:: Entre les murs :: Les Bureaux des Professeurs :: Remus Lupin Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mon père, ce héros [Sirius]

avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 467
Age : 22
Localisation : Poudlard
Age du perso : 15 ans (13 décembre 1991)
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 4 Sep - 2:11
3 septembre 2007

Malka était convoquée dans le bureau de son Oncle Remus, qui était également son directeur de Maison. La note était arrivée par hibou à la fin du dernier cours de l'après-midi, en l'occurrence de la Botanique, et disait simplement de se rendre dans son bureau directement en sortant des serres. C'était la première fois qu'elle recevait une convocation de ce genre en cinq ans. Il fallait dire qu'elle n'était pas particulièrement turbulente, malgré ses ascendances Maraudeuses. Alors, pourquoi son oncle voulait-il la voir immédiatement ? 

Etait-ce parce qu'elle s'était endormie pendant le cours d'Histoire de la Magie dispensé par le fantôme du professeur Binns l'après-midi même ? Il s'en était aperçu et avait retiré 5 points à Gryffondor. C'était la première fois que la jeune fille faisait perdre des points en cours à sa maison, et elle était absolument mortifiée. D'un autre côté, le cours du professeur Binns était particulièrement ennuyeux. Sûrement, elle ne devait pas être la première à y faire un somme ? Tante Amélia aurait dû être là pour enseigner cette matière. Jamais personne ne se serait endormi alors ! Tante Amélia obligeait tout le monde à rester très concentré pendant ses leçons. Mais le débit de Binns n'était pas celui de sa tante, son ton n'était pas enjoué, et Malka avait passé une nuit parfaitement blanche la veille, alors, ses yeux s'étaient fermés tout seuls. La honte !

Ou alors, il voulait la voir pour son rendez-vous d'orientation. C'était un peu tôt, mais après tout, elle avait une plage vide dans son emploi du temps et elle était en cinquième année, alors... Il fallait bien en parler avant les BUSES, non ? Malka savait qu'elle aurait dû y réfléchir plus avant pendant l'été, mais elle avait eu d'autres préoccupations. Bref, elle avait bien une petite idée, mais ne savait même pas si c'était de son niveau, ni quelles matières elle devrait privilégier. Oui, c'était peut-être ça.

Ou alors, c'était Sirius. Quelle autre raison aurait eu Oncle Remus de vouloir la voir immédiatement ? Une grosse boule dans le ventre, elle marchait d'un pas très vif vers le bureau de son oncle, jetant de temps à autre un regard pour voir si Procyon se trouvait par hasard convoqué en même temps qu'elle. Il le serait s'il s'agissait de Papa, n'est-ce pas ? Et s'il s'agissait bien de lui... Oncle Remus allait-il annoncer une bonne ou une mauvaise nouvelle ? Le coeur au bord des lèvres, Malka frappa à la porte. Elle allait le savoir très rapidement, désormais. 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
~+ SCÉNARIUM +~
Nombre de messages : 1605
Date d'inscription : 26/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 4 Sep - 18:00
Mon père, ce héros

Il y avait deux jours, le jeune Procyon Sirius Black avait fait son entrée à Poudlard. Réparti chez les Griffondor, le jeune garçon s'était aussitôt fait des amis grâce à son magnétisme et à son sens de l'humour aiguisé. Un peu comme son père avant lui, il attirais les filles comme les mouches attiraient le miel et il se faisait un malin plaisir de leur faire des sourires enjôleurs et un tantinet moqueurs. Jana, elle, lui lançait soit des airs torves soit des airs de jouvencelle selon qu'il ai une horde de filles près de lui ou pas. Bref, ses années à Poudlard allait être géniales ! Seule ombre au tableau, l'absence de son père, encore prisonnier du Semeur de Cadavres. Sa soeur Malka semblait le prendre mal grave et lui-même devait avouer qu'il était très inquiet de la situation. Qu'arriverait-il si son père mourrait ? Probablement que Aetha ou Patmol les prendraient avec elles. Mais, Pro ne voulait pas quitter l'Angleterre ! Pas question d'aller habiter Paris. Pas que la ville n'était pas jolie mais il ne comprenais rien au français. Et il voulait son père. Vivre dans la maison Black n'était pas très joyeux en soit mais c'était sa maison à lui. Il ne voulait pas aller habiter un château. S'il avait à choisir, le cas échéant, d'aller chez une de ses soeurs, il irait chez Pat. Au moins,il ne serait pas obligé de s'habiller en sorte de pingouin.

Quand il avait eu le mot de son "oncle" Remus, pardon du Professeur R.J Lupin, Procyon avait aussitôt sentie son coeur se serrer. Pourquoi est-ce qu'il voulait le voir si tôt dans l'année ? Il n'avait même pas eu le temps de faire un mauvais coup, en plus ! Le mot ne disait qu'une chose : "viens dans mon bureau". Okay. C'était sûrement pour Papa. On avait retrouvé son corps tout décrépie et il était mort dans d'atroces souffrances. Pas le choix ... hormis qu'il soit vivant ?! Procyon se précipita hors de la salle commune de Griffondor, ou il était en train de se préparer pour son premier cours de sorts et enchantements, et couru jusqu'au bureau de son oncle Remus. Devant la porte, se trouvais sa soeur. Ho non ! Si elle aussi était convoquée ... c'était pour son père. Il était mort ou blessé ... sinon pourquoi ... ils allaient se rendre à Ste-Mangouste ? Ho non !

" Malka ! " dit-il en freinant auprès de sa soeur dans une glissade habile

" Toi aussi Oncle Remus ... heu ... le Professeur Lupin veux que tu viennes le voir ? "

Le garçon jeta un regard anxieux en direction de la porte tout en levant la main pour prendre celle de sa grande soeur pour se donner un peu plus de courage. Il était peut-être un Griffondor mais il n'en était pas moins apeuré. S'il l'avait put, il se serait enfui. Mais, il ne le pouvais pas. Murmurant "c'est peut-être une bonne nouvelle, han", il leva sa main libre pour cogner à la porte, ignorant que sa soeur l'avait fait avant lui. Celle qui tenait fermement la main de Malka tremblait légèrement.
Codage par Libella sur Graphiorum


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sirius Black
~+ MINISTÈRE +~
Nombre de messages : 363
Age du perso : 46 ans
Fonction : Auror au Ministère de la Magie
Co-propriétaire de la boutique Les Maraudeurs
Patronus : Chien
Date d'inscription : 31/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 4 Sep - 19:23
Sirius Black
Le Père Héros
Malka Black
La Fille Précieuse
Procyon Black
Le Fils Prodige
Mon père, ce héros
Ils étaient parvenus à se libérer en début d'après-midi, en volant sur le dos du bicorne dominé. La bête étant gigantesque, ils étaient tous parvenus à tenir, se collant les uns aux autres, les plus forts tenant les blessés fermement. Sirius s'était fait hurler dans les oreilles durant tout le trajet, par une Pupuce terrorisée et en état de choc qui l'avait amenée proche de la frénésie. Apparemment, voler sur le dos d'une créature magique féroce n'était pas dans ses cordes. Les victimes du Semeur avaient donc volé droit vers Ste-Mangouste pour obtenir des soins. Il s’agissait de la première chose à faire. Sirius lui-même se portait bien mais il voulait s’assurer qu’il en était de même pour son petit-fils Leithian. Puis, Pupuce hurlait comme une banshee. Bref. Sirius avait immédiatement contacté Aetha et Lunard pour les aviser de la situation et il avait plus ou moins docilement accepté les soins apportés par l’équipe de guérisseurs. Une fois qu’il fut décrété qu’il allait bien, Remus lui avait dit de se rendre à son bureau pour y attendre Malka et Procyon. À son bureau ? À Poudlard ? Trop cool !

Ouais, trop cool ! Sirius allait faire semblant qu’il était Professeur héhéhé ! Lui, prof ! Haha ! Puis, retourner à Poudlard et se balader dans les couloirs librement, ça allait lui rappeler de bons souvenirs. Et il pourrait aller faire un tour dans la Salle des Maraudeurs avec les enfants. Ce serait chouette. Non, Sirius n’était pas si traumatisé que ça par son expérience avec le Semeur bien que ce fut effrayant. Je vous l’ai dit, cela lui prenais plus pour être effrayé. Manière, il était Sirius Orion Black, han. Quand on avait été élevé par une folle dans une famille de dingue, croyez-moi ça prenait plus qu’un minable pour perturber quelqu’un !

Le sorcier s’était rendu en catimini à Poudlard. Il voulait faire une surprise à ses enfants. Il avait donc passé par les passages secrets pour se rendre au bureau de Remus. Une fois là, il s’était assied en rigolant derrière le meuble professoral, posant les pieds dessus et portant les mains derrière sa tête. Il se balançait légèrement sur les pattes arrières de la chaise, regardant d’un air « de professeur » ce qui se trouvais autour de lui et imaginant des discours genre « ho, vous avez une retenu c’est pas bien » ou « bonjour mademoiselle, vous avez été vilaine vilaine héhé ». Un petit sourire marqua ses traits avant qu’il ne jette un regard en direction de la porte du bureau. Quelqu’un venait de frapper à la porte. Deux fois. Ha. Sirius se redressa pour remettre la chaise en place, dans un petit « bang » caractéristique de pattes de chaise qui retombent au sol. C’était probablement Malka et Procyon. Mais si c’était d’autres élèves venus voir Remus ? Que devait-il faire ? Leur dire d’entrer et prendre le message ? Faire semblant qu’il était le remplaçant de Lunard ? Haha, ce serait drôle ça ! Patmol croisa les mains sur le bureau, prit un air grave et sévère de Professeur mal commode, se racla la gorge et dit en changeant sa voix comme il le pouvait :

«  Rentrez ! »

Est-ce qu’il avait eu une voix de circonstance ?
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 467
Age : 22
Localisation : Poudlard
Age du perso : 15 ans (13 décembre 1991)
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 5 Sep - 3:50
[« bonjour mademoiselle, vous avez été vilaine vilaine héhé » ? Je crois que Sirius confond le ton professoral de Remus avec ses propres discours de derrière les gradins de Quidditch ahah lol! ]

Etait-elle convoquée parce qu'il y avait enfin des nouvelles de Sirius ? Si Oncle Remus ne répondait pas très vite, elle allait se jeter sur sa porte et l'ouvrir sans plus de cérémonie, parce que le suspens était insoutenable. Pendant ces quinze dernier jours, elle s'était refusée à imaginer quoi que ce soit pouvant arriver à son père. Le sujet était tabou et Procyon et elle ne l'avaient même pas évoqué à voix haute, se contentant de platitudes du style "Quand Papa reviendra..."  et "De toute façon, il est bien plus fort que le Semeur." Ce qui était vrai, d'ailleurs. Si elle-même avait réussi à s'en sortir sans trop de dommages (ahem, un traumatisme crânien, une coupure presque jusqu'à l'os à l'avant-bras et une cécité temporaire, mais à son échelle à elle, pas de dégât à long terme rendait ces blessures pas trop encombrantes), Papa, qui était bien plus fort et expérimenté qu'elle, et un vampire Animagus par dessus le marché, allait forcément survivre en bon état. Evidemment, ses cauchemars lui suggéraient autrement. Elle fixait actuellement la porte en chêne devant elle, mais son esprit lui mettait plutôt sous le nez l'image de son père transformé en zombie, yeux vitreux, poitrine béante déversant des flots de sang.


Elle se secoua. Herman Faussecreth n'était pas un enfant de chœur, mais il n'était pas encore nécromancien non plus. Si, dans le pire des pire des cas, Papa mourrait, personne n'irait torturer son cadavre. Piètre réconfort. Elle s'efforçait de s'éloigner de ces pensées affreuses quand son frère déboula du couloir pour venir s'arrêter à côté d'elle.

"Papa", murmura-t-elle pour elle-même.


Papa, alors, dans ce cas, il n'y avait plus de doute. Oncle Remus n'aurait pas convoqué son frère pour la sermonner devant lui à propos du professeur Binns. Elle saisit la main que Pro lui tendait et la serra. Visiblement, son petit frère avait la peur et le même espoir qu'elle lui étreignant le ventre. Elle acquiesça. 

"Tu peux dire Oncle Remus, tu sais, on n'est pas en classe."

Et parce que cette remarque badine ne suffisait pas à alléger la tension, elle ajouta, détournant un instant son regard de la porte pour le regarder droit dans les yeux :


"Quoi qu'il arrive, on l'affrontera ensemble, je te promets."

C'était drôle, comme elle n'était pas capable de se tenir toute seule et pourtant, elle se sentait capable d'être forte pour son petit frère. Elle n'avait peut-être pas pu protéger Erin, mais jamais elle n'abandonnerait Procyon. Elle non plus n'était pas sûre de où ils échoueraient si Papa mourrait, mais elle était certaine d'une chose : on ne les séparerait pas. Pas question de se retrouver expédiés chez leurs parrains et marraines respectifs ! Puis, Oncle Remus et Tante Amélia, les parrain et marraine de Pro, avaient déjà suffisamment d'enfants comme ça, et Harry, lui, n'était pas prêt à en élever d'aussi grands qu'eux. Elle-même aurait penché pour Aetha. Il y avait suffisamment de place dans son château pour qu'ils ne soient pas des charges, et puis, elle se sentait particulièrement proche de sa soeur aînée depuis qu'elles étaient allées à Avalon ensemble. Encore que. Si Leithian mourrait aussi, la dernière chose dont Aetha aurait envie serait de les croiser tous les jours pour le lui rappeller.


Stop. Il fallait qu'elle arrête de penser que tout le monde était mort. Personne n'était mort. Pas encore. "Rentrez", l'interrompit une voix étrange de l'intérieur du bureau. Ce n'était pas la voix d'Oncle Remus, mais c'était vaguement familier. Alors qui ? Quelqu'un de Sainte-Mangouste ? Du Ministère ? Si Oncle Remus ne parlait pas, n'était pas là, c'était forcément mauvais. N'y tenant plus, au bord de la crise cardiaque, elle ouvrit la porte du bureau d'un grand geste, s'avança d'un pas par automatisme, et resta figée sur le seuil.

"PAPA !"

Le temps que son corps rattrape son cerveau, et elle avait lâché Procyon, contourné le bureau, et s'était jetée sur lui, menaçant de renverser sa chaise. Papa. Papa était vivant, Papa était de retour, Papa était là. Elle le serra aussi fort qu'elle pouvait, enfouissant son visage dans son cou, respirant son odeur comme si elle n'avait pas inspiré d'air depuis quinze jours. Et c'était vrai, d'une certaine manière. C'était la première fois en deux semaines qu'elle pouvait respirer vraiment à fond. Il sentait la sueur, le désinfectant, une très légère effluve de sang en arrière-plan. De manière plus importante, il sentait lui-même, l'odeur rassurante et familière qui lui avait tellement manqué. Nichée dans son cou, elle caressa ses cheveux, inspirant tranquillement, laissant son stress fondre dans la chaleur de ses bras. Oh, Papa ! Elle n'arrivait même plus à former des pensées cohérentes. C'était fini, c'était vraiment fini.


Presque à regret, elle se détacha légèrement de lui, laissant sa main glisser de son cou jusqu'à son poignet, lui saisissant la main. Pas question qu'elle le lâche et qu'il s'évapore aussi soudainement qu'il était venu ! Un peu reculée, elle prit le temps de l'observer de la tête aux pieds, appuyée contre le bureau. Il n'avait pas l'air blessé. Les traits tirés peut-être, mais son expression était amusée. Qu'est-ce qu'il y avait d'amusant ? En fait, il avait presque l'air en meilleur forme qu'elle-même.


"Tu vas bien ? Tu n'es pas blessé ?"


Il avait toujours tous ses membres, et pas de bandage qui dépassait mais elle tenait à être sûre. Alors seulement, elle pourrait laisser exploser son soulagement. 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
~+ SCÉNARIUM +~
Nombre de messages : 1605
Date d'inscription : 26/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 5 Sep - 9:15
Mon père, ce héros

Pro gardait les yeux rivés sur le bois de la porte, serrant la main de sa grande soeur dans la sienne. Il lui semblait que son corps était devenu un genre de statue de sel. Est-ce que c'était possible ? Possible que, un peu partout dans le château, toutes ces statues et armures n'étaient que des gens qui avaient été stupéfiés d'horreur au cours des siècles ? Comme lui en ce moment même ? Ça se pouvait, il en était certain. Il n'eu qu'un léger signe de tête quand Malka lui dit qu'il pouvais appeler Oncle Remus Oncle Remus, parce qu'ils n'étaient pas en classe. Toutefois, il tourna la tête vers Malk quand elle lui fit la promesse qu'ils allaient traverser l'épreuve ensembles. Peut-être que ...

" Tu vas avoir seize ans, han, c'est presque majeur ça ... pas besoin d'aller ou que ce soit "

Ouais ! Malka pouvait très bien s'occuper d'elle-même et de lui à presque -- bon pas tant que ça -- seize ans. Pourquoi seraient-ils obligés d'aller ou que ce soit ? Han ? Après tout, Maryna Parker était bien restée ici lors du départ des Peller en Australie, avec son petit frère en plus de ça ... pour s'en occuper. Et elle n'était pas majeure quand c'était arrivé, non ? Ou oui ? Procyon ne s'en souvenait plus. En tout cas. Une voix venait de se faire entendre à travers la porte et, comme réaction, Procyon serra un peu plus la main de sa soeur. Ce n'était pas la voix d'Oncle Remus. Mais pas du tout. C'était une voix genre ... imitée ?

" C'est pas Oncle Remus ... "

Procyon n'aimait pas ça. Pas ça du tout et, lorsque Malka ouvrit la porte, il lui tira sur la main pour l'empêcher d'entrer avant de la suivre à contre-coeur. Quand il fallait y aller, fallait y aller ! Hors, sa soeur ne lui tint pas la main bien longtemps. Là, devant eux, assied derrière le bureau d'Oncle Remus, dans une position désinvolte, se trouvais ... leur père ! Pro en demeura figé quelques secondes puis, comme Malka,il se mit à courir vers le meuble qu'il contourna pour sauter sur son père et sa soeur par le fait même.

" PAPA ! "

Il lui fit un gros câlin, essayant du mieux qu'il le pouvais de ne pas pleurer. Il avait 11 ans, là ! Il était étudiant à Poudlard, à Griffondor en plus ... il n'allait pas brailler comme un bébé ! Ce serait n'importe quoi !

" Je savais que tu allais revenir ! Je le savais ! "

Ça ne pouvais pas être autrement. Jamais. Papa était le plus fort et le plus courageux et ... il ne pouvait pas mourir ! Jamais.
Codage par Libella sur Graphiorum


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sirius Black
~+ MINISTÈRE +~
Nombre de messages : 363
Age du perso : 46 ans
Fonction : Auror au Ministère de la Magie
Co-propriétaire de la boutique Les Maraudeurs
Patronus : Chien
Date d'inscription : 31/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 5 Sep - 9:40









Mon père, ce héros

(Bien non ... Remus est pire que moi ! Tu aurais dut l'entendre parler à Pupuce derrière les buissons, hahaha)

Sirius adopta une attitude de "sévère désinvolture" en attendant que la porte du bureau ne s'ouvre. Après tout, il était incertain qu'il s'agissait bien de ses enfants et, dans le cas contraire, il voulait faire sérieux. Et lui, faire sérieux ... ho, il était capable mais ça demandait somme toute un peu de savoir faire. Surtout s'il voulait faire "je-suis-le-remplaçant-de-môsieur-Lunard". Honnêtement, il ne savait pas du tout ce qu'il dirait si c'était un élève qui venait pour demander des conseils sur sa carrière. Lui, il lui dirait "casse toi pas la tête là" en agitant la main d'un geste las mais Remus ... bien Lunard ne serait certainement pas d'accord. Il ne savait pas plus ce qu'il dirait si c'était une étudiante venue se plaindre de Merlin savait quoi. Lui, il lui ferait un sourire doucereux accompagné d'un clin d'oeil et il lui dirait genre "casse toi pas la tête là, viens t'asseoir sur mes genoux et oublies ça" en lui faisant signe de s'approcher mais Remus ... bien Lunard ne serait certainement pas d'accord ! Il était casse-pieds comme ça, Lunard ! Mais bon, Sirius n'eut pas à se demander bien longtemps ce qu'il allait dire, parce que la porte du bureau venait de s'ouvrir pour dévoiler ... tadam ! Ses enfants !

Sirius leur fit un grand sourire avant de lever les bras dans un geste de "je chu Jésus le sauveur !" Il aurait bien voulu se lever pour aller les serrer contre lui mais, voyez-vous, ses deux enfants venaient d'avoir la même idée et lui étaient sauté dessus comme s'il avait été un gros cornet de chez Florian. Patmol les serra fort contre lui, heureux de les voir. Il sentais sa fille lui caresser les cheveux comme s'il était son toutou préféré ou sa poupée à qui elle aurait voulu tresser les cheveux. Cette image l'amusa beaucoup et il prit un air amusé qu'il garda alors que Malka ne lui lâchait pas le bras en le regardant avec un air éperdu. Il se sentais vraiment comme un cornet ! Haha.

" Me tresses pas les cheveux ... j'aurais l'air d'une postiche "

Le sorcier eu un petit rire canin avant de porter son attention sur Procyon. Son fils avait les larmes aux yeux et faisait un effort considérable pour ne pas pleurer. Pauvre ti chou. Sirius lui passa une main affectueuse dans les cheveux, tapota un peu l'insigne de Griffondor qu'il portais sur son uniforme avant de dire :

" Un Griffondor a le courage de ses larmes, fiston ... pleure si tu en as envie "

Il eu un sourire tendre pour son fils unique avant de reporter son attention sur sa magnifique grande fille ... toute cernée, pâle et visiblement dans un sale état. Sirius fronça immédiatement les sourcils.

" Aucun mal, mais je n'en dirais pas tant de toi ... "

Que c'était-il passé ? Malka ne prenait plus sa potion calmante ? Elle ne mangeait pas ? Elle était toute maigre ! Comment elle ferait pour survivre si jamais -- et il ne le souhaitais pas -- le Semeur mettais à nouveau la main sur elle ? Elle devait reprendre des forces et vite !

" Suffit, tu vas manger et dormir ... et pas de discussion ! "

Sirius se tortilla pour se dégager de Procyon, qui le tenais fermement par le bras. Il fini par se lever et prit la main de ses deux enfants. Okay. Il allait leur montrer un endroit ou ils seraient parfaitement en sécurité. Ou ils pourraient manger et dormir en paix. Un endroit encore plus protégé que n'importe ou si Merlin était possible. Pupuce y avait veillé ... et eux aussi avant elle. Si jamais ils devaient fuir et se cacher, c'était là qu'ils devaient aller. Là et nul part ailleurs.

" Venez avec moi "

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 467
Age : 22
Localisation : Poudlard
Age du perso : 15 ans (13 décembre 1991)
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 5 Sep - 10:55
"Hmmhmm"

Malka avait répondu par un assentiment inarticulé à la suggestion de son frère. Elle était effectivement à un an et trois mois de la majorité. Elle avait quinze ans, neuf mois, dix jours, s'il fallait absolument être précis. Ca lui semblait pas trop majeur ça, ou vraiment jeune, en tout cas. Mais Procyon avait raison : s'ils avaient vraiment besoin, elle devrait pouvoir s'émanciper légalement ou un truc du genre. Puis, ils pouvaient passer Noël à Poudlard et n'auraient pas besoin de retourner chez eux avant fin juin (serait-ce toujours chez eux sans Papa ? Est-ce que leurs sœurs aînées ne voudraient pas récupérer une part d'héritage ou un truc du genre ? Ou l'Ordre ?), et alors, au premier juillet elle aurait... Seize ans, six mois, dix-sept jours. Ca semblait déjà un peu plus raisonnable. Avec la mauvaise grâce de Kreattur et les visites de leurs proches, elle pourrait sûrement faire tourner la barque. Papa leur aurait laissé suffisamment d'argent pour subvenir à leurs besoins, et au pire, elle avait les Gallions de Julianne et...


La suite des évènements interrompit fort heureusement ce fil de pensées très déprimant. A l'abris blottie contre son père, Malka n'avait plus besoin de faire des calculs d'adulte, se contentant d'être dans l'instant présent. Merlin, comme le rire de Papa lui avait manqué ! C'était un rire très particulier, qui ressemblait un peu à un aboiement. Comment avait-elle pu oublier ce rire ? Rien que de l'entendre lui donnait l'impression d'une éclaircie dans son coeur. Depuis combien de temps elle-même n'avait pas ri ?

"Tu m'as tellement manqué..."


lui murmura-t-elle sans détacher ses doigts de ses cheveux, enroulant une mèche encore et encore autour de son index. C'était un mouvement apaisant, caressant. C'était vrai, elle avait souvent fait subir le même sort aux cheveux de laine de Poupette, sa vieille (et chérie) poupée de chiffon. Tournicoti, tournicoton, et les cheveux de son père avaient la parfaite longueur pour ça.


Elle eut un petit sourire lorsque s'étant reculée légèrement, elle vit Sirius pointer l'insigne de Gryffondor de Procyon. Elle savait que son frère mourrait d'envie de mettre leur père au courant de sa répartition. Elle-même n'avait pas été surprise le moins du monde. Tout le monde les connaissant pouvait voir que Pro était le portrait craché de leur père et donc un rouge et or par nature. Mais elle se souvenait aussi de sa propre joie quand elle avait été répartie dans la maison familiale, et à quel point il lui avait semblé important, alors, que Sirius soit au courant. Son absence avait été une tâche noire lors de la cérémonie trois jours plus tôt. Mais tout était réparé maintenant.


Elle-même était aux prises dans un tel tourbillon d'émotions qu'elle était au-delà des larmes. Il allait bien. Papa allait bien, vraiment bien ! Elle se contenta de resserrer sa prise sur sa main sans le quitter des yeux, un peu honteuse qu'il lui trouve l'air pas bien. Manger et dormir ? Il disait ça comme si c'était facile ! Comme si elle ne risquait pas de se réveiller entre les sales pattes du Semeur chaque fois qu'elle fermait les yeux ! Comme s'il n'était pas partout, dans ses cauchemars et son quotidien aussi, à potentiellement la regarder, la pincer, tout le temps, dans son bain même. Bon, il n'y avait eu aucun pincement suspect depuis l'enlèvement de son père. Mais ce qui s'était passé était suffisant pour couper l'appétit à n'importe qui. Les paroles de son père la mettaient presque en colère... mais elle était trop fatiguée, trop bouleversée pour se fâcher. Elle se contenta donc de se coller contre son père désormais debout, aquiesçant légèrement. En cet instant, elle ne voulait rien d'autre que d'être une toute petite fille à nouveau, obéir à son Papa et le croire quand il lui dirait qu'il la protégerait des méchants. Ce serait tellement plus facile ! Papa était là. Son monde avait à nouveau un cadre rassurant. Oui, c'était décidé, elle allait tout lui raconter dès que Pro serait hors de portée. Nath ne pouvait rien faire de plus qu'elle, et sa mère était convalescente, et Oncle Remus s'inquiétait pour Tante Amélia, et Aetha pour Leithian, et même le fils de son psymage avait été enlevé, mais désormais, son père était là, il allait bien, et il lui parlait comme le roc solide dont elle avait tant besoin en cet instant. Elle pouvait arrêter toute prétention de contrôler la situation. Elle se contenta donc de le suivre sans poser de question sur où ils allaient. Du moment qu'elle pouvait lui tenir la main, elle l'aurait suivi au bout du monde. Il n'y avait plus qu'une chose qui la turlupinait.

"Est-ce que... Est-ce que les autres vont bien ? Tante Amélia ? Leithian ?"


Elle avait un peu peur de la réponse. Et si Oncle Remus n'était pas là parce que Tante Amélia était morte ? Mais il fallait savoir. La réalité ne pouvait pas être pire que ses cauchemars. 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
~+ SCÉNARIUM +~
Nombre de messages : 1605
Date d'inscription : 26/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 6 Sep - 10:39
Mon père, ce héros

Procyon encerclait le bras gauche de son père de ses deux bras, le serrant comme s'il était un gros Teddy Bear ou une bouée de sauvetage à ne surtout pas lâcher. Il le tenait comme il le faisait quand il était tout petit et qu'il ne voulait pas le laisser sortir de sa chambre après un cauchemar terrorisant. Il le tenait comme si sa vie en dépendait et il n'eut pas besoin de regarder Malka pour savoir qu'elle faisait de même. S'il avait fallu ... mais il ne falloit pas. En tout cas. Papa était là, avec eux, vivant et il riait. Ce fut automatique, Pro émit une sorte de gloussement situé entre le rire et les larmes. Papa savait comment détendre l'atmosphère. Une postiche ! Haha. Très drôle. Puis, son père lui caressa doucement les cheveux, ce qui fit monter encore plus les larmes dans les yeux bruns de Procyon. Papa faisait toujours ça avant qu'il referme la porte la nuit. Il lui passait la main dans les cheveux. L'enfant réalisait maintenant comment cela lui aurait cruellement manqué s'il était partie à tout jamais. Ça aurait été horrible. Procyon eu un faible sourire en voyant son père tapoter l'insigne de Griffondor du doigt. Il s'était imaginé à quel point il serait fier de le lui dire mais là ... là, il avait juste envie e pleurer et n'était pas si fier que ça. Il se contenta de faire un petit oui de la tête. Ainsi, être un courageux Griffondor c'était aussi avoir la force de vivre ses émotions et de les montrer. Oui, c'était vrai. Papa avait raison.

Procyon laissa couler quelques larmes, qu'il essuya tout en s'accrochant à son père d'un bras libre. Papa essayait de se libérer et non. Non, il ne voulait pas ! Mais il était plus grand et plus fort, alors il parvint à se dégager pour se lever. Visiblement, il voulait qu'ils le suive ... et il avait l'air de vouloir que Malk dorme et se nourrisse. Procyon était bien d'accord avec ça. Sa soeur était ... bien elle était comme un phare éteint. Il fallait la rallumer. Pro suivit son père et sa soeur à l'extérieur du bureau. Soudainement "tout petit", il tenait la main de son père comme s'il avait six ans. Et il se foutais bien de ce que les gens qui le verraient pouvaient bien penser de lui. C'était son père à lui qui revenait d'entre les morts ! Que les autres vivent ça aussi, pour voir ! Eux aussi se sentiraient comme des enfants démunis.

" Le Professeur Ravenswood s'est bien occupé de nous. Et Malka a mangé, han ... un peu ... Nathaniel lui a fait des cookies qui étaient super bons ! "

Procyon sembla réfléchir et ajouta vite fait :

" Pas comme les tiens, han ! Mais bons quand même. Et elle dormais aussi avec Nathaniel ... bien, il était sur un matelas pas dans son lit, han ... et en tout cas, elle dormait parce qu'elle faisait des cauchemars "

Le tout nouveau Griffondor ne pouvait pas se retenir de parler comme si son père allait disparaître à nouveau s'il se taisait. Plus, il voulait aider sa grande soeur. Il ajouta :

" Ne disputes pas Malka, elle était super inquiète ... et elle mange et dort comme elle peut, han ... "

Tournant un coin de couloir, Procyon se tue subitement. Malka venait de poser des excellentes questions. Tante Amélia ? Leithian ? C'était son neveu tout de même ! Procyon oubliait souvent qu'il était un oncle ! Ho et ...

" Et le frère et la soeur de Jana Rogue ? Julianne et Emrys ... ils vont bien ? "

S'il fallait que la jolie Jana ait à pleurer sa soeur et son frère ! Ho là là ! Il la consolerait, bien sûr. Il pourrait peut-être même l'embrasser ! Hou hooouuuu ! Mais, il ne voulait pas l'embrasser parce que des gens qu'elle aimait étaient morts. Pas chouette. Ce serait tout mouillé !
Codage par Libella sur Graphiorum


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sirius Black
~+ MINISTÈRE +~
Nombre de messages : 363
Age du perso : 46 ans
Fonction : Auror au Ministère de la Magie
Co-propriétaire de la boutique Les Maraudeurs
Patronus : Chien
Date d'inscription : 31/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 12 Sep - 9:29









Mon père, ce héros

Marchant dans les couloirs, Sirius souriait en écoutant son fils défendre ardemment sa soeur. Il hochait un peu la tête à chaque affirmation. Il eu à peine un bref regard en direction de Malka quand Procyon affirma que Nathaniel avait dormi avec elle et qu'en plus de ça, il faisait d'excellents cookies. Ouais ouais. Le Sorcier émit une sorte de grognement qui pouvait passer pour un assentiment devant les talents ho combien faramineux du petit nabot qui était en train de lui voler sa dernière fille. Il tourna le coin et s'arrêta devant un tableau représentant un sorcier en train de tourner un liquide fumant dans un chaudron.

" Mais je ne la dispute pas, Pro. Racines de paciflore et suc de sel "

Non, il n'avait pas juré. Il venait juste de donner le mot de passe au tableau du sorcier. Celui-ci redressa à peine la tête de son chaudron avant de lever machinalement la main. Le tableau s'ouvrit pour dévoiler un passage secret menant au quatrième étage. Il emprunta le passage, regardant autour de lui. Il y avait visiblement longtemps que personne n'était plus passé par ici. Sirius tourna la tête vers Malka, qui lui demandait des nouvelles des autres, bientôt imité par Procyon. Ha oui. Patmol hocha la tête.

" Pupuce n'est pas blessée. Elle est juste un peu dans tous ses états parce qu'on a dut monter sur le dos d'un bicorne pour sortir de la grotte dans laquelle on se trouvais. Elle est à Ste-Mangouste parce qu'elle n'arrête pas de hurler qu'on va se faire dévorer, mais elle va s'en remettre "

Comme si ça arrivais à tout les jours de grimper sur un bicorne sauvage, Sirius haussa un peu les épaules avant d'ajouter :

" Il n'y avait même pas de danger, han, je l'avais soumis à la domination le bicorne ... en tout cas. "

Parvenu devant le dos d'un tableau, Sirius ralenti le pas pour attendre que l'oeuvre d'art daigne s'ouvrir, ce qu'il fit sans trop d'attente. Ils se retrouvaient maintenant dans le couloir du quatrième étage. Il ne restais plus que quelques mètres à parcourir.

" Leithian va bien aussi. Il à été absolument merveilleux ! Sans lui, on serait encore prisonnier. Il a envoyé un jet de flammes droit sur Faussecreth, mais il a put s'enfuir. Il doit avoir d'horribles brûlures à soigner. Il devrait nous laisser tranquille pour un petit moment " dit-il d'un ton fier.

Sirius marcha encore au moins une dizaine de pas avant de s'arrêter devant une statue représentant une sorcière à un seul bras, qu'il regarda avec un sourire à la fois tendre et amusé. Il avait tant de souvenirs ici ! Il savait que Lunard et Pupuce s'y rendait encore et que Léa-Lily s'y rendait à l'époque de sa scolarisation, tout comme Patmol et Aetha. Ici, c'était l'endroit des Maraudeurs et de leur progéniture. Samuel devait bien s'y rendre aussi une fois de temps en temps. Observant toujours la statue, l'animagus ajouta :

" Julianne et son frère vont bien. Il n'y a pas de morts "

Il ne voulait pas s'étaler sur l'étendue des blessures. Il était bien incertain que la vie de Ewan et Luna soient vraiment hors de danger mais il ne désirait pas engendrer une crainte de plus chez ses enfants. Puis, il n'était pas Guérisseur ! Comment voulez-vous qu'il saches vraiment à quoi s'en tenir ? Tout le monde était sortie de la grotte vivant. C'était l'essentiel. Il tourna alors un regard pétillant en direction de ses enfants, leur fit un sourire malicieux et leur dit :

" Prêts à découvrir le plus fabuleux secret de Poudlard ? "

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 467
Age : 22
Localisation : Poudlard
Age du perso : 15 ans (13 décembre 1991)
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 12 Sep - 14:12
Malka se laissait guider à travers les couloirs sans vraiment prêter attention à où elle allait. Tout ce qui comptait était la main de Papa, bien serrée dans la sienne. L’idée qu’ils puissent croiser quelqu’un qui verrait d’un air bizarre cette attitude enfantine ne lui avait même pas traversé l’esprit.  Qui aurait pensé au Gang Terreur dans un instant pareil ?




Elle lança tout de même un regard à Procyon. Ces petits frères, toujours en train de cafter, et sans même s’en rendre compte en plus ! Il était en train de la défendre de manière typique, et de l’enfoncer par le même mouvement. Papa se tenait entre eux deux, sinon elle… lui aurait donné une tape ? L’aurait serré dans ses bras à l’étouffer ? Son cher, cher Pro qui voulait toujours être son preux chevalier ! Elle avait vraiment été nulle s’il se sentait devoir la protéger à ce point. Ça aurait dû être l’inverse ! Elle se mordit un peu la lèvre : le cookie de Nathaniel avait été le truc le plus dur à avaler de tout le mois, et elle s’était uniquement forcée pour ne pas faire de la peine à celui qu’elle aimait. Pauvre Nath ! C’était vrai qu’il s’était pourtant déchaîné en cuisine pour essayer de la tenter. Il faudrait qu’elle lui dise pourquoi les cookies étaient spéciaux pour elle, pour ne pas qu’il croit qu’elle le trouvait mauvais cuisinier. La suite des explications de Pro lui arracha un reniflement amusé, premier signe que son humeur était meilleure : les cookies de Papa, bons ? Mais, ils étaient durs comme la pierre ! Et elle était si heureuse que son père soit de retour qu’elle en aurait mangé tous les jours de sa vie sans jamais se plaindre. Oui, les affreuses pâtisseries de son père lui auraient terriblement manqué si… Plus de si. Papa était là.



La suite du discours de son frère était un peu plus épineuse, et elle se sentit rougir un peu sous le regard que lui adressa Sirius. Il fallait que Pro se taise maintenant ! Parce que, en vérité, Nath n’avait pas exactement passé toutes ses nuits sur son matelas à lui. Deux ou trois fois, l’un d’entre eux s’était réveillé de manière particulièrement agitée de l’un de leurs cauchemars et ils avaient passé le reste de la nuit blottis l’un contre l’autre, à se serrer dans les bras pour tenir les mauvais rêves à distance. La fois où Nath avait découvert qu’elle se pinçait, aussi. Elle avait passé des heures à trembler dans ses bras cette nuit-là, les yeux brûlants de larmes qui ne voulaient pas sortir, secouée de sanglots secs. S’il ne l’avait pas tenue si fort alors, il lui semblait qu’elle se serait cassée en deux.

« Oui, heureusement que nous avions les Ravenswood. » commenta-t-elle simplement, rougissant encore un peu plus en entendant le grognement de son père.



Elle voulait de tout son cœur que Sirius apprécie Nathaniel, parce qu’elle l’aimait vraiment. Puis, Nath avait une charmante maman et n’était pas le fils de Severus Rogue, et il n’habitait pas à l’étranger et il aimait les farces et attrapes et il était incroyablement gentil, prévenant, tendre, amusant, beau et… Si Papa voulait bien prendre la peine de le regarder avec ses yeux à elle, il allait l’aimer, c’était sûr.




Pro mentionnait ses cauchemars. Elle détacha brièvement sa main et la leva vers le cœur de son père tandis que celui-ci s’arrêtait pour donner un mot de passe au tableau. Le passage secret était cool, mais elle était plus intéressée par le fait de sentir le cœur de Sirius battre bien à l’abris dans sa poitrine. Il aurait bien pu la disputer tout ce qu’il voulait, du moment qu’il demeurait entièrement vivant. Le voir transformer en moitié-mort constituait probablement son cauchemar le plus terrifiant. Rien qu’à l’idée, elle resserra sa prise sur la main de son père, qu’elle venait de nouveau de saisir. Elle avait d’excellentes raisons de fuir le sommeil. Non seulement c’était se rendre vulnérable, mais en plus, on y était tourmenté par les pires idées.

« Je voudrais que l’on invente une potion qui ferait que l’on a pas besoin de dormir, jamais. »

Et ça, c’était quelque chose qui serait du ressort de Tante Amélia, par exemple. Sa tante était un génie et elle l’avait déjà prouvé en inventant des potions incroyables. Malka poussa un soupir de soulagement en entendant que sa tante n’était pas blessée.

« Un bicorne… » répéta-telle dans un murmure horrifié.



Et Papa en parlait comme si ça n’était rien ! Elle leva les yeux vers lui avec une immense admiration. Son père était un vrai Griffondor. Comment faisait-il pour être aussi calme ? Rien que d’entendre le récit (qu’elle devinait édulcoré) qu’il lui faisait, elle était terrifiée. Pauvre Tante Amélia, qui avait si longtemps eu peur de voler ! Elle avait dû être morte de peur. Pourvu qu’une potion calmante suffise à la remettre dans son état normal. Oncle Remus devait être avec elle à l’instant même, et la jeune fille se sentit un peu rassénérée à cette idée. L’implication de Leithian lui fit écarquiller les yeux. Son neveu avait réussi à brûler le Semeur de Cadavres ? Malka était très impressionnée, et étrangement encouragée, aussi. C’était bon de se rappeler que Faussecreth était un humain faillible, et non la figure invisible et invincible qui la hantait en permanence. D’ailleurs, Julianne et Emrys allaient bien. Réalisant qu’elle avait retenu sa respiration depuis que son père avait commencé à leur répondre sur le sort des derniers prisonniers, Malka lâcha un deuxième soupir de soulagement.

« Où est-ce qu’on est ? »

Elle hocha la tête à la question de son père. Elle aurait dû prêter plus d’attention dans le passage secret, parce que maintenant elle était un peu perdue. Ils avaient changé d’étage sans prendre d’escalier ? Devant elle se trouvait une statue de sorcière à qui il manquait un bras. C’était bizarre. Elle situait parfaitement la statue de la sorcière borne, mais celle-ci lui était moins familière. Elle ne passait pas très souvent par ici. A en juger par l’air de Papa, il s’y cachait pourtant quelque chose d’intéressant. Il avait son air heureux de Maraudeur conspirateur, et les coins de sa bouche se relevèrent presque malgré elle en un timide sourire lorsqu’elle reconnut cet air. Oui, Papa était vraiment de retour !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
PNJ
~+ SCÉNARIUM +~
Nombre de messages : 1605
Date d'inscription : 26/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 14 Nov - 10:53

Procyon Black

Procyon jeta un petit regard en direction de sa soeur, quand leur père lui dit qu'il ne la disputais pas. D'accord. S'il le disais, han. Puis Malka souhaitais qu'on invente une potion pour ne plus jamais dormir ? Mais han ! Dormir c'était bien ! Confortable, au chaud et tout ... ne plus jamais dormir pour Procyon qui avait une petite tendance à la paresse, cela semblait impossible. Ne plus faire de cauchemar, oui, ne plus dormir jamais ? Le gamin marmonna quelque chose entre ses dents, du style "dors moi, han, vais lui botter le cul s'il t'approche" avant de reporter son attention sur son père qui leur donnait des explications sur comment ils s'étaient enfuis. Un bicorne ! Whoua !!!!

" Wow, han ! Ça devait être génial ! "

Monter sur le dos d'un dangereux bicorne ! La chance ! En tout cas, aux yeux de Procyon qui suivait son père en le regardant comme s'il était un grand héros épique. Puis, personne n'était mort. La famille de Jana allait bien aussi. Tant mieux. Quoiqu'il aurait bien consolé Jana en la serrant dans ses bras. Peut-être il aurait put l'embrasser sur la joue ? Mais bon, il valait mieux que son frère et sa soeur soient vivants. Les larmes de filles ... bien peu pour lui.

Ils marchèrent jusqu'à un couloir encore inconnu de Procyon. En tout les cas, un couloir qui était relativement désert. Ils se trouvaient devant une statue représentant une sorcière à un seul bras. D'accord. Son père regardait drôlement la statue, comme si c'était une ancienne amoureuse, presque ! Cela fit pouffer le Griffondor qui affirma :

" Ouais, on est prêts ! Qu'est-ce qu'elle a de spéciale la statue ? "

Hormis être un peu poussiéreuse et pas vraiment originale -- dans le sens ou elle ressemblait à toutes les autres -- Pro ne voyait pas en quoi elle avait de l'intérêt. Ni comment elle pouvait être le secret le plus fabuleux de Poudlard, han ! C'était juste une statue.


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sirius Black
~+ MINISTÈRE +~
Nombre de messages : 363
Age du perso : 46 ans
Fonction : Auror au Ministère de la Magie
Co-propriétaire de la boutique Les Maraudeurs
Patronus : Chien
Date d'inscription : 31/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 14 Nov - 12:05









Mon père, ce héros

Sirius posa la main sur l'épaule de sa fille, question de la rassurer. Une potion qui empêchait les gens de dormir à tout jamais. C'était à la fois triste et intéressant. On pouvait perdre tellement de temps à dormir, parfois ! Hors, ce simple comportement était signe de relâchement, de détente et de paix intérieure. Que sa fille songe à ne plus jamais dormir était, pour l'homme, signe d'un profond mal être et cela lui retournais le coeur. Maintenant qu'il était de retour, il allait veiller à sa sécurité. Non pas en l'enfermant, il avait appris sa leçon. Ça ne servait à rien, Malka n'allait pas mieux enfermée que libre. Non, il allait tenter de mieux veiller sur elle, de la rassurer et de lui fournir tout ce dont elle avait besoin pour ravoir confiance en l'humanité. Il y avait des gens méchants, bêtes et immondes ici bas, mais il y avait encore plus de personnes sur qui on pouvaient compter. Malka allait reprendre confiance, ce serait long mais, un jour, elle saurait encore se reposer. Depuis quand, d'ailleurs, son enfant s'était-elle vraiment reposée ? Elle ne devait pas le savoir elle-même. Sirius allait lui fournir le moyen de reprendre des forces, de se reposer et d'avoir un meilleur sommeil. Ici, elle pourrait se libérer. L'homme eu un sourire tendre pour ses enfants à qui il dit :

" Nous sommes au quatrième étage, tout près de la salle de retenue. Enfin, j'espère que vous ne savez pas ou elle se trouve,
mais elle est à côté de la salle de classe d'Arithmancie. "


Il eu un air espiègle avant d'ajouter :

" Cette statue est peut-être toute craquelée et poussiéreuse, mais je suis certain que vous allez beaucoup l'aimer. Je l'ai appelée Greta, mais passons ... ça n'a pas d'importance "

Pourquoi Greta ? La fille a gros lolos, han, mais pas de cervelle. Ouais. Greta. Parce que la statue donnait accès à la salle des Maraudeurs ou Sirius cachait son carnet noir avec les notes qu'il attribuait aux filles et ... ça n'avait pas d'importance. Bref. Sirius leva la main, jeta un regard autour d'eux -- personne -- et appuya finalement sur le bras de la statue. Aussitôt, derrière elle, se glissa un panneau dans le mur de pierre, dévoilant ainsi un passage secret sombre. Avec un sourire, Sirius se glissa dans le passage tout en faisant signe à ses enfants de le suivre.

" Venez ! Il y a des torches aux murs, Malka tu peut les allumer s'il-te-plait ? "

Il l'aurait bien fait lui-même, mais il n'avait plus de baguette. Il attendit que sa fille allume les torches, son sourire rendu nostalgique accroché aux lèvres. La lumière fini par éclairer le couloir et, lentement, le panneau secret se referma derrière eux. Sirius jeta un regard au passage. Propre. Pas une toile d'araignée, pas un grain de poussière. Son sourire se fit plus amusé alors qu'il fit signe à ses enfants de le suivre à nouveau. Pupuce venait faire le ménage. Haha. Il se souvenait quand elle était venu installer des rideaux fleuris dans leur salle, pour "décorer, han, parce que c'était tout vide". Elle avait quoi, 12 ans ?James en avait eu une crise d'urticaire ! Patmol laissa échapper un rire canin avant de s'arrêter devant les lourdes portes de leur salle secrète. Il se tourna en direction de Malka et Procyon, prit un air solennel et annonça :

" Monsieur et Mademoiselle Black, soyez les bienvenus dans l'endroit le plus magique de Poudlard et j'ai nommé :"

" ... la Salle des Maraudeurs ... termine t'il en ouvrant les portes

Il y avait un feu dans la cheminée. Amélia et Remus devaient être récemment venus. Tant mieux ! Avec un sourire, Sirius entra dans la salle, son regard glissant sur les divans, le foyer, les tables, les ... Merlin, les pots de fleurs tout chou mis là par Pupuce. Lentement, les souvenirs montèrent à son esprit. Si tu fait ça, les Chats Maringos vont te manger, han ! dit une voix lointaine dans sa tête ...

Retour en 1975

"Si tu fait ça, les Chats Maringos vont te manger, han !"

Sirius prit un air surpris et regarda James d'un air intrigué. C'était quoi cette histoire ? Peter, de son côté, fit un air légèrement appeuré et recula un peu. Il n'aimait pas les bestioles qui pouvaient manger un humain. Remus, lui, releva enfin la tête et sortie de ses pensées pour regarder James d'un air suspect. Qu'allait-il encore inventer ? Quand elle entendit les mots « Chats Maringos », Amélia prit un air interessé. Elle ne connaissait pas ces créatures magiques, han ! Immédiatement, sa soif d'apprendre fut aguichée. Elle se mit à sautiller sur place en se dandinant en même temps.

" Des Chats Maringos ? Han ? C'est quoi ? Dit ? Je n'ai rien lu la dessus, moi, han ... je ne suis peut-être pas encore rendue là à la bibliothèque, han ... c'est quoi ? Dit ? Han ? "

James fit alors un air satisfait et croisa les bras. Il la tenait ! Il tenait enfin une histoire pour s'assurer de la faire taire et avoir un moment de répit sans elle. Enfin, il espèrait qu'elle allait le croire. Il jeta un petit regard vers Sirius et dit d'un ton effrayant :

"Les Chats Maringos sont un croisement entre un chat et un maringouin, han"
"Oui !" dit Sirius en sautant sur l'occasion. "Ils sont sauvages et sanguinaires ..."
"Ouais ... ils ont de grandes dents pointus et acérées ..." ajoute James
"Et des yeux rouges injectés de sang ..." dit Sirius
"Des ... des yeux rouzes pleins de zang, han ?" demande Amélia d'une petite voix
"Ooooouuuuuuiiiiii" dit Sirius d'un ton bas

Amélia fit de grands yeux effrayés. Ho, c'est créatures avaient l'air dangereuses, han ! Elles ... et elles mangeaient des gens ? Han ? Des petites filles ? Remus regarda Amélia, puis regarda ses amis d'un air mécontent. Ils lui faissaient peur ! Il allait leur dire de cesser ça, lorsque James en rajouta :

" Personne ne sait à quoi ils ressemblent vraiment, han ..."
"Non ... parce que tout ceux qui en ont vu ne sont jamais revenus vivants pour le dire ..." dit Sirius d'un ton effrayé
"Puis ... on ne retrouve que leurs corps tout déchiquetés et pleins de bave verdâtre ..." dit James
"Les gars ..." débute Remus
"Et en plus ..." dit Sirius d'un ton tremblant. "Ils préfèrent manger les petites filles super intelligentes, han ! Ce sont leurs corps à elles qu'on retrouve le plus !"
"Les g ..." re-tente Remus

Il ne put terminer sa phrase. Amélia venait de crier comme une demeurée, avait tourné les talons et était sortie de la salle en hurlant comme un cochon qu'on égorge. Les Chats Maringos, les Chats Maringos allait la manger ! Elle devait ne rien dire, han ! Elle courru à toute vitesse dans tout le couloir, criant sans arrêt. Dès qu'elle arriva au pan de mur, celui-ci s'ouvrit devant elle, et la petite fille courra en hurlant jusqu'à sa Salle Commune, où elle se cacha dans son lit, sous les couvertures et tremblant comme une feuille.

Pendant ce temps, dans la Salle des Maraudeurs, James et Sirius se féliçitaient à grandes tapes dans le dos, pendant que Peter était presque caché sous le fauteuil. Remus, lui, soupirait et regarda le plafond d'un air mi-las mi-amusé.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Malka Covey Black
~+ GRYFFONDOR +~
Nombre de messages : 467
Age : 22
Localisation : Poudlard
Age du perso : 15 ans (13 décembre 1991)
Fonction : 5ème Année à Griffondor - Préfète
Patronus : Occamy
Date d'inscription : 04/10/2009
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 15 Nov - 18:52
[Je viens de comprendre que les maringouins sont des moustiques… Bien moi non plus, je n’aime pas l’idée d’un moustique mutant de la taille d’un chat ! Pauvre Amélia Crying or Very sad ]

Malka leva sa main libre et la posa par-dessus celle de son père, qui lui tenait l’épaule. C’était tellement réconfortant de sentir sa présence auprès d’elle après ces jours et ces nuits d’angoisse. Nope, elle n’avait toujours pas l’intention de le lâcher. D’ailleurs, elle aurait voulu avoir des bras plus longs pour tenir Pro aussi. Son frère avait l’air de croire qu’il pouvait la protéger, et s’enthousiasmait pour un affreux Bicorne alors qu’il ne savait même pas encore faire un Wingardium Leviosa correct ! Oh Merlin, et s’il se mettait en tête de partir explorer les couloirs du château la nuit, comme Harry et les Maraudeurs en leurs temps, et qu’il lui arrivait quelque chose ? Etre courageux c’était bien, mais des fois, son frère ne se rendait même pas compte du danger. Peut-être que Malka, elle, s’en rendait trop compte, mais il fallait bien compenser. Le monde était dangereux. Et rien n’était jamais vraiment arrivé à Pro. Il était parfait et innocent et son cœur se brisait déjà à l’idée qu’un jour, fatalement, il allait lui arriver quelque chose, parce qu’il ne serait jamais le genre de personne à aller se cacher si une aventure ou le devoir l’appelait. Toute sa famille était comme ça. Et des fois même, il leur arrivait des trucs sans qu’ils n’aient rien fait qui sorte de l’ordinaire. Comme dormir.


Pour l’instant cependant, son frère allait bien. Son père allait bien. Tout le monde allait bien. Elle devait essayer de se détendre un peu, parce que ça l’empêchait de se concentrer sur ce qui se passait. Elle n’avait absolument rien retenu de ses premiers jours de cours et là, elle ne savait même pas où ils étaient ! Observant attentivement la statue devant elle, elle fit un léger « non » de la tête. Non, elle n’avait pas reconnu la salle des retenues. Oh, elle avait déjà eu des punitions, évidemment, mais jamais de retenues à cet endroit. Elle était plutôt du genre à écoper de devoirs supplémentaires, et encore, pas très souvent. Elle était préfète après tout, non ? Elle se surprit cependant à sourire une nouvelle fois : Papa devait connaître l’endroit comme sa poche. Son père avait un air de pur Maraudeur en cet instant, et elle se relaxa un peu plus. Greta, d’accord. Pro pouffait carrément, et c’était le plus merveilleux des sons.


A regret, elle se détacha de son père et le regarda entrer dans le passage sombre d’un air sceptique. C’était fort noir, comme endroit et ça ne lui donnait pas du tout envie, mais évidemment, Papa ne les aurait jamais emmenés dans un endroit dangereux, alors, elle sortit docilement sa baguette et murmura une rapide série d’Incendio. Le couloir maintenant baigné d’une chaude lumière dorée, elle y pénétra à la suite de son père. Rangeant sa baguette dans sa poche, elle frotta ses yeux rougis par le manque de sommeil : la lumière était presque trop vive et ils la piquaient, ce qui ne l’empêcha cependant pas d’avancer.


« Papa, en parlant d’Incendio… Est-ce que tu n’as pas peur que Faussecreth veuille se venger de Leithian ? »

Elle avait du mal à s’empêcher de penser au pire. Le gars était dangereux quand il prenait des gens au hasard, alors, elle ne voulait pas qu’il fasse une fixation sur son neveu !


Ils venaient d’arriver au bout du couloir. Malka écarquilla les yeux alors que son père faisait les honneurs et lui suivit dans la pièce, faisant quelques pas avant de tourner lentement sur elle-même pour admirer le décor, bouche légèrement entrouverte d’admiration et de surprise.

« C’est merveilleux. »

La pièce était incroyablement lumineuse, entre la cheminée où brûlait un bon feu, et les grandes fenêtres ceintes de voilages fleuris. Elle s’approcha de l’une d’elle et se pencha légèrement pour voir : ça donnait sur le parc.

« Mais… comment est-ce qu’une pièce secrète peut avoir des fenêtres donnant sur l’extérieur ? »

C’était vraiment l’endroit parfait : confortable, gai, propre… Beau, mais pas intimidant, chaleureux. Il y avait des plantes vertes, et plusieurs canapés qui avaient tous l’air plus moelleux les uns que les autres. Des livres disposés sur des étagères au mur et de quoi faire du thé, apparemment. Est-ce que c’était comme la Salle sur Demandes (elle n’y avait jamais été, enfin, elle ne pensait pas, mais son parrain lui en avait beaucoup parlé), ça se préparait à leur visite magiquement ? Elle s’approcha du divan le plus proche de la cheminée et s’y assit, laissant échapper un soupir de soulagement involontaire. A cause du manque de sommeil, elle avait tout le temps froid ces derniers jours, mais ici il faisait bien chaud. Elle frotta une nouvelle fois ses yeux et demanda :

« Papa, qui connait l’existence de cette salle, exactement ? Seulement les Maraudeurs ? »

Oncle Remus, Tante Amélia et Tante Lily travaillaient au château alors vu le nom, ils devaient y avoir accès, non ? Samuel ? La question qu’elle sous-entendait, bien entendu, était à quel point le secret de l’endroit était bien gardé. A quel point étaient-ils à l’abris ici, protégés du monde extérieur ? Les portes d’entrée avaient eu l’air drôlement épaisses.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» Tommy Yugurei serpentard de père en fils [Validée]
» Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier
» Le père noël est une ordure
» Les relations père/fille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~+ Poudlard : La Magie s'ouvre à vous +~ :: Entre les murs :: Les Bureaux des Professeurs :: Remus Lupin-
Sauter vers: