation n'allait pas suffire ! À nouveau, Severus eu un bref sourire avant de reporter son attention sur les trois vampires. Un d'entre eux draguait ouvertement Miss Lakers sans grande cérémonie, évidemment. Un Brujah sans aucun doute. Il n'y avait qu'eux pour démontrer autant d'impulsivité et de stupidité en prime. Severus le dévisagea quelques instants sans rien dire. Un tel nase, ça coupait le sifflet.

" Poudlard n'est pas un bar à drague. Je vous suggère de laisser cette élève tranquille " finit-il par dire.

Gagez-vous que Miss Lakers allait s'insulter de ce coup de pouce ? Oui, parce que la miss allait se dire apte à se défendre. N'importe quoi. Elle bégayait et était rouge tomate ! Le sorcier allait ajouter quelque chose quand cette petite pimbêche de vampiresse -- qui se prenait visiblement pour une autre -- vint s'interposer en lui rétorquant que Julianne ne leur avait pas donné l'Ordre de se retirer et nian nian et bla. Et en plus, elle osait faire un signe de la tête aux autres pour qu'ils y aillent ! Yo les moteurs ! D'un geste brusque, Rogue tendit la main et attrapa le coude de la vampiresse à deux Gallions.

" Vous n'irez nul part. Je vous ai dit de partir de cette école. N'attendez pas que je vous y force "

Ça suffit là ! Go ! Dehors ! C'était lui le directeur et Julianne n'avait aucune jurisprudence ici. Puis, il n'y avait pas de danger. Ça se sentais. Même si Malka affirmait qu'il y avait eu de la magie noire et que quelqu'un lui avait agrippé les chevilles. Rogue lui jeta un très bref regard, d'ailleurs. Inutile qu'elle en rajoute. Les vampires allaient prendre ça pour du cash et vouloir aller investiguer. Il s'efforçait de les faire sortir et ses élèves se comportaient comme des barjots. Pffff.

" Oui, oui ... je m'en occupe, Miss Black " dit-il d'un ton trainant tout en fixant encore les trois vampires.

Il protégeait toujours ses étudiantes de son corps, sa main toujours refermée sur le coude de la vampiresse en chef. S'il le fallait, il prendrait ses traits vampiriques et il se battrait. Mais ces trois vampires allaient partir. Tout était sous contrôle et il ne voulait certainement pas que des étudiants zélés leur tombe dessus. Pas besoin d'hécatombes.

" Miss Lakers, amenez Miss Black à l'infirmerie "

Il resserra un peu son emprise sur le coude de la dame aux dents longues avant d'ajouter :

" Et vous, si vous désirez que j'informe ma fille de votre impertinence, c'est votre décision "


Severus Tobias Rogue
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Bal costumé d'All Hallows' Even. [OUVERT À TOUS]
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)
» Le Partenariat est-il ouvert aux invités?
» A coeur ouvert => Pierrick !
» Un entrainement au sabre ( ouvert )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~+ Poudlard : La Magie s'ouvre à vous +~ :: Entre les murs :: Les Couloirs-
Sauter vers: