:: La ruée des Moldus :: Le joyeux Moldu :: Fan Action :: Fanfics Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Amélia Potter 2 -- La Pie Bavarde

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 20:34
Amélia poursuivit son plaidoyer jusqu'à ce qu'elle apperçoive l'immense avion, ce qui l'a fit taire de nouveau. Non, elle n'avais pas menti au préposé, finalement ! Ce machin ne volerait jamais ! C'était bien trop gros ! Si un balai était si dangereux, imaginez cette bidule gigantesque ! Amélia serra fortement la main de Remus et le regarda d'un air affolé. Il n'allait pas la forcer à monter là dedans ? Han ? Ils allaient rouler sur la piste et paf ! Ils allaient s'écraser dans le hangar qu'elle voyait juste là.

- Remuz, han ...
- Je sait, répond t-il en souriant. Mais, croit moi, c'est moins pire que cela en a l'air

Loin d'être rassurée, Amélia suivit Remus et ses parents. S'il fallait que Remus meure écrapoutie, elle allait mourir avec lui. Elle l'avait toujours pensé, s'il mourrait elle allait mourir aussi. La jeune fille monta donc dans l'avion, finalement heureuse d'avoir laissé Pikpik à James et Sirius. Au moins, il allait survivre et, même s'il serait orphelin, il serait bien élevé. Le teint pâle, elle s'assied sur son banc et en serra immédiatement les bras. En plus, les murs de l'avion avaient l'air si mince ! Ils allaient se déchirer tout seuls. Remus, qui avait prit place près d'elle, la regarda avec compassion. Lui aussi avait eu peur lors de son premier voyage en avion. Doucement, il attacha la ceinture de Amélia, ainsi que la sienne. Il plaça ensuite tendrement sa main sur celle de sa louve et attendit le décollage. Quelques minutes s'écoulèrent, puis il sentie l'avion se mettre en mouvement.

- Nous nous plaçons sur la piste, Princesse ...

Amélia ne répondit pas, pas même un hum hum. Tournant la tête vers elle, Remus vit qu'elle avait les yeux fermement fermés et qu'elle murmurait quelque chose sans en prononcer les mots. Se concentrant sur ses lèvres, Remus put comprendre : mourir avec mon Remus, han ... fera pas mal, mourir avec mon Remus. Souriant amoureusement, le jeune homme se pencha vers elle, au moment où l'accélération se faisait. Il allait l'embrasser sur la joue, lorsque Amélia se mit à se dandiner fortement, en gémissant d'un ton plaintif. Il changea alors la direction de sa bouche et déposa un tendre baisé sur les lèvres de Amélia. Celle-ci cessa aussitôt de se plaindre et agrippa Remus par le cou, l'étouffant presque.

- Prin ... Princesse ... serre moins fort, dit Remus contre les lèvres de Amélia
- Z'ai peeeuuuurrrr, gémit Amélia contre les lèvres de Remus
- Nous sommes décollés, chérie ... dit Remus
- Han ? Déjà ?

Amélia lacha alors subitement Remus et regarda partout avec de grands yeux. Personne n'étaient écrapou et elle se sentais encore en vie. Machinalement, elle prit son pouls et constata qu'effectivement, elle vivait. Affichant un immense sourire, elle regarda Remus amoureusement, avant de porter son attention sur le paysage au travers du hublot.

Le voyage se déroula sans aucun ennuis et ils atterirent en douceur à l'aéroport Charles De Gaule. Les grands-parents de Remus étaient venus les chercher et Amélia les trouva immédiatement charmants. Tifany Lupin était une merveilleuse et coquette petite femme, aux cheveux aussi blanc que la neige. Elle ressemblait presque à la fleur nommée ''chaton''. Elle avait un air bienveillant et chaleureux, souriant toujours d'un air rieur. John Lupin, tant qu'à lui, était un grand homme à la physionomie se rapprochant de celle de Remus. Il était coquet et se teignant visiblement les cheveux, mais cela lui donnait un certain charme. De plus, Remus tenait de son grand-père, sa manie de mettre les mains dans ses poches, ce qui rendait John Lupin encore plus charmant aux yeux de Amélia.

Ils étaient donc en ce moment, chez les grands-parents de Remus. Le jeune homme, après avoir présenté Amélia à ses grands-parents, était immédiatement monté avec la jeune fille dans la chambre d'amis. Ils s'y trouvaient ensemble, Amélia regardant le bidet de la toilette attenante à la chambre, avec une curiosité manifeste.

- Pourquoi il y a un abreuvoir dans les toilettes ? Han ?
- Ce n'est pas un abreuvoir ... dit Remus en pouffant légèrement
- C'est quoi alors ? Han ?

Remus s'approcha d'elle et l'enlaça par derrière, regardant leur image dans le miroir. Il imaginait déjà la tête qu'elle allait faire et en riait d'avance !

- C'est un bidet ... ça sert à se laver les fesses après être allé à la toilette
- Han ? s'exclame Amélia

Elle releva la tête, sous les rires de Remus, et regarda ce dernier dans le miroir. Il n'était pas sérieux ? Han ? Il se moquait d'elle ? Grimaçant, elle reporta son attention sur le bidet, prenant cette fois un air d'extrême suspicion.

- Tu veux dire, qu'ils ... qu'ils mettent leur reste de caca qui colle dans le poil là dedans ? Han ?

Cette fois, Remus éclata vraiment de rire. Le reste de caca qui colle dans le poil ! Lâchant Amélia, il retourna dans la chambre et se laissa tomber dans le lit, complètement hilare. Affichant un air insulté, Amélia le suivit dans la chambre et le regarda en posant les mains sur ses hanches.

- Tu te moques de moi, c'est ça ? Tu me fait une farce ? C'est pas drôle tu sait, je ...

Remus se redressa et prit Amélia par le bras. Il tira sur elle et l'a fit tomber dans le lit, souriant d'un air amusé. Il la regarda ensuite dans les yeux, affichant un air tendre. Tout en caressant légèrement sa joue, il murmura :

- Je t'aime tellement ... et non, ce n'est pas une blague et je ne me moque pas de toi. C'est juste que ta réaction était drôle

Amélia poussa un léger cri quand Remus la tira dans le lit et le regarda avec de grands yeux. Elle lui sourit doucement, le regardant amoureusement. Ce qu'il était beau ! Et, ils étaient couchés dans un lit ensembles, en France, comme s'ils étaient en voyage de noces. La jeune fille ferma lentement les yeux pendant qu'il lui caressait la joue et murmura :

- Je t'aime aussi ... alors, c'est vrai ? Ils mettent le reste de leur caca qui colle dans le poil là-dedans ? Han ?
- Oui, dit Remus en pouffant à nouveau
- Beurk, han ... dit Amélia en ouvrant les yeux

Remus rit doucement, puis posa ses lèvres sur celles de Amélia. Il l'embrassa avec une lenteur sensuelle, glissant les mains des cheveux de la jeune fille vers son dos. Légèrement frissonnante, Amélia se blottie un peu plus contre Remus et sentie immédiatement l'ardeur de son désir. Elle le laissa passer la main sous sa chemise et lui mordilla un peu la lèvre inférieure, pendant qu'il approchait dangereusement sa paume de son sein. Soupirant, Remus détacha la bouche des lèvres de sa louve pour aller l'embrasser langoureusement au creux du cou. Comme par un automatisme, Amélia gémit en cambrant un peu les reins vers Remus, son corps appelant le sien comme la lune la marée. Avalant difficilement sa salive, le jeune homme redressa la tête pour la regarder.

- Ton père a dit ... de ne pas dormir avec toi ici, dit-il d'un ton rauque
- Mon père est pas ici, han ... murmure Amélia en tirant sur la chemise de Remus

Affichant un air fortement amusé, Remus se releva du lit en prenant Amélia par la main. Son érection lui faisait un mal de chien, mais il devait tenir sa promesse. Il regarda Amélia, qui l'observait d'un air surpris et un peu déçu. Encore plus amusé, il lui fit un clin d'oeil et glissa la main dans sa poche.

- À force de t'aimer, ton intelligence déteint sur moi, Princesse

Lentement, il sortie la main de sa poche et lui montra ce qu'elle contenait. Au creux de sa paume, une minuscule maison trônait. Souriant, il regarda Amélia tendrement. Celle-ci regardait la maison de poche avec de grands yeux, puis regarda Remus avec un immense sourire. Ho han ! Il avait apporté leur maison !

- Si nous allons chez nous, je ne brise pas ma promesse à ton père, non ? dit-il
- Non, han ! confirme Amélia

Riant doucement, Remus se dirigea vers la fenêtre et l'ouvrit. Il sortie sur le toit et tendit la main à Amélia, qui sauta dehors d'un seul bond. Ils marchèrent sans faire de bruit, comme des voleurs, et descendirent par la gouttière. Une fois en bas, Amélia rigola doucement, excitée de s'évader avec Remus. C'était romantique, han ! Le jeune homme lui sourit tendrement et se pencha vers elle pour l'embrasser rapidement. Il était pressé de se retrouver seul avec elle. La main dans celle de la femme qu'il aimait, il se hâta de se rendre dans l'arrière cour. Il allait monter la maison derrière le hangar à bateaux de son grand-père, comme ça personne ne remarquerait la différence. Souriant toujours, il laissa tomber la maison de poche au sol et murmura :

- Voilà, nous y sommes

Aussitôt, la maison grossit et repris sa taille habitable. Amélia sautilla sur place pendant que Remus ouvrait la porte. Il n'eut même pas le temps d'entrer dans la maison, que Amélia s'y trouvais déjà, courant vers leur chambre. La jeune fille ouvrit vite la porte, couru vers le lit et s'élança dedans en riant. Souriant, Remus entra aussi dans la maison et alla rejoindre sa louve. Délicatement, il grimpa dans le lit et se blottie contre elle. Amélia cessa aussitôt de rire et le regarda d'un air très sérieux. Cette fois, ils allaient le faire, elle le savait. Il n'était plus question de tripotage mais de la vraie chose. Regardant Remus dans les yeux, elle le laissa déboutonner sa chemise.

- Princesse ... tu veux bien faire l'amour avec moi ? demande Remus de sa voix rauque
- Oui, han ... murmure Amélia
- Tu en est bien certaine ? demande t-il en cessant ses gestes

Il regarda Amélia sérieusement, cherchant à déceler si elle était vraiment prête. Il ne voulait pas qu'elle le fasse seulement pour lui faire plaisir. Ce qu'il vit alors dans son regard le rassura. Il s'agissait d'amour et d'abnégation les plus purs. Remus sourit tendrement, poursuivant de déboutonner la chemise de Amélia. Doucement, il fit glisser le vêtement sur les épaules de la jeune fille et se pencha vers elle. Délicatement, il donna de doux baisés contre son cou et la naissance de sa poitrine, glissant la main sur sa taille. Déjà au bord de l'extase, Amélia gémit et descendit la main sur le sexe de Remus, qu'elle caressa par dessus son pantalon. Poussant un soupir bas, Remus descendit le soutien-gorge de Amélia et glissa les lèvres sur les seins de la jeune fille, qui pressa un peu plus son sexe tendu. Remus se déplaça alors légèrement et grimpa sur Amélia, tout en tentant de détacher son pantalon. Soupirant, il descendit du lit et le retira, ainsi que ses sous-vêtements. Avant de remonter dans le lit, il fouilla dans sa poche et en sortie un préservatif. Tout en regardant Amélia d'un air légèrement gêné, il mit le préservatif sur son sexe, avant de retourner la rejoindre. Elle avait aussi enlevé son pantalon et le regardait en respirant aussi rapidement qu'un animal en pleine course. Tout en avalant sa salive, Remus installa son sexe à l'entrée de celui de sa louve.

- Si je te fait mal ... dit le moi, dit-il d'un ton qui n'avais jamais été aussi rauque

Lorsqu'elle hocha la tête, Remus soupira et tenta d'entrer en elle aussi délicatement qu'il le pouvait. Regardant le plafond en se mordant la lèvre inférieure, Amélia ferma les yeux en gémissant. Ça piquait un peu sans pour autant faire trop mal. Elle tourna la tête, cherchant les lèvres de Remus et les trouva presque immédiatement. Ils s'embrassèrent langoureusement pendant que Remus se frayait de plus en plus un chemin en elle. Poussant un léger cri contre la bouche de l'homme qu'elle aimait, la jeune fille le serra un peu plus contre elle, cambrant les reins vers lui. Cette fois, ça y était ... elle lui avait offert ce qu'elle avait de plus important au monde : sa pureté.




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 20:36
Chapitre 16 : Les grèves


Les vacances, comme toujours, furent trop courtes et les élèves de Poudlard revinrent trop rapidement à leur goût au sein du château. En fait, pas pour Amélia ! Même si elle avait passé des vacances de rêves avec Remus, elle avait très hâte de revenir. Mais, étais-ce surprenant ? La petite fille était donc toute souriante et se dirigeait actuellement vers son cours de Défenses contre les Forces du Mal, les bras chargés de livres. Elle entra dans la salle et s'assied à sa place avant de placer tout ses effets personnels en ordre de priorité -- hé oui, certains livres étaient plus utiles que d'autres. Plaçant son menton dans le creux de sa main, elle regarda son Professeur qui débuta son cours.

- Nous allons voir les Manticores ... qui peut me dire ce que c'est ?

Évidement, Amélia leva la main aussitôt qu'elle attendit le mot "Manticores". Elle savait d'avance ce qu'allait être la question. C'était facile, les Professeurs débutaient tout le temps par "qu'est ce que c'est". Ils pouvaient faire preuve d'un peu plus d'imagination, non ? Se dandinant sur sa chaise, Amélia leva la main aussi haut qu'elle le pouvait de façon à être certaine d'être bien vue, ce qui fut le cas.

- Miss Potter ?
- Le mot 'Manticore" provient du perse Mardkhora, qui veux dire homme et xvar, qui veux dire mangeur. Les Manticores sont donc des mangeurs d'hommes, des créatures extrêmement dangereuses, violentes et féroces. Elles sont des créatures dotées de conscience, capable de parler, mais non considérés comme des Êtres Magiques, compte tenue de leur nature violente. Leur intelligence font donc d'elles des créatures extrêmement dangereuses, puisqu'elles peuvent aisément élaborer des plans, afin de capturer sa victime.

La petite fille cessa de parler et baissa la main avant de sourire à son Professeur, qui venait d'approuver ses dires et d'accorder dix points pour Serdaigle. Yiiiiiiii ! Comment dire l'effet que cela eu sur Amélia ? Un soulagement totale, une jouissance superbement puissante ... enfin après une période de repos forçé, son cerveau reprenait de l'action. La jeune fille baissa son regard sur son livre et prit un peu d'avance sur les autres tout en éoutant son Professeur d'une oreille. De toute manière, elle connaissait très bien la matière. Elle décida donc de passer au châpitre suivant : les Chimères. Ça allait être très intéressant ! Débutant sa lecture, Amélia découvrit qu'elles vivant dans les grèves d'Angleterre et ... et quoi ? Pupuce fit de grands yeux et son coeur cessa de battre dans sa poitrine. C'était peut-être ce qu'elle cherchait depuis quelques temps. Passant lentement le doigt sur les mots imprimés, la jeune fille lu dans sa tête :

" Le sang des Chimères possède des propriétés magiques inconnues mais pouvant, selon la rumeur, avoir des effets sur les cycles lunaires "

Des effets sur le cycle lunaire ! Elle avait bien lu ? Enfin de s'en assurer, elle relu le tout une troisième fois avant de se mettre à frétiller sur place. Oui ! Oui, elle avait bien lu ! Passant par dessus le fait, somme toute très important, qui disait qu'il s'agissait de rumeurs, Amélia se sentais surevoltée. Le sang de Chimère était peut-être la clé pour la Potion Anti-Lycanthrope. Elle allait trouver, elle allait trouver ! Et Remus allait être libéré de son plus grand cauchemar. Relevant les yeux vers son Professeur, qui parlait de l'habitat des Manticores, Amélia prit un air suppliant et maladif, avant de lever la main en gémissant. Elle devait partir du cours pour partir à la recherche de sang de Chimère. Il y avait de priorités dans la vie quand même !

- Miss Potter ... vous n'allez pas bien ?
- Non, han ... j'ai mal au coeur, vous savez ? Je peux aller à l'infirmerie ? S'il vous plaît ? feint Amélia avec une voix de fille presque dans le coma
- Oui, oui, allez-y ... dit le Professeur

Rapidement ... oups, lentement et de manière le plus faible possible, Amélia ramassa ses livres en gémissant et se leva comme si sa vie était sur le point de s'éteindre. Elle devait faire semblant, c'était très important ! La petite fille marcha vers la porte de la classe comme une zombie -- exagérait-elle ses symptômes ? Han ? Peu importais ... -- et sortie de la classe avant de refermer derrière elle. Aussitôt dans le couloir et hors de vue du Professeur, elle fit un immense sourire et se mit à courrir à toute vitesse dans le couloir en direction de la salle commune de Serdaigle. Elle devait aller porter ses livres, car ils seraient très embêtants pour sa quête.

La petite fille courru donc et arriva en un temps record à sa salle commune. Elle beugla le mot de passe au tableau qui en gardait l'entrée -- le mot de passe était Arceuthobium americanum, une idée de Pupuce -- et elle entra en vitesse dans la salle déserte. Tout les autres Serdaigles étaient soit en cours, soit en train d'étudier à la bibliothèque. Amélia monta les marches menant au Dortoir des filles, lança ses précieux livres sur son lit -- pas le temps de faire attention -- et ressortie en courrant du dortoir, descendant les escaliers en trombe. À peine essouflée, elle ressortie de sa salle commune et biffurqua à droite, courrant toujours au travers les longs couloirs. Empruntant un passage secret, elle se retrouva rapidement à l'extérieur et se transforma en puma, ses longs et puissant muscles de félin augmentant la rapidité de sa course. Personne ne la vit partir à part Rusard qui sursauta de voir un animal aussi dangereux en liberté. Il devait aller aviser le Directeur Dumbledore avant que le monstre mange les élèves !

Amélia courrait donc en direction du Préaulard, consciente que la route serait longue mais trop remplit d'espoir pour s'inquièter du danger. Sa course dura une bonne heure et elle arriva enfin au Village. Au loin, les montagnes semblaient l'appeller et c'est en trotinnant -- même un puma se fatiguait -- qu'elle se dirigea vers elles. Le jeune puma se cachait à la vue des Sorciers qui passaient par là, afin qu'ils ne la stupéfient pas. Ce serait le comble ! Elle dut s'arrêter derrière un tonneau et jeter quelques regards furtifs vers une boutique où plusieurs personnes s'entassaient. Merlin, ils allaient entrer à l'intérieur oui ? Plus que quelques bonds et elle sortais du Village. Amélia se dandina sur place et poussa un très léger "roar" qui fit tourner la tête de quelques personnes. Affichant de grands yeux, Amélia se cacha subitement, tournant ses oreilles de félin vers la boutique. Ils approchaient ? Non ? Non ... non, ça n'en avait pas l'air. Elle risqua un regard vers les passants, qui étaient entrés dans la boutique -- probablement pour se cacher de la bête féroce -- et Amélia surgit en bondissant de derrière le tonneau. Elle courru vers les montagnes et les grèves, sortant du Village et se rapprochant de plus en plus des dangers mortels qui s'y terraient.

Les grèves étaient un lieu sombre et désolé. Le sol était constitué de pierres pointues et rendues glissantes par la moiteur de l'air ambiant. Plusieurs grottes s'y trouvaient et, à l'intérieur, des créatures magiques ou non y vivaient. Toutefois, qu'elles soient magiques ou non, elles étaient dangereuses. Amélia, toujours inconsciente du danger qu'elle courrait, posa une patte sur une pierre plus pointue que les autres et ...

- Roooaaarrrr !

Aie ! Elle leva sa patte et l'agita un peu dans les airs. Ça faisait mal ! Le puma fit une petite moue et posa doucement sa patte sur le sol, regardant les grottes devant elle d'un air intense. Par où commencer ? Les Chimères vivaient dans toutes les grottes ou pas ? Au nombre qu'il y en avait, ça allait lui prendre des heures entières ! Après avoir réfléchit pendant quelques secondes, Amélia marcha vers une grotte et en observa le sol avec une attention de Sioux. Que cherchait-elle au juste ? Hé oui, des crottes ! Les Chimères crottaient vous savez ? Bien oui, puisqu'elles mangeaient ! Alors, il devait y avoir de la crotte à quelque part. Pour le moment, elle n'en voyait pas. Est-ce que les Chimères crottaient dans les toilettes ? Ça, elle ne le savait pas. Il faudrait qu'elle demande à son Professeur de Défenses contre les Forces du Mal la prochaine fois qu'elle le voyait. Amélia bondit vers une deuxième grotte et fit de grands yeux. Il y avait quelque chose de gluant juste là. Elle se pencha un peu et sentie .. beurk ! Oui, c'était de la crotte. La petite fille agita sa patte de puma devant son nez en grimaçant. Yirk, ça puait de la crotte de Chimère ! Sans plus attendre, elle se transforma en humaine et prit sa baguette. En souriant, elle gambanda vers l'entrée de la grotte avant de ralentir le pas et d'y entrer sur la pointe des pieds. Elle ne tenais vraiment pas à aviser les bestioles de sa présence. Amélia marcha lentement dans la grotte qui devenait de plus en plus sombre à mesure qu'elle s'avançait. Bientôt, elle n'y verrait plus rien.

[g]- Lumos murmure t-elle

Une lumière diffuse apparue au bout de sa baguette et son chemin fut éclairé. Tout était calme, trop calme aurait dit un Sorcier plus expérimenté. Remarquez bien, un Sorcier plus expérimenté ne se serait pas risqué seul sur les lieux. C'était un véritable suicide. La petite fille continua sa route en étant tout de même attentive à ce qui l'entourais. Elle devait surveiller la moindre trace de sang de Chimère. Une d'entre elle aurait put être blessée et, avec un peu de chance, elle sortirais bientôt d'ici. Bien que le silence règnais dans la grotte, la fillette était très loin d'être seule. En effet, dans l'ombre se cachait trois Chimères qui la regardaient avec des regards perçants, prêtes à sauter sur leur proie. Pour le moment, elles se contentaient de la suivre de loin et de l'observer, afin de déterminer ses points faibles. Déjà, elles en avaient vu quelques uns ... la proie était jeune, très jeune et semblait ne pas tenir compte des risques qu'elle courrait. Une des Chimères avança et frôla une pierre avec une de ses ailes. La pierre roula au sol et l'écho de son roulement se répercuta sur les parois de la grotte. Amélia fit alors de grands yeux et se retourna vivement. Il y avait eu un bruit ? Oui, oui, un genre de guelingrinlin.

- Qui est là ? Han ? Zames ?

Non, ça ne pouvait pas être James. Il ne savait même pas qu'elle était ici. Amélia sentie la peur l'envahir. Pourquoi elle était venue ici toute seule ? Elle aurait dut venir avec James et Sirius ! Ils l'auraient défendus, eux ! La petite fille recula donc rapidement et ce fut à ce moment que les trois Chimères bondirent de l'ombre en criant comme des banshee.

- Haaaaaaaaaaaaa ! crie Amélia

La petite fille tomba sur les fesses et tendit sa baguette vers les bestioles qui fonçaient sur elle avec rage. C'était quoi le sort ? Han ? Quoi déjà ?

- Ztupéfiz !




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 20:37
Ho non ! Non, elle allait mourir dans la grotte, toute seule et dévorée par les Chimères. Pire que ça, elle se trouvais devant des Chats Maringos ! Et elle n'avait même pas put dire une dernière fois à Remus qu'elle l'aimais. Il fallait absoluemment qu'elle réussise son sort. Les Chimères la regardait d'un air menaçant, toutes dents dehors et la bave sortant de leurs gueules béantes. Elles sifflaient et semblaient sur le point de se décider à déchiqueter Amélia. Une des bêtes envoya valser sa patte vers la petite fille tremblante et lui écorcha le bras. Amélia se mit à saigner et des larmes coulèrent sur ses joues. Elle ne voulait pas mourrir !

- Ztu ... Ztu ...

Ça n'allait vraiment pas. Il fallait qu'elle se calme. Elle poussa un sanglot et un cri strident sortie de sa gorge au moment où les trois Chimères se lançaient sur elle. S'en était finit de Amélia Jane Potter. Un génie allait s'éteindre en pleine gloire sans avoir eu l'occasion de montrer sa grandeur intellectuel au monde entier.

- Briesje Gif, dit un homme vivement

Amélia, qui tremblait en braillant comme un veau contre une paroi de la grotte entendit d'autres cris infernaux avant de fermer les yeux. Elle était morte. La petite fille demeura immobile de longs moments avant de sentir que quelqu'un la secouait. Ouvrant les yeux, elle vit entre ses larmes un jeune homme étrange avec de longs cheveux bruns en broussaille. L'homme avait un drôle d'oeil ... un oeil en verre qui roulait dans une sorte de bandeau. Yirk ! Amélia pointa l'oeil et demanda d'une voix hocquetante :

- Pourquoi votre oeil bouge comme ça ? Dites ?
- Mpppffff, marmonna Maugrey

Le jeune Alastor se releva et fit une boudeuse. Les gamins ! Il ne pouvait pas les blairer ! Il regarda la fillette et lui dit d'un ton bourru :

- C'est ça qui arrive quand on fait l'idiot et qu'on se met les pieds où il ne faut pas comme toi, gamine.

Amélia fit de grands yeux et se remit à brailler comme un veau pas de Maman. Ho non ! Elle aurait put avoir l'oeil arraché comme le monsieur ! Maugrey marmonna et se pencha vers la fillette qu'il prit par le bras pour la relever. Regardant autour de lui, il se dirigea vers la sortie de la grotte, les sens à l'aguet. Il avait atteint une seule des trois bestioles ... les deux autres pouvaient attaquer n'importe quand. L'Auror marcha en traînant l'enfant pleurarde derrière lui. Heureusement, ils purent sortir sans autres incidents et Maugrey lâcha le bras de Amélia une fois sortie de la grotte.

- Elle est là, Monsieur, dit Maugrey
- Bien Alastor ... dit calmement Dumbledore
- Whhaaaaaa aaaaannnn aaaannnn ! brailla Amélia

Elle se lança sur le Directeur de Poudlard et lui serra la taille fortement, son bras saignant toujours. Ho, il était venue la chercher. Comment il avait fait pour savoir qu'elle était ici ? Peu importais, il l'avait sut et l'avait sauvé. Amélia braillait toujours comme un veau et mit plein de morve sur la jolie tenue de Albus Dumbledore. Celui-ci eu un léger sourire au travers son air grave et il transplana immédiatement à Poudlard avec la petite fille. Elle avait grand besoin de soins ... et de remontrances.




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Déc - 20:39
Chapitre 17 : Je te demandes pardon


Une sirène hors de l'eau, voilà comment Albus Dumbledore allait décrire les cris de la jeune Amélia Potter, lorsqu'il allait raconter l'évènement à Minerva McGonagall. Effectivement, la fillette avait hurlé dans les oreilles du vieux Mage durant tout le trajet jusqu'à l'infirmerie de Poudlard, ou il avait laissé la fillette entre les mains expertes de Madame Pomfresh. Espérons que la gentille infirmière ai de bons bouchons pour les oreilles ! Parce qu'en ce moment, Amélia pleurait toujours, hurlant comme si la fin des temps était arrivé. Ho, pas que son bras la faisait souffrir tant que ça. Non. C'était simplement qu'elle avait eu très peur ! D'abord, les créatures méchantes, ensuite le monsieur au drôle d'oeil qui lui avait fait très peur en lui disant que son oeil aurait put être tout chose comme le sien. Ho non ! Non, elle ne voulait pas avoir un oeil qui roule, elle ! Et si son bras ... ho, et si son bras était tout arraché et qu'il fallait lui installer un bras qui faisait des roulades comme l'oeil du Monsieur ? Whhhaaaaaa !

- WHHHAAAAAAAA AAAAAAA MOOOONNNN BRRRAAASS HAAAAANNNN WHHHAAAAA !
- Miss Potter ! Calmez vous et laissez moi ... laissez moi votre votre bras, dit Madame Pomfresh
- NAAAANNNNN ! Y VAS FAIRE DES ROULAAADDDEESSS WHHHHAAAAAA-AAAAA !

La pauvre Madame Pomfresh n'en menait pas large ! Cela faisait dix bonnes minutes qu'elle tentais de faire entendre raison à la petite fille, qui hurlait comme si on était en train de lui arracher les entrailles. Dix bonnes minutes à lui dire que son bras n'allait pas faire de roulades -- ou diable avait-elle été cherché ça ? -- et de lui montrer son bras pour l'amour du ciel ! L'infirmière tentais de tirer légèrement le bras de sa patiente, qui le tenais contre elle fortement en pleurant comme un ... comme je ne sait pas quoi. Écoutez, il n'y avait pas une bestiole vivante dans ce monde qui hurlait comme ça ! Amélia était vraiment un cas désespéré !

Non loin de la fillette se trouvais Lily Evans, venu pour une simple entaille faite dans le cours de Botanique. Un bref moment d'inattention -- Potter ayant cherché à l'énerver avec ses tendances barjots -- et voilà ... une coupure à l'index avec son coupe rosier. Et oui ... ses tendances barjots. Ce n'était pas parce que Potter avait fait le bouche à bouche à l'écureuil de sa petite soeur, que Lily sortais nécessairement avec lui. Pffff ! En fait, la jeune fille avait bien faillit franchir le pas, mais elle avait changé d'avis en voyant et surtout en entendant James parler de manière si méchante envers certaines de ses amies. Qu'il insulte Severus lui faisait ni chaud ni froid après que ce dernier l'ai traité de sang-de-bourbes, mais qu'il ose s'en prendre à Wendy ! Alors, là non ! Lily regardait donc la soeur de James Potter avec une certaine compassion. La pauvre avait l'air d'avoir très mal. Son pansement terminé, la jeune préfète hésita. Elle ne pouvait quand même pas laisser Amélia dans un état aussi lamentable. Elle s'approcha donc de Madame Pomfresh, qui venait pour la vingtième fois de tenter de décoller le bras de Amélia pour le regarder et qui était visiblement sur le point de stupéfier la fillette. Trop c'était trop ! Lily fit un petit sourire à l'infirmière et regarda Amélia. Elle était vraiment dans un état ... dans un sale état, disons !

- Tu veux que j'aille chercher James ? lui demande gentiemment Lily
- ZZZAAAAAAMMMMEEEESSSSS !!!! hurle Amélia

Lily sourit à nouveau et regarda l'infirmière, qui avait la ''capine'' de travers à force de se battre avec Amélia. La préfète de Griffondor dut donc se retenir de rire avant de lui dire :

- Je vais chercher son frère ... attendez qu'il arrive, je crois qu'il parviendra à la calmer

Lily était certaine que James allait pouvoir obtenir la collaboration de sa soeur. Après tout, cette dernière l'avait tellement en admiration. Puis, après l'avoir vu agir avec l'écureuil, la jeune fille était certaine qu'il allait tout faire pour que Amélia soit soignée. Lily laissa donc une Amélia braillant le prénom de son frère derrière elle et sortie de l'infirmerie, afin de se rediriger vers le cours de Botanique. Chemin faisant, elle ne pouvait pas s'empêcher de penser aux sentiments qu'elle sentais naître en elle. Elle ne pouvait plus le nier ... elle aimait James Potter. Lui, qui avait été si méchant avec son meilleur ami ! C'était un non sens ... mais allez comprendre l'amour. Ce fut donc une Lily pensive et presque désespérée, qui entra dans les serres et qui se dirigea vers James, qui était encore en train de badiner avec Sirius.

- James ... ta soeur est à l'infirmerie, dit Lily
- Han ? répond James

Comment ça ? Pupuce ? À l'infirmerie ? Loin de faire le paon parce que Lily l'avait appelé James, le jeune homme envoya valser la feuille qu'il tenait à la main dans les airs et se précipita en courant à l'extérieur des serres. Sirius l'imita sans attendre, faisant aussi voler sa feuille au travers de la classe. Le Professeur Chourave en avait l'air sur le bord de la crise d'apoplexie, mais ... Pupuce était à l'infirmerie ! Remus, plus pragmatique malgré sa grande inquiétude, déposa délicatement la feuille qu'il tenait à la main sur sa table de travail. Regardant son Professeur, il demanda :

- Puis y aller aussi, Professeur
- Heu oui, oui ! Mais faites attention en sortant, ne pillez pas sur les Hortensia ! dit Chourave
- Merci, répond Remus




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 14 Déc - 22:57
Le jeune homme ramassa rapidement ses effets personnels, jeta un regard reconnaissant envers Lily et sortie des serres en prenant garde de ne pas marcher sur les précieuses fleurs du Professeur Chourave. S'il l'avait fait, la gentille dame en aurait vraiment fait une crise de nerfs ! Remus, très inquiet de la condition de Amélia, se dirigea rapidement en direction de l'infirmerie, mais pas autant que James et Sirius qui étaient maintenant assez près pour entendre les cris de la petite fille. Les deux amis se regardèrent avec de grands yeux, certains que Amélia était en train de se faire couper en morceaux, et James poussa vivement la porte de l'infirmerie, qui claqua contre le mur dans un bang sonore.

- PUPUCE ! hurle James
- Chut ! dit impérativement Mme Pomfresh
- ZZAAAAAMMEEESSS WHHHAAAA-AAAAA ! hurle Amélia
- Chut ! redit l'infirmière
- PUUUPUUUUCEEEE ! hurle Sirius
- ZZZIIIIRRRIIIUUUUZZZZ MON BRRAAAA-AAA-AAAA !

La pauvre Madame Pomfresh ne put que marmonner sur les élèves sans jugement avant d'attraper James Potter par un bras, alors que le jeune homme passait en courant près d'elle. L'infirmière le regarda avec sévérité et tenta de le retenir. Hé oui, Cornedrue agissait exactement comme sa petite soeur deux minutes auparavant : il tirait vivement sur son bras pour se dégager.

- Monsieur Potter ! J'ai dit silence ! Il y a des malades qui essaient de se reposer ... si vous vous calmez pas, je vous met dehors, vous entendez ! dit Pomfresh
- Qu'est ce qu'elle a ma soeur ? Han ? Dites ? Qu'est ce qu'elle a ma soeur ? demande James en tirant sur son bras
- C'EST SON BRAS, JAMES, SON BRAS ! hurle Sirius
- Han ? dit James

Sirius, qui n'avait pas été arrêté par l'infirmière, se trouvais maintenant près de Amélia, qui se serrait contre lui en braillant comme un veau. La fillette tremblais comme une feuille et semblait être sur le point de mourir dans la seconde. Visiblement, quelque chose de super grave était arrivé. James se dégagea vivement de la poigne de Madame Pomfresh, qui venait à nouveau de marmonner entre ses dents. James couru vers sa petite soeur et se lança sur elle, ce qui lui fit pousser un autre hurlement de douleur.

- WAAAHHHH MON BRRAAAAAASSSS !
- Quoi, han ? Quoi y'a ton bras ? demande James d'un ton énervé
- VAS FAIRE DES ROOUUULAAAADDDEESSS ! hurle Amélia en serrant fort Sirius
- Han ? dit James

James et Sirius se regardèrent avec de grands yeux avant de regarder le bras blessé de Pupuce, comme s'il allait se mettre à faire des ronds incontrôllables. Pour le moment, il restais bien en place. D'accord, il était enroulé dans un pansement ensanglanté, mais il ne semblait pas sur le point de faire des roulades ou quoique ce soit d'autre.

- Heu ... y'a pas l'air à ça, dit Sirius
- Viiiiiiii ! affirme Amélia. Il va faire des roulades comme l'oeil du monzieur !
- Quel Monsieur, han ? demande James

Le jeune homme regarda autour de lui tout en posant une main sur le front de sa soeur. Elle devait faire de la fièvre, parce qu'un bras ne faisait pas de roulades. Les yeux non plus, d'ailleurs ! De quel Monsieur elle parlait ? Elle devait halluciner. Haussant les épaules, James regarda Sirius avec un air très inquiet. Et si le cerveau de Pupuce avait commençé à s'étioler pour vrai ? Surtout que Amélia recommençait avec "le monzieur avec l'oeil qui fait des roulades, han, le monzieur, mon brraaassss !" Reportant son attention sur sa soeur, James allait lui demander ce qui s'était passé quand soudain :

- REEEMMMMUUUUUZZZZZ ! hurle Amélia en tendant un bras vers la porte de l'infirmerie

Remus venait, vous l'avez compris, d'entrer dans l'infirmerie. Le jeune homme se dirigea en direction de sa louve et, une fois près d'elle, il ouvrit ses bras afin qu'elle vienne s'y blottir. Amélia ne se fit pas prier et délaissa les bras de Sirius pour ceux de Remus. La fillette ne pleurait plus, mais elle tremblait toujours un peu, jetant parfois des regards angoissés vers son bras blessé. Quand allait-il se mettre à faire des roulades ? Dites ? Délicatement, Remus caressa les cheveux de Amélia et regarda ses amis avec anxiété.

- Qu'est-il arrivé ?
- Je sait pas ... elle dit que son bras vas faire des roulades, informe Sirius
- Des ... dit Remus

Le jeune homme baisa les yeux vers Pupuce et lui demanda doucement :

- Qu'est ce qui est arrivé à ton bras, chérie ?




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 15 Déc - 18:31
Amélia, qui avait le visage caché contre le torse de Remus, leva les yeux vers lui. Elle le regarda quelques secondes avant de regarder James, puis Sirius, puis Remus, puis encore James. Devait-elle le leur raconter ? Jamais ils n'allaient la croire ! En plus, ils risquaient d'être très fâchés. Elle s'était mise en danger et tout ça, mais c'était pour une bonne raison. La fillette s'assied sur le rebord du lit en grimaçant de douleur et demeura de longs instants sagement assise à regarder silencieusement devant elle. James regardait sa soeur avec attention tout en tentant de ne pas la secouer comme un prunier. Premièrement, cela lui aurait fait mal et deuxièmement Madame Pomfresh risquait de le jeter en dehors de l'infirmerie avant qu'il ne puisse en savoir plus. Le silence de plus en plus long de sa soeur eu, toutefois, raison de la patience de Cornedrue, qui regarda Sirius en roulant les yeux. Merlin, elle allait parler, oui ? Sirius soupira et roula les yeux à son tour avant de tendre la main et de tapoter l'épaule de Amélia de manière compulsive. La fillette leva la main et retira celle de Sirius sans dire un mot, ce qui fit grogner quelque peu Patmol. Lui aussi commençait à en avoir marre.

- Pupuce ... on attends, parles ! dit Sirius
- On a pas juste ça à faire, on doit retourner en cours de Botanique, ajoutes James
- Comme si ça vous intéressaient, han ! dit Amélia

La petite fille tourna enfin son regard vers James et Sirius et les regarda d'un air attentif, un petit sourire aux lèvres. Les jeunes hommes poussèrent alors un soupire à l'unisson et croisèrent les bras. Bon, d'accord ! Ils n'aimaient pas vraiment jouer aux jardiniers et après ? Ce n'était pas un crime ! Pour le moment, ils n'étaient pas ici pour faire leur procès étudiant, mais pour savoir comment Amélia s'était blessée.

- Ouais, ouais ... ton bras, dit James
- Tu t'est fait bobo comment ? demande Sirius
- En affrontant des Chimères, répond candidement Amélia

James et Sirius firent de grands yeux ébahits pendant que Remus prenait un air grave. Les deux premiers se regardèrent en clignant des yeux. Visiblement, ils étaient sous le choc et ne croyaient pas vraiment ce que leurs oreilles venaient d'entendre. Pupuce plaisantais, assurément ! Elle n'était pas assez brave pour affronter des Chimères ! Puis, ou avait-elle fait ça ? Certainement pas ici ! James et Sirius éclatèrent donc de rire. Amélia les avaient presque eu, encore une fois ! Ils riaient comme des dingues avant de se tairent subitement. Sous leurs yeux, Amélia les regardaient d'un air parfaitement calme et sérieux. Disons, qu'elle n'avait pas l'air de plaisanter du tout.

- Arrêtes de charrier, Pupuce han ! dit James
- Je charries pas, tu sait ? Han ? J'ai vraiment fait face à des Chimères, han, elles étaient trois en plus et ...
- À quoi as tu pensé ? dit Remus

La voix du jeune homme était ferme et un peu dure. Contrairement à ses amis, il avait crut Amélia dès le départ. Et, il savait pourquoi elle s'était mise en danger. Effectivement, le jeune homme savait très bien que la fillette ne se mettrais en danger que pour une seule raison : lui. Remus ne tolérais pas que sa louve mette sa vie en jeu pour lui. Jamais il ne tolèrerais qu'elle meurre à cause de lui. Il regardait donc son amoureuse d'un air grave, alors que James et Sirius s'éloignaient lentement. Les choses se corsaient et ils préféraient s'éloigner. Amélia, qui avait parfaitement saisit que le ton de Remus ne présageait rien de bon, tourna rapidement la tête vers lui et se mit immédiatement à s'expliquer.

- Mais, le sang de Chim ...
- Je sait parfaitement ce qu'on dit sur le sang de Chimères, Amélia ! Bon sens, tu aurais put te faire tuer ! s'exclame Remus avec colère
- Mais, je ...
- Non !

Remus serra les mâchoires et s'éloigna légèrement de sa louve. Il ne pouvait pas le tolérer ! Il savait que aimer Amélia signifiait la mettre en danger. Il savait que son amour était dangereux ! Pourquoi avait-il accepter de sortir avec elle ? Pourquoi fallait-il qu'il l'aime ? Pourquoi était-il ce qu'il était ? Tout ça n'avait aucun sens ! Aucun ! Le jeune homme demeura dos à Amélia, serrant les poigts et tentant de ne pas dire des choses qu'il regretteraient assurément. Pour ce qui était de Pupuce, elle avait les yeux pleins d'eau et elle regardait Remus d'un air désespéré. Elle n'avait pas voulu se faire mal, han. Elle voulait juste trouver un remède, elle ! Les larmes coulant sur ses joues, Amélia murmura :

- Ze te demandes pardon, han ... z'ai pas fait par exprès, tu zait ?
- Amélia ... je ...

Remus venait de se retourner et de voir la fille qu'il aimait pleurer. Ho non, pas ça ! Tout, mais pas ça. Sans hésiter, le jeune homme revint vers Pupuce et la serra tout contre son coeur. Comment avait-il put regretter d'avoir laisser libre court à son amour ? Amélia pleurait doucement entre les bras de Remus, qui lui caressait tendrement le dos. La petite fille savait qu'elle aurait put mourrir, mais elle voulait tant faire en sorte que Remus aille mieux. Pourquoi les Chimères étaient si difficiles à attraper ? Dites ? Elle voulait juste de leur sang, elle ! Alors qu'elle pleurait, elle sentie la main de Remus se rendre sous son menton et elle le laissa lui relever le visage. Plongeant ses grands yeux noisettes dans ceux de Remus, elle lui dit :

- Ze vou ... ze vou ... ze voulais ...
- Je sait ce que tu voulais, mon amour ... mais tu aurais put te faire tuer !
- Mais, ze voulais te zauver ! dit Amélia en pleurant de plus belle

Amélia se lança dans les bras de Remus, qui la serra à nouveau contre son coeur. Fermant les yeux, le jeune homme posa sa tête contre celle de sa louve. Amélia disait vouloir le sauver. Si elle savait seulement qu'elle l'avait déjà fait le jour ou elle lui avait dit l'aimer. Oui, sans ça, Remus Lupin serait demeuré seul et attristé. Amélia lui avait donné le goût d'espérer et s'il fallait qu'un jour la vie lui enlève la jeune fille, Remus savait qu'il allait en mourrir lui-même. Relevant la tête de sa louve à nouveau, Remus déposa un baisé amoureux sur ses lèvres. Il ne voulait pas la perdre d'aucune manière que ce soit. Jamais.




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 21 Déc - 0:16
Chapitre 18 : Pensées d'un écureuil


" Bonjour ! Vous savez qui je suis ? Han ? Dites ? Vous devinez pas ? Ho han ! Je suis Pikpik ! Oui, oui, Pikpik Potter ! Vous ne savez pas encore qui je suis ? Incultes, han ! Vous n'avez pas lu attentivement l'histoire de ma Maman ? Haaaaaa ! Oui, oui, je suis l'écureuil de Amélia Potter ! Iiiiiiiiiiii ! J'ai décidé de prendre la plume de ma Maman pour vous parlez un peu. C'est toujours Maman qui parles et qui vous racontes des choses, alors ! Moi aussi, je veux m'exprimer, vous savez ? Vous vous demandez comment cela est possible que vous compreniez l'écureuil ? Bha, c'est ça la magie, han ! Maintenant que nous sommes tous situés, je commences !

Je m'appelles donc Pikpik et j'ai un an et demi. Je suis grand, maintenant ! Je suis un garçon au cas ou la question vous aurait déjà traversé l'esprit. J'aime les noisettes, le pain, le riz et les tites céréales, que ma Maman me donne comme friandises. Je suis un écureuil super intelligent et je ... ho ! "

Un bruit de parchemin qui se chiffone et ... des bruits de pas. Amélia Potter se dirigeai en direction du Dortoir des filles de Serdaigle. La jeune fille avait oublié un ou deux livres -- elle en avait déjà apporté quatorze avec elle -- et venait les chercher. Entrant dans le Dortoir, elle se dirigea immédiatement vers son lit. Alors qu'elle approchait de l'endroit ou elle dormait, Amélia apperçut Pikpik assied confortablement entre les coussins de son lit. Elle le regarda avec des grands yeux avant de vérifier dans sa poche. Mais oui ... c'était bien son Pikpik qui était assied là ! Elle pensait qu'il était dans sa poche, han ! Elle avait aussi oublié Pikpik !

- Ho han ! Pikpik, je t'ai oublié ? Ho, Maman est dézolée, tu zait ?

* Chut tout le monde, han ! Dites rien à ma Maman ! *

Amélia se rendit vers son lit et prit délicatement son écureuil entre ses mains. Souriante, elle lui donna un bisou sur sa petite tête et regarda partout autour d'elle à la recherche des livres qu'elle avait oublié.

* Hooooo, un bizou de ma Maman ! J'aimes quand elle me donnes des bizous, vous savez ? Dites ? Mais, pourquoi elle regardes partout comme ça ? Han ? Elle cherche quelque chose ? Quoi ? *

- Couic !
- Maman cherches des livres, Pikpik, han ... liiivvvrrreeeesss

* Ouais, des livres, han ! Pas besoin d'étirer le mot, han ! Ha là là, me prends pour un débile *

- Couic !
- Cherches Pikpik !

* Hooooo vi ! J'aimes ça, chercher vous savez ? *

Pikpik sauta aussitôt des mains de sa Maman et tomba sur le lit. Courant partout sur le matelas, il défit un peu les couvertures avant de sauter en bas du lit. Des livres, c'était facile à trouver ! C'était gros et ça avait des pages. Pikpik savait bien à quoi les livres ressemblaient. Sa Maman en avait tout le temps avec elle. Amélia fit un merveilleux sourire en voyant son écureuil se mettre à chercher. Il était si intelligent ! Mais, ce n'était pas tout ça ! Elle devait aussi chercher, vous savez ? À deux, les choses vont toujours mieux ! La petite fille ouvrit un de ses tiroirs et regarda à l'intérieur. Il y avait une tonne de parchemins. Amélia les poussa de la main en ronchonnant. Elle prenait beaucoup trop de feuilles pour calculer, han ... mais elle n'avait pas le choix ! Il fallait qu'elle fasse des recherches et tout ça. Non, pas de livres ici. Pffff ! Pupuce referma son tiroir et se tourna vers son lit. Pikpik était disparu.

- Pikpik ?

* Iiiiiiiiiii ! Je suis en dessous du lit de ma Maman et vous savez quoi ? Dites ? Il y a pleins de petites miettes de pain ! Hey oui, c'est ma cachette secrète. Les écureuils ont des cachettes pour leur nourriture, vous savez ? Oui, pour l'hiver ! Ho, pas que j'avais vraiment besoin d'une cachette, ma Maman me donnait tout le temps à manger, mais ... c'était les instincts. Comme j'avais trouvé du pain, bha, je mangeai ! Ho et oui ... aussi, les livres de ma Maman était en dessous du lit. J'allais lui faire comprendre après mon repas. J'avais faim et ... ho. Maman m'appellais ! *

- Couic !




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 21 Déc - 17:16
Amélia fit de grands yeux et regarda à ses pieds. Le couic venait de par terre. La jeune fille allait se pencher pour regarder sous le lit, quand son écureuil sortie en courant de sa cachette. Pupuce se mit à rire devant le manège de son animal de compagnie et le prit dans ses mains, redéposant un bisou sur sa tête. Pikpik était si adorable ! Il jouait à la cachette, vous avez vu ? Dites ? Il était beaucoup plus amusant qu'un hibou, non ?

- Tu joues à cache-cache, Pikpik ? Han ?

* Oui, oui ! Maman, maman tes li ... *

Pikpik venait de fermer les yeux et penchait sa petite tête en direction de la main de sa Maman. Hoooo ! Maman lui faisait des calins sur la joue, han ! Pikpik aimait beaucoup ça, les calins, presque autant que les bisous ! L'écureuil demeura donc de longs instants dans cette position, alors que Amélia avait décidé de laisser tomber la recherche de ses livres. Pas qu'elle ne les voulaient plus, mais elle allait être en retard pour son cours. Elle avait eu juste le temps de partir en courant pour venir jusqu'ici chercher ce qu'elle avait oublié. Il ne lui restait malheureusement plus assez de temps pour chercher, han ... elle pouvait donc se passer de deux livres pour une fois ! Puis, han ... elle n'en avait pas vraiment besoin. Les génies pouvaient se passer des livres, parfois ! Amélia remit Pikpik dans la poche de sa chemise et ce fut à ce moment que ...

* Han ? Maman, maman ! Tes livres sont ... *

Pikpik sortie la tête de la poche de Amélia, poussant un petit couic. Trop tard, han ! Ils étaient déjà dans le couloir. Hooooo !

* Ho non ! Pourquoi vous n'avez pas dit à ma Maman d'attendre, han ? Elle n'aura pas ses livres, han ! Moi, je savait ou ils étaient ! Ho, arachides de arachides, han ! Bha, tant pis ! Alors ? Nous en étions ou ? Moi, je voulais vous écrire, mais je peux aussi penser, vous savez ? Dites ? Oui, oui ! Alors, je vais penser et vous n'aurez qu'à ouvrir votre esprit pour entendre. Quoi ? Vous n'êtes pas Legilismen ? Ha ? Bien, pour ceux qui le sont, je poursuit !

Donc, je disais, que je m'appelle Pikpik et que je suis un garçon écureuil. Ma Maman est Amélia Potter et mon Papa est Remus Lupin. Oui, oui ! C'est le copain de ma Maman, alors c'est mon Papa ! Hum, j'ai un oncle qui s'appelle James et des amis qui s'appellent Sirius et Peter. Ho et ha oui ! Hihihihi ! Une fois, j'ai fait semblant d'être mort pour que la belle fille que mon oncle aime l'embrasse ! Iiiiiiiiii ! Je suis intelligent, moi ! Je vous l'avait bien dit, non ? J'aime m'amuser ... vous ? Alors ... ha tiens ? Le cours de Métamorphose ! Nous venons d'y entrer. Alors, c'était là que ma Maman voulait aller ? Le Professeur McGonagall est si gentille ! Elle me donne parfois des arachides, han ... et des biscuits à ma Maman, mais pas souvent. Pourquoi ? Peut-être parce que Maman mange trop lentement et qu'elle parle plus qu'autre chose ? Moi, j'aime la voix de ma Maman ! Et son coeur fait boum boum dans mes oreilles quand je suis dans la poche de sa chemise. Comme maintenant ! Écoutez ! Boum boum boum ... ça calme, han ? Moi, je trouves que oui. Et ... ça me fait m'endormir ... oui ... je ... je ... do ... zzz zzz zzzzz zzzz zzzzz *

Dans la poche de Amélia Potter, le petit écureuil qu'était Pikpik venait de s'endormir. Il rêvais à l'été et au soleil qui faisait briller les eaux de la petite rivière. Pikpik avait une belle vie, il était tellement heureux ! Son petit coeur battait rapidement et sous ses yeux, des images de joie estivale déferlaient. Au revoir petit écureuil ... fait de beaux rêves !




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 21 Déc - 17:21
Chapitre 19 : Sauves moi, han !


Les chauds rayons du soleil de ce début de juin -- nous étions en fait le lendemain de l'anniversaire de Amélia, soit le 7 juin -- faisaient briller les vagues qui venaient perler paresseusement sur la berge. Les lieux étaient somme toute désert, malgré ce temps tempéré et tout à fait agréable. La raison en était fort simple : tout le monde était en cours. Les examens de fin d'année approchaient et les étudiants de Poudlard mettaient les bouchées doubles à leurs études. Toutefois, une étudiante n'était pas en classe aujourd'hui : Amélia Potter. Comme la fillette avait obtenue l'autorisation de Dumbledore d'assister aux cours que lorsqu'elle en jugeait bon, la jeune fille avait décrétée qu'il valait mieux consacrer sa journée à ses recherches. Elle n'avait pas besoin de réviser, elle ! Elle était une génie ... elle savait toutes ses leçons par coeur. Réviser allait lui faire perdre son précieux temps. Amélia Potter se trouvais donc debout devant le Lac Noir et en regardait les eaux flamboyantes avait un air à la fois craintif et déterminé. Elle avait besoin d'une algue qui ne poussait que dans les eaux du Lac Noir. Pourquoi faire ? Bha, pour sa potion Tue-Loup ! Pour quelles autres raisons faisait-elle des recherches ? Pour toutes sortes de raisons, d'accord ... mais sa principale n'en restais pas moins d'empêcher les transformations lycanthropes. Toutefois, Amélia ne savait pas plus nager que lors de sa première année à Poudlard, ce qui risquait grandement de compliquer les choses. C'était pour cette raison qu'elle appréhendait le moment de pénétrer dans l'eau. Les algues ne semblaient pas bien loin, vue d'ici ... elle allait y arriver, mais ... elle avait quand même un peu peur.

Soupirant, Amélia déposa son panier au sol et Pikpik, qui se trouvais à ses pieds, bondit dedans d'un seul bond. Sa clochette émit un ''drelin'' sonore qui fit sourire la jeune adolescente. Amélia regarda son écureuil et lui dit tout en retirant ses souliers :

- Surveilles le panier, Pikpik. Maman reviens avec des algues. Toi, restes ici, faut pas mouiller tes pattes, han !

Amélia retira ses bas et reporta son attention sur l'eau. Prenant une profonde respiration, elle avança jusqu'au bord du Lac Noir et y entra, grimaçant un peu devant la froideur de l'eau. Elle ne s'attendait pas à ce qu'elle soit si froide. Ho, ce n'était pas glacial, mais le contraste avec l'air ambiant était évident. Le fond du lac était sablonneux et la jeune fille pouvait sentir le sable passer entre ses orteils. Ce n'était pas désagréable ! En fait, c'était même amusant ! De plus en plus confiante, Amélia s'avança plus profondément dans le Lac, jusqu'à ce que l'eau atteigne sa taille. Elle s'arrêta ensuite, regardant attentivement autour d'elle. Les algues dont elle avait besoin flottaient sur l'eau. Il fallait bien regarder et en ramasser le plus possible dans ses mains. Ensuite, il fallait retourner au bord, les mettre dans le panier et retourner dans l'eau jusqu'à ce qu'elle en ai une bonne quantité. Ce n'était pas vraiment compliqué. Ha ! Amélia eu un sourire enjoué et tendit la main. Attrapant une algue visqueuse, elle émit un petit ''beurk'' avant d'en chercher une autre. C'était dégueulasse ! Tout ce qu'elle espérait, c'était que cela n'allait pas trop puer quand elle allait faire bouillir le tout dans son chaudron. Pariez que ça allait sentir le yabe et ... quoi ? Amélia fit de grands yeux et se figea sur place. Quelque chose venait de toucher sa jambe ? Han ? Elle avait rêvé ? Quelque chose avait touché sa jambe ? Oui ? Demeurant parfaitement immobile, l'algue dégoulinante et visqueuse dans sa main droite, la jeune Serdaigle était à l'affut du moindre mouvement sous l'eau. Au moindres indices d'une bestiole, elle allait déguerpir ! Les Chats Maringos, ça ne nageaient pas sous l'eau ? Dites ? Non ? Non, les chats avaient peur de l'eau, alors ... Quelques minutes se passèrent sans que rien d'autre ne vienne frôler la jambe de Amélia. Haussant les épaules, Pupuce reprit ses recherches, regardant autour d'elle. Elle vit une autre algue et la ceuillit avec une nouvelle grimace. Jusqu'à maintenant, sa ceuillette n'était pas très fructueuse ! À ce rythme, elle allait toute ratatinée à cause de l'eau.

Soupirant, presque découragée, Amélia jeta un regard en direction de la berge. Pikpik s'y trouvais encore. L'écureuil était maintenant sortie du panier et était assied dans le gazon. Il regardait sa Maman avec un petit air triste. Pourquoi Maman ne l'avait pas amené, semblait-il se dire. Souriant joyeusement, Amélia leva la main et fit un tata à Pikpik, les algues visqueuses dégoulinant sur sa tête. Elle n'en eu guère conscience puisqu'elle venait de trouver ... oui, les amis ! La fontaine de jouvence des algues ! Juste là ! Vous voyez pas ? Il y en avait pleins ! Un gros amas d'algue flottaient juste un peu plus loin à gauche ! Yiiiiiiiiii ! Ne faisant ni une ni deux, Amélia abaissa la main et avança dans l'eau. Le niveau monta considérablement jusqu'à ce rendre sous ses bras et ... soudain ... le sol se déroba. Comment le sol pouvait-il se dérober ? Vous savez, le fond des lacs étaient dangereux ... parfois, il y avait des crevases et des fonds marins particulièrement abruptes. C'était le cas avec le lac entourant Poudlard. Les lacs écossais étaient remplis de surprises pas toujours joyeuses. Amélia se retrouva donc sans appui et elle fit de grands yeux avant de disparaître sous l'eau. Levant les bras dans les airs, complètement paniquée, la jeune fille parvint à remonter à la surface -- Merlin seul savait comment -- et elle cria :

- HAAAAAAAAAAAA ! AU ZEEEECCOOUURRRRSSS, AU ZEEEEC ....

Sa tête fut à nouveau enfouie sous les flots. N'ayant pas eu le temps de refermer la bouche, Amélia en avala une bonne rasade et, lorsqu'elle revint une nouvelle fois à la surface, elle ne put que tousser violament afin d'expulser le liquide absorbée. Elle allait mourir noyée ! Amélia avait survécue aux Chimères et voilà qu'elle allait rendre l'âme dans le Lac Noir ! Non, ce n'était pas une manière de mourir pour un génie ! Rapidement, malgré le danger, le cerveau de la jeune fille se mit en branle. Comment s'en sortir ? Se débatant dans l'eau, luttant pour sa survie, Amélia parvint à dire :

- Aguagou ...

Sa tête s'enfonça dans l'eau avant qu'elle ne puisse remonter à la surface.

- gougou ! Aguagougou !

Pourquoi ça ne fonctionnait pas ? James lui avait dit que c'était le sort pour apprendre à nager ! Pourquoi ça ne fonctionnais pas ? Pourquoi ? Amélia battais des jambes et des bras, le coeur battant et l'esprit de plus en plus paniqué. Le sort ne fonctionnais pas ! Elle s'enfonça à nouveau dans les eaux. De plus en plus épuisée, le courant l'entraînant un peu vers le large, tout semblait sans espoir. Nous allions bientôt assister à la mort d'un génie.

Vous croyez ? Sur la berge, Pikpik s'était redressé subitement. Debout sur ses pattes arrières, le cou tendue, ses pattes avant levées, l'animal regardait fixement sa Maman. Elle bougeait fort dans l'eau ... elle criait ... elle n'avait pas l'air bien.

- Couic ?

Pikpik sentais que sa Maman était en danger, mais il ne pouvait rien faire. Il n'était qu'un tout petit écureuil ... comment aider sa Maman ? Aussi rapide que le voulaient ses petites pattes, Pikpik tourna les talons et se mit à courir vers le château. Il ne connaissait qu'une personne qui pouvait sauver sa Maman. Oncle James ! Ou en tout les cas, quelqu'un de grand. L'écureuil courru donc aussi vite qu'il le put. Il n'avait aucune idée de l'endroit où se trouvais son Oncle James en plus ... dans quelle salle de classe ? Avait-il décidé de faire l'école buissonière ? Peut-être valait-il mieux aviser une autre personne ? Mais qui d'autre que James pouvait comprendre l'écureuil de Amélia Potter ? Peter ? Sirius ? Remus ? Assurément. Mais ... où ils étaient ? Dumbledore ? Le temps était compté ... Amélia était peut-être déjà morte. Bondissant, Pikpik atterri sur les escaliers du château et allait y entrer en trombe, quand ... un son de fille couinant se fit entendre. L'écureuil cessa de courir et renifla l'air, comme l'aurait fait un chien. Il sentie immédiatement quelque chose qu'il connaissait et il bondit directement dans un buisson ... droit sur les fesses nues de Sirius.

- COUUUUUUUIIIIIIIIIICCCCCCCCC !
- HAAAAAAAAAAAAAAA ! hurla la fille




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Jan - 6:17
Inutile de vous dire que Sirius fit un sursaut assez intense ! Disons que recevoir un écureuil droit sur les fesses pendant que vous étiez en train de ... enfin ... ça surpendrait n'importe qui ! Le jeune homme se tortilla donc et envoya la main droite par en arrière, cherchant à retirer la bestiole qui lui avait sauté sur les fesses. Quand il entendit un ''couic'' puissant, Sirius roula un peu les yeux et jeta un regard désolé à la fille qu'il avait choisit de comment dire ... honorer cette fois-ci.

- C'est juste Pikmachose ... faut pas s'en occuper

Quoique .... si l'écureil de Amélia était dans le coin, ça voulait dire que la soeur de James y était aussi. Mince ! Amélia s'arrangeait toujours pour venir le déranger. Et dire qu'il avait fait exprès de ne pas amener la fille sous les gradins pour ne pas que Amélia le dérange. Comme elle savait sa ''cachette secrète'' pour ...

- Aie !

Pikpik venait de mordre les fesses de Sirius, qui décida de cesser ses ébats amoureux sur le champs. Il fallait se débarasser de cet écureuil fou avant qu'il prenne ses bijoux de famille pour des noisettes ! Se relevant, Sirius lança un regard noir à l'animal, tout en remontant son pantalon. Il allait le botter au loin, ce sale petit monstre !

- Ça vas pas la tête ? Zou ! Vas voir Pupuce ! Zou, zou ... shhhhhh shhhhhh
- COOOOOOOUUUUIIIIICCCC COOOOUUUIIICCCC COOOUUUIIICCCCC

Les gestes de Sirius, qui était en train d'attacher sa ceinture, devinrent plus lents et il prit un air étrange. L'écureuil de Amélia avait vraiment l'air complètement dingue. Et s'il avait attrapé la rage ? Mince, alors ! Il avait été mordu par un écureuil enragé ! Ça existait les Écu-Garous ? Un peu débousollé, Patmol regarda autour de lui à la recherche de Pupuce, pendant que Pikpik couicait comme un malade, lui sautant sur les jambes comme s'il était prit d'une crise d'épilepsie. Amélia n'était visible nulle part. Inquièt, Sirius sortie du buisson. Ce n'était pas normal. Où était Pupuce ?

- Pupuce ?
- COOOOOOOUUUUUUUUIIIIIIIIIIICCCCC !
- Montres-moi, Piknouchou ! Vite ! dit Sirius
- Sirius, que ... dit la fille
- Pas le temps ! réplique Sirius

Pikpik venait de se mettre à courir et Sirius fit de même. Quelque chose était arrivé à Amélia. C'était la seule raison de son absence et de la folie de son écureuil. Qu'est ce qu'elle avait fait encore ? Courant aussi vite qu'il le put, tentant de ne pas perdre Pikpik des yeux, Sirius se sentais de plus en plus inquièt. Puis, lorsqu'il vit le Lac Noir et le petit panier posé au sol, son coeur cessa de battre dans sa poitrine. Non !

- PUPUCE ! PUPUCE !

Ho non, ho non ! Pas sa petite Pupuce ! Sa soeur de coeur, sa Pupuce ! Arrivé près de l'eau, Sirius cessa sa course et scruta le lac d'un air anxieux. Amélia n'était visible nulle part. Il ne la voyait pas ! Où était-elle ? Amélia s'était noyée et ils n'allaient jamais la retrouver. Mon Dieu ! James allait devenir dingue et Remus ... Remus allait en faire une crise de coeur. Amélia ne pouvait pas ...

- PUPUCE !

Sirius venait d'apperçevoir quelque chose. En fait, il s'agissait de Amélia. Son corps était immobile et flottait doucement sur l'eau. Tout indiquait qu'elle était morte, en fait. C'était fort probablement le cas. Néanmoins, Sirius se lança dans l'eau et nagea vers la petite fille aussi rapidement qu'il le pouvait. Le courant était assez fort, mais il devait absoluement parvenir jusqu'à elle. S'il devait en mourir, alors il allait mourir. Ça vaudrait peut-être mieux que de devoir dire à James que Pupuce n'était plus de ce monde. Que serait la vie sans la présence de la fillette ? Elle était si enjouée, si gentille, si joyeuse et si pleine d'entrain et de vie. Tout le monde pouvait mourir, mais pas Amélia. Tendant le bras, Sirius attrapa sa soeur de coeur et la retourna afin de sortir son visage de l'eau. Elle était toute blanche et ne semblait plus respirer. Sirius gémit et se remit à nager en direction de la rive, traînant Amélia avec lui. Ce n'était pas possible !

Sur la rive, Pikpik tournait en rond en couinant sans arrêt. On aurait dit que l'écureil venait de péter les plombs. Sa Maman était morte, il le savait ! Elle ne bougeait plus et tout ça ! Sirius fit encore quelques efforts et parvint sur la berge. Il prit Amélia, dont le corps était tout mou, dans ses bras et dégoulinant, il la déposa au sol. Sirius se laissa ensuite tomber à genoux près de Pupuce et se pencha vers elle. Il pinça le nez de la soeur de James et entreprit de lui faire le bouche à bouche. Cette fois, il avait bien apprit sa leçon ! Il n'allait pas souffler trop fort. Il n'avait pas envie que Amélia lui vomisse dans la bouche encore ! Les larmes baignant ses joues, Patmol fit donc la respiration artificielle à Amélia pendant un temps qui lui sembla éternel. Combien de minutes cela avait-il duré ? Honnêtement, il n'en savait rien ... mais le miracle se produit. Amélia se mit à tousser et une quantité importante d'eau sortie de sa bouche. Sirius fit de grands yeux et se mit à tapoter convulsivement la joue de sa meilleure amie.

- Amélia ! Pupuce, réponds ! Dit quelque chose, dit quelque chose !
- Z'ai per ... perdu mes algues, han !

Sirius soupira et se laissa tomber sur les fesses non sans grimacer un peu. Pikpik lui avait probablement arraché un morceau ! Mais, au moins, Amélia allait bien. Si elle s'inquiètais encore pour des choses aussi inutiles que des algues ... tout allait bien !

- Pikpeperoni m'a mordu les fesses, dit Sirius

Oui, les choses étaient de retour à la normale et, pour la deuxième fois en un an, Amélia Potter avait vu la mort de près. Gageons que ce ne serait pas la dernière ! L'adolescente n'eut qu'un vague sourire aux paroles de son sauveur avant de s'asseoir. Regardant l'eau d'un air morne, elle dit d'un ton légèrement essouflé :

- Aguagougou, c'est pas efficace !

Sirius se mit alors à rire et ses ''oua oua'' lui fit totalement oublier ses inquiètudes. Oui, Pupuce allait bien !




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 6 Fév - 1:53
Chapitre 20 : Déjà ? Han ?


Un silence relatif plânais dans la Tour d'astronomie. En fait, seul le bruit des plumes grattant les parchemins et quelques tousottements nerveux se faisaient entendre. Assied devant leur copie d'examen et leur télescope, les étudiants de deuxième année passaient actuellement la toute dernière épreuve avant les vacances d'été. Plusieurs étudiants disaient qu'il était grand temps que les vacances arrivent, mais pas Amélia Potter. Non, la fillette ne se lassait jamais des murs de Poudlard et des nombreux livres qui s'y trouvaient. Enfin, on ne pouvait pas arrêter le temps, non ? Fort heureusement, d'ailleurs. Penchée sur son télescope, sa plume à la main, Amélia observait attentivement une section du ciel. L'examen portait sur la constellation de Casiopée et ses Supernovas. Rien de bien complexe en soit ! Où était donc Casiopée A ? Pourtant, il s'agissait de l'étoile la plus brillante et ... bon ! Un sourire marqua les lèvres de Amélia, qui observa la plus jeune supernova de la Voie Lactée durant encore quelques secondes. Elle avait une si jolie couleur ! Amélia détacha son regard de la supernova et l'inscrivit sur son parchemin, la dessinant aux côtés des autres étoiles de la constellation de Casiopée : Schedar, Tsih, Caph et Achird. Après qu'elle ai bien indiqué l'emplacement sur sa carte, Amélia donna les explications suivantes :

Cassiopée A est la plus forte source radio du ciel après le Soleil. Il s'agit du rémanent d'une supernova qui a explosé dans la Voie lactée dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Cependant, cette explosion ne semble pas avoir été remarquée par les astronomes de l'époque, alors même qu'elle a bénéficié de conditions d'observations très favorables. L'étude de la vitesse d'expansion des couches éjectées par la supernova permet de dater l'explosion en 1667 environ, ce qui fait que l'objet est parfois aussi appelé SN 1667, parfois suivi d'un point d'interrogation (SN 1667?) pour signifier que la date n'est pas connue avec certitude. La raison pour laquelle l'explosion de la supernova n'a pas été observée n'est pas connue à ce jour. Il est probable que sa magnitude apparente n'ait pas dépassé 5, ce qui au vu de sa distance en ferait une supernova moins lumineuse que les étoiles ordinaires les plus brillantes. On pense que son éclat a dû être obscurci par la matière interstellaire.

Voilà qui était fait. Jetant un regard en direction de son ami Octavus, Amélia soupira en le voyant se gratter la tête avec perplexité. Toutes les questions étaient pourtant simples ! Un regard vers Jordan lui permit de voir que le jeune hispanique fixait le vide en plissant un peu les yeux, affichant une mine réfléchit. Faisant signe que non de la tête, Amélia rangea ses effets personnels dans son sac, prit son examen, se leva et se dirigea vers son Professeur. La jeune génie de Serdaigle posa son examen sur le bureau et tourna les talons, ses tresses battant dans son dos dans un rythme enjoué. Encore une fois, elle avait terminé son examen la première. C'était toujours comme ça, elle finissait toujours tout avant tout le monde. Sauf manger, bien sûr. Ça ... elle parlait trop pour finir avant les autres !

Sortant de la salle d'astronomie, Amélia gambada vers les escaliers et les descendit à la vitesse de la lumière. Une fois en bas, elle couru en direction des serres. Les Maraudeurs y passaient leur examen de Botanique et elle était certain qu'ils s'y trouvaient encore. Courant dans les couloirs, Amélia entendit alors un genre de ''miaw'' et stoppa net sa course. Miss Teigne, la chatte de Rusard, était assied et la regardait de ses yeux étranges. Pupuce prit un air innocent et poursuivit son chemin d'un pas calme et posé, passant devant le concierge qui la regardait comme s'il était certain qu'elle venait de faire un mauvais coup. Elle ? Nan ! Lorsqu'elle atteignit la porte d'entrée, elle l'ouvrit avec calme et ... se remit à courir une fois dehors. Iiiiiiiiiiiii ! Rusard ne pouvait quand même pas la mettre en punition le dernier jour de l'année, parce qu'elle courait dehors ? Non ? Bien non, voyons ! Elle parvint donc aux serres en cinq minutes et arrêta devant la classe. Posant les mains contre les fenêtres, elle observa les étudiants de sixième année, en train de faire leur examen. Comme elle s'y attendait, les Maraudeurs étaient là. James tenait une feuille de Eschscholtzia Californica et la regardait d'un air incertain. Amélia murmura :

- Eschscholtzia Californica, James. Eschscholtzia californica renferme beaucoup de composés ubiquitaires : caroténoïdes, flavonoïdes, phytostérols et la linamarine. Elle est utilisée dans la confection des Potions de Paix, de sérénité et de sommeil.

Ce retenant de tapoter la fenêtre, Amélia vit son frère poser la feuille et se mettre à écrire comme s'il avait put entendre ses paroles. Souriant, la jeune adolescente retira les mains de la fenêtre et alla s'appuyer contre le mur. Sortant Pikpik de sa poche, elle le posa ensuite sur son épaule gauche avant de se mettre à regarder obstinément la porte de la classe. Ils allaient bientôt sortir ? Han ? Dites ? Oui ? Amélia avait hâte de partir, elle ! Une minute, vous dites vous ! Pourquoi Amélia Potter était-elle subitement hâtive de partir pour les vacances d'été, alors qu'habituellement elle se cachait pour ne pas partir ? Excellente question ! La réponse était qu'elle allait au Lac Carré avec les Maraudeurs ! Oui, oui ! James avait marmonné, Sirius avait presque eu envie de se faire changer en caniche et Peter avait eu le goût de pleurer, mais ... elle allait avec eux ! Yiiiiiiiii ! Pourquoi oui ? Han ? Parce que ... iiiiii ... ses parents partaient tout l'été et ils ne voulaient pas qu'elle reste toute seule. Donc ... iiiiiiiii ! Allait au Lac Carré, au Lac Carré, han ! Tout l'été en plus, alors ... Amélia était tellement excitée qu'elle en aurait fait une rage de sucre. Mais, qu'est ce qu'ils faisaient ? Amélia allait revérifier par la fenêtre, lorsque la porte des serres s'ouvrit enfin. Tournant le regard vers la personne qui venait de sortir, la jeune fille dit :

- Iiiiiiiiii ! Remus, han ! Ils ont finit ? Han ? Faut partir, tu sait ? Le Lac Carré est populaire, il faut qu'on ai de la place pour les tentes, tu sait ? Dit ? Faut une place près de l'eau et tout ça ... dit, il y aura des party avec de la bière ? Pour ça que James et Sirius voulaient pas que j'y ailles ? Han ? On vas manger des guimauves, de la saussise, des pogos, des croustilles et on fera de la promenade dans la forêt, y'a pas de Chats Maringos, han ? Et on va faire de l'escalade et de la baignade et aussi on va se coucher tard et regarder les étoiles et ...

Remus eu un sourire amusé et referma la porte des serres. Il était maintenant certain que les autres allaient prendre tout leur temps ! Le jeune homme s'approcha de la fille de sa vie et entoura sa taille de ses bras avant de se pencher vers elle. Il voulu lui donner un baisé, mais il dut attendre qu'elle cesse de parler ... ce qui dura un bon dix minutes. Lorsque ce fut fait, Remus embrassa Amélia et lui demanda doucement :

- Comment s'est passé ton examen d'astronomie, mon ange ?
- Bien, han ... mais ils ont finit ? Han ? Tu n'as pas répondu à mes questions et ... débute Amélia
- Ils en sont presque à la fin d'après ce que j'ai vu en partant, se hâta de dire Remus

Il fallait bien qu'il se dépêche à répondre, s'il ne voulait pas encore en avoir pour vingt minutes ! Le jeune homme fit un sourire tendre à sa louve avant d'ajouter :

- Il y a pas mal de party, oui ... ça ressemble un peu au spring break. Disons, que tout le monde boit pas mal, que les filles ... enfin, les filles ne sont pas gênées et que la musique est assez forte par moment. Ce n'est pas toujours bruyant, mais ce n'est pas calme non plus. Nous essayerons de prendre un endroit un peu plus éloigné

Amélia fit un petit air boudeur. Comment ça, les filles n'étaient pas gênées ? Han ? Ça voulait dire quoi ? Qu'elles se promenaient toute nues ? Remus les regardaient ? Han ? Sirius devait super baver, han ! Et ça devait se faire aller dans les buissons et tout ça ! Mais han, pourquoi ils allaient là ? Ho, ça fumait de la drogue aussi ? Ho han ! Remus sourit devant l'air de Pupuce et déposa un nouveau baisé sur ses lèvres pendant que Pikpik en profitait pour changer d'épaule, se retrouvant maintenant sur celle de Remus.

- Ne t'en fait pas, mon coeur. Tu sait très bien que ces filles ne sont rien à mes yeux




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Lupin
~+ POUDLARD +~
Nombre de messages : 699
Age du perso : 42
Fonction : Professeur d'Histoire de la Magie
Directrice de Serdaigle
Patronus : Pie Bavarde
Date d'inscription : 23/05/2008
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 6 Fév - 2:15
Pas que Remus ne regardait pas les filles. Quel gars le ferait ? Toutefois, il n'avait jamais été porté à satisfaire ses désirs dans un coin sombre comme le faisait Sirius et James. Pour lui, l'amour importait dans toute relation charnelle et la seule que son coeur désirait se trouvais actuellement entre ses bras. Amélia regarda Remus quelques instants avant de lui faire un grand sourire. C'était vrai, han ... Remus l'aimait. Le serrant contre son coeur, la jeune fille tourna rapidement la tête vers la porte des serres qui s'ouvraient à nouveau. James, Sirius et Peter venaient de sortir de la classe et Amélia délaissa aussitôt les bras de Remus afin de se diriger vers son frère.

- James, han ! James !
- Quoi ? dit James
- Eschscholtzia Californica, c'était du Eschscholtzia Californica, dit Amélia
- Mais, je sait ! marmonne James en soupirant

Amélia l'espionnait dans ses examens, maintenant ! Le jeune homme soupira et se dirigea vers sa salle commune, suivit des autres. Amélia flottais sur un petit nuage, bavardant de toutes les choses qu'ils allaient faire. Ils allaient s'amuser, han ! Sirius, qui pensait déjà aux filles en petite tenue, tourna la tête vers Pupuce et lui dit :

- Pour ça, il faut tes affaires ... où est ta valise ?
- Hoooooooooooo !

Amélia se mit à courir hyper vite, prenant une autre direction que celle des Maraudeurs. C'était vrai, ça ! Ses affaires ! Ses affaires étaient dans sa salle commune ! Normal, non ? Elle n'était pas pour amener sa valise et tout ça en pleine salle d'examen. Il fallait donc qu'elle aille chercher sa valise pour quitter Poudlard pour la maison. À partir de là, hop au Lac Carré ! Yiiiiiiiiiii ! Pikpik, qui était demeuré sur l'épaule de Remus, regarda partir sa Maman d'un air débousollé. Mais ... mais ... mais ... Maman l'avait oublié ici !

- Couic !
- Bon, elle a oublié son hamster; dit James
- COOOUUUUIIIICCCCCCCC ! hurle Pikpik

Le petit écureuil était un peu traumatisé après la presque noyade de sa Maman. Il fallait le comprendre ! Remus grimaça quand l'écureuil lui cria dans les oreilles. Tendant la main, il prit l'animal et le tint tout contre son coeur, continuant à marcher vers sa salle commune. Pikpik, blottie contre son Papa, se calma et cessa de couiner. Maman revenait tout le temps vers Papa, mais bon ... Entrant dans la salle commune des Griffondor, les Maraudeurs allèrent se préparer pour le début d'un nouvel été; celui de 1977, l'année de leur majorité. Oui, les amis, ils allaient fêter !

Fin de La Pie Bavarde




--------
Petite soeur de James Potter
Épouse de Remus Lupin
Mère de Léa-Lily, Samuel, James, Ely-Jade & Gabrielle
Grand-mère de Isac & Sarah Rogue
Professeur d'Histoire de la Magie & Directrice de Serdaigle
Et ... une pie bavarde inlassable qui ne se taie jamais même quand elle dort !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» Harry Potter [Gryffondor, 5ème année]
» Présentation de Albus Potter
» Harry Potter ( l'Elu )
» Narry Potter [Spoiler Inside]
» Persentation Paris Potter

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~+ Poudlard : La Magie s'ouvre à vous +~ :: La ruée des Moldus :: Le joyeux Moldu :: Fan Action :: Fanfics-
Sauter vers: