:: Entre les murs :: L'Extérieur du Château Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Et si tout ne faisait que commencer ? [Scénario - Chapitre 1, partie 2]

avatar
PNJ
~+ SCÉNARIUM +~
Nombre de messages : 1613
Date d'inscription : 26/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Sep - 7:12
Matinée du 1er octobre 2006
Poudlard - Écosse
Cour intérieure

Chapitre un partie deux : Le rouage des souvenirs ...

« Maître ? Je suis heureux de vous annoncer que l'Enclume se déroule parfaitement et que cela peut avancer. Dès que vous serez rétablis vous pourrez... »

« Bien, préviens tout le monde, je vais chercher mon matériel et on y va. »

« Maître, je dois objecter. »

« Tu sais très bien que si tu essaie de m'en empêcher, je mets fin à ta misérable vie, et je le fais quand même. Donc il serait logique que tu m'aides, on ne ferait que gagner du temps. »

« Participer à votre mort n'est pas dans mon intention. »

« Il n'y a pas de mort, Il y a la Magie. »

« Cette phrase n'a aucune logique. »

« Je sais, ça fait 40 ans que je le leurs dis... »


Le géant, d'un geste, abrège les souffrances de son valet, avant de le laisser contre un des murs de son alcôve. Il était donc temps.

Un maître embaumeur.

Le temps, je l'avais.. Quelque part, dans une infirmerie, j'avais face à moi le corps d'un parfait inconnu, du moins que vous croyez, que j'avais laissé en traitement : une déshydratation quasi totale, pour le corps ne se dégrade plus.. En fait, j'avais une sorte de momie sur ma table
Mes outils étaient tous là.. Écarteur, couteau de chasse, marteau et burin... Oh diantre.. Il y avait si longtemps que je n'avais pas fait cela.. D'excitations, mes mains en tremblaient.

« Shhht, du calme mes enfants.. Je fais ce que je fais car c'est l'expression même de mon Ordre.. Ils ne me comprendront sans doutes pas.. Mais vous... »

Je caressais la peau du défunt du revers de ma lame, avant de lui entailler le dos, suivant la colonne vertébrale. La préparation rituelle avait été parfaite, il n'y avait presque plus de sang ni de chair vivante.

« Vous, vous savez qui je suis, et que je ne ferai rien qui me garde de vous.. Alors prenez place, et observer.. »

Après quelques heures de très longues manipulation, je pris la tête de l'inconnu par les cheveux, et tirais avec lenteur et précaution. Un bruit de raclement se fit entendre, ainsi que celui des chairs qu'on écarte. Tout ce qui était mort et superflu tombait tant je l'avais écarté, et je ne gardais que mon trophée. Je brandissais la chose face à la porte de mon infirmerie, avant de le suspendre, et d'aller me rincer les mains.

« La peur, mes enfants.. Elle est l'arme ultime du Ministère, celle-là même que les Mangemorts ne savent plus utiliser, et que les Aurors refusent de concevoir.. Inspirer la peur, la vraie.. C'est vaincre sans combattre, c'est briser son adversaire sans abattre.. C'est le diminuer et l'avoir, recroquevillé, au creux de sa main. Déployer une puissance qui n se soucis ni du nombre ni des armes.. Une poigne d'acier polaire qui vous prend à la gorge, et vous laisse juste ce qu'il faut de souffle pour rester en vie, incapable, les yeux grands ouvert sur une réalité traumatisante.. Mais si.. Subjective. Elle met un être à genoux sans la moindre effusion de sang.. »

J’eus un rire sec et bref avant de me tourner vers mon œuvre, et saisir le marteau et le burin. Mon œil vert, unique, attentif, scrutait chaque geste de gravure. Je n'avais pas droit à l'erreur.. Ma chope à coté, j'allais peupler les derniers moments qui me séparaient de ma destination.

Dans son infirmerie, une personne sculptait avec application et calme ce qui semblaient être l'éloge artistique de sa raison relative. Sur son visage, au gré des angles, se croisaient ombre et lumière, soulignant indifféremment une détermination d'acier
Cela modifierai et pourrait même briser ce qui lui restait de vie. Il contemplait cette possibilité avec calme et mesure, croisant les arts magiques avec des convictions plus traditionnelle, en un mot, il avançait. Et s'il devait se mettre à dos le monde, si personne devait comprendre cette manière de penser..

« Alors ma foi.. Je ne saurais rêver meilleure situation pour bâtir ma légende. »


Un étrange matin devant Poudlard

Ce matin là, trônait une odeur étrange et fétide. Le vent n'était pas doux en cette aube nouvelle, et il portait des relents désagréable.. Les élèves rentrent de vacances, il y avait déjà un attroupement au bas de la rampe d'entrée de ce lieu. Et avec le soleil encore endormi, personne ne vient déranger cette quiétude anormale.
Au centre de ce lieu, un drôle de totem.


Une tête à la peau verte-grisâtre, desséchée et portant des cheveux rares et gris.. Comme si toute vie en avait été absorbée et un coup, figeant ce crâne dans son funeste et ultime soupire. La bouche grande ouverte dans un angle incontrôlé, deux orbites secs contenant des globes oculaires semblables à des billes fossilisée, regardant de manière inégale une chose qui n'était plus devant elle, et des larmes faites de sang séchée étaient immortalisée à l'ocre le long de ses joues.. Les narines encore dilatée, et des stries sévères dans les nerfs du visages, montrant une tension extrême.. La peur.. Il empestait encore de la dernière vision d'horreur qui avait précédé sa mort.
Sa chevelure clairsemée laissait voir de larges traces noirs de brûlures, d’où s'échappaient, au gré de la brise, quelques volutes de fumée, accompagné de ci de là par le mouvement dansant d'une capillarité dégradée.

Chose surprenante, cet être n'avait pas été décapité. Sa tête était toujours visée sur sa colonne vertébrale, laquelle avait été renforcée et liée par des points de soutien nombreux fait à l'aide d'une résine naturelle. L’édifice osseux était planté dans le sol. C'étaient toutes les vertèbre qui étaient fichée là devant l'édifice éducatif. L'homme avait été vidé, et sa cache thoracique avait été sortie. De toutes les côtes, uniquement 6 n'avaient pas étés sciée et polies. Fendues sur la longueur, ces six-là portaient des marques d'écritures. Quatre à gauche, les plus hautes, puis deux à droite. A l'intérieur des restes de cet homme, on pouvait ainsi lire :

Le sang et le sable, pour l'aube de ma Gloire,
Le crépuscule des Mages, et autres âmes noires.
L'aurore balayera ces souvenirs hérétiques,
La mort puis l'oublie, pour ces dévots fanatiques.

Sentez l'angoisse, la peur, et prenez de l'avance.
Car dès à présent, c'est la Chasse qui commence.

Un murmure prit l'école de plein fouet tandis qu'on mettait sur ces mots la force d'un homme qui avait fait subir un tel sort à ce visage que l'on reconnaissait : John Sanders. La force et la réputation de cet Auror énigmatique était le gage de la puissance appartenant à celui qui l'avait brisé. Il n'y avait pas de nom à mettre sur ce bâton de peste, seulement la promesse d'un combat incertain face à un adversaire qui venait de dévoiler un clou de son tableau de chasse pour simplement montrer ce qui attendait l'avenir, à qui il avait la folle audace de déclarer la guerre.

« Je suis la mort »

Peut-on croire que l'école est un lieu sans protection ?


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 474
Age : 22
Localisation : Poudlard
Age du perso : 15 ans (13 décembre 1991)
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 1 Oct - 18:54
Ce matin-là, Malka n'était pas particulièrement de bonne humeur. Pour la première fois depuis longtemps, elle n'était pas très heureuse de retourner à Poudlard après un week-end passé à la maison. L'"affaire Larry Moss" n'avait pas exactement fait démarré sa quatrième année en fanfare. Merlin, quand elle pensait qu'elle avait vraiment cru qu'elle était en train de se faire enlever par le Badau ! C'était tellement ridicule qu'elle était un peu en colère contre elle-même. Et puis surtout, les sanctions contre le Serpentard n'avaient toujours pas été fixées, un mois après. D'abord parce qu'il leur avait fallu un peu de temps pour comprendre ce qui s'était passé, et ensuite, parce que les parents de  Moss étaient bien décidés à ce que leur fils ne soit pas expulsé de Poudlard. Malka, pour sa part, n'avait pas de vœux plus cher, et tant pis si être exclu avant d'avoir pu passer le moindre ASPIC handicapait leur fils. Comme il avait des BUSES (par quel miracle, on se demandait bien), il serait déjà autorisé à garder sa baguette, c'était trop bon. Les adultes autour d'elles avaient été scandalisés par la violence de l'agression, même si au final, Mme Pomfresh avait fait disparaître la totalité de ses bobos en une heure et demi. Ce qui rendait surtout furieuse la Gryffondor était plus personnel et plus difficilement mesurable : la terreur qu'elle avait ressenti à ce moment-là, absolue, était ce pourquoi elle en voulait le plus à Larry Moss. Elle aurait pu faire une crise cardiaque. Elle aurait pu, comme disait avec délectation le Gang Terreur, "virer folle". Dans tous les cas, elle avait eu des cauchemars, même si eux aussi commençaient à s'apaiser. Personne n'avait le droit de réduire autrui à l'état d'un petit paquet de peur si profonde qu'elle oblitérait tous vos sens et vos pensées, à tel point que quelques secondes semblaient soudain une éternité de terreur à laquelle on ne pourrait jamais échapper. C'était tout aussi bien que le Serpentard soit suspendu en attendant qu'une décision finale soit prise à son encontre, parce que si elle l'avait vu, la blondinette lui en voulait tellement de l'avoir mise dans cet état par pure cruauté, qu'elle aurait bien été capable de l'ébouillanter vivant, cette fois-ci de manière parfaitement délibérée.

 

Bref, elle retournait comme tout le monde à Poudlard, ce château nettement moins enchanteur depuis que son administration ne semblait même pas assez motivée pour en exclure définitivement un élève qui avait tout d'un psychopathe. Et pour arranger le tout, en ce début de semaine, l'école ne sentait pas très bon. L'odeur désagréable flottait, vague, et titillait la mémoire de Malka de manière irritante, sans qu'elle puisse mettre le doigt (ou le nez) sur ce qu'elle lui rappelait. Elle venait de ranger sa valise dans la tour de Gryffondor et était redescendue quand elle aperçue la foule, et réalisa pour la première fois que l'odeur était plus forte. Définitivement familière. Et pas d'une bonne manière. Quelques secondes encore pour faire le tri dans toutes les odeurs associées à sa captivité et la plus proche était… de la chair en putréfaction ? Mais pas exactement non plus.

Tout en réfléchissant à cette question, elle s'était approchée par automatisme du groupe d'élèves rassemblés et s'était doucement faufilée pour voir l'objet de leur curiosité. La vision qu'elle avait la laissa complètement vide, choquée. Ca n'était pas la première fois qu'elle voyait quelqu'un de décapité sauf que… la personne n'était pas décapitée. La Gryffondor se pencha en avant et vomit proprement devant ses chaussures. Et puis elle ferma les yeux, pointa sa baguette à ses pieds et murmura un "tergeo" ne nettoyage sans conviction avant de faire un demi-tour bien net sans rouvrir les yeux pour regarder le résultat. Elle ne voulait pas en voir plus. Pas réfléchir à qui avait été cet homme dont le visage lui était vaguement familier. Pas prendre le temps de… lire ? Ce qui semblait avoir été écrit sur ses os, ni se demander comment cette "architecture" avait pu être réalisée.


 

Aussi pâle que l'univers immaculé de Mme Pomfresh, elle fendit la foule en sens inverse et se retrouva plantée à l'entrée de la cour intérieure. C'était un peu mort pour se rendre en cours, désormais, et elle déposa son sac de cours à ses pieds. Elle avait peur bien sûr, mais au-delà du choc, c'était une peur différente de la terreur qu'elle avait pu ressentir quand Larry Moss l'avait agressée. Plutôt la peur froide et concentrée qu'elle avait ressenti le jour où durant une attaque des Deux Grands, elle était allée rechercher son frère Procyon dans la tempête. La boule au ventre qui vous obligeait à rester calme parce que même si la situation était terrifiante, perdre son sang froid vous coûterait à vous et à vos proches. Elle ne savait pas ce qu'elle devait faire, exactement, mais sûrement, il y avait quelque chose à faire. Quelqu'un ou quelque chose était entré dans leur école pour déposer "ça". Est-ce qu'ils étaient encore en danger immédiatement ? Tournant toujours le dos à ses camarades, elle demanda donc d'une voix dont la maîtrise la surprit elle-même :

"Est-ce que quelqu'un a déjà prévenu un professeur ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden K. Ravenswood
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 116
Age : 31
Localisation : A Poudlard où elle reprend la transmission de son savoir
Age du perso : 37 ans (6 mai 1970)
Fonction : ¤ Maman de Nathaniel
¤ Professeur de Métamorphose
¤ Directrice de Serpentard
Patronus : Anciennement, il s'agissait d'une Salamandre mais depuis les évènements avec le Semeur de Cadavres en Juillet 2007, son patronus a changé de forme devenant une sorte de léopard nommé Nundu
Date d'inscription : 20/09/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 30 Oct - 18:04
Matinée du 1 octobre 2006
Château de Poudlard



Voilà qu'elle est enseignante ici depuis un peu plus d'un mois et elle peut dire qu'elle se sent à l'aise dans son nouveau rôle. Bien entendu, Nathaniel n'avait pas réellement aimé la surprise mais elle continue à la trouver particulièrement drôle. Elle se rappelle encore de sa tête le soir du banquet de début d'année. Tout avait été parfaitement synchronisé. Eden l'avait accompagné à la gare et elle avait transplaner jusqu'à Poudlard une fois que le train était parti. Mais cela n'a pas été tout rose. La directrice de Serpentard avait aussi beaucoup de travail et elle était encore dans ses rendez-vous d'orientation avec la plupart des cinquièmes années de la maison verte et argent. Autant dire qu'elle en entend de ces rumeurs... mais cela fait marcher les mauvaises langues. Ce matin là, elle était à peu près tranquille et elle finit de travailler sur les dernières copies des Troisièmes années. Car oui, elle leur avait donné des devoirs pendant le week-end. Elle sadique ? Oh que non, elle fait tout pour que ses élèves et elle a conscience que la Métamorphose n'est pas la matière la plus simple. Du haut du second étage, elle s'étire après avoir corrigé la dernière copie. Que cela fait du bien quand même. Tirant un tiroir, elle range le tout en se disant qu'ils se sont bien démerdé. Elle est contente des résultats généraux de ses élèves. Rangeant ensuite correctement son bureau, elle finit par se lever et regarder par la fenêtre. C'est alors qu'elle voit un attroupement et elle arque un sourcil. Elle s'apprêtait à quitter son bureau lorsqu'elle entend frapper. Autorisant la personne à entrer, elle tourne la tête avant de voir un élève de sa maison aussi blême qu'un fantôme. Inquiète, elle s'approche de l’élève qui lui raconte l'horreur d'en bas. Elle invite alors l’élève à s'assoir et elle n'aime pas ce qu'elle entend... Un cadavre sur colonne. Mais quelle horreur... Faire ça dans une école... Au fur et à mesure des explications, elle essaye de garder son sang-froid mais elle ne s'attend pas à tout ça. Laissant l'élève récupérer, elle finit par se lever. Elle ne devait pas laisser ça comme ça... Pas devant les élèves.


Se précipitant en dehors de son bureau qui se trouve donc au deuxième étage du Château non loin de sa salle de cours, elle laisse la porte du bureau ouvert et elle se dirige vers les escaliers, baguette en main. Cela peut représenter un risque pour les élèves présents. Mais tout le monde rentre de weekend alors voilà. Il ne manquait plus que ça. En cours de route, le professeur de Métamorphose invoque son patronus qui se dissipe alors dans les coursives. Son but ? Allez prévenir l'ensemble des directeurs de maison et du directeur de la situation. Dans une situation comme celle-ci, il n'est pas improbable que les préfets soient aussi choqués que les autres. C'est là que le rôle des directeurs de maisons s'affirment. Et puis, le directeur ? Bah, il doit être averti de tout ce qui se passe au sein de son école. Les escaliers semblent lents et elle tape du pied et croise les bras en les attendant. Rhaaa, pourquoi ne sont-ils pas plus réactifs dans ce genre de situation... Les escaliers arrivent et Eden descend les marches rapidement sans pour autant se casser la figure. Elle ne doit pas trainer. Il lui faut pas moins de quatre minutes pour rejoindre le hall d'entrée. Passant la porte principale, elle finit par rejoindre le groupe d’élève tandis qu'une Gryffondor venait de prendre la parole. Baguette en main, elle s'approche du corps et répond à la question posée par Malka



« - Je viens d'être prévenue, Miss Black... »


Nathaniel était aussi dans le lot d'élève qui vient immédiatement se réfugier dans les bras de sa mère. Il n'est pas du genre à être une petit nature mais là, c'est difficile même pour la mère. Essayant de rester neutre, elle grimace en voyant le squelette servant de pique. C'est vraiment écœurant sans parler de l'odeur. C'est vraiment pestilentiel et cela prend réellement à la narine. Levant sa main gauche, tenant sa baguette, elle l'a pose sur son nez et bouche afin de limiter les dégâts. Pour la protection des élèves, elle devait prendre rapidement une décision. Puis elle prend une grande inspiration en plaçant sa baguette sur sa gorge pour pouvoir parler plus fort que les élèves présents sur place. Les préfets devaient malgré tout faire leur travail tandis qu'elle devait essayer de calmer les tensions qui réapparaissent.


« - Que les Préfets ramènent leurs camarades dans leur salle commune respectives et y attendent les consignes de leur directeur de maison. Interdiction de quitter vos salles communes... »


Que pouvait-elle dire d'autre ? Observant le squelette, elle finit par s'agenouiller près de son fils et de lui parler. Il savait se montrer courageux mais elle ne peut pas le laisser avec elle. La suite des événements risque d'être bien plus tendue. Retirant sa baguette de sa gorge, elle n'ose pas s'approcher du corps dés fois qu'il y soit couvert d'une surprise. Toutes ses années au département des Mystères lui ont appris à se méfier de tout et n'importe quoi. Elle donne des instructions à Nathaniel et elle lui demande de regagner la salle commune de Serpentard où elle le rejoindra plus tard. Pour le moment, elle devait consulter ses collègues enseignants et directeurs de maison. Elle avait envoyé son patronus les chercher. Peut-être que personne ne l'a jamais vu dans le lot mais en général, on utilise pas un patronus si cela n'était pas urgent. La sécurité des élèves avant tout... Et puis, allez savoir ce qui se cache dans le château en cette heure. Il est clair que ce lieu ne sera pas tranquille avant un long moment.


« - C'est bien notre veine... »


Murmure-t-elle tandis qu'elle observe la disparition des élèves afin qu'ils regagnent leur salle commune. Cela promet de ne pas être triste mais c'est tout de même étrange. Elle lâche alors un soupire avant de regarder les ossements et elle arque un sourcil. Elle s'approche de quelques mètres afin de lire le texte qui est tout aussi joyeux que le reste. Bon appétit bien sûr... Même pour elle, c'est difficile à garder ce qu'elle a dans l'estomac. Pour le moment, elle ne préfères pas toucher ou lancer quoique ce soit sur ce maléfice.. sait-on jamais car cela peut être n'importe quoi... Et elle ne préfère pas prendre des risques, surtout dans cette école... Voilà qui va faire jaser... Il ne manquait plus que ça...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severus Rogue
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 577
Age du perso : 46 ans
Fonction : Directeur de Poudlard
Patronus : Biche
Date d'inscription : 28/08/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 31 Oct - 16:39
ft.
Malka & Eden
« Panique à Poudlard »
Encore une fois, par la barbichette du Yabe
La rumeur avait enflée telle un abcès se remplissant de pus. Cela avait débuté par des murmures échangés entre les tableaux des Anciens Directeurs de Poudlard, des murmures angoissés accompagnés de regards circonspects. Severus ne s'en était guère préoccupé. Pour ce qu'il en avait à faire des tableaux ! Parfois, ils leur arrivaient de murmurer. C'étaient presque des fantômes, en somme. Pourquoi s'en préoccuper ? Puis, les murmures s'étaient changés en toussotements. Rogue avait alors levé les yeux non sans avoir poussé un léger soupir. Quoi encore ? Les tableaux ne pouvaient pas le laisser tranquille ? Il était occupé avec de la paperasse et il avait besoin de concentration. Là ! Un bref survol de son bureau lui avait permis de constater que le toussotement discret provenait du tableau de Dumbledore. Bon. Le vieux citronné ne le lâchait pas même dans la mort ! Le vampire avait arqué un sourcil de dépit.

"Quoi ?" demanda t'il d'un ton las
"Vous devriez descendre, Severus ... il semble y avoir un ... petit problème" affirma Dumbledore ou ce qui en restait

Un petit problème ? Il ne pouvais pas être plus précis ? Soupirant de nouveau, Severus avait posé les mains sur son bureau question de prendre appui, puis il s'était levé. Contournant ensuite le meuble, il avait dirigé ses pas lents vers la porte de la pièce.

La rumeur s'était presque immédiatement intensifiée. De son escalier, il entendais des murmures plus forts, murmures qui allaient probablement se transformer en voix plus forte une fois en bas. L'homme arqua un sourcil. Quelqu'un s'était blessé dans un entrainement de Quidditch ? Lentement, le Griffon d'Or pivota et la rumeur devint angoisse. Devant lui, plusieurs élèves affichaient une mine apeuré. Certains pleuraient. D'autres semblaient hagard par une panique sourde. D'accord. Ce n'était pas une blessure de Quidditch. Severus agrippa le bras d'un troisième année qui passait par là, remarquant que le mouvement de panique se dirigeaient en direction des salles communes. Il entendait des murmures, un vromissement de voix qui parlaient d'un ... d'un quoi ?

"Que ce passe t'il ?" demande t'il en plongeant ses yeux sombres et vides sur l'élève agrippé
"Un ... un cadavre, monsieur ! Ça l'air qu'il a les yeux sortis de la tête avec des tripes partout ! Plein de sang ! Quelqu'un a tué un élève dans le parc, y'a des tripes partout !"

La rumeur, disait-je. Elle prend parfois des allures fausses. Ou détournées de la vérité bien que proche. La main de Rogue lâcha le bras de l'élève dans un geste vif, ses yeux se fixèrent sur un point vague puis l'homme tourna vivement les talons pour se diriger à l'extérieur. Par tous les Saints ! Pourquoi est-ce que cela arrivait encore ? Un coup du gang de débiles ? Non, ils n'étaient pas assez débiles pour ça. Ils se prenaient juste pour plus forts qu'ils ne l'étaient.

Rapidement, presque en courant, le vampire parvint sur les lieux du crime. C'était assez facile de le trouver. Il suffisait simplement de suivre le courant de panique en sens inverse. Les élèves retraitaient vers Poudlard comme des saumons remontaient la rivière. Parmi l'attroupement, Malka Black. Elle était toujours là quand l'horreur survenait celle-là ! Comme si elle le faisait exprès ... ou que le karma s'acharnait sur elle. À ce rythme là, elle deviendrait psychopathe que cela de surprendrait pas Rogue. Bref. Dans un geste de ... quoi ... compassion ? En tout cas, il posa une main sur l'épaule de Malka et avant de lui dire d'un ton préoccupé :

"Dans votre salle commune"

Dans les "temps normaux", il lui aurait balancé une phrase acerbe, mais ... nous n'étions plus dans les temps normaux. Ce qu'il avait devant lui était loin d'être la normalité. MERDE ! Jamais de tous les temps qu'il avait était dans les rouages des Mangemorts il n'avait vu une telle horreur. Même les Deux Grands n'avaient pas commis de telles atrocités. Même ... c'était dégueulasse. Une chance qu'il avait un caractère froid et stoique, sinon il rendrait son petit déjeuné. Cette chose était un genre de ... de décoration d'Halloween grotesque en pire. Une tête momifiée d'ou sortait une colonne vertébrale, des côtes extirpées de leur enveloppe charnelle et ... si peu de sang. Comment Diable y avait-il si peu de sang ? L'oeuvre d'un Sabbat ? Peut-être ... en tout cas, dégueulasse. Puis, Rogue avait changé un tantinet depuis son divorce et sa nouvelle vie avec Lily. Il se montrait parfois plus ... plus ... humain. Bref, là. Il démontra un peu plus de compassion que d'habitude, surtout envers Malka.

Il s'approcha lentement de Eden avant de s'arrêter à ses côtés, regardant le reste du cadavre ou en tout les cas, de la chose, d'un air fixe et quelque peu sarcastique. Dumbledore.

"Un petit ... problème, oui. Vieux citronné sénile"

Baguette en main, Severus leva cette dernière dans le but de lancer un dôme d'illusion. Ainsi, les élèves qui allaient bientôt remonter du cours de Soins aux Créatures Magiques ne verraient pas l'horreur. S'il pouvait éviter quelques traumatismes, ce serait bien.



Le dôme d'illusion se plaça. Aux yeux des élèves, un simple bosquet de fleurs. Aux yeux des professeurs, l'horreur. Ne détachant pas son regard de la "chose", Rogue dit à Eden, d'un ton lent :

"Ravenswood ... qu'est-ce que c'est que ce ... bordel"

Julianne était-elle encore possédée ? Oo Il faudrait lui envoyer un hibou sans tarder. Qui ou quoi avait commis ce geste horrible ? Les Aurors. Il faudrait faire rappliquer les Aurors. Mettre une surveillance accrue de Poudlard. Interdire aux étudiants de sortir du château. Mais, est-ce que cela empêcherait le pire ? Avec les Deux Grands, on avait bien vu que le mal pouvait entrer à Poudlard. Fermer l'école ? Grand Dieu !

"Réunion d'urgence des professeurs dans notre salle commune. Il faut aussi aviser le Ministère"

Il pinça les lèvres. MERDE !!!!


Severus Tobias Rogue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 474
Age : 22
Localisation : Poudlard
Age du perso : 15 ans (13 décembre 1991)
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 2 Nov - 7:23
[ltr]Figée debout, le dos tourné à la scène d'horreur, Malka était en train de laisser ses neurones reprendre leur fonctionnement normal sans les brusquer. Elle était assez expérimentée en la matière pour s'auto-diagnostiquer en état de choc, mais franchement, si elle en était consciente, c'était que ça n'était pas trop grave et que ça allait passer tout seul. Déjà, les réflexes de sécurité et les questions émergeaient dans sa tête de manière presque ordonnée, comme de bons petits soldats. Elle resserra la main sur sa baguette (ah oui, elle venait de la sortir pour nettoyer son vomi), et passa en revue quelques sorts défensifs de base en chuchotant :



"Protego, expelliarmus, expecto patronum, petrificus totalus…"



S'ils avaient suffi à son parrain Harry pour vaincre Voldemort, ils devraient lui être également utiles en cas de problème. Il suffisait de rester calme et en possession de ses moyens. Elle se rendit compte qu'elle avait inconsciemment compté ses inspirations et expirations, et eu un bref sourire pour elle-même. Ne pas s'étouffer en cas de crise était un beau progrès.

 

Bon, elle avait la tête froide, enfin. Que faire ensuite ? Sans consigne précise d'un professeur, il fallait anticiper. Soit ils allaient se barricader tous ensemble, style dans la Grande Salle, soit chacun dans sa Salle Commune. Il ne semblait pas avoir lieu d'évacuer l'école de manière immédiate, et puis c'était un phénomène trop rare. Pour autant, elle n'avait aucune idée de ce qu'elle avait vu. C'était atroce. Mais est-ce que c'était encore dangereux ? Que quelqu'un ou quelque chose ait réussi à rentrer dans l'école pour déposer "ça" était terrifiant, mais rien ne prouvait que c'était encore actif. Son médaillon de Merlin était inerte au creux de son cou. Elle n'avait pas de douleur suspecte au doigt. Humm. Dans le meilleur des cas, ce cadavre était simplement un "message".  Une théorie morbide mais pas tirée par les cheveux. Heck, on avait bien envoyé son propre doigt à son père adoptif : le moyen de communication avait était aussi dégueulasse qu'efficace.

 

Bref, son cerveau tournait vite malgré son apparente immobilité. La boule au ventre et les idées morbidement claires, elle était donc toujours à réfléchir à sa meilleure option lorsque le professeur Ravenswood arriva. Merlin merci. Malka releva la tête et la regarda en silence s'approcher, sans pour autant se retourner, et vit du coin de l'œil Nathaniel, un Serpentard de Quatrième année, se jeter dans les bras de  sa mère. Elle serait bien la dernière à se moquer d'un comportement pareil, mais se rendit compte qu'à sa grande surprise, elle avait suffisamment maîtrise d'elle-même en cet instant pour ne pas ressentir le besoin de faire immédiatement la même chose si jamais l'un de ses oncles et tantes passait dans le coin.

 
Un flot d'élèves commençait à la dépasser, se dirigeant vers leurs salles communes, mais elle resta quelques instants de plus sans bouger. Badau ou pas Badau, cette chose, c'était… Un signe de temps noirs. Ce fut finalement la main très inattendue du Directeur Rogue sur son épaule qui la fit sursauter et réagir. Un contact humain pour le rendre sa capacité à bouger. Elle ouvrit la bouche pour lui poser une question, regarda l'homme en noir, et décida finalement de s'abstenir. Seul un idiot n'aurait pas vu qu'il n'avait pas de réponse lui-même. Pas encore. La main serrée sur sa baguette, elle emboita donc le pas de ses derniers camarades quittant la scène, finissant la longue file d'élèves. Direction : l'ascension de la tour Gryffondor. [/ltr]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden K. Ravenswood
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 116
Age : 31
Localisation : A Poudlard où elle reprend la transmission de son savoir
Age du perso : 37 ans (6 mai 1970)
Fonction : ¤ Maman de Nathaniel
¤ Professeur de Métamorphose
¤ Directrice de Serpentard
Patronus : Anciennement, il s'agissait d'une Salamandre mais depuis les évènements avec le Semeur de Cadavres en Juillet 2007, son patronus a changé de forme devenant une sorte de léopard nommé Nundu
Date d'inscription : 20/09/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 2 Nov - 18:37
Si un jour, on lui aurait dit qu'une belle journée commencerait par un cadavre déambulant devant la porte principale de l'école, Eden n'en n'aurait pas cru un seul mot. Le temps est si obscurs maintenant. Elle se tient là parmi les élèves qu'elle venait de renvoyer dans les diverses salles communes. Pour le moment, elle a estimé qu'il valait mieux mettre les élèves à l'abri. Quitte à se faire taper sur les doigts mais elle met toujours en avant la sécurité de cette école. Aussi neutre et stoïque soit-elle, elle est un enseignant et elle ne l'est pas devenu par l'opération du saint-esprit. C'est peut-être sa première année mais elle ne semble pas si mal s'en sortir à première vue. Sans oublier qu'elle dirige la maison la plus détestée de l'école mais encore une fois, elle s'en fiche. On lui a demandé d'en prendre la direction, elle le fait. Surtout qu'elle y a fait toutes ses années de scolarité au sein de cette maison et elle en a gardé de précieux souvenirs. On peut dire que c'est le genre de femmes qui n'a pas peur d'aller se perdre dans les méandres des cachots où son collègue, Drago Malefoy,  y prépare ses potions en toute discrétion. Eden l'a croisé quelque fois et ils ont échangé quelques mots mais cela reste une entente cordiale. Mais en dehors de ça, elle a toujours préféré la salle commune de Serpentard à son bureau plus... ensoleillé. Et non, elle n'est pas un vampire... Elle est une humaine des plus normales. Après, qui sommes-nous pour déterminer ce qui est normal de ce qui ne l'est pas. Ayant le cœur bien accroché, la directrice de Serpentard se trouve donc devant le corps piqué de l'école. Comment il est arrivé là ? C'est un grand mystère... Même pour elle... Et pourtant, elle en a vu des horreurs dans sa vie mais pas aussi … poussées. Prenant une grande inspiration, elle n'aimait pas vraiment ce qu'elle avait sous les yeux.

Reprenant à plusieurs reprises des inspirations, elle avait laissé les ordres aux divers préfets des maison et elle ne peut pas faire mieux. C'est alors qu'elle entend une voix et elle se redresse. Tournant la tête vers son ancien directeur de maison, elle ne semble pas vraiment prompte à répondre à ses questions. Elle ne l'a pas encore analysé... Et cela risque d'être compliqué. Peut-être devrait-elle se servir de quelques sortilèges qu'on lui a appris au Département des Mystères ? Elle ignore si elle peut mais elle pense s'en servir afin d'en savoir plus. Le Ministère va venir bien assez tôt pour récupérer le corps de ce pauvre Auror même si elle ignore de qui il s'agit. Elle arque un sourcil en l'entendant parler avant de tourner la tête vers le fantôme de l'un des anciens directeurs. Si elle l'a connu... Mais tout à fait seulement, elle n'a jamais ressenti le besoin d'aller lui rendre visite dans sa tour. A l'époque où elle était encore qu'un élève, le barbu était surnommé le vieux fou et cela l'avait longtemps fait rire. Maintenant, elle a grandit et elle ne trouve pas ça très drôle mais bon, elle a été jeune et conne pendant son passé. Aujourd'hui, elle a tiré un trait dessus et elle est revenue dans les locaux en adulte responsable et mère bienveillante. Le laissant faire son dôme, elle montre un demi-sourire en coin tandis qu'il s'adresse à elle d'un ton relativement lent.


« - J'aimerais vous dire que j'ai des réponses mais je n'en ai aucune. C'est un élève de ma maison qui est venu m'avertir... »

Elle lâche un soupir mais si c'est un jeu alors elle ne le trouve pas du tout amusant. Baguette en main, elle ne lâche pas le directeur des yeux avant de se baisser à la hauteur du squelette empaillé. Oui, elle se dit que c'est ça pour que cela passe mieux mais même l'odeur est assez prenante au niveau du nez. Dans tous les cas, la présence de ce machin va tout perturber. Comme chaque année, il y avait un bal de prévu pour Halloween, Eden pense qu'il va être interdit avec des trucs pareils. Heureusement, Rogue avait eu le réflexe de protéger visuellement cette chose des yeux des élèves. Mais une chose est sûre, cette année risque d'être relativement noire... Peut-être bien plus que les années passées et Eden va devoir s'y préparer. Rapidement, Rogue parle d'une réunion d'urgence avec les enseignants. Là-dessus, elle avait déjà pris les devants en envoyant son patronus avertir l'ensemble du personnel mais avant tout les directeurs de maison car les consignes dépendront de cette réunion.


« - J'ai pris la peine d'envoyer mon patronus en guise d'avertissement et les directeurs de maison ont été les premiers à être prévenus... Concernant les élèves, j'ai demandé aux préfets de les raccompagner dans leur salle commune respectives et d'y rester jusqu'à ce qu'ils reçoivent des consignes de leur directeur de maison... »

Peut-être avait-elle été trop vite mais elle n'avait pas hésiter une seule seconde. Eden est peut-être un seul enseignant mais elle ne néglige rien et pour être honnête, elle était concentrée sur une éventuelle analyse. Elle n'hésite pas une seconde et elle lève sa baguette afin de faire un signe runique précis. Oui, on utilise beaucoup les symboles runiques au département des Mystères. C'est peut-être est-ce folie mais elle est habituée à lancer ce sort qui ne sert qu'à analyser les détails d'un objet d'origine inconnue. Il faut bien qu'elle serve à quelque chose hormis le fait d'être un enseignant et un directeur de maison. Elle ne compte pas rester dans cette école pour une seule année. Une fois le symbole runique, elle frappe avec sa baguette en énonçant la formule qui l'accompagne... dans sa tête car en sorcière qui se respecte, elle maitrise les sortilèges informulés... « - Colapsuim Exodius ! »


Bien que ce sortilège ne soit que trop peu connu, elle s'en ai servie durant des années et elle ne pensait pas s'en resservir de ci-tôt. C'est peut-être la magie du hasard mais Eden n'est pas le genre de personne à croire au hasard. Toutes ses années aux Mystères lui ont appris à toujours se méfier de ce qui est endormi... Cela peut toujours être traitre surtout dans une école comme celle-ci. Laissant le sortilège faire son effet, elle se concentre sur le texte. Elle ne sait pas pourquoi mais cela semble beaucoup l'intriguer. Levant ensuite la tête vers Rogue, elle reprend la parole. Elle est une sorcière précise et qui sait où frapper lorsque cela est nécessaire.

« - Je vous rejoins d'ici une dizaine de minutes... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Remus Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 548
Localisation : Avec ma louve
Age du perso : 46 ans
Fonction : Professeur de Défenses contre les Forces du Mal
Vice-Directeur de Poudlard
Directeur de Griffondor
Patronus : Loup
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 3 Nov - 13:52
La matinée avait pourtant bien débutée. Remus avait prit un bon petit déjeuné en famille, admirant les prouesses des jumelles et l'intelligence de James. Il avait fait "mine" d'écouter les jacasseries de sa femme -- depuis le temps qu'il la connaissait, il était devenu expert pour n'enregistrer que l'essentiel de son discours incessant; heureusement sinon il serait devenu fou ! -- puis ensembles ils avaient quitté la maison de poche pour marcher jusqu'au Lac Noir, laissant les enfants aux bons soins de Madame Kirian, la Nounou. James chialait qu'il était assez grand pour se garder tout seul et s'occuper des jumelles, qu'il avait presque 11 ans ... mais c'était des plans pour qu'il saute dans le Lac Noir à la recherche de Merlin savait quoi pour une expérience. James était comme Amélia, toujours prêt à inventer quelque chose, à faire avancer la science et la connaissance. Des coups que son fils désire savoir comment les sirènes respiraient sous l'eau ? Bref, le gardiennage tout seul, pas avant 13 ans. Remus insistait.

Le couple Lupin avait donc procédé entre les troncs d'arbres, faisant bruisser les feuilles mortes sous leurs pieds. Ils avaient prit une barque, afin de traverser l'immense Lac pour poser le pied sur le terrain de Poudlard. Toujours main dans la main, parlant de tout et de rien, Remus et Amélia étaient parvenu à l'entrée de Poudlard. Ils y étaient presque quant le loup-garou avait senti la main de sa louve se crisper dans la sienne. Il avait tourné son visage vers elle pour se rendre compte qu'elle fixait quelque chose, le teint blême et la bouche toute grande ouverte. Aussitôt, Remus avait regardé dans la direction que lui indiquait le regard de sa femme pour voir l'horreur. De loin, on aurait dit ... un melon sur un bâton. Eden Ravenswood venait de s'accroupir pour le regarder de près. Et Severus se tenait droit, trop droit pour indiquer que tout allait bien. Hoho.

"Viens" dit-il en entrainant son épouse à sa suite

Plus Remus se rapprochait, plus il distinguait que ce qu'il avait d'abord prit pour un melon était en fait, une tête. Une tête d'un genre vert d'où sortait une colonne vertébrale à vif ... et des côtes. Quelqu'un avait laissé une décoration d'Halloween affreuse devant la porte ? Mais à ressentir la tension qui se trouvais actuellement dans l'air, Merlin ce n'était pas une blague. C'était réel. Un reste de cadavre se trouvais devant la porte, dévoilant toute l'horreur et la cruauté humaine. Le sorcier sentie son cœur remonter à ses lèvres et il ne put s'empêcher de tourner les yeux pour regarder Amélia, qui trainait très très visiblement les pieds, l'air horrifié.

"Ne regardes pas ... et va au château. Il faut quelqu'un pour s'assurer que tous se rende dans leur salle commune. Occupes t'en avec Lily"

Il fallait l'occuper avant qu'elle ne se mette à vouloir analyser la scène dans le style CSI !




__________
Époux de Amélia Potter
Père de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-père de Isac & Sarah
Co-propriétaire de la boutique Les Maraudeurs
Professeur de Défenses contre les forces du mal 
Directeur de Griffondor & Vice-directeur de Poudlard
Loup-Garou de son état
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 726
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 3 Nov - 14:30
Ha, quelle belle journée ! J'adorais l'automne, han ! De belles couleurs vives, un temps frais, le bruit des feuilles qui fait scrouch scrouch sous les pieds ... c'était ma saison préférée l'automne, vous savez ? Puis, on pouvait aller cueillir des noisettes avec Pikmouche et sa famille ! Oui, l'automne était une saison merveilleuse. J'exprimais tout ça à Remus tout en préparant le petit déjeuner avec lui. James, Ely-Jade et Gabrielle étaient en train de discuter au salon, les filles soupirant devant la démonstration de savoir de leur frère et ce dernier ne s'arrêtant pas devant ces soupirs d'incompréhension. Petit génie, va ! Posant le repas sur la table, j'avais ensuite appelé ma marmaille. 

Madame Kirian, la nounou, était arrivé peu de temps après. Au contraire de Remus, je trouvais que James pouvait fort bien demeurer seul avec les filles. Il n'allait pas faire de mauvais coup, han, il était un génie et tout ça ! Voir si les génies, ça faisaient des mauvais coups ! Vous y croyez, vous ? Mais bon, Remus insistait alors nous allions garder la nounou encore quelques années. Parfois, même moi je ne parvenais pas à le convaincre, vous savez ? Oui, c'était possible. Remus pouvait parfois être borné, surtout quand il s'agissait de la protection des siens. Des élans de loup, probablement. 

Bref, nous étions sortis de la maison pour profiter d'une petite marche en amoureux. J'adorais ces moments ou nous étions seuls. Ils ne survenaient que si rarement maintenant ! Avoir plusieurs enfants, c'était très bien mais veux veux pas, ça retirais du temps pour le couple. Alors, quand je pouvais être seule avec Remus, j'en profitais vous savez ! Comme en ce moment. Je lui tenais la main en souriant, jacassant comme une pie en regardant avec extase autour de moi. L'île était chère à mon coeur. C'était ici que Remus m'avait embrassé pour la première fois. Ici qu'il m'avait déclaré sa flamme. Ici que tout avait débuté entre nous. Je me sentais au Paradis sur cette île et si j'avais sut que poser les pieds sur le terrain de Poudlard serait comme mettre les pieds en Enfer, bien je serais restée couché ! Parce que oui, ce qui nous attendais là-bas dépassait l'entendement.

La balade en barque fut merveilleuse et se fut blottie tout contre mon homme que je me laissai bercer par les vagues. Je faillis même me rendormir tellement j'étais bien ! Remus pouvait être tellement doux et inspirer le calme. J'étais toute pimpante -- est-ce que je pouvais être autrement ? Han ? -- que je débarquai de la barque, reprenant la main de Remus pour marcher en direction du château qui nous attendait. Je continuais à parler et parler et parler jusqu'à ce que je remarque quelque chose de ... de choquant. Ma bouche se ferma; en tout les cas le temps que je cesse de parler; avant de s'ouvrir en grand. Je fixai ce truc qui ressemblait salement à ... à une échine dorsale surmontée d'une tête. Ça ressemblait à un squelette, ce truc ! Mes yeux clignèrent quelques fois, mes pas ralentirent ... puis Remus me dit de venir et me tira. HAAANNNN ? Il voulait ... il voulait aller là ? Là ou était le truc squeletteux avec Eden et Severus à côté ? Il ... Je tentai de planter mes pieds au sol, ne lui donnant pas la tâche simple. S'il voulait me trainer là, il allait devoir travailler, han !

"Mais ... mais Remus, c'est ... c'est un ... un ...."

Ouais, plus de doute possible. C'était bel et bien ce que j'avais cru que c'était. Le visage blême, les yeux ronds comme des billes, la bouche béante, je regardai ce ... ce truc dégoûtant et parfaitement horrifiant. J'allais rendre mon petit déjeuner. Pour sûr. Alors que Remus me disait de ne pas regarder -- haha, trop tard mon homme -- je me retournai pour vomir allégrement sur l'herbe. Entre mes vomissements, je disais : "ho Merlin, ho c'est un ... un Merlin ho". Je sentais mon corps trembler de peur et je tentais tant bien que mal de raccrocher mon cerveau à quelque chose de sensé. N'importe quoi ! Analyser. Analyser la situation. Rationaliser. Chercher une piste concrète. Ne pas voir un squelette, un meurtre horrible et bouleversant. Ne voir que la science. Analyser ! Je m'assurai que je n'allais plus vomir avant de me redresser, me retournant très lentement vers le ... le ... le truc de science. Je ne le regardai pas. Nan nan. Je regardai Eden qui était ... agenouillée devant le ... le ... la ... la ... mais comment elle faisait pour avoir le nez presque collé là-dessus ? Elle était pas normale ? J'allais encore vomir quand ... hey !

Je me lançai à genou sur l'herbe, me collant presque le nez aussi sur la colonne. Remus m'avait dit d'aller sécuriser Poudlard, m'assurer que les élèves étaient dans leur salle commune, mais ... mais hey ! Il y avait quelque chose là ! Juste là ! 
**Musique de CSI !!!**


Iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! Je pointai l'index vers les inscriptions étranges.

"Regardez Professeur Ravenswood. Vous avez vu ? Il y a quelque chose d'inscrit ..."

Bha là. Qui avait put graver un truc sur des côtes ? Et comment il avait fait, le type, pour retirer l'échine dorsale du corps comme ça, sans presque laisser de chair ? Anaaaaallyysssse ! 

"Le sang et le sable, pour l'aube de ma Gloire,
Le crépuscule des Mages, et autres âmes noires.
L'aurore balayera ces souvenirs hérétiques,
La mort puis l'oublie, pour ces dévots fanatiques.

Sentez l'angoisse, la peur, et prenez de l'avance.
Car dès à présent, c'est la Chasse qui commence"



Je me redressai et regardai Severus d'un air de génie.J'avais une piste, moi !


"C'est une énigme, han. Et je crois que ça parle des Deux Grands, de leur chute. La mort puis l'oubli pour ces dévôts fanatiques, han. Les Dévôts, c'est comme ça que les suivants des Deux Grands se faisaient appeler"


Je hochai la tête avant de reporter mon attention sur l'abomination. Mon cerveau était actif maintenant, rien à craindre ! Je plissai les yeux pour mieux voir, puis je tirai sur la manche de Eden pour attirer son attention. Heeeeeeyyyy !


"Il y a un truc ... un truc gluant là ..."


Remus soupira. Je levai la main vers lui et lui dit :


"Oui, aller voir si les élèves vont dans leur salle, oui. Mais, il y quelque chose qui glue !"

J'observais la substance quand ... je prit un air parfaitement estomaqué. C'était pas possible ! Je me redressai vivement.


"Hey ! On dirait que c'est écrit par un Moldu ! Mais c'est pas possible, han. Un Moldu ne pourrait pas venir à Poudlard ... parce que, je crois que le texte parle d'une chasse aux sorcières ! Les dévôts fanatiques, c'est ... nous. Les hérétiques, le crépuscule des mages, la chasse ..."


Bha là ! Et Remus qui voulait que j'aille faire la police des couloirs ! Un génie était nécessaire ici !




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severus Rogue
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 577
Age du perso : 46 ans
Fonction : Directeur de Poudlard
Patronus : Biche
Date d'inscription : 28/08/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 7 Nov - 13:35
ft.
Malka & Eden
« Panique à Poudlard »
Encore une fois, par la barbichette du Yabe
Debout devant cette chose qui avait un jour été un être humain, le vampire affichait un air froid et distant. Il écoutait le Professeur Ravenswood d'une oreille, hochant la tête devant les indications qu'elle venait de lui dire. Ainsi, elle avait déjà avisé tout le monde de se rendre dans leurs salles communes. Bien. Très bien. Efficace. Les Directeurs de maison étaient prévenus. Parfait. Une chose de moins à faire. Lentement, l'homme tourna les yeux vers sa collègue, qui se penchait maintenant vers la chose afin de mieux l'observer. Eurk. Cette femme était soit folle soit ... en tout cas. Elle avait le coeur bien accroché ! Quelques temps de silence ou le vampire regarda la femme scruter quelque chose sur le cadavre, puis ... elle allait les rejoindre dans quelques instants. Quoi ? Elle avait vu quelque chose de particulier ? Elle avait une idée de ce qu'était cette chose ou son auteur ?

"Vous avez remarqué quelque chose qui ..."

Pupuce. Comme s'il n'avait pas encore assez de problèmes ! Severus regarda son amie qui était visiblement sous le choc. Elle était blême et semblait sur le point de tourner de l'oeil, alors que Loupin essayait tant bien que mal de la faire entrer au château. Voilà, Amélia venait de rendre son petit déjeuner sur le gazon. Rogue eu une moue passablement agaçé avant de dire d'un ton lent :

"Amélia, entrez au château Lupin et toi et occupez vous des élèves ! Ce n'est pas le temps de ..."

Le sorcier se tue. Amélia venait de se lancer à genoux comme une folle dingue pour se coller aussi le nez sur le mort. Mais, qu'est-ce qu'elles avaient toutes à renifler un cadavre ? Toutes folles. Severus eu une grimace encore plus agacée que la précédente et il allait ordonner aux filles de se lever bon sang de bon soir, quand Amélia parla des Deux Grands. Mais ... mais ça n'avait rien à voir ! Les dévots, les dévots ... c'était FINI les Deux Grands, FINI ! Qu'on laisse cette partie de l'histoire tranquille, qu'on laisse sa fille tranquille ! LÀ ! Ils ... mais quoi ...

"Rien à faire de ta glue, Pie Potter ! Vas ..."

Hein ? Un Moldu ? Severus arqua un sourcil. Cette fois, l'interprétation d'Amélia était un peu plus logique mais ... mais c'était impossible qu'un Moldu ai put venir ici. D'ailleurs, elle le disait elle-même. Mais, un sorcier d'origine Moldue par exemple ... un sang-de-bourbe, un sang-mêlé ... oui. Un Cracmol ? Peut-être. Mais l'origine Moldue était plausible. La chasse aux sorcières aussi. C'était même ... très intelligent comme déduction. Et très inquiétant aussi. Rogue pinça les lèvres.

"Bravo Sherlock. Maintenant, levez-vous toutes les deux avant que l'on croit que vous êtes en train de sniffer un buisson. Assurez-vous que les élèves sont dans leurs salles communes et ensuite réunion dans la nôtre. On en discutera là-bas, loin des oreilles indiscrètes."

L'homme jeta un regard en direction de Malka et des autres étudiants qui se rendaient au château plus ou moins en panique. Plus pour certains. Moins pour d'autres. Il leur faudrait fermer l'école. C'était sûr. Il entendait déjà les parents se plaindre ! Pourquoi avait-il accepté de diriger l'école ?


Severus Tobias Rogue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Remus Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 548
Localisation : Avec ma louve
Age du perso : 46 ans
Fonction : Professeur de Défenses contre les Forces du Mal
Vice-Directeur de Poudlard
Directeur de Griffondor
Patronus : Loup
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 21 Nov - 11:18
Oui, oui, c'était bien un cadavre ou ce qui en restait. Et, il ne voulais pas qu'elle regarde. Il la tenais pas la main en la tirant en direction du château quand elle se dégagea avec un léger mppfff question d'aller se précipiter au sol, droit devant le cadavre. Bon. C'était partie pour un tour ! Remus soupira tout en enfonçant les mains dans ses poches. Levant la tête, il regarda quelques instants les nuages passer au dessus de lui. Il réfléchissait. Qui avait put commettre un tel crime ? Quand ? Et pourquoi ? Pourquoi de un, faire ça. Et, de deux, pourquoi venir installer le tout ici, juste devant la porte du château ? Pour que les gens le voit, pour sûr, pour semer l'horreur certes. Mais pourquoi Poudlard ? L'individu aurait très bien put aller installer son oeuvre au Pré-au-Lard dans n'importe quel lieu magique. Au Ministère de la Magie, pourquoi pas ? Alors, pourquoi ici ? Pour choquer des enfants ou pour secouer l'éducation même ? L'enseignement de la sorcellerie et sa source ? 

Lupin baissa la tête en entendant les paroles de sa louve. Il y avait quelque chose d'inscrit. L'homme écouta avec attention le message qui se trouvais sur les côtes de ce qui fut jadis un être humain. Le message était inquiétant. La menace était claire en tout les cas. La tête un peu penchée sur le côté, Remus réfléchissait toujours. Oui, cela pouvait être liés aux Dévots des Deux Grands, une sorte de message affirmant que ce qu'ils avaient fait ne serait rien à côté de ce qui allait survenir. Cela pouvait aussi être lié à une chasse aux sorcières. Les deux hypothèses étaient plausibles et aucune des deux n'étaient vraiment plaisante. Quelqu'un qui s'était vu refuser l'accès à Poudlard pour une raison x ? Qui avait été renvoyé ? Pas un Moldu pur et dur en tout les cas, effectivement.

Le lycan tendit la main en direction de sa femme et lui dit doucement :

" Viens. Laissons Severus communiquer avec le Ministère. Nous allons mettre les enfants en sûreté "

Dix contre un qu'Amélia voudrait prendre un foutu échantillon de la glue avant !




__________
Époux de Amélia Potter
Père de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-père de Isac & Sarah
Co-propriétaire de la boutique Les Maraudeurs
Professeur de Défenses contre les forces du mal 
Directeur de Griffondor & Vice-directeur de Poudlard
Loup-Garou de son état
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Eden K. Ravenswood
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 116
Age : 31
Localisation : A Poudlard où elle reprend la transmission de son savoir
Age du perso : 37 ans (6 mai 1970)
Fonction : ¤ Maman de Nathaniel
¤ Professeur de Métamorphose
¤ Directrice de Serpentard
Patronus : Anciennement, il s'agissait d'une Salamandre mais depuis les évènements avec le Semeur de Cadavres en Juillet 2007, son patronus a changé de forme devenant une sorte de léopard nommé Nundu
Date d'inscription : 20/09/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 23 Nov - 12:59
Eden n'est pas du genre à paniquer... Il faut dire qu'elle est « habituée » à voir ce genre de spectacle. Les gens s'imaginent que les découvertes de ce genre finisse en morgue mais ce n'est pas tout à fait vrai. Comme le nom de ce département, pleins de mystères planent autour de ce qui s'est passe. Bien entendu, la Directrice de Serpentard en savait beaucoup plus sur le département mais elle est contrainte de se taire. Enfin, certaine chose sont connues mais d'autres beaucoup moins. Elle se tenait debout aux côtés du directeur de l'école et elle jette de temps en temps au cadavre afin d'avoir un résultat au sortilège qu'elle avait lancé. Le problème avec ça, c'est que le résultat n'est pas immédiat et elle patiente le temps qu'il faudra. C'est alors que son ancien directeur de maison s'apprête à lui poser une question et elle lève la tête avant qu'il ne soit interrompu par une autre voix. Celle-ci appartient à la Directrice de Serdaigle et Eden la regarde avec une neutralité. En effet, elle est plus concentrée sur le corps étrange qui se trouve là. Regardant alternativement Rogue puis Lupin, Rémus, Eden s'approche d'Amélia qui a presque le nez dessus.

« - Non, non, Professeur Lupin, ne vous en approchez pas. »

Elle ne doit pas s'approcher le temps que le sortilège fasse effet. Parce que oui, d'autres formes de magie peuvent gêner le champ d'action de celui qu'elle avait lancé et elle le sait. La brunette avait bien vu l'inscription mais elle ne préfère pas trop s'avancer tant que le résultat préliminaire n'est pas là. Il faut patienter et elle surveille de temps en temps. Restant aux côtés d'Amélia, Eden fait attention à tout ce qu'elle dit. Par ailleurs, la Directrice de Serdaigle pense que l'énigme parle des deux Grands et c'est là que l'avis de la brunette s'oppose à celle de l'épouse de Rémus. En effet, les deux Grands ne sont pas les seuls mages noirs qu'à connu ce monde. Au passage, l'énigme parle bien de l'ensemble des âmes noirs... Mais qu'est ce que cela veut dire ? Pour le moment, elle l'ignore mais elle préfère savoir que la chose qui se trouve devant elle est sans danger. Chose dont elle n'est pas sûre... Pas encore. Levant la tête vers les deux hommes présents, la manche finit par être tiré par Amélia et elle baisse de nouveau la tête vers Amelia qui lui montre alors une sorte de glue effectivement.

« - J'ai vu mais n'y touchez pas, s'il vous plait ! »

Vaut mieux pas car l'ancienne salariée des Mystères n'est pas sûre de ce qui pourrait se passer. Elle espère qu'Amélia ne fasse pas l'idiote avec ça. C'est alors qu'on voit un nuage rouge qui entoure le cadavre et Eden a pour réflexe de lever Amélia pour l'éloigner du corps. C'est mauvais signe. La couleur rouge est signe d'une malédiction présente sur le squelette. Eden n'aime pas du tout ça. Lâchant alors Amélia, elle fait signe à Rogue et Rémus de s'en éloigner. Puis elle lâche un nom d'oiseau pour exprimer que cela n'est pas bon. Elle doit encore l'analyser avant que le Ministère ne s'en empare. En tant qu'ancienne du département des Mystères, elle est aussi curieuse qu'Amelia mais elle fait juste preuve d'une plus grande prudence. On est jamais sur de rien depuis que certains sorciers ont joué avec l'espace-temps. Rapidement, elle regarde Rogue et hoche la tête avant de rétorquer quelque chose. Elle n'est pas rebelle mais elle tient à en savoir un maximum avant de le laisser là. Elle ne peut pas le laisser là... Trop dangereux...

« - Je vais essayer d'en savoir plus avant l'arrivée du Ministère. »

Dans le pire des cas, elle fera jouer ses contacts dans son ancien département afin d'avoir un complément. Car il est clair qu'elle n'aura pas le temps d'en apprendre beaucoup plus. Il lui faudrait du temps et c'est quelque chose qu'elle avait l'habitude de faire. Bien entendu, ce n'est que de la routine mais plus elle en sera et plus, elle sera en mesure de donner plus d'informations à ses collègues. Si on veut comprendre ce qui se passe, ce n'est pas une option car le Ministère restera muet comme une tombe... Bien qu'elle se doute que c'est ce qui va se passer, elle ne peut pas rester insensible à ce qui se passe dans un lieu. Les connaissant, dés que Rogue aura donné l'avertissement, ils vont débarqué en moins de dix minutes, montre en main. C'est la procédure habituelle... Donc son temps est malheureusement compté. Posant les yeux sur le cadavre, elle aurait du se douter du résultat et si elle fait des prélèvements, elle fera très attention... Pas le choix... Pas d'autres fléaux sur cette école, ce n'est pas vraiment le bon moment...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 726
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 25 Nov - 14:35
J'avais toujours le nez presque collé sur la glue, sourde aux commentaires de Severus qui semblait ne pas prendre en considération que la dite présence gluante avait toute son importance. Moi, je savais que cette chose n'avait pas d'affaire sur un cadavre. Quoi ? Si j'en avait vu beaucoup des cadavres ? Plus que nécessaire, je dirais. Mais des cadavres dans cet état, que vous dites ? Non. Non, mais tout de même, est-ce que de la glue pouvait se trouver sur un squelette ? Enfin, il n'y avait pas de glue sur un squelette, tout le monde savait ça. Hormis que ce soit une sorte de substance corporelle, genre de la chair fondue mélangée à du sébum sanguin ou quelque trucs du même genre. Parce que mettre un cadavre dans de l'acide, ça doit bien laisser une sorte de substance toute gluante qui ... je fit un vague geste de la main en direction du Professeur Ravenswood, qui me disait de m'éloigner et de ne pas toucher la glue. Mais non, mais non. Je n'allais pas y toucher avec mes doigts directement, je ne voulais pas qu'ils fondent ! J'allais utiliser une petite brindille, de quoi du même genre. Ou alors j'allais utiliser un sort qui ... bon, voilà que Remus me disait de venir et tout ça.

" Mouais ! Attends, han, je dois ... je ne renifle pas un buisson tu sauras, c'est un reste de cadavre qui ... "

Je fut relevée soudainement par le Professeur Ravenswood, ce qui me sauva fort probablement la vie ou, en tout les cas, cela me sauva assurément d'un bon vomissement ou d'une quelconque maladie ou enchantement ou ... de quoi de mauvais. Parce qu'un espèce de nuage rouge venait d'entourer le corps. Debout, maintenant assez éloigné du dit corps -- parce que j'avais couru deux trois pas les bras dans les airs -- je regardais le nuage avec de grands yeux ronds de chouette cendrée. Mais, c'était quoi ce truc ? Un espèce de gaz nocif qui allait empoissonner tout le monde ? Han ? Immédiatement, je relevai mon manteau haut sur mon nez. Pas question que je respire ça. C'était maléfique. Merde ! J'avais eu le nez pratiquement collé dessus. Maintenant, oui j'allais rentrer ! Parce que han, c'était ... n'importe quoi. Et si ça explosait ? Si c'était un gaz explosif ?

" Ça va exploser vous pensez ? Han ? " dit-je en m'éloignant de reculons
À tâtons, je prit la main de Remus. Il fallait qu'on rentre. Tous. Faire un sortilège de dôme pour enfermer ce truc, n'importe quoi, et qu'on rentre. Je sentais au fond de moi qu'il fallait tous qu'on s'éloigne et vite fait. On reviendrait plus tard, au pire, mais il fallait qu'on s'en aille !

" Severus, j'aime pas ça. Il faut qu'on rentre. Tout le monde. Entourons ce truc d'un dôme protecteur et entrons. Je sent ... je sent que c'est pas la joie là, han. Tu sent, toi ? Ou si c'est juste les lycans qui peuvent ... parce que han, faut entrer. Remus ? Remus, tu sent ? J'aime pas ça, c'est sauvage et ... faut qu'on rentre tout le monde. Le Ministère bha, il attendra ! Merde, c'est pas une demie-heure de plus ou de moins pour les aviser que ... on rentre ! "

Je tournai les talons vite fait et entrainai Remus à ma suite sans attendre sa réponse sur le fait qu'il sente ou pas. J'avais beau être une loup-garou incomplète, la part animale en moi sentait l'urgence de fuir depuis l'apparition de ce nuage rouge. Je savais que c'était ma part lycan qui me suppliais de partir loin. Très loin. Pas de vampire là-dedans. Non. C'était la louve qui fuyait devant le feu. Le plus loin possible.




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
~+ SCÉNARIUM +~
Nombre de messages : 1613
Date d'inscription : 26/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 25 Nov - 19:50
Lily Potter 


Lily se trouvais dans son bureau quand la rumeur s'était propagé. La rousse avait entendu les voix affolés des élèves, ce qui l'avait fait se lever avec précipitation. Entre deux pleurs, elle avait réussit à comprendre qu'un cadavre avait été découvert devant la porte et, à ce qu'on disait, c'était le cadavre d'un gamin qui avait été décapité. Ou de quoi du genre. Peut-être un chat, lui dit une fille. Okay. Bon. Soupirant et ne sachant pas trop si elle devait y croire; bien que la plupart des élèves semblaient paniquer; elle parvint à les diriger vers les salles communes avant de se diriger vers l'extérieur. Elle allait sortir et avoir le coeur net ! Voyons, c'était guère possible qu'il y ai eu un meurtre sur le terrain, bien qu'il y en aient eu avec les Deux Grands. Là c'était différent. Ils avaient renforcé la sécurité et il était presque certain que ... presque mais pas impossible. Hâtant le pas, la sorcière tourna le coin d'un couloir et elle vit, un peu plus loin, une tête blonde qu'elle n'eut pas de mal à reconnaitre.

" Malka ! "

La fille de Sirius. Elle était un peu plus blême que d'habitude, avait un regard indéterminé -- entre le courage froid, l'inquiétude et un étrange détachement -- ce qui fit augmenter un peu le doute dans l'esprit de Lily. Parvenu près de la jeune fille, Lily la regarda dans les yeux et lui dit :

" Qu'est-ce que signifie la panique qui nous entoure au juste ? "

Un garçon de deuxième ou troisième passa près d'elles en braillant sa vie et en hurlant que le cadavre avait plus de yeux et qu'il mangeait des vers. Seigneur ! Lily grogna un peu -- franchement, des vers -- et elle apostropha l'élève en lui disant de se rendre dans sa salle commune et de cesser d'en rajouter. C'était quoi cette histoire ? Là, une fille de sixième, totalement hystérique, parlait d'une licorne éventrée. Hey !!!!

" Mademoiselle, votre salle commune ! Je suis certaine qu'aucune licorne ou quoique ce soit d'autres ait été éventrée ! Cessez de faire peur aux plus jeunes en racontant n'importe quoi !"

Du coin de l'oeil, elle vit une fille tourner en rond en s'arrachant presque les cheveux. Merde ! Tous le monde devenait fou ! Okay, okay !

" Hey, ça suffit ! Lâchez vos cheveux et aller dans votre salle commune jusqu'à nouvel ordre ! Il n'y a rien qui puisse vous atteindre ici bon sang ! "

Ça allait trop loin. Lily plongea la main dans sa poche et en sortie sa baguette magique. Il y avait certainement quelque chose en train de se produire si tout le monde parlait de cadavre x y z. Mais, c'était probablement un tour de ce faux badau et rien de plus.

" C'est une illusion de celui qui veux se faire passer pour le badau. " ajoute t'elle


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 474
Age : 22
Localisation : Poudlard
Age du perso : 15 ans (13 décembre 1991)
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 26 Nov - 17:05
Malka se contentait de suivre le flot désordonné d'élèves qui se dirigeait vers la salle commune, les pieds en pilote automatique. Contrairement à certains de ses camarades, elle n'était pas hystérique. Elle ne pleurait pas, elle ne criait pas, elle ne courait pas. Son pas était régulier. Oh, elle n'était pas "bien". Si elle avait été bien, elle se serait arrêtée et aurait réconforté un première année, l'aurait poussé à avancer, une main sur l'épaule. Mais elle n'en était pas capable. Peut-être que ça aurait été différent s'il s'était s'agit de son petit frère Procyon. Allez savoir. A l'heure actuelle pourtant, elle avançait un peu comme un zombie. Des mouvements automatiques pour laisser le loisir à son cerveau de fonctionenr. Essayer de comprendre ce qui se passait prenait toute son énergie.
 
Elle était bien consciente qu'il n'y avait peut-être pas grand chose à savoir, en fait. Le directeur Rogue lui-même avait semblé perdu. Que faire, dans une telle situation, sinon obéir et suivre le mouvement vers ce qui était le plus susceptible de la mettre à l'abris ?
 
L'appel de sa tante ne la fit même pas sursauter, ce qui malgré la sorte de torpeur l'ayant envahie, la surprit un peu. Elle s'arrêta simplement et se détourna sur le côté, lui rendant son regard franc.

"Tante Lilly."

Sa tante n'avait pas vu la "chose", elle ne savait pas. La Gryffondor la regarda donc avec intérêt, comme on regarderait le dernier vestige de quelque chose sur le point de disparaître. Quoi, exactement ? Dans tous les cas, elle ne pouvait pas s'empêcher de penser que ce qui était en train d'arriver était important, qu'il y allait avoir un avant et un après, et que c'était elle, Malka, qui entraînait sa tante dans l'après. Pas une bonne chose.

"Il y a un cadavre dans le parc. Pas un cadavre normal. C'est debout, et comme décapité, mais à l'envers."

 
Bien… il restait la tête mais pas le corps, en gros. Comment décrire un truc pareil ? Histoire de clarifier sa position, elle ajouta donc d'un ton parfaitement neutre et informatif :

"Ca fait peur."

 
Elle détourna brièvement le regard sur la fille que Lilly venait d'apostropher et qui était en pleine crise de panique, apparemment. Bon. Peut-être qu'elle n'aurait pas eu besoin d e préciser que la chose faisait peur. Elle resserra la main sur sa baguette, et expira profondément avant de hausser les sourcils. Ce que disait sa tante était tellement ridicule que ça lui redonnait un peu de vie intérieure. Comme une envie bizarre de rire, ou de se mettre en colère, elle n'en savait trop rien.
 

"Ca n'avait rien d'une illusion, rien d'une farce de Serpentard cruel. Quelqu'un a tué cet homme, et ensuite est entré à Poudlard pour le poser là. Quelqu'un de dangereux. Peut-être encore dans l'école."

Sa tante était une personne intelligente quand même. Elle n'allait pas croire que Larry Moss, le Serpentard qui l'avait agressée, et avait depuis été exclu de Poudlard, était revenu et s'était concocté une petite vengeance ? C'était bien au-dessus du niveau d'un quelconque élève, et probablement au-dessus d'une partie du corps professoral aussi. Quant à prétendre que le Badau n'était qu'une illusion… elle n'avait plus quatre ans, elle pouvait arrêter de faire semblant. Ce truc existait vraiment, même si pas encore forcément dans leur dimension.Elle regarda sa tante d'un air interrogatif. Elle comprenait ? C'était sérieux ! Est-ce que son divorce d'avec Oncle James lui avait à ce point ramolli le cerveau ? L'affaire avait beaucoup attristé Malka. Elle avait eut de la peine pour son cousin Maxime surtout, et puis, ça avait un peu rouvert les blessures de la séparation de ses propres parents. Mais enfin, là n'était pas le moment d'analyser leurs dynamiques familiales. Lilly Potter serait toujours sa tante de coeur, point. Et il allait falloir qu'elle accepte la réalité, vite, et qu'elle se bouge. Elle venait de sortir sa baguette, c'était un bon début. Alors ? Malka devait-elle rester planter là, monter dans la tour de Gryffondor, aller se barricader quelque part ? 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Severus Rogue
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 577
Age du perso : 46 ans
Fonction : Directeur de Poudlard
Patronus : Biche
Date d'inscription : 28/08/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Déc - 11:02
ft.
Malka & Eden
« Panique à Poudlard »
Encore une fois, par la barbichette du Yabe
Severus regardait toujours le cadavre avec une certaine parcimonie. Il tentais de fouiller sa mémoire à la recherche d'informations sur ce phénomène, sourd aux propos d'Amélia qui s'insurgeait devant ses précédentes paroles sur son "respire" de buisson. En tant qu'expert en magie noire, il avait lu et entendu pas mal de choses étranges. Le procédé de torture lui disait quelque chose mais il n'arrivait actuellement pas à mettre le doigt dessus. Il allait envoyer un hibou à Rodolphus. Il aurait peut-être une idée plus claire sur le sujet. Pour le moment, il fallait agir et assurer la protection de tout le monde.

Le vampire recula. Un nuage rouge venait d'entourer la chose. Un nuage renferma une menace pire que tout autre encore. Il pouvait la sentir. Au fond de son être. La partie de "non-vie" en lui frémissait. D'ailleurs, Amélia ressentais la même chose à voir son air et son attitude. Est-ce que Lupin ressentais le tout aussi ? Probablement au vue de la bête qui se trouvais en lui. Les animaux sentent le danger, c'était bien connu.

" Taies-toi un peu Amélia ! "

Elle parlait de lycans et bla bla. Un peu plus et elle dévoilait qu'ils étaient vampires ! Merlin. Rogue pinça les lèvres et ajouta d'un ton trainant :

" Rien en va exploser. Et il est évident que cette chose est néfaste. Pas besoin de sentir quoique ce soit ... arrêtes de divaguer, bon sens ! On a besoin de ta cervelle là "

Partir d'ici, mettre un dôme protecteur sur le cadavre et tous partir. Severus ne demandait que ça, en fait ! Mais pouvaient-ils entourer tout ça sous un dôme magique sans risquer d'envenimer les choses ? Mais, en même temps, la fumée était peut-être nocive. Rogue posa une main sur son nez et sa bouche, afin de bloquer ses voies respiratoires un peu. Il eu un vif geste de la main en direction des Lupin, pour leur signifier de déguerpir. Allez, qu'ils bougent !

" Miss Ravenswood, peut-on installer un dôme magique autour de ce truc ? "

Il avait déjà sa baguette prête à l'action. D'abord, s'assurer que cela n'allait pas empirer les choses. Pas question de provoquer l'holocauste.


Severus Tobias Rogue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Remus Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 548
Localisation : Avec ma louve
Age du perso : 46 ans
Fonction : Professeur de Défenses contre les Forces du Mal
Vice-Directeur de Poudlard
Directeur de Griffondor
Patronus : Loup
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 10 Jan - 8:50
ft. Eden & Severus & Amélia & Malka & PNJ & Remus
Une journée d'horreur.

Et si tout ne faisais que commencer ?
Remus demeurait là, debout près du cadavre qu'il regardait avec un mélange de curiosité, de perplexité et de crainte. Comme il s'y était attendu, sa louve tentait d'en savoir plus sur la chose et il n'appréciait vraiment pas. Contrairement à elle, il ressentais des ondes néfastes depuis le début; ses gênes animal étant plus "francs". Il ne ressentais pas encore le besoin de fuir mais son intérieur était manifestement tendu. Très tendu. Ce cadavre n'en était pas un ordinaire.

Le sorcier réagit donc au quart de tour, quand il remarqua la fumée rougeâtre se dégager du corps. Alors que le Professeur Ravenswood réagissait aussi joliement en dégageant Amélia de là, il attrapa le bras de sa louve et la tira en arrière, de manière à se placer devant elle. Maintenant, il sentais très très bien ce dont il s'agissait. La bête en lui se mouvait, hurlait, paniquait, voulait fuir tout en voulant se battre pour la survie de sa femelle. Un mélange assez explosif. En ce moment, Remus Lupin pouvait tuer.

" Oui, oui, je sent " dit-il d'un ton grave et plus rauque qu'habituellement

Il pouvait presque sentir les poils de son corps se hérisser. Protégeant toujours Amélia de son corps, il recula d'un ou deux pas pour s'éloigner de la chose. Il releva ensuite les yeux en direction de Severus; qui osait parler à sa louve sur un ton immonde; et il lui siffla :

" Ne lui parles pas sur ce ton "

Il devait partir d'ici. La bête prenait de plus en plus de place. Il sentais la rage en lui. Cette chose, ce cadavre était dangereuse. Le loup se sentais en danger, il sentais sa louve en danger et il ne fallait pas trop le chercher. Remus lança un regard noir en direction de Rogue avant de suivre Amélia. Il allait la mettre en sûreté et ensuite, ensuite il irait chercher leurs louveteaux. Oui, Lunard ne pensait plus vraiment en humain actuellement. Pas ses enfants, ses louveteaux.

Une fois parvenu au château; ce qui n'était pas trop trop loin, il y poussa pratiquement sa louve à qui il dit d'un ton précipité, grave et sombre :

" Vas dans ta salle commune. Je vais chercher les petits "

Il tourna ensuite les talons et, baguette en main, il couru en direction du Lac Noir afin d'aller quérir ses louveteaux. Et que personne ne se mette dans son chemin.




__________
Époux de Amélia Potter
Père de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-père de Isac & Sarah
Co-propriétaire de la boutique Les Maraudeurs
Professeur de Défenses contre les forces du mal 
Directeur de Griffondor & Vice-directeur de Poudlard
Loup-Garou de son état
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Scénario quatrième : "Dans le cochon tout est bon !"
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Le plus féroce de tout les chiens... Mouk!
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]
» Amis, envers et contre tout [ PV ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~+ Poudlard : La Magie s'ouvre à vous +~ :: Entre les murs :: L'Extérieur du Château-
Sauter vers: