Harry Potter à notre saveur !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C'est l'heure d'adulter ! [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Guenièvre Lakers
~+ INSTITUT +~
~+ INSTITUT +~
avatar

Nombre de messages : 647
Age du perso : 18 ans.
Fonction : Institut de formation des Aurors - 1ère année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Membre de l'Ordre du Phénix.
Patronus : Lion

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
100/100  (100/100)
Inventaire:

MessageSujet: C'est l'heure d'adulter ! [Libre]   Jeu 21 Sep - 9:54

21 novembre 2007

Septembre était arrivé, et avec lui, sa première rentrée hors de Poudlard. Guenièvre ne savait pas trop comment le prendre. Disons que l'été avait été... bizarre. Cette histoire de Semeur de Cadavres l'avait plus retournée qu'elle ne voulait bien l'admettre. Ou plus exactement, c'était l'enlèvement de ses amis Maryna et Quentin qui l'avait bouleversé. Sans parler de celui de Martin. Elle l'avait placé en sécurité elle-même et il n'avait pas sitôt été de retour en Angleterre qu'il s'était fait kidnappé !  Et puis, Quentin. Pourquoi est-ce qu'il ne les avait pas appelé à l'aide ? Pourquoi est-ce qu'il n'avait pas réussit à se libérer tout seul ? Est-ce qu'ils s'étaient éloignés les uns des autres à ce point ? Maintenant qu'ils n'étaient plus à Poudlard, allaient-ils cesser de se voir complètement ? En perdant la proximité avec les trois autres réincarnations, elle avait l'impression de perdre une partie d'elle-même. Toute son adolescence avait été passée en leur compagnie et voilà qu'ils s'éloignaient géographiquement en plus du reste. Oh, elle aussi avait eu envie de prendre son indépendance, mais à distance raisonnable. Et voilà que Quentin, qui s'il ne s'était jamais particulièrement réjoui de leur particularité mais l'avait acceptée avec le plus de confiance, quittait l'Angleterre ! Pire, elle était la seule des quatre à entamer des études dans les Instituts Supérieurs.

Sans compter qu'elle avait eu peur. Voir deux réincarnations aux pouvoirs similaires aux siens se faire maltraiter de la sorte l'avait secoué plus qu'elle ne voulait l'avouer. Quoi, vaincre les Deux Grands, risquer sa vie pour défaire les Enfers, s'en sortir victorieux et se faire kidnapper par un vulgaire malade mental ? Un pervers en plus de ça, qui violait les petits enfants ? Alors, elle avait fait la chose la plus rationnelle à son sens, sitôt les gens retenus au cimetière délivrés : elle était partie à Belfast et elle avait passé le restant de l'été à chouchouter sa soeur. A renforcer les protections autour d'Elaine, aussi, pour que Faussecreth ne puisse jamais lui faire du mal.  De toute manière, peu de monde connaissait l'existence de sa plus jeune soeur. Il y avait longtemps qu'elle avait manipulé les actes administratifs moldus pour effacer tout lien entre elles deux. Quand Lainie était née, Gue s'était même introduite dans le bureau du Directeur Rogue pour effacer le nom de sa soeur du registre des inscrits à Poudlard, celui qui répertoriait automatiquement les bébés sorciers de Grande-Bretagne pour être sûr qu'ils reçoivent leur hibou l'été de leurs onze ans. Elle aurait tout le temps d'aller inscrire sa soeur elle-même dans six ans. Lain' avait cinq ans et à part les Réincarnations, et évidemment sa famille, elle était parfaitement invisible aux sorciers que fréquentait Gue, ce qui était le but recherché. A force de choyer sa petite soeur et de profiter de la compagnie agréable de son beau-père Allan, qu'elle appréciait de plus en plus, la jeune femme s'était détendue et avait apprécié ces quelques semaines dans sa région natale. Elle s'était même offert le luxe d'une amourette d'été. Un charmant flirt dont elle savait qu'il ne durerait pas, avec un jeune homme moldu plutôt attiré par ses "bizarreries". Elle venait d'avoir dix-huit ans après tout. Même si cela lui demandait un effort conscient, pourquoi n'aurait-elle pas pu s'amuser et profiter de la vie pendant qu'il était encore temps ?

Cette parenthèse plus légère lui avait permis d'aborder sa rentrée universitaire un peu remise. La vie à l'Institut Supérieur était un tourbillon ! Les premiers mois de cours avaient passé à une vitesse folle. Nouvelles têtes (un changement bienvenu après sept ans avec toujours les mêmes personnes à Poudlard), cours stimulants (elle était particulièrement fan de celui de Duel et Combat où elle avait à coeur d'apprendre des méthodes un peu plus raffinées et précises que son habituelle de la technique dite "du Dévot grillé"), nouvelles responsabilités et une indépendance qu'elle pouvait enfin assumer. Et si certaines choses lui paraissaient bien un peu lentes, elle y était habituée et en profitait pour approfondir les sujets qui l'intéressaient, entre deux sorties sociales. La bibliothèque d'ici était un nouveau terrain de jeu ! N'ayant cette fois-ci pas participé à sa fondation, elle avait tout à explorer et découvrir : fini les repères familiers et Godric en béquille à chaque pas.

Ayant eu un cours d'annulé, elle s'était calée dans la cour de la cafétéria commune aux différents instituts. Le bruit et le passage étaient agréables et il fallait bien profiter du soudain redoux qui perçait un peu la grisaille de novembre. Son ouvrage détenait peut-être la clé de ce satané Semeur. Il s'agissait d'un livre poussé sur l'anthropologie des elfes de maison. Amélia Lupin pensait que le Semeur avait été aidé d'une créature magique doué de capacités magiques, et le témoignage de Nathaniel Ravenswood, bien que peu fiable, parlait d'un "monstre" dont la taille et l'anatomie globale auraient pu correspondre. Pour l'instant, Guenièvre ne trouvait pas beaucoup d'indice dans son livre, mais elle ne désespérait pas. Certes, la personnalité des elfes semblait assez éloignée du sbire sanguinaire du Semeur, mais le type de magie aurait pu correspondre. Elle devait continuer à creuser, comprendre ce qui s'était passé. Il fallait bien, s'ils ne voulaient pas que ça recommence !  


Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation


Dernière édition par Guenièvre Lakers le Sam 27 Jan - 17:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jenni W. Malefoy
~+ MINISTRE +~
~+ MINISTRE +~
avatar

Nombre de messages : 353
Age du perso : 30 ans (22 mars)
Fonction : ¤ Ancienne Auror Confirmée experte en Magie Noire
¤ Enseignante à l'Institut d'Auror
¤ Prévôt Camariste de Londres.
¤ Mère d'un petit Ewan Cygnus Malefoy né le 05.02.2007.
¤ Membre de l'Ordre du Phénix
¤ Ministre de la Magie depuis le 26.04.2008
Patronus : Augurey depuis Juillet 2007

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
86/100  (86/100)
Inventaire:

MessageSujet: Re: C'est l'heure d'adulter ! [Libre]   Sam 27 Jan - 16:40

Citation :
Journée du 21 novembre 2007
Londres – Institut des Aurors


Cela faisait plus un mois que j’avais repris l’une de mes activités. J’avoue adorer enseigner et surtout que mes élèves semblent apprécier ma façon de faire. Pour tout le monde, je suis encore une jeune enseignante mais qui montre déjà des résultats non négligeable. Il est vrai que j’ai une méthode particulière mais je les avais prévenu dés le départ. Les jeunes étudiants de mon cursus savaient exactement à quoi s’en tenir. En effet, il s’agit de ma seconde année d’enseignement et avec les soucis de Maugrey, j’ai repris les Premières Années. Au départ, j’ai été plutôt coulante mais depuis le début du mois de novembre, j’ai resserré la vise avec bon nombre d’entre eux. J’attends toujours le meilleur d’entre eux. Chacun d’entre eux est placé à la même enseigne. Ou presque. Certains sont plus prétentieux que d’autre et autant dire que je les mets à mal en permanence afin de leur rappeler que la surcroît de confiance peut les mener à leur perte. Niveau programme, je suis un peu en avance donc je peux me permettre de provoquer les plus fiers en duel sans craindre d’eux. Et je ne fais que me servir des sortilèges informulés. Autant dire que de ce côté là, il y a du travail car ils sont peu nombreux à les maîtriser. Parmi eux, mon ancienne stagiaire du département. Bien sûr, elle doit encore travailler mais elle commence à savoir les utiliser pour les sortilèges de bases et une fois qu’on a compris comment cela fonctionne, le temps permet ensuite de l’appliquer à l’ensemble des sorts sauf peut-être à celui de mort. Je surveille donc chacun des Premières Années et je n’hésite pas à contacter les autres enseignants. Car même si je reste leur professeur principal, il y a des matières que je ne peux pas leur enseigner. Avant de devenir titulaire, j’ai dû mettre en place un certain programme que je suis à la lettre. Après tout, c’est moi qui l’ait fait ce programme. J’ai incorporé des anciennes méthodes à des plus récentes qui sont encore en phase de test.


Après une heure passée à corriger des copies des Premières Années justement, j’avais ce besoin de prendre l’air. Bien que le vent soit froid, je marche en pensant à mon mari et mon fils. Il est vrai que c’est un mariage arrangé mais je reste tout de même fidèle à mon époux qui est maintenant enseignant de Potions à Poudlard. Selon ses dires, cela semble réellement lui plaire et il semble s’épanouir dans ce métier. Cela me fait sourire car finalement, il avait peut-être besoin de ça pour se sentir mieux dans sa peau. Il est longtemps rester dans les bottes de son père et de sa mère alors qu’il a maintenant une demeure à lui. Bon d’accord, tout est à mon nom mais nous sommes mariés alors c’est notre patrimoine commun. Faisant attention de ne pas buter dans des élèves apparemment en retard à leur cours, je garde le sourire avant de voir une de mes élèves au loin dans la cour de la cafétéria. Je grimace en la voyant de loin mais je pense qu’il est temps que je lui parle. Et sérieusement. Je prends une grande inspiration avant de marcher vers elle et avec le sourire bien que je sois encore un peu gênée à chaque fois que je suis seule avec elle. Je n’ai pas oublié ce qui s’est passé cette été et je vais devoir en parler avec elle.


Je quitte mon préau et je m’avance vers elle avec le sourire. Je vais peut-être l’inviter dans mon bureau et lui proposer du thé et des gâteaux. Faussecreth est mort mais j’en frissonne encore. Je ne garde pas un mauvais souvenir de ça et c’est en partie de lui que je suis devenue frénétique et que je m’en suis prise à elle. Elle ne m’avait portant rien fait. Il arrivera un moment où on arrivera à l’arrêter. Je ne peux peut-être plus participer en tant qu’Auror mais je suis encore membre de l’Ordre du Phénix et à ce juste titre, je sais que dés qu’on l’aura trouvé, tout le monde sera sur la piste pour le traquer et le tuer si c’est nécessaire. Je marche vers mon élève déterminée à enfin discuter avec elle. C’est alors que je l’interpelle de loin.


« - Bonjour Miss Lakers ! »


Je ne l’avais pas encore eu de la journée et je m’avance vers elle avec le sourire, même si cela n’est qu’un masque. Je la rejoins d’un pas assuré avant de la regarder tandis qu’elle tient toujours son livre à la main. Je pense qu’elle devait être sur l’enquête sur Faussecreth car même s'il est mort, il faut savoir comment il est devenu ainsi. Je secoue ma tête pour replacer ma chevelure dans le sens du vent.


« - Comment allez-vous ? Vos cours de la journée se sont bien passées ? »


Autant commencer par des banalités. J’étais un peu mal à l’aise mais je devais lui demander. Cela me paraît important aussi bien pour elle que pour moi même si c’est à moi qu’incombe le devoir de lui en parler. Certes nous avons un passé commun mais cela ne doit pas faire de nous des ennemis alors que nous sommes dans le même camp et que nous faisons le même métier. Enfin, si elle sort diplômée mais de ce que je sais, elle semble plutôt motivée. Prenant une grande inspiration, je finis par lui poser la question.


« - Est-ce vous auriez un moment à m’accorder s'il vous plait ? J’aimerais vous parler si cela est possible ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guenièvre Lakers
~+ INSTITUT +~
~+ INSTITUT +~
avatar

Nombre de messages : 647
Age du perso : 18 ans.
Fonction : Institut de formation des Aurors - 1ère année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Membre de l'Ordre du Phénix.
Patronus : Lion

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
100/100  (100/100)
Inventaire:

MessageSujet: Re: C'est l'heure d'adulter ! [Libre]   Dim 28 Jan - 8:16

C’était fou que plus d’un mois après le décès de Faussecreth, ils ne sachent toujours pas quelle avait été la créature qui lui avait servi de complice. C’était le genre de détail qui irritait Guenièvre, et elle était bien décidée à continuer d’enquêter sur le sujet jusqu’à ce que toute la lumière soit faite. Comment vouliez-vous empêcher que cela recommence si le « monstre » décrit par Nathaniel Ravenswood courrait toujours dans la nature ? Depuis la mort de Faussecreth, il n’y avait pas eu de nouveau crime, ce qui tendait à lui faire penser que la créature n’agirait pas seule. Mais que se passerait-il si elle se trouvait un nouveau partenaire, un nouveau maître ? Bien, les personnes aussi dérangées que le Semeur de Cadavres ne courraient pas les rues, mais on ne savait jamais. La Communauté sorcière avait vécu pas mal d’évènements violents ces dernières années, et ça pourrait perturber des personnes fragiles. Bref, il fallait retrouver la créature, et c’était sa passivité actuelle qui l’avait conduite, entre autres, à s’intéresser aux elfes de maison. Entre passivité et soumission, il n’y avait qu’un pas, non ? L’immense majorité des elfes de maison étaient des créatures paisibles, qu’elle imaginait mal répandre des flots de sang pour le plaisir, mais les elfes, comme les humains, n’étaient pas tous identiques. Il lui avait suffi de croiser Kreattur, l’elfe du Square Grimmaurd, une seule fois durant l’une des réunions de l’Ordre du Phénix, pour confirmer que tous n’étaient pas aimables et serviables…


La jeune femme en était là dans ses pensées lorsqu’elle entendit qu’on l’appelait au loin. La voix était familière, mais elle était surprise de l’entendre l’interpeler ainsi. Guenièvre glissa son marque-page dans son livre, qu’elle referma, et releva la tête en repoussant ses cheveux d’une main. Jenni Malefoy se tenait bien devant elle.

« Bonjour, Professeur. »

Elle lui rendit son sourire, un peu surprise mais somme toute contente. Elle avait l’impression prononcée que Jenni l’évitait depuis la rentrée et c’était assez désagréable. Oh, en tant que prof, elle avait été impeccable, lui accordant la même attention qu’aux autres élèves mais… elle devait être la seule de sa classe qui n’avait pas eu de discussion avec elle à la fin d’un cours, par exemple. Pourtant, Jenni était géniale en tant que prof. Gue adorait ses cours. Durs, sans répit, épuisants même, ils la poussaient enfin dans ses retranchements, et elle apprenait des choses nouvelles à une vitesse folle. Il y avait encore tant à découvrir ! Voilà qu’elle se sentait soudain plus Serdaigle qu’en sept années à Poudlard, absorbant chaque miette de savoir nouveau avec avidité, se délectant des nouvelles capacités qu’elle était en train d’acquérir. Il y aurait donc eu des tas de choses dont elle aurait aimé parlé avec sa professeur principale, partager son enthousiasme pour ses nouvelles découvertes, demander une recommandation d’ouvrage pour approfondir tel ou tel sujet… Mais quelque chose l’en empêchait. Pas vraiment de la froideur, mais une certaine distance, vaguement gênée, que l’Auror dégageait quand elle s’approchait d’elle et qui l’empêchait d’aller jusqu’au bout. Elle ne pensait pas que ça soit dans sa tête.

« Très bien, je vous remercie, et vous ? Le professeur Silkier est malade aujourd’hui, donc nous avons une période de libre, mais sinon tout se passe bien. »

Guenièvre avait été déçue de ne pas avoir cours de Filature et Tapinois, mais elle doutait que ce ça cela dont Jenni veuille lui parler. L’étudiante indiqua la chaise à côté d’elle d’un geste de la main, invitant sa professeure à la rejoindre. A moins qu’elle ne veuille discuter dans un lieu plus privé ? Elle la sentait un peu mal à l’aise, quoi qu’elle affiche son air impassible habituel. Le professeur Malefoy n’était pas quelqu’un de très facile à lire, quand bien même elle avait eu la chance de la connaître un peu en stage, une atmosphère moins formelle que leurs cours actuels. Il était donc difficile de deviner de quoi Jenni voulait l’entretenir. Son travail ? Elle était parmi les meilleurs élèves de sa promotion et n’avait aucun problème particulier. L’Ordre du Phénix ? Elle ne l’aurait probablement abordée ainsi en public. Son affectation de stage de terrain ? Ceux-ci commençaient fin janvier, mais elle savait que le Bureau des Aurors était déjà en train d’examiner leurs dossiers pour les matcher avec leurs futurs tuteurs. Ca demandait un peu de logistique ! Toutefois, à moins qu’il n’y ait un problème à ce sujet, elle ne voyait pas pourquoi sa prof aurait voulu lui en parler en privé, ni pourquoi elle exsudait le malaise. Ne restait donc qu’une seule option.

« Bien sûr. Je n’ai pas d’autre cours avant 15h30. Ici ? Vous voulez un café ? J’allais aller m’en chercher un. »


Guenièvre rangea son livre dans son sac, contredisant ses propres dires. Elle sentait bien qu’elles allaient se passer de café. Parce que si le sujet de conversation était, comme elle le pressentait, leur petite « aventure » du cimetière cet été, ça n’allait pas se passer dans un lieu aussi fréquenté que la cour de la cafétéria. Est-ce qu’elles allaient enfin crever l’abcès ? Parce que ça avait certes été un épisode gênant, mais si c’était ça qui polluait leur relation depuis des mois, il fallait que ça cesse. Elle n’en voulait absolument pas à sa professeure. Ça n’était pas de sa faute si Faussecreth l’avait torturée et privée de sang, non ? Bon. Puis, elle ne savait que trop bien ce que ça faisait de perdre momentanément le contrôle de ses pouvoirs. Au final, il n’y avait pas eu mort d’homme. Il était donc largement temps de passer à autre chose. Elle allait commencer par laisser Jenni mener la danse. Si ça se trouvait, elle voulait vraiment lui parler de son stage. 


Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jenni W. Malefoy
~+ MINISTRE +~
~+ MINISTRE +~
avatar

Nombre de messages : 353
Age du perso : 30 ans (22 mars)
Fonction : ¤ Ancienne Auror Confirmée experte en Magie Noire
¤ Enseignante à l'Institut d'Auror
¤ Prévôt Camariste de Londres.
¤ Mère d'un petit Ewan Cygnus Malefoy né le 05.02.2007.
¤ Membre de l'Ordre du Phénix
¤ Ministre de la Magie depuis le 26.04.2008
Patronus : Augurey depuis Juillet 2007

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
86/100  (86/100)
Inventaire:

MessageSujet: Re: C'est l'heure d'adulter ! [Libre]   Mar 8 Mai - 16:10

A vrai dire, j’aurais dû avoir cette discussion avec elle depuis un petit moment mais mon élan Gryffondesque avait disparu à chaque fois. c’est comme si je devenais de plus en plus trouillarde. L’Auror prodige une trouillarde ? Il ne faut tout de même pas exagérer. Mais il m’arrivais parfois d’être en retrait des choses mais aussi gênée. Et autant dire que je me trouve dans la seconde situation. Cela fait des mois que j’aurais dû avoir une conversation avec elle mais avec ma mise à pied et ma convalescence, c’est encore un peu le brouillard. Je sais que ma place parmi les Aurors est largement compromise avec les derniers évènements. Il ne suffit d’un rien avant qu’on me déclare inapte à reprendre le métier qui est celui que j’ai toujours voulu faire. Mais cela fait plus de dix ans et il m’arrive encore souvent de penser que je devrais laisser ma place à une génération plus jeune. Je suis mère maintenant et il me faut du temps que je dois consacrer à mon fils et à mon époux. Jouant un peu avec mon alliance se trouvant sur mon auriculaire gauche, je me sentais un peu nerveuse. Il faut dire que le sujet est encore un peu délicat pour moi. Malgré tout, je tente de rester discrète sur mon état de nervosité. Depuis les évènements du Semeur de Cadavres, j’ai tendance à ne plus parvenir à dissimuler tout ça et c’est peut-être aussi pour ça que le département des Aurors refuse ma reprise de service. Chose que je comprends parfaitement.

Une fois à proximité de mon élève, j’avais joins mes deux mains devant moi afin de tenter de conserver ma neutralité. Si je ne me montre pas neutre devant mes élèves, comment je peux leur apprendre à l’être ? J’avais donc entamé une discussion avec des banalités mais il fallait bien commencer par quelque chose, non ? J’ai remarqué son sourire et je réponds par un autre malgré ma gène qui ne semble pas trop être envahissante. Pour le moment du moins. J’avais posé une question sur les cours et elle me répond sans détour, ce qui est plutôt bon signe. Je l’ai eu en tant que stagiaire et je l’ai parmi mes élèves. Cette situation est assez désagréable pour moi aussi et je pense qu’il est temps que je tourne la page afin d’assurer une meilleure collaboration avec elle par la suite. Après tout, elle prévoit d’intégrer le département des Aurors et nous serons probablement collègues lorsqu’elle aura terminé ses années et validés ses examens. Mais dans le fond, je ne m’inquiète pas pour ça. Je la vois progresser chaque jour et je l’oblige à se dépasser et à aller chercher les ressources au fond d’elle-même. Comme avec les autres.

Elle me montre alors un emplacement libre à coté d’elle tout en me demandant si je voulais lui parler ici. Pourquoi pas ? Après tout, elles ne peuvent que réellement parler que lorsqu’elles sont toutes les deux dans l’enceinte de l’établissement. Je ne cherche pas à faire du favoritisme et ceux qui me connaissent réellement savent que cela n’est pas le cas mais l’abcès doit être enfin crevé afin de continuer sur des bases sereines et confiantes. Finalement, ce n’est pas le lieu idéale pour parler de ça.

« - J’ai du café dans mon bureau et le sujet dont je tiens à parler avec vous ne peut pas réellement être évoqué en plein milieu de la cour… »

C’était quand même un peu gênée de lui dire ça de cette façon. Mais il fallait bien qu’elle comprenne le pourquoi du comment. Bien sûr, connaissant un peu l’élève en question, je pense savoir qu’elle se doute déjà du sujet de conversation que je compte avoir avec elle. Bien sûr, il y a d’autres sujets mais les évènements avec le semeur de cadavres reste le principal.

« - Surtout que certains de vos camarades sont venues me dire que vous cherchiez des références littéraires pour vos études et j’ai ce qu’il faut là-bas. Du moins, si vous voulez bien m’y accompagner ! »

Je ne peux pas l’obliger à me suivre et cette invitation est réelle. Il y a beaucoup de vrai et je compte bien l’aiguiller. Même s’il y a eu les évènements au Cimetière, elle reste tout de même une première année dont j’ai la charge donc je n’ai pas le droit de la laisser à l’écart. C’est donc un très bon départ, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C'est l'heure d'adulter ! [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
C'est l'heure d'adulter ! [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sale quart d'heure [Libre]
» Tiens c'est l'heure de manger... (libre) || End.
» La rosée du matin sur un air de poème [Libre]
» L'heure du grand départ...[Rp Voyage libre]
» Obama en chute libre ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~+ Poudlard : La Magie s'ouvre à vous +~ :: En dehors des murs :: Instituts Supérieurs :: Lieux communs-
Sauter vers: