Harry Potter à notre saveur !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Call my name [Fin de Scénario]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Dim 12 Nov - 12:31

ft. Ordre du Phénix & Prisonniers de Faussecreth

Sortir de l'Enfer n'est pas aussi aisé qu'on le croit
Call my name
Ils étaient libérés de leur geôlier mais guère de leur geôle. Certes, ils auraient put aisément sortir de l'antre de Ternac pour aller se balader tranquillement dans la forêt, si ce n'était que cette même forêt était peuplée de créatures immondes, sauvages et mortelles. Ho, munies de baguettes magiques ils auraient put se défendre devant ces créatures meurtrières mais, en ce moment, ils étaient un peu à court de baguettes. Comme de tout le reste d'ailleurs. Il importait donc de sortir d'ici dans des délais les plus brefs. Et ils n'avaient rien ou presque pour se défendre. Regardons les faits en face, si vous le voulez bien. Ici se trouvais : un enfant de dix ans, une aveugle, deux vampires dont un incapable de se défendre (aussi bien dire un seul vampire, donc), un être aussi peureux qu'une limace, une femme qui aurait peur de se casser un ongle, une espèce de drogué à en croire Rogue et lui-même. Le constat n'était pas reluisant vu comme ça. Mais quelles étaient leurs capacités réelles ? Voici ce qui en était :

1- Un gamin qui possédait une force physique considérable ainsi que la capacité d'utilisation des disciplines, capacité qu'il avait prouvé maîtriser. Advenant qu'ils doivent soulever un obstacle tel qu'un tronc d'arbre ou une immense roche, le gamin pouvait s'y coller malgré ses dix ans. Sans compter qu'il pouvait utiliser les capacités des Tremere. Bons points. Même si le dit-gamin semblait un peu "hors circuit" depuis la fin du Semeur de Cadavres. Il ne cessait de dire des âneries, mais bon ... ça n'enlevait pas sa force physique.
2- Une aveugle qui, malgré son absence de vue, avait une ouie très fine et qui pouvait, donc, entendre venir de loin les dangers. Bon point aussi.
3- Un vampire capable de mordre une proie et d'utiliser les disciplines à bon escient. Bons points.
4- Un drogué capable de guérir les gens juste en posant les mains sur eux. Ça c'était un excellent point.
5- Et lui. Juste ça c'était un avantage considérable. Surtout qu'il avait comme qui dirait eu quelques petites "visions" étranges dont il n'avait rien dit à personne. Parce qu'il ne voulait pas le croire et que, disons, qu'il aurait l'air un peu con.

Bref, le fait que Julianne soit en route ne le surpris pas du tout. Il l'avait vu. Elle et plusieurs autres. Perdu dans le temps. Il ne savait pas ou exactement mais ils n'étaient pas prêts d'arriver. Rodolphus tourna son regard en direction de son beau-frère mais ne dit rien de ses étranges connaissances nouvelles. Le sorcier n'avait aucune idée du pourquoi du comment, mais il se doutait que ses capacités avaient sûrement à voir avec ce lieu maudit. Ils avaient tous un nouveau don. L'air et l'incompréhension totale qu'avait eu le gendre de Rogue quand il avait guéri la jeune Stevensen parlaient d'eux-mêmes. Lui aussi avait un nouvel élément dans sa vie. Oui, la fin de Faussecreth leur avait apportée quelque chose à tous. Mais pouquoi et surtout comment ?

Le traqueur laissa Severus se rendre près de son gendre princier pendant que Lucius se rendait auprès de Narcissa. Rodo regardait ces derniers quand, subitement, Cissy disparue. Merde ! L'homme se leva, les sens aux aguets. Rien ne semblait suspect. Mais ou était donc Narcissa ? Avait-elle transplanée ? Pourtant, il n'y avait eu aucun bruit notable. Ou alors, était-ce sa capacité à elle qui venait de poindre ? Marchant vers Lucius qui semblait totalement sous le choc -- avec raison, lui-même ne se sentais pas trop frais -- il dit :

" Tu as senti une onde de déplacement ? "

Il fallait investiguer. Ainsi, ils trouveraient Narcissa.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ
~+ SCÉNARIUM +~
~+ SCÉNARIUM +~
avatar

Nombre de messages : 1707

MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Mar 14 Nov - 9:46


Isac Rogue

Le gamin n'allait pas vraiment bien. Il était encore sous le choc de ce qui s'était passé. Allait-il faire de cauchemars pour le restant de ses jours ? Le pire là-dedans, c'était qu'il hallucinais totalement sur son propre cas. Après avoir eu la vive impression qu'il se nommait Bérénice et que sa Mamie Amélia avait été responsable de sa mort sous les traits d'un certain Vincenzo, Isac avait eu d'autres souvenirs précis et foncièrement intimes. Des souvenirs qu'il sentait siens alors qu'ils appartenaient à quelqu'un d'autre. Mais, il avait aussi vécu ces choses, vous comprenez ? Bien vous en fusses, parce que Isac, lui, ne comprenait pas du tout ! Et il résistais à dormir parce que les souvenirs montaient plus facilement quand il dormait. Comme pour les souvenirs de Jeremiah Almond. Jeremiah avait 26 ans lorsqu'il était tombé en bas d'une voiture tirée par des chevaux. Ces derniers lui avaient passé dessus et Jeremiah était mort dans d'atroces souffrances. Jeremiah c'était sa mère ... enfin Léa-Lily là. Et lui, il était Durand, son fils de 8 ans. C'était Durand qui conduisait la voiture. Merde. Il y avait aussi Patricia Tomkins, une vieille dame de 78 ans. Patricia était tombée en bas de son lit et s'était brisée une hanche. Elle était restée là des jours et des jours, sans boire ni manger, criant de plus en plus faiblement qu'on lui vienne en aide. Mais, personne n'était venue et elle était morte toute seule. Patricia c'était Papie Remus et lui était Sally, sa petite-fille ... qui vivait juste en dessous de sa Mamie et qui l'avait entendu appeler à l'aide sans intervenir. Sally (lui ???) avait laissé sa Mamie mourir de faim et de soif. Isac ne comprenait pas. Pourquoi est-ce qu'il pensait à ça, hein ? Il avait beau détester ses grands-parents Lupin, jamais il ne laisserait son Papie Remus mourir, toujours ! Pas tant que ça. Mais, est-ce qu'il détestais vraiment ses grands-parents maternels ? Non. Non, il leur en voulait oui ... mais il ne les détestais pas vraiment vraiment. Pas dans le fond de son coeur. Et, en ce moment, il aurait eu vraiment envie de se lancer sur eux pour les serrer très fort parce que ... parce que Béatrice et Sally, bien, elles voulaient ... quoi ... demander pardon ? Recevoir pardon ? Il n'en avait aucune idée. Isac était si mélangé dans sa tête, si apeuré qu'il ne parvenais plus à penser.

Là, il essayais d'écouter son oncle Luka qui essayais de l'occuper en jouant avec lui aux billes. Ils avaient prit des petites roches, tracé un cercle avec des feuilles et des brindilles sur le sol et là, oncle Luka essayais de lui montrer comment on jouait aux billes. Isac aurait apprécié s'il n'avait pas été préoccupé. Parce que, dans son esprit là, il était maintenant Ulric Lamater, un jeune individu de 17 ans, un Moldu en fait ... et il revivais un accident de voiture. Est-ce qu'il allait encore se sentir mourir ? L'esprit ailleurs, l'enfant vit Narcissa Malefoy disparaître du coin de l'oeil. Il n'en fut que fort peu touché. Isac était ailleurs. Il se contenta de pointer du doigt dans la direction indiquée afin d'aviser son oncle que quelque chose n'allait pas.


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacob Von Dornberg
~+ CRÉATURE MAGIQUE +~
~+ CRÉATURE MAGIQUE +~
avatar

Nombre de messages : 14

MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Jeu 16 Nov - 9:49

Call my name
Madame Pupuce était donc la directrice de Serdaigle. Ha bon ! Amélia Pupuce, directrice de Serdaigle. Jacob avait hoché un peu la tête, signe qu'il avait bien enregistré le message. Dans sa tête se trouvaient plusieurs compartiments dans lesquels il mettait diverses informations pas toujours en ordre mais il avait ses propres méthodes de gestion interne. Avec les années, il avait développé des trucs pour comprendre les choses relativement comme les autres. Être atteint de dysphasie était complexe, les choses abstraites étaient difficilement compréhensibles. Comme maintenant. Une altercation du temps avait dit la Princesse VanHolsen. Le temps comment ? Parce que le temps comprenait plusieurs aspects. L'heure ? L'espace ? Les minutes ou alors les années ? Quoi, le temps ? Jacob allait poser la question quand sa Princesse se mit à respirer comme un iguane avant de se lancer au sol, les mains au visage. Évidemment, le Gardien de l'Elyséum réagit au quart de tour.

" I sa lahta-Aranel VanHolsen ? " *(Que ce passe t'il Princesse VanHolsen ?) dit-il en se précipitant sur Julianne

Il poussa de la jambe Madame Pupuce pour qu'elle ne touche pas à la Princesse en lançant un preux :

" Touchez pas à la Princesse, vous ! "

Okay, elle essayait de la calmer mais peut-être qu'elle était contagieuse ou de quoi du genre. Puis, on ne touchais pas à la Princesse VanHolsen, c'était du lèse majesté ! Jacob se plaça ainsi entre Amélia et Julianne, protégeant cette dernière de son corps, tendant les bras de tout les côtés à la fois pour être bien certain que personne ne l'approche. Puis, il entendit la date. 1337. Hein ?Harry Potter affirma à Julianne qu'elle n'avait rien à craindre, Amélia qu'elle n'était pas obligée d'entrer.

" Mais entrer ou ? C'est quoi qui se passe ? "

Ou ça ? Dans la grotte là ? Pourquoi est-ce que la Princesse VanHolsen aurait peur d'entrer là-dedans ? Le Princesse VanHolsen était super courageuse, elle n'aurait pas peur quand même ? Aussi bien demander ! Jacob, tout innocent qu'il était, baissa les yeux sur Julianne et lui demanda :

" Bha, vous n'avez pas peur, hein !? C'est juste une grotte, quoi ... il y a peut-être des araignées ou des chauves-souris, mais ... vous avez peur des araignées ? Je peut vous protéger, on les écrase c'est tout "

Non, non, Julianne n'avait quand même pas peur ! Il releva les yeux vers Jenni, lui fit un air genre "bha là ... elle a pas peur toujours !" comme si c'était la chose la plus étrange qui soit dans tout le monde entier. Genre "Pas vraaaaiiiii !" avec de grands yeux innocents de biche. Pour finir, il poussa un peu la Princesse du pied pour la faire se lever. C'était comme gênant !

(Hahaha, Jacob me fait trop rire !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luka Petrov
~+ SAINTE-MANGOUSTE +~
~+ SAINTE-MANGOUSTE +~
avatar

Nombre de messages : 79
Age du perso : 32 ans
Fonction : Psymage
Patronus : Aucun

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
100/100  (100/100)
Gallions:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Jeu 16 Nov - 11:36

Luka
Petrov

Ordre
du Phénix

Call my name
Luka était occupé à changer les idées de son neveu mais, en réalité, il se changeait les idées à lui-même. Effectivement, depuis qu'ils étaient parvenus à défaire le Semeur de Cadavres, le psymage était quelque peu perturbé. Voir et subir des traumatismes pouvaient détruire les gens, c'était son travail de le savoir et de tenter de venir en aide à ces individus. Hors, ce n'était pas vraiment le traumatisme d'avoir vu la mort de près qui perturbais le plus le sorcier; même s'il n'était pas trop "intact" dans sa tête; c'était ses mains. Ses mains qui guérissaient étrangement les maux sans qu'il ne saches comment ni pourquoi. Ça avait débuté avec Miss Stevensen. Gravement blessée à la tête, probablement une fracture du crane accompagnée de saignements intra-craniens. Hors, il avait posé les mains sur sa tête pour la palper et estimer les blessures et ... la jeune fille s'était immédiatement réveillée. Sans conséquences. Sans traumatisme. Guérie. Et ça, c'était médicalement impossible. Puis, c'était le sang de Ludwig qu'il avait fait arrêté de s'écouler (sans pouvoir refermer les plaies mais quelque chose disait à Luka que c'était simplement à cause de l'argent et des gênes vampiriques). Juste en posant ses mains sur ses blessures. Comme Jésus ! Était-ce un miracle ? Et pourquoi était-il soudainement capable de faire ça ? Luka ne comprenait pas du tout.

Alors il s'occupait comme il le pouvait. Pour aider Isac à surmonter son trauma. Parce que même s'il avait touché son neveu, il apparaissait que son étrange pouvoir ne guérissait en rien les affections psychologiques. Merde. Ça l'aurait bien aidé dans son travail ! Bon, tant pis. Luka avait trouvé des petites pierres bien rondes, avait constitué un cercle de brindilles sur le sol et il était en train de montrer à son neveu à jouer aux billes. Il y jouait souvent quand il était enfant. Pierre en main, il dit :

" Tu vois, Isac ... tu dois lancer ta pierre le plus près possible de la grosse roche là. Plus tu est proche, plus tu gagnes de points. C'est un peu comme le Bavboules mais il y a quelques différences comme ... "

Isac, muet, venait de lui pointer quelque chose du doigt. Luka tourna donc la tête dans la direction indiquée et remarqua que Lucius Malefoy semblait paniqué alors que Rodolphus Lestrange, lui, semblait intrigué et un peu amusé. Mais ou était Narcissa Malefoy ? Le sorcier fit signe à son neveu d'attendre avant de se relever pour se diriger vers les deux hommes.

" Que ce passe t'il ? "

Il n'avait rien vu d'anormal !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guenièvre Lakers
~+ INSTITUT +~
~+ INSTITUT +~
avatar

Nombre de messages : 647
Age du perso : 18 ans.
Fonction : Institut de formation des Aurors - 1ère année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Membre de l'Ordre du Phénix.
Patronus : Lion

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
100/100  (100/100)
Gallions:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Sam 18 Nov - 15:14

[Ahah, Jacob vaut de l'or. Voir Guenièvre réagir à lui me rappelle quand Donovan et elle ne pouvaient pas se piffer en première année et s'envoyaient des répliques à la tête à chaque fois qu'ils n'arrêtaient pas de se croiser. Trop drôle.  ]

Guenièvre avait le regard et la baguette fixés sur la grotte en face d’elle. Rien de bon ‘n’était jamais sorti de cet endroit, alors dans le doute… Toutefois, l’amas de pierre avait pour l’instant l’air parfaitement calme. Pour leur petit groupe, en revanche, c’était autre chose. Julianne VanHolsen était en train de faire… quoi, exactement ? Une scène ? Une crise de panique ? Elle ne voulait pas, qu’elle disait. Ah. Apparemment, elle n’était donc pas la seule à qui l’endroit rappelait des souvenirs (même si Julianne, contrairement à elle, était déjà venue ici, mais passons). L’ancienne Serdaigle observa avec intérêt de charivari devant elle. Amélia Lupin essayait de rassurer la princesse VanHolsen, et le blond qui lui avait parlé quelques instants auparavant s’en mêlait. Encore un garde du corps vampire un peu trop zélé. Décidément. La jeune femme n’était pas trop fan de ce style de personne, surtout que le gars, là avait l’air de vouloir agir en brutos sans rien comprendre à la situation. On aurait dit un joueur de basket en train d’essayer d’empêcher un membre de l’équipe adverse d’atteindre le panier. Ridicule. En plus, il se permettait de parler en vampire comme s’il était seul au monde. C’était très mal poli ! On était pas dans leur salle du trône et ce n’était pas le moment de faire des simagrées avec un protocole à la con, clair ?

« Calmez-vous. Personne ici ne veut du mal à Julianne. Laissez-la respirer, plutôt. »

Elle se retint malgré tout de parler d’un ton trop sec. Le gars avait été sympa, quelques instants plus tôt, et ils étaient censé bosser ensemble. Puis, depuis qu’elle était à l’Institut, elle faisait des efforts pour paraître un peu moins « donneuse d’ordres ». Entre son autorité naturelle et devenir casse-bonbon, elle était bien consciente qu’il n’y avait qu’un pas qu’elle franchissait parfois sans s’en rendre compte. Et contrairement à Don, Mar et Quentin, le reste du monde extérieur n’avait pas d’obligation contractuelle cosmique de la supporter, donc, elle essayait de mettre de l’eau dans son vin. Quand c’était mérité.

Elle vit avec intérêt que le professeur R.J. Lupin avait eu la même idée qu’elle, sauf que lui possédait bien un téléphone. Elle n’était même pas si surprise. Est-ce que ce truc pouvait fonctionner à une époque où peut-être il n’existait pas encore ? Il fallait espérer qu’il ne se soit pas déchargé dans la faille et…

« Mordiable ! »

Le juron préféré de Godric lui avait échappé, et il était parfaitement approprié aux circonstances. 1337 ?! Mais c’était… loin !!! Sept siècles loin ! Elle se força à inspirer un grand coup. Ca n’était pas le moment de perdre son sang froid. Bon. C’était le Moyen-Age et elle s’y connaissait très bien sur le sujet, s’il y avait besoin. Parce qu’elle ne comptait pas s’éterniser suffisamment pour devoir mobiliser les connaissances de Godric sur le sujet, mais enfin, c’était mieux que rien. D’ailleurs Go était mort 250 ans auparavant, donc ce qu'elle savait était déjà passablement périmé. Le bon point était qu’elle ne risquait pas de le croiser, ce qui aurait assurément été bizarre. L’équivalent pour lui de ce que ça avait été pour elle de rencontrer son double du futur, en quelque sorte. Du coup, Ternac ne pouvait pas non plus être dans la crypte actuelle. D’autres trucs pouvaient s’y trouver, remarquez, mais pas Ternac. Un deuxième bon point.

« Que personne ne bouge. Il faut rester grouper, on ne sait pas si cette faille temporelle est encore présente. »

Il fallait vraiment qu’ils restent tous ensemble. La faille était peut-être encore là, attendant gentiment d’être retraversée… mais elle pouvait aussi être instable et avoir bouger. Ca n’était pas le moment d’être catapultés à différentes époques !

Elle redressa vivement la tête vers le vampire blond, qui pérorait désormais sur les araignées. Est-ce qu'il faisait exprès ? Il n’avait absolument rien compris. Décidément, il était aussi con qu’il était beau ! Il avait des yeux de Chat Potté, l’un des héros du dessin animé qu’elle avait emmené Elaine voir au cinéma cet été. Shrek 3, que ça s’appelait, et la vision moldue de ce qu’était un ogre avait énormément amusé Guenièvre. Mais ça n’était pas le sujet. Devait-elle s’énerver ou être attendrie par la naïveté abyssale du garde du corps ? Pragmatique, elle préféra simplement lui expliquer la situation d’un ton neutre.

« Cette grotte abrite une crypte d’où origine la malédiction Ternac. C’était… enfin, ce sera le quartier général des Deux Grands, quand la malédiction s’emparera de Julianne et de Lucius Malefoy. Ca lui rappelle de mauvais souvenirs, c’est tout, ça n’a rien à voir avec des araignées. »

Elle baissa le regard vers Julianne, qui était toujours au sol, et fronça légèrement les sourcils. Elle aussi sentait malgré tout le mal suinter des vieilles pierres, et faire écho à des moments douloureux. Elle n’aurait pas voulu être à la place de Julianne en cet instant. Elle bloqua son esprit et décida de s’adresser à elle directement par légilimencie :

*Ca va aller. Vous avez vaincu la malédiction Ternac. Vous êtes libre désormais, et cette crypte n’a plus aucune emprise sur vous. Vous êtes libre. Calmez-vous.*

Pas un geste dans son attitude ne trahissait le message d'encouragement qu’elle venait d’envoyer. Elle ne voulait pas humilier Julianne un peu plus en ajoutant une autre personne à son chevet. Et puis, la princesse VanHolsen et elle n’avaient pas toujours eu les meilleurs rapports du monde. Ou peut-être était-ce surtout la Julianne je-sais-tout et forte tête du futur, si semblable à elle-même, qui l’avait énervée ? Dans tous les cas, il y avait toujours eu une petite tension dans leurs rapports. Mais surtout, du respect. Julianne avait commencé par respecter et admirer Godric avant de bien la percevoir elle-même, ou du moins c’était ce dont elle avait eu l’impression, mais il y avait toujours eu du respect. Parce que la princesse était une vraie Gryffondor et Gue ne pouvait qu’admirer ces qualités. Et puis, travailler ensemble cet été pour libérer des otages de Faussecreth avait grandement amélioré leur compréhension mutuelle, au final. Elle espérait donc que son message aurait l’effet attendu. Ils avaient besoin de tous en forme pour sortir du pétrin dans lequel ils s’étaient fourrés. 


Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation


Dernière édition par Guenièvre Lakers le Mar 21 Nov - 9:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Severus Rogue
~+ DIRECTEUR +~
~+ DIRECTEUR +~
avatar

Nombre de messages : 604
Age du perso : 48 ans
Patronus : Biche

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
90/100  (90/100)
Gallions: 1550
Inventaire:

MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Dim 19 Nov - 10:47

Call my nameft. Ordre du Phénix & Prisonniers

L'ancien Mangemort arqua un sourcil en apprenant que son gendre avait prit la place de Lucius à l'entrée de l'antre. Parce qu'il avait deux gendres ici et un de ceux-ci était actuellement en train de lancer des tites roches partout et que cela ne signifiait qu'une chose; Ludwig s'était bêtement levé. Avec les blessures qu'il avaient. Gros imbécile ! Severus fit une moue froidement sarcastique avant de plisser légèrement les yeux. Julianne était en route ? Pour ici ? Bonne nouvelle. Premièrement, sa fille était une sorcière douée. Deuxièmement, elle devait être accompagnée de l'Ordre du Phénix. Elle ne serait pas seule pour venir ici. Plus maintenant. Julianne était peut-être tête en l'air mais, parfois, elle apprenais certaines leçons et Rogue avait l'assurance qu'elle avait appris celle-ci : ne plus jamais agir seule pour sauver l'humanité. Elle avait appris la leçon à la dure cette fois et ça avait assurément entré dans sa petite tête trop souvent écervelée. En tout les cas, au goût de Severus !

" Je reviens " dit-il à Rodolphus

Le vampire se leva avant de sortir de la salle dans laquelle il se trouvais tous. Marchant rapidement dans les couloirs sombres, humides et remplis d'énergie mauvaise, il réfléchissais. Avec Julianne ici, sûrement accompagnée de Jenni et de plusieurs Justicars, ils pourraient sortir de cette foutue forêt dans quelques heures. Parvenu à l'entrée, il prit le temps d'observer son gendre. Il avait fort mauvaise mine. Quel idiot de s'être levé ainsi au lieu de garder ses forces. Il aurait dut s'adresser à lui par légilismencie au lieu de se déplacer. Prince des vampires ou pas, Severus allait agir comme un beau-père et se serait bien fait pour lui, tiens !

" Quelle idée de se lever dans un état pareil ..."

Et toc. Severus lança un regard noir à Ludwig avant de s'avancer dans sa direction. Qu'il s'assied, il allait tourner de l'oeil et il serait obligé de le ramasser !

" Assied toi au lieu de jouer aux idiots "

L'homme jeta ensuite un oeil dehors. Rien. Personne. Pas âme qui vive. Ou se trouvais Julianne au juste ? Severus tenta de repérer son enfant à l'aide de la discipline d'augure, sans succès. Ludwig divaguais t'il ? Julianne avait-elle communiqué avec lui par légilismencie ?

" Je ne perçois pas Julianne ... tu est certain qu'elle arrive ? "

Le directeur de Poudlard tourna son attention sur Ludwig, maintenant assied au sol. Il était toujours blême et il fixait obstinément l'extérieur, se concentrant visiblement sur ce qu'il voulait voir et qui n'apparaissait pas. Il prenait ses espoirs pour des réalités, voilà tout. Severus allait ouvrir la bouche pour ordonner à son gendre de cesser de faire le taré et de retourner se coucher quand :

" Julianne ? Elle et les autres personnes ont disparus comme ça, juste dans un mouvement d'air. J'ai eu peur alors, j'me suis posée "

Rogue se retourna précipitamment en direction de l'extérieur, cherchant la personne qui venait de parler. À ces côtés, Ludwig n'avait pas bougé. C'était comme s'il avait été le seul à entendre l'information. Il aurait put croire à une hallucination, hors il était certain d'avoir réellement entendu une petite voix fluette et mélodieuse lui parler. Une voix amicale. Néanmoins, dans cette forêt, il devait se méfier.

" Ne bouges pas " dit-il à Ludwig avant d'ajouter d'un ton lent et autoritaire :

" Qui a dit ça ? "

Il avait l'air d'un parfait idiot à parler en direction du vide ainsi. Il était en train de perdre la boule.

" Moi ... sur la branche, là "

En tout les cas, s'il perdais la boule, il se répondais à lui-même avec une tite voix de souris. Machinalement, il leva les yeux en direction de l'arbre d'ou provenait la voix. Sur ses gardes, il chercha du regard quelque chose, une bestiole affreuse et sanguinaire qui cherchait à le faire sortir d'ici pour le bouffer tout crue et ... Severus la vit. Elle était là, assise sur une branche et lui envoyait la main en affichant un air timide et réjouie. Visiblement, jamais personne ne devait la comprendre ou discuter avec elle, hormis les siens. Qui ça ? Elle ! Une fée. Assise là sur une branche. Et qui lui affirmait que Julianne et les autres avaient disparus. Une fée qui lui parlais. Une fée qu'il comprenais parfaitement. Mais ... il ne parlais pas fée. D'ailleurs, personne au monde ne comprenais leur langage. Hormis les fées. Et, il n'avait rien d'une fée !

" Tu vois la fée, là, sur la branche ? " demande t'il à Ludwig.

S'il disais non, il irait de ce pas consulter Luka. Que son gendre soit un drogué ou pas, il avait besoin d'anti-psychotique ! Une fée. Qui parle. Merlin.



(MDR)


Severus Tobias Rogue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julianne VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
~+ CAMARISTE +~
avatar

Nombre de messages : 2191
Age du perso : 29 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Guérisseur itinérante
Patronus : Serpent

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
100/100  (100/100)
Gallions: 2 240 164
Inventaire:

MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Dim 19 Nov - 21:57

Call my name
ft. Ordre du phénix
Lucius & Narcissa Malefoy
Luka Petrov
PNJ
Ludwig VanHolsen
Kahlan Stevensen

" Le temps passe. Et chaque fois qu'il y a du temps qui passe, il y quelque chose qui s'efface. "

Pourquoi est-ce qu'ils me parlaient tous en même temps ? Ils ne pouvaient se taire ? Tout tournais autour de moi, tout allait trop vite, tout bougeais et ils parlaient tous en même temps, leurs voix comme sur "fastfoward" m'envahissait et m'envahissait. Tout en moi vibrais. Je sentais les mains du professeur A.Lupin sur mes épaules tout en ne les sentant pas. Respirer. Mais, je n'y arrivais plus ! Plus du tout. Une date monta à mon esprit : 1337. Dans ma panique, je ne réalisai pas ce que cela signifiait. Je ne voulais qu'une chose : m'enfuir. Loin, très loin de ce danger imminent. Hors, mes jambes ne me portaient plus, mon corps ne m'obéissait plus. Il y avait des lustres que je n'avais pas fait d'attaque de panique. Des lustres. La dernière devant dater de ma sixième année à Poudlard. Quelque chose du genre. Mais là, tout était trop. Le fait que je croyais Ludwig mort. L'idée de découvrir son corps. Puis l'antre de Ternac. Pourquoi devais-je y faire à nouveau face ? Pourquoi est-ce que Faussecreth avait amené ses victimes ici ? Au fond de moi, je connaissais fort bien la raison, raison que je voulais refouler au plus profond de mon inconscience : le pouvoir. Le pouvoir seul existait. Le pouvoir et le mal. Le mal qui se trouvais là, dans cette grotte. Je laissai échapper un petit gémissement pendant que, du pied, quelqu'un me poussait. Je ne savais pas qui, mais je m'en foutais royalement. Je ne bougerais pas d'ici. Il n'en était pas question.

Les voix continuaient de parler rapidement, trop rapidement. Puis, une voix s'inséra dans mon esprit. Une voix calme, douce, ferme et quelque peu autoritaire. "Ca va aller. Vous avez vaincu la malédiction Ternac. Vous êtes libre désormais, et cette crypte n’a plus aucune emprise sur vous. Vous êtes libre. Calmez-vous." disait cette voix. Celle de Guenièvre Lakers. Celle de la réincarnation de Godric Griffondor.

Retour en arrière, rituel de libération

J'étais au sol. Morte. En fait, Julianne la Grande était morte. Mon corps qui lui avait servi de véhicule gisait, là, inerte et sans vie. Ce que j'étais, mon esprit ou mon âme, appelez ça comme vous le voulez, se trouvais debout devant ce corps qui ne lui servait plus. Je regardais Ludwig qui me tenait dans ses bras, pleurant et me suppliant de revenir à lui, de me réveiller. Mais, je n'avais pas envie de le faire. J'avais honte, j'étais détruite, j'étais triste, je me sentais coupable. Coupable de toutes ces morts. Honteuse de m'être laissée vaincre. Honteuse d'avoir été trop faible pour faire ce qui importais de faire. Je ne voulais plus poursuivre. Je voulais quitter ce monde.

Relevant la tête, je les vit. Les fondateurs. Leurs esprits étaient debout derrière leurs nouveaux corps. Helga Poufsouffle se tenait derrière Quentin Waldon. Elle me regardait d'un air bienveillant et maternelle, un sourire tendre sur les lèvres. Salazar Serpentard se trouvais derrière Donovan Lasher. Le sorcier froid et austère m'observait fixement, sans trop d'expression mais avec une lueur relativement intéressée dans le regard. Rowena Serdaigle se tenais bien droite derrière Maryna Parker. Mon ancêtre me regardais avec une tendresse infinie, un air de fierté dans ses yeux si semblable aux miens. Godric Griffondor, derrière Guenièvre Lakers, me regardait avec intensité, le dos droit et l'air fier d'un guerrier devant sa protégée. Mais, je ne voulais pas les regarder. Surtout pas lui. Le fondateur de ma maison, maison dont je ne me sentais plus du tout digne. J'avais été faible, j'avais été stupide, j'avais ... j'avais manqué de courage devant mes propres incapacités. Oui, parce que se croire capable de vaincre une malédiction toute seule n'avait rien du courage. Le courage, dans ce cas précis, aurait été d'avoir eu suffisamment de noblesse pour demander de l'aide. Pour dire "je n'y arriverai pas seule". J'étais indigne de Griffondor.

" Retourne a ton corps " me dit Godric

Je ne répondit pas. Les larmes roulaient sur mes joues, s'échappant de mes yeux fermés. Retourner à mon corps ? Je n'en était pas digne. Je ne méritais pas de vivre.

" Julianne, tu dois te presseller ... tu n'as guère de temps " m'avise Rowena
" Je ne veux pas ... je ne veux plus " murmure-je
" Ta fillotte me donne un entesteure, Rowena " dit Salazar
" Salazar, ce n'est pas le moment ... Julianne, regardes-moi ! "

Je n'allais pas le regarder. Je ne le voulais pas. Je gardai les yeux obstinément fermés, me tenant droite et attendant que la mort m'emporte définitivement. C'était tout ce que je méritais.

" J'ai dit ... regardes-moi "

Le ton était d'un impératisme paternel. J'ouvris les yeux et les tournai vers Godric Griffondor. Le fondateur de ma maison me regardais d'un air ferme et résolu. Un air de père devant un enfant particulièrement entêté. Un air rempli de fermeté mais aussi de bienveillance certaine.

" Tu appartiens à ma maison, comporte toi comme tel "
" Non ... non, je ... " dit-je
" Tu appartiens à ma maison. Tu dois agir comme il se doit "

Agir comme il se devait. Mourir serait un peu lâche. Trop facile. Pas un chemin à prendre pour une Griffondor. Je fit néanmoins signe que non. Je n'étais pas aussi courageuse qu'il le croyais. Lentement, Godric retira son épée de son fourreau et me la lança. L'épée tomba au sol, à mes pieds. Je la regardai fixement, ne bougeant pas. Seul un véritable Griffondor pouvait ramasser cette épée. C'était bien connu. Vraiment, Godric Griffondor était un entêté et un emmerdeur de première !
Je fit un léger sourire en quoi, me disant que cette description m'avait été donné si souvent par mon père. En tout cas. Je me penchai, tendit la main vers l'épée, hésita quelques secondes puis la touchai du bout des doigts avant de la ramasser. Elle était chaude et lourde dans ma main mais elle y tenais parfaitement. Je la regardai un peu, me redressai et me dirigeai vers Godric à qui je remit l'épée. Comme seule réponse, l'homme me pointa mon corps. Okay. Okay.

Je revins à mon corps et m'y laissai choir. J'étais de retour. Je ferais face à mon destin.


Fin du flash back

J'ouvris les yeux et relevai la tête. Ma respiration était encore courte, saccadée et tout allait encore trop vite autour de moi pour que ce soit normal. Je m'efforçai de reprendre contrôle de mon élément. Il le fallait. Guenièvre avait raison. J'étais libre. J'avais vaincu le malédiction. Nous l'avions vaincu ensembles. Je fit un signe en direction de Jacob comme si je voulais éloigner une mouche.

" Arrêtes de me pousser, Jacob " dit d'une voix rendue rauque par l'angoisse

Je me relevai, incertaine ... mais mes jambes me portèrent. Je prit une profonde inspiration avant de me tourner vers la crypte. Je la regardai fixement avec une détermination que je voulais assurée. J'avais vaincue. C'était moi la plus forte. Pas ce que représentais cet endroit. Et j'allais retrouver mon mari. Ou ce qui en restais. Cet endroit n'allais pas me le voler.

" Il faut retrouver cette faille ... " murmurai-je

Une altercation de l'air ... une toute petite altercation ... Je plissai les yeux, regardant autour de moi à la recherche de ce mince filet, de cet indice minime. Mais, je ne vit rien ... rien du tout. Il fallait qu'elle soit là ! Il fallait qu'il y ait une faille ! Merde ! On était pas atterri ici tout seuls !

" Je vois rien ... l'air est compacte. C'est impossible. Elle est à quelque part ... "

La forêt de Narws avait beau être ce qu'elle était, elle devait répondre à la science élémentaire !



Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://http:/coachingcoccinelles.com
Ludwig VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
~+ CAMARISTE +~
avatar

Nombre de messages : 218
Age du perso : 32
Fonction : Prince des Vampires Camaristes de Londres et de Kinderdjik
Patronus : Crapeau (ouais, riez)

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
81/100  (81/100)
Gallions:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Lun 20 Nov - 15:15

Call my name

Il regardais à l'extérieur avec attention, cherchant des yeux le moindre signe de vie qu'il soit ami ou ennemi. Julianne était ici, dans cette forêt. Si Jenni y était, et il en était certain, Julianne y était aussi. Et il se mourait d'envie de la voir. Il avait eu si peur de rendre l'âme dans cet antre et de ne jamais revoir celle qu'il aimait. Dehors, tout était silencieux et Ludwig n'osait fermer les yeux malgré sa grande faiblesse, de peur de manquer un mouvement qui lui indiquerait la présence de son épouse. Il tourna néanmoins la tête en direction de son beau-père, qui venait d'arriver. Ho, il lui lançait une boutade ! Très drôle. Ludwig fit un signe de la main pour dire "bha, suis pas mort" avant de se laisser lentement choir sur le sol. S'asseoir, bonne idée. Et non, il n'allait pas s'insulter parce que son beau-père lui avait "manqué de respect" en tant que sujet ... parce que ici, dans cette forêt, il était simplement son beau-père. Puis, en dehors du château aussi. Puis, il n'allait pas se rabrouer pour si peu, pas quand Julianne était sur le point d'arriver. Des plans pour qu'elle lui enfonce les doigts dans ses blessures si elle l'entendait ramener son père à l'ordre ! Bref, Ludwig s'assied au sol sans un mot avant de reporter son attention à l'extérieur.

Le silence se fit durant plusieurs minutes. Dehors, quelques craquements, quelques cris provenant de bêtes féroces mais nul trace humaine. Pourtant, il y avait du monde dans les bois, en route pour ici. Ils devaient être trop loin pour parvenir à les voir. Puis, les arbres étaient si épais, si concentrés sur eux-mêmes qui était difficile de voir quoique ce soit.

" Jenni m'a pisté. Et si Jenni est là, Julianne y est aussi "

Ludwig tourna la tête vers Rogue, fronça les sourcils et ajouta :

" Comment ça vous ne percevez pas Julianne ? Vous ne devez pas utiliser l'augure au niveau qui conviens. Recommencez."

C'était impossible qu'il ne perçoives pas la présence de Julianne. Julianne était ici, dans les bois. Puis, il devait bien percevoir sa présence, non ? Même si elle était au château, quand on pistais quelqu'un on la trouvais ! Il la pistais oui ou non ? Le sorcier se maudit d'être trop faible pour tenter lui-même quoique ce soit et il allait ajouter quelque chose quand son beau-père lui "ordonna" de ne pas bouger avant de demander, bêtement, qui avait dit ça. Heu ... allo ?

" Dit quoi ? La seule personne qui a dit quelque chose, c'est moi ... je vous ai dit de re ... "

Ludwig s'arrêta dans ses paroles et regarda son beau-père d'un air légèrement stupéfait. Une fée ? Sur une branche ? L'homme tourna la tête vers les arbres et chercha des yeux la présence d'une fée. Mais, il ne voyais strictement rien. Il se pencha un peu, grimaçant sous la douleur, jeta un regard en direction de son beau-père pour voir quel arbre exactement il lui désignais du doigt puis regarda à nouveau les branches sans rien voir. Remarquez, une fée c'était petit. Minuscule. Et dans les branchages, enfin. Soit son beau-père avait de bons yeux soit il devenait dingue.

" Une fée ... ok. Et c'est cette heu ... fée qui vous parle ? "

Hoouuu-houuuu ! On avait besoin de Julianne et vite ! Ludwig se remit à observer les espaces serrés entre les arbres, dans l'espoir grandiose de voir apparaître Jul. Elle devait arriver là là. Il voulait, il désirais la voir. Parce que voir des fées qui n'existaient pas (ok, il y avait peut-être une fée, ça existais les fées mais pour le moment, Lud ne voyais rien) et croire les entendre .. parce que les fées, on ne pouvait pas les comprendre ! Bref, Monsieur Rogue commençait à faire de la capine.


(hahahaha)
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
~+ SCÉNARIUM +~
~+ SCÉNARIUM +~
avatar

Nombre de messages : 75
Age du perso : Aussi vieux que le temps lui même...
Fonction : Maître du jeu / modérateur.

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
100/100  (100/100)
Gallions:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Lun 20 Nov - 15:24



Call my name


" Le temps est insaisissable jusqu'à l'inexistence. Et il est la chose au monde dont on peut le moins douter. "


Vous que le temps viens de saisir, serez vous perdu à jamais dans le tourbillon des époques ? Le temps insaisissable vous perdra t'il ? Retrouvez votre chemin, vous qui êtes maintenant en chute libre.

Le temps recule, remonte ... le temps est votre geôle.

Vous êtes maintenant en 1998. Bonne chance.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Remus Lupin
~+ POUDLARD +~
~+ POUDLARD +~
avatar

Nombre de messages : 565
Age du perso : 48 ans
Fonction : Professeur de Défenses contre les Forces du Mal
Vice-Directeur de Poudlard
Directeur de Griffondor
Patronus : Loup

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
100/100  (100/100)
Gallions: 12 493
Inventaire:

MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Lun 20 Nov - 19:05

Call my name

ft. Ordre du Phénix & prisonniers

You cannot escape

La colère. Voilà ce qui submergea Remus Lupin quand il vit le vampire pousser sa louve. Même si ce n'était que très peu, le loup-garou ne pouvait tolérer de voir sa louve se faire pousser ainsi. Jamais il ne le permettrais. Le lycanthrope pointa donc sa baguette droit sur la tête du vampire avec la ferme intention de la lui faire exploser. C'était ça ou il lui cassait la gueule !

" Touches pas à ma femme " prononce t'il d'un ton grave et menaçant

Ça ne lui ressemblait pas du tout d'agir ainsi mais la bête grondait. Et quand le loup grondait, Remus avait bien du mal à se contrôler. Surtout quand il devait protéger sa meute. Personne ne touchais aux membres de sa meute. Il allait vraiment lui péter sa sale tronche de suceur de sang ! Heureusement -- ou pas -- Sirius et James lui "sautèrent" dessus. On aurait dit un retour à l'époque de leurs études. Remus se débattis un peu pendant que ses meilleurs amis y allaient de "calmes toi Lunard" et de "Pupuce n'a rien, han" et de "respires vieux" et de "nous obliges pas à te foutre une baffe !" Ce fut ce dernier commentaire qui le calma. En fait, cela l'amusa tellement qu'il eu un bref rire avant de se dégager vivement.

" Vous et quelle armée ? Vous ne seriez même pas capables de me faire perdre l'équilibre "

Son ton était amusé mais son regard était encore légèrement enflammé. Il avait cependant baissé sa baguette et lança un dernier air noir en direction de Jacob. S'ils étaient dans un autre lieu et à un autre moment ... Remus replaça machinalement ses vêtements avant de reporter son attention sur Julianne, qui venait de se relever. Elle semblait avoir surmonté son attaque de panique. À l'époque de ses études, elle en faisait beaucoup. Lunard se rappelait quelques-unes de ces crises, qui survenaient suite aux attaques psychiques de Voldemort sur la jeune fille. Ne pas paniquer aurait, alors, été un peu anormal. Bref, Julianne semblait maintenant relativement en état et ils pourraient tenter de retrouver leur chemin dans le temps. Il fallait, "simplement" rechercher le mince voile provenant de la faille. Ce serait ardu mais ils pouvaient compter sur des élémentalistes de l'air. Ils pourraient trouver cette faille en jugeant des atomes de l'air. Malheureusement, il semblait que Julianne ne trouvais rien. Et c'était impossible. Une faille temporelle ne disparaissait pas ainsi, hormis que quelqu'un ne l'ait fermée magiquement. Était-il possible que ...

L'air bougea soudainement. Tout tourna, devint flou, tout changea à la vitesse de la lumière. Puis, tout redevint normal. Ne restaient plus que le sentiment d'étourdissement, l'impression de flottement diffus et la légère confusion mentale caractéristiques à un voyage temporel. La faille était peut-être invisible, mais elle était active. Rapidement, Remus regarda autour de lui. Tout le monde étaient présents. Bonne chose. La mauvaise nouvelle, cependant, était que personne n'avait bougé et qu'ils avaient tous été happés quand même. Ce n'était pas une faille normale. Pas du tout. Le Maraudeur baissa les yeux sur son cellulaire.

" 7 octobre 1998 "

Pourquoi cette date lui rappelait quelque chose ?




__________
Époux de Amélia Potter
Père de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-père de Isac & Sarah
Co-propriétaire de la boutique Les Maraudeurs
Professeur de Défenses contre les forces du mal 
Directeur de Griffondor & Vice-directeur de Poudlard
Loup-Garou de son état
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hermione J. Granger
~+ MINISTÈRE +~
~+ MINISTÈRE +~
avatar

Nombre de messages : 41
Age du perso : 28 ans
Fonction : Membre du Ministère de la Magie - Membre de l'Ordre du Phénix
Patronus : Une loutre

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
100/100  (100/100)
Gallions:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Lun 20 Nov - 20:05

Les choses dégénéraient rapidement. Effectivement, après être passés dans une faille temporelle -- Hermy en gardait une nausée passablement embêtante -- voilà que Julianne faisait une attaque de panique. L'ancienne Griffondor observa son amie effondrée et allait se diriger vers elle pour lui venir en aide (d'ailleurs, elle fouillais déjà dans son sac magique à la recherche d'une potion de paix) quand le professeur R.J Lupin fut prit d'une sorte d'excès de colère. Comme Hermione regardait dans son sac, elle n'avait pas vu que Jacob avait légèrement poussé la tante de Harry et, donc, elle regarda la scène d'un air parfaitement estomaqué. Mais, que c'était-il passé ? Le père de Harry et Sirius tentaient de calmer Remus pendant que la jeune femme jeta un regard en direction de Harry.

" Mais, qu'est-ce qui se passe ? " lui demanda t'elle avant d'ajouter pour le professeur Lupin

" Professeur, mais calmez-vous ! Voyons ... "

Rha là là. Enfin, tout devint plus calme et, après avoir appris de la bouche de Harry que Jacob Von quelque chose avait poussé un peu sa tante, Hermione hocha la tête d'un air entendu. Ha. C'était donc ça. Effectivement, il valait mieux ne jamais s'en prendre à la femme d'un loup-garou. Encore moins à sa louve ! Ce Jacob était un peu trop exubérant, non ? En tout les cas, il avait son métier à coeur. D'un ton calme mais quelque peu professoral, elle dit à Jacob :

" Excusez le Professeur R.J Lupin ... mais ce n'était pas nécessaire de pousser sa femme tout de même ! On est tous amis, ici "

Ceci étant dit, Hermione replaça une mèche de ses cheveux avant de regarder aussi autour d'elle. Pas simple de trouver un tout petit changement d'air. Pas simple du tout. Même Julianne ne trouvais pas, ce qui était quelque peu embêtant. La faille devait bien être à quelque part ! La jeune femme ouvrit la bouche mais la referma bien vite. Tout se mouvait à nouveau.Vite, les arbres poussèrent autour d'eux. Vite, les saisons changèrent. Vite le flou les envahis et, soudain, tout cessa. Hermione dut se raccrocher à Ron pour ne pas perdre pied puis, ayant retrouvé son équilibre, elle se remit d'aplomb avec assurance.

" D'accord ... c'est une faille qui se déplace. Étrange mais il y a certainement une logique qui ... "

1998. Le 7 octobre. C'était ce qu'affirmait Remus. Cette date fit taire Hermione qui se mit à réfléchir rapidement. Regardant le sol, elle ne cessait de murmurer la date, ajoutant qu'elle savait que c'était important, qu'est-ce qui avait eu lieu à cette date, le 7 octobre 1998 ... le 7 octobre 1998 ...

" Ho mon Dieu ! CACHEZ-VOUS ! VITE ! "

Hermione poussa dans le dos de Ron et Harry tout en courant vers les arbres. Ils devaient se cacher ! Elle ne savait pas l'heure, elle ne savait pas si Cigodan Dumbledore avait déjà quitté la crypte avec ses morts-vivants, afin d'attaquer les gradins de Quidditch de Poudlard, mais c'était bel et bien à cette date précise que la première attaque des cadavres avait eu lieu. Et tout partais d'ici. Et Ron et Harry qui n'avançaient pas !

" Vous ne comprenez pas, enfin ! Le 7 octobre 1998, c'est à cette date que Cigodan Dumbledore a fait sa première attaque ! Et il part d'ici ! Cachez-vous bon sang ! "

Ses amis étaient parfois de parfaits idiots !
Call my nameft. Hermione, les prisonniers & l'Ordre du Phénix
Ʃkaemp はは ™
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jenni W. Malefoy
~+ MINISTRE +~
~+ MINISTRE +~
avatar

Nombre de messages : 349
Age du perso : 30 ans (22 mars)
Fonction : ¤ Ancienne Auror Confirmée experte en Magie Noire
¤ Enseignante à l'Institut d'Auror
¤ Prévôt Camariste de Londres.
¤ Mère d'un petit Ewan Cygnus Malefoy né le 05.02.2007.
¤ Membre de l'Ordre du Phénix
¤ Ministre de la Magie depuis le 26.04.2008
Patronus : Augurey depuis Juillet 2007

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
86/100  (86/100)
Gallions:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Mar 21 Nov - 7:45

Call My Name Je savais où il était mais je connaissais aussi le danger de cette forêt. Je suis peut-être un Vampire mais je sentais cette présence qui semble anodine. Or, je sais très bien ce qui rôde dans cette forêt mais je ne dois pas reculer. J'ai peut-être ma forme de vampire mais tout le monde connait déjà mon statut de vampire. Par ailleurs, même la communauté magique le connait puisque j'ai dû le déclarer pour continuer mon métier. Malheureusement,  un événement m'a obligé à me replier chez moi auprès de mon mari et de mon fils. Sainte-Mangouste a estimé que j'étais encore inapte à reprendre le travail. Cela m'a un peu arrangé puisque j'ai pu passer du temps avec eux. Drago avait besoin de ma présence puisque c'est ensemble que nous avons été enlevé. C'est donc ensemble qu'on a surmonter l'épreuve. Mais quelque chose avait déclenché un changement et personne ne savait ce qui s'était passé. Oui, j'avais pris le temps de faire du repérage mais je m'étais fais particulièrement discrète. Bien sûr, j'avais entendu le murmure d'Hermione et je n'avais rien dit. Surtout qu'on travaille dans le même département. Je préfère me taire et elle verra par elle-même. J'avais apprécié Hermione le temps de mes études mais j'ai cette impression de l'apprécier de moins en moins. Fermant les yeux un instant, je secoue ma tête afin de me concentrer sur le lieu où il se trouve. Ouvrant la marche, je guette chacun de mes sens et j'avais déjà repéré des ombres qui nous suivaient. Des rires, des pas sourds et bien d'autres choses.... Je sentais leur présence. Sous ma forme vampirique, mon odorat et même si ce sont des ombres, ils ont une odeur qui n'est pas agréable mais je ne suis pas du genre à me plaindre. Loin de là...

Continuant ma route, je reste silencieuse même si cela ne m'empêche pas d'avoir  ma baguette en main. Ce qui est bien lorsqu'on est vampire, c'est que la Magie sans baguette est existante et que je suis libre de m'en servir. Mais je ne compte normalement pas le faire. Je reste silencieuse car il n'y avait rien à dire de plus. Je fais mon travail et je ne suis pas l'Auror Prodige pour rien. Je compte bien le prouver. Je suis peut-être mise à pied le temps de ma convalescence mais je ne suis pas rouillée. Loin de là, j'ai même la tête sur les épaules. Trop peut-être même. Habituellement, je ne suis pas impassible mais quelque chose fait que mon propre comportement à changé... Je le saurais peut-être plus tard. Amélia explique ce que c'est et je rejoins les autres même si l'appel des Ombres étaient omniprésente. Je ne dois pas y répondre. Jamais. Je n'ai jamais voulu devenir une créatures des Ombres mais j'ai accepté même si j'ai mis de nombreuses années à l'admettre et à considérer mon autre moi comme tel. Et encore, je n'ai pas tout assumé de cet aspect Comme ce que je suis devenu lors de la dernière mission. Oui, j'ai encore un peu honte mais je devais le garder pour moi. Et un jour où l'autre, je vais devoir discuter avec Guenièvre afin de mettre ça au clair. Un jour... Peut-être lorsqu'on me permettra de reprendre du service. Je l'espère. J'entendais tout ce qui m'entourait, y compris les paroles des uns et des autres et je n'y réponds pas.

C'est alors que ma meilleure amie s'arrête et qu'elle commence à paniquer. Je m'arrête et je tourne la tête vers elle. Je penche ma tête sur le coté avant de m'avancer vers elle et je dépose une main sur son épaule pour l'aider. Je ne pouvais rien faire d'autre. Je ne peux pas l'obliger à venir si elle ne peut pas. Je ne suis pas au courant de tout mais je me rappelle vaguement d'un lieu qui ressemble à celui que je vois sous les yeux. Je me penche vers elle et je tente de la rassurer avec les moyens du bord. Que pouvais-je faire de plus finalement ? Je ne peux que la soutenir dans un moment où elle peut faiblir. Puis mes sens s'affolent et je regarde autour de moi. Tout semble avoir disparu et j'étais comme en train de chuter dans le vide. Je baisse alors la tête et je suis comme tétanisée en me voyant « chuter »... Manifestation du temps à travers les failles... Voilà pourquoi je ne me sens pas à l'aise... Le temps se transforme et nous voyageons à travers l'espace-temps. Ce n'est pas une chose qui me plait réellement. C'est alors que Remus annonce la date et je deviens livide. Il faut dire que je n'avais jamais fait de voyage dans le temps... J'étais donc un peu perturbée. Je secoue ma tête à plusieurs reprises. L'attraction des ombres dont j'ignorais d'où cela venait et maintenant ça... Je commençais à perdre pied et à ne plus rien comprendre. Pourtant, je suis quelqu'un qui a toujours su me débrouiller mais là, il y a beaucoup trop de variable pour moi. Je ne me sens pas en super forme sur le moment et je commence à avoir un peu de mal à respirer. Ouvrant mon col de vêtement, c'est une drôle de sensation que je ressens là. Cela ne m'est jamais arrivé.

Je ne sais absolument pas ce qui m'arrive mais je ne dois pas me laisser démonter. Je lève les yeux vers la grotte. Je ressens l'aura qui s'y dégage et j'en frissonne... Serait-ce la grotte où tout est arrivé lors de son enlèvement ? J'arque un sourcil en l'analysant de près. Plus de dix ans se sont écoulés depuis et je n'ai plus de souvenirs précis des lieux. Je ne suis même pas sûre que cela soit la même grotte. Je n'ai pas toujours été là, présente pour elle mais même éloignée, nous savions l'une et l'autre que nous étions respectivement en vie. Je reste calme et je prends le temps de respirer plusieurs bouffées d'air. Puis, j'entends Jacob et je prends un air dépité... Puis c'est Guenièvre qui prend la parole et qui explique ce qu'est cette grotte. Oh... Donc c'était bien pendant la période où j'étais en vadrouille dans le Monde plus particulièrement en Allemagne. Mais je n'étais pas que là-bas... J'étais loin de toutes influences... C'est alors qu'on a encore en train de planer dans le vide. Je ne suis pas sûre de tout comprendre. Je ferme alors les yeux afin de me rappeler de l'époque où j'avais le retourneur de temps que Minerva McGonagall ou Remus Lupin m'avait confié. Je l'avais gardé deux années et j'avais été prudente tout le long de son usage. Je ne devais pas croiser mon double moi... Sacrée bataille à l'époque et personne ne l'avait su, même pas Voldemort alors qu'à l'époque, je suis tombé deux semaines entre ses mains et il s'était bien amusé avec moi. Je calme ma respiration avant d'ouvrir de nouveau les yeux. Elle avait entendu la date et elle a bien compris. Elle était là durant cette période puisqu'elle avait affronté Cigodan Dumbledore. Pourtant, je me rappelle clairement de son appel aux morts et j'avais eu beaucoup de mal à y résister.

Je me mets à bouger avant de placer mes mains sur ma tête en entendant une sorte d'appel. Son appel aux morts... Pour rappel, je suis déjà morte une fois où j'ai sauté de la plus haute tour du château de Poudlard avant d'être arraché au monde des morts de force par Aetha. Cependant, je suis resté sensible au nécromancien qu'à été Cigodan. J'ai pu y résister mais ici, l'appel est super violent et cela me donne mal à la tête. Puis, je me mets à genou, la tête entre les mains, incapable de bouger. Je ressens son influence et je ne voulais qu'une chose, c'est quitter cette année maudite. A l'époque, j'étais loin de cette forêt mais là, c'est très puissant et j'entends des mots en langue morte. Fait chier... Je dis alors avec difficulté.

« - Il... appelle les … morts... Je … l'entends... »

Tout le monde ou presque se rappelle de Cigodan mais peu de personnes se souviennent du lien avec les morts que je dispose malgré ma résurrection. Je ferme les yeux... Je tente de me calmer et de respirer. Ma forme vampirique a disparu à la suite de cet étrange appel. Je ne dois pas lui céder. Je ne dois pas intervenir dans le temps. C'était comme un appel au secours pour moi et je souffre de cet appel dû à ma résistance à l'appel maudit. A l'époque, j'avais des cauchemars mais uniquement parce que j'étais éloigné mais là, je suis tout proche. Trop proche. Je tourne alors le regard vers la grotte alors que je commençais à transpirer.

« - Il... est... là... »

Je ferme de nouveau les yeux et je respire essayant de garder mon calme. Je ne savais pas comment me sortir de là. C'est alors que je me redresse et que je marche avec difficulté vers la fameuse grotte. Je suis prise dans son filet et je me parviens pas à me libérer. L'appel est trop fort. Aucun cri, aucun son... Je ne pouvais plus rien dire et me voilà dans la malédiction de Dumbledore. Me voilà bien dans la merde...


La preuve : ICI

© 2981 12289 0

Rappel:
 


Dernière édition par Jenni W. Malefoy le Mar 21 Nov - 16:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guenièvre Lakers
~+ INSTITUT +~
~+ INSTITUT +~
avatar

Nombre de messages : 647
Age du perso : 18 ans.
Fonction : Institut de formation des Aurors - 1ère année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Membre de l'Ordre du Phénix.
Patronus : Lion

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
100/100  (100/100)
Gallions:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Mar 21 Nov - 9:35

C’était du grand n’importe quoi. Le soldat vampire qui faisait du zèle, tout le monde collé à Julianne et maintenant… le professeur Lupin qui se mettait en mode bagarre, retenu par le reste des Maraudeurs ? Elle lança un coup d’œil un peu surpris à la scène mais se retint de faire un commentaire. Il y avait déjà suffisamment de monde en train d’intervenir comme ça.


Heureusement, Julianne venait de se relever, et les choses allaient pouvoir procéder manière plus ordonnée. De là où elle était, Guenièvre lui adressa un sourire amical et un peu fier. Somme toute, sa crise de panique n’avait pas duré très longtemps. Julianne n’était pas une Gryffondor pour rien. Ainsi donc, le beau garde du corps à la ramasse s’appelait Jacob. Elle se fit une petite note mentale, et tourna la tête. Evidemment, elle ne pouvait pas « voir » l’air comme Julianne, mais ça ne l’empêchait pas d’essayer ! Comment ça, il n’y avait pas de faille ? Parce que, elle se sentait bouger, là ! L’ancienne Serdaigle agrippa sa précieuse baguette en bois d’If, qui était son ticket de retour plus que tout le reste. Elle avait encore des bouffées d’angoisse en pensant que Maryna et Quentin avaient perdu les leurs à cause de Faussecreth. Après tout ce qu’ils avaient souffert pour se lier à ces baguettes spéciales ! C’était comme si le sale psychopathe avait fait exploser leur beau quatuor, en quelque sorte, et comme ça coïncidait avec leur sortie de Poudlard, elle ne pouvait pas s’empêcher de voir ça comme un signe supplémentaire qu’ils s’en allaient maintenant sur des chemins séparés. Et elle n’aimait pas ça.


Comme elle n’aimait pas les failles temporelles. Ils venaient d’ « atterrir » et comme d’autres autour d’elle, elle se prit à compter rapidement ses compagnons. Personne ne manquait. Son regard se reporta donc vers le professeur Lupin : 7 octobre 1998. Bien. Elle avait 9 ans, alors, aucune chance de croiser son double dans la forêt de Narws. Elle devait être en train de jouer tranquillement avec des allumettes dans la maison de son père, à l’heure qu’il était (bah quoi ? Elle avait été une enfant relativement sage !). Et neuf ans en arrière était beaucoup mieux que 700. Sauf que… Cidogan Dumbledore ? Le gars des zombies ? Mais, mais, elle le connaissait ! Ou plutôt, Godric connaissait. Hein ?


De l’extérieur, elle sembla simplement se raidir, yeux dans le vite, suspendue alors qu’elle était en train de s’avancer vers Hermione. Il y avait très longtemps que Godric n’avait pas pris le contrôle, poussant un souvenir en occultant la réalité autour d’elle comme cela. Elle hoqueta. Il était passé dans une faille temporelle, et était venu à son époque, et il lui avait caché tout ce temps ?! Mais… ! Ce sale traître lui avait pourtant dit qu’il n’avait plus de secret, en-dehors de ce qui s’était passé entre sa mort à lui et sa naissance à elle. Personne de vivant ne devait savoir ce qu’il y avait dans l’au-delà, okay, mais ça ! Yeux toujours dans le vague, bouche grande ouverte sous l’étonnement, elle voyait défiler à grande vitesse sous ses yeux un Poudlard envahi de morts-vivants, fondant sous l’épée d’argent qu’elle… que Godric faisait tournoyer devant lui. Les quatre fondateurs avaient été présents à Poudlard ce jour-là, et personne n’avait jugé utile de le lui dire ? Il avait été si proche, vivant ?


Le souvenir se termina et elle chuta en avant, déstabilisée, s’écrasant de plein fouet sur son genou droit, lançant les mains juste à temps pour ne pas se cogner la tête. Bon sang ! Elle se redressa immédiatement, retenant un grognement de douleur face à l’élancement qui lui montait du genou.

« J’étais… Godric était là en 1998, pendant l’attaque de Poudlard ? »

Evidemment qu’il lui avait caché ce genre de trucs pour ne pas altérer ses relations avec ses professeurs de l’époque, mais une fois les Deux Grands ratiboisés, il aurait pu le lui dire ! Bon, bon, réagir. Elle ne l’avait jamais lancé de sa vie, mais le flash-back qu’elle venait d’avoir avait eu moins eu le mérite de lui apprendre le sortilège anti-zombies. Fading Koken. D’acc-o-d’acc. Sauf que Go avait utilisé une épée, alors. Sans plus se poser de question, elle se retourna, fit trois pas en grimaçant et arracha une belle branche de l’arbre le plus proche. Le plus rageant était qu’ayant été répartie à Serdaigle dans cette vie, jamais son ancienne épée n’allait lui apparaître spontanément. Cependant, elle pouvait en transfigurer une nouvelle et l’enchanter de même. Elle tendit le bras vers la branche en question, lança un informulé et… [lancé de dé, échec], rien ne se produisit. Normal. Elle avait réalisé au beau milieu de son sort que ça ne servirait à rien et avait manqué de conviction. Même en admettant qu’elle laisse Go la guider pour manier une épée, elle n’avait pas la musculature d’un homme dans la force de l’âge alors, elle ne l’aurait pas tenue bien longtemps. Puis, si elle était assez près d’une horde de zombies en vaste supériorité numérique pour les toucher de l’épée, elle serait déjà fichue. A la baguette, traditionnellement, alors. Elle lâcha sa branche et se retourna vers le groupe, dont Jenni s’éloignait. Elle devait avoir perçu un truc avec ses sens de vampires.

« Et si on profitait de l’opportunité pour essayer de neutraliser Dumbledore maintenant ? Est-ce que vous pensez que ça aurait trop de conséquences sur le présent ? »


En règle générale, il ne fallait pas toucher au passé, mais là, des centaines de vies étaient en jeu alors il fallait bien se poser la question, non ? Go venait de lui apprendre que Remus Lupin avait perdu sa mère à cause de ce psychopathe, et si sa mémoire était bonne, c’était comme ça que la fille de Black avait été adoptée. Maryna avait dû lui raconter un truc du genre. La journée ne serait pas gâchée s’ils se débarrassaient de deux monstres sanguinaires au lieu d’un. Enfin, s’ils y arrivaient. Que disait Jenni ? Il était là ? Cidogan Dumbledore ? Guenièvre pointa sa baguette vers le mausolée, tandis que sa main libre massait son genou. Elle sentait déjà une bosse, mais c'était le cadet de ses soucis. 


Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
~+ POUDLARD +~
avatar

Nombre de messages : 736
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
84/100  (84/100)
Gallions: 12 493
Inventaire:

MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Mar 21 Nov - 11:36

Call my name
Je réconfortais Julianne quand je me fit légèrement pousser par Jacob. Relevant les yeux vers lui, j'allais lui demander s'il m'avait vu, han, quand Remus se mit à jouer au loup protecteur. Tout le monde était stressé et à cran, han, fallait comprendre que la tension lui fasse perdre un peu le contrôle de la bête en lui et tout ça. Je me penchai sur le côté question de regarder Remus par derrière les jambes de Jacob. Ho, il était vraiment en colère vous avez vu ? Dites ? Et James et Sirius essayaient de le calmer. Je me relevai et me dirigeai vers mon époux, affichant un air doux et parfaitement calme. Dans ces temps-là, han, il fallait que je sorte mes airs d'innocence. Ho là là ... il était vraiment sur le gros nerfs !

" Remus, han ! Ça va, je suis pas blessée, han ... Ranges ta baguette, faut pas t'énerver c'est pas bon pour ton coeur "

Pas que le coeur de Remus avait des problèmes mais on ne prenait jamais de chance. Enfin, il se calma suite à une boutade de Sirius. Je fit un sourire à Remus avant de lui prendre délicatement la main. Tout allait bien, han ! Regardez même Julianne venait de se remettre debout. On pourrait continuer notre route en autant que nous puissions trouver l'endroit ou se trouvais la faille pour la traverser volontairement. Le processus était un peu complexe, certes, mais nous pourrions y arriver si ...

Tout se mit à tourner. Je serrai la main de Remus très fort alors que les arbres autour de nous grandissaient et que l'air tournoyait à une vitesse grand v. Puis, tout cessa. Je regardai tout le monde avec de grands yeux de hiboux. Mais, personne n'avait bougé, han ! Remus regarda son téléphone et nous informa de la date. J'eu aussitôt un hoquet de stupeur. Tout comme Hermione, j'avais immédiatement compris que nous étions dans une situation des plus précaires. Une faille qui se mouvait toute seule et ... Cigodan Dumbledore. Nous étions en plein dans le trajet des morts ! Pendant que Hermione poussait Ron et Harry pour aller à couvert, je me tournai vers Remus. Il fallait savoir l'heure ! L'heure, han ! Est-ce que Dumbledore était déjà parti avec ses morts ou ...

" Quelle heure il est ? Han ? Remus, quelle heure il est !? "

N'entendant pas sa réponse, je me retournai vers Guenièvre, qui venait de se planter au sol. J'allais l'aider mais je retins mon geste puisqu'elle venait de se relever toute seule, demandant si Godric était là lors de l'attaque de Poudlard. Je la regardai quelques secondes en clignant des yeux avant de dire :

" Bien oui, han ! Tu ne le savais pas ? Dit ? Vous ... enfin, les fondateurs han, étaient revenus avec nous du passé pour amener les stèles de Merlin à notre époque. Parce que nous, nous ne pouvions pas les toucher, han, alors ils les ont amenés et là, ils allaient repartir quand Cigodan à attaqué la première fois. C'était à l'époque ou il y avaient pleins de failles temporelles un peu partout, il était passé par une et là, han, tout le monde allait dans des univers parallèles et tout ça et ... "

Jenni venait de s'écrouler au sol. Mais, elle avait quoi ? Han ? Je la regardai quelques instants, frissonnant devant ses paroles. Dumbledore était là ? Il levait ses morts ? Ho non, han ! Je me retournai rapidement en direction de la crypte, baguette tendue sur l'entrée. Jenni, elle, venait de se relever et marchait lentement vers l'entrée ... d'un pas saccadé. Je fit de grands yeux avant de dire :

" Jenni ? Han ? Mais vous faites quoi ? Jenni ? Jenni, han ! "

Pas de réponse. Mais han ! Qu'est-ce que Jenni faisait ? On aurait dit qu'elle ... qu'elle obéissait à l'appel de Dumbledore et qu'elle ...

" Ho han ! "

Jenni avait déjà été morte, han ! Morte de morte pour de vrai, han. Sans Aetha, elle serait toute décrépite là, resterais plus que des os et rien d'autre et ... Je pointai ma baguette sur son dos.

* Stupéfix *



Comme mon sort allait l'atteindre, Jenni se prit le pied dans une racine et trébucha suffisamment pour que le sortilège la rate de peu. Elle reprit ensuite sa route, imperturbable. Merdheu !!!!

" Julianne, han ! Jenni ! Faut l'arrêter, han ! Elle réponds à l'appel des morts, vite ! "

Il ne fallait pas qu'elle parte trop loin, qu'elle reste ici quand la faille allait nous attraper à nouveau. Là, nous serions dans la merde ... parce qu'elle irait participer à l'attaque de Poudlard et là ... merde, il ne fallait rien changer au passé ! Ça aurait de graves conséquences. Si on changeait quoi que ce soit, l'avenir en serait dévasté. Peut-être que les parents de Malka ne seraient pas tués. Malka ne serait donc pas adoptée par Sirius. Et sans les épreuves qu'elle avait vécue, cela changerait peut-être suffisamment sa personnalité pour qu'elle ne soit pas à Griffondor, pour qu'elle ne soit plus celle qu'elle était maintenant. Et qu'en serait-il si la mère de Remus ne mourrait pas ? Et Ève ? Peut-être qu'elle ne serait pas morte non plus ... ni Albus Dumbledore. Malgré le désir de voir ces gens vivants il fallait absoluement les garder morts.

" N'éliminez aucun mort-vivant ! Il faut qu'ils partent tous pour les gradins de Quidditch ... il ne faut pas tenter de les arrêter ou d'arrêter Dumbledore ... on ne doit rien changer, rien du tout ! Et arrêtez Jenni, faut pas qu'elle reste ici, han ! "

Nous étions dans le purin de crottin de veau !
Codage par Libella sur Graphiorum




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Potter
~+ POUDLARD +~
~+ POUDLARD +~
avatar

Nombre de messages : 56
Age du perso : 48 ans
Fonction : Professeur de Sortilèges, Membre de l'Ordre du Phénix
Patronus : Biche

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
100/100  (100/100)
Gallions: 22 235
Inventaire:

MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Mar 21 Nov - 12:56

Call my name
Comme les autres, Lily avait été entraînée dans ce qui avait tout l'air d'une faille temporelle. Machinalement, la femme s'était retenue au bras de son ex conjoint avant de retirer vivement sa main une fois atterrie en 1337. Elle ne regarda pas James ni ne tenta de dire quoique ce soit. Elle ne voulait pas lui donner l'impression d'une chance quelconque. Son choix était fait, elle ne pouvait plus nier n'avoir jamais oublié Severus. Puis, elle n'était pas une girouette qui changeait constamment d'avis. Bref, elle porta son attention sur Julianne, qui était en pleine attaque de panique. Le regard bienveillant, elle attendit que sa "belle-fille" soit aidée par ses amis. Les choses se mirent rapidement à déraper, cependant. Amélia venait de se faire un tantinet bousculée par le garde de Julianne et Remus le prenait mal. La rousse tourna son regard vert sur son ami, soupirant un peu. Elle ne fit rien, pas un geste et ne dit mot non plus. Elle se contenta de croiser les bras en observant la scène. Lily avait si souvent vu une scène semblable qu'elle en connaissait l'issue presque par coeur. Pas que Remus ait été sujet à ce genre de crise, mais disons que les Maraudeurs devaient souvent se contraindre à l'époque de Poudlard. La plupart du temps parce que Amélia disait un truc qui ne plaisait pas à James et qu'il voulait la pendre par les tresses à une tour. Ou alors qu'un type tournait autour de sa soeur. Ou bien Remus retenais James ou Sirius qui voulait casser la gueule à Severus. Bref. Du déjà vu qui se termina comme habituellement. Une petite blague vint mettre un terme à tout ça.

" Bon, on peut y aller maintenant ? " dit-elle d'un ton las

Severus était encore prisonnier de Faussecreth et elle voulait absolument le retrouver. Vivant. Lily avait déjà perdu sa petite-fille et elle ne voulait pour rien au monde perdre celui qu'elle avait toujours aimé. Ils devaient donc trouver le moyen de revenir à leur époque pour libérer ceux qui avaient besoin d'eux. Pas de temps à perdre avec des bagarres sans sens ! La femme tourna les talons pour scruter l'endroit mais ne vit rien qui permettais d'envisager la présence d'une faille.

Soudain, tout se mouva à nouveau. Alors que rien ni personne n'avait avancé d'un centimètre, le décor se mouvait une nouvelle fois, bougeant, se créant dans un flou épars. Lily attendit, les pieds solidement enracinés au sol. Quand tout se calma autour d'elle, elle dirigea son regard vers les autres. Hermione affirmait qu'il s'agissait d'une faille mouvante. Peut-être mais improbable. Jamais la sorcière n'avait entendu parler d'une faille qui se déplaçait.

" Je ne crois pas que ce soit ça. Les failles temporelles sont, par nature, immobiles. Je crois plutôt qu'il s'agit de magie noire. Un sort à certainement été lancé près de la crypte pour empêcher des sorciers bien intentionnés d'y entrer "

Ce serait plus logique. Un sort lancé par Faussecreth ou par son étrange serviteur. Ou bien un sort laissé ici par les Deux Grands ? Lily allait questionner Julianne à ce propos quand Guenièvre demanda s'ils ne devaient pas en profiter pour neutraliser Dumbledore maintenant ?

" Il vaux mieux éviter ... mais s'il ne nous donne pas le choix, il faudra bien prendre le risque " dit-elle a Guenièvre

Ils n'allaient pas se laisser tuer non plus. Ça aussi ça aurait des conséquences néfastes ! Vous vous imaginez si Julianne mourrait maintenant ? Pas de Deux Grands, pleins de survivants mais une malédiction non enrayée. Tout serait à recommencer. Ou bien, si Jenni mourait ? Son fils ne verrait jamais le jour. Ou si ... Parlant de Jenni, elle s'avançait vers la crypte d'un pas lent et hésitant. Amélia tenta de la stupéfier ce qui surpris énormément Lily.

" Amélia ! Mais, qu'est-ce que tu fait ? "

Les paroles de sa belle-soeur finirent par surprendre Lily. Comment ça, Jenni répondais à l'appel des morts ? Mais, elle n'était pas morte ! La femme demeura stoique quelques secondes pendant que Amélia avertissais tout le monde de ne rien tenter contre les zombies ou Dumbledore. Puis, elle leur hurla à nouveau d'arrêter Jenni. Mais voyons ! Lily leva sa baguette vers Jenni et y alla d'un stupéfix quelque peu nonchalant.



Le sortilège de Stupéfix frappa Jenni droit dans le dos. Rien de plus simple pour une experte en sortilèges ! Bon, maintenant que Jenni était immobile, est-ce qu'on pourrait avoir des explications !?

" Amélia ! Comment Jenni peut-elle répondre à l'appel des morts ? Elle n'est pas morte, toujours ! Puis, on ne va pas laisser les cadavres nous tuer non plus ... si on dois se battre, on se bat ! "

Parfois, sa belle-soeur et sa tête de génie l'énervais !
; color:black;">Informations


~+ Plongée dans le coma en 1981, suite à un sortilège de sommeil éternel lancé par Dumbledore +~
~+ Sortie du coma en 1996, après la naissance de son neveu James (merci Amélia & Remus !) +~
~+ Professeur de Sortilèges à Poudlard +~
~+ Membre de l'Ordre du Phénix +~
~+ Mère d'Abigail, Harry, Kimberly, Maxime et Morgane +~
~+ Divorcée de James Potter, en couple avec Severus Rogue (envers et contre tous) +~

Présentation - Mes liens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirius Black
~+ MINISTÈRE +~
~+ MINISTÈRE +~
avatar

Nombre de messages : 376
Age du perso : 48 ans
Patronus : Chien

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
87/100  (87/100)
Gallions: 120 087
Inventaire:

MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Mar 21 Nov - 14:46

Call my name
Comme ça, c'étaient des Shadow People, han ! D'accord. Une autre espèce de bidules étranges et pas trop réjouissantes. Sirius regarda autour de lui dans le but de voir s'il y avait encore de ces trucs dans le coin mais il n'en vit pas. Ils étaient peut-être retournés dans leur monde ?Ce serait surprenant mais on ne savais jamais.

Lentement, l'homme se remit en marche avec les autres. Ils arrivèrent bientôt devant la crypte de Cigodan Dumbledore, crypte qui avait aussi servi à Sarkasius Ternac et que les Deux Grands avaient repris. Un endroit immonde rempli de magie noire et ancienne des plus maléfiques. Pas un endroit fort agréable à fréquenter. D'ailleurs, Julianne venait de tourner les talons raide sec avant de s'écrouler au sol, en panique totale. Puis, tout se mouva autour d'eux, le flou les envahis et Sirius eu l'impression fugace de sombrer dans le vide. L'Auror connaissais ce phénomène pour l'avoir déjà vécu deux fois. La première lors d'un voyage dans le futur en quête de son petit-fils Ezekiel adolescent. La seconde quand il était tombé dans une faille entre les mondes. Visiblement, ils étaient en train de tomber dans une faille quelconque. Se rendaient-il au lieu d'habitation des Shadow People ? Ces derniers les avaient-ils prit au piège ?

Hey non. Non, ils venaient de tomber en 1337, selon Remus. Sirius regarda son ami d'un air interdit avant d'adopter une expression rempli d'urgence. Merde, Lunard venait de "flancher". Alors même que son ami tendait sa baguette sur Jacob, Sirius lui avait sauté dessus. Lui a droite, James à gauche, ils essayaient de le retenir. Ça allait un peu mieux que lors de leur adolescence, en partie parce qu'ils étaient plus forts physiquement mais aussi parce que Patmol était devenu un vampire et que, nécessairement, sa force musculaire avait doublée. C'était quand même pas simple de retenir Lunard.

" Lunard ! Calmes-toi, vieux ! Pupuce n'a rien et ... "

Sirius grogna en rejetant Remus vers l'arrière. Il voulait écouter, oui !?

" Il l'a à peine repoussé et ... Lunard, calmes-toi ou je te fout une baffe ! "

Remus se calma enfin, se dégageant néanmoins vivement en leur demandant avec quelle armée ils comptaient le battre. Patmol laissa échapper un rire canin et il allait dire qu'il n'aurait pas besoin de personne pour le mettre sur le cul quand, subitement, tout se mouva à nouveau. Encore une fois, ils venaient d'être happés. Serrant sa baguette, le sorcier regarda autour de lui. On ne savait jamais ce qui pouvait leur sauter dessus lors de leur transition. Une fois que le tout fut calmé, l'Auror reporta son attention sur Lunard qui leur donnait une nouvelle date : 7 octobre 1998. Cette date provoqua plusieurs réactions : Hermione poussait Harry et Ron vers les buissons tout en affirmant que c'était à cette date que Cigodan Dumbledore avait attaqué Poudlard la première fois, Amélia s'énervais en ... quoi ?! Cigodan Dumbledore ?! Ils étaient revenus à ... merde ! Sirius pointa sa baguette vers la crypte, déterminé à s'en prendre à celui qui avait tué Ève. Il allait lui faire la peau ! Le Maraudeur ne pensait pas du tout à ce qui arriverais s'il tuais Dumbledore là, maintenant. Tout ce qu'il voulait c'était de se venger. Devant lui, Jenni tomba, stupéfiée. Ce fut suffisant pour le sortir de la "transe" vengeresse dans laquelle il se trouvais. Il se retourna subitement à la recherche de l'ennemi qui avait frappé sa collègue de travail avant de réaliser que l'ennemi était ... Lily !

" Mais ... que ... "

Ok. Qu'on lui explique pourquoi Jenni était en train de suivre l'appel aux morts, là ? Parce que lui aussi était un vampire et, ma foi, il n'avait pas du tout envie de suivre des cadavres, han ! Sans compter qu'il n'entendais rien, lui. Ou ça, le chant aux morts ? Han ? Qu'est-ce que ça signifiait et ...

" Ouais ! Faut lui botter le cul si on en a l'occasion et ... "

Malka. Ho. Si ses parents ne mourraient pas, cela voudrais dire qu'elle ne serait jamais sa fille. Le regard vide et quelque peu perdu, Sirius réfléchissais. Malka. La protéger des malheurs, des larmes dans ses yeux ... parce qu'elle était sa fille et qu'il l'aimais. Plus que tout.

" ... et on s'en privera pas " ajoute t'il d'un ton triste

Malka serait heureuse. Elle ne vivrais pas d'horreurs. Elle n'aurait pas de peine. Il devait bien le sacrifice de lui-même à sa fille, s'il avait l'occasion de le faire. Sans un mot de plus, dans un état second, Sirius se dirigea vers Jenni. Il se pencha, la prit dans ses bras et la ramena dans le groupe. Il la reposa délicatement au sol, au milieu de la bande. Ensembles, il allait la défendre. Que leur restait-il à faire d'autre ?

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ
~+ SCÉNARIUM +~
~+ SCÉNARIUM +~
avatar

Nombre de messages : 1707

MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Mar 21 Nov - 15:29



Call my name

Cigodan Dumbledore avait traversé la faille depuis peu. Quelle chance il avait eu ! Une chance de pendu. Maintenant, plus rien ni personne n'allait entraver son chemin vers l'artefact. Une fois en sa possession, il deviendrait le plus grand Mage Noir que le monde avait connu. Il allais anéantir et asservir l'univers entier et tous autant qu'ils étaient allaient le vénérer. Son armée de morts allait lui ouvrir la route vers la renommée. Même les fondateurs ne pourraient rien contre lui, eux que le temps avait happés. Derrière ils étaient demeurés. En tout les cas, c'était ce que le nécromancien croyait. Ce précieux artefact se trouvais à Poudlard. Les fondateurs l'y avaient caché. Et lui, Cigodan Dumbledore, allait le trouver. N'en déplaise à son descendant Albus. Comment avait-il put bien tourner, celui-là ? Pourtant, il avait bien commencé. On lui avait dit qu'Albus avait eu, à une époque, un penchant pour la noirceur. Malheureusement, il était faible comme tout les autres. Dommage. Albus devait être éliminé.

Debout dans sa précieuse crypte, Cigodan avait les yeux fermés. Devant lui montait en tournoyant une fumée noire et opaque qui rendait l'air presque irrespirable. Lentement, le nécromancien leva la main avant d'ouvrir les yeux pour fixer cette sombre fumée provenant de reste de cadavres en flammes. L'odeur était exécrable mais, aux narines de Cigodan, il s'agissait d'une arôme doucereuse. D'un ton caverneux, le sorcier chanta la litanie des morts :

" Tí, ktorí zhnednú zem, vstávajú. Poď ku mne, poslúchni ma. Uvoľním ťa z tvojho piva, oslobodím ťa od smrti. Chôdza, pešo, pešo ... len chodiť. Zabite, zabite, zabite. Ty, že smrť vedie. Chodiť. "

Ils se levaient. Ils allaient tous se lever. Tout ceux qui étaient proches et Merlin savait à quel point il y avait des cadavres ici,dans la forêt de Narws. Cigodan y avait lui-même veillé. Ils allaient se lever et tous venir à lui. Puis, ensembles, ils se rendraient à Poudlard et ils allaient tous les anéantir jusqu'au dernier. L'artefact serait bientôt à lui.

+++


Sous la terre, les morts ouvrirent les yeux. Leurs mains se tendirent en avant et ils grattèrent le sol. Ils grattèrent tous, la terre tombant dans leur bouche ouverte et putride. Leurs yeux aveugles et froids remplis de terre froide, ils grattèrent sans s'arrêter poussé en avant par un ordre qu'ils ne pouvaient que suivre. Marcher. Marcher et marcher encore. Marcher sans s'arrêter. Ils devaient marcher et ne laisser personne les arrêter. Marcher. Tuer. Marcher. Un pas, puis deux, puis trois ...

Ils sortirent de terre, s'extirpant de leurs tombes depuis longtemps oublier. Et ils se mirent à marcher. Lentement, à pas incertains et saccadés mais ils marchaient. Leurs pas rendus humides pas la pourriture et le temps faisaient un bruit mat et poisseux sur le sol mais ils marchaient. Certains perdaient des bouts de chair par lambeaux mais ils n'en avaient cure. Ils devaient marcher. Ils devaient se rendre à leur Maître. Et ne rien laisser entraver leur chemin.

" Arrghhhhhh maaaarcchhheezzzzz .... maaarrchheezzzzz ... " siffla un des cadavres d'une voix morne

Les morts sortirent d'entre les arbres. Devant eux se trouvaient des vivants. Un groupe de vivants. Les zombies bifurquèrent de leur chemin pour se diriger en direction des membres de l'Ordre et de leurs alliés. Bras tendus en avant, leurs yeux aveugles rivés sur leurs proies, ils étaient prêts à tués ... tuer pour marcher. Toujours. Ne jamais s'arrêter. Ils en étaient incapables.

" Aaaaaa heeuuuuuuuu aaaargghhhhh marrrchhheezzzz .... arr aaaaaaaa "

Des plaintes gutturales s'élevaient des trois cent cadavres en marche. Trois cent morts que rien ne devait arrêter.
[/size]
Codage par Libella sur Graphiorum


= Besoin d'un personnage non actuellement joué par un membre ? Demandez et vous recevrez ! =
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harry Potter
~+ MINISTÈRE +~
~+ MINISTÈRE +~
avatar

Nombre de messages : 72
Age du perso : 25 ans
Fonction : Auror

Patronus : Cerf, comme son père

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
100/100  (100/100)
Gallions:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Lun 27 Nov - 15:44

Call my name

Harry fut légèrement bousculé par son oncle Remus, quand ce dernier péta les plombs. Le jeune homme regarda son ancien professeur en clignant des yeux quelques secondes avant de s'avancer pour le retenir. Il cessa son geste en voyant que son père et son parrain s'en occupait. Il avait rarement vu le Professeur Lupin ainsi et il lança un air légèrement choqué à Ron. D'accord, sa tante Amélia avait été un peu poussée, mais bon. Il n'y avait pas mort d'hommes ! Cela avait certainement à voir avec cette histoire de louve ou il ne savait trop quoi. Hermione et sa tante avaient essayés de lui expliquer le principe, mais Harry n'avait strictement rien compris. Ce n'était pas plus grave que ça.

L'Auror fut soulagé de voir que Julianne venait de reprendre ses sens. Son amie était quand même un pilier et la voir ainsi démunie était assez perturbant. Le survivant allait reprendre sa route quand tout se mouva à nouveau autour du petit groupe. Ho non ! Ils étaient encore en train de changer d'époque ! Harry n'aimait pas trop ça, on se sentais encore plus mal en tombant dans une faille que quand on transplanait. La comparaison n'était pas peu dire. Une fois que tout revins en place, Potter n'eut l'occasion que de hocher la tête aux dires de sa mère, que Hermione les poussaient, Ron et lui, en direction des buissons.

" Mais, Hermione, han ! Hermione, arrête de pousser, han ! "

Harry se dégagea de l'emprise de sa meilleure amie, qui devait être tombée sur la tête. Qu'est-ce qu'elle avait à les pousser comme ça, comme si Voldemort allait débarquer, han !

" Ho " dit simplement Harry en regardant autour de lui

Pas Voldemort, han. Cigodan Dumbledore. Hermione avait toujours eu la coche sur les dates. C'était la seule qui ne s'endormait pas en histoire de la magie. Baguette levée, Harry vit du coin de l'oeil que Jenni s'était mise à marcher en direction de la crypte, comme aveugle. Cela étonna bien entendu le jeune homme qui regarda sa mère stupéfier son amie. À n'y rien comprendre ! Et Sirius qui disait qu'il fallait se battre même si ça changeait l'avenir. Harry n'était comme pas vraiment d'accord. Il avait appris de son voyage dans le temps des Maraudeurs, han. D'accord pour se battre mais si Ginny disparaissait par sa faute ? Ou ses enfants ? Han ?

" Mais changer le temps pourraient avoir des conséquences graves , M'man ! Des gens pourraient disparaître, on ne peut pas ... "

Un son guttural le fit taire. Un son qui donnait des frissons dans le dos. Un son inhumain. Un son accompagné de bruits de pas flasques. Harry tourna lentement la tête en direction des bruits avant de pousser un juron sonore. Les morts-vivants. Hey merde ! Ne pas éliminer de zombies, han. Ils devaient tous se rendre aux gradins de Quidditch. D'accord. Mais pour le moment, ils étaient dans la merde. Puis, s'ils étaient ici, han, c'était que dans la passé ils y étaient aussi non ? Puis, s'ils ne faisaient rien, ils allaient mourir. Pas pour rester sans rien faire et risquer de changer les choses de toute manière. Aussi bien se défendre. Sur ces réflexions, Harry tendit sa baguette vers un groupe de zombies.

* Fading Koken *



En plein dans le mile ! Le mort-vivant atteint se mit à fondre en "fouitant", dégageant une odeur puissante de pourriture. Galvanisé par le combat, Harry le poursuivi sans plus se poser de questions. Survivre était tout ce qui importait pour le moment.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu
~+ SCÉNARIUM +~
~+ SCÉNARIUM +~
avatar

Nombre de messages : 75
Age du perso : Aussi vieux que le temps lui même...
Fonction : Maître du jeu / modérateur.

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
100/100  (100/100)
Gallions:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Lun 27 Nov - 17:47



Call my name

Le sort vous jouera t'il des tours ? Le destin sera t'il changé ?



Ho, malheur à vous. Le mort-vivant éliminé par Harry Potter est celui ayant tué Evangéline Covey. Le destin est par conséquent modifié. Comment ? Seul Merlin le sait.

Sorciers, songez aux conséquences de vos actes et agissez avec prudence et parcimonie. Que Merlin vous vienne en aide.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julianne VanHolsen
~+ CAMARISTE +~
~+ CAMARISTE +~
avatar

Nombre de messages : 2191
Age du perso : 29 ans
Fonction : Princesse des vampires camaristes de Londres et de Kinderdjik
Guérisseur itinérante
Patronus : Serpent

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
100/100  (100/100)
Gallions: 2 240 164
Inventaire:

MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Lun 27 Nov - 18:21

ft. Ordre du Phénix
Call my name
Je ne fit qu'un pas, un seul, et tout se mit à tourner avec une rapidité surprenante. J'en fut presque suffoquée et, lorsque nous étions parvenus à destination, j'avais chancelé quelque peu. Je n'avais perçu aucune faille, aucun mouvement caractéristique d'une fission des atomes de l'air, rien. Tout ce qui se passait actuellement était non seulement étrange mais anormal. Portant mon regard bleuté sur Lily Potter, je ne put qu'approuver sa logique. Un sortilège de Magie Noire devait bel et bien être à l'origine des événements. Dans ce cas, il nous suffisait de trouver le contre-sort permettant de briser l'ensorcellement. Au moins, il s'agissait d'une piste à explorer ce qui était mieux que le néant.

" Amélia, dans ce cas précis quel serait le contre-sort ? " demandai-je à mon ancien professeur

À ma gauche, Remus Lupin affirmait que nous étions le 7 octobre 1998, ce qui déclencha une réaction en chaîne considérable. Hermione se mit à pousser Harry et Ron pendant que Jenni, elle ... Jenni venait de se laisser tomber sur ses genoux. Je me précipitai aussitôt vers elle, m'agenouillant à ses côtés. Ma meilleure amie n'allait visiblement pas bien. En sueurs, elle avait du mal à respirer et semblait dans un étrange état de torpeur.

" Jenni ! Jenni, parles-moi. Qu'est-ce qui se passe ? "

Tendant l'oreille, je parvint à entendre quelque chose qui me glaça le sang. Il levait les morts. Il les appelait. Cigodan Dumbledore. Je relevai la tête, observant les alentours ainsi que l'entrée de la crypte. Si Dumbledore était en train de lever les morts, nous étions dans un pétrin considérable. Nous ne pouvions agir sur les morts sans changer le futur d'une façon ou d'une autre. Hors, il valait mieux en faire le moins possible. Nul ne savait comment les choses pouvaient évoluer si nous jouions trop avec le destin. À mes côtés, Jenni venait de se lever et je fit de même. Inexplicablement, mon amie marchait d'un pas lent en direction de la crypte. Je plissai les yeux en la regardant, me demandant momentanément ce qu'elle était en train de foutre. Puis, le cri de Amélia Lupin me fit réagir. Jenni répondais à l'appel de morts !

" Crotte de bandimon séché ! " dit-je en levant ma baguette vers le dos de Jenni

Un sort la frappa avant même que je ne puisse agir. Je tournai la tête vers Lily Potter, qui venait de stupéfier ma meilleure amie. Pendant que Sirius allait la chercher pour la ramener en sûreté, les autres s'obstinaient à savoir si nous devions contraindre les morts-vivants ou pas. À mon avis, il valait mieux éviter de les mettre totalement hors service.

" Il faut les contraindre sans les éliminer. Je suis de l'avis de Harry, nous ne pouvons pas inférer que nos actes n'aient que des conséquences modestes et ... "

Un bruit rauque se fit entendre. Des raclements. Des glissements. Des suintements. Un frisson parcouru mon échine dorsale alors que mes yeux se posaient sur les morts-vivants qui se dirigeaient vers nous. Cette fois, nous étions dans de beaux draps. Comment les ralentir sans les éliminer ? Je me retournai entièrement en direction des cadavres, soufflant lentement par les narines. Je ne connaissais qu'un moyen de ...

" Merde, Harry ! Mais qu'est-ce que tu fait ? Il ne faut pas les réduire en bouilli ! "

Maudit poil de sombral ! Je reportai mon regard sur les zombies, soufflant un peu plus fortement par la bouche. Harry venait peut-être de commettre une erreur et je ne voulais certainement pas qu'une autre soit commise. J'espérais juste que le mort-vivant liquifié n'ait pas eu un très grand rôle à jouer sur le destin de quelqu'un. Ce qui serait surprenant parce que si mort il y avait eu, maintenant elle n'aurait pas lieu. Et un mort qui ne l'étais plus avait un destin qu'il n'avait pas put vivre ... et qu'il vivrait maintenant. J'expirai avant de lever lentement les bras, mon regard rivé sur les cadavres qui se rapprochaient. Le vent se leva, fort, puissant mais bien dirigé devant moi. Tournoyant, les feuilles et la terre se levèrent. D'un geste vif, le lançai le vent sur les zombies dans le but de produire un mur de vent qui allait les empêcher d'avancer.



Le vent se leva devant la horde de marcheurs sans vie, les repoussant et les empêchant d'avancer.

" Amélia ... le contre-sort ... " dit-je

Il fallait maintenir le mur coûte que coûte. Ne pas fléchir. Et partir d'ici.


Julianne F. VanHolsen
Déploies ton courage, c'est la seule façon d'atteindre les astres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://http:/coachingcoccinelles.com
Guenièvre Lakers
~+ INSTITUT +~
~+ INSTITUT +~
avatar

Nombre de messages : 647
Age du perso : 18 ans.
Fonction : Institut de formation des Aurors - 1ère année
Réincarnation de Godric Gryffondor.
Membre de l'Ordre du Phénix.
Patronus : Lion

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
100/100  (100/100)
Gallions:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Mer 29 Nov - 15:42

Bien non, elle ne savait pas, sinon, elle n’aurait pas demandé ! Guenièvre écouta les explications d’Amelia en même temps que Godric daignait enfin lui fournir le bon contexte. Son ex professeur aurait peut-être dit le contraire, mais maintenant n’était cependant pas le temps pour une leçon d’histoire. Les stèles de Merlin ! Ca oui, elle savait ce que c’était. Ca cliquait bien ensemble, et les choses avaient soudain plus de sens.

« Non, je ne savais pas. Godric n’est pas complètement… Bien, y a des trucs de ma précédente incarnations qui sont filtrés, quand ils risquent d’interagir avec mon présent. Il faudra qu’on discute de ça, un jour où on sera plus au calme. »

Le professeur A. Lupin était une scientifique et une sceptique. Nul doute qu’elle allait avoir des questions et pour être honnête, Gue en avait aussi. Si Go avait d’autres vilains petits secrets, elle était partante pour les découvrir avant qu’il daigne les lui révéler. Mais pour l’instant, ça n’était ni le lieu ni le moment. Jenni Malefoy ne partait pas lancer un sortilège dont elle avait le secret, elle répondait à l’appel des morts ? La jeune femme regarda son ancienne tutrice se faire stupéfixier avec une moue dubitative. Comment c’était possible ça ? Les autres vampires présents ne réagissaient pas du tout, alors ça ne devait pas être à cause de ça. Est-ce qu’elle était dangereuse ? Parce qu’elle avait donné pour se faire attaquer par Jenni ! Pas que l’Auror le fasse exprès, clairement, mais elle était vraiment dangereuse quand elle ne se contrôlait pas. Enfin, stupéfixiée, elle ne représentait plus vraiment un danger.


Elle allait répondre à cette histoire de magie noire que pour elle, ce n’était pas lié à un sort nouveau (leurs changements étaient beaucoup trop statiques. En bloc. Enfin, elle ne voyait pas comment expliquer ça, mais c’était brute, et elle ne voyait absolument pas comment quelqu’un sans éducation comme Faussecreth aurait pu mobiliser une telle énergie, et la rendre aussi… étanche, si c’était le mot pour décrire le phénomène. Le gars était instable, les failles auraient pulsé d’énergie malsaine s’il avait été à leur origine, non ?), quand les zombies débarquèrent vraiment.


La première réaction de l’ancienne Serdaigle fut un puissant haut le cœur. Ils étaient dégueus ! La deuxième, par pur instinct, fut d’allumer ses mains, enfin, sa main gauche, hein, pas la droite. Elle n’allait quand même pas brûler sa propre baguette, vous ! Les choses avançaient lentement, mais elles étaient diablement nombreuses. Sérieusement, est-ce qu’ils étaient encore en train d’avoir un débat sur s’il fallait les arrêter ou pas ? Avec un deuxième haut-le-cœur, elle regarda le zombie visé par Harry fondre en une masse visqueuse, et s’apprêtait à en faire autant lorsque Julianne intervint.

« Mais enfin, on ne peut pas rester sans rien faire ! Vous avez vu combien ils sont, et vous voulez laisser… ça à Poudlard ? 
Mais, les enfants ! On pourrait au moins les prévenir ? Comment leurs défenses ont pu cédé en premier lieu ? »

L’idée que l’on vienne encore une fois violer SON école lui était insupportable. Et ces pauvres créatures devaient tellement souffrir. Et pensez à ces première année sans défense ! C’était criminel de ne rien faire !

« Si on ne peut pas les détruire, il faut au moins les incapaciter d’une manière ou d’une autre. Ce n’est peut-être pas changer le passé. Peut-être que notre intervention maintenant est exactement ce qui a empêché de faire plus de morts. Quand nos nous du futur sont revenus du futur pour mettre fin à la malédiction Ternac, ils ont probablement empêché des tas de morts qui avaient eu lieu dans leur passé à eux, et personne ne s’est plaint il me semble. »

Le futur et le passé étaient ce qu’on en faisait. Elle avait dix-huit ans, soif de justice et d’action, et elle ne comptait certainement pas rester les bras ballants pendant que des pauvres morts manipulés s’en allaient massacrer des gosses ! Où allait le monde si elle ne pouvait même pas participer à ce genre de bataille ? Oui, toucher au cours du temps avait un prix. Les filles VanHolsen qui avaient soudain disparu. Ces adolescentes du futur, dont elle avait tenu la main, soudain évanouies, comme si elles n’avaient jamais existé, lorsqu’ils avaient repris conscience à la fin du rituel. Mais n’était-ce pas leur devoir d’intervenir pour sauver le plus de vies possibles, quel qu’en soit le prix ? Au moins, elle ne savait pas, elle, scier les jambes de tous les cadavres ? Ça les rendraient suffisamment lents pour que plus de gens s’en sortent non ? Elle n’en savait rien, elle, mais il fallait absolument faire quelque chose ! Comment ça, les autres voulaient partir d’ici avant d’avoir réglé le problème ?


Réincarnation consciente de Godric Griffondor
Les parchemins de Guenièvre : Liens - Présentation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hermione J. Granger
~+ MINISTÈRE +~
~+ MINISTÈRE +~
avatar

Nombre de messages : 41
Age du perso : 28 ans
Fonction : Membre du Ministère de la Magie - Membre de l'Ordre du Phénix
Patronus : Une loutre

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
100/100  (100/100)
Gallions:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Lun 4 Déc - 10:08

Hermione
Granger

Ordre
du Phénix

Call my name
Les zombies arrivaient, ils ne comprenaient donc pas ?! Il fallait prendre des positions à couvert pour éviter de se retrouver dans la ligne de marche des cadavres ambulants -- bien qu'ils ne savaient pas du tout de quels bords, ils allaient arriver --. Hermione poussait ses amis afin de les faire réagir, inconsciente que Jenni était en train de marcher vers l'antre et que Madame Potter la stupéfiait. Tout ce qu'elle voulait c'était secouer ses meilleurs amis pour leur faire comprendre le bon sens, par la barbe de Merlin ! La sorcière allait pousser un soupir d'exaspération devant leur lenteur quand un bruit lui donna froid dans le dos. Un son guttural et visqueux. Lentement, Hermy se retourna avant de pousser un petit cri de souris. Portant les mains à sa bouche quelques secondes, elle observa les cadavres se diriger vers eux avec une idée unique derrière la pourriture qui leur servait maintenant de cerveau : marcher et détruire. L'ancienne Griffondor fini par tendre sa baguette sur le groupe des morts, sa main tremblante et son propre cerveau en ébullition. Quoi lancer comme sortilège ? Ils devaient lancer des sorts qui ne seraient que peu dangereux pour l'avenir mais c'était complexe. Et ils n'avaient pas six ans pour y réfléchir non plus, alors peut-être valait-il mieux ... et un éclair fut lancé droit sur un zombie qui se mit à se liquidifier. Hermione réagit aussitôt en balançant une claque derrière la tête de Harry.

" Harry ! Voyons ! On a dit des sorts qui ne risquaient pas de changer l'avenir ! "

Ça y était, ils allaient revenir dans un monde bouleversé ! Pourquoi ses amis étaient-ils si peu logiques ? Puis ... Un vent fut levé, un vent parfaitement dirigé. Hermione tourna son regard vers Julianne, qui venait de faire se lever un bouclier de vent. Un regard en direction des zombies rassura la brune. Ils étaient renvoyés en arrière, le bouclier aérien les empêchant d'avancer. Parfait. La sorcière baissa sa baguette. Okay. Le contre-sort. Elle avait bien dut lire ça à quelque part dans un livre !

" Peu importe ce qui est arrivé dans le passé, on ne doit rien faire pour l'empêcher d'arriver. Seul l'avenir est malléable. C'est un des principes de base des voyages temporaux, un principe essentiel de l'ancienne magie ... "

Hermy soupira avant d'ajouter :

" En ce moment, Julianne, Remus et Amélia sont dans les gradins de Quidditch de Poudlard. Ils subiront l'attaque. Et ils sont ici, ils savent ce qui se passera. Leurs eux qui sont là-bas vont peut-être avoir une sorte d'impression, peut-être que le match sera annulé finalement ... mais peu importe ce que l'on fait ou pas, on ne doit pas les liquifier. "

Elle n'allait quand même pas faire un cours de principes magiques anciens en plein bois, tout de même ! Pas avec une horde de zombies qui voulaient les bouffer ! Puis merde, qui disait qu'ils allaient envoyer ces morts sur Poudlard sans agir un peu ? La sorcière reporta son attention sur les cadavres qui, toujours, se heurtaient au mur de vent produit par Julianne.

" Je crois que c'est ... Tunc Capit ... le contre-sort, il me semble l'avoir lu dans Sortilèges et Contre-Sortilèges anciens "

Tunc Capit. Oui, ça lui disait vaguement quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucius malefoy
~+ MINISTÈRE +~
~+ MINISTÈRE +~
avatar

Nombre de messages : 176
Age du perso : plus de 40 ans
Fonction : Mangemort
Patronus : Corbeau

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
100/100  (100/100)
Gallions:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Lun 4 Déc - 11:48

Lucius
Malefoy

Severus
Rogue

Call my name
L'homme regardait sa femme se lever en affichant un air relativement fermé quand cette dernière disparue. L'air de fermeture de Lucius Malefoy se transforma alors en expression terrorisé alors qu'il reculait vivement de l'endroit ou se trouvais Narcissa quelques secondes auparavant. Il se passait quelque chose d'anormal et il n'appréciait pas du tout ça. Cissy n'avait pas put transplaner, ils avaient tous tenté de le faire et cela avait été impossible. De plus, il n'y avait pas eu de bruit caractéristique ce qui excluais totalement ce type de transport magique. Il ne demeurait plus qu'une cause : un agissement magique extérieur. Pour un moment, l'ancien Mangemort songea à une action de Faussecreth avant de se souvenir que ce dernier était mort. Son corps pourrissait quelque part dans une des salles de l'antre. Hors, le type avait un complice magique. Et si ce complice était revenu leur faire payer le prix ? Lucius regardait autour de lui d'un air anxieux, son visage blême cherchant à apercevoir un quelconque danger. Tout ce qu'il vit fut son beau-frère qui venait vers lui. Le moins qu'on pouvait dire c'était que Rodolphus semblait assez calme et ne pas trop s'en faire par la disparition subite de Narcissa ! Bha merci de t'inquiéter, Rodo ! Lucius daigna faire une sorte de sourire froid à l'intention de son beau-frère. Un onde de déplacement ? C'était quoi cette histoire, encore ?

" Ma femme disparaît et tu cherches une faille temporelle, toi ! Il n'y a pas de faille ici, je le saurais ! "

Il avait vécu ici cinq ans soit dit en passant. Il devait bien le savoir s'il y avait une faille ici, non ? Il n'y en avait pas. Ni faille temporelle ni faille parallèle. Cet endroit était mauvais, certes, mais il demeurait en une seule époque. Lucius, qui ne se sentais pas bien du tout, passa la main dans sa longue chevelure. À bien y penser, par contre ... il avait bien sentie quelque chose. Un déplacement certain. Il avait été poussé légèrement par une main invisible au moment de la disparition de Cissy. Mais, ce n'était pas possible ...

" Mais à bien y penser ... il y a eu une onde, oui "

Le regard bleu pâle de Malefoy se riva à l'endroit ou se tenais Narcissa quelques instants auparavant. Il ne leva les yeux qu'en entendant la voix de Petrov. Pour être perdu, ce type l'était ! Severus avait raison, son gendre en avait pas mal dans le nez ! Pauvre type. Si Eavan était sa fille, il l'enfermerait dans un couvent pour sûr ! Fricoter avec un drogué pareil ... et sans être mariés en plus ! Rogue faisait pitié.

" Retournes lancer des roches dans ton coin à défaut de t'en envoyer dans le nez " dit ironiquement Lucius

On ne l'avait pas appelé, lui ! Ils avaient autre chose à faire que d'informer un junkie de ce qui se passait dans la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Lun 4 Déc - 13:02

ft. Ordre du Phénix & Prisonniers de Faussecreth

Sortir de l'Enfer n'est pas aussi aisé qu'on le croit
Call my name
Le sorcier eu un sourire légèrement moqueur devant l'attitude de son beau-frère. Lucius n'était pas aussi imbécile qu'il en avait l'air, ouais il cherchait une faille. Et ce n'était pas parce qu'il y en avait jamais eu ici qu'il n'y en avait pas actuellement. Puis, Rodolphus songeait à une faculté et pas à une faille "matérielle" en tant que tel. Ha. Enfin. Lucius confirmait la présence d'une onde de déplacement. Le chasseur hocha la tête d'un air concentré avant de se pencher pour toucher le sol ou se trouvais Narcissa quelques instants auparavant. Lentement, Lestrange passa la main sur la pierre. Il sentais une légère chaleur qui contrastait avec la froideur de la matière. Deuxième indice, donc. Au dessus de sa tête, Lucius se la jouait avec le gendre de Severus, ce qui fit à nouveau un peu sourire Rodolphus.

" Du calme, Lucius " dit-il en redressant la tête.

L'ancien Mangemort se releva et fit un geste de la main en direction de l'espace vide laissé par Narcissa.

" Narcissa a disparue subitement au moment ou tu as noté une onde de déplacement, Lucius. Hors, le sol ou elle se trouvais est chaud contrairement aux alentours. Ça démontre la présence d'une faille ... temporelle ou parallèle, pour le moment je n'en sais trop rien. Mais, étant donné qu'il n'y a pas présence de contrainte d'air, je penche plus pour une parallèle " affirme t'il aux deux hommes avant d'ajouter :

" Je crois que ces lieux nous ont attribués, à tous, une sorte de pouvoir que nous n'avions pas avant d'atterrir ici "

Voilà. C'était dit. Ça aurait l'air un peu idiot, peut-être, mais c'était la seule explication plausible. Puis, écoutez là ... il n'en avait pas de don de voyance avant d'être emprisonné ici ! Et il serait surprenant que Petrov ait put guérir par imposition des mains avant aussi, personne ne pouvait faire ça hormis le Messie ! Et en toute honnêteté, le gendre de Rogue ne ressemblait pas à Jésus. Devant l'air quelque peu figé et ahuri des deux hommes, Rodolphus expliqua :

" Vous pouviez guérir les gens en les touchant avant, Petrov ? Si oui, vous aviez bien caché votre coup pour que la Gazette du Sorcier n'en ai jamais parlé ! Et, personnellement, je savais que Julianne arrivait avec du renfort. Je l'ai vu ... et je crois que nous avons tous quelque chose de plus en nous. Je ne sais pas pourquoi, mais il est probable que Narcissa soit partie d'elle-même, inconsciemment, dans un autre univers ou un autre temps "

L'homme haussa les épaules avant d'ajouter :

" Elle reviendra "

Bha oui, quoi ! Cissy va paniquer, tourner en rond en gémissant quelques minutes et après elle va se demander ou elel est, comment elle est arrivé là et penser très fort à ici et hop ! Tout allait s'arranger tout seul et son hypothèse allait se confirmer. Il ne restais plus qu'à patienter et c'est ce que fit Lestrange en fixant son regard sur le lieu de la disparition. Ça ne devrait plus être très long. Narcissa devait déjà être en train de gémir.
Revenir en haut Aller en bas
Julianne Rogue

avatar

Nombre de messages : 46

Feuille de personnage
Points de Sang/vie:
100/100  (100/100)
Gallions:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   Lun 4 Déc - 19:50

Call my name

Julianne Rogue & Narcissa Malefoy

Vous vous souvenez de Julianne Rogue ? Non, pas celle surnommée Mère Thérèsa par les anciens élèves de Serpentard. Non, pas celle qui fut connu sous le nom de Julianne la Grande par cette bande de crétins. Non, pas celle là. Moi. Oui, moi. Julianne Rogue. Celle qui est synonyme de luxure, plaisir et sexe sans lendemain. Celle qui est la honte de son père, la fabuleux Ministre de la Magie Severus Rogue. Oui, celle Julianne Rogue là. Il y a un bon moment qu'on en s'est pas parlé, vous et moi. Un bien long moment. Depuis que la faille entre les mondes fut fermée, en fait. Grand bien fasse à tout le monde ! Alors, qu'est-ce qui s'est passé pour moi depuis notre séparation obligée ? Ça fait quoi là ... sept ans ? Sept ans, c'est long. Bien long dans une vie de débauche comme la mienne. Dans le monde parallèle qui est le mien, je continue ma route. Rien ne m'en sortira. Je fut brisée à jamais par mon parrain, Sirius Black. Depuis, je suis vide. Et je me laisse remplir par un peu n'importe qui, crachant sur ce sexe qui m'a anéantie. Deux avortements plus tard et un sale mioche que j'ai abandonné à l'orphelinat, voilà le bilan de ma vie. Ho et Talisman et moi, c'est fini. Je ne me satisfait guère d'une seule personne. Et le corps des femmes est si doux, pourquoi s'en priver ? Enfin. Vous vouliez des nouvelles; et même si vous n'en vouliez pas je m'en fout; vous en avez.

Debout dans une des ruelles de l'allée des embrumes, la jupe relevée et le derrière dans les airs, je poussais des gémissements sonores et plaintifs pendant que le mec derrière moi terminait sa sale besogne. Mes mains agrippées au mur de briques tentaient d'empêcher mon front de frapper trop solidement le bitume. Disons que ce client n'y allait pas de main morte. Je me mordit la lèvre avant de sourire d'un air gogenard en l'entendant extirper ce qui ressemblait à un râle. Voilà. Ils étaient toujours satisfaits. Rabaissant ma jupe trop courte, je me retournai en replaçant mes cheveux.

" Ça fera 9 Gallions, chéri " dit-je en mastiquant la gomme à mâcher que j'avais en bouche

9 Gallions, cher payé dans ce lieu insalubre. Mais, ils payaient. Tous. Ou presque. Mais ça n'avait pas d'importance. Celui-là me paya et j'insérai les Gallions dans mon soutien-gorge avant de sortir de la ruelle d'une démarche lascive. Je fit un sourire à un mec avant de plonger la main dans ma bourse à la recherche d'un sac de coke. J'avais bien besoin de ma dose. Ce fut en relevant les yeux de mon sac que je l'a vit. Une femme blonde, richement vêtu. Immédiatement, je vit le tas de Gallions que je pouvait aisément me faire. Je m'approchai donc de la blonde, passant la langue sur mes lèvres.

" Dit, beauté ... tu veux de la compagnie ? Tu sais, on pourrait s'amuser ... " dit-je à Narcissa

Allons, allons ... je lui montrai le sac de poudre en affichant un sourire malicieux.

" C'est de la bonne "

(Pauvre Narcissa ! lol)
Tout passe par le sexe
C'est la chose animale qui nous rattache les uns aux autres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Call my name [Fin de Scénario]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Call my name [Fin de Scénario]
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Scénario : Attaque à la lisière de Fangorn (S.D.A)
» [Scénario] Vol
» Hawkmoon : scénario Premier (2)
» [Scénario] La voix des Damnés
» table aléatoire de scénario

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~+ Poudlard : La Magie s'ouvre à vous +~ :: En dehors des murs :: Le Village de Pré-au-Lard :: La Forêt de Narws-
Sauter vers: