:: La ruée des Moldus :: Le joyeux Moldu :: Fan Action :: Fanfics Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Amélia Potter 2 -- La Pie Bavarde

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 16:55


Chapitres


Chapitre 1 : Conversations de Génies
Chapitre 2 : Plaisir d'été
Chapitre 3 : Le retour
Chapitre 4 : À la poursuite du Cerf
Chapitre 5 : Comme toi, han !
Chapitre 6 : Bataille de Titans
Chapitre 7 : La maison de l'île du Lac Noir
Chapitre 8 : La Pie Barvarde
Chapitre 9 : La grange des Maraudeurs
Chapitre 10 : Leçon d'orgeuil
Chapitre 11 : Un félin pas ordinaire
Chapitre 12 : Écoutes moi, han !
Chapitre 13 : Un joyeux anniversaire
Chapitre 14 : Supplice
Chapitre 15 : Envies et désirs
Chapitre 16 : Les grèves
Chapitre 17 : Je te demande pardon
Chapitre 18 : Pensées d'un écureuil
Chapitre 19 : Sauves moi, han !
Chapitre 20 : Déjà ? Han ?




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 17:00
Chapitre 1 : Conversations de génies


La douceur lueur de la lune éclairait une chambre bien particulière. Effectivement, la décoration de cette pièce était des plus étrange, comme tenue de l'âge de son occupante. Au mur, divers posters de scientifiques comme Einstein, Coppernic, Archimède, Wernher von Braun ou encore Franck Whittle. Nous pouvons aussi voir la table des éléments chimiques, de même que plusieurs parchemins parsemés de calculs savants. Dans un coin de la chambre, une table de travail remplie de fioles, de bocaux et d'herbes diverses éparpillées et dégageant une douce odeur de menthe. Au sol, un chaudron dans lequel semblait frémir une Potion assez peu ragoutante. Bref, aucun jouets ou poupées dans cette chambre où dormait actuellement une fillette de 12 ans, tenant tendrement son écureuil contre son coeur. Abordant ses éternelles tresses, Amélia Potter émit un léger sourire dans son sommeil, et elle se tourna sur le dos, murmurant :

- Z'est zoli, han ... mais ze zuis où ? Han ?

/\ Elle se trouvais dans un lieu qu'elle ne connaissait pas, entourée de personnes inconnues et semblant provenir d'une autre époque. C'était étrange, non ? Oui, très étrange, se dit Amélia, qui se mit à marcher dans la rue en regardant autour d'elle d'un air intrigué. Il y avait plusieurs maisons, des enfants jouant dans un parc, ainsi que des oiseaux virevolant dans le ciel ensolleillé. De plus, les gens parlaient avec un drôle d'accent et, étrangement, bien qu'elle ne connaissait pas cette langue, Amélia comprenait parfaitement les conversations autour d'elle. Une fois parvenue au bout de la rue, elle regarda à droite, puis à gauche, avant de regarder à nouveau à droite. Pas de danger de collision, alors elle traversa la rue pour se retrouver sur le trottoir d'en face. Poursuivant sa route, se demandant où elle allait, Amélia se figea bientôt sur place, regardant un homme devant elle. Il ... mais oui ! Oui, c'était lui, han ! Souriant de toutes ses dents, elle se mit à courrir pour le rejoindre et se trouva rapidement à ses côtés, le regardant d'un air admiratif. L'homme baissa alors le regard afin de regarder la fillette qui venait de lui prendre la manche de son manteau, la secouant vivement.

- Oui ? Tu est perdue, petite ? demande t-il
- Non, han ... je suis pas perdue, enfin je crois vous savez ? Je sait où je suis, maintenant, han, je suis en Allemagne ... et je sait aussi qui vous êtes, vous savez ? Han ? Vous êtes Albert Einstein, han et vous êtes un grand physicien vous savez ? Et moi, je suis Amélia Potter, han ... et je suis plus intelligente que vous. Nous sommes en quelle année ? Dites ? Han ?

Einstein écouta ce que l'étrange fillette lui racontait, avant de prendre un air légèrement amusé. Elle était plus intelligente que lui ... comme c'était mignon ! Se mettant à sa hauteur, il lui sourit et lui demanda :

- Nous sommes en 1901, petite ... Et c'est très bien, que tu soit plus intelligente que moi, mais prouve le moi
- Que je vous le prouve ? Han ? Pour de vrai ?

Ho han ! Albert Einstein voulait connaître ses idées et échanger scientifiquement avec elle, han ! Yiiiiiiiiiii ! Les yeux lumineux et un sourire aux lèvres, Amélia se mit à marcher de long en large sur le trottoir, abordant un air sérieux et remplis de connaissance. D'un ton professoral, elle se mit à expliquer à Einstein les principes de la nature corpusculaire de la lumière, principes que le chercheur allait lui même trouver ... quatre ans plus tard ! Non, mais, han ... il ne fallait pas qu'il la croit idiote, non ?

- L'effet photoélectrique est l'émission d'électrons par un matériau, généralement métallique lorsque celui-ci est exposé à la lumière ou un rayonnement électromagnétique de fréquence suffisamment élevée, qui dépend du matériel, han. Dans l'effet photoélectrique, on éclaire une plaque de métal et celle-ci émet des électrons. Les électrons ne sont émis que si la fréquence de la lumière est suffisamment élevée han, alors que leur nombre, qui détermine l'intensité du courant, est proportionnel à l'intensité de la source lumineuse, vous savez ? Dites ? Han ?Cet effet ne peut être expliqué de manière satisfaisante lorsque l'on considère que la lumière est une onde, han, qui permet d'expliquer la plupart des phénomènes dans lesquels la lumière intervient, tel l'optique, han, et qui était traduite mathématiquement par la théorie de James Clerk Maxwell. En effet, si l'on considère la lumière comme une onde, en augmentant son intensité, on devrait pouvoir fournir suffisamment d'énergie au matériau pour en libérer les électrons, non ? Oui, han, mais l'expérience montre que l'intensité lumineuse n'est pas le seul paramètre, et que le transfert d'énergie provoquant la libération des électrons ne peut se faire qu'à partir d'une certaine fréquence. Alors, han l'absorption d'un photon, permettait d'expliquer parfaitement toutes les caractéristiques de ce phénomène. Les photons de la source lumineuse possèdent une énergie caractéristique déterminée par la fréquence de la lumière. Lorsqu'un électron du matériau absorbe un photon et que l'énergie de celui-ci est suffisante, l'électron est éjecté; han, sinon l'électron ne peut s'échapper du matériau. Comme augmenter l'intensité de la source lumineuse ne change pas l'énergie des photons, han, mais seulement leur nombre, on comprend aisément que l'énergie des électrons émis par le matériau ne dépend pas de l'intensité de la source lumineuse, vous savez ? Après l'absorption du photon par l'atome, le photoélectron émis à une énergie Ee= Eg - Eb où Eb est l'énergie de liaison du photoélectron, han. L'effet photoélectrique domine aux faibles énergies, mais la section efficace croît rapidement avec le numéro atomique Z : σPE = Zn/Eg3,5 où n varie de 4 à 5. A des énergies et des numéros atomiques où ce processus est important, han, l'électron émis est absorbé sur une distance très courte de telle manière que toute son énergie est enregistrée dans le détecteur. Les rayons X qui sont émis dans la réorganisation du cortège électronique suite à l'émission de l'électron sont également absorbés dans le milieu.

Albert Einstein regardait la petite fille d'un air complètement ahurit. Elle ... mais, elle ... Rapidement, il sortie un calepin de sa poche et se mit à écrire ce qu'elle disait à l'aide d'une mine de charbon. Il fit quelques rapides calculs et constata avec un ahurissement de plus en plus grand, qu'elle avait totalement raison ! Mon Dieu, cette gamine avait trouvé ce sur quoi il travaillais depuis des années ! Un génie de renom, voilà ce qu'elle étais ... Relevant les yeux sur elle, il lui sourit et s'exclama :

- Quel génie ! Je suis impressionné, Miss Potter ... vous êtes beaucoup plus intelligente que moi, c'est certain ... permettez moi de m'inclinez devant votre ingéniosité et votre intelligence suprême /\

Dans son lit, Amélia Potter souria et afficha un air légèrement imbu, avant de se tourner sur le côté.

/\ Amélia fit un immense sourire à Einstein, les yeux lumineux. Il reconnaissait son génie, han ! Ho, c'était de loin le plus beau jour de sa vie, avec celui où Remus lui a dit l'aimer. Elle se mit alors à sautiller un peu sur place, puis reprit un air des plus sérieux.

- Merci, han ... mais il fallait juste y penser, vous savez ? Han ? C'est un principe tout simple, han ... vous voulez une démonstration ?
- Mais avec joie, Maître, répond Einstein

Amélia fit un léger sourire en coin et se remit à marcher, suivit de son élève. Elle allait lui enseigner pleins de trucs. Le pauvre, il avait besoin d'aide, han ! C'était ça quand on avait le cerveau atrophié, on avait besoin d'un génie comme elle pour nous éclairer. C'est sur ces pensées que Amélia grimpa les escaliers d'une maison, comme si elle savait parfaitement où elle allait, et qu'elle y entra. En fait, c'était comme si elle connaissait cet endroit à la perfection, les bienfaits des songes en étant ainsi. Toujours en souriant, elle se dirigea vers le fond de la pièce et entra dans une autre remplit de fioles, d'entonnoirs, de béchers et d'éléments scientifiques aussi farfelus les uns que les autres. Il s'agissait du laboratoire de Einstein, Amélia le reconnaissait aisément. C'était tout simple, elle avait le poster de ce laboratoire sur le mur de sa chambre, han ! Au passage, elle attrapa un machin avec des fils et le jeta à la corbeille.

- Une bidule inutile, han ... ça ne vous servira jamais à rien, vous savez ?

Elle se pencha pour prendre un petit banc, qu'elle poussa devant la table de travail. D'un bond, elle sauta sur le banc en souriant et regarda Einstein qui la regardait avec le plus grand respect. Affichant un air professoral, la fillette tousotta deux fois et prit un bécher dans sa main droite.

- Regardez bien ce que je vais faire, han ... cela va vous permettre de ...

Un son étrange vint lui couper la parole. Un genre de ... /\

- ... couuiiiccc cccouuuiiicccc, fait Pikpik

Amélia ouvrit des yeux brûmeux et regarda le mur devant elle. Les premières lueurs du jour nimbait les petites fleurs de sa tapisserie et un écureuil affamé était en train de lui mordiller une tresse. Soupirant, Amélia s'assied dans son lit, décrochant de peine et de misère Pikpik de ses cheveux. Elle tourna le regard vers le poster de Einstein et lui fit un immense sourire.

- Nous reprendrons notre conversation plus tard, d'accord ? Dites ? Vous voyez, je suis une Maman pour mon Pikpik, han, et il a faim vous savez ?

Elle tendit Pikpik vers le poster de Einstein, question qu'il comprenne de quoi elle lui parlait, puis elle descendit de son lit. Avec vivacité, elle se rendit à son bureau et l'ouvrit. Posant son écureuil près de sa boite à bijoux, elle sortie des graines pour rongeurs qu'elle déposa devant Pikpik qui se mit manger avec voracité. Souriant, Amélia prit des vêtements ainsi que le bracelet que lui avait offert Remus, et elle sortie de sa chambre en gambadant dans le couloir. En passant devant la chambre que James partageait avec Sirius, elle frappa vivement à la porte.

- Réveillez vous, han ! Vous attendez ? Dites ?

Hé oui ! Sirius avait quitté la maison de ses parents, une semaine après le début des vacances d'été. Il en avait marre de ses parents un peu fou ... des Mages Noirs tout bizarre. Amélia détestait la mère de Sirius, une bonne femme criarde et aux yeux de mégères. Enfin, bref ... Sirius habitait maintenant avec eux et elle en était très heureuse. Elle aimait Sirius autant que James, le jeune homme étant comme son frère. N'obtenant aucune réponse de la part des jeunes hommes, Amélia se remit à frapper dans la porte en fronçant les sourcils.

- Vous êtes déjà debouts ? Dites ? Je veux vous raconter que ...

BANG ! Un bruit sourd vient de se faire entendre, probablement produit par une chaussure lancée dans la porte. Affichant de grands yeux quelques instants, Amélia sourit et se dirigea vers la salle de bains. Ils étaient réveillés, yiiiiiiiiiiii ! Elle se mit alors à courir dans le couloir, et entra dans la salle de bain, verrouillant la porte derrière elle.




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 17:02
Réveillés par les tambourinements de Pupuce à la porte, James et Sirius ronchonnèrent en choeur. Après avoir lançé sa chaussure contre la porte, Sirius risqua un regard vers le réveil-matin, qui indiquait six heures moins le quart. Gémissant, il se couvrit la tête avec les couvertures et marmonna :

- Six heures moins le quart ... elle est pire qu'un coq
- Merlin, c'est pas vrai, han ... marmonne James

Le jeune homme tâta le vide et attrapa ses lunettes qu'il mit sur le bout de son nez sans ouvrir les yeux. Poussant un énorme soupire, il s'assied dans son lit et les ouvra enfin pour regarder Sirius. Celui-ci avait la tête cachée sous les couvertures, qui bougeait doucement au rythme de sa respiration. Visiblement, il tentais de se rendormir. Souriant, James sortie de son lit pour se diriger vers celui de son ami.

- Vieux ... elle reviendra cogner dans deux minutes, han
- Je sait ... je sait, murmure Sirius

Doucement, Sirius retira la couverture de sur lui et se leva en marmonnant. Ils s'étaient endormis à trois heures du matin, occupés qu'ils étaient à élaborer des plans farfelus. Et, Pupuce les réveillaient à six heures moins le quart ! Merlin, elle ne pouvais pas dormir plus longtemps, comme tout le monde ? Poussant un léger grognement, Sirius prit une serviette et sortie de la chambre en direction de la salle de bain, laissant James à ses pomps. Une bonne douche, voilà ce qui lui fallait pour se réveiller complètement. Une fois rendue devant la porte de la salle de bain, il vint pour l'ouvrir ... sans succès. Il plaqua son oreille contre le bois, pour entendre l'eau couler en cascade et la douce voix de Pupuce chantant une mélodie de nunuche. Roulant les yeux, Sirius se mit à tapoter sans arrêt sur la porte. Héhé ... maintenant c'est elle qui était dérangée.

Sous le jet de la douche, Amélia cessa soudain de chanter son éloge à Remus. Passant la tête entre le rideau et le mur, elle entendit qu'on frappait à la porte. Souriante, elle termina de se rincer rapidement et ferma les robinets avant de sortir du bain.

- J'arrive, han ! dit-elle joyeusement

Les coups à la porte se poursuivaient sans relâche, mais Amélia ne s'en préoccupa pas. Elle prit tout son temps pour se sécher, cheveux compris, et pour revêtir ses vêtements. Pourquoi se presser ? Han ? Si c'était pour une envie urgente, il y avait une autre toilette en bas. Une fois habillée et séchée, elle se dirigea vers la porte qu'elle ouvrit avec vivacité. Elle se retrouva devant Sirius et elle lui fit un immense sourire.

- Salut, han ! Bon matin, Sirius ... tu as bien dormi ? Dit ? Je voulais vous parler du rêve que j'ai fait, han et qui ...
- Pas maintenant ... laisse moi le temps de me réveiller, dit Sirius
- Mais, tu est réveillé, tu sait ? Tu as les yeux ouverts et ...

Sirius soupira et contourna Pupuce qui continuait de parler. Rapidement, il lui ferma la porte au nez et prit soin de la verrouiller en plus de mettre la malle de linge sale devant. Comme ça, Pupuce n'allait pas entrée. Laissée seule dans le couloir, Amélia fit de grands yeux et tourna les talons pour se diriger vers la chambre de son frère. Il devait faire sa série de pomps, han ... hé oui, elle avait raison ! Encore ! Souriant, elle entra dans la chambre de James et s'assied sur son lit.

- ... et là Einstein m'a dit que j'étais un génie, tu sait ? Oui, han parce que je lui ai expliqué sa propre théorie, han, mais avant qu'il la découvre, et j'ai jeté une de ses bidules qui ne lui servira à rien, han, et ...

James se laissa retomber vivement sur le sol de sa chambre, plaçant les bras le long de sa tête, de façon à bloquer ses oreilles. Une autre journée qui commençais avec les discours de sa soeur ... pourquoi ne pouvais t-il pas avoir un début de journée peinard ?

- Pupuce ... tu n'as pas rencontré Einstein, han ... y'é mort le bonhomme, dit James
- Je sait, han ... c'était un rêve, han, mais ... poursuit Amélia

Ho non ! James se releva en soupirant et sortie de sa chambre en direction de la cuisine. Amélia, occupée à raconter son rêve, ne s'en rendit pas compte et continua de parler toute seule, racontant son rêve aux personnages de Quidditch.




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 17:12
Chapitre 2 : Plaisir d'été


Les oiseaux étaient à peine debout, piaillant dans les arbres, que déjà la jeune Amélia Potter était réveillée. Elle avait toujours été une lève tôt, au grand désespoir de James qui dormait comme une marmotte. Ce matin là, la petite fille était particulièrement excitée, car les Maraudeurs allaient à la grange et qu'elle avait décidé d'y aller avec eux. La grange était une vieille étable que les gars avaient trouvés lors de leur première année. Située à quelques kilomètres de la maison des Potter, elle était perdue dans un champ abandonné au milieu d'herbes hautes. Les Maraudeurs l'avait entièrement rénovée et isolée, de façon à y aller hiver comme été. C'était leur lieu secret, fidèle témoin de l'élaboration de tout leurs mauvais tours. C'était en ces lieux qu'ils avaient pensé et élaboré la carte des Maraudeurs, objet si cher à leur coeur. Jusqu'à maintenant, Amélia n'y avait jamais mit les pieds. Pas qu'elle n'aurait pas aimé ça, bien au contraire, mais elle passait tout ses étés dans un camp de vacances scientifique où elle apprenait tout un tas de trucs intéressants. Toutefois, cette année le camp allait se passer d'elle. En effet, lorsque sa mère voulu faire son inscription, Amélia refusa catégoriquement ... elle allait passer son été avec son Remus, le jeune homme étant pas mal plus important que les préceptes de chimie.

Amélia sortie donc de sa chambre en trombe, coiffée de ses tresses et habillée pour une longue marche, son sac à dos sur l'épaule. Courant dans le couloir, elle s'arrêta devant la porte de la chambre de James et Sirius, et se mit à tapoter dedans à 5h00 tapante. Toc toc toc toc toc toc faisait elle en cadence, se dandinant d'une jambe à l'autre dans le couloir. Lorsqu'un bruit de chaussure contre la porte se fit entendre, Amélia fit un grand sourire et l'ouvrit à la volée, entrant dans la chambre.

- Bonjour, han ! Vous êtes encore au lit ? Mais levez vous, han ... le soleil est debout depuis une demie-heure, vous savez ? Dites ? Puis, il faut se prépa ...

Amélia se pencha subitement, afin d'éviter une chaussure lancée par James, puis se redressa en continuant de parler.

- ... rer pour aller à la grange, han ... je suis prête moi, vous savez ? J'ai mes souliers de marche, mon sac à dos, han, dedans ma brosse à dent, ma chemise de nuit, des livres, des disque, han et j'ai même mit des sandwich et ...

Lorsqu'ils entendirent qu'elle était prête, James et Sirius retirent tout deux les couvertures qui couvraient leur tête et se regardèrent avec de grands yeux. Quoi ? Alors ça, non ! D'un bond, ils se levèrent de leur lit pour regarder Amélia. Elle était vêtue d'un short et d'un t-shirt, portait des espadrilles et sur sa tête tressée trônait une casquette légèrement de travers. Sortant d'une poche de son sac à dos, Pikpik les regardait en clignant les yeux, comme s'il dormait encore deux secondes avant. Et c'était effectivement le cas, la petite fille l'ayant mit dans son sac alors qu'il dormait encore.

- Bravo ... tu est prête pour ton camp scientifique, han ... mais nous ont part plus tard, dit James
- J'y vais pas, han ... je viens avec vous, d'accord ? répond Amélia
- Non ! dit Sirius
- Oui ! Oui, han, vous m'avez dit que je suis une Maraudeur honoraire, tu te souviens ? Han ? Oui ? Alors, je vais à la grange des Maraudeurs avec vous, han ... je veux être avec mon Remus et je ...

Un hibou vint se percher sur le rebord de la fenêtre et la tapota un peu, l'air embrumé. Visiblement, lui aussi dormait à poigt fermés avant d'être réveillé. Parlant toujours, Amélia se dirigea vers le hibou et prit le parchemin à sa patte.

- ... viens avec vous, parce que je l'ai décidé, vous savez ? termine t-elle en ouvrant la lettre.

Il s'agissait d'une réponse de Peter, yiiiiiiiii ! Elle venait de lui envoyer un hibou pour lui demander s'il était réveillé, s'il était prêt et qu'elle venait avec eux. Pour toute réponse, un seul mot.

Non !

Amélia fit de grands yeux et chiffonna la lettre. Comment ça, non ? Han ? Elle se dirigea vers le bureau de son frère, sous le regard morne de ce dernier, et répondit à Peter.

Comment ça, non ? Han ? Tu n'est pas prêt ? Tu savait qu'on partais aujourd'hui, han, alors que fait tu encore endormi ? Lève toi et viens t'en, d'accord ?

D'un pas rapide, elle accrocha la lettre à la patte du hibou de Peter, qui reprit son envol vers son Maître. Se retournant vers James et Sirius, Amélia remarqua qu'il la regardait d'un air énervé, les bras croisés contre leur poitrine et vêtu seulement de caleçon. Plaçant aussitôt la main devant ses yeux, elle tendit l'autre devant elle en marchant avec précaution.

- Vous êtes presque tout nus, han ! Habillez vous et venez manger, han ... j'ai fait des oeufs et des pancakes et ... aie !

Elle venait de se frapper le pied contre la patte du lit de Sirius. Amélia écarta alors les doigts et regarda le sol afin de voir où elle allait. Rapidement, elle ressortie de la chambre dont elle referma la porte tout aussi vite avant de descendre à la cuisine. Dans la chambre, James et Sirius se regardèrent avec un air légèrement amusé malgré leur agacement. Pupuce pouvait être si drôle parfois ! Enfin ... Ils décroisèrent les bras en soupirant d'un même souffle et se dirigèrent vers leurs vêtements, qu'ils enfilèrent assez précipitamment. Ils devaient faire la lumière sur le mystère Pupuce et, surtout, la convaincre de rester ici. Si elle venait avec eux, ils allaient devoir se taper ses longs discours et enseignements ... c'était les vacances, Merlin ! Ils n'allaient quand même pas apprendre pendant les vacances ! En plus, elle disait avoir mit des livres dans son sac ! Des livres ! Pas de ces machins dans la grange, alors ça non ! Ils sortirent donc à pas de loup et descendirent à la cuisine, où ils trouvèrent Amélia en train de chantonner en déposant des pancakes dans leurs assiette. Le sirop était sur la table, de même que le lait, le jus d'orange pressé et une omelette se trouvais au centre de la table, dégageant une douce odeur. Manifestement, Pupuce s'était surpassée. Maintenant, ils allaient devoir l'amener avec eux. Effectivement, ce serait bête de leur part de s'empiffrer et de lui dire de rester ici ensuite ! Se jetant un regard en coin, James et Sirius s'assirent à leur place, pendant que Amélia faisait de même, les regardant en souriant.

- Ça l'air bon, han ... dit James pour dire quelque chose
- Merci ... j'ai mit un tout petit peu de sirop dans la cuisson, vous savez ? Mangez, mangez, han ... j'ai avisé les autres, ils arrivent dans pas longtemps, han. Vous pouvez vous imaginez qu'ils dormaient tous encore ? Dites ? dit Amélia
- Y'é cinq heures ! s'exclame Sirius
- Cinq heures et quinze, han, répond candidement Amélia avant de se mettre à manger

Chez les Pettigrew, Peter s'était rendormit lorsque son hibou revint le réveiller. Il maugréa le surnom de Pupuce avant de se lever en marmonnant. Il détacha la lettre à la patte de son hibou, mais ne prit pas la peine de la lire. Le jeune homme savait fort bien ce que Pupuce avait écrit. Quelque chose du genre : Han ? Encore endormit ? Han ? Lève toi, han, faut partir et nian nian nian. C'est donc d'un air endormit et les cheveux tout décoiffé, qu'il passa sous la douche et s'habilla. Si c'était Merlin possible ! Se faire réveiller à une heure de lève coq, par une Pupuce excitée ! Peter ne prit pas la peine de prendre son petit déjeuner, Pupuce lui ayant écrit dans sa première lettre, qu'elle avait fait des pancakes, et il sortie de chez lui pour se rendre chez James. En chemin, il croisa Remus qui avait l'air tout à fait en forme. Le contraire aurait été surprenant ! Il allait rejoindre son amour chérie, il pouvait bien paraître serein !

- Elle t'a réveillé aussi ? demande Peter
- L'avenir appartient à ceux qui se lève tôt, réplique Remus en souriant
- Bha, Pupuce à un long avenir en tout cas ! dit Peter en pouffant un peu

C'est en discutant de leurs idées de mauvais coups, qu'ils arrivèrent chez les Potter. Grimpant les escaliers, Remus ouvrit la porte comme s'il s'agissait de chez lui et ils entrèrent. Aussitôt, une délicieuse odeur leur parvint et ils oublièrent l'heure matinale. Hummmmmm ! Pupuce avait l'air d'avoir fait de bonnes choses à manger. C'est donc d'un pas plus léger qu'ils entrèrent dans la cuisine.

- Salut ! J'espère qu'il en reste ... dit Remus
- Ouais vieux ... Pupuce en a fait pour une colonie, répond James d'un ton rassasié

Peter s'assied donc assez rapidement, prenant trois pancakes et une grosse part d'omelette. Remus, tant qu'à lui, se dirigea vers Amélia et déposa un doux baisé sur ses lèvres, avant de s'asseoir à ses côtés. Il se prit aussi pancakes et oeufs, mangeant en tenant la main de la fille qu'il aimait. Amélia, elle, n'avait mangé que deux bouchées de sa première portion, parlant sans arrêt depuis le début. Elle prit une bouchée d'oeufs froids, l'avala et se remit à parler en balançant les jambes sous la table.

- Alors ? C'est loin la grange ? Dites ? Je devrait apporter des bouteilles d'eau ? Il fait déjà chaud, vous savez ? Han ? On en aura besoin, je crois, han ... et on ira à la pèche ? Dites ? Ce serait bien, han ... j'ai apporté mon costume de bain aussi, han et aussi ...
- Tu vas pas venir ... dit Peter
- Oui ... oui, je viens, tu sait ? lui dit Amélia en le regardant d'un air boudeur
- Pourquoi elle ne viendrais pas ? questionne Remus

Les Maraudeurs se regardèrent en roulant légèrement les yeux. Bon, ça y était ... le prince charmant venant de mettre son grain de sel. Se souriant d'un air amusé, ils reportèrent leur attention sur les amoureux. Ils voulaient combattre ensemble, han ? Bha, ils allaient leur faire la vie dure.

- Je crois que je vais monter à la chambre et ajouter des préservatifs dans mon sac, dit Sirius
- Bonne idée, vieux ... une Pupuce qui parle tout le temps, c'est suffisant ... tu imagines une mini Pupuce qui fait pipi culotte en parlant de sa journée ? dit James
- Faudra penser à insonoriser les murs du débarras ... j'ai envie de dormir moi, pas d'entendre des gémissements, dit Sirius
- Hum hum, confirme Peter
- Les gars ... dit Remus en rougissant un peu
- Faudrait peut-être leur monter une tente un peu plus loin. Comme ça, ils dérangeraient pas, dit James




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 17:21
Amélia, rouge comme une tomate, avait maintenant le nez plongé dans son assiette et mangeait ses oeufs à la vitesse de l'éclair, sans parler rien. Hooooo ! Ils disaient des choses dont elle rêvait dans ses nuits les plus folles. Alors, elle devait sortir de table, mais comme elle avait super faim, elle devait bien manger avant, non ? Elle but une gorgée de jus d'orange pour faire passer le tout, avant de recommencer à manger, sa pancake, cette fois. Fort amusé par la situation, James et Sirius éclatèrent de rire, sous le regard embarassé de Remus. Relevant la tête vers eux, Amélia les regarda avec un air voulant dire : Han ?, avant de terminer son assiette rapido presto.

- Finit, han ... on y va ? Dites ? dit-elle d'un ton innocent

Elle se leva et débarassa la table comme si elle ne les avaient pas entendu. Elle déposa verres et assiettes dans le lavabo et rangea le reste des pancakes dans le comptoir réfrigéré. Ses parents allaient pouvoir en manger lors de leur réveil. Se tournant ensuite vers la table, elle remarqua que tout le monde était partie, sauf Remus.

- Ils sont où ? Dit ?
- Dehors, lui répond t-il en lui tendant la main

Souriant, Amélia reprit son sac et se dirigea vers Remus, le prenant par la main. C'est donc une petite fille rayonnante de bonheur qui sortie de chez elle ce matin là, sous le regard légèrement las de son frère. Sans attendre, ils se mirent à marcher vers la route et tout en discutant ... enfin tout en tentant de placer un mot entre les paroles de Pupuce, ils parvirent à un petit sentier juxtaposant un champ. D'un geste habile, les Maraudeurs sautèrent par dessus une vieille cloture déclinguée et se remirent en route. Derrière, Amélia était arrêtée, regardant la cloture d'un air suspicieux et calculateur. Voyons ... comment faire pour passer sans déchirer son short ? Parce qu'elle était pas mal plus petite qu'eux, han ... alors lever la jambe aussi haut ... hum ... Se rendant compte du silence subit, James se retourna et vit sa soeur, figée devant la cloture comme un Nain de Jardin devant un chou gras. Roulant les yeux, le jeune homme eu un geste de désarroi, avant de crier :

- Pupuce, han ! Envoye, saute ... c'est pas compliqué
- Je veux pas déchirer mon short, han ! crie t-elle
- Pas déchirer son short ... marmonne James
- On va pas à une parade de mode ... crie Sirius
- Je sait, han ! réplique Amélia en roulant les yeux

Merlin, ils la prenaient pour une idiote ? Elle le savait bien qu'ils n'allaient pas en parade de mode. Soupirant, Amélia recula de quelques pas. Voyant Sirius approcher pour venir la chercher, elle leva la main et lui fit signe que non. Elle pouvait toute seule. Quelques pas de plus en arrière et ... elle se mit à courir vers la cloture à toute vitesse, ses tresses battant dans son dos. Bondissant subitement, elle fut projetée dans les airs à une distance considérable, avant de retomber de l'autre côté, sur ses jambes. Tourloutoupou, han ... fallait juste évaluer la situation. Marchant calmement vers les Maraudeurs, qui la regardaient avec de grands yeux, elle leur sourit et repris la main de Remus.

- Quoi ? dit-elle
- Comment tu fait pour courir si vite et sauter si haut ? demande Sirius
- Facile, han ... j'agite les jambes vite et je saute, répond t-elle d'un ton sérieux et pragmatique

James pouffa, bientôt imité par les autres. Wow ! Ça c'était une réponse "Pupuce" ! Amusés, ils reprirent leur route vers la grange, suivit par Amélia qui regardait partout autour d'elle en jacassant. De longues minutes s'écoulèrent avant qu'ils arrivent dans une clairière aux allures abandonnées, au milieu duquel se trouvait la fameuse grange des Maraudeurs. Lâchant la main de Remus, Amélia se mit à courir vers elle, heureuse de pouvoir enfin y mettre les pieds. Elle entendit quelques ronchonnements derrière elle, James, Sirius et Peter marmonnant sur le fait qu'elle allait entrer avant eux, mais ce n'était pas bien grave ! Non, non ... heureuse, elle était ! Dès qu'elle fut arrivée devant la porte, elle la poussa et entra dans la grange, regardant partout avec de grands yeux. L'intérieur avec une allure assez délabrée, mais cela donnait un cachet assez rustique. Du foin jonchait le sol et un escalier se situait sur sa droite. Sans hésiter, elle couru vers l'escalier et monta à l'étage, pendant que les Maraudeurs entraient dans la grange.

- Va pas là, han ! dit James

Trop tard ... Amélia était déjà à l'étage et regardait partout en touchant tout ce qui lui tombais sous la main. Souriante, elle regarda les quatre lits, deux de chaque côtés, ainsi qu'une sorte de balcon menant à l'extérieur. Remarquant un télescope, elle se rendit vers lui en gambadant, ignorant les Maraudeurs qui l'avaient suivit en haut et replaçaient ce qu'elle avait touché.

- Je vais dormir où, moi, han ? Y'a juste quatre lits, vous savez ? Han ?
- On sait ... on est quatre, dit Sirius
- Non, cinq han ... je suis là, tu sait ? dit Amélia en se penchant sur le télescope
- Non, non, han ! s'exclame James en courant vers sa soeur

Encore une fois, il était trop tard. Amélia s'était penchée sur l'appareil et regardait dedans avec une attention figée. Dans la lentille elle pouvait apperçevoir une jeune fille en train de se déshabiller ... une jeune fille aux seins nus ! Redressant subitement la tête, Amélia regarda les Maraudeurs avec de grands yeux, avant de pointer le télescope.

- Y'a une fille avec les seins à l'air, han ...
- Han ? dit Sirius en se lançant sur le télescope
- C'est un hasard, han ... dit James d'un air innocent

S'il fallait que sa mère saches qu'ils pointaient le télescope de Peter sur la maison de la grosse Gertin, afin de voir sa fille nue, ils ne pourraient plus sortir pendant des siècles ! Fronçant les sourcils, Amélia regarda son frère avec suspicion. Elle ne le croyait pas du tout! Cet air là était toujours celui de la fausse innocence. Elle le savait bien, elle l'affichait très souvent elle même. Tournant alors son regard vers Remus, elle mit ses mains sur ses hanches et prit l'air de sa mère.

- Tu regardes les seins de la fille, toi aussi ? Han ? Dit ? Remus ?
- Heu ... répond Remus avant de toussotter. Tu sait, Princesse, je ...
- Hoooooo !

Amélia croisa les bras en signe de frustration, émit un son assez félin et redescendit les escaliers en trombe. Remus regardait les seins d'une autre fille, han ! D'une fille affreuse, en plus ! Non, mais ... ses seins étaient tout tombant et Amélia était certaine qu'elle avait des poux en plus ! Des poux et des dents toute jaunes et mal propres. Remus lança un regard vers ses amis, avant de suivre Pupuce. Il devait lui expliquer ... il ne voulait pas qu'elle se fâche contre lui pour avoir regardé, une seule petite fois, la fille du télescope. Il la rattrapa donc au moment où elle allait sortir de la grange.

- Princesse ...
- Lâche mon bras, han ! dit Amélia
- Écoutes moi ... lui répond t-il en lui lâchant le bras

Pour toute réponse, Amélia émit à nouveau un léger roar et recroisa les bras. Il allait lui dire qu'il n'avais pas aimé ça, je suppose ? Han ? Puis, pourquoi il ne voulait pas regarder ses seins à elle ? La petite fille tourna un regard blessé vers Remus, et attendit ses explications mensongères. Croisant le regard de la fille qu'il aimait, Remus baissa les yeux pour regarder le sol. Elle était blessée ... il le voyait dans son regard et sa déception lui brisait le coeur.

- Je n'ai regardé qu'une fois ... dit-il
- Pourquoi tu veux pas voir mes seins ? dit Amélia
- Quoi ? répond Remus en relevant la tête

Énervée, Amélia se mit à tourner en rond dans la grange, comme un fauve dans une cage. Elle soupirait fort par le nez en agitant les bras d'énervement. Il ne comprenait rien ou quoi ? En haut de la balustrade, le reste des Maraudeurs observaient la scène avec de grands yeux. Lorsqu'elle les apperçut, elle leur décocha un regard noir, qui les fit partir loin sur le balcon. Reportant alors son attention sur Remus, qui regardait encore le sol, Amélia re-croisa les bras et reposa sa question.

- Pourquoi tu veux pas voir mes seins ?
- J'ai jamais dit que je voulais pas ... répond Remus

Silence du côté de Amélia. Que répondre ? Son coeur battait super fort, ses joues avaient rougies, elle le sentait trop bien. Remus voulait voir ses seins ... hooouuuu ! Non, han, il ne fallait pas succomber et lui pardonner si facilement. Il n'allait certainement pas s'en sortir comme ça.

- Tu n'as jamais dit que tu voulais non plus, tu sait ? rétorque t-elle

Et vlan ! Han ? Qu'est ce qu'il allait dire à ça ? Han ? Probablement qu'il fallait attendre, parce qu'elle était trop petite et que demander à voir ses seins à son âge c'était pas correct. Ou alors qu'il voulait la respecter ... La respecter ! Alors, qu'il regardait sans vergorgnes une fille dans le télescope, une fille qui ne savait même pas que des gars lui regardait les seins. Ou alors qu'il voulait attendre qu'ils soient seuls ou ...

- J'aimerais voir tes seins, Amélia ... dit Remus d'un ton rauque

Amélia fit alors de grands yeux et ouvrit grand la bouche, toutes ses pensées coupées instantannément. Han ? Il avait dit quoi ? Elle demeura figée sur place, telle une statue de sel, pendant que Remus relevait lentement les yeux sur elle. Lui souriant légèrement, il alla vers elle et lui prit doucement la main. Tout aussi doucement, il se dirigea avec elle vers la porte de la grange, et ils sortirent à l'extérieur. Jetant un regard vers la grange, Remus biffurqua à gauche, afin d'être certain d'être hors de vu du télescope. Il ne fallait pas que James et les autres soient témoins de ça. Il reporta son attention sur Amélia, qui semblait sur le point de tomber en syncope.

- Si tu veux, bien sûr, ajoute t-il

Amélia hocha vivement la tête en guise d'acquièsement, toujours aussi muette. Remus sourit, se disant qu'il venait de trouver le moyen pour faire taire Pupuce. Un moyen temporaire, probablement, mais quand même ! Il amena donc la jeune fille vers un talus herbeux et s'arrêta enfin, se plaçant devant elle. Enfonçant les mains dans ses poches, il jeta un nouveau regard vers la grange. Parfait ... les herbes hautes les cachaient parfaitement. Il reporta son attention sur Amélia et lui sourit tendrement. Amélia lui renvoya un sourire un peu nerveux et hocha à nouveau la tête.




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 17:27
Elle s'était mise dans cette situation en mettant Remus au défi, alors elle devait relever le défi elle même. Sinon, elle aurait l'air de quoi ? Han ? Puis, elle avait très envie que Remus voit ses seins. Alors, lentement, elle releva son t-shirt et son soutien-gorge, dévoilant ses seins à Remus. Ce dernier avala sa salive dès qu'il vu la poitrine de la jeune fille. Une poitrine certes naissante, mais si attrayante. Incapable de détacher son regard d'elle, il soupira doucement.

- Pourquoi tu soupires ? Han ? Dit ? Ils sont pas beaux ? Han ? Qu'est ce qu'il y a ? Tu est déçu ? Dit ? Remus ? Han ? questionne Amélia en regardant ses seins
- Ils sont sublimes ... répond Remus de sa voix rauque

Rougissant vivement, Amélia fit un sourire gêné et se dandina légèrement sur place. Yiiiiiiiiii, Remus les trouvaient sublimes, han ! Elle cessa de se dandiner en voyant le jeune homme tendre lentement la main vers elle. Successivement, elle regarda Remus, puis sa main, puis Remus à nouveau. Il allait toucher ? Han ? Hoooo ! Elle se mordit la lèvre inférieure au moment où la main de Remus effleura son sein gauche, remontant doucement ses caresses vers le mamelon déjà tendu.

- Remus ... murmure t-elle sur un ton suave

Subitement, le jeune homme retira sa main et se tourna vers la grange, ravalant difficilement sa salive. Mais, qu'est ce qu'il faisait ? Non, Amélia n'avait que 12 ans. Il l'aimait de toute son âme, elle était sa louve, il l'aimerait toute son existence ... et il avait envie d'elle. Mais, il ne devait pas ... pas maintenant. Il fallait attendre qu'elle soit plus en âge, pour ...

- Retournons à la grange ... dit-il d'une voix enrouée
- Pourquoi ? demande Amélia en rabaissant son chandail
- Les autres vont nous chercher, répond Remus
- Ha ... oui, han ... dit Remus ? Han ? Mes seins sont plus jolis que ceux de la fille aux poux, han ?

Remus regarda Amélia du coin de l'oeil et lui reprit la main. La fille aux poux ? De qui parlait-elle ? Peu importe ... elle avait les plus beaux seins du monde. Il hocha alors la tête et se redirigea avec elle vers la grange, dans laquelle ils entrèrent à nouveau.

La journée passa très rapidement, les jeunes se baignant et rigolant près de la rivière en aval. Puis, la nuit tomba doucement et ils retournèrent à la grange. Ayant passé la plus belle journée de sa vie, Amélia alla enfiler sa chemise de nuit en vitesse et ressortie de la petite salle de bain. Elle vit immédiatement un amas de paille dans un coin, sur lequel était déposé son oreillé et des couvertures. Han ? Elle allait dormir dans le foin ? Relevant les yeux vers le haut de l'escalier, elle vit que la lumière était déjà fermée. Toutefois, des chuchotements lui parvenait.

- Hey ? Je dort dans le foin ? Han ?
- Oui, dit James
- Mais han ... pourquoi je peux pas dormir avec Remus ? dit-elle
- Hey han ! Dans le foin ... on a dit pas avant tes trente ans au moins, han ... dit James
- Vingt-cinq, han ... dit Amélia
- Ouias ouais ... mais là tu as douze, han ... alors dodo dans le foin, répond James

Roulant les yeux, Amélia se rendit au tas de foin, dans lequel elle se coucha. C'était somme toute confortable et en plus ça sentais super bon. Souriant tout en regardant le plafond, Amélia s'efforça d'écouter les murmures qui provenait d'au dessus d'elle. Elle parvint à saisir quelques bribes, avant que le silence ne se fasse. Grimaçant, la petite fille se mit à regarder ce qui l'entourait. Comme ça dans le noir, c'était assez effrayant. Une légère brise entrait par une des fenêtres laissée ouverte, ce qui faisait bouger une corde accrochée au mur. Diverses ombres se dessinaient sur le mur d'en face, probablement causées par les branches d'arbres tout autour. Du coup, l'imagination fertile de Amélia se mit en marche. Les ombres étaient le profil mystérieux et assassin des Chats Maringos. C'était certainement ça, han ... Les ombres qui bougeaient sur le mur allaient soudain grossir et les Chats Maringos allaient la manger toute crue et ... ssshhiiiicccck ! Ouvrant de grands yeux, Amélia s'assied vivement dans la motte de foin. Shick ? Han ? Ça avait fait un gros ssshiiiicccckkk ! Qu'est ce qui ... shhhiiicccckkk ! Haaaaaaaaaaaa ! Amélia sortie rapidement de son lit improvisé et couru vers l'escalier en quatrième vitesse. Elle le savait, han, elle le savait, ils allaient la manger ! Une fois en haut, elle couru encore et bondit dans le premier lit à droite, se blottissant contre la personne qui s'y trouvais. Réveillé en sursaut, Peter fit de grands yeux et tenta de repousser l'intrus.

- Que ... mais ... qui ... dit-il
- Peter, Peter, han ... za à fait zhiiiicccckkk zhhhiiiccccck, dit Amélia d'un ton paniqué
- Zhhhiiicccckkk ? dit Peter
- Non, zzzhiiiccckk, han ... dit Amélia
- Heu ... Shhiiiccckkk ?
- Ouuuuuuuiiiiii ! répond Amélia en tremblant contre lui

Peter, qui n'était pas très brave, regarda le plafond d'un air effrayé. Un shhiiiccckkk ... mais rien au monde ne faisait ce bruit là ! Doucement, il tenta à nouveau de repousser Amélia. En plus, si Remus les voyaient comme ça, c'est lui qui ferait shhiiicccckk !

- Va v ... voir Remus, dit Peter
- Remuz ?
- Oui ... à côté ... le lit à côté

Rapidement, Amélia sortie du lit de Peter, au grand soulagement de ce dernier, et couru vers celui de Remus, dans lequel elle bondit tout aussi vivement. Évidemment, Remus se réveilla aussi en sursaut et se retrouva avec Amélia blottie fortement contre lui, respirant comme si elle était possédée.

- Amélia ? murmure t-il
- Za à fait zzzhiiicccck, Remuz ... Zhhiiccckkk Zhhiiicccckkk en bas, han ... Peter à dit de venir te voir, han ... Remuz ... les Zhats Maringos, y zont izi, han
- Calme toi, lui murmure t-il doucement. Je vais aller voir.
- Non, han ! s'exclame Amélia

Elle s'accrocha à lui de toutes ses forces, tremblant contre son corps en gémissant doucement. Lui caressant les cheveux, Remus lui murmura à l'oreille qu'il avait de la Poudre de Chien Mouche et de ne pas s'inquiéter. Malgré ça, la petite fille refusait de le laisser partir, faisant vigoureusement non de la tête. Ce n'est qu'après plusieurs minutes, que Remus parvint à la convaincre de le laisser aller vérifier. Il sortie donc de son lit après lui avoir dit d'y rester, et se dirigea vers les escaliers. Amélia, qui le regardait partir avec de grands yeux dans son visage blême comme un fantôme, se leva rapidement et couru vers lui. Elle n'allait pas le laisser tout seul, han ! Elle agrippa donc son pyjama et le regarda d'un air affolé.

- Ze te laizze pas tout zeul, han ... za va prendre quelqu'un pour crier à Zames de venir, tu zait ?

Remus lui sourit et descendit les escaliers, Amélia accrochée à lui. Il était certain qu'elle avait imaginée le bruit grâce à son imagination débridée. Il se dirigea vers le lit de paille et s'arrêta, écoutant le silence. Rien, hormis les légers ronflements de Sirius. Penchant la tête légèrement de côté, il écouta encore quelques secondes, avant de reporter son attention sur Amélia, qui semblait écouter le vide d'un air très concentré.

- Il n'y a rien, Princesse ... dit Remus
- Za venait de la fenêtre et il y a des ombres et ...

À nouveau, un shhiiicccckkkk mystérieux se fit entendre. Amélia poussa un petit cri et sauta dans les bras de Remus en gémissant que les Chats Maringos allaient les dévorer. Tournant son visage vers la fenêtre, Remus avala sa salive et regarda autour de lui. Il n'avait pas encore l'âge de faire de la magie à l'extérieur de l'école, mais il devait quand même protéger Amélia. Il tendit la main et prit une vieille fourche rouillée. Baissant son regard sur sa louve, il murmura :

- Je vais aller voir ... tu restes ici
- Nooooonnnnn ... se plaint Amélia
- Princesse ... j'y vais, dit Remus

Il parvint, non sans difficulté, à se dégager d'elle et se rendit avec précaution vers la fenêtre. Derrière lui, Amélia avait recommençé à respirer comme si elle était possédée par un quelconque démon et il savait, sans avoir à la regarder, qu'elle avait probablement un air terrorisé. Avec prudence, il risqua un regard à l'extérieur. Rien ... Pourtant, il y avait bien quelque chose qui avait fait shhiiiccckk. Un léger mouvement attira son attention et il émit un soupire de soulagement en voyant de quoi il s'agissait. Un raton laveur était grimpé sur une poubelle et il était occupé à manger. Ses pattes griffées émettaient parfois des shiiiccckkk contre le métal de la corbeille.

- Princesse ... murmure Remus

Il tourna le regard vers elle et lui fit signe de venir le rejoindre. Malgré le danger qu'elle soupçonnait, Amélia couru jusque dans les bras de Remus et se reblottie contre lui. Il voulait probablement mourir dans ses bras. Pas de problème, han ... et s'il fallait qu'elle meure aussi, elle ne voyait pas meilleur endroit qu'au creux de ses bras à lui. Elle se cacha donc le visage contre son torse, et ne bougea plus d'un poil, attendant la mort.

- Regarde ... lui murmure t-il
- Regarder quoi ? murmure t-elle

Elle redressa la tête et vit qu'il lui pointait quelque chose en souriant. Elle regarda alors ce qu'il lui montrait et vit le raton laveur en train de se nourrir. Des shhiiiccckkk lui parvenait, mais elle n'avait plus peur. C'était seulement les griffes de l'animal, han ! Soulagée, elle leva le regard vers Remus, le regardant d'un air tendre et remplit d'admiration.

- Tu as agit en héros, tu sait ? Han ? Si ça avait été un Chat Maringo, tu serais mort pour moi, han
- Je mourrais n'importe quand pour toi, mon amour
- Hoooo, han ... Remus, dit-elle d'un ton tout chou

Souriant, Remus se pencha vers elle et l'embrassa tendrement. Oui, il pouvait mourir pour elle. Il la serra contre lui, avant de la regarder amoureusement. Il était temps de retourner au lit.

- Retournes te coucher, Princesse ...
- Avec toi ? demande t-elle candidement

Remus cessa son mouvement pour retourner aux escaliers et la regarda. Elle affichait un air innocent, celui que James prenait lorsqu'il avait fait un mauvais coup ou s'apprêtais à en faire un. La seule différence, c'est que ses joues étaient un peu rouges et qu'elle se mordait légèrement la lèvre inférieure. Il savait fort bien ce à quoi elle pensait et il ne put s'empêcher de rougir aussi.

- Amélia ... je t'en prie, ne tente pas le diable
- C'est pas le diable que je veux tenter, tu sait ? Han ? C'est toi, rétorque t-elle
- Je sait ... dit Remus en riant un peu
- On aura qu'à dire que j'ai eu peur, han ... et que tu m'as protégé et que je voulais pas dormir toute seule ... c'est la vérité, tu sait ? On mentiras même pas, han ...




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 17:27
Sans attendre, elle se dirigea vers l'amas de paille, où elle se coucha. Elle regarda Remus, lui sourit doucement, et tapota la place près d'elle. Le coeur battant, elle espérait qu'il allait accepter de venir la rejoindre. Elle savait bien qu'ils ne feraient certainement pas l'amour, pas avec les autres au dessus d'eux, mais elle désirait dormir avec lui. Après une très légère hésitation, Remus finit par se diriger vers la paille, sur laquelle il s'étendit à son tour. Aussitôt, tel un aimant, Amélia se blottie contre lui, plaçant une jambe par dessus les siennes. Remus ferma les yeux et tenta de penser à autre chose. Merlin, il aurait dut retourner à son lit ! Il tenta de chasser l'image des seins de Amélia, la sensation douce de sa peau sur sa main, la vision de son mamelon tendu ... mais peine perdue. Il sentais déjà une érection tendre le devant de son pantalon de pyjama, et comme Amélia était collée contre lui, il savait qu'elle le sentais aussi. Merlin ! Baissant le regard vers elle, il croisa ses yeux, dans lesquels luisait un désir intense. D'accord ... s'il ... il pouvait sûrement ... enfin, trouver un compromis ...

- Princesse ... murmure t-il
- Z'ai envie de toi, tu zait ?
- Oui ... oui, je ... moi aussi, avoue t-il

Il dut placer la main entre eux, afin de l'empêcher de l'embrasser. Il n'avais pas ... il devait lui dire quelque chose avant. Tendrement, il caressa ses lèvres des doigts, avant de replacer la main sur elle.

- Je n'ai pas de préservatifs ... et Sirius n'en a certainement pas apporté non plus. Il y en a sûrement de caché, mais je ne sait pas où. Alors ... je ... on ne fera pas l'amour entièrement, tu comprends ?
- Tu entreras pas ton pénis ? demande Amélia
- Non ... répond t-il d'un ton rauque. Tu ... je ... enfin, je peux insérer les doigts et tu ... tu pourrais, enfin ...
- Mettre ton pénis dans ma bouche ? demande t-elle
- Oui ... oui, c'est ça, dit Remus d'un ton bas

Doucement, Amélia lui sourit en hochant la tête. D'accord, han .. c'était déjà un excellent début. Elle avança donc vers lui et l'embrassa langoureusement, pendant que les mains de Remus explorait les parties les plus intimes de son corps. Cette nuit là, un autre genre de bruits mystérieux se firent entendre dans la grange des Maraudeurs.




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 17:38
Chapitre 3 : Le retour


Les Moldus se pressaient sur le quai de la gare, marchant rapidement, tête baisée pour la plupart. Figures étrangères parmi tant d'autres, bien peu se préoccupait de leurs voisins, ce qui avait toujours facilité les choses. Marchant d'un pas rapide, presque en courant en fait, une jeune sorcière de douze ans se dirigeait vers un pilier, suivant deux jeunes hommes qui, visiblement, ne souhaitaient pas l'attendre. Poussant son chariot devant elle, Amélia se mit à courir, ses tresses battant sur son dos et Pikpik sautillant dans la poche de sa robe. James et Sirius marchaient peut-être vite, mais elle allait les rejoindre en moins de deux. Entendant des pas précipités derrière eux, James et Sirius marchèrent plus rapidement, mais peine perdue. Amélia se trouvais déjà à leurs côtés, les regardant avec de grands yeux accusateurs.

- Pourquoi vous m'attendez pas ? Dites ? Han ? C'est pas gentil, vous savez ?
- T'as peur de te perdre ? demande James
- Non, han ... dit Amélia d'un ton fier
- Alors, t'as pas besoin de nous, dit Sirius

Amélia allait répliquer, mais ils avaient déjà traversé le passage secret. Soupirant, Pupuce regarda autour d'elle, question de s'assurer qu'aucun Moldus ne la regardaient. Précaution fort peu utile, puisque les Moldus ne voyaient jamais rien, hormis si ça leur sautais en plein visage. Amélia traversa donc le passage à son tour et se retrouva sur la passerelle 9 et 3/4. Encore une fois, elle regarda autour d'elle, afin de repérer les Maraudeurs. Ils n'allaient certainement pas s'en tirer comme ça ! Ne les voyant pas, elle poussa son chariot jusqu'au train, où elle remit ses bagages à un contrôlleur. Elle grimpa ensuite dans le train et marcha dans le couloir, regardant dans tout les compartiments. Mais, aucune trace des Maraudeurs. Où ils étaient passé ? Han ? Ne se laissant pas décourager, elle continua jusqu'au compartiment des Préfèts, et ouvrit la porte comme si rien n'était. Elle y entra, même si elle n'en avait pas l'autorisation, et se dirigea vers Remus, sous l'oeil ahurit de Lily Evans et Eve Valérate.

- Remus ?
- Mais, que fait tu ici ? lui demande Remus
- Remus ? Han ?
- Oui, Princesse ...
- Je trouve pas les autres, tu sait ? Tu sait où ils sont ?
- Probablement en train de s'auto-satisfaire entre eux ... dit une voix froide et lente

Tournant la tête vers Severus Rogue, Amélia le regarda attentivement, ce qui eut pour effet de faire renfrogner le jeune homme. Haussant les épaules, comme si elle considérait que le jeune homme n'avait pas assez d'intelligence pour converser avec elle, Amélia reporta son attention sur Remus.

- Alors ? Han ?
- Dans le compartiment 18, répond Remus. Ils se cachent, ajoute t-il d'un air amusé
- Merci, mon amour, han ... tu est un ange, tu sait ?

Sur ces mots, Amélia embrassa Remus, ce qui fit sourire Lily Evans, et elle ressortie du compartiment, se dirigeant vers le 18. Ha ha ! La tête qu'ils allaient faire, han ! Une fois arrivée, elle ouvrit la porte et entra. Un silence y régnait et on aurait crut l'endroit entièrement vide. Observant les lieux avec attention, un léger sourire aux lèvres, Amélia fit comme si rien n'était et avança vers une banquette. Elle vint pour s'y asseoir, lorsqu'un minuscule bruit de mouvement derrière elle, lui indiqua que quelqu'un venait de se pousser pour ne pas qu'elle s'assied dessus. Ha ha ! La cape d'invisibilité ! Elle s'en doutait. S'asseoyant, toujours avec l'air innocent de celle qui se croit seule, Amélia sortie Pikpik de sa poche et entreprit de lui parler. Elle devait agir comme si elle ne savait pas qu'ils étaient là.

- Pikpik ... hoooo, han ! J'ai quelque chose à te raconter, han ... je viens de voir Lily Evans, tu sait ?

Léger mouvement près d'elle, à environ trente centimètres ... c'était donc sur son frère qu'elle avait faillit s'asseoir.

- Et, une fille avec des seins éééénooorrrmmeee, han !

Cette fois, le mouvement provint d'à côté de l'endroit où se trouvais James, à quelques centimètre près. Héhé, han .. il ne restait que Peter, qui, en principe, devait se trouver près de Sirius.

- Et, j'ai aussi vu Hartryu, han ... hooouuu, il fait peur ce gars là, tu sait ?

Comme prévue, un mouvement plus marqué près de l'endroit où se trouvait Sirius. Peter avait une peur bleue de ce Hartryu. Affichant un air amusé, Amélia se dit qu'elle devait maintenant les faire sortir de leur cachette. Elle se mit donc à fantasmer à voix haute.

- Et Remus, han ... hoooo hooooo Pikpik, han ! Il embrasse si bien, tu sait ? Han ? Et il ... il a un pénis tellement ... tellement mignon et tout doux et si chaud et ...
- Hey han ! s'exclame à la fois James et Sirius

Les trois Maraudeurs venaient de sortir de sous la cape d'invisiblité et la regardaient maintenant avec de grands yeux insultés. Éclatant de rire, Amélia les pointa du doigt, avant d'ouvrir le livre qu'elle avait gardé avec elle. Riant toujours, elle se mit à lire, pouffant entre deux lignes, pendant que les gars roulaient les yeux en marmonnant. Elle les avaient encore eu ! Sûr et certain qu'elle n'avais même pas vu le pénis de Remus. Lunard n'était pas dingue, il savait qu'il risquait gros s'il ne suivait pas leur consigne des 25 ans. C'est donc en lançant des regards mornes vers Amélia, qu'ils rangèrent la cape, avant de se rasseoir.

- C'est vrai que tu as vu Evans ? Han ? demande James
- Ouais ... dans le compartiment des Préfets, dit Amélia
- Mais ... t'as pas le droit d'entrer là ! s'exclame Sirius
- Je sait, han ... mais je vous cherchais, alors j'ai demandé à Remus ... fallait bien que j'entre, tu sait ? répond Amélia en tournant la page

Un léger foui se fit entendre, émanant de James bien évidemment. Lunard étais prêt à donner la lune à Pupuce, c'était pas croyable. Il croisa donc les bras, observant sa soeur à la dérobée. Il n'osait pas lui poser la question qui lui brûlais pourtant les lèvres depuis qu'elle avait aidé Sirius à sortir avec Lily. Lui aussi voulait de l'aide, han ... mais il était beaucoup trop orgueuilleux pour demander. James se contenta donc de soupirer et reporta son attention sur Sirius.

- Al ...
- Tu veux de l'aide pour sortir avec Lily ? C'est ça ? Han ? dit Amélia

James fit de grands yeux et tourna la tête vers sa soeur. Comment elle avait fait pour deviner ? Elle avait toujours la tête penchée sur son livre, lisant avec une attention de Sioux. Mais, pourtant, elle était parvenue à savoir le fond de son désir. Pupuce allait toujours l'étonner. Toussottant et prenant une mine dégagée, il dit :

- Hem ... oui ... enfin, pas que j'ai vraiment besoin d'aide, mais ...
- Soit humble, han ... je te l'ai répété douze cent fois, tu sait ? Han ? Soit humble, sincère et gentil ... cesse de faire ton malin, c'est tout, tu sait ? dit Amélia sans cesser de lire
- Mais, j'suis humble ! dit James avec conviction

Soupirant, Amélia referma son livre et le posa près d'elle. Elle regarda ensuite son grand frère très attentivement, comme s'il s'agissait d'un objet rare et inconnu. James, rapidement intimidé par ce regard, lança un regard vers Sirius et Peter, qui affichaient des sourires amusés. Merlin ... très gentil de leur part de l'aider ! Il n'eut donc d'autre choix que de regarder sa soeur à nouveau.

- Pourquoi tu me regarde comme ça ? dit-il
- J'ai jamais vu quelqu'un d'aussi borné, han ... alors, je t'étudies, dit-elle
- Oua oua oua, rit Sirius
- Très drôle ... marmonne James

Amélia reprit son livre et se remit à sa lecture. Elle avait un plan qui fonctionnerait peut-être, en autant que son frère se souvienne de rester humble. Mais bon ... c'était presque une cause désespérée.

Le Poudlard Express traça donc son chemin au travers le brouillard, se dirigeant allégrement vers l'Écosse. Bientôt, la porte du compartiment s'ouvrit et laissa passer Remus, qui venait rejoindre les autres. Il reçu des airs mornes auxquels il retourna un air fort amusé. S'asseoyant près de Amélia, le jeune lycanthrope la regarda avec tendresse, souriant devant son air concentré. Elle n'avais même pas eu l'air de se rendre compte de son arrivé, ce qui n'était pas surprenant. Se penchant un peu, Remus lu le titre du livre : Introduction à la pensée complexe. Retenant un rire, il se redressa et regarda ses amis d'un air amusé. La pensée complexe ... comme si Amélia n'en avait pas une assez étoffée comme ça ! Les autres, ayant parfaitement compris en voyant Lunard lire le titre, roulèrent les yeux à l'unisson.

- On a pas finit ... dit Sirius
- Merlin ... avec Pupuce on aura jamais finit, je pense, dit Peter
- J'ai dut faire un gros péché dans mon ancienne vie, han dit James en pouffant

Le train se mit alors à ralentir progressivement, jusqu'à l'arrêt complet. Les Maraudeurs se levèrent et prirent leurs bagages avant de se diriger à l'extérieur du compartiment. Pupuce, elle, demeura sagement assise, inconsciente que le train venait d'arriver à bon port. Elle trouvais son livre tellement fascinant ! Remus, comme tout les autres, avaient prévu le coup. Toutefois, au lieu de partir et de revenir plus tard en courant, il resta tout de suite sur place, regardant Amélia tendrement.

- Princesse ...
- ... de la part de Amélia
- Princesse ... répète Remus

Toujours pas de réponse. Apparemment, Amélia était hyper concentrée par sa lecture. Regardant autour de lui, Remus se pencha légèrement et glissa la main sous la robe de Amélia. Aussitôt, cette dernière fit de grands yeux et releva la tête pour le regarder.

- Remus, han ! On est pas tout seuls et ...

Amélia s'interrompit et regarda autour d'elle, s'apperçevant que les autres étaient partis. Mais où ? Elle regarda par la fenêtre et lorsqu'elle vit qu'ils n'avançaient plus, elle poussa un petit ho et se leva subitement.

- On a faillit manquer les carioles, han ! Vite, Remus, han ... dit-elle d'un ton énervé

Souriant, Remus prit la main de sa louve et sortie du train avec elle. Ils marchèrent ensemble jusqu'aux carioles et trouvèrent aisément celle des Maraudeurs. Remus aida Amélia à y grimper, avant de s'y installer à son tour. Dès qu'elle fut complète, elle se mit à avancer doucement vers le château. Replongée dans son livre, Amélia demeura extrêmement silencieuse. En fait, le seul moment où on ne l'entendait pas était quand elle lisait et les Maraudeurs ne s'en plaignaient certainement pas ! Le chemin jusqu'à Poudlard fut donc très calme, puis tous descendirent de la cariole, Remus ayant dut ramener Amélia dans le monde réel pour une seconde fois.

Une autre année s'amorçait pour Pupuce et les Maraudeurs, une année que tous n'oublierait jamais.




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 17:45
Chapitre 4 : À la poursuite du Cerf


Amélia marchait dans un des couloirs de Poudlard, en direction du bureau du Professeur McGonagall. La petite fille se souvenait parfaitement des paroles du Professeur Dumbledore : "Minerva ... dès la rentrée scolaire, voyez avec Miss Potter, si elle à ce qu'il faut pour devenir Animagus". Et, nous étions la rentrée scolaire, han ! Oui, oui ... ça faisait maintenant deux jours que la nouvelle année avait débutée. Mais, aucune nouvelles du Professeur McGonagall. Pourtant, elle avait eu des consignes très claires, non ? En tout les cas, Amélia allait lui rafraîchir la mémoire. Que voulez-vous, quand on était vieux, on devenait gaga. Arrivée devant la porte de son Professeur de Métamorphose, elle frappa à la porte avec sa manière reconnaissable entre toute. Des coups répétés et sans arrêt contre le bois, comme le coeur d'un Centaure courant après un Hyppogriffe. Toc, toc, toc, toc, toc ... Minerva, qui se trouvais à son bureau, releva la tête vers la porte et pinça les lèvres. Pas déjà ! Merlin, l'année n'avait débutée que depuis deux jours et déjà Miss Potter venait lui poser trente six mille questions. Sachant pertinnement qu'il ne servait à rien de faire comme si elle ne se trouvait pas ici, elle soupira et dit d'un ton las :

- Entrez, Miss Potter ...
- Comment vous avez fait pour savoir que c'était moi ? Dites ? dit Amélia en entrant dans le bureau
- Venez vous asseoir ... dit Minerva d'un ton légèrement amusé

Amélia referma derrière elle tout en hochant la tête et alla s'asseoir devant son Professeur. Elle se mit alors à la regarder avec attention, comme si elle attendait quelque chose de précis. Peut-être que le fait de la voir allait raviver la mémoire de la vieille dame ? Au lieu de ça, le Professeur McGonagall haussa légèrement un sourcil et soupira quelque peu.

- Oui, Miss Potter ?
- Vous vous souvenez pas ? Han ?
- Me souvenir de quoi ? répond Minerva
- Mais ... vous devez m'enseigner comment être Animagus, vous savez ? Han ? Le Professeur Dumbledore vous l'a demandé, han ... dit Amélia

Ha oui ! Ça ... Merlin ! Il était vrai que Albus lui avait demandé de voir à ça dès la rentrée scolaire, mais il y avait rentrée scolaire et rentrée scolaire ! Deux jours c'était écoulé, ce n'était pas la mer à boire ! Mais bon, elle devait remerciez Merlin que Miss Potter ne soit pas passé la voir en plein banquet de début d'année.

- Oui, je m'en souviens, Miss Potter ... toutefois, l'année ne fait que commencer et ...
- Mais, il a dit dès la rentrée, han ... dit Amélia
- Oui, je sait ! dit le Professeur McGonagall

Non ... non, ne pas perdre patience. La petite ne voulait qu'apprendre et c'était tout à son honneur. Pinçant légèrement les lèvres, Minerva McGonagall se leva et prit sa baguette sur son bureau. Elle devait d'abord vérifier si Amélia pouvait devenir Animagus. Effectivement, ne devenait pas Animagus qui voulait. Cette faculté était très rare, tout comme les Élémentalistes et les Métamorphomages. Seules les personnes ayant les gênes pouvaient le devenir et parfois, même si des ancêtres avaient ces pouvoirs cela ne signifiait pas assurément que nous puissions les développer.

- Levez vous et faite moi face, Miss Potter ... nous allons voir si vous pouvez devenir Animagus
- Mais, je peux vous savez ? Han ? réplique Amélia
- Miss Potter ... dit Minerva

Soupirant, Amélia se leva et alla se placer devant son Professeur. Pourquoi cette perte de temps ? Han ? Son grand-père Charles était Animagus, son père l'était, son frère l'était ... alors, elle l'était aussi, han ! C'était aussi évident que 2+2=4. Hormis que ce soit une faculté réservée aux garçons ? Han ? Ho non, ho non, han ! Nerveusement, elle regarda McGonagall d'un air appréhensif. S'il fallait qu'elle ne puisse pas, James allait se moquer d'elle. Lentement, McGonagall leva sa baguette sur la jeune fille et dit distinctement :

- Revelio AnimaSoma

Amélia fit de grands yeux et attendit que quelque chose se produise. Allait-elle se transformer en animal quelconque ? Elle regarda ses mains et vit alors qu'elles étaient entourées d'une aura blanche. Ses bras, ses jambes, son torse ... enfin tout son corps était entouré par cette aura lumineuse. Relevant la tête vers son Professeur, elle ouvrit et ferma la bouche. Minerva sourit avec amusement, avant de reprendre son apparence pincée.

- Vous pouvez devenir Animagus, Miss Potter ... je ...
- Je vous l'avait bien dit, han ... dit Amélia en affichant un immense sourire
- Oui ... nous allons maintenant voir quel animal vous allez être
- Un cerf, un cerf, han ... un cerf, murmure Amélia en fermant les yeux

Minerva ne put s'empêcher de prendre un air d'une tendresse toute maternelle. Pauvre enfant ... elle voulait tellement ressembler à son frère. Pourtant, elle avait plus avantage à se ressembler à elle-même, au lieu de poursuivre un idéal qui ne lui incombait pas. Regardant son élève qui murmurait, telle une prière, sa demande silencieuse d'être un cerf, Minerva lui expliqua :

- Un Animagus ne peut pas choisir son animal, miss Potter. Tout comme la baguette, c'est l'animal qui choisit son Sorcier, selon sa personnalité ou son plus cher désir et ...
- Un cerf, han ... un cerf, un cerf, han ... murmure Amélia

Bon ... apparemment, Amélia n'a rien attendu. Soupirant, Minerva releva sa baguette vers son élève. La jeune fille allait forcément être déçue, mais bon ... elle ramassera les morceaux après. D'un coup sec du poignet, elle agita sa baguette et dit clairement :

- Revelio Dier

L'aura qui entourait Amélia se condensa et se dirigea au dessus de sa tête. Lentement, très lentement, l'énergie prit la forme d'un magnifique puma, qui émit son cri puissant dans l'air. Ouvrant de grands yeux, Amélia redressa la tête et regarda l'animal au dessus d'elle. Le puma venait de s'asseoir et regardait le Professeur McGonagall avec une attention extrême. Han ? Un puma ? Mais ... Rebaissant son regard vers son Professeur, Amélia fit une légère moue déçue. Elle ne voulait pas être un puma, elle ! Pourquoi ? Pourquoi, elle pouvait pas être un cerf, elle aussi ? Zut, han ! Elle pouvait jamais avoir ce qu'elle voulait, zut de zut de perlin zut !

- Pourquoi ? demande t-elle
- Un Animagus ne peut pas choisir son animal, miss Potter. Tout comme la baguette, c'est l'animal qui choisit son Sorcier, selon sa personnalité ou son plus cher désir, répète McGonagall
- J'ai une personnalité de puma, moi ? demande Amélia d'un ton intéressé

La jeune fille retourna s'asseoir, affichant maintenant un air curieux. Les puma avaient quelle personnalité ? Han ? Elle devrait aller faire des recherches sur le sujet. Imitant son élève, Minerva alla s'asseoir à son tour.

- Hé bien ... à ce qu'on m'a dit, vous courrez très rapidement et vous êtes capable de faire des sauts considérables
- C'est vrai, han ... Je bat tout le temps James à la course, vous savez ? Et même Sirius, qui courre très vite ... confirme Amélia avec fierté.
- Si les pumas sont carnivores, ils attaquent en général les grands mammifères comme les cerfs ... En moyenne, un puma d'Amérique du Nord consomme un cerf tous les sept à dix jours, poursuit McGonagall
- Mais ... mais je veux pas attaquer mon frère, han ! s'insurge Amélia
- Je sait ... toutefois, cela démontre combien vous traquez votre frère .... non pas pour l'attaquer, mais pour lui ressembler. Vous le pistez, comme un puma le ferait avec un cerf. Par conséquent, votre animal est intimement lié à celui de votre frère

Amélia fit un immense sourire. Alors donc son animal était lié à celui de James ! Hooo, chouette ! Elle n'était pas un cerf, mais elle était quand même en fusion avec son héros. Dans ce cas, d'accord ! Elle acceptais d'être un puma avec joie. Il ne restait plus qu'à se pratiquer à se transformer. Ça ne devait pas être si compliqué. Hochant la tête, elle se leva d'un bond et retourna se replacer au milieu du bureau.

- Qu'est ce que vous faites ? demande McGonagall
- Je suis prête pour mon entraînement, vous savez ? répond Amélia
- Tout de suite ?

Amélia hocha vivement la tête. Ho oui, han ! Tout de suite, tout de suite ! Elle se mit alors à sautiller sur place, puis à se dandiner d'un pied à l'autre. Elle avait hâte ! Elle savait déjà ce qu'elle allait faire, han. Oui, elle allait se camoufler dans les buissons et suivre James tout doucement ... silencieuse et soudain ... bang ! Elle allait lui sauter dessus en rugissant, han ! Hihi ! Sautillant de plus en plus, Amélia regarda McGonagall qui venait de se lever.

- Bien ... d'abord, calmez vous un peu
- J'suis calme, han ... dit Amélia

Afin de prouver ses dires, Pupuce s'efforça de ne plus se dandiner comme une envie de pipi. Mais, c'était très difficile. Elle se mordait donc la lèvre inférieure en émettant de petits iiii---iiiii---iiiii. Minerva souria légèrement devant l'attitude de son élève. Elle était si pleine de vie que s'en était mignon.




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 17:59
- Bien ... vous devez vous concentrez sur ce que vous voulez
- Je suis un puma, han ... dit Amélia
- Oui ... oui, je sait, mais ...

Minerva cessa de parler, regardant son élève d'un air ... comment dire ahurit. La petite fille était hyper concentrée, fixant le vide d'un air intense et retenant sa respiration. Elle vint même à avoir les deux yeux dans le même trou, les poigts serrés par l'intensité. On aurait dit qu'elle venait de tomber en crise d'epilepsie ou qu'elle était extrêmement constipée.

- Miss ... Miss Potter ?

Aucune réponse. Amélia avait maintenant une teinte un peu rougeâtre, à force de ne plus respirer et elle se balançait d'avant en arrière.

- Miss Potter !

Minerva se précipita vers son élève et la prit par les avant-bras, répétant "Miss Potter !" d'un ton inquiet. Aussitôt, Amélia replaça les yeux dans leur bon trous et regarda son Professeur d'un air intrigué. Ça y était ? Elle était en puma, là ?

- Quoi ? Han ?

Ho non ... zut ! Un puma ne disait pas quoi, han ? Un puma disait roar. Soupirant, Amélia prit un air déçu. Elle allait y arriver, han ! Pourquoi le Professeur McGonagall l'avait interrompu ? Han ? Affichant un air défait, McGonagall lâcha son élève et se redressa.

- Que ... que faisiez vous ?
- Je me concentrais, han. Vous m'avez dit de me concentrer, vous vous souvenez ? Dites ? Vous avez vraiment l'air d'avoir de la misère avec votre mémoire, han ... si j'étais vous, j'irais voir un Médicomage, vous savez ? répond candidement Amélia
- Je ... je n'ai pas de problème avec ma mémoire, Miss Potter, merci ... dit Minerva d'un ton quelque peu insulté

Amélia haussa les épaules. Si elle voulait nier, tant pis pour elle ... en tout les cas. Pupuce se remit donc à se concentrer, reprenant son attitude de contemplation constipée. Cette fois, Minerva émit un léger rire.

- Miss Potter ... inutile de prendre cet air
- Je me concentre, han ... dit Amélia
- Écoutez moi, un peu

Nouveau soupire de Amélia. Elle ne voulait pas écouter, elle voulait s'exerçer, han ! Elle écouta quand même ce que son Professeur avait à lui dire. Manifestement, devenir Animagus était plus compliqué qu'elle le croyait. Il ne suffisait pas de se concentrer, mais aussi de s'imaginer en notre animal. On devait sentir nos membres comme les siens, respirer l'air comme lui, ouvrir nos sens comme s'ils étaient les siens. Il fallait sentir notre animal et le laisse se glisser en nous. Bref, elle avait du pain sur la planche ! Après environ une heure de pratique, durant laquelle elle n'obtint aucun résultat sinon celui d'avoir mal aux yeux, Amélia quitta le bureau de McGonagall, une séries d'exercices à la main. Elle reviendrait le lendemain et le surlendemain et le sursurlendemain, han. Un puma était à la chasse ... à la poursuite d'un cerf qu'elle admirait tant.




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 18:05
Chapitre 5 : Comme toi, han !


Un léger vent soufflait par ce bel avant midi de la fin septembre. Le temps commençait à s'adoucir et les feuilles du Saule Cogneur avaient déjà amorcées sa coloration automnale. Amélia, qui avait toujours adorée cette saison, sortie du château, son tout nouveau balai à la main. Bien qu'elle s'était grandement améliorée, elle détestait toujours autant voler. Toutefois, son père avait insisté sur le fait qu'elle devait avoir son propre balai, assurant qu'un jour cela allait lui être fort utile. Amélia était très loin d'être en certaine, mais tant qu'à avoir un balai, aussi bien s'en servir. À quoi servait les choses si on les laissaient au placard ? Han ? Puis le Nimbus dernier cri avait coûté si cher à son père ... La petite fille avait donc décidé de transformer son balai en un objet utile. Regardant au loin, elle apperçut plusieurs silhouettes volant dans les cieux et elle se dirigea vers elles. Il ne lui fallut guère de temps pour arriver au terrain de Quidditch. Relevant la tête vers les "voleurs", elle sortie Pikpik de sa poche et le déposa sur le bord de l'estrade.

- Reste, Pikpik, han ... Maman va voler, lui dit-elle
- Couic ? dit Pikpik
- Voooolllerrrr, han ...

Sur ce, Amélia se dirigea vers le centre du terrain, où se tenait Dewei Chang. Chang était le Capitaine de l'équipe de Quidditch de Serdaigle et il tenait en ce moment même, les essais pour quelques postes dans l'équipe. Ne voyant pas de meilleure manière de transformer son balai en quelque chose d'utile, Amélia avait décidé de le mettre à profit pour remporter des points à sa maison. Levant la main, elle tapota donc l'épaule de Chang, qui se retourna pour la regarder.

- Oui ? dit-il
- Ze ... je voudrais tenter ma chance comme Attrapeur, Dewei

Fronçant les sourcils, Dewei regarda la jeune Potter avec attention. Les mésenvatures de la fillette avaient fait le tour de Poudlard, tout le monde disant qu'elle volait comme un Nain de Jardin. Alors, devenir Attrapeur, cela semblait assez tiré par les cheveux. Dewei lui fit donc un sourire désolé et sincère.

- Désolé, Amélia ... mais pour être Attrapeur, il faut savoir parfaitement voler et ...
- Je sait voler, tu sait ? Han ? James m'a apprit ... avec Sirius, han, dit-elle rapidement
- Tu dit que ... les Maraudeurs t'ont montré comment ? dit Chang

Amélia fit vivement oui de la tête, les yeux lumineux et remplis d'espoir. Dewei prit alors un air de réflexion intense. Hum, cela changeait la donne. Si les Maraudeurs lui avaient enseignés comment voler, il y avait de fortes chances qu'elle saches maintenant se débrouiller. James Potter était un excellent Attrapeur, très difficile à battre ... et si c'était dans le sang ? Une sorte d'histoire de famille ... Charles Potter avait bien été l'Attrapeur de l'Angleterre lors de la Coupe du Monde de 1945. Chang ne pouvait laisser ce fait de côté, d'autant plus que Lupin et Black étaient des Poursuiveurs hors pairs. Et, on disait entre les branches que Lupin et la soeur de Potter étaient ensembles ... ce qui fait que Lupin devait aussi avoir contribué à son éducation de vol. Finalement, le capitaine de Serdaigle hocha la tête.

- C'est d'accord ... tu passeras après Edgecombe. Là, c'est l'essaie de Brocklehurst. Edgecombe passe après ... et ensuite ce sera toi
- Yiiiiiiiiiiii ! dit Amélia

La petite fille leva les bras dans les airs et se mit à sautiller en rond sur le terrain, sous l'oeil amusé de Chang. Elle finit par cesser son manège et redressa la tête, afin de regarder Brocklehurst à l'oeuvre. Le jeune homme se débrouillait bien, survolant le terrain à la recherche du Vif d'Or. Puis, il plongea en piqué et l'attrapa, avant de se poser. Se redressant sur la pointe des pieds, Amélia regarda la montre que Chang avait à la main ... 6 minutes 18 secondes. Han ? Mais, han ... c'était long. Brocklehurst n'avait pas beaucoup de talent, han ... le pauvre. Se remettant sur la plante des pieds, Amélia porta son attention sur Edgecombe, qui venait de s'envoler à son tour. Chang relâcha le Vif et une nouvelle recherche démarra. Lentement, Amélia déplaça son regard vers les fanions sur le dessus des gradins. Le vent soufflait vers le sud-sud-est. Tout le long que dura l'essai de Edgecombe, elle ne détacha pas les yeux des fanions, comme hypnotisée par leurs mouvements. Le vent biffurqua quelque peu, mais pas suffisamment pour que ce soit un fait intéressant. Lorsque Edgecombe se posa, après 5 minutes 30 secondes, Chang dût secouer légèrement Amélia pour lui faire reprendre ses sens. Elle le regarda d'un air quelque peu intrigué, avant de grimper sur son balai. Prenant une profonde inspiration, elle tapa du pied au sol et s'envola. Le décollage fut bien contrôlé et Amélia se mit à tourner autour du terrain, se remémorant les conseils des Maraudeurs dans sa tête. Elle regarda Chang qui lui fit signe et relâcha le Vif d'Or. Aussitôt, Amélia porta son regard vers les fanions. Toujours sud-sud-est et des poussières. Parfait ... Elle détacha le regard des drapeaux et vola rapidement en direction qu'ils indiquaient, regardant attentivement autour d'elle. Il serait là ... c'était certain, il serait là ... à quelque part. Elle avait très peu de temps, mais elle pouvait le faire. Soudainement, une lueur attira son regard et un immense sourire s'accrocha à ses lèvres. Elle se mit à voler rapidement en direction du Vif, tendit la main et l'attrapa aisément, avant de venir se poser près de Chang.

- Tiens, han ... lui dit-elle en lui tendant le Vif.

Dewei ne réagit pas, regardant sa montre d'un air complètement choqué. C'était impossible ! Complètement ... non ! Amélia fronça les sourcils et poussa le Vif d'Or contre la main de Chang, qui sortie quelque peu des vapes et la regarda d'un air remplit d'admiration. Il prit le Vif, le regarda comme s'il s'agissait d'une perle précieuse, puis reporta son attention sur Amélia.

- Tu sait ce que tu viens de faire, Amélia ?
- J'ai attrapé le Vif d'Or, han ...
- Oui ... oui, mais tu as battu le record de Roderick Plumpton
- Han ? Qui c'est lui ?

Dewei prit un air surpris. Il était rare que Amélia Potter ne connaisse pas un détail. Toutefois, il se dit qu'il s'agissait d'une information sportive et que, comme la petite fille était une intellectuelle avant tout, il se pouvait qu'elle ne soit pas au courant de certaines choses sur le domaine. Il lui sourit donc et lui répondit :

- Roderick Plumpton jouait pour les Tutshill Tornados et il a attrapé le Vif d'Or en 3 secondes et demi, en 1921 ... et tu as battu son record !
- Ha oui ? dit Amélia avec un grand sourire
- Oui ! Tu l'as eu en trois secondes, trois secondes ! répond Chang d'un ton ébahit

Le jeune homme regarda autour de lui et constata que tout les joueurs de son équipe les entouraient, souriant avec excitation. Il hocha la tête et regarda Amélia, qui les regardaient tous de l'air fier des Potter. Héhé, han ... ils avaient vus ça ? Elle était un génie même au Quidditch, han !

- Tu as le poste, Potter .... bienvenue dans l'équipe ! dit Chang
- Pour vrai ? répond Amélia avec de grands yeux
- Pour vrai ! répond Chang
- Yiiiiiiiiiiiiii !

Amélia se remit à sautiller comme une puce, hyper contente, pendant que les autres joueurs de l'équipe rigolaient devant sa joie. Ils durent attendre qu'elle se calme un peu, avant de lui poser la question qu'ils se posaient tous.

- Amélia ... mais comment tu as fait ? demande Yannis Jeasper
- J'ai volé, je l'ai vu, j'ai tendu la main et je l'ai prit, han ... dit-elle
- Non, non ... rit Chang. Comment tu as fait pour le trouver si rapidement
- Haaaaaaaaa ... dit Amélia

La petite fille sourit et prit un air de génie sur le point de dévoiler le secret de l'Univers. Tout les autres pouffèrent avec amusement, mais ils étaient quand même à l'écoute de ce qu'elle allait dire. Ce qu'elle avait fait était quand même quelque chose !




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 18:10
Amélia prit donc un air très fier et étala ses connaissances avec une attention toute particulière aux détails.

- Vous savez, han, mon grand-père à déjà joué lors de la Coupe du Monde, han ? Dites ? Il était aussi Attrapeur, han, et mon père aussi et aussi mon frère, mais ça vous le savez, non ? Oui, han, alors chez moi on a un terrain de Quidditch, han ... oui oui ! Mais, James et les autres veulent pas que je joue avec eux, han, puis de toute manière j'avais peur de voler, vous savez ? Han ? Alors, je les regardais joué à chaque fois, han ... même s'ils voulaient pas, je me cachait, han. Ils me voyaient jamais, vous savez ? En tout cas, han, vu que je suis à Poudlard, je peux les regarder jouer sans qu'ils chialent, han ... enfin, ils chialent quand même, mais ils ne peuvent quand même pas m'empêcher d'aller dans les gradins, non ? Non, han, ils peuvent pas ... Alors, toute la première année, j'ai beaucoup beaucoup observé mon frère, han ... sa façon de jouer, ses manies, ses techniques, han ... et aussi, j'ai observé le Vif, vous savez ? Ses mouvements et tout, han ... sa personnalité et vous savez ce que j'ai remarqué ? Han ? Non ? J'ai remarqué que le Vif suit le vent dans les quelques premières secondes de la partie, han. Hooooo, pas longtemps, non non, han ... Juste quelques secondes, en moyenne quatre, han ... alors, suffit de regarder les fanions, la direction qu'ils pointent et tout le reste, han ... et d'observer en premier dans cette direction là. On a peu de temps, vous savez ? Mais, si on connait le truc et qu'on regarde bien et que rien n'arrive en match, han, on peut l'attraper très vite, han. Tout est une question de stratégie et de statistiques, vous savez ? C'est scientifique comme jeu

Les membres de l'équipe de Serdaigle observait la petite fille d'un air complètement ahurit. Elle parlait et parlait sans même reprendre sa respiration ou à peine. Mais, comment elle faisait ? Tous tentaient de suivre de leur mieux, essayant de mettre de côtés les détails moins importants. Lorsqu'elle finit de parler, ils regardèrent les fanions d'un même mouvement. Les fanions, maintenant immobiles, pendouillaient sur leurs mats. Reportant son attention sur sa nouvelle Attrapeur, Chang lui demanda :

- Et quand il n'y a pas de vent ?
- Bonne chance, han ! dit Amélia en souriant

Sur ces mots, elle se mit à courir vers les gradins, où elle reprit Pikpik avant de continuer sa course vers le lac. Elle devait trouver James et les autres pour leur annoncer la nouvelle, han ! Yiiiiiiiii ! Ce qu'elle avait hâte au premier match, han ! Courant à toute vitesse, son balai dans une main et Pikpik dans l'autre, elle parvint enfin au lac où elle trouva les Maraudeurs en train d'élaborer un quelconque mauvais coup.

- JAAAAAAAAAMMMMMMMMEEEESSSSS ! crie t-elle
- HAAAAAAAAAAA ! crie James, surpris

Il regarda sa soeur d'un air morne, avant de soupirer. Qu'est ce qu'elle avait à crier comme ça, han ? Il cacha lentement un machin dans sa poche, imité par Sirius, avant de croiser les bras.

- Quoi, han ? demande t-il
- Tu sait quoi ? Han ? Dit ? dit Amélia
- Si je demande quoi han, c'est que je sait pas ! répond James
- Devines, d'accord ? dit Amélia en sautillant sur place

James roula les yeux, regardant les autres en soupirant. Ils devaient maintenant jouer aux devinettes avec Pupuce, han ! Mais, ils avaient autres choses à faire. Des choses comme embêter Servilius, faire les craneurs et draguer Lily. Sirius et Peter prirent approximativement le même air las, tandis que Remus regardait Amélia en souriant.

- Tu as eu un autre Optimal ? suggère James
- Non, han ... répond Amélia sautillant de plus belle
- Ou tu as amassé cent points pour Serdaigle en parlant sans arrêt pour étourdir un Prof ? suggère Sirius

Amélia cessa subitement de sautiller et regarda Sirius d'un air insulté. Non, mais han ! Franchement, si elle obtenais tant de points, c'était qu'elle était intelligente, écoutais en classe, lisait beaucoup et surtout parce qu'elle était un génie !

- J'étoudit pas les Professeurs, tu sait ? Han ? Si j'ai beaucoup de points, c'est parce que je suis un génie, han, et que j'étudies fort et ...

Voyant que la situation risquait de dégénérer et désirant éviter un coup de pied au tibia à Sirius, Remus dit rapidement.

- Tu as eu le poste ?

Aussitôt, Amélia cessa d'enguirlander Sirius et fit un immense sourire. Elle leva les bras dans les airs, sautillant deux ou trois fois, avant de se lancer sur Remus en criant ''Yiiiiiiii ! '' Ce qu'il était intelligent, han ! Il avait deviné. La petite fille continua de sauter dans les bras en s'égossillant qu'elle avait le poste. James, Sirius et Peter se regardèrent de travers, ne comprenant manifestement pas de quel poste il s'agissait. Un poste ? Han ? Encore une histoire de je sait pas quoi. Roulant un peu les yeux, James regarda sa soeur et demanda :

- Quel poste, han ?
- Yiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! ne fit que répondre Amélia en sautillant
- Lunard ... de quoi elle parle encore ? demande Sirius

Le jeune homme regarda ses amis en souriant d'un air amusé. Amélia lui avait confié son intention de tenter sa chance au poste d'Attrapeur, lui demandant de garder le secret. Elle ne voulait pas que James soit déçu si elle ne l'avait pas, lui avait-elle dit. Serrant Amélia contre lui, afin de l'empêcher de sautiller un peu, Remus avoua entre deux yiiiiiii :

- Elle a eu le poste d'Attrapeur

Un grand silence se fit alors, hormis les yiiiii de Pupuce. Les Maraudeurs avaient l'air de Scroutt mal nourrit, ouvrant et fermant la bouche à la recherche de salade mâchée. Ils ressentaient tous des émotions mitigées. D'une part, ils étaient super fiers de Pupuce. Elle avait réussit, han ! Mais d'un autre côté ... Pupuce pouvait se faire mal ! Et, elle allait continuer à les embêter même en match, dire qu'elle était meilleure qu'eux et ... ho Merlin, han ! Et si elle les battaient ?

- Peux pas être Attrapeur ... dit Peter
- Oui, je peux, han ! dit Amélia en cessant ses yiiiii
- Non ... trop dangereux, tu vas te faire bobo, dit Sirius
- J'suis pas un bébé, tu sait ? Han ? Puis, j'ai attrapé le Vif en 3 secondes, han, j'ai battu le record de chose ! s'exclame t-elle
- Han ? Hey han, arrêtes de charrier ... dit James

Amélia prit un air insulté en regardant son frère. Elle, charrier ? Elle ne charriait jamais, elle ! Elle afficha un air de défi intense et répliqua :

- Je charrie pas, han ... et ... je vais te battre, tu vas voir, han. Attache ton balai avec de la broche à foin, han, parce que tu risques de prendre une grosse débarque, tu sauras, monsieur-je-fait-la-grosse-tête, han !
- Quoi ? Hey, han tu ...

James n'eut pas le loisir de terminer sa phrase, que déjà Amélia retournait vers le château en marmonnant. Affichant un air estomaqué, il regarda Sirius et Peter avec de grands yeux.

- Elle est folle, han ... dit-il

Sirius éclata de rire, ses ouaf ouaf se répercutant en écho sur les eaux du lac. Merlin ... Pupuce ne cesserait jamais de leur causer des tracas.




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 18:20
Chapitre 6 : Bataille de Titans


En ce début d'après-midi d'octobre, les Maraudeurs étaient dans un état indescriptible. Nerveux, ils tournaient tous en rond, affichant un air presque endeuillé. Même Remus semblait passablement angoissé. Effectivement, dans quelques instants allait avoir lieu le tout premier match de Quidditch de Pupuce. Elle allait se faire tuer, c'était certain ! Ils devaient l'empêcher de jouer, je sait pas trop comment ... la kidnapper et l'enfermer dans un placard, peut-être ? Han ? Bonne idée ! Cessant de tourner en rond, James regarda les autres.

- Faut l'enfermer ... c'est la seule solution, han
- Oui ... oui, dans un placard très profond, confirme Peter
- Avec des chaînes ... ajoute Sirius
- Les gars ... elle se débrouillera très bien, dit Remus d'un ton nerveux

Il espérait tellement que ce soit vrai ! Toutefois, avec le Quidditch, on ne savait jamais à quoi s'attendre. Peter allait élaborer dans ce sens, donnant des exemples sanglants, lorsqu'un son de cor se fit entendre. Affichant un air figé, Sirius émit un faible :

- Ho non ...

Le cor avait sonné ... cela ne signifiait qu'une seule chose. Le match de Quidditch commençais dans cinq minutes. Et eux, où se trouvaient-ils ? Dans la salle des Maraudeurs, han ! Cinq minutes avant le match, Pupuce devait déjà être dans les vestiaires et tout ça ... Il était trop tard. Pupuce allait certainement rendre l'âme et ils ne pourraient rien y faire. Cependant, ils pouvaient au moins assister à sa mort, question de la tenir dans leurs bras au moment de son dernier souffle. De cette manière, elle ne serait pas toute seule au moment fatidique. Avalant sa salive, James prit une pancarte, Peter et Sirius prenant une sorte de machin ressemblant à des frous-frous mal confectionnés. Ensembles, ils quittèrent leur salle, afin de se diriger vers le lieu de sépulture de Pupuce.

Pendant ce temps, dans le vestiaire de Serdaigle, Amélia était assise sur un banc, écoutant religieusement ce que disait Chang. Ils avaient une excellente stratégie. Ils allaient gagnés, certain ! La seule ombre au tableau, c'était l'absence totale de vent. Manque de chance ... la recherche du Vif d'Or serait plus difficile. Mais bon, elle avait un excellent exemple d'Attrapeur à imiter. Bien qu'affichant une apparence calme, Amélia était assez nerveuse. Non pas à cause de sa tache ou des dangers potentiels, mais à cause que son frère et les autres allaient venir la voir jouer. Elle ne voulait pas se planter devant eux, sinon ils allaient lui dire qu'elle ne devait plus jouer pour '' pas se faire bobo ''. Marmonnant un peu à ce souvenir, Amélia se leva au son du cor et se dirigea avec les autres vers les portes donnant accès au terrain.

Dans les gradins, les Maraudeurs s'étaient installés bien en vu et ils regardaient tous anxieusement la porte de Serdaigle. C'était peut-être la dernière fois qu'ils verraient leur Pupuce vivante. Un autre son de cor se fit entendre et les portes s'ouvrirent. Les joueurs des deux équipes, soit Serdaigle et Poufsouffle, volèrent sur le terrain, tournant en rond pour l'échauffement. Se tordant le cou et regardant dans tout les sens, James s'exclama :

- Où elle est, où elle est, han ?
- Sait pas ! dit Sirius
- Elle a peut-être eu peur ? dit Peter
- Yiiiiiiii ! dit James d'un ton soulagé
- Elle est là ... dit doucement Remus en pointant un joueur du doigt

Tout les yeux des Maraudeurs se dirigèrent vers le joueur en question et ils reconnurent facilement Amélia à ses tresses. James émit un son plaintif et se dandina un peu sur le banc. Se demandant déjà comment annoncer la mort de Pupuce à ses parents, il leva lentement la pancarte qu'il tenait à la main. Amélia, qui cherchait aussi les Maraudeurs des yeux, les vit enfin et plissa les yeux devant ce que tenait James. Mais, c'était quoi ? On voyait rien, han ... Volant un peu vers les gradins, elle put lire :

Tu est capable, han ... mais meure pas, han, meure pas !

Amélia fit un immense sourire et ressentie une joie incommensurable l'envahir. Son héros pensait qu'elle allait y arriver, han ! Elle vit alors Peter et Sirius agiter des trucs tout décrépis, ressemblant plus à des têtes de vadrouilles qu'autre chose ... et elle comprit qu'il s'agissait de froufrous. D'accord, ils ne faisaient pas de jolies étoiles ni des friittt, mais c'était pour elle. Spontannément, Amélia se mit à sautiller sur son balai, qui commença à aller dans tout les sens. Dans les gradins, les Maraudeurs se levèrent d'un seul bond, mais se rassirent bien vite, Amélia ayant repris presque immédiatement le contrôle de son Nimbus. Elle les regarda avec de grands yeux, comme si c'était de leur faute et alla reprendre sa place initiale.

Cette fois, ce fut le sifflet qui se fit entendre et les balles furent relâchées. James se leva d'une traite et se mit à crier à sa soeur de faire attention, de voler plus vite, de tourner par là, de pas aller là, de faire ci ou ça. Sirius aussi s'était levé et il hurlait à s'en époumoner qu'il allait massacrer le Batteur qui allait envoyer un Cognard sur Pupuce. Même Peter était debout et marmonnait des ''ouais'' très peu sonore. Remus, tant qu'à lui, était demeuré assied, mais il ne cessait de suivre Amélia du regard, le teint blême. Deux rangées plus bas, Lily et Eve se retournèrent pour regarder vers les Maraudeurs qui s'époumonaient. Toutes les deux sourirent un peu, avant de reporter leur attention sur le terrain.

- Ils l'adorent tellement ... dit Eve
- Ils devraient le montrer plus souvent, dit Lily
- Ils ont trop d'orgueuil pour ça, réplique Eve
- C'est ce que je ... débute Lily avant d'être coupée par James qui criait
- PPPUUPPPUUUUCCCEEEE HAAAAAAAAAA !

Un Cognard venait tout juste d'effleurer la tête de Amélia, qui eut juste le temps de se pencher pour éviter la collision. En fait, elle s'était penchée parce qu'elle avait entendu James lui crier après. Une chance qu'il était là. Elle put entendre Sirius hurler quelque chose du genre de : On va te tuer, maudit débile ! Elle sourit et poursuivit sa surveillance fébrile, consciente que toute sa maison comptait sur elle. Le match était effréné et très serré, l'égalité entre les deux maisons se maintenant à un niveau presque intenable. Plusieurs Cognard volaient près d'elle et la jeune fille devait être constamment à l'affut. Mais, que faisait ses Batteurs, han ? Ils étaient supposés la surveiller, han ! Soudain, le commentateur annonça un but de Poufsouffle, qui venait de prendre les devants 50 à 40. Amélia frappa sur le manche de son balai.

- Zut, han ! dit-elle

Si elle avait put le faire, elle aurait donné un coup de pied à son gardien. Non, mais han ! Il fallait faire tout le travail ou quoi ? En tout les cas, elle continua de voler en cercle, regardant partout avec de grands yeux éveillés. Elle devait le trouver ... elle devait montrer à James comment elle était super douée. Puis, une lueur lui fit tourner la tête. Ça avait brillé juste devant l'anneau gauche des buts de Poufsouffle. Mais y aller consistait à un grave danger. Effectivement, les Batteurs surveillaient bien leur zone, oeuvrant comme défenseurs. Se mordant un peu la lèvre et surveillant le Vif, Amélia réfléchit. Quelle était le meilleur moyen d'y aller sans danger ?

- Qu'est ce qu'elle fait, han ? dit James
- Sait pas ... elle bouge plus, dit Peter

Sirius prit des jumelles, donnant ses frous frous vadrouilles à Lunard, et regarda Pupuce au travers des lentilles. Elle était parfaitement immobile, fixant un point vague devant elle et murmurant des propos qu'ils ne pouvaient évidemment pas entendre. Ouvrant de grands yeux, Sirius abaissa les jumelles et regarda les autres d'un air estomaqué.

- Elle parle toute seule ... dit-il
- Elle a reçu un Cognard et on a pas vu ? dit Peter
- Donnes, han ! dit James

Il tendit la main et prit les jumelles, regardant sa soeur avec de grands yeux. Patmol avait raison ! Pupuce parlait toute seule d'un air figé. Elle était devenue folle à cause de la pression. C'était pire qu'elle soit morte, ça ! Il allait abaisser les jumelles, lorsqu'un éclat lui fit changer de direction. Sous ses yeux, le Vif d'Or agitait ses petites ailes, flottant dans l'air comme une libellule. James ouvrit grand la bouche, abaissa les longues vues et reporta son attention sur sa soeur, la regardant avec de grands yeux.

- VAS-Y, HAN ! lui crie t-il

Le cri de James sembla sortir Amélia de sa réflexion et elle se pencha sur son balai, volant à toute vitesse vers la direction des buts de Poufsouffle. Les Batteurs se mirent immédiatement à lui envoyer des Cognards, tentant de libérer le chemin à leur propre Attrapeur qui venait lui aussi de voir le Vif d'Or. Amélia fit une vrille qui l'a fit pousser un hurlement. Dans les gradins, les Maraudeurs étaient tous debout et deux d'entre eux criaient à se cracher les poumons par le nez. Pupuce se redressa et poursuivit sa route, talonnée par l'Attrapeur de Poufsouffle. Tendant la main vers le Vif, elle se pencha un peu plus sur son balai tout en essayant d'empêcher l'autre Attrapeur de la dépasser. Il fallait l'attraper, il fallait ... Le commentateur annonça alors un autre but de Poufsouffle, qui menait maintenant 60 à 40. L'attraper ... il fallait ...

- 190 à 60 ! Hurle le commentateur. Amélia Potter à attrapée le Vif d'Or ! Serdaigle gagne !

James et Sirius se regardèrent avec de grands yeux, pendant que Remus souriait tendrement. Hop, la pancarte et les frous frous laids volèrent dans les airs, tombant vers le sol en tournoyant. James et Sirius sautaient maintenant comme des dingues, s'enlaçant tout les deux en criant des yiiiii
à tue-tête. Pupuce avait attrapé le Vif ! Elle avait eu un match du tonnerre en plus ... yiiiiiiiiii ! Aucun des deux ne réalisèrent ce que cette victoire signifiait : Serdaigle affrontait Griffondor au prochain match.




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 18:32
Chapitre 7 : La maison de l'ile du Lac Noir


La première neige venait tout juste de tomber, recouvrant le sol en cette journée de la mi-novembre 1976. Amélia avait donc mit ses jolies petites bottes d'hiver, bien que la neige ne soit pas encore suffisante, et elle marchait rapidement en direction du Lac Noir. Ses pas crissaient dans la neige et ses joues se teintaient légèrement de rouge. Non pas qu'il faisait très froid, mais Remus et elle avaient décidés de se rendre dans la petite maison. Qui sait ce qui allait s'y produire, surtout après l'aventure de la grange. Elle avait donc laissé Pikpik dans la salle commune de Serdaigle, afin d'avoir l'intimité voulu. Puis, les choses pour adulte n'étaient pas pour les yeux prudes d'un petit écureuil, tout de même ! Il ne fallait pas le traumatiser ! Amélia marchait donc d'un pas pressé, mais sans courir, ne voulant pas que Remus croit qu'elle avait hâte de ... et puis zut, han ! Elle se mit à courir rapidement vers le Lac et y parvint en quelques minutes. Regardant autour d'elle, elle se rendit compte de l'absence de son amoureux. Ils s'étaient pourtant donner rendez-vous à 14h30 précises, han, et il était 14h28 ... connaissant Remus, il aurait déjà dût être arrivé.

- Remus ? Han ? Remus ?
- Je suis là, dit une voix derrière elle

Amélia se retourna vivement et regarda Remus en souriant, allant vers lui et le serrant dans ses bras. Le jeune homme l'embrassa sur le dessus de la tête et la regarda d'un air tendre. Il lui caressa quelque peu la joue et lui dit :

- Excuse moi ... James, Sirius et Peter cherchaient encore des Noises à Severus. J'ai dût calmer les choses un peu
- Mais, pourquoi ils font ça ? Dit ? Ils sont pas méchants, pourtant ... demande Amélia
- C'est une question de jalousie, Princesse ... tu sait, Lily est très amie avec Severus

Amélia hocha la tête en regardant le sol. Oui, la jalousie ... un sentiment très difficile à contrôler. Elle se souvint de son attitude face à Wendy et à la fille du télescope, et elle comprit la peur de son frère. Elle aussi serait prête à bien des bassesses pour garder son Remus pour elle seule. Mais, elle était loin d'être certaine que ce comportement allait aider James dans son désir de conquête. En tout les cas, elle allait remédier à la situation très bientôt. Elle releva la tête et sourit à Remus tout en lui prenant la main.

- Viens, han ... On va tout décorer, d'accord ? Ce sera notre maison juste à nous
- Bien sûr, Princesse ... notre nid d'amour, dit Remus

Amélia rougit un peu, se mordant la lèvre et se mit à marcher avec lui vers la barque. Les voyages à dos de Calamar, c'était bien, mais pas trop romantique. Remus l'aida donc à grimper à l'intérieur et alla s'installer à son tour, enchantant la barque afin qu'elle glisse sur l'eau. Il regarda sa louve et lui tendit les bras. Aussitôt, Amélia se déplaça pour aller se blottir contre lui, fermant les yeux et laissant le souffle de Remus caresser son cou. Ce qu'ils étaient bien ! Remus déposait de tendres baisés contre la peau de Amélia, baisés qui devenaient de plus en plus sensuels à mesure que la barque voguait sur les flots. Cela plaisait énormément à Amélia, qui poussait quelques gémissements doucereux. Lentement, Remus descendit la main sur la taille de Pupuce jusqu'à sa jupe, qu'il releva avant de glisser la main entre ses cuisses. Se mordant délicatement la lèvre, Amélia ouvrit les jambes quand soudain la barque fit une légère embardée. Ils venaient d'arriver sur le rivage de l'ile. Soupirant, Amélia ouvrit les yeux et pencha la tête vers Remus. Celui-ci la regarda d'un air remplit de désir innasouvis, se leva et lui prit la main.

- Nous aurons le temps plus tard, Princesse ... dit-il d'un ton rauque
- Tu as apportés des préservatifs ? Han ?

Remus hocha doucement la tête, les joues légèrement rougies. Ça y était, Amélia allait le prendre pour un pervers ! Au lieu de ça, Amélia fit un immense sourire et descendit de la barque, affichant un air suave. Remus prit un air amusé et sortie de la barque à son tour, marchant vers le sentier menant à la maison de bois rond.

- Ils sont à quelle saveur ? Han ? demande Amélia
- Quoi ça ? répond Remus
- Les préservatifs, han ... dit Amélia en le regardant
- Ho ... je ... enfin, je crois qu'ils sont ... nature, enfin, ils n'ont pas vraiment de saveur, répond Remus d'un ton gêné
- Ha ... je veux fraise la prochaine fois, d'accord ?

Remus rit doucement avant de lui dire qu'il allait s'en souvenir. Amélia fit un air satisfait et reporta son attention sur les arbres qui les entouraient. C'était un fort joli endroit ici et tout compte fait, elle aimerait bien y demeurer plus tard. Ici ou dans un lieu calme et remplit d'arbres, de fleurs et de végétation diverses. Elle tourna la tête vers Remus, le regardant attentivement. Le jeune homme baissa le regard vers elle et lui sourit.

- Oui, mon amour ... demande t-il
- Rien, han ... j'imagine juste ma vie avec toi plus tard, tu sait ?
- Et, qu'imagines tu ? demande Remus

Amélia souria et se remit à regarder rêveusement autour d'elle, tandis qu'ils arrivaient à la maison de poche. Elle resta encore un peu silencieuse et entra dans la maison, à la suite de Remus. Elle alla s'asseoir à la table de la cuisine, pendant que le jeune homme affichait un air déconcerté. Sans remarquer l'ahurissement de son amour, Amélia se mit à parler d'un ton tout rêveur.

- On restera ici, tu sait ? Dans notre maison de bois rond, sur cette ile, tout près de Poudlard. On sera mariés ... on se mariera dès que tu vas me demander, tu sait ? Dit ? Parce que je vais dire oui et on aura tout pleins d'enfants, han ... parce que je vais avoir trouvé la Potion Tue-Loup et que tu seras guérit et nos enfants seront très intelligents et courageux, han. On aura douze enfants, d'accord ? Han ? Six garçons et six filles, han ... On va les appeler pour les gars, heu ... James, Sirius, David, Peter, Charles et Seamus, han ... et les filles vont s'appeller Lily, Sarah, Eve, Kim, Jane et Evelyne, d'accord ? Han ? Et on aura un chien et tout les bébés écureuils de Pikpik, han ...
- Princesse ... dit Remus
- Han ?

Amélia releva la tête vers Remus, qui regardait autour de lui. Il ne semblait pas avoir écouté du tout ce qu'elle venait de raconter. Au lieu de ça, il se promenait dans la maison, fronçant les sourcils et affichant un air étonné. Amélia ouvrit grand la bouche et se leva, plaçant les mains sur ses hanches.

- Remus, han ! Tu m'a même pas écouté, c'est ça ? Dit ?
- Oui, oui ... un chien. La maison à changée, Princesse, répond Remus
- Comment ça changée ?

Pupuce regarda autour d'elle à son tour et fit de grands yeux. C'était vrai, han ! La maison n'était plus du tout la même. On aurait presque dit qu'ils étaient entrés dans une tout autre demeure. Mais, c'était impossible ! Il n'y avait qu'une seule maison sur l'ile. Regardant Remus avec de grands yeux, Amélia alla vers lui et lui prit la main.

- Quelqu'un est entré dans notre maison, han ... murmure t-elle
- Je ne crois pas ... répond Remus en regardant vers le fond de la pièce

Auparavent, une petite bibliothèque se trouvais contre le mur. Maintenant, celle-ci avait disparue pour laisser place à un poster de Einstein. La table de la cuisine était manifestement plus grande, des rideaux plus féminins se trouvaient aux fenêtres et deux portes étaient apparues, alors qu'elles ne s'y trouvaient pas à l'été dernier. Se dirigeant vers la porte de gauche, Amélia sur ses talons, Remus l'ouvrit et fut ahurit de voir une immense bibliothèque jonchée de livres. L'endroit était presque aussi grand que celle de Poudlard, en fait. Mais, comment c'était possible ? Jamais la maison était aussi grande pour acceuillir une bibliothèque de la taille de celle de la communauté sorcière ! Amélia poussa un petit yiiiiii excité dès qu'elle vu de quoi il s'agissait. Elle lâcha subitement la main de Remus et couru dans la pièce, regardant partout avec des yeux lumineux et énervés. Sautant partout comme une puce, elle sélectionna une dizaine de livres, avant de ressortir comme une dingue. Elle déposa les volumes sur la table, sautilla sur place et s'assied rapidement, regardant les livres d'un air extastique.

- Des livres, han ... des milliers et des milliers de livres ...

Remus la regarda tendrement et referma doucement la porte de la bibliothèque. Il venait de la perdre, là ! Adieu ses intentions de faire l'amour ... Il sourit, amusé par la situation malgré son caractère plus qu'étrange, et se dirigea vers la porte de droite. Il l'ouvrit et se figea devant ce qui s'y trouvais. Il s'agissait d'une magnifique chambre à coucher. Un lit baldequin munit de draperies se trouvait au centre, divers bureaux et tables de travail complétaient l'ameublement. Merlin ... c'était exactement sa chambre de rêve ... celle dont il rêvais en imaginant sa vie avec Amélia. Mais, que ce passait-il donc ici ?




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 18:40
Remus referma la porte de la chambre, de plus en plus intrigué. Il allait rejoindre Amélia à la table, lorsqu'on frappa à la porte. Encore plus étrange ... personne, enfin il le croyait, ne connaissait l'existence de cet endroit. Jetant un regard vers Amélia, qui lisait six livres à la fois, Remus se rendit à la porte d'entrée et l'ouvrit. Devant lui se trouvait Albus Dumbledore, qui le regardait d'un air enchanté.

- Directeur Dumbledore ? Heu ... entrez, dit Remus en le laissant passer
- Merci, Monsieur Lupin ... ha, les marches en grand air, rien de mieux pour se raviver l'esprit, dit Dumbledore
- Oui, c'est vrai, répond Remus

Il jeta un nouveau regard vers Amélia, mais elle lisait toujours d'un air concentré. Il fit signe à Dumbledore de s'asseoir et se dirigea vers la jeune fille. Sachant pertinemment qu'il ne servirait à rien de tenter de lui dire qu'ils avaient de la visite, il tendit la main et retira tout les livres un après l'autre, les déposant plus loin. Lorsqu'elle n'eut plus rien à lire, Amélia redressa la tête pour le regarder d'un air accusateur, mais elle vit le Directeur Dumbledore, assied devant elle.

- Hooooooooo ! Qu'est ce que vous faites ici ? Han ?
- Je suis venu vous rendre visite chez vous, miss Potter, répond Dumbledore en souriant

Amélia fit de grands yeux et se leva rapidement. Sa première vraie visite chez elle ! Dans sa maison avec Remus et hoooo ! Il fallait faire le thé et offrir des petits gâteaux ... parce que sinon, elle serait une mauvaise hôtesse. Et, Amélia ne désirait être mauvaise en rien du tout. Alors, elle se dirigea vers le comptoir et mit de l'eau à chauffer, avant de regarder dans le comptoir réfrigéré. Yiiiiii, il y avait des gâteaux, han ! On aurait dit que la maison réalisait ses désirs. Pendant qu'elle préparait le tout, Remus s'assied et regarda Dumbledore.

- Que ce passe t-il ici, Professeur ?
- Que voulez vous dire, Monsieur Lupin ? répond Dumbledore avec un étrange sourire
- Tout est changé ... selon nos désirs. Rien n'est plus pareil, ce n'est plus la maison que j'avais découvert, répond Remus
- Haaa ... attendons Miss Potter. Je crois que cette histoire va l'intéresser

Sur ces mots, Amélia revint vers la table, des tasses de thé et des petits gâteaux sur un plateau flottant devant elle. Elle déposa le tout sur la table et s'assied, regardant Dumbledore d'un air intrigué.

- Quelle histoire, han ? demande t-elle
- L'histoire de cette maison, Miss Potter ...

Dumbledore prit un gâteau et une tasse de thé, pendant que Remus faisait de même. Amélia, tant qu'à elle, affichait maintenant un air très intéressé et ignorait les gâteaux et le thé devant elle. Hey han ! Pas le temps de manger ou de boire quand il fallait apprendre quelque chose. Elle se mit à se dandiner sur sa chaise, impatiente que Dumbledore commence l'histoire.

- Alors ? Han ? questionne t-elle
- Cette maison à été construit par un homme très pauvre, Wilbert McCodrom, qui l'a construit pour habriter sa bien aimée. Wilbert était amoureux d'une dame très jolie et très riche, Esmeralda McKenzie, du clan McKenzie lui-même. Lorsqu'il est allé demander la main d'Ezmeralda, elle lui a répondu que s'il lui offrait une demeure où elle se sentirait chez elle, elle l'épouserait, débute Dumbledore
- Elle est épaisse, han ! Franchement, c'est pas pour un endroit qu'on épouse quelqu'un, c'est parce qu'on l'aime, vous savez ? Han ? s'insurge Amélia
- Vous avez raison, Miss Potter, répond Dumbledore en souriant
- Alors pour ...

Amélia s'interrompit, Remus venant de poser la main sur la sienne. Elle le regarda avec de grands yeux, fit un air boudeur et reporta son attention sur Dumbledore. D'accord, han ! Elle poserait les questions après. Pffff ! Dumbledore sourit et entreprit de poursuivre son récit.

- Wilbert a voyagé et fait la visite et la conquête, par ruse, par sagacité et par courage, de plusieurs châteaux sans jamais trouver une habitation où Esmeralda se sentait chez elle. À toutes les fois qu'il l'amenait visiter, elle refusait, disant que non, ce n'était pas chez elle.
- Pffff ! On est chez nous avec l'homme qu'on aime, elle savait pas ça ? Han ? Moi, même si je vit sous un banc de parc, han, si je suis avec mon Remus, je vais être chez moi et ...
- Princesse ... dit Remus
- Mais, elle est conne cette fille, han ! s'énerve Amélia

Albus Dumbledore sourit de plus en plus certain de ces soupçons. Amélia Potter et Remus Lupin étaient vraiment des âmes soeurs. Les paroles de la petite Potter sur le fait qu'elle était la louve de Remus étaient donc fondées. Très bien ... cela lui servirait peut-être un jour. Mais, plus que la perspective d'un plan éventuel, c'était la candeur et l'honnêteté des sentiments de Amélia qui lui faisait chaud au coeur. Amélia était sincère et authentique et dotée d'une faculté incroyable. Elle savait aimer sans contraintes, sans jugements et sans conditions. Un amour pur et inconditionnel était une chose extrêmement rare. Dès qu'on avait la chance d'être aimé par ce petit bout de génie, on était certain de l'être pour la vie.

- Un amour aussi fort que le vôtre n'est pas donné à tous, Miss Potter, dit Dumbledore
- Pourquoi ? Pourtant, ça devrait être tout le temps comme ça, han, sinon ce n'est pas de l'amour, vous savez ? répond Amélia en fronçant les sourcils
- Je sait ... alors, Un jour, désespéré, il décida de construire cette cabane afin d'y vivre en hermite toute sa vie. S'il ne pouvait pas avoir son amour, il n'aurait plus jamais personne pour lui tenir compagnie. Un jour, n'ayant plus de nouvelles de Wilbert, Esmeralda partit à sa recherche et le trouva dans la petite cabane sur l'île. Elle eut un grand sourire et se sentit automatiquement chez elle.

Amélia roula les yeux. Décidément, cette fille était une connasse de première. Non, mais ! S'intéresser aux choses matérielles, alors que l'amour était la seule chose de valeur dans tout le monde entier ! D'accord, peut-être pas la seule chose ... l'intelligence était aussi extrêmement importante, mais pour agir comme ça, cette Esmeralda devait être une débile attardée, quelle ai été belle ou pas.

- Cette histoire se passa il y a 300 ans, avant que les Clan en Écosse tombent à cause de la battaille entre le Prince Charles et le roi d'Angleterre. Depuis, la cabane a hébergé des gens qui avaient besoin d'un chez eux, pour se retrouver et pour se sentir bien. Elle a vu l'amour, la vie, la mort, la souffrance... toutes les étapes de la vie et s'est bâtie une personnalité à travers les âges
- Alors ... ça signifie qu'elle nous à choisit ? demande Remus
- Exactement, Monsieur Lupin. Elle a sentie la force de votre amour et elle vous à choisit, sentant que vous aviez besoin d'un endroit pour vous deux, répond Dumbledore en souriant

Le Directeur de Poudlard se leva et mit un autre gâteau dans la poche de sa cape. Ils étaient vraiment succulents ! Il leur sourit et se dirigea vers la porte de la maison, posant la main sur la poignée. Il se retourna alors, comme s'il avait oublié un détail et dit :

- Ha oui ... elle se déplace. Il suffit de sortir de la maison et dire : '' Mon temps ici se termine '' et elle se miniatusera afin de tenir dans votre poche. Il vous suffira alors de partir vers un autre endroit, de lancer la miniature au sol et de dire '' Et voilà, nous y sommes '', afin qu'elle reprenne sa proportion normale

Sur ce, Dumbledore ouvrit la porte et sortie à l'extérieur, laissant les amoureux derrière lui. Oui, la Maison-de-Poche venait de trouver de nouveaux propriétaires, des propriétaires s'aimant d'un amour immortel.




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 19:08
Chapitre 8 : La Pie Bavarde


Le Professeur Caniyo attendait patiemment ses élèves pour le cours de Défenses contre les Forces du Mal. Aujourd'hui, elle avait l'intention de leur enseigner une technique fascinante et elle espérait que la jeune Amélia Potter ne savait pas déjà comment faire ! La jeune Professeur, tout juste sortie de l'Institut d'enseignement, aimerait tellement lui apprendre une seule petite chose ! Enfin, un jour elle allait certainement y arriver. Relevant la tête vers la porte de sa classe, elle vit justement Amélia arriver, une quantité incroyable de livres flottant devant elle. Le Professeur Caniyo sourit doucement, se demandant où son élève prenait le temps de tout lire.

- Bonjour, Miss Potter
- Bonjour Professeur, han ... on apprend quoi aujourd'hui ?
- Ce que sont les Détraqueurs et comment s'en défendre, répond Caniyo
- Ce sont les ... amorçe Amélia
- Pas encore, Miss Potter ... attendez un peu, répond le Professeur

Merlin, elle le savait ! Bien entendu, elle aurait dut s'en douter. Bon, peut-être qu'elle ne savait pas comment produire un Patronus ? Perdue dans ses pensées, le Professeur Caniyo regarda le reste de ses élèves entrer dans la classe. Parmi eux, Octavus Pranolol, qui alla s'asseoir près de Amélia en lui souriant. Il ne l'approchait que lorsqu'il était certain de ne pas tomber sur son frère. Il n'était pas dingue, tout de même ! Les deux enfants se mirent à discuter, Amélia affichant un air passionné, pendant que le reste des étudiants s'installaient doucement. Souriante, Fabricia Caniyo, se leva et se dirigea vers ses élèves.

- Bonjour à tous ... nous apprendrons des choses sur les Detraqueurs. Premièrement, que sont-ils ?

Aussitôt, elle tourna son regard vers Amélia Potter, qui avait la main levée très haut vers le plafond. Le Professeur regarda alors les autres élèves, qui ne semblaient pas trop savoir quoi répondre, hormis quelques-uns provenant de familles de Sorciers. Le jeune Professeur donna la parole à une petite fille de Poufsouffle et entendit Amélia gromeller dans son coin. Amélia était, évidemment, insultée qu'on ne l'est pas interrogée. Elle le savait, elle, han ! Et en plus, elle en savait plus que Émily Verity. Croisant les bras, Amélia afficha une moue boudeuse, tout en écoutant ce que la Poufsouffle disait. Une réponse très incomplète, cela allait de soin. Par conséquent, Amélia releva à nouveau la main, regardant son Professeur d'un air intense.

- Oui, Miss Potter ?
- Les Detraqueurs sont effectivement les gardiens de Azkaban et ils retirent tout sentiments de joie et de bonheur, c'est vrai, han. Mais, il y a autre chose, vous savez ? Han ? Les Detraqueurs peuvent aspirer votre âme avec ce qu'on appelle le baisé du Detraqueur. Vous devenez alors comme un zombie, errant sans âme. Vous ne serez qu'une enveloppe charnelle, vous savez ? Han ? Les Detraqueurs sont des créatures qui ont été crées par le Sorcier Hario Batrolus, le fondateur de la prison Azkaban, en 1087, han. La seule manière de les neutraliser est de créer un patronus. Les détraqueurs ont une capuche sur leur figure, personne n'a vu leur visage sauf ceux à qui ils ont aspiré l'âme, han, ce qui n'est pas agréable vous savez ? Dites ? L'apparence des Détraqueurs est très particulière. Ils sont enveloppés dans de grandes robes noires qui les masquent entièrement à l'exception de leurs mains, qui ont l'air de chair morte et moisie. Pour avancer, les détraqueurs glissent sur le sol, han, comme des fantômes de la mort et tout, vous voyez le genre ? Han ? Seuls les sorciers et les Cracmols peuvent les voir, han, tandis que les Moldus peuvent seulement sentir leur présence et leurs effets.

Le Professeur Caniyo écouta avec attention ce que racontais Amélia Potter, un léger sourire sur les lèvres. Hé voilà ! Elle venait d'expliquer en long et en large tout le cours, ou presque ... encore une fois. Soupirant légèrement, le Professeur alloua 15 points à Serdaigle, avant d'expliquer elle-même en quoi consistait un Patronus et comment les produire. Non, mais c'était elle le Professeur ici ! Dumbledore n'allait pas la payer pour rien.

- Alors, les Patronus sont des boucliers prenant la forme de divers animaux, qui diffèrent selon les Sorciers. Habituellement, ces animaux sont reliés à la personnalité de chacun, un peu comme les Animagus. Lorsqu'ils ne sont pas liés à la personnalité, les Patronus sont en rapport avec des sentiments, des rêves cachés, des envies ... bref, tout ce que les Detraqueurs détestent. Les Patronus vous protègera non seulement des Detraqueurs, mais aussi de divers créatures voulant vous attaquer. Pour le produire, il suffit de penser à votre plus beau souvenir, un moment où vous avez été très heureux et de prononcer le sort Spero Patronum

Amélia, qui écoutais religieusement son Professeur, eut soudain un sourire éblouissant. Son souvenir le plus heureux, han ... facile. Elle et Remus sur leur ile et Remus qui lui dit qu'il l'aime ... et ils s'embrassent tendrement. C'était son souvenir le plus merveilleux jusqu'à maintenant. En fait, elle n'avais qu'à penser à Remus pour qu'aussitôt son coeur soit remplit d'un bonheur incommensurable. Elle l'aimait tellement ... dès qu'elle pensait à lui, un sourire apparaissait sur son visage et ses yeux brillaient d'amour. Et, c'était le cas en ce moment même. La petite fille était littérallement illuminée par son amour. Lorsque le Professeur leur dit de se lever et de se mettre en ligne, Amélia se leva lentement et marcha vers le devant de la classe, d'un pas rêveur. Habituellement, elle se serait précipité pour être la première à passer, afin de montrer son savoir faire, mais elle était tellement monopolisée par Remus, que rien d'autre ne comptait pour elle. Sans se préoccuper des élèves devant elle, Amélia souriait tendrement en regardant vers la fenêtre. Son esprit était absent, partie rejoindre Remus dans son cours d'Histoire de la Magie. Elle l'imaginait en train de tremper sa plume dans son encrier pour ensuite écrire sur son parchemin, la tête légèrement penchée sur le côté. Affichant maintenant un air béat, Amélia ne comprit pas immédiatement qu'on s'adressait à elle.

- Miss Potter ... dit le Professeur Caniyo
- ...
- Miss Potter !
- Han ? Quoi ? dit Amélia en sursautant
- C'est votre tour, miss Potter

Amélia retrouva alors son air tendre et tendit sa baguette devant elle. Un sourire amoureux éclaira ses traits, pendant qu'elle se remémorait son premier baisé avec Remus. Lentement, elle agita sa baguette, pensant "Je t'aime, Remus" et murmura :

- Spero Patronum

Une lueur d'argent sortie du bout de sa baguette et fut projetée dans l'air. La lueur prit la forme d'une Pie Bavarde et l'oiseau se mit à voler partout dans la classe en poussant son bavardage incessant parmi eux. Amélia fit un immense sourire et se mit à sautiller sur place, les bras dans les airs. Yiiiiiii ! Elle y était parvenue, han ! Une Pie Bavarde, son Patronus était une Pie Bavarde, vous avez vu ? Dites ? C'était son oiseau préférée en plus, han ! Sans attendre son reste, Amélia rebaissa les bras et alla prendre ses livres, avant de quitter la classe en courant. Le Professeur Caniyo fit un air ahurit en regardant son élève partir avant que le cours ne soit terminé et porta son regard vers Octavus Pranolol.

- Vous lui remettrez le devoir, Monsieur Pranolol ... maintenant, c'est à vous.

Pendant que Octavus s'exécutait, Amélia courrait comme une folle vers le cours d'Histoire de la Magie. Elle devait montrer ça à James, han ! Il allait être fier d'elle. Elle arriva rapidement à la salle de classe et ouvrit la porte tout doucement. Amélia plaça son oeil dans l'espace entre la porte et son cadre, cherchant les Maraudeurs du regard. Elle les trouva assez vite. James était assied mollement sur sa chaise et il semblait s'ennuyer ferme. Sirius aussi avait l'air de s'ennuyer, mais il passait le temps en jetant des regards séduisants aux filles qui l'entourait. Celles-ci rougissaient en poussant de petits rires timides. Amélia tourna son regard vers Peter, qui regardait n'importe où d'un air las. Finalement, elle regarda Remus ... son Remus. Il prenait des notes lentement, exactement comme elle l'avait imaginé. Souriant doucement, elle pointa sa baguette au dessus de sa tête et imagina leur premier baisé.

- Spero Patronum, murmure t-elle

Immédiatement, le Patronus de Amélia sortie de sa baguette et s'élança dans la classe d'Histoire de la Magie. La Pie Bavarde argentée poussa ses cris en tournant autour du Professeur Binns. Elle passa au travers le fantôme avant de foncer droit sur Peter qui eut juste le temps de se pencher. La Pie poursuivit son chemin, piallant fièrement, et alla se poser sur le bureau de Remus, le regardant avec des yeux tout tendres. Remus regarda la Pie, qui disparue subitement. Tournant le regard vers ses amis, il devina qu'ils pensaient à la même chose que lui. Une seule personne pouvait avoir une Pie Bavarde comme Patronus : Pupuce. Les Maraudeurs se retournèrent et regardèrent vers la porte de la classe. Un oeil brillant de joie les regardaient. Ils virent alors une main apparaître dans l'espace de la porte et Pupuce leur fit un tata enjoué, avant de partir en courant. Souriant, les Maraudeurs se regardèrent en roulant les yeux et reportèrent leur attention sur le Professeur Binns, qui tentait de ramener l'ordre dans la classe. Pupuce venait de réussir un miracle ... rendre le cours d'Histoire de la Magie interessant !




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 19:21
Chapitre 9 : La grange des Maraudeurs


Le givre recouvrait les fenêtres et la neige tombait maintenant dans de gros flocons paresseux. À l'intérieur de la maison des Potter, un feu brulait dans la cheminée et sa lumière faisait scintiller l'arbre de Noel non loin. Fidèle à ses habitudes, Amélia descendit les escaliers en courant, chantant une chanson de Noel à tue-tête, son sac à dos sur l'épaule. Elle avait déjà revêtue son manteau, sa tuque, ses mitaines, son foulard et il ne lui manquait plus que ses bottes à enfiler. Elle courra donc dans le hall, où se trouvais déjà James et Sirius. Les jeunes homme la regardèrent en souriant un peu et terminèrent de s'habiller. Ils commençaient à s'habituer à la présence continue de Pupuce et, honnêtement, il fallait avouer que cela ne les dérangeaient plus outre mesure. Au contraire, ils aimaient mieux avoir Pupuce à vue, afin de la surveiller. James tendit la main et rabaissa la tuque de sa soeur sur ses yeux. Amélia, qui était en train d'attacher ses bottes, poussa un hey sonore, avant de replacer sa tuque. Sirius fit un clin d'oeil à James et rabaissa la tuque de Pupuce à son tour. Cette fois, Amélia se redressa, la tuque descendue sur le nez, et elle la replaça prête à les disputer. Mais, trop tard ... ayant prévu le coup, James et Sirius étaient déjà sortis de la maison. Amélia se retourna et cria :

- M'mmmaaaaaa ! On s'en va, han !

Sans attendre de réponse, Amélia ouvrit la porte de la maison et sortie dans la froideur de l'hiver. Elle descendit les marches du balcon et s'abaissa pour ramasser de la neige. Tout en se redressant, elle surveillait James et Sirius en faisant deux boules de neige qu'elle leur lança dessus. Les jeunes hommes se retourna et la regardèrent avec de grands yeux, avant de lui courir après. Amélia se mit donc à hurler en courant dans la neige, James et Sirius à ses trousses.

Un peu plus loin, Lily et Eve arrivaient vers la maison des Potter. Effectivement, Eve avait convaincu son amie d'aller à la grange. D'abord réticente, Lily accepta d'y aller. Après tout, si quelque chose tournait mal, elles n'avaient qu'à partir. Les jeunes filles arrivèrent donc sur les lieux au moment où James et Sirius venaient de rattraper Pupuce. Par quel miracle ? Nul ne le savait. En tout les cas, ils étaient à genoux dans la neige de chaque côté d'une Amélia mi-hurlante mi-hilare. Ils prenaient de la neige qu'ils tentaient de mettre dans son manteau et Amélia se débattait dans tout les sens.

- Elle va attraper froid ... dit Lily

James cessa aussitôt de s'en prendre à sa soeur et se releva rapidement. Il regarda Lily d'un air ultra séducteur, tandis que Sirius faisait de même avec Eve. Amélia, toujours tordue de rire, s'assied alors dans la neige et reprit possession de sa tuque, qu'elle avait perdue dans la bataille. Elle retira précautieusement la neige à l'intérieur et remit sa tuque sur sa tête avant de se relever. Elle regarda alors James et Lily en roulant un peu les yeux. Merlin, son frère faisait encore sa tête de sur-homme sans failles. Il n'aurait jamais Lily comme ça, han ! Pourquoi il ne comprenait pas ? Haussant les épaules, Amélia allait pour répondre, lorsque des ombres bougea dans la nuit.

- Remus, han ! dit-elle

Amélia se mit alors à courir dans la neige en direction de Remus et Peter. Elle s'élança dans les bras de son amoureux, l'embrassa et fit ensuite un gros calin Peter. Ce dernier ne sembla pas trop appréçier, mais la petite fille s'en foutais. Souriante, elle prit la main de Remus et repartie en direction des autres. Une fois arrivée, elle regarda Lily et Eve.

- Vous savez pour aller à la grange il faut sauter une cloture, han ... facile, vous avez juste à courir vite et à sauter, han ... sinon, James et Sirius, bien ils pourront vous prendre dans leurs bras pour vous faire traverser, d'accord ? Han ?
- On va se débrouiller ... dit Lily

Sur ce, les Maraudeurs amorçèrent leur marche jusqu'à la grange. James marchait d'un air extrêmement fier, jetant des regards séducteurs à Lily, qui l'ignorait totalement. Sirius, pour sa part, marchait en tenant galamment le bras de Eve, qui avait accepté de sortir avec lui à la fin de l'an dernier. Peter, lui, regardait la neige d'un air morne. Eve avait catégoriquement refusée d'amener sa cousine Kym, présente chez elle pour les fêtes. Le problème, c'est que Peter trouvais Kym très jolie et aurait bien aimé qu'elle soit là.

- Pourquoi t'a pas voulu amener Kym ? ose t-il demander à Eve
- Lâches moi avec ça, Peter ! Kym est chiante ... dit Eve
- Eve ! S'exclame Lily
- C'est vrai ! réplique Eve

Amélia tourna le regard vers Peter et le regarda attentivement. Elle ne savait pas qu'il trouvais la cousine d'Eve de son goût. C'était sûrement ça, sinon pourquoi il aurait voulu qu'elle y soit ? Han ? Pauvre Peter ... c'était vrai, il était tout le temps tout seul, alors que les autres avaient des copines ou en draguait. Peter devait se sentir tellement isolé et peut-être même rejeté des autres. Comprenant parfaitement ce que cela faisait, Amélia se dit qu'elle allait aider Peter. Après tout, il était son ami, non ? Oui, il l'était. Elle croyait savoir comment faire pour que Kym soit aussi de la partie et elle mit immédiatement son plan à exécution. Tendant la main, elle tira sur le manteau d'Eve.

- Eve, pourquoi tu veux pas que Kym elle vienne avec nous ? Han ?
- Pupuce ... commence pas, dit Sirius. Laisses Eve tranquille !
- Eve, pourquoi tu veux pas que Kym elle vienne avec nous ? Han ? Eve, pourquoi tu veux pas que Kym elle vienne avec nous ? Han ? Eve, pourquoi tu veux pas que Kym elle vienne avec nous ? Han ?
- Pupuce ! s'énerve James
- Eve, pourquoi tu veux pas que Kym elle vienne avec nous ? Han ?
- Arrêtes ! dit Sirius
- Eve, pourquoi tu veux pas que Kym elle vienne avec nous ? Han ? Eve, pourquoi tu veux pas que Kym elle vienne avec nous ? Han ? Eve, pourquoi tu veux pas que Kym elle vienne avec nous ? Han ?
- Ok, ok ! s'énerve Eve

Elle regarda Amélia d'un air énervé, et lâcha le bras de Sirius, biffurquant seule vers sa maison.Ellel allait la chercher Kym ! Pupuce allait se la fermer, maintenant ? Elle aimait mieux avoir sa cousine chiante que d'entendre Pupuce jouer au disque rayé. Affichant un immense sourire victorieux, Amélia regarda Peter d'un air fier et lui fit un clin d'oeil.

- Va falloir que tu l'embrasse, han ... j'ai pas aidé pour rien, tu sait ?
- Heu ... je ... Pupuce, heu ... balbutie Peter

Sirius et James éclatèrent de rire. Alors là ! La tête que faisait Queudver ! Il ressemblait à un phoque sortie subitement de l'eau, c'était hilarant. Ils se marrèrent quelques minutes, pendant que Remus regardait Amélia d'un air amusé. Elle venait d'aider Peter et c'était très louable. Manifestement, elle était douée pour les situations matrimoniales ! Lily, tant qu'à elle, se contenta d'afficher un sourire en coin. Amélia Potter était une experte pour piéger les gens et elle ferait une excellente avocate. Avec toutes ces questions, elle rendrait les accusés complètement dingues et, finalement, ils avoueraient tout pour que leur supplice se termine ! Marchant près de James, Lily se dit qu'il lui faudrait être très vigilante. Elle savait qu'un jour, la soeur de James allait tenter de la piéger et que, comme tout le monde, elle tomberait dans le panneau. C'est donc sur les rires de James et Sirius, qu'ils arrivèrent à la cloture à demie recouverte de neige. Il leur faudrait sauter par dessus et retomber dans un banc neigeux, avant de marcher vers le petit sentier dégagé sur la gauche. Amélia fut la première à s'exécuter. En fait, dès qu'elle vit la cloture, elle se mit à courir vers elle et elle bondit par dessus, tombant de l'autre côté. Elle enfonça dans la neige presque jusqu'à la taille et regarda les autres avec de grands yeux.

- Z'zuis prit, han !

La situation vint à bout de James et Sirius, déjà morts de rire. Ils s'assirent au sol, tordus de rire et se tenant les côtes. Ho non, han ! Pupuce était prise dans la neige, une Pupuce glaçée, han ! Et Eve qui manquais tout ça. Toujours hilares et se roulant presque sur le sol, Sirius se tortilla et parvint à prendre son appareil photo de son sac à dos. Pupuce fit de grands yeux et cessa de gigoter pour sortir du tas de neige.

- Vas pas me prendre en photo, han ? Ziriuz ?
- Oua oua oua rigole Sirius

Il prit la photo, puis Pupuce continua à gigoter en disant qu'elle était prise, qu'elle pouvait plus bouger et en appelant Remus au secours. James, qui était vraiment sur le point de faire pipi dans ses culottes -- ce qui aurait été fort honteux --parvint à se relever et à marcher vers la cloture. Il ne savait pas ce qu'il allait faire, mais il allait au moins tenter quelque chose. Il n'allait tout de même pas laisser sa petite soeur mourir de froid dans un banc de neige.

- Faut pas sauter comme une dingue, han ... quand y'a beaucoup de neige, Pupuce, dit-il en pouffant
- Zaaaammmeeesssss ! Pikpik y va mourrir étouffé, han ... Piiiiippppiiiiikkkkkk ! pleurniche Amélia




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 19:28
En entendant ces mots, Lily recula vivement de plusieurs pas. Quoi ? Elle avait amené son bidule pleins de microbes ?! Ho non ! La jeune fille réprima un frisson d'horreur, avant de regarder Peter d'un air quelque peu dégouté. Si cette bébitte pouvait mourir, elle aurait la paix ! Puis, juste à penser que ce truc allait être dans la grange et qu'il pourrait grimper dans son lit et entrer sous ses couvertures et ... Son léger gémissement fit couvert par ceux plus forts de Amélia, qui tentait désespérément de sortir du tas de neige. Pikpik était dans son sac à dos, han ... il allait mourir. Sirius, qui avait cessé de rire, venait de sauter doucement par dessus la cloture, imité par James, Remus et Peter. Pendant que les deux derniers creusaient avec leurs mains, afin de sortir Pupuce de là, James et Sirius tiraient sur le sac à dos pour le dégager. En larmes, Amélia sentie qu'on lui retirait son sac des épaules, puis Remus et Peter le tirèrent hors du trou. Allongée sur le ventre, face contre la neige, la petite fille pleurait de toute son âme, certaine que son écureuil était mort. Remus lui frottait le dos, observant anxieusement James qui ouvrait rapidement le sac. Le jeune homme regarda à l'intérieur et grimaça. L'écureuil était immobile et ne semblait plus respirer. James jeta un regard vers Sirius, qui regarda Remus en faisant légèrement non de la tête. Remus ferma les yeux quelques secondes, avant de recommencer à frotter le dos de Amélia. Il fallait maintenant lui annoncer que son écureuil n'avait pas survécu.

- Princesse ... dit doucement Remus
- Piiikkkpiiiiiikkkkkk ! braille Amélia
- Pupuce ... je suis désolé, han ... dit doucement James
- Waaaaaa haaaahhhaaaaaaa, braille Amélia comme une dingue
- Quoi qui a ? demande Eve

La jeune fille venait d'arriver avec sa cousine Kym, qui affichait un air à demi triomphant, air qu'elle tentais de cacher derrière une apparence détachée. Eve, de son côté, affichait un air très inquiet. Pourquoi Pupuce pleurait comme ça ? On aurait dit que quelqu'un lui avait fait horriblement mal et c'était dur à supporter. Entendre Pupuce pleurer comme ça ... Merlin. Il regarda alors Lily, à la recherche d'explication. La jeune fille affichait un regard désolé. Oui, elle avait souhaité que l'écureuil meure, mais maintenant elle se sentais coupable et surtout, la peine de Amélia lui brisait le coeur. C'était une petite fille si adorable.

- Son ... son écureuil est mort, dit Lily
- Quoi ? Ho non ! dit Eve

Pauvre Pupuce ... Eve était super triste pour elle. Soudain, Amélia redressa la tête et regarda Sirius d'un air désespéré, le visage couvert de larmes gelées.

- Ziriuz, han ... Ziriuz, Pikpik ... Pikpik, han, Siriuz !
- Je sait ... je sait, chut ... dit Sirius
- Fait lui le bouze à bouze, han ! Ziiiiirrrriiuuuzzzz !
- Han ?
- Le bouze à bouze, le bouze à bouuuzzzeeeee

Amélia se remit à pleurer comme un âne, se cachant contre Remus. Sirius affichait maintenant un air estomaqué. Han ? Mais, elle était folle ou quoi ? Faire le bouche à bouche à un écureuil ? Lui ? D'accord, une de ses tantes était infirmière, mais c'était pas une raison. Il regarda alors ses amis d'un air déboussolé, avant de regarder Eve avec de grands yeux. Celle-ci avait un air indescriptible et murmurait des paroles en portugais qui pourraient se traduire du genre : Si tu fait ça, tu m'embrasses plus jamais ! Sirius reporta son attention sur James.

- Cornedrue ... ça sert à rien, dit lui

James ne répondit pas. Il regarda sa soeur d'un air protecteur et il prit délicatement l'écureuil dans ses mains. Sa Pupuce avait de la grosse peine, alors il allait tenter le coup. On ne savait jamais ... puis au moins il aurait essayé. Respirant profondément, il se pencha vers Pikpik et lui envoya de l'air dans la bouche. Il recommença deux fois, puis massa un peu le coeur de l'écureuil du bout des doigts, avant de recommencer la respiration artificielle. De l'autre côté de la cloture, Lily regardait James d'un air bouche-bée. Il était en train de faire le bouche à bouche à un écureuil ! Pour que sa soeur n'ai plus de peine ... C'était ... c'était la chose la plus gentille et romantique qu'elle n'avais jamais vu de toute sa vie. Elle ne pensait pas que James pouvait faire un geste pareil. Attendrie, elle le regarda faire, un petit sourire aux lèvres.

Dans les bras de Remus, Amélia continuait à pleurer à chaudes larmes. Tournant un peu la tête, elle parvint à regarder son frère, par le trou situé sous le bras de Remus. Un sourire se dessina alors sur ses lèvres et, tout en continuant de pleurer, elle se mit à gémir comme une banshee. Pikpik, comme réanimé des morts, se remit sur ses pattes en poussant un couic excité et sauta des mains de James, courant vers sa maîtresse. Amélia se dégagea des bras de Remus et prit son écureuil, qu'elle serra contre son coeur. Toute trace de son sourire avait disparu et seuls ses yeux immenses et barbouillés de larmes exprimaient toute la peine du monde. Elle regarda son frère avec admiration.

- Tu as zauvé mon Pikpik, han ... tu est un héros
- Mais non, han ... je voulais juste que tu n'ai plus de peine, répond-il
- Elle a raison ... tu est un héros, dit Lily

James tourna la tête vers Lily, qui venait de passer par dessus le cloture avec les autres filles. Il se releva, un petit sourire aux lèvres. Lily trouvais qu'il était un héros, han ! Lily lui sourit et lui prit la main, convaincue que James était un gars qui en valait la peine. Honnêtement, elle ne connaissait personne qui aurait fait ça. James fut surpris, mais il lui rendit son sourire, avant de regarder vers sa soeur. Celle-ci venait de se relever avec l'aide de Remus et tenait toujours son écureuil serré contre elle. Tout allait parfaitement bien, maintenant. James se remit alors à marcher vers le sentier, main dans la main avec Lily. Les autres les suivirent et ils poursuivirent leur route vers la grange au loin.

Amélia, qui marchait derrière avec Remus, fit à nouveau son sourire mystérieux. Elle regarda Pikpik et lâcha la main de Remus pour fouiller dans sa poche. Elle en sortie un biscuit qu'elle donna à son écureuil. Il avait parfaitement joué la comédie. C'était un écureuil très malin, son Pikpik. Il ne lui avait fallut que deux petites semaines pour apprendre à faire le mort et jouer son rôle à la perfection. Relevant les yeux vers son frère, qui entourait maintenant la taille de Lily, Amélia eu un air satisfait. Encore une fois, elle était parvenue à pièger tout le monde ...




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 19:41
Chapitre 10 : Leçon d'orgeuil


Les cris de la foule se faisaient déjà entendre derrière les portes closes du vestiaire de Griffondor. Les matchs de Quidditch avaient toujours attirés l'attention des élèves et membres du personnel, mais cette fois, on aurait dit que les cris se faisaient plus enjoués. Manifestement, la première rencontre Potter VS Potter enchantait la gallerie. James, assied sur un banc, affichait un air inquiet. Il n'avait réalisé l'impact de la première victoire de Pupuce que plusieurs semaines après, mais dès lors il avait angoissé au plus au point. Et, maintenant, le jour était arrivé où il devrait affronter sa petite soeur dans un domaine où il lui était grandement supérieur. Il allait la décevoir, c'était certain. Merlin, même ses parents étaient venus voir la partie pour cette occasion toute spéciale. James poussa un immense soupire et se leva. Étant le Capitaine de son équipe, il se devait d'encourager les troupes, ce qu'il entreprit de faire. Il regarda les Maraudeurs d'un air grave.

- Ne vous laissez pas déconcentrer par la présence de Pupuce, han .... c'est un joueur comme un autre, vous savez ? Ne vous occupez pas d'elle
- Facile à dire ... marmonne Sirius
- Harness, si tu lui envoie un Cognard dessus ... avertie James
- Mais ... s'il le faut ? demande Harness
- Envoie à côté, han ... juste la frôler, répond James

Pendant ce temps, dans le vestiaire des Serdaigles, Amélia tournait en rond au centre de la pièce. Elle était très nerveuse, surtout que ses parents étaient venus la voir. Elle désirait leur montrer qu'elle pouvait étaler son génie partout, mais en même temps elle ne voulait pas décevoir James. Son frère se croyait tellement bon, il serait déçu de s'apperçevoir du contraire. Enfin, bon ...

- Potter ? dit Chang
- Han ?
- Ne te laisse pas déconcentrer par la présence de ton frère et des autres ... ce sont des joueurs comme tout le monde
- Oui, oui, han ... répond Amélia

Le cor se fit entendre et les joueurs des deux équipes se dirigèrent vers le terrain. Ils enfourchèrent leur balai et dès que le cor se fit entendre une deuxième fois, ils s'envolèrent par la porte ouverte. Amélia survola le terrain et s'approcha des Maraudeurs en souriant. Elle leur envoya un tata enjoué, ce qui les firent sourire, et elle continua son échauffement avec les autres. Assied dans les gradins, David et Jane Potter affichaient des airs anxieux. C'était la première fois que leurs enfants s'affrontaient dans un match de Quidditch et, connaissant leurs orgeuils cela n'augurait rien de bon. Jane Potter savait qu'aucun de ses enfants n'allaient lâcher le morceau. David avait beau lui dire que James et Amélia n'irait pas jusqu'à se blesser, Jane n'en était pas aussi certaine. Le coup de sifflet se fit alors entendre et Jane serra fortement la main de son époux, regardant ses enfants avec crainte. Ça y était ...

Le Souffle fut immédiatement en possession de Serdaigle et leurs Poursuiveurs se dirigèrent rapidement vers les buts. Un d'entre eux tenta un lancé vers Peter, qui fit l'arrêt. Il relança le Souaffle à Sirius, qui s'élança à son tour vers les anneaux adverses. Il fit la passe à Remus, qui fit une vrille et passa à David. David lança dans l'anneau de droite et marqua.

- Yiiiiiiiiii, han ! crie Amélia

Elle fit de grands yeux et porta une main à sa bouche. Non, han, pas yiiii. Voyons donc, han ! Elle était contre Griffondor, cette fois ... contre son frère. Amélia se mordit alors la lèvre, pendant que le commentateur annonçait que Griffondor menait 10 à 0. La petite fille se remit à survoler le terrain, à la recherche du Vif d'Or. Malheureusement, malgré le vent qui soufflait du nord-est, elle n'avait pas pût l'attraper dans un temps record. Un Cognard lui avait effleuré la tête, alors ... Tant pis, elle devrait chercher plus longtemps. C'est ce qu'elle entreprit de faire, jetant des regards vers James, qui cherchait lui aussi. Le commentateur annonça alors un but de Serdaigle, ce qui mettais le score à 10 à 10. James jeta un regard vers sa soeur et biffurqua dans la même direction qu'elle. Ayant vu son geste, Amélia lui envoya la main en souriant et vola jusqu'à lui.

- Salut, han ... lui dit-elle
- Pupuce, on joue là, han, répond James
- Je sait, tu sait ? Dit, tu trouves pas ça excitant ? Han ? Dit ? Moi, je suis toute énervée, tu sait ? David, il a fait un beau but, han, et ...
- Oui, oui, han ... répond James

Merlin, Pupuce était en train de le déconcentrer. C'était ça son plan ? Han ? Venir cacasser à côté de lui, pour lui faire perdre la raison pendant qu'elle allait voir le Vif et l'attraper ? James marmonna et s'éloigna rapidement de sa soeur. Amélia fit de grands yeux et le suivit tout aussi rapidement. Pourquoi il se sauvait ? Han ? Elle lui parlait !

- James ? James, han ...
- Lâche moi, han ! s'exclame James
- Mais, je te parles, tu sait ? dit Amélia

James fouita et se remit à voler un peu plus vite, toujours suivie par Amélia. Jane, qui regardait ses enfants avec ahurissement, tourna le regard vers son époux, qui regardait le manège de son fils et de sa fille avec de grands yeux. Mais, à quoi ils jouaient ? Pourquoi Amélia pistait James comme ça ? Han ?

- David ? dit Jane
- Han ?
- Pourquoi Amélia suit James comme ça ?
- Je sait pas, han ... répond David

Sur le terrain, Serdaigle venait de marquer, portant le score à 20-10. James lâcha alors un juron en frappant sur son balai. Amélia, qui était revenu tout près de lui, fit de grands yeux.

- Hey, han ... tu as dit un gros mot ! C'est pas bien tu sait ?
- Pupuce, han !

James revola encore un peu plus loin, complètement déconcentré. Merlin, comment il pouvait chercher le Vif d'Or, si sa soeur le dérangeait tout le temps. C'était rendue qu'il la surveillait plus qu'il cherchait le Vif. Du coin de l'oeil, il la vit s'éloigner et soupira. Enfin ! Malgré tout, il la surveilla quelques instants, question de voir si elle avait vu le Vif, mais cela ne semblait pas être le cas. Son vol n'était pas assez rapide. Non, elle se dirigeait ... vers leurs parents ! James fit de grands yeux et vola rapidement vers sa soeur. Ho non ! Amélia s'arrêta devant ses parents, qui la regardèrent tout deux avec de grands yeux.

- James, il a dit bordel de merde, vous savez ? Han ?
- Amélia ... qu'est ce que tu fait ? Han ? Dit David
- Je te parles, han ... répond t-elle
- Cherche le Vif, han ! Tu joues au Quidditch, han ... dit son père
- Je sait ... dit Amélia en roulant les yeux
- James Potter ! dit Jane en se levant

James, qui venait d'arriver près de sa soeur, regarda sa mère d'un air innocent. Ho ho ... il lui fit alors un sourire charmant, tout en jetant un regard vers sa soeur, qui venait de s'envoler plus loin.

- Pas le temps, han ... dit James en s'éloignant
- Ne jure pas ! lui crie sa mère

James marmonna entre ses dents. Sa soeur allait lui payer .. petite rapporteuse, han ! Il vola rapidement vers elle, question de lui faire la morale, lorsque le commentateur annonça un but de Remus. Parfait, le compte était maintenant de 20-20. Il était presque parvenu aux côtés de sa soeur, lorsque celle-ci biffurqua subitement vers la droite, volant comme une Furie, penchée en avant sur son balai. James tourna le regard et vit alors ce qu'elle avait vu. Le Vif d'Or était là, tout près des gradins est. Aussitôt, il se mit à la poursuite de sa soeur, volant rapidement vers elle. Il parvint à ses côtés et lui jeta un regard de biais. Un coup d'oeil vers le Vif lui permit de constater qu'il venait de se déplacer, fonçant vers le sol. James fit de grands yeux en voyant sa soeur faire un piqué. Merlin, pour une fille qui avait peur de voler ... Il plongea alors à son tour, toujours côte à côte avec Pupuce. James regarda encore sa soeur et se risqua à la bousculer un peu. Amélia le regarda avec de grands yeux.

- Hey han ! Pousse pas ... dit-elle

Elle le poussa à son tour avant de reporter son attention sur le Vif. Celui-ci plongeait toujours vers le sol à une vitesse fulgurante. James regardait successivement sa soeur et le Vif, de plus en plus inquiet.

- Pupuce, han ... abandonne, c'est trop dangereux, dit-il
- Non, han ... dit-elle

Ils étaient maintenant qu'à quelques mètres du sol qui se rapprochait dangereusement. Dans les gradins, Jane et David Potter étaient maintenant debout, Jane portant les deux mains à sa bouche. Ils allaient se tuer tout les deux !




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 19:44
David Potter était livide et regardait ses enfants avec un air terrorisé. Merlin, Jane avait eu raison. Ils n'allaient pas lâcher le morceau ni un ni l'autre. Des entêtés orgueilleux voilà ce qu'étais ses enfants. Il vit sa fille tendre la main vers le Vif, imité par James. Ils étaient maintenant tout près du sol. James regarda à nouveau vers sa soeur, qui affichait un air concentré. On aurait presque dit qu'elle lisait un livre compliqué.

- Pupuce ... Pupuce on va s'écraser, han ... remonte, remonte ! dit James
- Tu dit ça juste parce que tu veux gagner, han ... je le sait, tu sait ? Han ? réplique Amélia

La jeune fille se pencha un peu plus sur son balai et tendit un peu plus la main vers le Vif. James fit de même, le regard fixé sur le Vif d'Or et la main de sa soeur. Alors que le sol n'était plus qu'à un mètre d'eux, les enfants Potter refermèrent la main en même temps sur le vif et ... s'écrasèrent tout deux au sol. Jane Potter poussa alors un cri à réveiller les morts et se précipita vers les escaliers des gradins. Ses bébés, ses bébés étaient morts ! L'arbitre siffla la fin de la rencontre et un silence de mort se fit entendre dans le stade. Tout les yeux étaient rivés sur James et Amélia Potter, étendus au sol main dans la main et parfaitement immobiles. Les trois autres Maraudeurs atterrirent et se précipitèrent vers eux, pendant que Lily descendait des gradins en trombe.

- Cornedrue, Pupuce ! Ho non ! dit Peter en s'agenouillant près d'eux
- Princesse ... Princesse, réponds moi ! dit Remus
- C'est pas vrai, c'est pas vrai ... dit Sirius
- Jaaaammmeessss ! hurle Lily en courant vers eux
- Mes bébés, mes bébés ! hurle Jane en courant aussi sur le terrain

Toujours immobiles, James et Amélia étaient livides. Toutefois, ils respiraient toujours, leurs visages couverts de sable. Dumbledore arriva enfin, accompagné de Mme Pomfresh qui observa aussitôt les blessés. Le vieux mage se pencha sur les enfants Potter et, délicatement, ouvrit leurs mains réunies. Au milieu d'elles se trouvaient le Vif d'Or. Dumbledore le prit et se redressa, regardant l'arbitre.

- Égalité ... ils ont attrapés le Vif ensemble

Pendant que James et Amélia étaient installés sur des brancards, leurs mains encore à demie réunies, le commentateur annonça :

- Les Potter ont attrapés le Vif d'Or ... égalité 170-170. Du jamais vu, mes amis !

La foule se mit alors à applaudir dans un même mouvement. Sur les brancards qui les portaient hors du stade, Amélia et James ouvrirent les yeux. Ils gémirent et se regardèrent tendrement. James serra la main de sa soeur, qui lui sourit, les larmes aux yeux. Le jeune homme lui rendit son sourire et referma les yeux. Il avait maintenant un tout nouveau respect pour sa petite soeur et un lien encore plus indestructible venait de se créer entre eux, établissant les bases d'un sort futur ... un sort qui allait relier leurs destinées à jamais.




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 19:51
Chapitre 11 : Un félin pas ordinaire


Un mois s'était écoulé depuis le fameux match entre la fratrie Potter et tout le monde en parlait encore. Amélia avait acquis une notoriété autre que celle de la génie qui connait tout et son cercle d'amis avait considérablement augmenté. Ce qu'un match de Quidditch pouvais faire ! Toutefois, elle demeurait fidèle aux Maraudeurs, avec qui elle passait la plupart de son temps.

La jeune fille, maintenant guérie de ses blessures, se dirigeait vers le bureau du Professeur McGonagall, afin de poursuivre son entraînement d'Animagus. Elle s'était énormément amélioré depuis septembre, à la grande fierté de Minerva. Celle-ci n'avait jamais vu une personne performer si rapidement. En six mois, Amélia était parvenu à métamorphoser ses bras et ses jambes en pattes et ses oreilles, ainsi que son nez. Habituellement, cela prenait au moins un an pour obtenir ce genre de résultats. Minerva McGonagall était donc très satisfaite de son élève et croyait sincèrement qu'elle allait accomplir sa transformation complète très bientôt. Lorsqu'on frappa convulsivement à sa porte, elle n'hésita pas une seconde à donner la permission d'entrer.

- Entrez, miss Potter
- Bonjour, Professeur han ... dit Amélia en entrant

Minerva sourit à son élève et se leva de derrière son bureau. Elle avait aussi hâte de commencer que son élève. L'entraînement d'Animagus la stimulait énormément, étant le type de métamorphose qu'elle préférait. Se transformer en animal procurait tellement de liberté. Le Professeur se plaça donc devant son élève et la regarda par dessus ses lunettes.

- Vous êtes prête ? dit-elle
- Oui, han ... je commence ? répond Amélia
- Oui, allez-y

Amélia prit une profonde inspiration et se concentra. Cette fois, contrairement au mois de Septembre, elle n'afficha pas d'air constipé, prenant plutôt un air calme et concentré, un peu comme quand elle écoutait en cours. Elle imagina qu'elle était un puma, que ses bras, ses jambes et tout son corps était celui du félin gracieux. Elle était un puma, elle le sentais en elle ... elle voulait courir, courir et bondir très haut dans le ciel. Lentement, quelques parties de son corps se métamorphosèrent. D'abord ses bras, puis ses jambes ... son nez et ses oreilles ... le puma prenait possession d'elle. Elle n'était plus une petite fille, non ... elle était l'animal qui battait en elle. Amélia se concentra sur ces sensations pendant de longs instants, puis regarda le Professeur McGonagall, qui la regardait en souriant.

- Roar ?

Amélia fit de grands yeux. Elle avait fait roar ? Han ? Elle avait bien fait roar ? Elle se regarda subitement et vit que son corps était celui d'un félin ... ses pattes était des pattes, han ! Elle ... elle avait réussit ? Han ? Amélia se mit soudain à tourner sur elle-même, comme le ferait un chien courant après sa queue. Elle voulait voir ses fesses, han ! Elle voulait voir si elle avait une queue.

- Roar, roar,roar,roar,roar,roar,roar,roar ? Roar ?

Minerva ne put s'empêcher de rire. Le spectacle était somme toute très drôle. Elle regarda son élève tourner sur elle-même pendant quelques instants, s'appuyant contre son bureau. Elle essuya ses yeux et remit ses lunettes en place.

- Miss Potter ...
- Roar ?
- Votre transformation est complète

Amélia fit de grands yeux et se mit à bondir sur place en poussant des roar roar. Elle était énervée, han ! Elle avait réussit, yiiiiiiiii ! Elle cessa de bondir et couru vers la porte ... mais elle était fermée, han ! Machinalement, elle tendit la main vers la poignée ... mais elle avait une patte, maintenant. Roar roar roar, dit-elle ... en fait, elle riait, mais bon, comment savoir ? Un puma n'est pas supposé rire, han. Minerva se dirigea vers la porte, mais avant qu'elle n'ai put l'atteindre, Amélia avait métamorphosé sa patte en main, avait ouvert la porte, était sortie, avait re-métamorphosé sa main en patte et s'était remise à courir dans le couloir. Minerva sourit et alla refermer la porte de son bureau, espérant que personne n'allait paniquer en voyant un puma dans les couloirs de l'école. Elle retourna donc à son bureau et écrivit une lettre au Ministère de la Magie, les informant d'un nouveau Animagus en circulation.

Effectivement, la présence d'un puma ne passa pas inaperçu et plusieurs élèves hurlèrent en le voyant. Amélia, ne s'en préoccupa pas et continua à courir rapidement dans les couloirs, bondissant par dessus les obstacles. Jamais elle n'avait couru aussi vite ni sauté aussi haut. Merlin, ce qu'elle se sentais bien ! Elle couru comme ça jusqu'au hall d'entré, passant entre les jambes d'un septième année, et s'enfuie à toutes pattes vers le Lac. Yiiiiiiii ! Lorsqu'elle fut presque arrivée, elle fit un bon magistral vers une haie de cèdre et entra rapidement dedans. Ainsi camouflée par le feuillage, elle avait une vue superbe sur le parc. Agitant la queue doucement, les yeux lumineux, elle fit un sourire de puma et attendit. Ils allaient bientôt arriver ... ils venaient tout le temps au Lac à cette heure là. Elle n'eut pas à attendre longtemps que le son de leur voix se firent entendre. Tournant son regard félin vers l'endroit en question, Amélia fronça les sourcils. Mais, où ils étaient ? Han ? Elle entendait leur voix, mais ne les voyaient pas. Pourquoi ils avaient prit la cape d'invisibilité ? Han ? Zut, alors ! Soudain, ils apparurent, marchant lentement vers le Lac. Amélia poussa un léger roar incompréhensif, avant de rouler les yeux. Ha oui ... elle était un puma. Il était normal que son ouïe soit plus développé, les félins avaient de bonnes oreilles. À mesure qu'ils se rapprochaient, Amélia se redressait lentement, fixant son regard sur James. Hihihi, ce qu'elle allait s'amuser !

- C'est idiot ... comment un puma aurait put entrer dans l'école ? dit James
- Je sait pas ... il n'y en a pas dans la forêt interdite, dit Sirius
- On devrait peut-être entrer ... ce n'est pas prudent, dit Remus
- Lunard, han ... tu ne vas pas croire ce que dit Wilson tout de même ! C'est un menteur ... dit James

Ils se rapprochaient de plus en plus de l'endroit où se tenait Pupuce, qui agitait de plus en plus la queue. Elle ne détachait pas son regard de James et, lorsqu'il fut près de la haie, elle campa ses pattes arrières et bondit sur lui.

- Roooooaaaaarrrrrr !
- HAAAAAAAAAA ! Hurle James

Amélia atterit droit sur le torse de son frère, qui tomba à la renverse sur le sol. Il se débattait, mais elle le plaqua au sol de ses pattes, poussant des roar menaçants. James hurlait en tentant d'attraper sa baguette, pendant que les Maraudeurs, d'abord sous le choc, sortaient les leurs rapidement. Les voyant faire du coin de l'oeil, Amélia se métamorphosa dans sa forme originel et leur fit un immense sourire.

- Salut, han !
- Pupuce ! dit Sirius d'un ton tremblant
- Yiiiiiiiiii ! s'exclame Amélia

La petite fille se leva d'un bond et se mit à sautiller dans tout les sens, poussant des yiiii heureux. Elle leur avait fait peur, elle leur avait fait peur ! Ce qu'elle était contente ! Elle se retransforma en puma et continua à sauter sur place, cette fois en poussant des roar énervés. James, qui avait presque fait dans son pantalon, s'assied au sol en regardant sa soeur avec de grands yeux. Dingue ... elle était dingue. Légèrement tremblant, il se releva et croisa les bras.

- Pupuce, on aurait put te lancer un sort et te faire mal, la gronde t-il
- Roar roar roar roar roar roar roar roar roar roar roar roar roar. roar ? roar roar roar roar ?
- Pupuce, on parle pas le puma, dit James
- Vous avez vu, je me suis transformer en puma, han. Ça m'a juste prit six mois, vous savez ? Han ? Le Professeur McGonagall est toute contente, han, je vous avait pas dit c'était quoi mon animagus, han, parce que je voulais vous faire la surprise et vous savez pourquoi je suis un puma ? Dites ? Han ? Parce que les puma chassent les cerfs, han ... ils les traquent et tout ça, alors mon animagus est relié avec celui de James, parce que moi je l'aime James, han, c'est mon frère et mon idole, alors je le poursuit et ...
- Je pense que j'aime mieux la version roar roar, dit Sirius

Les Maraudeurs éclatèrent de rire et se transformèrent en animagus. Amélia cessa aussitôt de parler, fit un immense sourire et se transforma en puma. Elle sautilla sur place quelques instants, avant de les suivre gaiement pour aller au lac. Un spectacle étrange que de voir un homme marcher entre un chien, un cerf, un rat et un puma.




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 19:59
Chapitre 12 : Écoutes moi, han !


Doucement, le mois de février prit place et les coeurs s'échauffèrent à l'approche du Printemps. Cupidon, patron des amoureux, avait déjà commencé son travail sur les élèves de Poudlard et plusieurs se baladaient lentement, mains dans la mains et sourires aux lèvres. Parmi ceux-ci, Peter Pettigrow et Kym Valérate se dirigait vers le lac. Le pauvre Peter semblait totalement désemparé et tentais du mieux qu'il le pouvait de ne pas avoir l'air trop tapon. Il sortais avec Kym depuis les fêtes, depuis que Pupuce était parvenue à faire plier Eve, en fait. Comme ''promis'' à Pupuce, il avait prit tout le courage qu'il avait en lui, c'est à dire pas beaucoup, afin d'embrasser la jeune fille. Il avait été agréablement surpris de constater qu'elle répondait à ce baisé et qu'il lui plaisait tout autant qu'elle lui plaisait. Peter était depuis lors avec Kym, qui avait insisté auprès de ses parents pour changer d'école, ce qui fut fait. Il faut dire que Kym Valérate était enfant unique et donc assez enfant gâtée. Tout ce qu'elle désirait, ses parents lui donnait. Ils marchaient donc vers le Lac, Peter ayant une attitude quelque peu constipée et Kym affichant un merveilleux sourire. Pour une rare fois, ils étaient seuls ensembles et la jeune fille comptait bien en profiter. Ils étaient presque parvenus au Lac Noir, lorsqu'une voix se fit entendre derrière eux.

- Peter, Peter, han ! Peeeettteerrrr, c'est moi, tu sait ? Youhou, Peter, han ! crie Amélia
- Ho non, pas elle ... murmure Kym
- Pupuce est pas méchante ... dit Peter en se retournant

Pupuce courrait très rapidement vers eux, tellement que Peter eu peur qu'elle leur entre dedans. Mais non, la petite fille freina à quelques centimètres d'eux et les regarda en souriant fièrement. Ce qu'elle était heureuse pour Peter ! Il allait peut-être avoir l'air moins nerveux. Elle regarda alors Kym, qu'elle estimait beaucoup parce qu'elle était la cousine de Eve et lui envoya la main.

- Salut Kym ... ça va ? Han ?
- Ouais ... dit Kym en boudant un peu
- Peter ? Han ? Dit ? Peter ? dit Amélia en reportant son attention sur le jeune homme
- Quoi ? dit Peter

Amélia ne dit rien, mais se dirigea vers un banc sur lequel elle s'assied vivement. Elle regarda alors Peter en souriant et tapota la place à côté d'elle. De tout les Maraudeurs, hormis Remus, Peter était le seul qui l'écoutais vraiment. Peut-être parce qu'il n'avait pas assez de courage pour lui dire de cesser de parler ? Ou parce qu'il n'osait pas partir ? En tout les cas, Peter l'écoutais tout le temps jusqu'au bout. D'accord, depuis le fameux match de Quidditch, James et Sirius l'écoutais un peu plus, mais pas autant que le silence de moine de Peter. Le jeune homme jeta un léger regard vers Kym, indécis. Il n'avais jamais été très doué pour les décisions ... c'était les autres Maraudeurs qui s'occupaient de ça et lui suivait. Mais là, il était tout seul et il devait choisir quoi faire. Hésitant, il avança vers Pupuce et s'assied à côté d'elle, sous le regard las et légèrement frustré de Kym qui vint le rejoindre. Elle voulait être toute seule avec lui, elle ! Mais, elle ne connaissait pas autant Pupuce que Peter, qui savait que s'il n'écoutais pas, il l'aurait sur le dos pendant deux semaines. Par conséquent, il valait mieux se débarasser de la corvée tout de suite.

- Peter ? dit Amélia
- Arrêtes de dire son prénom et dit ce qu'il y a, à la fin ! s'exclame Kym

Amélia se pencha un peu pour regarder la jeune fille et lui fit un air professoral. Elle leva la main et fit un geste signifiant de respirer par le nez.

- Yo, han ... les nerfs, Kym ... tu est stressée, tu sait ? Han ? Tu devrais prendre une Potion Relaxante, han ... ça te ferait du bien

Sur ce, Amélia se radossa au banc, pendant que Kym rouspetait, et elle reporta son attention sur Peter, toute souriante. Elle avait tant de trucs à lui raconter, han ! Ça allait prendre des heures et des heures ... des heures pendant lesquelles une personne allait l'écouter sans l'interrompre. Yiiiiiii ! Peter regardait sommairement Amélia, prêt à laisser son esprit divaguer ailleurs dès qu'elle ouvrirait la bouche. Il toucha légèrement le bras de Kym, qui lui prit la main, comme pour le supporter dans cette épreuve maléfique. Amélia regarda Peter, s'assura de son attention, puis commença son récit.

- Tu sait ce qui m'est arrivé ? Han ? Dit ? Je vais te raconter ça, han. Je me promenais dans le couloir sud, tu sait, han, près de la salle de cours de Métamorphose, quand soudain ... j'ai vu, mais sans le vouloir, tu sait ? Han ? J'espionne pas, tu sait ? Han ? J'ai vu Dumbledore en train d'embrasser le Professeur McGonagall, han ... avec la langue et tout le reste, han. Je savait qu'ils étaient mariés, mais ça fait quand même tout drôle, tu sait ? Han ? Dit ? En tout cas, han .. tu sait ce que j'ai fait ? Han ? Dit ? J'ai fermé les yeux et j'ai marché dix pas, han ... j'ai compté dans ma tête, tu sait ? Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, oups ... une statue, han, je l'ai contourné, han, huit, neuf et dix, han ... et ensuite j'ai ouvert les yeux et j'ai continué ma route, han. C'est que je voulais pas voir, tu sait pourquoi ? Dit ? Han ? Parce que je sait que de l'intimité, c'est important, han ...

Peter resta légèrement estomaqué en entendant ce que Pupuce racontait. Dumbledore et McGonagall s'embrasser ? Beurk ! Il ne voulait même pas y penser. Il regarda alors Kym, qui regardait Amélia d'un air bouche-bée. Malgré qu'elle ai passé une semaine dans la grange avec la petite fille et les autres, elle n'était pas encore habituée à entendre parler sans cesse. Tournant le regard vers Peter, elle lui fit un air genre : elle se taie jamais ?, ce sur quoi Peter haussa légèrement les épaules. Oui, Pupuce se taisait parfois ... mais il ne valait mieux pas. Lorsque Amélia parla d'intimité, Kym eut un léger rire et croisa les bras.

- Justement ... ça te dérangerais beaucoup d'aller voir ailleurs si on y est ?
- Kym ... dit Peter en la regardant
- Pourquoi ? Han ? Vous êtes pas ailleurs, tu sait ? Vous êtes ici et ... hooooooo

Amélia fit de grands yeux et se leva d'un bond. Elle les regarda en souriant d'un air coquin, se dandina sur place, fit un clin d'oeil à Peter et tourna les talons. Elle se mit alors à courir à toute vitesse vers le château. Elle allait chercher James, Sirius et Remus pour leur raconter tout ça. Ils devaient être à la Salle des Maraudeurs ... quoique depuis qu'ils avaient des copines, ils y allaient moins souvent. Mais, ce n'était pas grave. Elle allait les trouver, c'était certain ! Elle connaissait tout leurs secrets, toutes leurs cachettes ... Resté seul avec Kym, Peter la regarda en souriant un peu. La jeune fille se pencha alors vers lui et leurs lèvres se touchèrent dans un tendre baisé. Nul ne savait alors que Peter, ce jeune homme si à l'écoute de Pupuce, si timide et prévenant, allait succomber à la pire des traitrise ... celle de l'amitié.




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 20:09
Chapitre 13 : Un joyeux anniversaire


En cette belle journée de début mars, Amélia se hâtait de sortir de son cours de Potions. Pour une rare fois dans sa vie, elle avait attendu la fin d'un cours avec une impatience toute Maraudesque. En fait, elle se languisait que le cours se termine et ne cessait de regarder sa montre magique en soupirant, se dandinant légèrement sur place. Par conséquent, une fois que le Professeur Slughorn leur donna l'autorisation de quitter, la petite fille s'était presque précipitée sur la sortie. Elle marchait maintenant rapidement dans les couloirs, en direction du hall d'entrée. Pourquoi tant de hâte ? Tout simplement parce que nous étions le 10 mars et que c'était l'anniversaire de Remus. Le seul problème, c'était qu'elle n'avait pas encore reçu son cadeau et que le vendeur de chez Harrison lui avait assuré qu'il serait là dans la matinée. Le vendeur était donc mieux de ne pas lui avoir menti, sinon il aurait un puma aux fesses !

Voilà donc Amélia qui sortais maintenant du château et qui se mit à courir à toute vitesse en direction du sentier menant au Préaulard. En guise de précaution, elle se métamorphosa en puma tout en continuant de courir. Il ne fallait quand même pas que Rusard la voit partir. Après tout, il ne s'agissait pas d'une journée de sortie et elle n'avait pas le droit de se rendre dans le village sorcier. Le puma courrait donc à toute vitesse, un sac à dos sur le dos et ses muscles puissants fendant l'air. Il ne lui fallut que quelques minutes pour parcourir la distance la séparant de Préaulard et Amélia se retransforma en humain. Regardant autour d'elle, elle replaça ses tresses en souriant et gambada jusque chez Harrison. Poussant la porte elle entra dans la boutique et se dirigea immédiatement vers le vendeur.

- C'est arrivé ? Han ? Dites ? Vous l'avez ? demande t-elle en affichant un air averti
- Oui ... vous allez être heureuse Miss ... elle est magnifique

Le commerçant sourit à la jeune fille et sortie alors un coffret de sous son comptoir. Avec délicatesse, il ouvrit le tout et Amélia put admirer un magnifique pendentif orné d'une croix splendide et brillant de milles feux. Il s'agissait de la Croix de Chevalier, un puissant talisman qui déclenchait automatiquement un sort de protection dès que le porteur était attaqué et, par le fait même, l'avertissait de l'agression. Doté de pouvoirs magiques considérables, ce talisman se rechargeait à chaque pleine lune, ce qui ajoutais au charme de l'objet. Les yeux brillants, Amélia tendit la main vers la croix qu'elle caressa du bout des doigts. Avec ça, elle était assuré que Remus ne courrait plus aucun danger ... pas qu'il le soit vraiment, mais on ne savait jamais.

- Magnifique, n'est ce pas ? demande le vendeur
- Oui, han ... répond doucement Amélia
- Ça fera 32 Gallions ...

Trente deux Gallions ... une véritable fortune, mais rien n'était trop beau pour son preux chevalier à elle. Lentement, Amélia sortie sa bourse de son sac et en sortie toute ses économies. La petite fille amassait son argent depuis au moins trois ans, afin de s'acheter une cape d'invisibilité comme celles de James. Mais, elle allait tout dépenser pour Remus ... Elle déposa alors les trente deux Gallions sur le comptoir, remettant les six Mornilles qui lui restait dans sa bourse avant de la ranger. Le commerçant lui fit alors un emballage cadeau, lui remit le talisman et la remercia de son achat. Amélia lui rendit son sourire et sortie de la boutique, son sac sur le dos. Aussitôt, elle redevint un puma et couru vers Poudlard. Encore une fois, rendue sur place elle redevint une petite fille et entra dans l'école, direction la Salle des Maraudeurs.

Elle avait si hâte de remettre son cadeau à Remus qu'elle couru presque jusqu'à la salle. Elle jeta des regards furtifs autour d'elle, se mordit un peu la lèvre, puis appuya sur le bras de la statue. Le pan de mur s'ouvrit et se referma dès qu'elle eu traversée. Depuis qu'elle fréquentais la Salle des Maraudeurs, les lieux étaient somme toute agréables. Les toiles d'araignées avaient disparue du couloir, qui était maintenant bien éclairé. Pour ce qui était de la salle elle-même, les Maraudeurs avaient refusé systématiquement la mise en place de rideaux et de bibelots, mais au moins le tout était propre. Aux yeux de Amélia, c'était déjà un bon début ! Souriante, elle se dirigea donc vers la pièce et y entra d'un bond enjoué.

- Salut, han ! lance t-elle
- Salut Pupuce, han ... dit James en la regardant
- Tu en a mit du temps ... on allait te chercher, dit Sirius
- Vous étiez inquiets ? Han ? demande Amélia d'un ton tout tendre
- Non, non ... voulais juste empêcher les gens à qui tu parlais de devenir fous, rétorque James

Haussant les épaules, Amélia se dirigea vers Remus, qui la regardait en souriant. D'un bond, elle vint le rejoindre sur le divan et lui fit immédiatement un gros calin en le bécotant partout. Évidement, cela ne plut pas vraiment aux autres et on entendit des marmonnements étouffés. D'accord, ils étaient super heureux que Pupuce et Lunard soient ensemble et tout ça ... mais ils avaient encore un peu de difficulté à admettre que leur Pupuce était amoureuse. Amélia regarda alors Remus dans les yeux et le couvrit d'un air remplit de tendresse, une tendresse qu'on ne retrouvais que dans le coeur des âmes pures.

- Bon anniversaire, mon Remus, han ... murmure t-elle
- Merci Princesse ... lui répond Remus doucement

Il était maintenant majeur et, officiellement, leur relation était maintenant considérée comme un détournement de mineure. Toutefois, ni Amélia ni Remus ne s'en préoccupais. Ils s'aimaient et à leurs yeux c'était tout ce qui comptait. Toutefois, Remus devait avouer que, pour une fois, sa condition de Loup-Garou lui était fort utile. En effet, si quelqu'un tentais de l'accuser de détournement de mineure, il allait pouvoir s'en tirer avec le fait que Amélia était sa louve. Selon les lois en vigueur, ces détails étaient conscentis aux Lycanthropes, pourvu qu'ils puissent en apporter les preuves. Ne se quittant pas du regard, les deux amoureux se dévoraient des yeux, se souriant tendrement. Les Maraudeurs se jetèrent des coups d'oeils et James se décida à intervenir.

- Ahem ... toussotte t-il
- On vous déranges ? demande Sirius
- Han ? dit Amélia sans quitter Remus des yeux
- J'aurais dut lui acheter une boite de préservatifs ... dit Sirius

Aussitôt Amélia détacha son regard de Remus, afin de regarder Sirius avec de grands yeux. Celui-ci éclata de rire et s'assied sur la petite table basse, tendant son cadeau à Remus. Amélia regarda la boite d'un air suspicieux. Elle n'était vraiment pas certaine qu'elle désirait vraiment que Remus déballe ça ... si ce n'était pas des préservatifs, ça pouvait être n'importe quoi d'autre, de la pompe à pénis aux tenues sexy en lycra. Remus, confiant, tendit la main et prit le cadeau, remerciant son ami de son attention. Sous les airs suspect de Amélia, il ouvrit la boite pour découvrir une nouvelle version de son roman préféré, une charmante attention de la part de Sirius. Soulagée, Amélia soupira, puis vint le tour du cadeau de Peter, qui lui offrit une boite de chocolat. Finalement, James tendit une boite dans laquelle se trouvais un ensemble pour nettoyer les baguettes. Lorsque tout fut offert, Amélia retira son sac à dos de sur elle et en détacha les lacets afin de sortir le précieux présent. Elle fit un immense sourire à Remus et lui tendit affectueusement.

- Merci, mon amour ... dit Remus en prenant le paquet

Il lui sourit et secoua un peu la boite. Un drôle de bruit lui parvient et il fronça les sourcils. Ça ne ressemblait pas du tout à un bruit de livre contre du carton. Pourtant, il croyait vraiment que Amélia lui donnerait un livre, probablement très intellectuel. Intrigué, il lui sourit à nouveau et détacha l'emballage cadeau avant d'ouvrir délicatement la boite. Il resta stupéfait devant la vision qui s'offrait à lui. Une croix somptueuse en or et sertie de pierres précieuses, montée sur une chaine en or. Avalant sa salive, il releva les yeux vers Amélia, croisant les regards tout aussi stupéfaits de ses amis.

- Princesse ... murmure t-il
- Tu sait ce que c'est ? Han ? Dit ? Tu le sait ? demande Amélia

La petite fille sautillait à genoux sur le divan, les mains jointes et souriant aux anges. Remus était tout ému ... yiiiii ! Elle lui sauta alors au cou, sautillant toujours, et l'embrassa plusieurs fois sur la joue, avant de se redresser et de le regarder avec des yeux lumineux.

- Tu le sait ? Han ? Répond, han ... les Chats Maringos t'on mangés la langue ? C'est ça ? Han ?
- C'est une croix ... dit Peter
- Pas n'importe quelle croix, han ... c'est la Croix de Chevalier ... et tu sait à quoi ça sert ? Han ? C'est une croix magique, han ... si quelqu'un attaque Remus, la croix fera automatiquement un sort de protection, han ... Remus sera donc avertie et pourra se défendre ... comme ça, plus personne ne pourra l'attaquer dans le dos et tout ça, han ... plus personne pourra jamais blesser mon loup à moi, han !

Amélia poussa un yiiiiiiii et se précipita encore dans les bras de Remus, le serrant fortement contre son coeur. Ému par l'attention de Amélia, Remus ferma les yeux tout en la pressant contre elle. Ce qu'il pouvait l'aimer ... Ouvrant les yeux, il la regarda tendrement, avant d'attacher la croix à son cou. Plus jamais elle n'allait le quitter, lui assurant une protection efficace. Doucement, il déposa un tendre baisé sur les lèvres de Amélia, pendant que les Maraudeurs quittaient la pièce en silence. Ils savaient que Pupuce avait dépensé toutes ses économies dans ce cadeau, se privant de quelque chose dont elle rêvait depuis longtemps ... alors ça valait bien qu'ils la laisse seule avec Remus. Un amour aussi puissant valait la peine d'être approuvé.




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 20:18
Chapitre 14 : Supplice


La brise soufflait doucement entre les branches d'un bosquet de buisson et le soleil nimbait ses rayons de plus en plus chaud, sur les eaux du Lac Noir. Tout était paisible dans le parc de Poudlard, la plupart des étudiants étant occupés à faire leur bagages pour les vacances de Pâques. Un spectateur en ces lieux aurait put dire que l'endroit dégageait une envie générale de bien-être et de détente, mais pourtant ... pourtant un soupçon d'angoisse traînait son essence. Un léger mouvement se fit alors dans le bosquet et des murmures s'en soulevèrent.

- Elle est où ? Han ? murmure James
- J'sait pas ... j'ose pas regarder, dit Peter
- C'est toi le plus petit ... vas voir, dit Sirius

Peter soupira légèrement et se métamorphosa en rat. Lentement, il avança sous les branches et sortie le bout de son nez du buisson. Tremblant, Peter observa le parc de ses yeux perçants et ne vit rien du tout. Il se sentie pousser dans le derrière et émit un léger couinement avant de sortir de sa cachette. Il n'en fallut guère plus pour qu'il subisse une attaque énergique.

- Rooooaaarrrrr !

Amélia sauta sur Peter, qui tenta en vain de se sauver. Amélia l'avait prit entre ses doigts de pattes, ses griffes s'enfonçant dans la terre. Le puma qu'elle était baissa la tête vers le rat et posa son immense nez sur celui minuscule du rongeur. Émettant un nouveau roar sonore, Amélia plongea ses yeux de félin dans ceux de Peter, bougeait la queue comme si elle s'apprêtait à jouer avec lui avant de le dévorer tout rond. Sous elle, le pauvre Peter n'osait plus bouger et jetais des regards furtifs vers le buisson où sortais maintenant des oua oua enjoué. Transformé en chien, Sirius bondit et sauta sur Amélia, lui mordillant l'oreille. Aussitôt, elle poussa un roar et se débattie, renversant Sirius et se bataillant avec lui. Il allait bien voir ! Amusé, James sortit aussi du buisson pendant que Peter reprenait sa forme humaine.

- Elle a fa ... faillit me manger ! dit-il
- Mais non ... dit Sirius en riant
- Faut se sauver ! Patmol, vite, han ! dit James

James et Peter se mirent à courrir, se transformant pour aller plus vite, suivit de Sirius. Amélia se redressa sur son séant et les regarda en souriant largement, toujours sous sa forme de puma. Ils se sauvaient, han ? Ils n'iraient pas bien loin ! La jeune fille se mit alors à leur courir après, bondissant par dessus les bancs et se dirigeant vers le Saule Cogneur. Visiblement, ils avaient l'intention d'entrer dans le tunnel secret, croyant qu'elle allait être prise à l'extérieur. Elle augmenta la vitesse de sa course alors que Peter appuyait sur le noeud de la racine. Elle les vit entrer dans le passage et la main de ... James ? sortie du trou pour réappuyer sur le noeud. Amélia cessa donc sa course à quelques mètres du Saule Cogneur qui agitait ses branches énergiquement. Par le trou, elle pouvait voir les visages amusés des Maraudeurs, qui se marraient comme des phoques.

- Oua oua oua ... On t'a eu, Pupuce ! dit Sirius
- Ouais ! Comment tu vas faire pour nous manger ? dit Peter
- Pupuce est dehors, Pupuce est dehors, les Maraudeurs sont les meilleurs, han ... chantonne James

Amélia émit un léger fêlement, avant de se relever, observant toujours son frère et ses amis. Ils pensaient vraiment qu'elle allait se laisser battre comme ça ? Han ? Elle releva la tête vers les branches du sol et attendit sans bouger. Fronçant les sourcils, James cessa de chantonner et regardait sa soeur avec un air suspiçieux. Pourquoi elle regardait les branches fixement comme ça ? Han ? Il y avait quoi de particulier ? James se mit alors sur la pointe des pieds et sortie un peu la tête du trou, regardant les branches du Saule.

- Qu'est qu'y a, han ? dit-il
- J'sait pas ... peut-être un truc de génie, dit Sirius
- Un piège ... c'est un piège, dit Peter
- Mais non ... tu vois des pièges partout, Queudver, dit Sirius

Le jeune homme sortie la main par le trou et fit un tata à Pupuce, question de l'asticoter un peu plus. Mais, il avait beau lui dire qu'elle était gogole, Amélia ne bougeait toujours pas, regardant les branches avec une extrême attention. Par conséquent, même Sirius fut intrigué et il se mit aussi à regarder les branches en se tordant le cou.

- Elle veux encore nous faire marcher ... dit Sirius
- C'est ça que je disait ... dit Peter
- N'empêche, je suis un peu inquiet, han ... dit James

Ils ne devaient pas prendre de chance. Et si, cette fois, Pupuce était vraiment en danger ? James sortie donc la main et appuya sur le noeud, faisant immobiliser le Saule Cogneur. Les Maraudeurs observaient toujours Amélia, qui ne bougeait toujours pas. Non ... non, elle n'avais pas l'air d'attendre qu'ils le fasse arrêter, pour courir vers eux. Ce coup-ci, ça avait l'air sérieux ... Jetant un regard angoissé vers les autres, James sortie du passage et couru vers sa soeur. Derrière lui, Sirius allait s'extirper du trou, lorsqu'il fit de grands yeux. Pupuce venait de bouger le bout de sa queue !

- Cornedrue, reviens ! crie Sirius
- Han ? dit James en se retournant
- Roooaaaaarrrrr !

James fit de grands yeux et tourna les talons afin de revenir à toute vitesse vers le passage secret. Ho non ! Il pouvait entendre le bruit des pattes de sa soeur sur la pelouse. Elle était qu'à quelques centimètres de ses fesses ! James plongea alors vers le passage, en hurlant à Sirius d'appuyer sur le noeud. Il déboula jusqu'à bas, directement dans le trou, salissant ses vêtements par le fait même. Lorsqu'il releva la tête, ce fut pour voir les grands yeux expressifs de sa soeur, qui le regardait en souriant.

- Je t'ai eu, han ! s'exclame t-elle joyeusement
- Pas vrai ... bougonne James
- Oui, han c'est vrai ... je t'ai encore attrapé, tu sait ?
- Pas le droit de nous berner ... dit Sirius
- Pas de ma faute, han, si vous n'êtes pas assez vite pour savoir que je vous berne, tu sait ?

Amélia se releva, agitant les pans de sa jupe de Poudlard, afin d'en retirer la terre. Aussitôt fait, elle s'enfonça dans le couloir souterrain, sous les yeux exaspérés des Maraudeurs. Les jeunes hommes la suivirent, s'assurant de la garder à l'oeil, et ils parvinrent tous sous la trappe menant à la Cabane Hurlante. Remus s'y trouvais, se reposant de sa première nuit de Pleine Lune. Évidemment, Pupuce et les Maraudeurs avaient passé toute la nuit avec lui, l'accompagnant dans sa tourmente. Enfin, sa tourmente ... depuis que Amélia demeurait avec lui, Lunard était beaucoup plus calme dans ses transformation, comme si la présence de sa louve lui apportait un certain réconfort. La seule chose embêtante, c'était qu'il devenait parfois véritablement obsédé et que les Maraudeurs devaient lui bloquer l'accès à Amélia. En parlant de Amélia elle sautais maintenant vers la trappe, s'attrapant aux rebords avec ses mains. Comme elle gémissait en tenant de grimper, Sirius lui fit la courte échelle afin de lui permettre d'entrer dans la cabane. Cependant, contrairement à ses habitudes, il ne tenta pas de regarder sous la jupe, tournant prudement la tête. Il s'agissait de Pupuce, pas de n'importe quelle fille. Lorsqu'elle fut entrée, les jeunes hommes la suivirent et ils se retrouvèrent tous dans le refuge de Remus.

- Remus ? dit doucement Amélia

Aucune réponse ne lui parvint. Toutefois, des traces dans la poussière lui indiquait que Remus s'était traîné sur le sol, afin de monter les escaliers. Le coeur en miettes, Amélia monta à son tour à l'étage et se rendit dans la seule chambre de l'endroit. Elle y trouva Remus, couché sur le sol dur à quelques mètres du lit. Le jeune homme n'avait pas eu la force nécessaire pour s'y rendre et s'y étendre. En quelques bonds, Amélia fut à ses côtés et s'agenouilla près de lui, caressant doucement ses cheveux et le regardant d'un air attristé. La jeune fille tourna la tête vers les Maraudeurs, qui venaient de franchir le pas de la porte.

- Il faut le mettre dans le lit, han ... le zol est tout dur et zale ... aidez moi, d'accord ?

Affichant des airs graves, James et Sirius s'avancèrent et prirent Remus sous les bras, chacun de leur côtés. Pendant ce temps, Peter prenait son ami par les jambes et ils le soulevèrent dans un seul bloc. Ensembles, ils l'installèrent dans le lit, sous les yeux inquiets de Amélia. La jeune fille trouvais la situation de plus en plus difficile. Ho, elle ne voulait pas quitter Remus, non ... mais le voir souffrir et être dans cet état de supplice, lui déchirait le coeur. Et, ses recherches sur la Tue-Loup qui n'avançaient pas ! Aucune des Potions qu'elle avait concoctée n'avait fonctionné. Remus les avaient toutes bues en grimaçant la plupart du temps ... mais pas une seule fois il y eu une différence dans sa situation. Retenant ses sanglots, Amélia grimpa dans le lit et s'installa près du corps brisé de Remus. Lentement, elle glissa le regard vers son torse ensanglanté, puis vers son ventre qui se soulevait doucement ...

- Regarde pas son pénis, han ! s'exclame James
- Pourquoi ? Han ? Qu'ez qu'il a zon péniz ? questionne Amélia

Aussitôt, elle baissa les yeux vers le sexe de Remus et rougit violemment. Hooo ... mais, il n'avais rien du tout, son pénis ! Mit à part d'être très beau. D'accord, elle l'avait mit dans sa bouche cette nuit là dans la grange ... elle lui avait même touché, mais c'était la toute première fois qu'elle le voyait vraiment bien. Se mordant la lèvre inférieure, Amélia prit une couverture et couvrit délicatement Remus, avant de regarder son frère d'un air innocent.

- Il a rien zon péniz ...
- Rhoooo, han ! dit James

Il croisa les bras, observant sa soeur en roulant les yeux. Haussant les épaules, Amélia se coucha près de Remus, passant le bras par dessus lui. Doucement, elle lui chantonna une chanson au creux de l'oreille, fermant les yeux et laissant quelques larmes couler sur ses joues. Mal à l'aise, les Maraudeurs se regardèrent et sortirent de la chambre, préférant laisser Pupuce et Lunard seuls. Parfois, l'amour guérit tout les maux du monde ... et l'espoir en est le remède.




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 20:26
Chapitre 15 : Envies et désirs


Nous étions durant les vacances de Pâques 1976 et Amélia se trouvais dans sa chambre, qui était passablement en désordre. En effet, une pile de vêtements se trouvais sur le lit et le sol n'avait guère plus belle apparence. Plusieurs livres se trouvais sur le bureau et la table de chevet de la jeune fille, alors que la poubelle était renversée et répendait divers papiers épars. Au milieu de tout ce fouillis, se trouvais Amélia les cheveux mal coiffés et un air urgent sur les traits. Le temps pressait et elle n'était pas encore décidé sur le contenu de ses bagages ! Hé oui, ses bagages ... Cette année, elle allait passer les vacances de Pâques en France avec Remus ! Monsieur et Madame Lupin était effectivement passés à la maison et avait discuté avec les parents de Amélia. Leur fils Remus tenait beaucoup à ce que la jeune fille l'accompagne en visite chez ses grands-parents paternels et, comme le disait si bien Seamus Lupin, il fallait bien laisser les jeunes vivre leur amour. Ce commentaire déplût, il va s'en dire, à David Potter qui posa mille et une questions sur la sécurité des lieux, voulant s'assurer que sa fille ne dorme pas dans la même chambre que Remus. Finalement, Monsieur Potter se laissa convaincre et il fut décidé que Amélia passerait ses vacances en France. C'est pourquoi la jeune fille se trouvais maintenant dans un tel bordel ... que devais t-elle apporter ? Han ? Quoi ? Quels et surtout combien de livres ? Quelle robe lui allait le mieux ? Han ? Devait-elle apporter son maillot rouge une pièce ou son bikini jaune -- que soit dit en passant son père n'avait pas connaissance ?

- Ho han ! J'ai rien à me mettre, han ! gémit Amélia en se dandinant sur place

Rien à se mettre ? Merlin, on ne voyait presque plus le lit, tellement il était ensevelli sous les vêtements ! Quoiqu'il en soit, Amélia se remit à fouiller dans la pile, envoyant valser par dessus sa tête, robes, chandails et pantalons. Elle était à demie grimpée dans son lit, le bras étiré pour attraper une paire de culotte, lorsqu'on sonna à la porte d'entrée. Amélia se redressa vivement dans son lit, les cheveux des tresses ébouriffés et regarda la porte de sa chambre avec de grands yeux.

- Ho non, han !

Rapido presto, elle descendit de son lit, en parlant toute seule. Ils étaient en avance, han ... ça devait être ça. Elle prit son sac de voyage et y mit n'importe quel morceau de vêtements. Plus le temps de faire la difficile et tant pis si les couleurs ne s'agençaient pas ! Au passage, elle prit son bikini jaune, le mit dans son sac et tourna sur elle même deux ou trois fois, cherchant visiblement quelque chose.

- Pikpik ? Han ? Pikpik, où tu est ? Dit ? Réponds, han !

Amélia se mit rapidement à quatre pattes et souleva les couvertures de son lit, faisant tomber une paire de bas en même temps. Elle regarda sous le lit, puis se redressa ... pas de Pikpik. Elle marcha à quatre pattes jusqu'à son bureau et regarda en dessous. Toujours pas de traces de son écureuil. Étouffant un son de puma, Amélia se releva et couru vers la porte de sa chambre, qu'elle ouvrit à la volée. Elle fit deux pas dans le couloir, avant de tourner les talons pour retourner dans sa chambre. Elle prit son sac de voyage et se remit à courir, fermant les lacets du sac en même temps. Fidèle à son habitude, elle dévalla les escaliers et sauta les dernières marches, tombant devant son père qu'elle regarda avec de grands yeux inquiets.

- Ze trouve pas Pikpik, tu zait ? Han ? Tu ne l'as pas fait cuire ? Dit ?
- Fait ... mais non, han ... répond David Potter d'un ton gêné

Voyons, han ! Voir s'il aurait fait ça ! Puis, qu'elle dise ça devant les Lupin, c'était un peu embêtant. Souriant d'un air désolé aux Lupin, il tapota la tête de sa fille.

- Elle a tellement d'imagination ... dit-il
- Z'ai pas d'imag ... débute Amélia

Elle ne put terminer sa phrase, son père venant de lui poser la main sur la bouche. Elle roula les yeux et tourna son regard vers Remus, qui la regardait tendrement. Même s'il ne pouvait pas le voir, elle lui sourit et attendit patiemment que son père retire sa main. Non, elle ne baverais pas dans sa main ... des plans pour qu'il annule son voyage ! Lorsque son père retira enfin sa main, elle regarda James d'un air suppliant.

- Tu vas t'occuper de Pikpik ? Han ? Dit ? Je voulais l'amener, tu sait, mais je ne le trouve pas, han ... tu vas t'en occuper ?
- Ouais ... dit James en souriant un peu
- Il boit trois bol de lait de fée par jour, han, et deux bols de noix et il aime le pain, tu sait ? S'il est gentil, tu peux lui donner un bout de céréale, han, mais pas plus sinon il sera malade, han ... et s'il n'est pas gentil, tu lui donnes une petite tape sur le nez et tu le pointes en disant : '' Non ! Non, han, Pikpik ! Méchant Pikpik pas gentil !­­''

James roula les yeux en soupirant. Il savait s'occuper d'un hamster ! Ce n'était pas plus compliqué qu'un hibou ! Tout ce qu'il espérait c'était que Pikmoutruc ne dorme pas avec lui ! Il ne voulait pas de puces ! Souriant légèrement, il regarda Sirius qui semblait déjà sur le point de se marrer. Il pouvait le faire ... tant qu'il le pouvait. Parce que si Pikmachin voulait dormir avec quelqu'un, ce serait avec Patmol ! On verrait bien qui allait se marrer ! James reporta son attention sur sa petite soeur et lui sourit.

- Ne soit pas inquiète, han ... je ne laisserai pas Papa le cuire
- James, han ! dit David Potter
- De toute manière, les animaux magiques ou trop peu particuliers ne sont pas acceptés dans les avions, dit monsieur Lupin en souriant

Amélia se tourna alors vers le père de Remus et le regarda avec de grands yeux. Comment ça, les animaux magiques ou particuliers n'étaient pas acceptés ? Han ? Elle trouvais ça idiot, elle ! Un animal était cher au coeur de son propriétaire, peu importait que ce soit un écureuil, un rat, une chouette, une tarentule ou encore un grillon, han ! Elle ne se fit pas prier pour le dire à Seamus Lupin, qui approuvait tout en hochant la tête d'un air bienveillant. Pendant que Remus prenait les bagages de Amélia, la jeune fille continua d'argumenter tout en embrassant ses parents, son frère et Sirius. Elle argumentais encore lorsque la porte d'entrée se referma derrière eux.

Continuant de parler, Amélia descendit l'allée en tenant la main de Remus, puis cessa subitement son monologue, regardant devant elle avec de grands yeux. Mais ... c'était, mais oui, c'était bien une voiture ! Amélia savait évidemment ce que c'était, elle en avait vu régulièrement au cours de ses trajets en Magicobus, mais ce serait la toute première fois qu'elle allait monter à bord de cet engin Moldu. La jeune fille se mit alors à sautiller un peu sur place, levant les yeux vers Remus qui la regardait en souriant. Il donna le sac de Amélia à son père et, gallamment, lui ouvrit la portière arrière. La petite fille sauta littérallement sur le siège, sautillant dessus d'un air enjoué. Amusé, Remus contourna la voiture et ouvrit l'autre portière, afin de prendre place aux côtés de sa louve.

- Attaches ta ceinture, Princesse; dit-il en refermant sa portière
- Han ?
- Ta ceinture de sécurité ... dit Remus

Remus se pencha alors vers Amélia et tendit le bras pour agripper la ceinture. Il tira dessus et attacha Amélia, avant de déposer un tendre baisé sur sa joue. Voilà qui était fait ... sa louve était en sécurité. Il lui sourit et la voiture se mit à rouler en direction de l'aéroport Heathrow. Le voyage se déroula dans un calme relatif, Amélia étant trop émerveillée pour faire de longs discours. Elle se contenta donc d'émettre quelques ''ho'' et plusieurs ''tu as vu ? Han ?'' jusqu'à ce qu'ils soient arrivés. Toujours aussi galant, Remus lui ouvrit la portière en souriant. Amélia lui rendit son sourire et vint pour sortir sans succès. Regardant Remus avec de grands yeux, elle lui dit d'un ton paniqué.

- Zuis prit, han !
- Ta ceinture ... détaches là, chérie, dit Remus d'un ton amusé
- Han ? Ma ceinture ? Ha oui, han ...

Penchant le regard sur la ceinture, Amélia l'observa quelques instants, avant d'appuyer sur le bouton. Haaa ... voilà, ce n'était pas compliqué ! Souriante, elle sortie enfin de la voiture et prit la main de Remus. Ils marchèrent ensembles vers l'aéroport, dans lequel ils entrèrent. Cette fois, Amélia était vraiment muette. Merlin, ce que c'était interessant ! Il y avait des genres de télévisions -- elle savait ce que c'était pour en avoir vu dans des magazines Moldus -- suspendues au plafond. Pleins de gens marchaient rapidement vers des escaliers qui roulaient, des voix parlaient comme sortie de nulle part ... enfin bref, une panoplie d'informations lui parvenait. La jeune fille était vraiment ébahit et impressionnée par cet endroit si étrange et si merveilleux à la fois. Silencieuse, elle fit la file avec d'autres voyageurs, afin d'inscrire son sac de voyage.

- Passeport, mademoiselle ... dit le préposé
- Pourquoi mon écureuil ne pouvait pas venir ? Han ? Dites ? dit Amélia
- Pardon ? demande le préposé
- C'est la première fois qu'elle prend l'avion ... explique Monsieur Lupin en tendant le passeport de Amélia au préposé
- Oui, c'est certain, han ... parce que je suis une s ...

Remus posa rapidement la main sur l'épaule de Amélia, afin de la faire taire. Merlin, il ne fallait pas qu'elle dise qu'elle était une sorcière et que, devant le sourire moqueur ou concilliant du préposé, elle se mette à faire des sortilèges sur les sacs ! Amélia, qui s'était tut pour regarder Remus, lui fit un air remplit d'incompréhension. Pourquoi il ne voulait pas qu'elle parle ? Han ? Puis, elle fit de grands yeux et regarda le préposé, qui semblait maintenant suspiçieux. Il y avait tellement de rapt d'enfants de nos jours !

- ... une sacrée phobique, vous savez ? J'ai beaucoup peur de ce qui vole, han ... peur de tomber, vous savez ? Dites ? Boum, han, en bas du truc qui vole ...
- Ha ... c'est très sécuritaire, les avions, mademoiselle ... ne soyez pas inquiète, dit le préposé

Amélia hocha alors la tête, tentant de prendre un air innocent de petite fille rassurée. Le préposé lui sourit en lui rendant son passeport et vérifia ceux des Lupin, avant de les laisser partir. Marchant droite comme un piquet, exactement comme si elle avait une envie urgente de caca, Amélia laissa échapper un léger soupire une fois hors de vue.

- Ouf, han ! Vous avez vu ? Il m'a crut, han ... dit-elle
- Oui ... et en plus, tu ne lui a pas menti, dit Remus d'un air taquin
- Oui, han ! Oui, parce que j'avais peur des balais, han ... avant. Là, j'ai plus peur moi ... je joue au Quidditch et j'ai même battue James et j'ai plus peur de tomber et ...




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Harry Potter [Gryffondor, 5ème année]
» Présentation de Albus Potter
» Harry Potter ( l'Elu )
» Narry Potter [Spoiler Inside]
» Persentation Paris Potter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~+ Poudlard : La Magie s'ouvre à vous +~ :: La ruée des Moldus :: Le joyeux Moldu :: Fan Action :: Fanfics-
Sauter vers: