Harry Potter à notre saveur !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Journal de Malka J. Covey Black

Aller en bas 
AuteurMessage
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
~+ GRYFFONDOR +~
avatar

Nombre de messages : 528
Age du perso : 16 ans (13 décembre 1991)
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy

Feuille de personnage
Points de Sang (Vampires):
100/100  (100/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Inventaire:

MessageSujet: Journal de Malka J. Covey Black   Lun 28 Aoû - 7:41

26 août 2007
 
Je me suis dis que j’allais ressortir la plume à pensées que m’a offert Aetha il y a quelques années, pour y voir un peu plus clair. Je suis si fatiguée, ça s’embrouille.

Hier avait mal commencé de toute manière. J’étais en train de prendre le petit déjeuner avec Nathaniel et Procyon quand « ça » m’a encore pincé, à la gorge cette fois. J’ai été tellement surprise que j’ai crié en recrachant mes céréales. Dégueu, et les garçons se sont encore regardés d’un air entendu. Ça m’a coupé l’appétit. Il faut vraiment que je trouve quelqu’un à qui parler de « ça ». Peut-être Nath, maintenant que sa mère va mieux ? De toute manière, il sait déjà que je me pinçais moi. Mais bon, il ne pourra rien faire non plus. Papa flipperait. A voir.


De toute manière, Papa n’est pas disponible. Il est sorti mystérieusement hier après-midi. « Sois sage, et pas de batifolage. », il a dit. Comme si je faisais des bêtises de petite fille, mais qu’il avait peur que je flirte comme une adulte. Peuh ! Batifoler, c’est léger, et en ce moment, tout est lourd et angoissant. Papa n’est pas revenu pour le dîner. Ni à l’heure du coucher de Pro, alors on a autorisé Pro à veiller avec nous pour l’attendre. C’était comme les dernières pages d’un roman policier, le suspens était insoutenable, j’en tremblais comme une feuille sur le canapé. Parce que je savais que Papa nous aurait prévenu s’il avait été retenu au travail, il le fait toujours. Mais il n’était pas de garde, pas d’astreinte, pas de service et il n’y avait pas de nouvelles. Eden nous a obligés à nous coucher à minuit. Nath a toujours son matelas au pied de mon lit, mais depuis que sa mère est revenue, on éteint le plafonnier. Je lui ai demandé si on pouvait le laisser ouvert de nouveau cette nuit, il a dit oui. Je tremblais tellement pour rien, juste de l’espèce d’angoisse ambiante, que mon chat Nocturne a fini par partir. Parce qu’on sait bien que Papa ne nous laisserait pas tout seul s’il avait le choix. On ne le dira pas à haute voix, mais on sait qu’il est prisonnier du Semeur. Toute la nuit, j’ai pensé à des tas de trucs que je n’osais pas dire à Nath, même si je savais qu’il ne dormait pas non plus : « Comment tu as pu supporter l’absence de ta mère aussi longtemps ? Et toi, tu serais devenu quoi si ton seul parent était mort ? » Pro et moi, on pourrait aller chez nos sœurs, je suppose, en Italie, ou en France. Ou peut-être que des Maraudeurs voudraient bien de nous. Nazélie a refait sa vie, je pense. On pourrait rester à Poudlard, il faudrait juste quelqu’un pour les vacances d’été. Peut-être qu’Oncle James pourrait venir Square Grimmaurd, s’il était sobre. Je me suis fait tous les scénarios les plus affreux et quand je fermais les yeux je voyais Papa en moitié-mort comme dans mes cauchemars de petite fille.


Ce matin, on a appris que d’autres gens avaient « disparu » aussi, quand l’Ordre a lancé une énième réunion dans notre cuisine, sans qu’on soit invités, évidemment. Mais Nath avait ses oreilles à rallonge et c’est comme ça qu’on a su. Il a Tante Amélia. Qu’est-ce qu’il a à s’acharner comme ça contre les Lupin ? Tante Amélia, une fille de Poufsouffle, et Julianne. C’est pour ça que j’ai pu manger ce midi. Parce que si cet idiot a kidnappé Julianne, il n’a rien compris. Je sais qu’elle n’est pas, n’est plus la Grande mais… Elle a encore de super pouvoirs, et un mental d’acier. Et tout le savoir d’Avalon. Alors, c’est sûr, d’ici ce soir, il sera hors d’état de nuire et ils seront tous rentrés à la maison. Il suffit juste qu’elle lui coupe l’oxygène. Il paraît que c’est assez rapide de mourir asphyxié, mais je suis bien placée pour savoir que quand ça vous arrive à vous, ça fait très mal et ça semble vraiment long. Ca sera encore une trop gentille façon de mourir pour lui. J’espère qu’il aura le temps de sentir les vaisseaux de ses yeux exploser sous la pression.



Codage par Libella sur Graphiorum

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
~+ GRYFFONDOR +~
avatar

Nombre de messages : 528
Age du perso : 16 ans (13 décembre 1991)
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy

Feuille de personnage
Points de Sang (Vampires):
100/100  (100/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Journal de Malka J. Covey Black   Lun 28 Aoû - 7:46


27 août 2007


Trois jours et ils ne sont toujours pas revenus. J’essaie de ne pas imaginer pourquoi ils n’ont pas été capables de se libérer. Je me force à manger, pour Procyon. Tout a le goût de cendre. C’est stupide, mais je m’inquiète pour la rentrée. Sans Papa pour accompagner Pro à King’s Cross ? Je dois être forte pour lui. Ne pas penser aux salles de classe vides, au fantôme du professeur Binns obligé de remplacer Tante Amélia.


J’ai relu ce que j’ai écrit hier aussi, et ça me fait peur. Toute cette violence, et l’envie que le Semeur ait mal à son tour. Vraiment mal. Je n’arrive pas à trouver qui serait à la fois juste et qui permettrait à tout ça de s’arrêter. Sainte-Mangouste, il s’échapperait, et puis c’est trop bon pour lui. Azkaban, on peut s’échapper aussi, Papa l’a fait. Le baiser du Détraqueur ? C’est ignoble, mais lui l’est aussi. Si quelqu’un méritait ça, ça serait sûrement lui ? Ou juste qu’il meurt. Cidogan Dumbledore, les Deux Grands (les vrais, pas les corps de Julianne et de Lucius Malefoy)… Tous ceux qui m’ont fait du mal avant, ils se sont contentés de mourir et de disparaître, et j’étais tellement frustrée parce que ça les faisait échapper à la justice et qu’il ne me restait rien pour… Pour clôturer ? Bof, quand on voit un rocès peut ressembler, finalement. Mais je pense à toutes les options qui pourraient s’appliquer au Semeur et aucune ne convient et tout ce dont j’ai envie, c’est qu’il souffre à son tour. De la vengeance, puisque la justice semble impossible. Et j’ai lu suffisamment de livres pour savoir que l’envie de vengeance ne rend pas heureux, mais je n’y peux rien, c’est ce que je veux. Il y en a marre que ça soit toujours moi qui encaisse.

Codage par Libella sur Graphiorum



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
~+ GRYFFONDOR +~
avatar

Nombre de messages : 528
Age du perso : 16 ans (13 décembre 1991)
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy

Feuille de personnage
Points de Sang (Vampires):
100/100  (100/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Journal de Malka J. Covey Black   Jeu 31 Aoû - 16:36

31 août 2007


J'ai rêvé d'Erin cette nuit. Evidemment. Demain, nous sommes le 1er septembre, alors, j'étais quasi certaine qu'elle allait venir. Ma petite soeur. Je me suis toujours demandé si on pouvait grandir, un fois qu'on était mort et au paradis ou quelque chose du genre. Sûrement, vieillir, ça n'aurait pas d'intérêt, mais grandir ? Si je la retrouve un jour, sera-t-elle toujours un bébé ? Aurait-elle grandi pour devenir quelqu'un que je connaitrais pas ? Je ne peux pas imaginer à quoi elle ressemblerait aujourd'hui, si elle avait vécu jusqu'à ses neuf ans.

Quand je me suis réveillée, j'étais muette de terreur, comme toujours après ce cauchemar là. Je dors un peu plus depuis... Depuis que Nath et moi nous sommes embrassés. Comme si j'étais réellement moins seule, moins vulnérable quand je me laisse aller à dormir. C'est idiot, mais je prends. Je ne sais pas comment je vais faire sans lui à Poudlard. Mais ça, ce sera un problème pour demain soir. Qui dit dormir plus, dit faire plus de cauchemars, évidemment. Parfois, les yeux violets de la Grande viennent me visiter en rêve. Ou la voix du Semeur de Cadavres, très souvent en ce moment. Mais rien n'est jamais aussi terrifiant que le sang d'Erin sur le mur. Si brillant, si écarlate, qu'il me suffit alors de contempler le plafond blanc pour revoir son tracé exact, comme un fantôme.

J'étais coincée dans mon armoire, bien sûr, l'oeil collé au trou de la serrure, obligée de regarder sans rien pouvoir faire. Cette fois-ci, Maman était absente, mais Sirius était là. Evidemment. En silence, j'ai continué de regarder même si j'aurais voulu pouvoir m'arrêter, parce que je savais ce qui allait venir. La main putréfiée plongeant dans la poitrine de mon père, pour lui arracher le coeur dans un bruit de succion humide dégoûtant. Le champ de vision vide tandis que je pouvais entendre son corps chuter au sol. Et puis le parquet qui grinçait, et ce qui avait été Sirius se relevait, réapparaissant dans le trou de ma serrure, du sang jaillissant encore de sa poitrine, yeux vides, gestes lents. Mon propre coeur qui sursaute devant cette blague cruelle, cette seconde d'espoir à l'idée qu'il soit vivant, avant de réaliser aussitôt que son état était au final pire que la mort. Et le bouquet final. Le moitié-mort qui avait été mon père adoptif empoignant Erin, la lançant contre le mur. Le craquement de son crâne de bébé contre la cloison, et leurs corps à tous les deux qui sortent enfin de mon champ de vision, me laissant à contempler les traces écarlates sur le mur pendant ce qui me semble à chaque fois une éternité jusqu'à ce que j'arrive enfin à me réveiller.

La lampe de chevet était allumée, Nathaniel dormait à mes pieds. J'ai passé le reste de la nuit à contempler le plafond en y voyant du sang qui n'existait pas. A prier pour que ce rêve soit juste un cauchemar, et non pas un présage. Pour que Papa ne soit pas déjà mort, pour qu'il ne meurt pas demain, pour que je ne devienne pas une deuxième fois orpheline un 1er septembre, pour qu'il nous revienne entièrement vivant. 

Codage par Libella sur Graphiorum



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
~+ GRYFFONDOR +~
avatar

Nombre de messages : 528
Age du perso : 16 ans (13 décembre 1991)
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy

Feuille de personnage
Points de Sang (Vampires):
100/100  (100/100)
Points de vie:
0/0  (0/0)
Inventaire:

MessageSujet: Re: Journal de Malka J. Covey Black   Lun 11 Sep - 1:46

4 septembre 2007


Papa est vivant. Voilà, Papa est vivant, et libre, et pas blessé. Je suis tellement soulagée que je n'ai toujours pas décidé si je devais en rire ou en pleurer. Le retrouver hier avec Procyon était... C'était comme si quelqu'un venait de recoller tous les morceaux de mon coeur d'un coup de baguette magique. C'est à ça que je vais penser, la prochaine fois que j'essaierai de faire un Patronus, et cette fois-ci, il sera bien obligé d'être corporel. Je me demande à quoi il ressemblera.

Oh. C'est la première fois depuis l'achat de ma nouvelle baguette que j'ai hâte de quelque chose. C'est incroyable comme le monde semble plus beau, après avoir dormi. Parce que j'ai dormi, et sans cauchemars !!! Evidemment, tout n'est pas réglé. Il y a des gens qui étaient prisonniers avec Papa qui ont été méchamment blessés. Emrys, le petit frère de Julianne, le petit garçon du Psymage Petrov, et Luna, l'une des meilleures amies d'Harry. Mais personne n'est mort. Même si le Semeur est toujours en liberté.

Mais je vais pouvoir dormir quand même, enfin. Hier, j'ai tout raconté à Papa. Comment après l'enlèvement de Nath, j'avais eu si peur que le Semeur puisse venir chez nous, tellement peur que je n'arrivais plus à dormir. Comment j'avais commencé à me pincer pour me maintenir éveillée et que ça avait dérapé. La sensation d'être tout le temps observée, fixée, épiée, et cette fois où je m'étais sentie étranglée dans mon bain. La panique, l'air qui manquait, l'horreur. Le retour de Nath, et comment il avait tout découvert et m'avait aidé à arrêter. Jusqu'à ce que des marques apparaissent ailleurs sur mon corps, sans que ça soit moi qui les ait faites. La fatigue, la confusion, la peur, à ne plus savoir si j'aurais préféré les faire moi-même malgré la honte, que je sois en train de devenir folle et juste de les imaginer, ou bien la possibilité que ça soit vraiment le Semeur qui soit capable d'être tout le temps derrière moi, à me pincer et m'observer et que peut-être j'entendais sa voix dans mes souvenirs mais peut-être qu'il était vraiment là, invisible, à me susurrer à l'oreille. J'aurais dû raconter tout ça à Papa dès le début, mais j'étais tellement confuse et j'avais tellement peur qu'il ne me croit pas. Qu'il pense que cette fois-ci j'étais vraiment devenue folle. Tellement honte de devoir lui dire que c'était moi qui avait commencé, que c'était de ma faute.

Mais non. Papa m'a cru. J'étais tellement mal et embarrassée qu'il rentre juste pour me trouver toute pas bien quand c'était lui qui avait été prisonnier mais non, il m'a écoutée et il m'a crue et il nous a emmenés dans un endroit secret qui s'appelle la Salle des Maraudeurs où il est sûr de chez sûr que le Semeur ne pourrait pas rentrer, alors, j'ai pu y dormir. Prendre une potion de sommeil et vraiment dormir la nuit entière, en sécurité et avec Papa à mes côtés. J'avais peur de la boire et ma main tremblait tellement que Papa a dû tenir le gobelet pour moi, mais je me suis réveillée sans que rien ne soit arrivé. Quand on n'a pas les yeux qui piquent et voient flou à force de fatigue, on a les idées plus claires. C'était presque comme si quelqu'un avait commencé à ranger tout le bazar dans ma tête. Et puis, maintenant qu'il n'y a plus de secret, je n'ai plus à me stresser avec ça, surtout que presque tous mes bleus sont partis maintenant. Alors on va trouver des solutions. Papa va chercher, pour que la maison Square Grimmaurd soit sûre quand on rentrera pour les vacances de Noël, pour la barricader même si le Semeur court encore d'ici là. Et on va regarder la carte du Maraudeur, pour vérifier qu'il n'épie personne à Poudlard. Peut-être que Papa va commencer à bien aimer Nathaniel, maintenant qu'il sait à quel point il m'a aidé ? Peut-être bien que je vais pouvoir recommencer à vivre un peu plus normalement, au moins reprendre du philtre de paix pour essayer. Même si j'ai toujours peur, maintenant je ne suis plus toute seule. C'est loin d'être fini, mais il y a de l'espoir.

Codage par Libella sur Graphiorum



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journal de Malka J. Covey Black   

Revenir en haut Aller en bas
 
Journal de Malka J. Covey Black
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sinistre farce éléctorale dans les Caraibes selon le journal Humanite.fr
» Black immigrants see personal triumphs in Obama
» contenue de la boite :Battle for Black Reach.
» Petit travail au black
» Black Hole RPG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~+ Poudlard : La Magie s'ouvre à vous +~ :: Administration :: Les Grimoires et parchemins :: Les Feuilles de Route :: Les Journaux Intimes-
Sauter vers: