:: En dehors des murs :: Londres Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le néant dans le sang [Mission-Scénario; Patmol Black, Remus Lupin, Maryna Parker, Péroline Vaupré, Malka Covey Black]

avatar
Maître du Jeu
~+ SCÉNARISTE +~
Nombre de messages : 57
Localisation : partout
Age du perso : Aussi vieux que le temps lui même...
Fonction : Maître du jeu / modérateur.
Date d'inscription : 06/12/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Juin - 16:49
Le néant dans le sang
Mise en scène





Joueurs : Patmol Black, Remus Lupin, Maryna Parker, Péroline Vaupré, Malka Covey Black

Mise en situation : Vous avez été assommé. Un instant vous étiez conscient, l'autre vous sombriez dans la noirceur. Vous vous réveillez, sonné, dans une cage, seul. Vous regardez autour de vous. Il y a plusieurs cages, disposées en cercle, plusieurs petites et une grande, au centre. Sur le mur, diverses outils de tortures. Sur une table maculé de sang, d'autres outils et, ici et là, des morceaux de chairs. C'est le silence.

Particularités :

1- Vous n'avez plus votre baguette. Elle a été prise et brisée après qu'on vous ai assommé. Si vous vous en sortez vivant, vous devrez vous en procurer une autre chez Ollivander
2- Patmol, le coup reçu sur ta tête t'a rendu muette. Ton pied est attaché au bout d'une longue chaine.
3- Remus, le coup reçu sur la tête t'a rendu sourd. Ton bras est attaché au bout d'une longue chaine d'argent.
4- Maryna, le coup reçu sur la tête t'a rendu amnésique. Tu n'est pas attachée.
5- Péroline, le coup reçu sur la tête ta retiré l'usage de tes jambes. Tu ne peut que te trainer au sol pour te déplacer. Tu n'est pas attachée.
6- Malka, le coup reçu sur la tête t'a rendu aveugle. Tes deux bras sont attaché au mur par de courtes chaines.

Mission : Survivre ! Trouvez un moyen de vous échapper ensembles et vivants. Gardez tous vos morceaux, surtout Wink

Si vous désirez faire mourir votre personnage, envoyez un MP. Si vous désirez lui faire subir des sévices sexuels, envoyez aussi un MP. Et si vous ne voulez pas être torturé, bien ... tant pis pour vous !

Ordre de passage : Remus Lupin, Malka Covey Black, Maryna Parker, Patmol Black, Péroline Vaupré, Herman Faussecreth

Vous avez 24 heures pour répondre. Si vous ne répondez pas, le PNJ le fera pour vous, afin de ne pas ralentir et nuire au jeu. Vous avez 2 semaines pour vous sortir de là. Les survivants, s'ils sont encore prisonniers après deux semaines, seront inclus dans la mission II et, donc ... devront rester enfermés 2 semaines de plus avec les nouvelles victimes.

Bonne chance !
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Remus Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 538
Localisation : Avec ma louve
Age du perso : 46 ans
Fonction : Professeur de Défenses contre les Forces du Mal
Vice-Directeur de Poudlard
Directeur de Griffondor
Patronus : Loup
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Juin - 17:33
Le néant dans le sang
Il marchait sur l'île en direction de chez lui. Il se souvenait d'avoir légèrement tourné la tête en direction d'un hibou qui volait dans le ciel puis, plus rien. Le noir. Et une douleur atroce au crane. Avait-il frappé une branche qu'il n'avait pas vu en marchant ? Se trouvais t'il encore sur l'île, étendu au sol parmi les primevères ? Il n'en savait rien. Pour l'heure, seule l'inconscience avait de l'importance.

Après ce qui était probablement des heures, Remus gémit et tenta d'ouvrir les yeux. Il avait un mal de tête effroyable. Pendant un moment, il se demanda s'il n'était pas en lendemain de veille. Avait-il bu plus qu'à l'accoutumé avec James et Sirius ? Non, ce n'était pas son genre de s'ennivrer ainsi. Il était incapable, pour le moment, d'ouvrir les yeux. La lumière lui torturais le crane. Yeux fermés, il tentais de réfléchir. Il se souvenais qu'il marchait sur l'île, qu'il revenais chez lui pour le souper. Et. Un coup. On l'avais frappé à la tête. Durement. Il avait été attaqué. Cette constatation lui fit ouvrir subitement les yeux. Il poussa un gémissement un peu plus fort sous l'effet de la douleur. Ou se trouvais t'il ? Remus regarda sommairement autour de lui. Ce qu'il vit lui glaça le sang. Plusieurs cages, petites, installées en cercle. Au centre, une immense cage. Mais, à l'intérieur des plus petites geole se trouvais ... Ho Merlin !

" Malka ! Malka ! Patmol ... Miss Parker ! Vous ... "

Remus se tue. Il n'entendais rien. Il savait qu'il parlais, mais aucun son ne parvenais à ses oreilles. Que le silence, le vide. Même pas un bourdonnement. Il était sourd. Son coeur se mit à battre plus rapidement devant cette éventualité. Probablement le coup à la tête. Merde et s'il demeurais sourd pour le reste de sa vie ? Pour le moment, guère le temps de s'en préoccuper. Ils devaient sortir d'ici. En plus, les filles étaient inconscientes. Le loup-garou tourna la tête, s'arranchant un autre gémissement de douleur, gémissement qu'il n'entendit pas. Il y avait une table un peu plus loin. Une table maculée de sang sur laquelle trônais des outils de tortures et des bouts de chair. D'ici, on aurait dit de la cervelle. L'endroit puais le sang. Soudain, dans la douleur de sa tête, Remus compris. Le semeur de cadavres ! Ho mon Dieu !

" MALKA ! MARYNA, PÉROLINE ! RÉVEILLEZ-VOUS ! " hurle t'il à ses oreilles sourdes

Remus, malgré la douleur, s'agita et tenta de se diriger en direction des barreaux de sa cage. Il fut durement retenu. Tournant la tête, il se rendit compte que son bras droit était retenu au mur par une chaîne, un lourd bracelet lui encerclant le poignet. La chaîne était assez longue, mais pas suffisamment pour qu'il puisse se rendre aux barreaux. Au pire, s'il tendait la main gauche, il pouvait les effleurer. Bon sang ! Le sorcier leva la main gauche et encercla la chaîne de la main. Une douleur immonde le parcourue et lui infligea d'horribles frissons. Sa main. Sa main était en train de brûler. Cette fois, ce fut un cri de douleur qui s'échappa de sa gorge alors qu'il lâchait rapidement la chaîne. De l'argent. La chaîne était en argent. Le semeur de cadavres savait. Il savait qu'il était un loup-garou. Remus avait probablement été épié. En souffrance, l'homme regarda la paume de sa main. Il pouvait y voir, marquées dans sa chair, des traces de brûlures laissées par la chaîne. Lentement, il recula jusqu'au mur et se laissa glisser au sol. Ok. Ne pas paniquer. Tenter de contrôler la douleur et songer à un plan pour sortir d'ici. Au plus vite.

Codage par Libella sur Graphiorum




__________
Époux de Amélia Potter
Père de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-père de Isac & Sarah
Co-propriétaire de la boutique Les Maraudeurs
Professeur de Défenses contre les forces du mal 
Directeur de Griffondor & Vice-directeur de Poudlard
Loup-Garou de son état
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 443
Age : 22
Localisation : De retour à Poudlard
Age du perso : 15 ans
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Juin - 19:15
Les beaux jours étaient revenus, et avec eux, les examens de Poudlard qui approchaient. La quatrième année prenait cela au sérieux. Dernière année avant les BUSES ! Elle avait toujours été appliquée, mais elle se révélait particulièrement assidue depuis son retour à Poudlard. Elle avait l'impression qu'elle avait des choses à prouver. Peut-être se mettait-elle la pression toute seule, à vouloir démontrer à son père qu'elle avait besoin de cette éducation, et au reste du monde qu'elle n'avait pas pris de retard.
Pour cause de canicule, elle s'était accordé une pause natation entre deux révisions. Rien de mieux qu'un plongeon dans le Lac Noir pour se revigorer ! Tant que l'on restait en surface, on ne dérangeait pas les êtres de l'eau des profondeurs et l'on pouvait se rafraîchir tranquillement, ce qu'elle avait fait. Elle venait de terminer lorsque c'était arrivé. Elle était assise au bord de l'eau, les pieds encore immergés. Son collier s'était emmêlé avec une algue, et elle venait de le détacher pour le nettoyer lorsqu'une violente douleur éclata dans son crâne. Elle eut le temps de voir le médaillon de Merlin, soudain illuminé, glisser dans l'herbe, puis ce fut le trou noir.

La première sensation à percer son inconscience fut une douleur dans la main droite. De la magie noire ? Non, ça n'était pas réel. Elle lutta pour rester dans le flou de l'inconscience, refusant la réalité qui se dessinait devant elle. Le deuxième stimuli, en revanche, lorsqu'il arriva, était plus dur à ignorer. Quelqu'un criait son nom.


"Oncle Remus ?"
Sa voix était étrangement pâteuse. Elle avait toujours mal à la tête, et un peu la nausée aussi. Est-ce qu'elle s'était cognée ? Sa main ! Elle ouvrit brusquement les yeux, gagnée par la certitude paniquante que quelque chose d'anormal se passait. Mais rien, le noir était total. Ca n'était plus de l'herbe sous ses fesses, c'était... de la pierre ? du ciment ? C'était froid. 

"Oncle Remus, qu'est-ce qui se passe ? On n'y voit rien et... ça sent..."
Ca sentait la mort. Le sang. Ca sentait la peur, aussi. La peur avait une odeur, vous saviez ? L'humidité en moins, ça sentait exactement comme dans les cachots des Deux Grands. C'était quoi ce cauchemar ? Elle voulut tâter son cou pour vérifier que son médaillon s'y trouvait bien et non seulement, elle ne rencontra que du vide mais encore ses mouvements étaient entravés par quelque chose qui lui retenait les bras. Elle avait juste assez de mou pour tâter son visage (c'était poisseux quelque part dans ses cheveux, là où elle avait reçu un coup sans doute) et le haut de son corps. Autour, elle sentait... des barreaux de métal. Elle était... attachée. Prisonnière. Non. Non, ça n'était pas possible. Ca, c'était impossible que ça recommence. Impossible. Elle était en plein cauchemar, et elle allait se réveiller. Elle se mit à hoqueter, cherchant l'air. C'était forcément un cauchemar. Ca ne pouvait pas, sous aucun prétexte, être réel. Elle n'avait quà... elle n'avait qu'à jouer le jeu, voir où ce mauvais rêve voulait l'emmener et il devrait bien se terminer à un moment. Les rêves étaient absurdes, ils n'avaient pas de sens. C'était pour cela qu'elle n'y voyait rien pour l'instant. Elle avait peur du noir alors son rêve ne lui donnait aucun éclairage.

Pour l'instant, la jeune fille était incapable de concevoir que son aveuglement était dû à son coup à la tête, et non pas à l'absence totale d'éclairage de la scène. Parce que rien de ce qui n'était en train de se passer n'était réel, si ce n'était peut-être la douleur inexplicable dans son moignon de petit doigt droit, celui qui résonnait en présence de magie noire. Mais tout était dans sa tête. Si ça avait été réel, le fait qu'elle soit aveugle lui aurait donné une attaque de panique et elle n'aurait plus été capable d'aligner une seule pensée cohérente.

Si c'était un simple cauchemar, en revanche, elle pouvait s'en sortir en étant simplement plus maligne. Voyons. Elle avait déjà été coincée dans un endroit sans pouvoir se servir de ses yeux. Si elle restait bien calme, elle pourrait faire appel à ses autres sens. Ca sentait la mort, c'était une chose. Juste un souvenir, ça. L'odorat était le sens le plus émotionnel, celui qui ramenait le plus aux souvenirs. Ca n'expliquait pas l'absence d'odeur d'humidité, mais bon, les cauchemars n'étaient pas rationnels, n'est-ce pas ? N'est-ce pas ? Il y avait une odeur de sang prononcée, métallique. OK. Et qu'entendait-elle ? Oncle Remus avait appelé d'autres personnes. Elle n'était donc pas seule dans ce cauchemar. Elle avait des alliés. C'était bien. Elle fit un effort pour se souvenir malgré sa tête douloureuse :


"Patmol ? Maryna ? Mar, est-ce que vous êtes dans mon cauchemar aussi ?"

Si elle écoutait bien, elle pouvait distinguer quatre respirations, en plus de la sienne. Oncle Remus, Patmol, Maryna et... son oncle avait appelé une quatrième personne mais sa mémoire lui jouait des tours. Dans tous les cas, ils étaient donc cinq. Il lui fallut plus de temps pour identifier l'autre bruit. Pas vraiment un sanglot, pas vraiment un gémissement, irrégulier. Ce souffle d'angoisse, c'était elle qui le produisait. Pouvait-on vraiment produire un son aussi atroce dans un cauchemar ? Le bruit mourut sur ses lèvres, laissant place à un silence angoissant tandis que son sang glaçait lentement dans ses veines. Et si c'était la réalité ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 443
Age : 22
Localisation : De retour à Poudlard
Age du perso : 15 ans
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 22 Juin - 16:51
[Maryna fait prévenir qu'elle n'aura probablement pas le temps de répondre, elle est en plein déménagement outremer/métropole française...]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
~+ SCÉNARISTE +~
Nombre de messages : 1536
Date d'inscription : 26/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Juin - 11:25
(Merci de l'avis Wink )

Le néant dans le sang
Patmol Black



Elle avait un sacré mal de crane ! C'était tout ce qu'elle pouvait dire. Immobile au sol, elle tentait de se remémorer ce qui c'était passé, pourquoi elle avait ce mal de chien qui la torturais. Elle était en train de faire un anévrisme ou de quoi du genre ? Allait-elle mourir couchée sur le sol de son bureau au département des Aurors ? Parce que c'était bien là qu'elle se trouvais, non ? Dans son bureau. Elle était debout devant un tableau sur lequel étaient affichées des photos des crimes du Semeur de cadavres, dos à la porte, quand une douleur atroce à la tête l'avait terrassée. Elle devait, par conséquent, se trouver sur le sol de son bureau. Malade. Il fallait qu'elle appelle à l'aide un de ses collègues ! Patmol gémit mais elle ne le sut pas. Aucun son ne sortie de ses lèvres. Elle ouvrit les yeux, les referma, les ouvrit, les referma. Incapable, trop mal. À ses oreilles lui parvint soudain la voix de Remus Lupin, l'ami de son père. Enfin, de l'aide ! Les lèvres de la jeune fille formèrent les mots "Au secours, Remus, aide-moi ... j'ai mal, j'ai mal !" Mais rien ne sortie de sa bouche. Aucun son. Cette fois, la sorcière ouvrit les yeux pour de bon. Elle savait avoir parlé, mais elle n'émettait aucun son. Lentement, trop souffrante pour bouger rapidement, Patmol tourna la tête pour regarder ce qui se trouvais autour d'elle. Elle était assise au sol, dans une cage, sa cheville gauche attachée par une longue chaîne rouillée. Au centre, une grande cage. À sa gauche ... Malka ! Mais ... Le prénom de la jeune fille se forma sur les lèvres de Patmol, muettes. Puis, les cris de Remus Lupin lui firent tourner rapidement la tête, provoquant un étourdissement. Le Maraudeur était écroulé au sol, souffrant et se tenant la main. L'Auror tenta de se lever, chuta en avant, marcha deux trois "pas" sur ses genoux pour parvenir aux grilles de sa cage, puis se releva lentement en s'agrippant. "Remus ! Qu'est-ce qu'il y a ? " cria t'elle dans un cri muet. Que ce passait-il ici ? Ou étaient-ils ? Ce pouvait-il que ... impossible ! Comment est-ce que le Semeur de cadavre serait entré au Ministère de la Magie sans se faire voir, pour l'attaquer et l'enlever ? Comment ? Mais, il y avait bien assassiné le Ministre de la Magie au sein même du Ministère.

Le coeur bondissant, Patmol regarda à sa droite. Maryna Parker s'y trouvais enfermée, elle aussi dans une cage, inconsciente. Merde. Un peu plus loin, près de Remus, gisait une jeune fille inconnue, elle aussi sans connaissance. Ok. Penser. Sortir d'ici. Jetant un regard en direction de Malka, qui semblait "ailleurs", Patmol s'accroupie et agrippa le collier de métal qui lui encerclait la cheville. Elle secoua la chaîne avec fébrilité, gémissant à cause de son mal de tête, essayant d'ouvrir le mécanisme. Sans succès. Sa baguette ! Ou était sa baguette ? Ses mains se portèrent immédiatement à sa ceinture mais ne trouvèrent rien.

* Accio baguette ! *

Pendant qu'elle regardait autour d'elle, cherchant sa baguette des yeux, elle entendit un bruit de chaîne sur sa gauche.Elle regarda et vit que Malka venait de se défaire d'une de ses chaînes ! Patmol se redressa, regardant sa soeur avec ferveur. Go, elle pouvait se libérer ! Des encouragements muets sortaient de sa bouche. Et pas de trace de sa baguette magique. Merde. Elle ne devait pas être ici.


Péroline Vaupré



Péroline, étudiante de sixième année de Poufsouffle, était inconsciente sur le sol. Elle se trouvais près des serres, occupée à préparer son examen de Botanique, quand quelque chose l'avait frappé à la tête. Elle s'était écroulée comme une bûche, sentant à peine l'herbe venir caresser sa joue. Et maintenant, que la douleur. Elle avait si mal ! Pourquoi ? Dans la noirceur qui la recouvrait, elle entendait des voix. Celles de ... du Professeur Remus Lupin. Celle de ... c'était ... Malka Black ? Oui, sûrement. Elle ne la connaissait pas beaucoup, mais il lui semblait que ... Un gémissement de douleur, des yeux qui s'ouvrirent. Elle était couchée au sol, sa joue collée contre la pierre sale. Devant elle se trouvais une jeune femme rousse, qui tentais de se relever aux barreaux de sa cage. De sa .... cage ??? De ... Péroline tenta de se relever et en fut incapable. Elle réalisa alors qu'elle ne sentais plus ses jambes et un son étouffé sorti de sa gorge; mi-pleurs mi gémissement de désespoir.

" Je ... je ne sent plus mes jambes ! Je ... ou on est ? Ou on EST !!! "

Elle paniquais. Solide. Un peu à gauche de la femme rousse, se trouvais Malka Black. Attachée au mur, elle avait les yeux fermés et ... et une de ses chaînes venait de se détacher. Ce fait donna un espoir fou à Péroline qui gémit avant de se mettre à ramper au sol avec difficulté. Maintenant, elle pouvait voir le Professeur Lupin, assied au sol de sa cage et aussi attaché. Il se tenait la main.

" Professeur Lupin ! Qu'est-ce qui se passe ? "

Son cerveau refusait de croire à l'évidence. Elle ne voulait pas voir les outils de torture, ni la table ensanglantée, ni les morceaux de chair, ni rien ! Elle voulait pas y croire ! Elle n'était pas la prisonnière d'un fou !

Codage par Libella sur Graphiorum


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Herman Faussecreth
~+ CIVIL(E) +~
Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 19/06/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Juin - 12:17
Le néant dans le sang


Il avait réussit. Il avait réussit à mettre la main dessus. Sur la blondinette. Celle qu'il avait vu à Sainte-Mangouste et qui avait provoqué chez lui une obsession particulière. Cette adolescente ressemblait à Sacharissa. Sacharissa, sa petite soeur adorée. Souillée par ce stupide Auror à deux sous. Sacharissa, la première qui avait éveillé en lui une passion sexuelle morbide. La blondinette hantait ses fantasmes depuis qu'il l'avait vu. Il la voulait. Il avait bien pensé à son plan puis il avait frappé. Elle était toute seule, démunie, près de ce Lac Noir sur le terrain de la sacro école de sorcellerie qui l'avait rejeté. Lui. Et il l'avait prise. Herman avait dut se retenir pour ne pas la violer là, immédiatement, lui enserrant le cou et la lacérant de toutes parts. Pas ici. Il devait se retenir. Alors, pour contrer la puissance de son désir, il avait aussi fait prisonnier une fille près des serres, une autre près de la volière  et un type sur une des îles. Il les avaient amenés dans sa salle de torture personnelle, dans la cave du Manoir de ses parents. Il l'avait voulu. La blondinette. Mais, elle était toujours inconsciente et il voulait saisir l'horreur avant de la replonger dans le néant. Alors, il était ressorti, maudissant son père pour l'avoir laissé enfermé à Sainte-Mangouste. Pour ce venger, il était retourné au Ministère de la Magie. Il allait agir sous son nez. Sous son nez d'hypocrite.
Et il avait enlevé une belle petite rousse, qui observait les photos de ses précédents "crimes". Ha. Ha, une de ses fans ! Il adorait ses fans. Elle allait avoir du plaisir.

Le Semeur de cadavres avaient enchaînés certaine de ses victimes, avant de les laisser seuls. Il avait faim. Il lui restait un ou deux morceaux de choix. Posant les restes des baguettes magiques de ses proies sur la table, il s'était ensuite dirigé en direction du comptoir réfrigéré. qu'il avait ouvert en chantonnant. Un sourire malsain était né sur ses lèvres et sa main s'était saisi d'un pied, posé là sur la grille. Il avait levé le pied jusqu'à son nez, l'avait senti comme on le ferait avec du chocolat, avait à nouveau souri, puis avant mordu dans le pied sans plus cérémonie. Délicieux. Mâchant méticuleusement la chair froide, il s'assied à la table de la grande cuisine vide. Tout était silencieux dans le Manoir Faussecreth. C'était paisible. Herman arrachait une des orteils du pied quand un bout de baguette bougea sur la table. Son regard malade se posa sur ces dernières,
un sourire vint sur sa bouche et il se releva. Ses invités, ou du moins un d'entre eux, étaient réveillés. Tant mieux, parce que ce pied commençait à être passé date !

" Ha. Enfin. "dit-il simplement

Essuyant ses mains sur un torchon, laissant le sang couvrir le contour de sa bouche, Herman sortie de la cuisine avant d'emprunter un long escalier de pierres, qui le mena devant une porte brune en bois. Le Semeur de cadavres s'essuya la bouche sur sa manche, replaça ses cheveux, puis poussa la porte en chantonnant. Il était heureux. Dès qu'il entra, il jeta un regard sur les cages. Quatre de ses proies étaient réveillées ! La joie. Et, la blondinette ... ha. Elle avait réussit à se libérer de ses chaînes. Comment ? Il ne le savait pas. Mais, ça n'avait pas d'importance. Il afficha un sourire presque affectueux avant de se diriger vers la cage dans laquelle se trouvais Malka, chantonnant toujours.

" Hey, bonjour toi ... tu te souviens de moi ? Moi, je me souviens très bien de toi, petite blondinette jolie. Tu as aimé la tête que j'ai laissé à Sainte-Mangouste ? Hum ... ça t'a plu ? Ça t'a excitée, hum ? "

Herman eu un petit rire avant de reporter son regard sur ses autres victimes. Le type était assied et se tenait la main. Haha. C'était un loup-garou, il le savait pour l'avoir épié. L'homme lui fit un clin d'oeil presque complice avant de lever l'index et de l'agiter de gauche à droite, comme on le ferait avec un gamin turbulent.

" Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n'y est pas ... " chantonna t'il tout en s'approchant de la cage dans laquelle se trouvais Patmol

" ... si le loup y était, il nous ...

" ... MANGERAIS ! "

Il se précipita sur la cage, agrippa la tête de Patmol et la rapprocha rapidement contre les barreaux, lui frappant durement le nez contre un d'entres eux. Il fixa Patmol en souriant langoureusement, sa main plaquée derrière sa tête. Lentement, il lui lécha le sang qui lui coulait du nez en soupirant comme s'il dégustais un vin de grand cru. Aussi vivement qu'il l'avait capturé, il relâcha sa proie pour se diriger vers la fille couchée au sol. Ses jambes semblaient avoir prises une drôle de position. Ho, elle ne pouvait plus bouger ? Intéressant. Herman s'accroupit devant Péroline et la regarda comme s'il s'agissait d'une plante quelconque. Une étrange plante. Il lui fit un sourire en coin avant de lui dire :

" Et toi, petit chat ... tu as les jambes brisées ? Tu veux que je soignes ... hum ? "

Il avança la main pour caresser presque tendrement les cheveux de Péroline. Il garda les mains dans sa chevelure quelques secondes, la caressant, avant de subitement l'empoigner. Il renversa sa tête en arrière avant de lui relâcher. Il se releva par la suite, jetant un regard vers la fille inconsciente. Hum. Était-elle déjà morte ? Non, elle respirait. Bien. Il aimait jouer avant de donner la mort. Herman fini par reporter son attention sur la blondinette. Si délicieuse ! Avec un sourire, chantonnant toujours une vague mélodie, Herman inséra une lourde clé dans la serrure de la porte de la cage de Malka. Quand la porte s'ouvrir, elle grinça sur ses gonds.

" Coucou ... allons, viens ici "

Le Semeur de cadavres avança vers Malka d'un pas lent, son regard rivé sur elle. Elle était peut-être détachée, mais il allait quand même l'atteindre. Plaquer son corps contre le mur, lui lacérer la joue, lécher son sang frais qui s'écoulerait, lui ... lui faire des choses, presque la posséder mais pas encore. Faire monter la tension, l'excitation, le désir. Le jeu ne faisait que commencer. Ne rien précipiter.

" Viens que je te goûte, blondinette "

Lentement, Herman sortie un couteau à cran d'arrêt de sa poche avant de l'ouvrir dans un clic.

" Fallait pas enlever tes chaînes ... ça enlève du piquant. "
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Remus Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 538
Localisation : Avec ma louve
Age du perso : 46 ans
Fonction : Professeur de Défenses contre les Forces du Mal
Vice-Directeur de Poudlard
Directeur de Griffondor
Patronus : Loup
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Juin - 12:44
Le néant dans le sang
Remus ne bougea pas quand Malka s'adressa à lui, pour la simple et bonne raison qu'il ne l'entendit pas. Cependant, il remarqua les mouvements qui provenaient de sa cage et il tourna les yeux dans sa direction. Elle était éveillée ! Immédiatement, gémissant de douleur, le loup-garou se releva et se rapprocha des barreaux de sa cage, sans cependant y toucher.

" Malka ! Malka, écoutes-moi. Tout ira bien. On trouvera un moyen de sortir d'ici, restes calme "

D'autres mouvements accrochèrent son regard. Remus porta donc son attention sur Patmol, qui venait de se redresser. Elle ouvrait la bouche, parlant ... mais aucun son ne sortais de ses lèvres. Évidemment, Remus était sourd. Il ne pouvait donc pas savoir que Patmol, elle, était muette. Il cru donc qu'il ne parvenait juste pas à l'entendre et s'efforça de lire sur ses lèvres. Ce n'était pas facile à faire ! La jeune femme parlait vite.

" Patmol ... parles plus lentement. Je n'entends rien. Je vais essayer de lire sur tes lèvres "

Le lycan l'observa en train de tenter de détacher la chaîne qui lui retenais le pied avant de regarder en direction de Miss Vaupré qui rampait au sol, le regard fixé au sien. Elle lui parlait. Mais, il n'entendais rien. Pour la rassurer, il lui dit simplement :

" Miss Vaupré, ça ira. Demeurez calme, on sortira d'ici "

Comment, il n'en savait rien. Mais, ils sortiraient. Un regard vers Maryna, toujours inconsciente. Au moins, elle respirait.
Remus pouvait voir son dos se soulever. Du coin de l'oeil, il remarqua un autre mouvement qui lui fit tourner la tête. Malka venait de se libérer de ses chaînes ! Un sourire marqua son visage fatigué et il s'exclama :

" Bravo ! Bravo, Malka ! Essaie d'atteindre la table à ta gauche, tends le bras ... il y a peut-être des outils pour couper les chaînes des autres ... ou les barreaux "

La porte de la pièce s'ouvrit. Remus tourna la tête et ... le vit. Le Semeur de cadavres. Il souriait et disait des paroles que Lunard n'entendait pas. Il était jeune. Il se baladait de cages en cages, regardant ses prisonniers d'un air débonnaire et mauvais. Automatiquement, comme s'il venait d'y penser -- ce qui était le cas -- le sorcier porta la main à sa poche pour tâter ... le vide. Sa baguette ne s'y trouvais plus.

* Accio baguette *

" Ne l'approchez pas !!! " crie t'il quand le Semeur agrippa Patmol

Ou était sa baguette ? Ou ? La réponse lui vint quelques instants plus tard lorsque deux bouts de bois firent leur apparition,
flottant dans l'air et venant se poser près de lui, au sol de sa cage. Deux bouts. Sa baguette magique avait été brisée et était donc inutilisable. Remus senti presque son coeur cesser de battre tellement la vision de sa baguette inutile lui brisais l'âme.
Pour un sorcier, sa baguette était presque le prolongement de lui-même. Remus poussa un juron; ce qui lui arrivait que très rarement, avant de reporter son attention sur le Semeur de cadavres qui ... qui entrait maintenant dans la cage de Malka !

" NON ! " hurle t'il

S'il pouvait juste ... juste trouver un moyen de sortir d'ici ! Remus retira son veston et enroula sa main libre dedans. Il put ainsi agripper la chaîne d'argent sans se blesser et il tira dessus de toutes ses forces.

" LÂCHEZ-LA ! "

Malka ne semblait pas voir le danger arriver vers elle. Elle ... elle ne voyais rien ?

" MALKA, IL EST DEVANT TOI, À DIX PAS "


La chaîne bougeait de son socle. Remus, en tant que Loup-Garou, était doté d'une force phénoménale. Une force qu'il ne se servait que peu souvent, parce que cela réveillait en lui la bête. Et il détestais ça. Lâchant un cri rauque, Lunard tira à nouveau et, cette fois, la chaîne se détacha du mur. Il enveloppa son autre main dans son veston avant de les poser toutes deux sur les barreaux. Il allait les séparer, faire un espace, passer entre les deux ...

" Malka, j'arrive ! Cinq pas ! "

Il gonfla ses muscles et tenta de séparer les barreaux qui le retenait prisonnier.

Codage par Libella sur Graphiorum




__________
Époux de Amélia Potter
Père de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-père de Isac & Sarah
Co-propriétaire de la boutique Les Maraudeurs
Professeur de Défenses contre les forces du mal 
Directeur de Griffondor & Vice-directeur de Poudlard
Loup-Garou de son état
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 443
Age : 22
Localisation : De retour à Poudlard
Age du perso : 15 ans
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Juin - 15:58
Oncle Remus et un fille parlaient, et à en juger par leurs voix, ils n'étaient pas très éloignés d'elle. Miss Vaupré, d'après Oncle Remus. Malka s'efforça de se concentrer, pour "pousser" leurs voix vers Julianne. C'était important de lui donner un panorama aussi complet que possible de la situation. Les noms de Patmol et Maryna, quant à eux, avaient été appelés, mais elles n'avait pas pris la parole. Est-ce qu'elles allaient bien ? Impossible de le savoir. Tout ce qu'elle pouvait faire était de respirer calmement, et de se concentrer sur Julianne pour partager ses sensations, et trouver un maigre échappatoire dans l'odeur d'herbe fraîche qui lui parvenait vaguement.


Une table, à gauche. Malka se leva, les jambes flageolantes et se déplaça donc vers sa gauche, suivant les barreaux de... de quoi exactement ? Une cellule ? Un cachot ? Bref, elle se glissa lentement vers sa gauche jusqu'à arriver dans un coin, et de là, tendit le bras aussi fort qu'elle le put à l'aveuglette.

"Où, Oncle Remus ? Je n'y vois rien. Je crois que je suis... aveugle."

Le dire c'était le rendre réel, mais elle n'avait pas le choix. Les autres aussi étaient entravés, apparemment, et elle était libre de ses mouvements, donc, elle devait agir, yeux ou pas. Ne pas céder à la panique, et bouger sa main méthodiquement, même si pour l'instant, elle ne rencontrait que du vide. Des outils qui coupaient, à côté de cachots ? Il fallait qu'elle continue de respirer calmement, même si l'angoisse lui nouait la gorge. Elle avait peu d'indices sur son environnement mais ceux-ci n'étaient pas du tout rassurants, et lui dessinaient un scénario qui n'était que trop familier.


Malka laissa retomber son bras et se plaqua au fond de sa cage, parfaitement immobile, tous les sens aux aguets. Une porte venait de s'ouvrir, il y avait des bruits de pas et... quelqu'un chantait. Un homme, avec une voix... jeune ? C'était dur à dire. Un homme qui dans tous les cas, s'adressa directement à elle. Merlin ! Son coeur rata un ou deux battements. Il la connaissait ? La tête de Sainte-Mangouste. Elle était vraiment prisonnière du semeur de cadavres. Merlin lui vienne en aide ! Elle avait le don d'être toujours au mauvais endroit au mauvais moment, et... est-ce que ça l'avait excitée ? Ce type était complètement malade. Fou à lier. Et il semblait qu'il pense à elle... sexuellement. La simple idée révulsait l'adolescente de quinze ans. Elle n'était pas encore très au point sur le sexe mais assez pour reconnaître un pervers. S'il lui en voulait personnellement, qu'allait-il lui faire ? A l'idée de finir non seulement torturée mais violée, une nouvelle vague de terreur fraîche l'envahie et elle se sentit trembler, obligée de s'appuyer contre les barreaux dans son dos pour garder son équilibre. Jamais personne n'avait abusé d'elle sexuellement pendant sa captivité chez les Deux Grands. D'abord parce qu'elle n'avait que dix ans à l'époque. Et puis aussi parce qu'elle avait appris en écoutant se qui se passait dans les cellules voisines que la virginité avait de la valeur pour les rituels sataniques des Grands. Là-bas, on vous protégeait jusqu'à ce qu'on vous utilise et alors c'était trop tard, les victimes mourraient de toute manière. Ici... elle n'était plus une enfant, et cet homme n'avait apparemment aucun autre but que de faire souffrir.


Respirer. A l'entendre, il s'était un peu éloigné d'elle, alors, avec tout le courage dont elle était capable, elle s'obligea à rentrer de nouveau dans son moi intérieur et à se concentrer sur la connexion avec Julianne. Lui transmettre la voix du Semeur de Cadavres. Le cri de Patmol, l'odeur de sang, soudain plus forte. Elle était quasiment certaine que sa terreur devait colorer ses sensations et ce qu'elle parvenait à transmettre à Julianne, mais c'était mieux que rien.


Ce fut le hurlement de son oncle qui la fit revenir dans le moment présent. La voix du Semeur était si proche... Elle dut faire un effort pour inspirer, ouvrant la bouche pour forcer l'air à passer. L'entendre lui parler de "la goûter" lui donnait envie de vomir. Que faire ? Fallait-il parler à un type pareil, entrer dans son jeu ? Ou résister ? Ce genre de personne aimait faire peur, alors si elle arrivait à se tenir, qu'arriverait-il ? Ralentirait-il, déstabilisé ? Ou bien forcerait-il encore plus fort, pressé d'obtenir sa terreur ?
Elle entendit un déclic qui n'augurait rien de bon et s'agrippa de la main gauche aux barreaux dans son dos pour ne pas tomber, tant la peur la faisait trembler. Cinq pas, disait Oncle Remus. Calqué à la hauteur d'où sa voix lui parvenait... Elle l'avait déjà fait, quand elle s'était sentie attaquée, mais cette fois-là, ça avait été spontané. Elle devait réussir à le refaire. Y mettant toute la volonté qu'elle pouvait, elle brandit sa main droite devant elle, espérant envoyer un jet d'eau bouillante au visage de son agresseur.

[Lancé de dé : échec]

Rien. Pas de hurlement de douleur, pas de clapotis d'eau retombant. Il n'y avait rien du tout. La panique l'empêchait de se concentrer correctement. Faire quelque chose, quelque chose, n'importe quoi d'autre, avant que le monstre ne lui tombe dessus. Elle était affreusement consciente de n'être qu'en maillot de bain : mince armure. Oncle Remus arrivait-il vraiment, ou avait-il dit cela pour la rassurer ? Pas le temps de tergiverser, il fallait gagner de temps. Elle n'était pas attachée, ce qui le contrariait parce qu'il ne l'avait pas prévu. Ca, c'était à son avantage. La main toujours tendue devant elle dans un geste de protection, elle inspira et s'efforça d'articuler le plus fermement possible malgré son corps qui tremblait comme une feuille :

"Reculez !"


Elle sentait presque sa chaleur sur sa paume. S'il s'approchait encore, elle lui enfoncerait les doigts dans les yeux. Peut-être que les notions de self-défense dispensées par Sirius allaient finalement servir. 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
~+ SCÉNARISTE +~
Nombre de messages : 1536
Date d'inscription : 26/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Juin - 10:07
Le néant dans le sang
Patmol Black




Patmol était dans tous ses états. Elle hurlait à Faussecreth de ne pas toucher à sa soeur tout en se lançant contre les barreaux de sa cage. Si elle l'avait put, elle l'aurait étranglé de ses mains. Pourquoi est-ce qu'elle n'était pas animagus comme son père ? Elle aurait put se transformer en veuve noire et aller l'empoisonner ! Et cette maudite chaîne ! Merde ! La jeune femme tenta de se calmer -- ça ne servait à rien de s'éppoumonner puis, de toute manière, elle était muette. Elle criait donc pour strictement rien sauf pour se briser la gorge. Elle sentais déjà, d'ailleurs, le sang lui couler dans la gorge. Il valait mieux se calmer, garder ses énergies et ... et quoi ? Quand la sorcière vit la baguette du Professeur Lupin arriver, brisée, des larmes se mirent à couler sur ses joues. Ho non ! Non, non, non ! Okay. Okay.

* Respire, Patmol, respire ! * se dit-elle

Le semeur de cadavres approchait de plus en plus de Malka et il venait de sortir un cran d'arrêt. Ho non ! Il allait découper Malk ! Que ferait son père, hein ? Il se transformerait en chien et baverait partout à force de rager. Ça n'aiderait pas. La sorcière leva le regard vers le plafond en quête d'une faille dans la cage, mais les barreaux montaient jusqu'au plafond. À ce moment, un cri survint. Patmol vit le Semeur de Cadavres chuter au sol, en douleur. Malka avait fait quelque chose ? Mais quoi ? Pat n'avait rien vu ! En tout les cas, elle se mit à sautiller sur place en voyant sa soeur sortir à tâtons de sa cage et se rendre vers celle du Professeur Lupin. Iiiiiiiiiiiiiiiiii ! Viiiiiiiiittteeeeee ! Le Semeur se relevait en gémissant. Viiiiiiiiitteeeee ! Un nouveau déclic se fit entendre ... la cage du Professeur Lupin était ouverte ! Mais co ... Malka avait volé la clé ? Patmol baissa les yeux sur les outils de torture qui étaient tombés au sol quand Malk était entrée dans la table. Il y avait des tenailles juste là ... et une sorte de "maillet" clouté. Si elle pouvait les atteindre ... elle pourrait lancer le maillet au Semeur, qui était maintenant debout et couper sa chaîne et ... peut-être ses barreaux ? Il fallait espérer.

La rousse s'accoupit avant de passer le bras entre deux barreaux. Elle s'étira le plus possible pour atteindre le maillet.



Elle le tenait, elle le tenait ! Rapidement, Patmol se releva, son arme à la main. Bien viser. Il suffisait simplement de bien viser. Espérons que ses réflexes de Poursuiveuse soit encore bon. Ce serait difficile avec les barreaux, mais elle devait tenter sa chance. La sorcière tira son bras en arrière, visa et s'élança de toutes ses forces.



Un cri de joie muet sortie des lèvres crevassées de Patmol. Le maillet clouté avait frappé le Semeur en pleine tête et il venait de tomber au sol à nouveau. Il ne bougeait plus. Espérons qu'il soit mort ! Okay. Les cisailles ! Patmol s'accroupit à nouveau et retendit le bras pour attraper les longs ciseaux de métal rouillé.



Elle avait beau tendre le bras le plus qu'elle le pouvait, il n'y avait rien à faire. Elle touchait aux cisailles du bout des doigts mais tout ce qu'elle faisait c'était les éloigner un peu plus d'elle. Pas moyen de les tirer vers elle.

" Merde " dit-elle silencieusement

Malka allait donner les clés au Professeur Lupin. Il viendrait la tirer de là. Comment ferait-on pour soulever à la fois Péroline et Maryna ? Serait-il assez fort pour les prendre chacune sur une épaules ? Lentement, Patmol se releva et regarda avec anxiété en direction du Semeur et des deux prisonniers qui venaient de se libérer.

Péroline Vaupré



Péroline se trouvais toujours au sol, les larmes coulant sur ses joues. Elle ne sentais plus ses jambes. Elle ne sentais plus rien en bas du nombril. Elle était paralysée. Paniquée, elle observait ce qui se passait en dehors de sa cage et elle ne pouvait qu'hurler "NON" avec une impuissance risible. Le fou s'avançait vers Malka et il allait la découper sous leurs yeux. Ce serait affreux. La Poufsouffle ne voulait pas voir ça, alors elle ferma les yeux de toutes ses forces en gémissant. Elle rêvait. C'était un cauchemar. Juste un cauchemar. Rien de plus. Les cris du Professeur Lupin n'existaient pas. Maryna, inconsciente dans la cage à côté n'existait pas. Pas plus que le bruit de chute et le cri de douleur du ... Péroline ouvrit les yeux. Le méchant était écroulé au sol et Malka ... Malka venait de sortir de sa cage !

" Mon Dieu ! MON DIEU ! OUI ! "

Il fallait qu'elle se sauve et qu'elle aille chercher du secours pour eux. Si, au moins, Malka pouvait se sauver ! Mais, elle ne semblait rien voir. Elle ne voyait rien. Elle fonça droit dans une des tables de torture, faisant chuter les outils atroces qui s'y trouvaient. Comment Malka allait pouvoir sortir d'ici et chercher du secours si elle n'y voyait rien ? L'optimisme de Péroline chuta d'une traite et de nouvelles larmes roulèrent sur ses joues pâles. Déjà, le Semeur de Cadavres se relevait ... Malka avait beau voir réussit à ouvrir la cage du Professeur Lupin, est-ce que ce serait suffisant ? Puis, soudain .... un maillet clouté et la chute du dingue.

" Tu l'as eu ! Il est mort, il est mort ! Ho mon Dieu, IL EST MORT !!! "

Ils allaient sortir maintenant ! Tout irait bien ! Les larmes furent remplacées par un immense sourire.

Codage par Libella sur Graphiorum


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maître du Jeu
~+ SCÉNARISTE +~
Nombre de messages : 57
Localisation : partout
Age du perso : Aussi vieux que le temps lui même...
Fonction : Maître du jeu / modérateur.
Date d'inscription : 06/12/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Juin - 10:18
Le néant dans le sang
Félicitations!


Le Semeur de Cadavres étant sérieusement assommé (je ne vois pas comment il pourrait se relever avant que vous sortiez de là), vous êtes tous libres !

Date de la libération : 25 juin (ainsi Julianne et Guenièvre seront dehors en train d'inspecter les lieux pour entrer)

Herman, Remus & Malka, en tant que seuls joueurs actifs, vous avez chacun un post pour décrire votre sortie Smile

Bravo ! Aux prochaines victimes, maintenant ...
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 443
Age : 22
Localisation : De retour à Poudlard
Age du perso : 15 ans
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 10 Juil - 22:32
Elle marchait toujours à l’aveuglette, terrifiée mais soutenue par une formidable vague d’adrénaline, lorsqu’il y eu un « thump » violent, suivit du bruit d’un corps qui s’écroule. Elle se figea. Qui ? Qui était tombé ? Est-ce que le Semeur venait de faire du mal à quelqu’un ? La tension était telle qu’elle sentait ses muscles trembler. Où aller, où se réfugier ? Elle se sentait complètement prise au piège. Elle ne savait même pas d’où venait le danger.




Elle attendit donc, pétrifiée, si concentrée sur ce qu’elle pouvait entendre qu’elle était presque assourdit par les battements de son propre cœur en panique, quand les cris de la fille inconnue (Miss Vaupré ?) retentirent. Le Semeur était mort ? Mort ? Il n’allait pas la toucher, elle allait sortir d’ici, elle allait revoir le soleil ? Malka se remit à trembler de plus belle, de soulagement cette fois.



La suite était embrouillée. Oncle Remus était sorti, il avait volé les clés au meurtrier inconscient, libéré les autres, s’était organisé avec Patmol pour transporté les personnes qui ne pouvaient pas marcher. Malka n’était pas trop sûr de l’état des autres, mais pas vraiment en état non plus de s’en inquiéter trop en cet instant. Attendre dans le noir qu’enfin son groupe se dirige vers la sortie, dans l’angoisse sourde que le cauchemar ne soit finalement pas terminé, que l’affreux ressuscite peut-être, lui avait semblé interminable. Le trek de sortie, accrochée à la robe de son Oncle, toujours aveugle, à tâter les pierres éboulées qu’elle devait parfois enjamber à quasi quatre pattes, avait semblé duré des heures. Elle était incapable de sentir sa main, du côté où elle s’était coupée à l’avant bras. Elle avait senti sa blessure goutter (ou plus ? c’était difficile de juger sans voir) tout le long et était terrifiée à l’idée que le Semeur se mette soudain à la suivre à la trace grâce à la traînée de sang qu’elle avait dû laisser derrière elle.




Et puis enfin, l’air frais dans ses poumons, de l’herbe sous ses pieds nus. Le soleil n’était pas assez chaud pour la réchauffer, elle qui grelottait désormais franchement (était-ce la peur ? la perte de sang ? le fait qu’elle ne porte qu’un maillot de bain ?). Mais malgré ses yeux aveugles, elle pouvait percevoir la lumière, comme des tâches oranges sur l’océan de noir. Enfin. Elle ne mourrait pas enterrée vivante, et personne ne lui ferait de mal. Sur cette réalisation, elle lâcha la robe de son oncle, tituba sur quelques mètres, et se pencha en avant pour vomir. Maintenant, elle pouvait s’autoriser à avoir mal à la tête. Elle était en relative sécurité, et l’impérieuse nécessité de mettre un pied devant l’autre n’avait plus lieu d’être. Etourdie et déséquilibrée, elle se laissa tomber sur les fesses. Voilà, elle était bien. Libre. Consciente. Quelqu’un allait venir l’aider et si personne ne venait, et bien tant pis. Elle n’avait plus d’énergie, elle se sentait vidée d’un coup. Elle avait fait de son mieux, et elle allait survivre encore. C’était tout ce qui importait pour l’instant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Remus Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 538
Localisation : Avec ma louve
Age du perso : 46 ans
Fonction : Professeur de Défenses contre les Forces du Mal
Vice-Directeur de Poudlard
Directeur de Griffondor
Patronus : Loup
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 11 Juil - 14:50
Le néant dans le sang
Le lycan tirait sur les barreaux de sa cage de toutes ses forces. Le sang lui battait aux oreilles et, au lieu du silence habituel, il entendait maintenant un genre de grondement. Ce n'était pas douloureux et il n'avait pas le temps de se questionner s'il s'agissait d'une bonne nouvelle ou pas. Il devait sortir d'ici et venir en aide à Malka, Malka qu'il n'entendit pas lui dire qu'elle était aveugle. Il poussa un grognement d'effort, tira un peu plus sur l'argent des barreaux, qui s'incurvaient sous les muscles du loup-garou. Remus s'arrêta, effoufflé, et regarda le fruit de son travail. Il pourrait passer. À peine mais il croyait pouvoir y arriver. Il allait se faufiler quand Faussecreth fut prit d'une sorte de "crise". Effectivement, le pervers venait de s'écrouler au sol. Remus en profita pour tenter de se faufiler entre les barreaux.

C'était serré. Lunard grogna, son dos appuyé durement contre les barreaux d'argent, l'arrière de sa tête se brûlant contre le métal nocif pour les membres de son espèce. Il souffrait le martyr mais il devait absolument sortir de la cage. Le sorcier se pencha sur le côté, hurla, se secoua un peu puis chuta au sol en dehors de sa cage pratiquement au moment ou Patmol parvenait à assommer le Semeur de cadavres avec le maillet -- ou un truc du même genre. Gémissant, le Maraudeur parvint à se relever et, levant les poings pour se battre, il remarqua alors que leur goelier était par terre. Assommé. En tout les cas,il ne bougeait plus. Remus laisse échapper un soupir de soulagement avant d'abaisser ses poings.

" Malka, ne bouge pas. Il semble assommé. "

Lentement, Remus s'approcha du Semeur prêt à réagir au moindre mouvement du mage noir ... ou du fou furieux. Il ne bougeait pas. Avec précaution, ne le quittant pas du regard, le sorcier se pencha pour fouiller dans les poches de Faussecreth. Il en tira des clés. Lentement, il se redressa avant de se précipiter en direction des cages. Il ouvrit celle de Patmol, trouva la clé de sa chaîne et la libéra. Il se rendit ensuite à la cage de Péroline Vaupré, qu'il libéra aussi. La jeune fille ne pouvait plus marcher. Et il restais Maryna Parker qui, elle aussi, était inconsciente. Okay. Remus alla ouvrir la cage de cette dernière et se pencha pour la prendre sur une de ses épaules. Il allait faire de même avec Miss Vaupré. En tant que loup-garou, il en avait la force. Même affaibli par l'argent. Bon, ses forces étaient moindres ... mais il pouvait au moins les sortir d'ici et transplaner avec elles. En tout les cas, Remus le croyait.

" Patmol, ta soeur semble aveuglée. Guides là vers la sortie et suivez-moi ! "

Maryna sur une épaule, Remus se rendit dans la cage de Péroline, se pencha avec un grognement avant de la hisser elle aussi sur son épaule libre. Elles étaient plus lourdes qu'il ne l'avait crut mais il allait y arriver. Il le fallait de toute manière. Heureusement qu'il y avait la potion anti-lycanthrope parce que son corps n'aurait peut-être pas put y parvenir s'il avait subit encore plusieurs années de transformation. Remus se redressa, jugea un peu ses jambes, jeta un regard en direction de Faussecreth - toujours inconscient -- puis fit signe à Patmol de le suivre.

L'homme utilisa la clé pour ouvrir la porte de la cave avant de gravir les escaliers. Ce fut ardu de se faufiler entre les diverses ruines mais, Merlin seul savait comment, ils y parvinrent.

Une fois dehors, Remus prit le temps de déposer son fardeau au sol. Ses épaules le faisaient souffrir. L'arrière de sa tête semblait en feu. Ses mains, brûlées par l'argent, étaient des zones de souffrance mais ils étaient libres. Malka vomissait.
Patmol lui frottait le dos. Ils ne pouvaient pas demeurer ici longtemps. Le Semeur allait finir par se réveiller.

" Nous devons tr ... "

Remus s'interrompit. Il venait d'apercevoir du mouvement dans les bois.

Codage par Libella sur Graphiorum




__________
Époux de Amélia Potter
Père de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-père de Isac & Sarah
Co-propriétaire de la boutique Les Maraudeurs
Professeur de Défenses contre les forces du mal 
Directeur de Griffondor & Vice-directeur de Poudlard
Loup-Garou de son état
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Julianne VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
Nombre de messages : 2049
Age : 41
Age du perso : 28 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Guérisseur itinérante
Patronus : Serpent
Date d'inscription : 22/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Juil - 21:01
Le néant dans le sang
Un craquement soudain dans le calme de la campagne anglaise fit se soulever une nuée d'oiseaux qui décolèrent en piaillant. Apparaissant au milieu des arbres, en compagnie de Guenièvre Lakers que j'avais amenée ici, je lui lâchai le bras avant de faire quelques pas en direction d'un rocher recouvert de mousse. Je replaçai mes cheveux derrière mon oreille droite, mes yeux parcourant les lieux à la recherche d'un point d'eau. C'était ce qu'il y avait de plus embêtant avec la magie avalonienne, elle demandait de l'eau en quantité suffisante pour être invoquée. Hors, ni Guenièvre ni moi n'étions élémentaliste d'eau. L'air et le feu. Nous pourrions faire un immense bûcher au feu éternel, un lance-flammes de l'enfer ... mais de l'eau. Haha. Malka, par contre ... mais, il était hors de question de lui faire utiliser son élément à ce point, alors qu'elle devait être passablement affaiblie. Il me fallait donc agir autrement. Portant la main au médaillon de Merlin, j'utilisai la discipline de l'augure.



Presque immédiatement, ma vision changea. Je percevais les auras mystiques de toutes choses; oiseaux, petits animaux et mêmes arbres. Oui, les végétaux dégageaient aussi des auras. Tout ce qui est vivant possède une aura. Près de moi, celle de Guenièvre Lakers était d'un rouge flamboyant parsemée de jaune. Elle était en colère et elle était inquiète. Je regardai autour de moi, concentrée, lorsque soudain ...

" Ils sont ici " dit-je

Juste un peu plus loin. Je me mit à marcher, focusant mes sens sur les auras que je percevais. Une était sombre striée de rouge ... celle du Semeur de Cadavres. Quatre étaient bleues très clair parsemées de rosé, signe de peur et de souffrance. Une était grise terne, signe d'inconscience. Il s'agissait de Maryna Parker. Aucune n'était blanche, ce qui était rassurant; le blanc signifiait la mort.

" Le Semeur est là. Maryna est inconsciente, les autres ont peur et souffrent "

Alors que j'avançais, je perçu un changement subtil dans les auras qui me força à arrêter. L'aura du Semeur venait de "tinter" pendant que celles des autres venaient de se teinter d'un vert léger. L'espoir. La peur, la souffrance et l'espoir. Il se passait quelque chose. Quelque chose de positif. Me concentrant, je put percevoir qu'ils étaient en mouvement. Tous sauf Faussecreth. Je me mit alors à courir en direction des auras, criant à Guenièvre :

" Vite ! Ils sortent ! "

Il fallait les trouver. Avant que le semeur, que je sentais inconscient, ne les retrouve avant nous.
Codage par Libella sur Graphiorum


Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Guenièvre Lakers
~+ INSTITUT +~
Nombre de messages : 567
Age : 22
Age du perso : 18 ans.
Fonction : Institut de formation des Aurors - 1ère année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Membre de l'Ordre du Phénix.
Patronus : Lion
Date d'inscription : 08/08/2010
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 16 Juil - 18:05
Enfin, de l’action. Guenièvre n’en pouvait plus de ne rien faire après avoir entendu Julianne lui raconter le dossier d’Herman Faussecreth. Ce gars devait être neutralisé, et vite ! Mar devait être sortie de là, les autres aussi. Mar. Mar était inconsciente depuis presque quatre jours. Julianne avait beau dire que cela la protégeait probablement de tortures supplémentaires, elle était certaine que ce ne devait pas être anodin. On ne restait pas inconscient pendant quatre jours sans raison ! Elle n’était pas médicomage, mais ça n’augurait vraiment rien de bon. Bref, pour faire le tri entre la rage et l’inquiétude qui l’habitaient, il n’y avait qu’une seule bonne solution : bouger ! Sa première réunion officielle de l’Ordre du Phénix aurait été courte, et elle n’en était pas mécontente.



Tous ses sens en alerte, elle regarda l’endroit où elles venaient d’atterrir. Une gentille campagne d’apparence ordinaire. Elles se trouvaient à l’orée d’un petit bois, après lequel une prairie reprenait ses droits. Non, pas une prairie. Un jardin à l’abandon. Gue lança un long regard à l’ancienne pelouse depuis longtemps envahie par la mousse, les pissenlits et les mauvaises herbes. Elles étaient donc au bon endroit, les ruines du manoir Faussecreth ne devaient pas être loin. Sur ses gardes, elle emboîta donc le pas de Julianne. Mar inconsciente, les autres souffrant et aillant peur ? Qu’on lui dise quelque chose qu’elle ignorait ! Cependant, cela n’était pas le moment de lever les yeux au ciel. En fait, c’était même plutôt sympa de la part de sa compagne de partager les infos qu’elle avait. La jeune femme s’abstint donc de tout commentaire, restant plutôt aux aguets.


Elles y étaient presque. Gue se mit à courir avant même que Julianne ait terminé de l’apostropher. Elle avait dix-sept ans et le pied léger, aussi n’eut-elle aucun mal à prendre la tête de cette course. Retrouver Mar ! Elle s’arrêta à peine devant le portail rouillé sur son passage, balançant un grand


« Alohomora ! » [Lancé de dé : réussite]


Avant de foncer dessus, ouvrant la grande porte de métal rouillé à la volée. Là, ils étaient là, sur la pelouse à l’abandon ! Elle comptait bien cinq silhouettes, quoi que trop à son goût étaient au sol.  Aucun danger potentiel à l’horizon non plus. Hors d’haleine, elle se précipita vers eux sans ralentir sa course, avant de se laisser tomber à genoux auprès de Maryna. Elle était allongée dans l’herbe, inconsciente, mais elle respirait. Il y avait du sang dans ses cheveux châtain clair. Ce monstre l’avait bien frappée à la tête. Gue caressa délicatement les cheveux de son amie avant de se redresser et de se retourner vers Julianne qui arrivait derrière elle :


« Est-ce qu’ils sont en état de se faire transplaner ? »


Là-dessus, mieux valait laisser faire la professionnelle de santé ! Elle se retourna ensuite vers le professeur Lupin et Patmol Black, clairement les deux adultes en charge, quoi qu’un rapide inventaire visuel les montrait salement amochés. Remus Lupin surtout, était couvert de brûlures qui lui arrachèrent une grimace de sympathie. Grâce à son don, elle-même ne se brûlait que dans d’extrêmement rares circonstances, et trouvait au final que c’était l’un des types de blessure les plus douloureux qui soient. Ouch ! Une raison de plus pour en vouloir au Semeur. Ses yeux étaient une fois de plus prêts à lancer des éclairs.



« Où est Faussecreth ? »

Elle allait le mettre hors d'état de nuire une bonne fois pour toutes !




Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 443
Age : 22
Localisation : De retour à Poudlard
Age du perso : 15 ans
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 5 Aoû - 19:04
Depuis combien de temps était-elle assise là ? Trente secondes ? Deux heures ? Sa tête pulsait douloureusement, l'empêchant de se concentrer. Elle était dehors, et elle avait vaguement conscience que cela ne suffisait pas, mais elle était incapable de savoir quoi faire d'autre. Elle pouvait sentir la main de sa soeur aînée dans son dos, et l'odeur âcre de son récent vomi et celle du sang venant de son avant-bras, oblitérant celle d'herbe fraîche. Elle avait toujours la nausée et se sentait incapable de bouger. Elle allait prendre racine sur cette pelouse et en cet instant, l'idée ne lui semblait même pas absurde. Après le rush d'adrénaline qu'elle venait de subir, un gentil petit état de choc lui semblait presque plaisant. Bien sûr, elle avait vraiment froid, mais la réalité et le sort atroce auquel elle venait d'échapper semblait se dissoudre plaisamment, ne laissant que le froid et son mal de crâne.


Que disait Oncle Remus ? Il fallait transplaner ? Oui, oui, absolument que quelqu'un la fasse transplaner. Il lui fallut de longues secondes avant de réaliser que son oncle n'avait jamais finit sa phrase, que la tension était de nouveau dans l'air. Quoi ? Fallait-il fuir de nouveau ? Elle essaya mécaniquement de se relever, mais ses jambes refusèrent de lui obéir. Trop froid pour bouger. Bête ça. Des voix de femmes autour d'elle, l'une familière. Son cerveau tournait de plus en plus au ralentit, mit un certain temps avant de lui fournir l'identité de la voix la plus familière :


"Julianne."

Murmure pâteux. Julianne allait trouvé une solution à son mal de tête et ça allait aller. L'autre voix  continuait de parler, et Malka fit un effort pour relever la tête malgré l'accélération des pulsations douloureuses dans sa tête. Faussecreth ? Faussecreth ! Le Semeur.  Non, non, ça n'était pas une option. Elle devait se relever, rester consciente, ne pas se laisser reprendre. Se mettre debout ne lui semblait pas une option mais elle pouvait rester éveillée, ça oui. Repousser l'engourdissement, pourtant presque agréable. Voyons. Où était le Semeur, puisque c'était la question que posait la seconde voix ? Il fallait qu'elle se concentre.

"Assommé. En bas des escaliers."


Si elle avait dû monter des marches à quasi quatre pattes, c'était que le Semeur devait toujours se trouver en bas de celles-ci, non ? Elle eut un léger soupir de triomphe, fière de s'être rappelé ce détail. Est-ce qu'ils pouvaient transplaner maintenant ? Elle avait vraiment froid. 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Baignade dans le sang
» Une histoire tracée dans le sang à la pointe d'une épée...
» Dans le sang et les larmes [Hunters + Aria Hinoi] [11-12/03/42]
» [-18] Dans le sang d’un pacte
» Contrat et engagement dans le campement des vampires (PV Lorenz )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~+ Poudlard : La Magie s'ouvre à vous +~ :: En dehors des murs :: Londres-
Sauter vers: